Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 6 : Traîner à Aomori

Partie 4

Pendant ce temps, l’heure du départ approchait. Tous les passagers étaient maintenant à l’intérieur, et une annonce à bord nous informa que nous allions bientôt partir. J’étais peut-être nerveux, car je sentais la sueur dans mes paumes en fermant la main, et je pensais même pouvoir entendre le son de mon cœur battre. Le quai propre et bien éclairé avait commencé à s’éloigner, et j’avais vu le magasin de bento passer, laissant la gare de Tokyo derrière nous. Par temps ensoleillé, on pouvait voir un groupe de bâtiments par la fenêtre, et la fille avait laissé échapper un bruit surprenant.

« Wôw ! Si jolie ! Regarde, tous les bâtiments ont l’air si beaux, » déclara Marie.

Le ciel bleu se reflétait sur les bâtiments géants, ce qui m’avait fait apprécier le beau temps d’aujourd’hui. Un air joyeux avait été joué sur les haut-parleurs, suivi d’une autre annonce. En parcourant l’horaire des trains de la journée, j’avais remarqué qu’un autre train passait en dessous de nous. Il y avait des chemins de fer en dessous et au-dessus de nous, et les deux autres avaient l’air assez adorables en levant les yeux avec une expression abasourdie. Mais alors qu’elles appréciaient le paysage, l’intérieur s’était soudainement retrouvé plongé dans l’obscurité.

« Oh, je ne peux plus voir…, » déclara Marie.

« Nous sommes allés sous terre. Nous serons bientôt de retour, » répondis-je.

« Tu sais, ça me rappelle un peu ton Trayn, le guide de voyage. Je me demande s’ils sont liés d’une manière ou d’une autre, » déclara Marie.

Je n’étais pas sûr, pour être honnête. J’avais une compétence similaire dans le monde des rêves, mais je doutais que cela soit affecté d’une manière ou d’une autre par les choses au Japon.

« Alors peut-être que mon Trayn aura aussi des sièges passagers quand je le monterai au niveau maximal, » répondis-je.

« Oui, tu devrais essayer. Nous pourrions alors profiter de nos voyages en toute tranquillité. Oh, et tu devrais l’améliorer pour qu’il puisse voyager en surface, » déclara Marie.

Hein, je plaisantais. Elle avait répondu assez positivement à l’idée, me faisant me demander comment j’allais demander une telle chose au dieu du voyage. Le train à grande vitesse était revenu à la surface, et le paysage était passé des gratte-ciel aux immeubles résidentiels. La vue passait rapidement, le rythme était si rapide que Marie avait un regard étrange.

« Ahhh, c’est si rapide… La vue change si rapidement… C’est assez différent que de conduire une voiture, » déclara Marie.

« J’aime aussi y aller doucement avec les voitures. Il y avait une chose appelée trains-couchettes jusqu’à il y a peu de temps, où les gens dormaient en voyageant, » déclarai-je.

Elle écoutait avec beaucoup d’intérêt, et j’avais commencé à lui préparer le bento et le thé. Le nez rose du chat avait jailli du panier en maille et avait tressailli. Il était temps pour notre petit déjeuner tardif. Marie avait choisi un bento Makunouchi, alors que j’avais un bento Shumai. Avec le Shinkansen d’un luxe excitant, le ciel bleu clair et la belle Marie à côté de moi, c’était une façon de passer mon temps de haute qualité. À tel point que ça m’avait fait penser que le fait de ne pas choisir un billet de classe supérieure n’avait pas vraiment d’importance. Nous avions séparé nos baguettes en un clin d’œil, nous nous étions penchés et nous nous étions murmuré « Itadakimasu ». En les voyant de près, ses grands yeux étaient d’un violet vif et pâle.

Puis, le Shinkansen avait finalement commencé à bouger. Nous avions entendu un miaulement, comme pour nous rappeler la présence du chat, et Marie et moi avions ri.

« Mmm, ce goût doux est très japonais. En veux-tu aussi, minou ? » Marie rapprocha la nourriture, et le chat ouvrit sa petite bouche avec avidité, mâchant rapidement les crevettes frites. Ce n’était pas quelque chose qui aurait dû être donné à un chat normal, bien sûr, mais c’était un familier et il n’aurait pas été techniquement classé comme un chat, donc cela n’aurait pas dû être un problème… Probablement. Nous avions traversé un autre tunnel pour trouver des champs de culture sous un ciel bleu, révélant une vue lumineuse de verdure. Cela semblait être un tout nouveau spectacle pour elles deux, et elles avaient momentanément cessé de manger.

« Marie, essaye celui-là aussi. » Ses yeux violets s’étaient élargis quand je lui avais donné le shumai en se retournant, et elle avait passé ses doigts dans ses cheveux et avait ouvert la bouche adorablement. Elle avait marmonné « Miam » après une bouchée de shumai à la sauce soja, et j’avais ressenti un étrange sentiment de bonheur.

C’est bien pour toi, shumai. Tu n’as pas fait partie des quatre d’élite pour rien.

La chatte mâchait des morceaux de nourriture qui avaient été coupés plus petits pour elle, et les deux n’arrêtaient de manger que lorsqu’une belle vue apparaissait de temps en temps. Le spectacle vu à travers la fenêtre était passé à une vitesse incroyable. Pourtant, nous avions profité de notre voyage de loisir à l’intérieur du train.

Je pouvais sentir que nous nous déplacions progressivement à des vitesses plus élevées. Hayabusa semblait accélérer jusqu’à sa vitesse maximale de 320 kilomètres à l’heure, et Marie avait serré ma main avec plus de force à mesure que la vitesse augmentait. J’avais regardé pour voir si elle allait bien et je l’avais trouvée en train de secouer la tête, les larmes lui montant légèrement aux yeux.

« C’est… assez effrayant… Puis-je… m’accrocher à toi ? » demanda Marie.

Il était clair que l’elfe n’avait jamais connu de telles vitesses auparavant, et elle semblait avoir peur. J’avais écarté l’accoudoir entre nous et j’avais fait un geste pour qu’elle avance, et en réponse, elle s’était accrochée à mon bras sans hésitation.

« Reste tranquille, OK… ? Eep… Je crois que j’ai le vertige… » Je me sentais un peu timide d’avoir une fille si adorable qui s’accrochait à moi avec les deux bras autour de moi. Ceci étant dit, elle était plutôt mignonne quand elle avait peur, elle aussi. D’habitude, elle faisait preuve de fermeté… Attends, elle l’avait fait ? Marie était remplie d’émotions lorsque nous regardions des films ensemble, et elle avait agi plutôt précocement ces derniers temps, alors je n’étais plus si sûr.

Bien que je me sois demandé de quoi elle avait si peur. Le train était effectivement rapide, mais l’intérieur était très stable, avec un minimum de secousses. Je l’avais tapotée dans le dos pendant un moment, mais j’avais finalement compris quel était le problème. Elle n’était pas habituée à ce que le paysage passe si vite, et cela l’avait effrayée. J’avais remarqué qu’elle s’était un peu calmée en fermant les yeux. Elle avait finalement relâché son emprise sur moi, puis avait levé les yeux avec un soupir de soulagement. Son visage était encore un peu pâle, cependant.

« Je suis désolée de t’avoir dérangé… Je me sens un peu mieux maintenant, » déclara Marie.

« Ah, il fait si chaud. Mais je préférerais que tu sois un peu plus proche, » déclarai-je.

Elle avait réagi avec un « Hein ? » et je l’avais un peu éloignée, avant de la rapprocher. Je l’avais tenue comme dans notre position habituelle de sommeil, la tête appuyée contre ma poitrine, et je l’avais entendue dire doucement. « Nous sommes en public… »

« J’ai entendu dire qu’Aomori est froid, donc ça pourrait être la bonne température si on reste comme ça, » déclarai-je.

« Tu es si bête…, » déclara Marie.

Elle semblait troublée au début, mais elle avait fini par céder et s’était appuyée sur moi. Je l’avais sentie relâcher son poids contre moi et se rapprocher encore plus. En tenant son corps mince, en lui tapotant doucement le dos, j’avais senti sa respiration devenir de façon détendue et rythmée, presque comme si elle s’était endormie.

« Je sais déjà à quel point tu es têtu dans des moments comme celui-ci. Puis, avant que je ne m’en rende compte, tu me fais me sentir mieux. J’étais bien connue pour détester les humains, tu sais ? » dit-elle d’un ton boudeur, la tête toujours contre ma poitrine. Je savais bien à quel point elle détestait les humains. D’une certaine façon, on aurait presque eu l’impression qu’il y avait un ton d’excuse dans sa voix.

« Bien sûr que je le sais. Tu m’as réduit en miettes la première fois qu’on s’est rencontrés. C’est pourquoi j’ai appris ma leçon et j’ai décidé de te capturer comme ça en premier, » répondis-je.

« Oh, je suis capturée maintenant, n’est-ce pas ? Eh bien, n’es-tu pas un humain ignoble ? J’aime vraiment ton odeur. Donc, malheureusement pour moi, je n’ai même pas remarqué que j’avais été capturée, » déclara Marie.

Ses yeux violet pâle avaient commencé à se fermer. Il semblait qu’écouter les battements de mon cœur la faisait dormir. Peut-être que je n’avais pu dire ce que j’avais dit plus tôt que parce qu’elle était sur le point de s’endormir. Son bras s’était progressivement affaissé, puis elle était tombée dans un sommeil. Voir son expression paisible m’avait fait sourire. J’avais remarqué que j’aimais beaucoup regarder son visage endormi alors que je lui avais mis une couverture. De plus, j’avais probablement juste aimé voir son visage libéré de tout souci. Soudain, j’avais entendu des bruits de grattage provenant du panier en maille. J’avais regardé en bas pour trouver le chat qui me regardait, son expression semblant dépeindre le mécontentement pour la vue terne d’en bas. On pourrait peut-être s’en tirer pendant un petit moment. J’avais ouvert le couvercle du panier, et la chatte s’était glissée sous la couverture. Je l’avais senti monter sur mes genoux jusqu’à ce qu’elle semble avoir décidé d’un endroit pour dormir. Elle avait tourné sur elle-même à quelques reprises, puis le renflement de la couverture s’était baissé. En voyant ça, j’avais murmuré. « Bonne nuit, vous deux. Nous serons à Aomori quand vous vous réveillerez. »

Le petit miaulement que j’avais entendu ressemblait presque à la réponse d’un humain. J’avais tapoté sa fourrure pelucheuse lorsque le Shinkansen était entré dans un autre tunnel. Les fenêtres étaient un peu petites, alors je me demandais si les autres pourraient profiter du voyage ou non. Mais Marie s’était pressée contre la fenêtre avec excitation, sans avoir l’air de s’en soucier. Le chat qui dormait avait aussi l’air adorable, tout recroquevillé dans la couverture avec sa tête qui sortait.

Je retournerais bientôt à la campagne dans la zone d’Aomori. J’avais vécu à Tokyo jusqu’aux classes supérieures de l’école primaire, puis j’avais vécu avec mon grand-père à Aomori jusqu’à ce que je devienne un adulte qui travaille. En y repensant, je pensais que ma personnalité ne s’était pas vraiment développée jusqu’à ce que je déménage à Aomori. Cela montrait à quel point il y avait peu à gagner à Tokyo. Il y avait une étrange solitude par rapport à la grande ville, et les vues changeaient constamment. En fait, les opinions dont je me souvenais dans ma jeunesse avaient toutes disparu maintenant. De même, mes souvenirs d’enfance s’évanouissaient, et j’avais l’impression qu’ils allaient complètement disparaître un jour. Je pouvais à peine me souvenir du visage de ma propre mère.

Nous avions continué à travers le tunnel, et je pouvais voir mon propre visage dans le reflet de la fenêtre noire. Un jeune adulte qui ne s’était intéressé qu’au monde des rêves, négligeant la réalité pendant tout ce temps. Pourtant, j’avais l’impression que l’arrivée de l’elfe d’un autre monde avait commencé à me changer. Comme elle vivait librement et sans soucis, je m’étais fait de plus en plus de nouveaux souvenirs avec elle. Un ciel clair et bleu était apparu avec un whoosh. Au départ, je pensais que les fenêtres étaient petites, mais elles étaient maintenant très belles. J’avais observé les montagnes fleurissant de verdure au loin alors que j’appréciais la chaleur venant de l’elfe et du chat.

La préfecture d’Aomori, ville de Hirosaki. La fenêtre avait grincé quand je l’avais glissée vers le haut, laissant entrer dans le bus l’air qui était étonnamment chaud pour la saison, mais toujours plus froid que celui de Tokyo. Le vieil autobus s’avançait lentement à la lumière du soleil et le chat noir regardait par la fenêtre.

« Faites attention. Viens, assieds-toi là, » déclarai-je.

Le chat miaulait comme pour dire que c’était bien, mais la fille n’écoutait pas. Elle avait soulevé le chat pour le placer sur ses genoux, puis avait regardé la vue à l’extérieur de la fenêtre. Il n’y avait pas de gratte-ciel à observer, ni d’ailleurs aucun bâtiment. Les terres agricoles et les vergers s’étendaient à perte de vue et l’elfe proclama avec excitation. « Le ciel est si beau et si grand ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire