Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! – Chapitre 49 – Partie 2

Bannière de Béni par la Déesse et Transféré dans un Autre Monde ! ***

Chapitre 49 : Rapport au Prince et la deuxième base

Partie 2

« Jin-san, il n’y a pas de problème à voir ça comme une proposition à ma sœur, n’est-ce pas ? » demanda le prince.

« Sans commentaire, » répondis-je.

« … *Soupire* » le prince soupira fortement. En voyant comment nous avions donné exactement la même réponse, il savait qu’il serait vain de continuer à demander.

« Compris. Je n’en saurai pas plus à ce sujet. Mais je ne peux pas vous donner de récompense pour cela, car je n’ai pas les détails pour le justifier correctement, » déclara le prince.

« Bien sûr, ça ne me dérange pas, » répondis-je.

« J’ai encore beaucoup de questions à poser, mais j’abandonne, car je doute d’avoir d’autres réponses de votre part maintenant, » déclara le prince.

Je n’avais pas de toute façon l’intention de répondre à beaucoup de questions. Mon impression du prince qui savait quand arrêter augmenta un peu.

« Oh, une dernière chose. Qui a porté le coup de grâce au héros ? Nous allons le rendre public en tant que Nee-san, mais je suis un peu curieux…, » déclara le prince.

Il avait été promis que Cattleya serait annoncée comme celle qui a tué le Héros, et que notre implication ne serait pas révélée.

« C’est la princesse Cattleya qui l’a fait. Bien sûr, nous avons apporté notre soutien, mais c’est la princesse qui a porté le coup fatal, » déclarai-je.

« Oui, c’est moi qui ai mis fin à sa vie. Avec l’épée de notre grand frère comme revanche, » déclara la princesse.

« Nee-san, tu l’as fait ? Ce n’est pas seulement l’histoire publique ? » demanda le prince.

Le prince était surpris. Cattleya n’était pas une combattante. C’est difficile de croire qu’elle puisse vaincre un héros spécialisé dans le combat.

« C’est… vraiment surprenant. Mais, je suis content. Nee-san devrait se sentir un peu mieux aussi, non ? » demanda le prince.

« Oui, mes brûlures ont été guéries, et mon père est sain et sauf… grand frère et les chevaliers ne reviendront pas, mais ils ont été vengés en ôtant la vie du héros. C’est pourquoi, oui, mon fardeau s’est un peu allégé, » déclara Cattleya.

Avant la défaite du héros, Cattleya avait porté une expression sombre avec ses brûlures, mais maintenant que son fardeau s’était allégé, elle se sentait un peu mieux et avait parfois même un petit sourire. Beaucoup de chevaliers avaient été perdus, mais cela ne semble pas les déranger. Mais c’est 14 personnes… ce pays ira-t-il bien ?

« Compris. C’est tout ce que je voulais savoir. Après cela, voulez-vous un guide des résidences potentielles ? » demanda le prince.

« Oui, s’il vous plaît, » déclarai-je.

Par la suite, le prince avait dissous le rassemblement dans la salle d’audience. Le prince et Cattleya (et le Roi aussi) avaient beaucoup de choses à s’occuper, alors nous nous étions séparés là-bas.

{Faites de votre mieux.} Déclarai-je à la princesse.

{Oui ! Je vous suis profondément redevable ! Je serai aussi sous votre garde à partir de maintenant.} Répondit la princesse par télépathie.

Un officier civil masculin nous guida vers plusieurs résidences. Cependant, il n’y avait pas trop de différences entre elles, alors nous avions finalement opté pour la maison avec le plus grand bain.

La propriété était aussi grande que celle que nous avions à Kastal, mais le manoir lui-même était plus grand ici. Inversement, le jardin ici était plus petit, donc il aura un aspect différent de celui de Kastal.

J’avais décidé de laisser la gestion du nouveau manoir aux bonnes de Lusia. Quand je lui avais dit cela, elle avait immédiatement amené les 13 orphelines et esclaves d’Estia, ainsi que d’autres domestiques. Ils étaient divisés en groupes de croyants et de non-croyants.

Les croyants étaient les esclaves que Lusia avait achetés quand nous étions au manoir de Kastal. Les non-croyants étaient ceux à qui Lusia disait que j’étais leur maître, mais qui avaient eu un contrat avec le sang de Lusia.

Il était possible pour les esclaves d’avoir des esclaves, mais cela ne faisait pas beaucoup de différence, car ils deviendront esclaves sous le maître original. Vous pouvez transférer la propriété en utilisant les Techniques d’Esclavagisme pour faire officiellement de moi le maître, mais comme j’avais pensé que ce serait gênant lorsque nous en avions discuté avant, nous avions décidé de garder les choses telles quelles avec 2 maîtres.

« Eh bien, ça ne me dérange pas d’augmenter le nombre de subalternes, mais il semble qu’il y ait beaucoup de bonnes inconnues, » déclarai-je.

« Oui. Il y en a 3 de la base principale de Kastal, 13 qui ont été achetés par le maître, et puis de nouvelles croyantes… ahem. Ces 10 esclaves viennent d’être achetées, » déclara Lusia.

Telle était l’explication de Lusia. Ignorons ce qu’elle allait dire à l’origine… Je ne pense pas que ce sera un problème tant que les servantes ne m’appelleront pas Dieu. Il n’y a pas de mal pour l’instant.

C’était tout un spectacle de voir 26 domestiques (à l’exception de Lusia) s’occuper de l’aménagement et du nettoyage du mobilier de la nouvelle demeure. Parmi eux, les 10 nouveaux esclaves me regardaient avec des yeux fiévreux. Certaines d’entre elles avaient à peu près le même âge que moi, alors j’avais eu du mal à rester calme. L’une des domestiques âgées que je connais bien les avait averties de se concentrer sur leur travail, mais elle me regardait aussi de temps en temps, alors je ne savais pas si c’était à elle d’en parler…

« Une question : combien de domestiques avons-nous en ce moment ? » demandai-je.

Ce serait plus facile de demander à Alta, mais je voulais l’entendre de la bouche de Lusia elle-même. Elle détourna un peu les yeux lorsqu’elle répondit.

« En comptant ceux qui ont une formation de femme de chambre, il y a environ 180 personnes. »

« Tant que ça !? » m’exclamai-je.

C’est bien plus que ce à quoi je m’attendais. C’est quoi ces 180 personnes...

« As-tu l’intention de faire une armée ? » demandai-je.

« Si le maître le souhaite, devrions-nous les convertir immédiatement à l’entraînement militaire ? » demanda Lusia.

« … Non, je ne veux pas ça, » répondis-je.

Faire une armée pour combattre quoi, le Roi-Démon ? Laissez ça aux Héros. Eludia ? Je suis le seul à pouvoir le faire.

« Je ne me souviens pas qu’il y avait 180 personnes dans le manoir de Kastal…, » déclarai-je.

« Je crois que je l’ai déjà dit au Maître, mais nous avons envoyé des domestiques à divers endroits, donc il n’y en a pas tant que ça dans le manoir, » répondit-elle.

« Eh ? Ne voulais-tu pas dire que tu souhaitais les envoyer à différents endroits à l’avenir ? » demandai-je.

« Non, il y avait déjà beaucoup de bonnes éparpillées dans divers endroits en ce moment, » répondit-elle.

« Franchement…, » répondis-je.

On dirait que les choses bougeaient déjà à ce moment-là. Certaines des domestiques semblaient avoir voyagé à travers le pays en tant que commerçantes. Avec cette méthode, des « Portails » avaient été mis en place à différents endroits dans le but de permettre de voyager autour du monde uniquement grâce aux Portails…

De plus, comme elles avaient trouvé des esclaves ayant les qualités requises dans leurs voyages, la vitesse à laquelle le nombre de subordonnés augmentait s’accélérait. En d’autres termes, c’est comme ça :

Expédier la bonne → augmenter le domaine d’activité → acheter de nouveaux esclaves → former les esclaves comme domestiques → expédier les femmes de ménage → répéter la même chose.

J’avais pensé que le nombre de subordonnés aurait pu augmenter rapidement. Mon statut s’était considérablement amélioré dernièrement.

Il semblerait qu’Alta ait donné la permission de donner des compétences et un statut aux nouvelles domestiques. Certaines d’entre elles s’étaient inscrites comme aventuriers et chassaient aussi des monstres.

« S’il te plaît, ne fais pas quelque chose de trop imprudent, d’accord ? » demandai-je.

Même si c’était dans un endroit que je ne connaissais pas, je voulais protéger mes subordonnés. Je ne voulais pas qu’ils meurent.

« Bien sûr. Si ces filles doivent faire face à un combat difficile, elles écraseront l’adversaire avec leur nombre, » déclara-t-elle.

Même si leurs statistiques offertes par le Prendre et Donnée étaient bas, ils pourraient le compenser par le nombre. Si c’était trop dangereux, soit Lusia, soit moi, soit Alta dans le pire des cas, utiliserons « Invocation » pour les sauver. Enfin, dans le cas où ils ne pourraient pas éviter la mort, nous pourrions au moins mettre immédiatement leurs cadavres dans l’Inventaire et les ressusciter ensuite.

Il semblerait que les bonnes aient fini leur travail pendant notre conversation.

Puisque nous avions tous nos chambres à Kastal, nous n’avions pas vraiment besoin d’avoir des chambres ici. Mais compte tenu de notre situation actuelle, tous les membres principaux (+ l’équipe d’explorateurs) auraient également une chambre ici.

Bien que je ne me sois pas battu pour cela, la plus grande chambre m’était toujours assignée. Sakura et Sera avaient gagné les chambres à côté de la mienne. Mio, qui avait été vaincue, aurait dû prendre la place face à moi, mais Kate l’avait défiée. À la fin de leur combat (après 10 nuls), Kate était la gagnante, donc Kate avait fini par avoir la chambre face à la mienne (Cynthia et les jumelles vivaient avec elle).

La raison pour laquelle elles voulaient la salle juste devant la mienne était que « nous pourrions être prêtes pour n’importe quel ordre du maître même quand il y a un mur ». D’après les paroles de Kate, je pense qu’elle était vraiment sérieuse à bien des égards.

Comme ce manoir n’avait pas de bâtiment annexe, les servantes semblaient avoir occupé une pièce du bâtiment principal en tant qu’espace réservé au personnel. Quand j’avais vu qu’elles partageaient une chambre avec plusieurs personnes, je leur avais dit qu’elles devaient avoir chacune leur chambre, elles m’avaient dit « avoir nos propres chambres est un bonheur inattendu ! ».

Comme nous avions travaillé toute la journée sur ce manoir, nous avions décidé d’y passer la nuit.

Le meilleur argument de vente de ce manoir était le bain, et c’était la raison pour laquelle je l’avais choisi. Mais pendant que j’étais dedans à me détendre, l’une des servantes avait décidé d’essayer de me « servir » avec force. Lusia l’avait immédiatement retirée de là en utilisant « Invocation »… L’invocation forcée est incroyable. Même si c’était un beau spectacle, essayer de faire une telle chose avec force était encore un peu trop.

Selon Lusia, on leur avait dit que « à moins qu’on ne le demande, se promouvoir et faire ce genre de choses vous disqualifierait en tant que servante ». J’avais aussi entendu dire qu’une punition sévère les attendait.

Le lendemain matin, le petit déjeuner était déjà préparé quand j’étais arrivé à la salle à manger. D’ailleurs, la salle à manger était une pièce redécorée près de la cuisine. Quand j’étais entré, plusieurs servantes se prosternaient là.

« Nous sommes vraiment désolées pour le comportement incorrect de la bonne hier ! »

L’une des filles de mon âge s’excusa auprès de moi en tant que représentante. Elle toucha fréquemment ses fesses en se prosternant. Il semblerait que la punition sévère était une fessée.

Je leur avais dit que cela ne me dérangeait pas et qu’elles devaient arrêter de me prosterner. Lusia semblait vouloir les punir un peu plus longtemps, mais je lui avais dit de les laisser partir.

Juste après ça, ces bonnes me regardèrent à nouveau avec des yeux passionnés.

« Alors, allons-nous reprendre l’exploration du donjon aujourd’hui ? » Mio me le demanda après le petit déjeuner, alors que je jouais avec Dora (forme de dragon). Les membres principaux, Cynthia et Kate étaient aussi dans la salle. Il semblerait que Lusia soit déjà retournée à Kastal.

Les autres servantes travaillent aussi aujourd’hui pour développer et maintenir une base ici.

En ce moment, les jumelles étaient parties à l’auberge de la cité de Lilia pour récupérer notre chariot que nous y avions laissé. Bien sûr, elles voyageraient jusqu’à ce qu’elles soient hors de vue, puis utiliseront « Portail » pour se déplacer…

« Oui, c’est vrai. Je veux vaincre le boss du 20e étage d’ici la fin de la journée, » déclarai-je.

« Je ferai de mon mieux — nodesu ! » déclara Cynthia.

« Cynthia-chan fait de son mieux, c’est bien, mais je veux aussi me battre contre le boss. »

Comme Sera l’avait dit, les membres principaux n’étaient pas autorisés à participer au combat. Avec les instructions de Kate, Cynthia et son équipe étaient suffisantes pour le combat.

Cela dit, cela ne voulait pas dire que nous ne participerons pas du tout au combat, car les rencontres dans un donjon étaient imprévisibles.

« C’est exact. Je suppose que nous devrions bientôt laisser les principaux membres se joindre au combat… Bien que si nous nous joignons tous en même temps, nous aurons trop de potentiel de guerre, alors je suppose que nous devrions laisser au plus trois membres se joindre au combat, » déclarai-je.

{Compris. Nous agirons selon les instructions de Jin-sama.} Déclara Kate.

Kate avait donné des instructions à l’équipe des nouveaux venus jusqu’à présent, mais lorsque les principaux membres se seraient pleinement joints à la lutte, elle avait voulu me rendre le commandement.

« Non, c’est vraiment difficile de donner des instructions à autant de personnes, alors je vais instruire les membres principaux et tu donneras les instructions aux nouveaux venus, » déclarai-je.

{Oui, compris. Je vais coopérer avec le maître pour la première fois…} déclara Kate.

J’avais décidé d’ignorer la deuxième moitié de ce qu’elle avait dit.

– *Toc*—

Quelqu’un avait frappé à la porte. D’après la carte, cela semblait être les jumelles.

« Entrez, » avais-je dit et la porte s’était ouverte et les jumelles entrèrent.

« « Nous sommes de retour~ ! » »

« Bon retour parmi nous nanodesu, » déclara Cynthia.

{Merci pour votre travail acharné.}

Cynthia et Kate remercièrent les jumelles.

« Merci pour le dérangement. Comment va la calèche ? » demandai-je.

« Elle a été emmenée dans le hangar à l’extérieur. N’est-ce pas ? Karen-chan. » Demanda Sora.

« Il y a déjà beaucoup de calèches là-bas. Pas vrai ? Sora-chan, » répondit Karen.

« Ouais, ça ne sera pas un problème, » déclarai-je.

Nous avions déjà acheté plusieurs voitures avec des chevaux et les avions placés dans le hangar. Les femmes de chambre les avaient achetées selon les instructions de Lusia hier. Apparemment, elles étaient destinées à servir de moyen de transport pour les domestiques dépêchées.

Bien que ma position soit de les laisser agir, tant qu’elles sont inoffensives, j’étais toujours intéressé et effrayé par ce que Lusia (et Maria) avaient fait. Je veux dire, les nouveaux esclaves que Lusia avait achetés étaient déjà marqués en points jaunes sur la carte. Comment se fait-il qu’elles leur lavent le cerveau comme ça… ?

A : Veux-tu le savoir ?

Non, c’est bon. Ce ne sera pas agréable, après tout.

« Nous allons bientôt au donjon, vous devriez aller vous préparer, » déclarai-je.

« « Oui, » » après que les jumelles répondirent, j’avais aussi commencé notre préparation.

Nous étions entrés dans le donjon par l’entrée de la capitale et nous nous étions rendus au 19e étage. Après avoir ramassé des herbes au 18e étage, nous étions retournés encore une fois au 19e étage.

Le combat au 19e étage était toujours aussi facile qu’avant, d’autant plus que les membres principaux se joignaient également au combat, même si leurs statistiques avaient considérablement diminué. Même après avoir abaissé leurs statistiques, les frappes de Sera pouvaient encore diviser ces monstres et les attaques de Maria frappaient leurs points vitaux avec plus de précision que jamais.

Nous avions quitté le 19e étage et étions descendus vers le 20e avec une vitesse étonnamment bonne. Nous n’avions pas de bagarres au 20e étage puisque la salle du boss était près de l’escalier du 19e étage. Bien sûr, nous ne le savions qu’en raison des compétences que nous avions en matière d’adaptation de donjons.

« Le prochain boss… est un arbre bizarre, » déclara Sakura.

Sakura l’avait dit qu’après avoir vu l’image sur la porte. La porte du 20e étage avait le même aspect que la porte du 10e étage, mais l’image du monstre était différente.

« Il s’appelle un Tréant Ancien. C’est un Tréant Boss, » répondis-je.

 

Tréant Ancien

Niveau : 25

[Mimétisme de niveau 3] [Tentacule de niveau 3] [Protecteur de la porte de niveau 2] [Adaptation du donjon de niveau 3]

Note : Un Tréant Boss. C’est toujours la même chose, même avec le titre d’« Ancien ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire