Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 2 : Retraite temporaire du donjon antique

Partie 2

Une fois que les présences humaines avaient quitté l’ancien donjon, c’était revenu à son atmosphère d’origine. Il y avait un silence complet et une pression ineffable comme si quelqu’un était mort quelque part. Tous les sens indiquaient qu’il ne s’agissait pas de simples ruines qui s’étaient décomposées il y a longtemps.

Dès que le premier étage avait été dégagé, le quartier général du raid s’était installé dans ce hall. Des piles de rations et de matériel y avaient été préparées, avec plusieurs tentes pour y dormir. L’endroit était tellement rempli d’objets qu’il n’y avait presque pas de place pour se tenir debout. Soudain, on avait entendu un bruit de pas croassant.

Le vieil homme qui caressait sa barbe blanche en jetant un coup d’œil autour de lui était un magicien renommé et le coordinateur de l’information entre toutes les équipes. Il s’était fait un nom dans les guerres et les raids il y a longtemps, mais il avait évolué vers un rôle de soutien dans ses vieux jours.

« Il y a quelque chose ici. » Hakam, le superviseur du raid, s’était levé de derrière le vieil homme. Il avait une carrure impressionnante, musclée, avec une peau bronzée par le soleil. Le vieil homme fit un signe de tête, expression immuable, face à la remarque soudaine.

« En effet. Cela semble prendre plaisir à entraver nos efforts, » répondit le vieil homme.

« Je pensais que c’était les bandits qui avaient été signalés il y a quelque temps, mais il y a quelque chose de louche, » répondit Hakam. En effet, il y avait quelque chose de louche. Un groupe s’était dissimulé depuis un certain temps, échappant d’une certaine façon à l’œil vigilant du sorcier. Cela ne semblait pas être l’œuvre de simples bandits, et le fait qu’ils se soient terrés pendant tout un mois était étrange en soi.

Des incidents mystérieux se produisaient fréquemment, allant de portes piégées à des embuscades de monstres qui semblaient surgir à des moments calculés à des attaques magiques à distance apparaissant pendant le combat. Le plus grand problème était l’effet sur le moral des troupes. Peu à peu, leurs plans initiaux étaient repoussés.

« Quelqu’un les soutient ? Ou… »

« Il se passe quelque chose. C’est un donjon, mais on sent la puanteur trop familière du champ de bataille. » Ils avaient déjà eu du mal à trouver le boss du deuxième étage, Shirley. Ils ne pouvaient pas lui infliger beaucoup de dégâts, même avec le pouvoir des prêtres, et même s’ils l’achevaient, le maître d’étage réapparaissait simplement ailleurs.

Entre les forces mystérieuses et le boss éternel, de nombreux problèmes les troublaient.

Et ce n’est pas tout.

« Un ordre de la famille royale. Nous devons intégrer les forces de chaque faction. » Hakam avait fait une annonce, avertissant le vieil homme de ne pas se plaindre. Le vieil homme savait aussi que Hakam lui-même avait essayé à plusieurs reprises de protester contre les supérieurs, alors il avait avalé ses paroles. Le superviseur poussa un long soupir et continua.

+ + + + + + + + + + + + + + +

« Aja, je ne crois pas moi-même aux aventuriers. Je ne peux pas me fier à ceux qui n’agissent même pas s’ils n’assurent pas la sécurité et le paiement. » Il préférait faire le travail lui-même plutôt que de se donner la peine de préparer de telles choses. Hakam le laissait entendre et le vieil homme aux cheveux blancs acquiesça de la tête. Participer au raid était une chose, mais superviser et protéger l’équipe en plus de gérer ces responsabilités était tout simplement insensé.

Hakam était peut-être vieux jeu, mais il accordait plus d’importance à la conviction qu’à toute autre chose. Les résultats étaient décidés par la conviction de ceux qui se battaient, et les paresseux ne faisaient que les entraîner vers le bas. Il estimait que cela ne s’appliquait pas seulement aux combats, mais aussi aux donjons. Ceux qui avaient rassemblé leur courage pour défendre leur pays plutôt que de reculer par peur étaient les guerriers qu’il aimait et respectait. Le vieil homme avait écouté tranquillement, puis il marmonnait en caressant sa barbe blanche.

« Hmm. Je vais alors peut-être faire une pause et appliquer de nouvelles forces militaires, » déclara le vieil homme.

« Hm ? Oh, tu veux dire cette chose dont tu as parlé tout à l’heure. Penses-tu que cela va se produire ? » En réponse, le vieil homme avait mis la main dans sa poche intérieure, provoquant un cliquetis métallique. Il avait alors ouvert sa main ridée, et ce qui semblait être une grosse pierre précieuse avait brillé d’un éclat terne. C’était une pierre magique qui aurait dû être perdue il y a longtemps.

« Qui sait ? Quelqu’un a tellement effacé les enregistrements que je ne peux même pas dire si c’est interdit. Mais c’est à moi de m’en inquiéter. Il suffit de s’asseoir et d’attendre avec impatience. » Le vieil homme avait souri sans peur, et Hakam haussa les épaules en soupirant. Pour le meilleur ou pour le pire, le vieil homme avait tendance à proposer des idées qui ne tenaient pas compte du bon sens. C’était un homme qui n’était pas subtil quant à sa haine de la famille royale. Il y avait une chance que cela finisse par être plus grave que de s’attaquer aux forces combattantes de chaque faction, mais le superviseur n’avait rien dit pour protester.

L’ancien donjon était rempli de mystères, dont les insurgés, la pierre magique et le maître d’étage éternel. Une chose était claire : cette pause temporaire n’était pas seulement prévue pour se reposer. Jusqu’à présent, les yeux de Hakam ressemblaient à ceux d’un faucon, mais son expression s’était adoucie en prenant sa pause. Il s’était gratté la tête.

« Le seul point positif dans tout cela, c’est que nous avons pu installer notre base au premier étage avant d’entrer dans la saison des pluies, » déclara Hakam.

« Tu peux le dire. Je préfère ne pas être trempé par la pluie. » Ils avaient mis leurs dents à nu et avaient ri. Ils n’avaient pas souri comme ça depuis que ces enfants avaient réussi leur mission de sauvetage. Dans des moments comme celui-ci, c’était aux adultes de faire preuve d’esprit.

« Très bien. Faisons en sorte qu’ils s’amusent, d’accord ? » déclara le vieil homme.

« Ahaha, j’aime ce regard que tu as quand tu prépares ce genre de plans. Alors, je vais apporter les boissons pour la fête. » Ils avaient continué à parler, et avant qu’ils ne s’en rendent compte, les deux hommes attendaient avec impatience leurs premières vacances depuis longtemps.

Avec des problèmes et du chagrin à gérer, le chemin du retour pouvait sembler long, mais c’était la nature de la vie. Il y avait du bonheur dans la douleur, et de la douleur dans le bonheur.

Avec ces pensées à l’esprit, les deux hommes avaient quitté la base.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire