Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 2

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Épisode 5 : C’est l’heure du repos, Mademoiselle Magi Drake

Partie 2

J’avais déjà entendu dire que les ruines de Nazul-Nazul étaient une ville souterraine qui avait été détruite il y a 1 000 ans. Selon des documents historiques, des sorciers de grande puissance et de puissants soldats beaucoup plus forts que ceux des temps modernes y vivaient. Mais toute leur splendeur était maintenant des choses du passé, et les seuls sons qui résonnaient dans les vastes ruines souterraines étaient nos pas, y compris ceux de l’homme-lézard, qui nous guidait.

Deux esprits de lumière flottaient autour de nous, nous permettant de voir sans problèmes. L’humidité sur le pavé de pierre rendait la semelle glissante, et j’avais instinctivement attrapé le bras de Marie qui avait failli trébucher.

« Oh, m-merci. Puis-je me tenir contre toi ? J’ai peur de glisser à nouveau, » déclara Marie. 

« Cela ne me dérange pas. Je suis sûr que tu es très préoccupé par les ordres à donner à tes esprits. Et merci de nous avoir guidés, au fait, » déclarai-je.

J’étais passé à la langue reptilienne pour ma déclaration finale, qui était dirigée vers l’homme-lézard qui ouvrait la voie. Il avait dirigé ses yeux ronds vers moi, puis avait semblé cligner des yeux alors qu’une membrane translucide couvrait brièvement ses globes oculaires.

Sa bouche de crocodile s’était ouvert en grand pendant qu’il parlait. « Non, non, on m’a dit d’escorter poliment nos invités à leur arrivée. Si vous vous souvenez, vous êtes passé par derrière la dernière fois. Maintenant, j’ai la permission de vous montrer l’entrée principale en tant qu’invité. » 

Je ne savais pas qu’il y avait des entrées devant ou derrière. Tout cela avait probablement été arrangé par la Magi-Drake, mais j’étais reconnaissant que nous puissions procéder ainsi sans même avoir besoin de regarder la carte.

J’avais traduit pour Marie, puis elle avait incliné la tête avec curiosité. « Oh, alors je me demande si elle n’est pas dans cette terrible situation. J’ai cru qu’il s’était passé quelque chose, à en juger par la faiblesse du sang du dragon qui brillait. »

« Je ne peux pas le dire avec certitude parce qu’on la voit à peine en personne, mais… il y a certainement quelque chose qui cloche, » annonça l’homme-lézard. « Nous avons même été effrayés par les grognements occasionnels que nous avons entendus. Les œufs devraient déjà avoir éclos, mais… »

Il avait commencé à regarder autour de lui avec prudence. Il y avait peut-être eu un changement dont je n’étais pas au courant. Bien que je ne pouvais pas imaginer dans quel genre d’ennuis la légendaire Magi-Drake pourrait avoir…

Nous avions continué à travers les habitations des hommes-lézards, puis nous nous étions dirigés de plus en plus profondément sous terre. Ils semblaient tous sociables alors qu’ils nous saluaient, mais ils nous auraient probablement accueillis avec leurs crocs dénudés si nous avions été des intrus. En fait, leurs crocs étaient déjà visibles naturellement.

Quoi qu’il en soit, nous avions franchi plusieurs portes cachées, puis nous nous étions retrouvés dans un silence total en descendant de longs escaliers. Tout ce que nous avions dit produisait de l’écho, ce qui nous avait fait ressentir une sensation un peu bizarre. Les statues qui nous entouraient semblaient être du genre à commencer à se déplacer et à nous attaquer parce que nous avions troublé la paix.

« On n’a pas de temps à perdre à faire du tourisme en ce moment, » déclarai-je.

« Je sais, mais c’est vraiment dommage. Je voulais les voir se réanimer de mes propres yeux…, » déclara Marie.

C’était un spectacle impressionnant, mais l’homme-lézard m’avait regardé avec une expression qui criait. « Qu’est-ce qu’il a cet humain ? » Bizarre, je ne pensais pas avoir dit quoi que ce soit qui puisse rendre un monstre aussi bizarre…

Finalement, nous étions arrivés devant une entrée géante. J’avais même dû lever les yeux pour l’admirer dans sa totalité. Son côté effrayant convenait à la pièce du dernier boss. C’était bouleversant de penser qu’un ornement aussi complexe avait été fait par un dragon.

J’avais été émerveillé pendant un certain temps, alors que c’était comme si j’avais été frappé par la foudre. C’était semblable à un style architectural occidental, mais le superbe sens de l’équilibre devait selon moi provenir de dessins d’anciennes choses depuis longtemps disparues. Je ne pouvais même pas y toucher sans prendre plusieurs grandes respirations pour me calmer d’abord. Tout ce que je voyais aurait largement suffi pour faire tomber dans les pommes tout amateur de donjon. Après m’être dit que je devais me calmer, j’avais essuyé la sueur de mes mains.

« Il y a un sentiment de féminité qui s’y est ajouté… Je ne pense pas que cela ait été confié à un artisan. Selon moi, cela ressemble presque à l’expression des histoires dans son esprit…, » déclarai-je.

Je m’étais assez finalement calmé pour être capable de tendre la main vers l’ornement. À ce moment-là, j’avais eu l’impression de comprendre ce que ressentaient les Otakus de trains. Si j’avais eu un appareil photo entre les mains, j’aurais sûrement pris toutes les photos que je pouvais. Pendant mes jours de congé, il est certain que j’aurais après ça ouvert mon album fait avec elles et j’y jetterais un coup d’œil avec fascination, en soupirant de joie. Et dire que j’allais la toucher de mes propres mains…

« Arrête d’être ridicule. C’est parti. Allons-y, » déclara Marie.

Marie m’avait tiré par la manche et ma main tendue avait glissé dans les airs. J’en aurais presque pleuré.

« Eh bien, je vais repartir maintenant. Je n’ai pas le droit d’y entrer sans permission. » L’homme-lézard cligna des yeux pendant qu’il parlait. Il semblait qu’il cherchait le bon moment pour partir.

Il semblait avoir un sentiment de déception dans ses yeux lorsqu’il me regardait et, pour une raison ou une autre, Marie acquiesça d’un signe de tête, même si elle était incapable de le comprendre. Mais elle, bien sûr, comprenait le geste universel de dire au revoir. Nous lui avions tous les deux fait signe en réponse et des remerciements pour nous avoir guidés là-bas.

L’homme-lézard qui agitait la main avait l’air plutôt mignon, comme si c’était quelqu’un en costume intégral…

Puis, quelque chose s’était passé après nos adieux. Comme si notre présence avait été remarquée, les grandes portes métalliques avaient commencé à s’ouvrir. Si nous avions été des explorateurs normaux, nous aurions probablement eu de gros problèmes. J’étais aussi sûr qu’une glorieuse musique de combat aurait commencé à jouer alors que nous regardions l’énorme dragon noir étendu dans l’espace dégagé entouré de rochers. Cette seule vue aurait signifié une mort certaine pour nous.

« Euh, excusez-nous…, » déclarai-je.

Mais nous étions invités dans ce cas, et la Magi-Drake agitait la queue pour nous accueillir tout en restant couchée. Elle remua ensuite le bout de sa queue, et les roches environnantes commencèrent à briller ici et là. C’était comme si elle avait appuyé sur un interrupteur, et j’avais été un peu surpris qu’elle ait eu un sens de l’hospitalité, malgré son apparence terrifiante.

« Ah ! Regarde, regarde ! Des petits dragons ! » cria Marie.

« Oh, tu as raison ! Ils sont si petits et mignons, » répondis-je.

Quand j’avais levé les yeux, il y avait environ trois petits drakes qui grimpaient sur le dos de leur mère. Leurs écailles étaient blanches, probablement parce qu’ils étaient nés récemment.

Ce qui était plus inquiétant, c’était à quel point la Magi-Drake semblait apathique. Elle était si majestueuse la dernière fois que nous étions venus ici, mais elle était simplement allongée là, complètement vidée d’énergie. Sa bouche était légèrement entrouverte.

Hum… est-ce qu’elle ressemblait toujours à ça ? Je pensais qu’elle avait plutôt l’impression d’être une « boss » qui causerait le désespoir dans le cœur par sa seule apparence. Marie et moi nous nous étions regardés, partageant ce sentiment sans paroles.

Juste à ce moment-là, ses mots dans le langage des dragons résonnèrent dans la pièce et elle commença à briller au niveau de sa poitrine. Une silhouette brillante et humanoïde avait alors atterri sur le sol, ses longs cheveux noirs vacillant alors qu’elle redressait sa posture.

« Ah, hey ! »

Marie m’avait couvert les yeux, m’empêchant de voir la femme dans sa tenue d’Ève. Elle était très voluptueuse malgré ses jambes longues et minces et son corps serré, et elle avait une attirance mature qui contrastait avec celle de Marie.

Ma vision étant bloquée, je n’entendais que des crépitements. C’était probablement le son de la création de sa robe faite d’un matériau rigide comme elle l’avait fait la dernière fois.

Une fois que Marie avait libéré ses mains de mes yeux, la Magi-Drake sous une forme de femme-draconienne se dirigeait lentement vers nous. Son armure noire présentait une conception complexe, mais elle lui permettait une large gamme de mouvement. Elle semblait trop solide pour être brisée par des mains humaines. La voir faire des ajustements mineurs à son armure aurait eu l’air plutôt cool. Ses longues et minces jambes étaient encore une fois non couvertes par l’armure et donc, elles étaient visibles.

La Magi-Drake, qui était plus grande que nous, avait alors ouvert la bouche. « Bienvenue, enfants de l’homme. Cela fait un certain temps, mais comme vous pouvez le constater, j’ai eu les mains incroyablement occupées. »

« Je vois qu’ils sont enfin nés. Félicitations ! » déclarai-je.

Elle hocha la tête avec une expression de fierté bien visible sur son visage. Ses yeux d’obsidienne se rétrécissaient et son visage souriant était vraiment beau et unique. S’il y avait quelque chose qui nuisait à sa beauté, c’était le fait qu’elle avait l’air un peu fatiguée et pâle, et que ses cheveux étaient très effilochés.

« Ha, ha, ha, si vous êtes ici, vous devez l’avoir apporté. Je sais que vous l’avez. Donnons-leur l’occasion de dîner avec vous, enfants de l’homme, » déclara la dragonne.

Elle avait redressé sa posture en rigolant, puis…

Clunk !

Le dragon lâcha ses baguettes sur la boîte à bento qui ne contenait que quelques grains de riz, alors qu’elle était au bord des larmes. On l’avait déjà mangé à l’atelier de Mewi, mais elle n’y croyait pas. Peut-être qu’elle ne voulait pas. J’avais du mal à supporter de voir des larmes couler dans ses yeux et elle s’était mise à renifler. Pour quelqu’un qui était habituellement si majestueux, ses émotions étaient beaucoup trop évidentes. C’était probablement parce qu’elle n’était pas habituée à un corps humain, mais la douleur reflétée sur son visage était très douloureuse à voir.

« U-Um, nous étions inquiets qu’il vous soit arrivé quelque chose, et nous sommes venus sans rien préparer…, » déclarai-je.

« … Mais… »

« Hein ? Qu’est-ce que c’était ? » demandai-je. 

« Il est vide ! J’ai travaillé si dur pour élever des enfants, et vous me dites que je ne dois apprécier que l’odeur ? Waaaah ! » s’écria la dragonne

J’avais été surpris de la voir tomber à genoux. Il semblait qu’elle n’était pas seulement déçue par le manque de nourriture. Elle avait commencé à expliquer à quel point il était difficile d’élever ses petits.

« Les enfants sont si indisciplinés. Ils étaient adorables au début, mais ils sont comme de petits démons qui rampent sans fin. Et je n’ai cessé de les nourrir de ma magie depuis tout ce temps. Tout ce temps, sans dormir ni manger… depuis si longtemps…, » déclara la dragonne.

Les sourcils de Marie se déformèrent en raison de l’inquiétude tandis que l’elfe frottait le dos de la Magi-Drake avec sympathie. Il devait y avoir tellement de choses que le dragon retenait dans son cœur, et les larmes commencèrent à couler sur son visage.

« Ah, je vous envie. Vous avez votre mâle à vos côtés. Ha, ha, ha, celui-là est toujours en train de voler quelque part, faisant ce qu’il veut. Je souhaite aussi faire quelque chose d’agréable. Je veux aller jouer… Si seulement je pouvais au moins attaquer une ville humaine, » déclara-t-elle.

Attends, est-ce qu’elle vient de dire quelque chose d’effrayant… ? pensai-je.

Marie m’avait lancé un regard troublé. C’était peut-être ce qu’ils appelaient la « névrose maternelle ». Je ne savais pas que les dragons avaient aussi du mal à élever des enfants, mais cela devait avoir été dur pour elle si elle n’avait même pas eu le temps de dormir. Le grognement que l’homme-lézard avait mentionné et la faible lueur que nous avions vue sur l’objet imprégné de sang du dragon étaient probablement dus à cela.

 

 

« Euh. Ce serait dangereux d’attaquer les gens, alors ne le faites pas, » déclarai-je.

« Je le sais, je le sais. Je suis une dragonne prudente. Les survivants rancuniers n’apporteront que plus d’ennuis, alors je m’assurerai de choisir un petit village, » déclara la dragonne.

Elle avait légèrement souri, mais ce n’était pas rassurant du tout, Madame la Magi-Drake. Cela ne m’aurait pas dérangé quand je pensais que ce monde n’existait que dans mes rêves, mais c’était juste inquiétant maintenant que je savais que ce n’était pas le cas.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire