Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 2 – Chapitre 8 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 8 : Duel

Partie 4

Sven, l’épéiste magicien, était sous le choc.

Après avoir envoyé le garçon voler avec un puissant coup de pied, il avait regardé sur le côté puis il avait plissé ses sourcils quand il avait vu les filles et le nécromancien assis là.

Alors qu’il se demandait si elles avaient utilisé une sorte de contrôle de l’esprit, il avait activé son Oracle pour découvrir ce qui se passait.

Mais à ce moment-là, il avait senti tout son corps geler en raison de la peur.

La femme qui parlait et riait à côté de l’elfe sans se soucier de rien n’était pas du tout une femme, mais un monstre.

Une présence écrasante qui lui avait rappelé la nuit où il avait couru pour sauver sa vie il y a quelques jours s’était fait sentir.

Et au-dessus de sa tête, les mots « Magi-Drake » y étaient écrits en rouge sang, lui disant que rencontrer un tel être signifierait une mort certaine.

« M-M-M-Magi... ! » s’écria Sven.

Son esprit avait été plongé dans un état de confusion, et sa vision s’était tellement brouillée qu’il s’était presque évanoui.

Maintenant qu’il ne pouvait plus s’échapper avec son compagnon pris en otage, il devait trouver comment se sortir de cette situation épouvantable.

Aurait-il pu savoir qu’elle serait là ?

Ne l’avaient-ils pas laissé s’échapper l’autre soir parce qu’il voulait s’en débarrasser maintenant ?

Le fait de se retrouver dans la même situation l’avait vraiment terrorisé.

Son corps trembla, alors qu’une peur primitive commença à remplir son esprit.

Puis il avait agi dans le but d’éviter une mort certaine.

Il jeta ses lunettes de soleil par terre, les yeux brillants d’or comme ceux d’un hibou.

Sa compétence, Oracle, lui avait permis de regarder dans un avenir incertain, et il avait activé sa puissance au maximum.

Cela drainait rapidement sa magie en échange du fait de repousser sa mort imminente.

« Hé. Vous n’avez pas l’air en forme, » déclara la voix du garçon.

Il ne faisait même pas attention au garçon distant qui venait lui parler.

Non, il n’était peut-être même pas humain.

À ses yeux, le garçon semblait être un serviteur de la Magi-Drake et un démon maléfique qui était là pour dévorer son cœur.

Mais maintenant qu’il avait activé Oracle, la vérité l’avait frappé.

« Tu es… humain. Et ton esprit n’est pas non plus contrôlé, » déclara Sven.

« Hein ? C’est bien le cas. Quoi que vous ayez pu comprendre, j’aimerais que vous ne le disiez à personne. Elle n’en a peut-être pas l’air, mais Wridra est une femme plutôt gentille. On a fait un beau voyage ensemble hier, » déclara l’autre.

Il ne savait pas comment répondre à cette conversation insensée.

Se pourrait-il que le garçon interagisse avec cet être en sachant que c’est une Magi-Drake ?

Cela le rendrait encore plus dangereux.

Le fait de réveiller un dragon endormi et l’amener à la civilisation humaine était équivalent à répandre sciemment des catastrophes naturelles dans tout le pays.

De nombreux problèmes étaient apparus avec l’activation d’Oracle.

L’un d’eux étant que cela avait même augmenté l’efficacité du processus de pensée de l’utilisateur, lui enlevant ainsi son humanité.

C’est pourquoi il avait limité le nombre et la durée de son utilisation à un minimum, mais…

« Je vais t’abattre, » déclara Sven.

« Vous semblez encore plus menaçant qu’avant. D’accord. Finissons-en alors, » déclara le garçon.

L’intention meurtrière de Sven avait suffi à faire fuir les oiseaux des environs, mais le garçon n’avait fait que hausser les épaules.

Même s’il l’avait gravement blessé, cette expression et ce discours somnolents n’avaient pas changé, ce qui était plutôt ennuyeux.

La lumière était projetée sur leurs pieds à travers les feuilles des arbres tandis que le soleil se levait lentement.

Lorsque la lumière du soleil s’était finalement approchée de leurs genoux, leurs lames s’étaient soudainement heurtées.

Puis un autre corps était apparu à côté du garçon, puis encore un autre.

Chacun d’eux avait levé leur arme, exécutant le coup que le garçon avait appris à la Guilde des Aventuriers.

Sven avait instantanément compris le truc avec son Oracle activé.

Ils n’étaient que des illusions avec des schémas de mouvements qui leur étaient assignés avec précision.

Ce n’était qu’une distraction.

Il tourbillonna et étendit les mains comme des serres d’aigle… et il rata sa cible.

Le garçon avait déjà enregistré ce mouvement avec sa capacité de Répétition, et il était préparé avec la manœuvre d’évitement optimale.

Les deux frappes qu’il avait libérées en contre-attaque avaient coupé le poignet et le coude de Sven, mais l’empêcher de se téléporter était plus important que les blessures qu’il avait subies.

Encore et encore, il avait utilisé ses épées magiques pour attaquer les pieds du garçon.

C’était tout ce qu’il avait à faire pour empêcher sa capacité de transport, lui donnant un avantage énorme… du moins le pensait-il.

Avec son esprit si concentré sur cette tâche, Sven avait négligé quelque chose d’important.

Au fur et à mesure que ses attaques devenaient plus précises, elles devenaient plus simples, ce qui permettait au garçon d’enregistrer le mouvement avec précision.

Les épées magiques dansaient dans l’air alors qu’elles manquaient leurs cibles, et il se retrouva en sueur alors que le garçon commençait à échapper aux attaques en balançant simplement le haut de son corps.

À ce moment-là, le garçon qui avait l’air endormi lui montra du doigt le dos.

Il semblait dire à Sven de se retourner, mais ce serait stupide de faire ce qu’il disait.

Mais lorsqu’il remarqua une ombre projetée par la lumière du soleil, ses yeux se tournèrent rapidement vers son dos.

Là, il avait trouvé le garçon brandissant son épée vers le cou de Sven.

Même s’il savait que c’était une illusion, voir une épée s’avancer vers son cou non protégé l’avait fait transpirer abondamment.

Cela n’avait pris qu’un instant.

En un clin d’œil, quand son corps s’était un peu crispé…

Une épée noire avait bondi d’en bas, comme un poisson qui s’élançait en l’air.

Sven leva son bras renforcé pour la bloquer, mais la lame anormalement tranchante coupa à mi-chemin de son bras.

« Imbécile, tu viens de perdre ton arme ! » cria Sven.

Ne ressentant plus aucune douleur, Sven avait ri et avait resserré ses muscles enflés autour de la lame.

Elle était complètement bloquée sur place, et quand il avait envoyé ses épées magiques sur le garçon des deux côtés, le garçon avait lâché son arme.

Peut-être qu’il avait aussi enregistré cette attaque.

Il s’était penché en arrière, esquivant les lames d’un cheveu.

De plus, il avait fait pivoter son corps dans le même mouvement, utilisant parfaitement l’élan et les muscles de son corps pour donner un puissant coup de pied.

La forme était d’une beauté fascinante et ne pouvait être obtenue qu’après des années d’entraînement, mais…

« Salaud, c’est à moi de jouer ! » commença Sven.

Il a même enregistré mon coup de pied !

C’était une pensée exaspérante, mais le garçon avait frappé le coude de Sven, lui envoyant un choc dans le bras.

Les muscles qui tenaient l’épée noire en place s’étaient relâchés. Le garçon l’avait immédiatement remarqué, avait récupéré son arme, puis avait exécuté une frappe.

Le côté de la lame avait frappé la tempe de Sven, et un bruit comme un craquement de bambou résonna sur toute la plage de la rivière.

La vision de Sven avait tremblé dramatiquement, et avant qu’il ne s’en rende compte, il s’était retrouvé à genoux.

L’Oracle s’était désactivé, puis tout avait semblé aller de travers.

La femme de l’autre côté semblait fatiguée d’attendre alors qu’ils s’approchaient, et Sven sentait une sueur froide couler sur sa tête.

Il savait que ça allait arriver.

Il était sur le point de vivre des horreurs indescriptibles directement issues de ses cauchemars.

Mais il s’attendait à une autre surprise quand la Magi-Drake avait ouvert la bouche pour parler.

« Il semble que ce soit fini. Ton niveau est plus élevé, il t’a surclassé en talent. Comme c’est honteux ! Maintenant que j’ai rejoint ton groupe en tant que tank, je vais t’entraîner pour te remettre en forme à partir de zéro, » déclara la dragonne.

« Quoi, vraiment !? Mais je pensais avoir fait de mon mieux…, » s’écria le garçon.

Sven regarda ça fixement, stupéfait, tandis que la femme criait sur le garçon.

Avaient-ils vraiment eu une conversation agréable avec la légendaire Magi-Drake ? Et qu’est-ce que c’est que ça veut dire qu’elle les avait rejoints en tant que tank ?

C’était trop beau pour être vrai.

Elle était bien plus que surqualifiée pour servir d’escorte dans l’ancien donjon.

Elle était peut-être… non, elle était à tous les coups plus forte que le boss du donjon lui-même !

Il avait crié mentalement, puis avait finalement perdu connaissance.

***

Clic, clac, le bruit des chaussures qui frappaient le sol résonna dans la salle.

La salle de la guilde des sorciers, qui avait été si animée, était maintenant complètement vide.

La cérémonie de sélection pour décider si un remplaçant serait choisi était terminée et chacun avait déjà rempli ses fonctions.

Ils avaient été choqués par la vue de Sven, l’expert en combat, qui avait été battu si totalement. Et comme il était très impopulaire au sein de la guilde, ils commencèrent à bavarder de bon cœur peu après.

Même s’ils n’auraient pas dû, ils avaient commencé à servir à boire au chef de la guilde, et ils avaient joyeusement applaudi les jeunes qui avaient un brillant avenir devant eux.

En d’autres termes, tout s’était bien passé.

Mariabelle était populaire au sein de ce groupe, et on lui faisait confiance pour ne cacher aucune information ou aucun trésor qui pourrait être trouvé.

C’était assez divertissant de voir que même ceux qui se comportaient souvent en héros levaient les mains avec enthousiasme quand ils voyaient Sven encaisser le coup de grâce.

Les cheveux longs et azurs de la femme se balançaient en se souvenant de la vue alors qu’elle souriait.

Elle avait habituellement un regard sévère, mais il était facile de voir la beauté féminine cachée sous la surface.

Elle avait regardé autour d’elle avec ses yeux comme des lacs, puis s’était dirigée vers le centre de la salle.

On pouvait y voir un vieil homme tenant un verre qui n’avait pas encore été utilisé.

Les coins de sa bouche se recourbaient jusqu’à un sourire, mais le sourire n’atteignait pas ses yeux.

Sa bouche profondément ridée s’était ouverte. « On dirait que tout s’est passé comme vous le souhaitiez. »

« Merci pour votre aide. Je suis sûr que le chef de la guilde est aussi content, » répondit-elle.

L’assistant du chef de guilde poussa un soupir exaspéré comme pour dire. « Qui sait ? »

Le chef de guilde était une personne difficile, et se montrait à peine en public.

Même l’assistant du chef se souvenait à peine d’avoir eu une conversation en personne.

Il s’était plaint que cette femme était probablement plus proche du chef de la guilde, étant celle qui contrôlait la circulation de l’information.

La femme ne lui avait fait qu’une expression calme en réponse.

Il haussa les épaules avec dédain, puis regarda autour de lui.

« Ce n’est pas seulement leur capacité qui les a amenés ici. Je suis sûre que vous le réalisez aussi. »

Le maître de Mariabelle le regarda sans paroles.

Ses yeux semblaient absorber le bonheur et la tristesse.

C’était comme si le fait de regarder son sourire allait vous faire disparaître dans le néant.

Puis ses yeux se plissèrent alors qu’elle fit un sourire heureux, et elle but aussitôt le contenu du verre.

« Je n’ai aucune idée de ce que vous voulez dire. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, » déclara la femme.

Après ça, la femme avait redonné le verre vide et était partie.

L’homme aux cheveux grisonnants cria dans la direction des pas qui faisaient écho. « Je suis sûr que tout le monde s’est amusé avec votre rare sort de clairvoyance. Mais cela ne vous ressemble pas d’obscurcir l’image au moment où la femme aux cheveux noirs bougeait. Dites-moi. Que s’est-il passé à ces moments-là ? »

Les paroles résonnèrent comme si personne ne les avait entendues, et la femme s’en alla sans s’arrêter, laissant l’homme seul dans le couloir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire