Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 1

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 6 : Traîner à Aomori

Partie 1

Je m’étais lentement réveillé quand le soleil du matin avait frappé mes yeux. Je ne comprenais pas bien comment j’étais capable de voyager dans le monde des rêves. Je pensais que ce n’était qu’un rêve, et maintenant que je savais que je pouvais visiter ce monde librement, je souhaitais que cette routine puisse continuer pour toujours. La dragonne était assise, ses muscles dorsaux pâles et ses longs cheveux noirs me faisaient face. Son profil latéral magnifiquement pittoresque avait un air d’ailleurs et ses longs cils se distinguaient d’autant plus qu’elle avait les yeux fermés. Cela me rendit heureux de réaliser que je voyais un côté de Wridra qu’aucun autre humain n’avait vu auparavant.

« Zzz… »

Attends une seconde. Je pensais qu’elle s’était réveillée avant moi, mais elle était encore à moitié endormie. Son visage s’était tourné dans ma direction, puis elle avait essayé de retourner au lit en rampant, les yeux encore fermés. Le contour voluptueux de sa silhouette remplissait ma vue, et je fermais rapidement les yeux et je faisais semblant de dormir dans un état d’agitation.

« Hmm, se lever dans ce monde est comme d’habitude merveilleusement confortable…, » murmura-t-elle, et une sensation indescriptible et lourde se fit sentir sur ma joue. Sa peau souple était douce, agréable au toucher, et sentait légèrement bon. Ses bras s’étaient enroulés autour de ma tête, puis j’avais senti son souffle contre mes cheveux alors qu’elle continuait à dormir.

Puis, j’avais réalisé quelque chose. La façon dont elle me tenait dans ses bras avait probablement l’air très mauvaise d’un point de vue extérieur. Wridra avait repoussé la cuisse de Marie avec son genou, faisant basculer la fille elfe sur son dos sans résistance. Elle aussi profitait d’un sommeil profond et confortable, et leur respiration régulière se répercutait dans ma chambre. Malgré l’atmosphère somnolente de ma chambre, mon cœur battait contre ma poitrine. Je n’avais pas compris. Que se passerait-il si Marie se réveillait dans cette situation ? Je sentais qu’elle serait incroyablement en colère contre moi, et que toute explication que je pourrais donner ne serait pas suffisante. Je souhaitais que Marie dorme tard et que Wridra se réveille le plus tôt possible. Le matin de mon jour de semaine était déjà rempli de nombreux conflits.

La fenêtre s’ouvrit, et Wridra poussa un gémissement en s’étirant de façon extravagante. Tout son corps était baigné de soleil, le négligé qu’elle venait de créer devenant partiellement transparent. Il y avait des broderies violettes autour de sa poitrine qui invitaient l’imagination à se laisser emporter par les pensées du beau corps qui se trouvait en dessous.

« Ahh, le Japon. C’est une journée ensoleillée aujourd’hui, » déclara Wridra.

« Wridra, s’il te plaît, ne t’étire pas comme ça dans cette tenue. Et pourquoi ne pas commencer à porter des pyjamas ? C’est indécent de se promener comme ça. » Les joues de Marie étaient légèrement gonflées, ce qui renforçait l’idée que la situation antérieure aurait entraîné de gros problèmes.

« Hah, hah, je refuse de porter de tels vêtements dans mon sommeil. Ce serait dommage de comprimer mon corps alors que je pourrais dormir dans un tel confort. » Elle avait ri sans le moindre remords. Le sens de la modestie d’un être humain lui était étranger, et sa compréhension de notre bon sens n’était que ce qu’elle avait appris en visitant des établissements humains dans le passé. J’avais pris deux tasses de thé et je m’étais approché de la table où était assise l’elfe boudeuse. Un ciel bleu agréable était visible à travers la fenêtre, indiquant qu’il avait finalement cessé de pleuvoir.

« Comment est le temps à partir de demain ? » J’avais placé les tasses sur la table, et la fille m’avait regardé. Les cheveux de Marie étaient aussi brillants que les nuages blancs, et ses yeux étaient comme des pierres précieuses. J’avais secrètement noté à quel point elle était attirante lorsqu’elle montrait ses émotions à l’extérieur.

« Bien. Ils disent qu’il va faire beau à partir d’aujourd’hui. » La météo était annoncée à la télévision derrière moi, et je pouvais dire qu’elle était excitée pour le voyage à Aomori et la vue du train de demain. Le billet pour le trajet était sur la table, et elle l’avait pris en main pour l’inspecter plusieurs fois. Attirée par l’odeur du thé, Wridra vint s’asseoir à côté de l’elfe. La dragonne avait entendu notre conversation, mais bizarrement, elle fredonnait et était de bonne humeur, malgré toutes les plaintes qu’elle avait faites au sujet de son incapacité à monter dans le shinkansen. Une autre chose qui avait attiré mon attention était la masse en forme de bijou qu’elle avait placée sur la table. Je ne l’avais jamais vu avant… Qu’est-ce que ça aurait pu être ?

« Hmhm, c’est un secret, » dit-elle sans lever les yeux, et Marie et moi avions cligné des yeux. Wridra avait continué à tripoter le bijou tout le temps.

« Mais je n’ai encore rien dit… Qu’est-ce que tu fais, au fait ? » demandai-je.

Bien sûr, elle n’avait pas répondu. Je pouvais voir le côté de son visage souriant, mais je ne sentais que des difficultés venant de ce sourire innocent. Eh bien, Wridra pouvait probablement faire à peu près tout ce qu’elle voulait, et il était inutile d’essayer de comprendre ce que la Magi-Drake pensait. Et donc, j’avais décidé d’aller faire des œufs et des saucisses à la place. Marie semblait aussi arriver à la conclusion qu’il valait mieux laisser faire, et elle entama une nouvelle conversation.

« Kazuhiho va travailler en semaine, donc il n’y aura que nous ici pendant la journée, » déclara Marie.

« Hmm, je n’avais pas réalisé qu’il travaillait vraiment. Il semble que tout ce qu’il fait, c’est jouer dans ses rêves, » répondit Wridra.

Je pensais que je faisais aussi beaucoup de travail dans mes rêves, bien que je me sois amusé, contrairement à mon travail à la compagnie. Ahh, le combat d’hier avait été serré, et c’était vraiment excitant.

« Il semble être une personne différente ici, mais c’est ainsi qu’il libère le stress de son travail, » expliqua Marie.

« On dit que le type calme a tendance à mettre les choses en bouteille, mais je vois qu’il utilise ses rêves pour soulager sa tension, » répondit Wridra.

O-Ouais… Elles n’avaient pas tort, donc je ne pouvais pas vraiment dire quoi que ce soit. Mais ça me rendait un peu triste, alors j’avais décidé de donner l’œuf au plat avec le jaune cassé à Wridra. Je l’avais mis dans son assiette pour exécuter ma vengeance.

« D’habitude, j’étudie le japonais dans cette pièce, mais tu pourrais finir par t’ennuyer. Pourquoi ne pas regarder un dessin animé ensemble l’après-midi ? » demanda Maria.

« Animay ? Je n’en ai pas entendu parler, mais je suis pour toutes les formes de divertissement. Bien que je n’attende pas grand-chose de quelque chose fabriqué par les humains, » déclara Wridra.

Oh, de telles déclarations sont appelées « drapeaux » là d’où je viens.

Nous partions demain pour Aomori, et Marie avait une sorte de fascination pour la vie dans la campagne japonaise. Cela servirait de préparation pour le voyage, donc ça ne me dérangeait pas. Alors que ces pensées me traversaient l’esprit, j’avais remarqué le regard sérieux de Marie.

« Ah, je vois que tu ne sais toujours rien sur la qualité des loisirs japonais. Ce n’est pas seulement de la nourriture et des sources chaudes. L’anime est rempli d’un art magnifique qui est dessiné par des illustrateurs qui mettent leur âme dans chaque illustration. Les histoires sont incroyables aussi, mais c’est la musique qui m’a vraiment surprise. Ils t’atteignent au plus profond de ton cœur et peuvent te faire pleurer involontairement, » expliqua Marie avec sérieux.

Il semblait que l’amour de Marie pour les animes avait été enflammé. Elle avait continué avec passion en disant que c’était une forme d’art et une histoire complète en soi. Mais comme Wridra ne l’avait jamais vu auparavant, sa réaction était pleine de points d’interrogation.

« Hah, hah, alors je lui donnerai une évaluation correcte. Je ne suis pas un critique facile, ayant vu l’art de tous les temps et de tous les lieux. Malheureusement pour toi, je ne peux que prévoir un avenir où tu finiras par être déçu par mon évaluation, » déclara Wridra.

« On verra bien. Regarde, ça va détruire tout ce que tu as connu ! » déclara Marie.

On avait l’impression que le feu éclatait en arrière-plan lorsque l’elfe et la dragonne s’affrontaient, mais le paquet d’animes qui se trouvait entre elles était… un spectacle étrange. Peut-être que je l’imaginais, mais je pouvais presque voir un gros personnage d’anime prenant une pose intimidante derrière Marie. Dans son cas, l’anime était une des raisons pour lesquelles elle avait commencé à apprendre le japonais. J’admire sa passion, mais une partie de moi avait reconnu le fait qu’elle commençait à voir le Japon avec des lunettes roses. Je me demandais ce qu’il adviendrait de leur petite compétition. Malheureusement pour moi, je ne pourrais pas le voir se dérouler, car je devais me mettre au travail. Mais cela m’avait vite échappé, car j’avais été convoqué à une réunion dès que j’avais pointé, on m’avait informé d’un changement de direction pour notre flux de travail et j’avais dû refaire certains documents. Le fait d’être un adulte qui travaillait signifiait que je me fais constamment pousser dessus pour telle ou telle tâche, alors je doute qu’il y ait quelqu’un qui ne soit pas stressé par le travail. Ou peut-être qu’il y en avait. Mais ceux que je connaissais, au moins, ne faisaient que trouver des excuses pour ne pas accepter dès le départ de travail.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire