Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Épisode 3 : Magi Drake

Partie 1

D’abord, il y avait eu le sentiment de dériver vers le bas. Puis j’avais entendu le son d’une elfe qui respirait dans son sommeil. L’appartement sombre était devenu encore plus sombre, et la sensation du lit doux et chaud avait été oubliée depuis longtemps. Au lieu de cela, j’avais ressenti une sensation du froid et d’une grande dureté contre mon dos, alors que quelque chose de rigide et aiguisé s’y enfonçait. Je m’étais retrouvé dans l’obscurité, et j’avais noté que ma théorie était juste.

Il y avait eu des moments où je m’étais réveillé à un endroit différent de celui où j’étais mort, mais c’était seulement quand j’étais dans un endroit qui serait coincé dans une boucle sans fin de morts, comme quand j’étais tombé dans une mer de magma. Dans les cas où je me réveillais paisiblement comme ça, c’était généralement au même endroit.

« Hmm, c’est peut-être vrai que quelqu’un supervise cet endroit, » murmurai-je.

En parlant, j’avais remarqué à quel point je me sentais reposé. Nous avions bâillé tous les deux, puis nous nous étions lentement levés.

« Eh bien, euh... Je suppose qu’il est temps de commencer notre mission, » murmurai-je.

« Je vais avoir besoin que tu te ressaisisses. Continue à parler comme ça, et tu vas me faire perdre toute motivation, » répliqua Marie.

J’avais reçu un commentaire désapprobateur de sa part, et un esprit de lumière était apparu peu après. Une elfe vêtue était apparue comme une bougie illuminant l’obscurité, et nous nous étions souri malgré l’horrible situation dans laquelle nous nous trouvions. Il semble que nous ayons au moins réglé le premier de nos problèmes.

« Je suis content que tu sois rentrée saine et sauve. Je suis vraiment désolé de t’avoir mise en danger, » déclarai-je.

« C’est bon, je me suis bien amusée. La nourriture délicieuse, les fleurs de cerisier et les chaussures confortables... Tout cela était merveilleux. Je t’en remercie, » déclara Marie.

Je n’avais pas réalisé qu’elle était une fille si gentille et directe, et je n’avais pas pu m’empêcher de regarder son sourire sincère. Même si ce n’était que pour une journée, j’étais heureux d’avoir eu la chance de connaître Mariabelle pour la femme enchanteresse qu’elle était.

Mais rester ici comme ça, c’était juste demander à être trouvé par le dragon. Et, bien sûr, des griffes géantes s’étendaient des falaises juste en dessous de nous, secouant le sol alors qu’ils grimpaient vers le haut. Ses yeux d’obsidienne étaient pleins de rage, et le feu noir scintillait dans sa bouche pleine de crocs pointus. Les roches environnantes avaient fondu lorsque les flammes les touchaient, et il semblait que nous étions sur le point de rencontrer un destin similaire.

En nous voyant la regarder, tout en se tenant la main, l’arkdragon cligna des yeux, apparemment décontenancé. En m’en rendant compte, je m’étais recueilli et j’avais parlé avec la voix la plus calme que j’avais pu rassembler.

« Nous sommes désolés pour l’intrusion dans votre maison. Je voulais juste voir vos œufs, et je l’ai emmenée, bien que contre son gré. Pourriez-vous au moins la laisser partir ? » demandai-je.

Mes paroles pouvaient être comprises par le dragon, mais pas par Marie. J’avais connu les « gardes dragons » grâce au lézard que nous avions rencontré dès notre entrée dans les ruines, et je pensais que l’arkdragon comprendrait le langage des reptiliens humanoïdes.

J’avais aussi entendu dire que les dragons protégeant leurs œufs agissaient en fonction de puissants instincts protecteurs. La question était maintenant de savoir comment apaiser ces instincts. Nous avions passé un peu de temps la veille au soir à élaborer un plan, mais la chose la plus importante que nous avions conclue était de montrer que nous n’étions pas hostiles. Ensuite, nous pourrions prendre l’arkdragon par surprise et la calmer. Heureusement, notre planification avait semblé porter ses fruits, car son grognement intimidant s’était calmé et les flammes ardentes avaient commencé à s’éteindre. Les yeux d’obsidienne qui nous fixaient semblaient avoir de la curiosité en eux. J’étais secrètement soulagé de constater que Marie avait raison et que le dragon ne semblait pas être un autre monstre sans cœur. Pour utiliser « l’arme secrète » pour cette mission, il fallait un peu de tact.

« Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais nous espérons que cela vous aidera à apaiser votre colère, » déclarai-je.

En disant ça, j’avais sorti une bouteille de bière ordinaire que l’on pouvait trouver n’importe où au Japon. Si les histoires étaient vraies, elle pourrait s’intéresser à l’alcool à base d’orge.

Le fait d’ouvrir une bouteille devant un dragon était un spectacle assez étrange. Mais vu que nos vies étaient en jeu, nous ne pouvions pas éclater de rire à ce moment-là. La seule chose qui devrait éclater, c’étaient les bulles de la bouteille de bière.

Le gros museau du dragon se rapprocha, puis prit une bouffée. La bière chargée de malt sentait l’alcool avec une légère amertume. Peut-être que cela rappelait au dragon la ville portuaire, parce qu’il continuait à respirer l’odeur. Ses yeux se rétrécirent et son haleine sembla un peu plus douce. Bientôt, une voix profonde et gutturale résonna dans les grottes.

« Haha, haha, haha... Vous êtes un mortel assez intéressant, pour parler la langue des petits dragons et connaître mes intérêts. Sans parler du fait que je vous ai trouvé ici, indemne, quand je vous ai sûrement incinéré hier encore. Révélez les réponses à ces mystères, et j’épargnerai vos vies. Qu’en dites-vous ? » demanda le dragon.

« Oui, volontiers... Marie, elle dit qu’elle nous pardonnera, » déclarai-je.

Elle devait être nerveuse malgré son front dur, car ses genoux s’étaient affaiblis et elle s’était assise sur le sol. Elle avait alors mis ses mains sur sa poitrine et avait poussé un soupir de soulagement.

Le dragon nous fit signe avec ses énormes serres, et nous descendîmes dans sa tanière.

 

***

 

Le fond de la grotte était étonnamment constitué d’une étendue rocheuse lisse et rocheuse qui semblait bien polie. On disait que la dragonne n’apparaît qu’une fois tous les 1 000 ans pendant sa saison de frai, alors les hommes-lézards avaient peut-être pris soin de l’endroit.

Le dragon baissa la tête jusqu’à notre niveau, le ventre à plat contre le sol. Devant nous, il y avait une face pleine de crocs géants. Elle tenait trois œufs noirs, et nous avions tous les deux lâché un « whoaaaa » dans l’émerveillement face à leur taille et à l’éclat de l’obsidienne.

« Haha, haha, haha... Des mortels si bizarres, de vouloir voir mes œufs. Vous êtes les plus téméraires, mais beaucoup ont perdu la vie à cause d’une curiosité excessive. Faites attention à partir de maintenant, » déclara le dragon.

La région était très chaude, un peu comme le souffle venant des narines du dragon. Le sol était également chauffé par la chaleur géothermique, presque comme un bain de roche-mère.

« Réchauffe-t-elle ses œufs ? » demanda Marie. « Les esprits ici sont très actifs. Les dragons peuvent contrôler les esprits librement, bien mieux que nous ne le pourrions jamais. »

« Hein, je ne le savais pas. Pour être honnête, je ne sais toujours pas ce que sont les esprits..., » déclarai-je.

Je ne pouvais pas moi-même les voir, mais il y avait apparemment d’innombrables esprits qui volaient tout autour de nous.

Le dragon tourna habilement son œuf avec le bout de sa griffe et ses yeux se tournèrent vers Marie et moi.

« Hmm, un résident du monde du rêve, vous dites ? J’ai déjà entendu parler de tels êtres par l’une de mes connaissances. J’ai supposé qu’elle délirait, mais... haha, haha, haha, on dirait que c’est vrai, » déclara le dragon.

C’est vrai, j’avais déjà attaqué un dragon pour m’amuser plusieurs fois, mais je n’avais même pas réussi un seul coup avant d’être réduit en cendres par celui-ci, alors je doutais qu’ils soient fâchés contre moi.

« Oui, je... oh, et Mariabelle ici présente, les deux nous le sommes. Hier, nous avons vécu une expérience si bizarre en nous rendant ensemble dans un monde connu sous le nom de Japon, » déclarai-je.

Le dragon cligna des yeux avec curiosités. Les motifs sur son corps d’obsidienne ondulaient en respirant. Le mouvement semblait avoir un sens de régularité et une beauté particulière.

« Hmm, vous êtes vraiment intéressant. C’est assez ennuyeux d’attendre l’éclosion de mes œufs. Et je me suis demandée non seulement à propos de votre alcool d’orge, mais aussi... cette odeur. Enfant de l’homme, qu’est-ce que vous cachez ? » demanda le dragon.

« Quoi ? Rien... Ah ! » m’exclamai-je.

Maintenant que j’y pense, j’avais senti un arôme sucré et appétissant. Je m’étais rendu compte que je savais ce que c’était et j’avais ouvert le sac qui avait été laissé sur le sol, libérant le parfum dans l’air. Le bento que j’avais emballé pour le déjeuner semblait avoir été réchauffé par la chaleur géothermique à la température parfaite.

« Oh, ce sont les restes du katsudon d’hier soir ? » demanda Marie.

« Oui, ceux que j’ai laissés près de mon oreiller... Je suis désolé, ce bento est la source de l’odeur. Si ça vous dérange, je peux m’en débarrasser, » déclarai-je.

« Hmm ? Non, ça ne me dérange pas. Ce n’est pas désagréable du tout, mais mes narines sont beaucoup trop sensibles... Hrm... Il est trop difficile de parler sous cette forme. De plus, la boisson que vous m’avez apportée en guise d’excuses ne m’humectera guère la langue avant qu’elle ne s’épuise. »

Parler avec une bouche aussi grande qu’une voiture semblait fatigant. Il semblait que le dragon n’était plus prudent à notre égard. C’était naturel, vu qu’on ne pouvait même pas lui faire de mal. Je ne savais pas s’ils existaient dans ce monde, mais je préférerais laisser tous ces trucs de mort de dragons aux héros et autres.

Le dragon cria d’une voix étrangement aiguë et commença à prononcer des mots mystérieux et difficiles à comprendre. Je n’avais aucune idée de ce qui se disait parce que je ne comprenais que le langage des dragons inférieurs, mais on aurait dit : « Devenez un humanoïde de emokeb de io namaff emokeb. »

« De la magie draconique !? Ce n’est pas possible... Je ne l’ai jamais entendu en personne ! » s’écria l’elfe.

Il semblait que l’elfe avait encore peur, puisqu’elle s’accrochait à mon dos pendant qu’elle parlait. Je ne connaissais pas grand-chose à la magie, mais... J’aurais aimé qu’elle se rende compte que la robe est mince, donc ça n’avait pas fait grand-chose pour filtrer la sensation de son corps qui se pressait contre le mien. Je n’allais certainement pas me plaindre, mais je n’étais pas entièrement habitué aux filles, alors mon corps s’était contracté.

« Kazuhiho, tu ne le sais peut-être pas, mais une forte concentration de magie se condense en ce moment. Un simple mortel ne pourrait pas rêver d’atteindre une magie d’une telle hauteur... Regarde, c’est sur le point de s’activer ! » déclara Marie.

J’avais regardé où elle dirigeait mon regard et j’avais vu la poitrine du dragon briller.

« Ce n’est pas de la magie d’attaque, n’est-ce pas... ? » je m’étais vaguement demandé si quelque chose d’incroyable s’était déroulé devant moi.

On aurait dit que le dragon avait craché un objet humain brillant, mais il avait rapidement développé un squelette, des fibres musculaires et de la chair, se transformant en corps de femme.

« Quoi !? Est-ce que cette personne vient juste de naître !? » demandai-je.

« Non, c’est un draconien ! Je ne sais pas si tu les connais, mais ils naissent en utilisant un Noyau de Dragon. Je n’aurais jamais imaginé que les légendaires draconiens existaient vraiment ! » déclara Marie.

Ah, elle avait raison, je n’avais vraiment aucune idée de ce que c’était. Ou peut-être que mon cerveau s’était arrêté de fonctionner parce que j’étais si figé de la beauté de la draconienne.

Une magnifique femme aux cheveux noirs atteignant sa taille était apparue devant nous. Elle était complètement nue parce qu’elle était née il y a quelques instants, et je m’étais retrouvée regardant son corps en forme, ses seins amples et ses yeux obsidiennes qui me regardaient en réponse. Désolé de le dire, mais par rapport aux seins de Marie, qui étaient serrés contre moi, les siens étaient beaucoup plus... Oh, ce n’est pas le moment !

Les seules différences apparentes entre elle et un humain semblaient être les cornes ressemblant à un ornement de tête, les pointes dépassant le long de sa colonne vertébrale et la queue en forme de dragon. Un crépitement avait retenti, et la belle femme fut bientôt parée d’une armure ressemblant à la peau dure de l’arkdragon. L’armure elle-même avait la forme d’une robe et avait un design compliqué lui permettant de conserver ses propriétés défensives tout en conservant sa mobilité et son amplitude de mouvement.

 

 

La femme avait ajusté l’armure à la bonne taille, puis s’était tournée vers moi et avait parlé. « Hmm, ça devrait le faire. Il y a longtemps que je n’ai pas utilisé un tel sort. Dis-moi, ai-je l’air étrange du point de vue humain ? »

« Oh ! Euh ! Pas du tout, vous êtes très belle, » déclarai-je.

Les yeux de l’arkdragon s’élargirent pendant un moment, tandis qu’elle riait de bon cœur.

« Alors je suppose qu’il n’y a pas de problème. Eh bien, enfant de l’homme, je vais prendre votre verre et votre gâterie maintenant, » déclara-t-elle.

Son sourire était digne d’une dame, mais avait l’intensité d’un dragon derrière elle. À cause de cela, ma colonne vertébrale s’était raidie et, n’ayant pas d’autre choix, j’avais cédé devant celle du dragon... Attends, quoi ?

« Attends, voulez-vous dire mon katsudon ? Mais ma cuisine est loin d’être digne d’être servie à un arkdragon comme vous, » déclarai-je.

« Espèce d’idiot ! Bien sûr, je ne voudrais pas de nourriture comme... Non, non, non. Ahem. Un échantillon. Je n’ai jamais mangé de nourriture humaine. Par conséquent, je souhaite le tester, » déclara la dragonne.

Quoi ? Si elle n’avait pas besoin de le manger, elle n’avait pas besoin de le goûter non plus. Mais elle n’arrêtait pas de regarder mon bento avec le même regard dans les yeux que celui de Marie d’hier soir.

O-Oui... Si elle le veut, ça ne me dérange pas vraiment...

« Qu-Qu’est-ce qu’elle dit ? » Marie, qui s’était cachée derrière moi il y a longtemps, chuchota à mon oreille.

Je ne devrais peut-être pas lui dire que le dragon voulait le katsudon. Eh bien, c’était la vérité, donc il n’y avait pas grand-chose à faire à la fin.

Pendant que nous chuchotions, le dragon semblait confondre notre conversation avec un débat sur l’opportunité de lui donner ou non le bento. Elle avait soudain eu un regard agité, puis elle avait levé l’index.

« H-Hm. Oui. Je n’ai pas dit que vous ne seriez pas récompensé. Non, je ne présume pas d’une telle arrogance. Et si je vous donnais une de mes écailles ? Ce n’est pas l’une des écailles sur le sol qui n’a plus de magie, mais une écaille qui est encore sur mon corps, » déclara la dragonne.

« Oh, vous êtes sûre... ? Marie en voulait une, alors ce serait fantastique, » déclarai-je.

« Oui. Elle repoussera en un rien de temps. Quoi qu’il en soit, les hommes-lézards nettoieront mon endroit où je dors une fois que mes œufs auront éclos, » déclara la dragonne.

La belle femme tendit la main, la paume vers le haut, comme pour dire que le marché avait été conclu. Je ne pouvais pas refuser, alors je lui avais tendu le bento et la draconienne avait souri en réponse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Encore une qui va devenir adepte de la cuisine nippone ? 😇

Laisser un commentaire