Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Épisode 2 : Bienvenue au Japon, Mademoiselle l’Elfe

Partie 1

J’étais encore complètement paralysé quand j’avais entendu les moineaux gazouiller à l’extérieur pour indiquer que le matin était arrivé. J’avais finalement relâché mon souffle, qui était sorti comme un soupir alourdi par les pensées troublées présentes dans mon esprit.

J’avais regardé par la fenêtre et je m’étais murmuré : « Je ne peux pas me rendormir... »

Ce n’était pas très surprenant, vu qu’il y avait une elfe qui dormait dans mon propre lit. Je m’interrogeais sur la santé mentale de quiconque pourrait se rendormir dans cette situation.

Mes yeux ne pouvaient s’empêcher d’être attirés par elle. À mesure que la pièce devenait plus lumineuse, la présence de l’elfe devenait de plus en plus difficile à ignorer. Ses cheveux brillaient comme de la soie, et la beauté de ses traits facials la faisait presque ressembler à une fée à part entière. Elle était ridiculement jolie avec sa peau pâle et ses lèvres brillantes comme une fleur en pleine fleuraison, et je ne pouvais m’empêcher de la fixer longuement.

C’était une elfe, ce qui était évident d’après ses longues oreilles, et une utilisatrice de la Magie d’Esprit et de la Sorcellerie. Le fait qu’elle dormait dans mon lit était comme un rêve en soi, ignorant que ce n’était, en réalité, qu’un appartement à Tokyo.

Mais comment s’est-elle présentée exactement devant moi ? Quel est ce monde que je pensais comme n’existant que dans mes rêves... ?

Je n’avais pas trouvé de réponse et j’avais simplement poussé un autre grand soupir.

Elle s’appelait Mariabelle. Je l’avais toujours appelée Marie dans mes rêves, et ce n’est que récemment que nous étions devenus assez proches pour qu’elle me sourie. Mais la nuit dernière, nous avions été frappés par le souffle d’un arkdragon alors que je la tenais dans mes bras, et je m’étais réveillé avec elle ici, et à côté de moi, pour une raison ou une autre. En plus de cela, nous nous étions réveillés dans mon lit (qui était très confortable, au moins).

Il y avait tellement de questions...

Mais d’abord, je devais m’assurer qu’elle ne se réveille pas en pleine panique. Après tout, elle avait été transportée du monde que je pensais être un rêve jusqu’ici au Japon. Si j’étais à sa place, je ne serais peut-être pas aussi calme avec toutes les questions que j’aurais. En fait, j’aurais probablement été très excité par les événements inexplicables... Mais savoir que je devais lui dire qu’il n’y avait aucune garantie qu’elle puisse rentrer chez elle était une pilule difficile à avaler.

Pendant que je luttais avec ces pensées, les yeux de la jeune elfe s’ouvrirent lentement.

Ses yeux clairs et améthyste...

C’était comme si j’étais témoin de l’éclosion d’une fleur vivante devant moi, et je n’aurais pas été surpris si elle avait un effet de Séduction. Elles étaient aussi belles que ça, et je sentais mon cœur battre malgré mon âge. J’avais simplement vu ses lèvres brillantes s’ouvrir peu à peu et prononcer des mots en elfique.

« ... Kazu... hiho ? »

« Salut, Marie. Belle matinée, n’est-ce pas ? » répondis-je.

Les yeux endormis de Marie avaient retrouvé leur éclat, et les coins de ses sourcils s’étaient redressés en me regardant. Je ne lui en voulais pas, c’est vrai, j’avais l’air d’avoir quinze ans dans mes rêves, mais j’avais l’air radicalement différent maintenant que j’avais vingt-cinq ans.

 

 

« Hein ? Attends, es-tu... vraiment Kazuhiho ? Pas son père ou quelque chose comme ça... ? » demanda Marie.

« Oui, c’est moi... Je t’expliquerai plus tard, mais d’abord, es-tu blessée ? Tu as été frappé par ce souffle de dragon tout à l’heure..., » répondis-je.

Elle semblait enfin se souvenir des événements d’hier soir, et elle était sortie de la couverture d’elle-même dans un état d’agitation. J’avais eu un mauvais pressentiment quand j’avais vu son épaule nue, mais j’avais soudain eu une vue complète de la peau de l’elfe. J’avais détourné le regard, mais c’était trop tard.

« Qu-Quoiiiiiiiiii !? » s’écria Marie.

C’était peut-être le cri le plus hystérique que j’aie jamais entendu. L’image gravée dans mon cerveau était celle d’une peau claire et blanche, et... Oh, je ne devrais pas y penser. Mon visage était devenu rouge vif, même si elle n’était qu’une jeune fille.

J’avais entendu un bruit que j’avais supposé être elle qui replaçait la couverture par-dessus sa tête. J’avais trop peur d’en être sûr, mais j’étais presque sûr que c’était ça. Mon dos et mon cou transpiraient abondamment, et je pouvais presque sentir ses poignards qui me fixaient, mais alors, avec sa voix tremblant de rage, elle me parla.

« T-T-T-Toi ! » cria Marie.

« Désolé ! Je ne le savais pas, et je n’ai pas levé le petit doigt sur toi, vraiment ! » déclarai-je.

Je serais incroyablement heureux si elle me croyait sur parole, même si j’avais probablement du mal à le croire si je me retrouvais nu dans la chambre de quelqu’un. La vraie question était de savoir si j’étais digne de confiance.

Elle expirait bruyamment de son nez, ce que j’avais vu comme elle qui prenait en considération mes paroles malgré sa colère évidente. Nous n’étions pas particulièrement proches, mais tout ce que je pouvais faire, c’était espérer qu’elle comprenne quel genre de personne j’étais.

Après avoir attendu longtemps, elle avait finalement poussé un soupir. « C’est peut-être grâce à toi... mais je n’ai pas été blessée. J’espère que tu vas m’expliquer ce qui se passe ? »

« Absolument ! » répondis-je.

« Apporte-moi d’abord des vêtements ! Et n’ose pas te retourner ! » déclara Marie.

Un oreiller m’avait frappé au visage et j’avais dû aller acheter des vêtements pour femmes. J’avais regardé partout chez moi, mais je n’avais pas de vêtements, d’équipement ou de sacs dont une fille pouvait se servir.

***

« Oui, oui, monsieur. Je suis vraiment désolé. Je ne manquerai pas d’y aller demain. »

J’avais profondément baissé la tête et j’avais raccroché l’appel sur mon smartphone. Je ne pouvais m’empêcher de soupirer, considérant que j’étais debout devant des individus en costumes qui semblaient se rendre au travail et regarder fixement un magasin de vêtements qui était sur le point d’ouvrir pour la journée. Je n’aimais pas prendre des jours de congé quand je n’étais même pas malade, mais je n’avais pas le choix. Je ne pouvais pas dire à mon patron que j’avais affaire à une elfe qui sortait de mes rêves.

Mais... ce qui est fait est fait, alors il était temps de trouver quelque chose qui lui convienne, sans être trop cher bien sûr. J’étais sûr qu’une fille mignonne comme elle serait superbe dans de beaux vêtements, mais je n’avais pas le plus grand sens de la mode. Je ne sortais pas souvent, encore moins pour acheter des vêtements pour une fille.

« Hmm... Je crois que je vais acheter quelque chose pour l’instant et aller acheter le reste avec elle, » murmurai-je.

J’avais donc décidé de faire ainsi.

Je n’avais aucune idée de la taille ou du type de sous-vêtements qu’elle voudrait, alors je lui avais choisi le type athlétique avec stretch. En pensant ça, j’étais allé chercher quelques sous-vêtements et je les avais mis dans mon panier, avec une jupe plissée et des chaussettes hautes. Puis j’avais choisi une chemise blanche à manches longues et des baskets qui semblaient bien aller avec eux. Je voulais au moins lui acheter de jolies chaussures, alors c’était dommage que je ne connaisse pas sa taille. Ce n’était pas que les baskets étaient mauvaises, mais j’avais passé un temps inutilement long à réfléchir si elles allaient bien avec des tenues plus formelles...

Je dois absolument l’amener la prochaine fois...

La raison pour laquelle je me plaignais était parce que je commençais à comprendre que c’était un peu amusant d’acheter des vêtements pour une femme aussi élégante. Ces tenues étaient toutes brillantes, aux couleurs printanières, et l’ambiance des tenues changeait complètement selon les combinaisons. C’était une expérience complètement différente de l’achat de vêtements pour hommes, qui aspirait à avoir juste assez de « normalité » pour ne pas se faire remarquer. C’était toujours dommage que je n’aie jamais vu Marie qu’en robe, mais maintenant je pouvais l’habiller selon mes préférences...

Ah... Je devrais m’arrêter là...

Le personnel du magasin derrière le pilier avait alors vérifié si c’était moi qui l’appelais. Je m’étais brièvement demandé si le fait de faire des affaires ici donnait l’impression que je cherchais une tenue pour me travestir, mais j’avais mis de côté ces pensées. J’avais rapidement payé pour les habits, j’avais placé le tout dans les sacs à provisions pleins de petits cadeaux dans ma voiture et j’avais décidé de rentrer directement à la maison.

J’avais conduit une petite voiture de type break qui convenait à environ quatre personnes. Sa seule caractéristique était son faible coût, mais elle était suffisante pour faire le tour de la ville en voiture.

J’avais tapé sur le volant avec un doigt en attendant que les lumières changent. J’avais regardé dans le sac de choses que je venais d’acheter quand une question me venait à l’esprit :

Pourquoi était-elle nue ?

Son bâton et son sac avaient également disparu, et je doutais qu’elle ait eu le temps de les cacher d’une façon ou d’une autre.

Puis j’avais réalisé que j’étais dans la même situation : Je n’avais pas non plus été en mesure d’apporter mon matériel ou mes objets de valeur de là-bas jusqu’ici. La seule différence était que je portais déjà mon pyjama avant de m’endormir ici.

Ouais, ça doit être la raison...

Si cet endroit dans mes rêves existait vraiment, alors ils seraient tous les deux indépendants l’un de l’autre et ce serait la première visite de Marie de ce côté-ci, alors elle avait été forcée de commencer avec une ardoise vierge, des vêtements et tout... enfin, peut-être.

En y repensant, je me demandais si j’étais aussi nu quand j’étais arrivé dans son monde... J’avais beau essayer, je n’arrivais pas à retrouver ces souvenirs de mon enfance.

Puis j’avais réalisé que je commençais à accepter la situation bizarre dans laquelle je me trouvais. J’avais toujours pensé que ce rêve n’était qu’imaginaire et les événements de ce matin m’avaient fait changer d’avis, mais il était temps de changer ma façon de penser. Maintenant que je l’avais vu de mes propres yeux, je n’avais d’autre choix que d’accepter la réalité...

Oui, il y avait une elfe dans ma chambre. Personne n’y croirait, mais j’étais obligé. Marie était réelle, et j’avais pris sa main et je l’avais amenée dans mon lit. Comme je l’avais tenue dans mes bras au moment de ma mort, il était fort probable que ma capacité à « me réveiller au Japon à mon décès » l’ait aussi affectée. Mais que se passerait-il si elle mourait dans ce monde ? Elle pourrait retourner dans son propre monde comme moi, mais je ne voulais certainement pas le découvrir de cette façon.

Le feu était devenu vert et j’avais arrêté toutes ces spéculations qui n’allaient nulle part. J’avais appuyé sur la pédale avec mon pied, et la voiture avait commencé à accélérer lentement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire