Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 1 : Faire des emplettes avec Mme l’Elfe

Partie 4

On pouvait voir la lune dans le ciel, comme si elle avait été taillée dans un manteau d’obscurité. La dragonne continua à la fixer, complètement immobile. Il n’y avait rien d’autre que l’immobilité, si ce n’est la légère brise qui soufflait de temps en temps pour faire bruire ses cheveux noirs. De temps en temps, des passants par curiosité parlaient à la beauté aux cheveux noirs aux vêtements inhabituels. Mais pour elle, ils n’avaient rien d’autre à voir que le chant des oiseaux. L’inquiétude de femmes explorant des donjons ou invitant à prendre un verre n’avait pas du tout stimulé sa curiosité. L’homme qui se tenait actuellement devant elle s’était présenté avec un comportement intolérable en prétendant qu’un jour, il allait devenir un héros. Ainsi, Wridra avait tout simplement apprécié la vue de la nuit.

C’était une période paisible où il n’y avait rien d’autre que le noir, et il n’y avait pas besoin de penser à quoi que ce soit. Un spectacle qui avait toujours existé depuis les temps anciens et qui existait déjà avant la naissance du monde… Le jeune homme l’avait finalement abandonnée après avoir été ignoré pendant un certain temps, visiblement irrité à son départ.

Cependant, il n’y avait aucun doute qu’un autre garçon avait du potentiel. Mais la dragonne aux cheveux noirs savait… Elle ne pouvait pas lui offrir un lieu de paix comme les sources chaudes ou la joie qu’il ressentait en chantant avec l’elfe. Alors elle leva les yeux vers le ciel comme d’habitude, attendant que le temps passe sans hésiter. Du moins, elle en avait l’intention, jusqu’à ce que…

« Salut. Belle lune, n’est-ce pas ? C’est si rond et joli. »

Wridra avait manifesté des émotions pour la première fois lorsque la voix l’avait appelée. Ses yeux s’étaient élargis et ses lèvres vives, qui ressemblaient à des fruits mûrs, s’étaient légèrement séparées. Et quand elle s’était retournée, il y avait le visage endormi et bâillant du garçon, comme prévu.

« Tu m’as surprise. Qu’est-ce que tu fais ici ? Je croyais que tu appréciais ton séjour dans l’autre monde, » déclara Wridra.

« C’est une si belle soirée, je voulais que tu apprécies la bonne nourriture. J’ai cuisiné quelque chose avec Mlle l’Elfe. Veux-tu en prendre ? » Après quoi, il s’était assis à côté d’elle. Elle resta sans voix pendant un moment, mais un sentiment d’amusement sembla surgir de l’intérieur d’elle, se répandant sous forme de rires. Une pensée lui traversa l’esprit. Même lorsqu’il s’agissait d’un dragon, cet humain et l’elfe ne pensaient qu’à la façon de la divertir. La plupart d’entre eux n’avaient fait que comploter et essayer de profiter d’elle, ce qui les avait menés à leur propre ruine.

« Hah, hah, hah, hahaha ! Je ne peux pas refuser une telle invitation. Mais si cette nourriture ne me satisfait pas, sache que ton visage somnolent ne sera plus, » déclara Wridra.

« J’aimerais que ce visage endormi puisse être réparé, mais… oui, suis-moi, s’il te plaît. Il étendit une couverture qui sentait la poussière sur ses épaules. Cela avait repoussé l’air nocturne, et la chaleur qui enveloppait Wridra l’avait rendue un peu heureuse pour une raison quelconque. Elle n’avait besoin ni de sommeil ni de nourriture. Elle contrôlait tellement sa magie qu’elle n’en avait plus besoin, mais elle se sentait étrangement tentée par l’offre du garçon. Reposant sa tête sur l’épaule du garçon, elle leva tranquillement les yeux vers le ciel nocturne. C’était peut-être dû à l’air sec du désert, mais les étoiles semblaient plus belles que d’habitude cette nuit-là. Elle continuait à apprécier les couleurs qui semblaient indiquer l’immensité du monde, et la somnolence du garçon semblait s’étendre en elle. Il n’y avait pas besoin de dire ou de penser quoi que ce soit. Wridra sentait simplement que cette fois-ci, c’était pour profiter du silence et de la nuit elle-même, et ses paupières devinrent plus lourdes. Elle cligna lentement des yeux, pensant qu’elle ne pouvait pas s’endormir si vite… et puis la dragonne s’endormit. Si facilement et sans résistance, comme un bébé. Le garçon, qui restait éveillé, leva également les yeux vers le ciel et poussa un soupir, libérant une bouffée blanche dans l’air froid de la nuit.

« Le ciel nocturne est si beau. Oh, tu t’es déjà endormie ? » demanda-t-il.

 

***

« Nnnnnnnn ! »

« Mmmmmmmm ! »

On aurait dit que la matinée allait déjà être mouvementée. Elle s’était assise là, tenant sa cuillère comme Marie, les sourcils profondément plissés. Mais j’avais compris ce qu’elle ressentait. Le curry était l’un des plats les plus appréciés à l’école primaire, et les enfants étaient excités à l’idée de déjeuner dès le matin, dès qu’il était au menu. Le curry dont ils se fourraient la bouche avait une saveur épicée distincte, avec un soupçon de douceur. Quant à moi, j’appréciais tellement leurs réactions que je n’avais même pas encore pris une bouchée.

« Tellement bonnnnnnn ! Tu te fous de moi !? C’est délicieux ! » s’exclama Wridra.

« Ahh, je n’arrive pas à croire que j’ai fait ça ! C’est juste la bonne quantité d’épices, et je n’arrête pas de manger ! Bizarre, je suis considérée comme une petite mangeuse, même parmi les elfes, » déclara Marie.

C’était incroyable à quel point leurs seules présences pouvaient rendre un repas plus savoureux qu’il ne l’aurait été si j’avais mangé seul. La dragonne continuait à placer de la nourriture dans sa bouche avec une grande vigueur, puis elle la mâchait avec une expression satisfaite. L’elfe prit des cuillerées prudentes dans sa bouche, puis posa ses mains sur ses joues et laissa sortir un « Mmf. »

« C’est très bon quand on sait qu’on l’a fait soi-même, n’est-ce pas ? C’est encore mieux quand vous mangez à l’extérieur. Ce serait amusant d’aller camper au bord de la rivière quand il fera plus chaud, » déclarai-je.

« Bonne idée ! Cela pourrait même être bon à manger dans l’ancien donjon, » déclara Marie.

« Oui, une idée géniale ! Je suis tout à fait d’accord ! » s’exclama Wridra.

Ouais… Je ne sais pas à propos de ça. Je n’étais pas sûr si je voulais que l’ancien donjon, vénéré et intact depuis des milliers d’années, soit rempli de l’odeur du curry. Pour être honnête, j’aurais été assez déçu si cela s’était produit.

« Eh bien… Vous en voulez d’autres ? J’en ai fait beaucoup, puisque Wridra arrivait. » C’était vraiment satisfaisant de la voir manger, et son assiette avait été nettoyée en quelques instants.

« Oui, c’est vrai ! » répondit-elle en me remettant son assiette avec enthousiasme… Malheureusement, il semblait qu’elle n’allait pas réparer mon visage endormi après tout. Je m’étais dit que c’était mieux que de ne pas répondre à ses exigences.

« Alors, comment était le camp ? As-tu remarqué quelque chose d’inhabituel ? » J’avais demandé cela quand j’avais versé plus de riz dans son assiette, et Wridra avait croisé ses jambes avec sa tenue noire d’un seul tenant, montrant ses belles cuisses.

« En effet, je l’ai fait. Il semble qu’il y ait eu un intrus. Les plus hauts gradés étaient agités, mais ils avaient l’impression qu’il se passait aussi quelque chose d’autre, » répondit Wridra.

« Je me demande si les intrus étaient ces bandits. Tu te souviens de ces bandits qu’on a eus il y a quelque temps, Marie ? Je pense qu’ils sont entrés dans le donjon avant nous. » Quand je lui avais parlé, elle était revenue à elle à partir de son expression rêveuse.

« Oh, oui, je me souviens d’eux. Mais ils n’étaient pas un si grand groupe, donc je ne pense pas qu’ils seraient capables d’affronter les forces d’Arilai. Le mieux qu’ils puissent espérer, c’est se faufiler et empocher quelques objets de valeur, » répondit Marie.

Elle avait raison à ce sujet. Mais compte tenu de la façon dont Wridra avait dit que les plus hauts gradés étaient agités, ce n’était peut-être pas de simples voleurs de gemmes auxquels nous avions affaire. Dans ce cas, ils pourraient être classés dans l’une des deux catégories suivantes. Soit ils étaient une bande d’imbéciles qui agissaient imprudemment… soit ils avaient une méthode pour traiter avec un pays tout entier. D’après ce que j’avais vu, c’était un peu plus probable que ce soit le second. Je ne voulais pas entrer là-dedans et interrompre notre agréable repas, mais il me semblait qu’il y aurait beaucoup de couches dans ce donjon. Cela dit, la difficulté supplémentaire n’avait fait que rendre les choses plus excitantes. J’avais souri en m’approchant de la table avec une assiette de curry extra large à la main. Wridra m’avait pressé de me dépêcher avec ses yeux, et quand j’avais posé l’assiette sur la table, le sourire d’une oreille à l’autre sur son visage m’avait dit que le donjon avait déjà été oublié.

 

 

« Hah, hah, hah, c’est enfin arrivé. Itadakimasu ! » Elle avait immédiatement commencé à manger la nourriture. Comme d’habitude, son appétit était encore plus grand que tous les hommes que je connaissais. Peut-être qu’il valait mieux s’inquiéter de la quantité de curry qu’il restait plutôt que des bandits. Le gros lot de curry qui avait rempli le pot à ras bord semblait si fiable plus tôt, mais voir Wridra agiter sa queue me donnait une impression pitoyable pour une raison quelconque. Mais je ne pouvais pas y faire grand-chose. C’était la légendaire Magi Drake, après tout. Tandis que cette pensée me traversait l’esprit, Marie me présenta son assiette avec une expression timide. Ouais, ce pot de curry n’allait pas durer longtemps. J’avais jeté un coup d’œil dans le pot maintenant vide et je m’étais dit que j’avais fait une double dose.

Ce n’est pas possible… J’en avais fait assez pour deux jours. J’avais jeté un coup d’œil à la table pour trouver la dragonne et l’elfe se penchant en arrière dans leurs chaises, se frottant le ventre avec des expressions satisfaites. Wridra avait mangé à peu près deux jours de nourriture. Elle avait bourré son estomac apparemment sans fond de nourriture, mais cela n’avait eu pour résultat qu’une légère augmentation de son tour de taille. Le curry allait devenir gênant à laver si vous le laissez reposer, alors j’avais décidé de nettoyer tout de suite. Quand j’avais commencé à faire couler l’eau de l’évier, Wridra s’était lentement assise sur sa chaise.

« À propos du donjon ce soir, je ne vais pas faire de groupe avec vous deux, » déclara Wridra.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Ne va-t-on pas s’amuser ensemble ? » Marie cligna des yeux, mais ne put s’asseoir à cause de son estomac surchargé.

Wridra la fixa un instant, puis commença à tresser ses cheveux à la taille et lui répondit. « Bien sûr que oui. » Ses cheveux noirs naturellement raides s’étaient liés en quelques instants, et une ficelle était apparue pour les attacher ensemble à la fin. Elle montrait ses cheveux, tressés d’un côté, et c’était plus susceptible de dire qu’elle avait l’air cool plutôt que mignonne. Nous avions applaudi tous les deux, et la dragonne avait souri avec charme.

Wridra était occupée avec son accoutrement, alors j’avais décidé de répondre. « Je pense que ce qu’elle voulait dire, c’est qu’il y a trop de différence de niveau. Marie, toi et moi sommes déjà à 40 niveaux d’écart. Ajoute Wridra dans l’équation, et tu n’auras presque pas du tout d’expérience. » Marie hocha la tête pour signifier sa compréhension. Malgré cela, mon explication n’était apparemment pas suffisante, car Wridra s’était éclairci la gorge pour parler.

« C’est vrai aussi, mais je n’ai pas le bracelet nécessaire pour former un groupe. Je n’ai pas non plus l’intention de me lancer dans la civilisation pour en obtenir un, » déclara Wridra.

« Oh, alors il n’y a rien qu’on puisse faire. Il nous faudrait plusieurs semaines pour nous inscrire si nous commençons dès maintenant de toute façon. Cependant, discuter à travers le lien de l’esprit dans une partie aurait été amusant. » Marie avait l’air déçue. Voyant l’expression grincheuse de l’elfe, Wridra se remua un peu.

« Heureusement, j’ai un lien avec le bâton que j’ai donné à Marie. Non seulement cela soutiendra sa magie, mais nous pourrons communiquer de la même façon que nous le ferions avec ce soi-disant lien à travers l’esprit, » déclara Wridra.

« Wôw, comme c’est avancé… Serait-ce parce que ce bâton est incroyablement puissant ? » demanda Marie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire