Almadianos Eiyuuden – Tome 2 – Chapitre 63

***

Chapitre 63

Le regard anormal des yeux de Kurats frappa Cabernard d’une peur fondamentale. La peur de quelque chose qui dépassait son entendement.

Le temps de mon renforcement magique n’est toujours pas écoulé. Je peux le battre si je pousse un peu plus loin. Je peux le battre, bon sang.

Même si Kurats était absurdement fort, il ne semblait pas avoir la bonne attitude.

Se lancer dans un concours de force en saisissant la lame brûlante d’une l’épée n’était pas seulement imprudent, c’était même inconscient. C’était outrageusement ridicule.

D’autant plus qu’il devait se méfier des attaques d’Ignat en même temps.

Je peux gagner à coup sûr ! Il n’y a aucune chance que je perde dans cette situation !

Un profond sentiment de terreur poussait Cabernard à s’enfuir, mais il avait pris cette peur et l’utilisa comme carburant pour propulser son épée géante.

Le renforcement magique aurait dû donner à Cabernard assez de force pour vaincre même Kurats, qui pouvait écraser des rochers à mains nues.

« Ne m’oublie pas, monstre ! »

Ignat avait lancé ce qui aurait pu être une attaque fatale contre le dos sans défense de Kurats.

Mais bien sûr, Kurats n’allait pas se laisser tuer aussi facilement.

Il libéra sa main gauche pour attraper l’épée d’Ignat.

Puis, il prit une grande respiration.

Et il rugit comme une bête sauvage menaçant sa proie.

« OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH ! »

Des veines épaisses apparaissaient sur ses deux bras et le bout de ses pieds s’enfonçait dans le sol comme s’il était poussé par une force gravitationnelle invisible.

L’odeur environnante de viande brûlée devenait plus épaisse et plus putride.

Mais son rugissement bestial ne s’arrêta pas.

« … Quoi ? »

C’était subtil, mais Cabernard l’avait senti. Son Chaos était repoussé.

Il n’avait bougé que de quelques centimètres, mais il était en train d’être repoussé.

C’est ridicule !

Pour Cabernard, il était inconcevable que le poids de Chaos et son extraordinaire force amplifiée puissent être repoussés par un seul bras.

Cabernard augmenta l’apport de puissance magique à ses jambes, et une fois de plus essaya de repousser Kurats.

Le Chaos grinçait. Ses fibres magiques n’avaient jamais reçu un pouvoir magique aussi dense. C’était comme si on tirait les cordes d’un arc jusqu’à leurs limites.

Malgré cela, Kurats n’avait pas bougé d’un pouce.

Au contraire, c’était le Chaos de Cabernard qui s’était aggravé. Incapables de supporter le fardeau de l’excès de puissance magique causé par ce renforcement magique, ses fibres magiques commençaient à s’échauffer.

Le Chaos avait été maîtrisé.

Et il était sur le point de surchauffer.

« Pas encore… Je n’ai pas encore utilisé tout mon pouvoir. »

Tout en retenant les deux épées magiques qui pouvaient facilement couper à travers l’acier, Kurats élargit la position de ses pieds et concentra sa puissance sur ses muscles abdominaux.

Ses pieds s’enfonçaient encore plus profondément dans le sol.

Cabernard et Ignat ne pouvaient plus suivre. Ils avaient continué à déverser des pouvoirs magiques en excès dans les pattes arrière de leurs deux Chaos, en vain.

« Va-t-il... Va-t-il nous soulever ? »

« Il ne peut pas… C’est impossible ! »

Chaque Chaos pesait environ 20 tonnes au total.

Avec sa puissance renforcée par le renforcement magique, il pouvait écraser une pierre qui pesait cent tonnes.

Mais malgré tout cela, Kurats était sur le point de gagner dans un concours de force contre elle et de la soulever avec son épée ? C’était inimaginable.

Cabernard essaya désespérément de bouger son épée pour se débarrasser de ce cauchemar, mais l’épée refusa de bouger de l’étau qui était la main droite de Kurats.

« BOOOOOOOOUGE ! »

Avec la force de ses hanches et de ses jambes fermement plantées, Kurats cria et souleva les deux Chaos, comme s’il arrachait un pieu du sol.

« Merde ! Le chaos a vraiment été maîtrisé !? »

Cabernard n’avait pas eu d’autre choix que de lâcher son épée et de retomber au sol.

Quand il vit cela, Ignat fit la même chose et tira ensuite une courte épée qui était rangée dans la fente du genou de son Chaos.

Mais ni l’un ni l’autre ne pouvait cacher leur agitation.

Le Chaos était le symbole de la puissance militaire de l’Empire, des fonds sans fin avaient été investis dans sa création… et pourtant il avait été maîtrisé par une seule personne, faite de chair et de sang.

« Tsk. Je suppose que je vais jouer un peu plus avec toi. »

Kurats était déraisonnablement en colère parce que les deux ennemis s’étaient éloignés avant qu’il n’ait pu atteindre sa pleine force.

À ce rythme, il allait simplement accumuler du stress sans atteindre aucune sorte de catharsis.

« Ignat, je vais l’empêcher de bouger. Tu dois l’achever, quoi qu’il arrive. »

« Votre Excellence, que dites-vous ? C’est moi qui devrais l’empêcher de bouger ! »

« Mon Chaos a un rendement magique plus élevé. En plus, tu es un bien meilleur épéiste que moi. »

Utilisant un communicateur magique pour que Kurats ne les entende pas, Cabernard et Ignat s’étaient mis d’accord sur leur prochaine ligne de conduite.

Comme leurs armes principales avaient été arrachées, il allait être difficile de blesser Kurats d’une manière directe, et encore moins de le tuer.

Après tout, c’était toujours le même être absurde qui avait bloqué avec ses seuls muscles une flèche qui voyageait à la vitesse du son. Une épée magique pourrait-elle vraiment le tuer ?

S’ils n’infligeaient pas au moins une blessure grave à son cœur ou à l’un de ses organes vitaux, la situation ne ferait qu’empirer.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Cabernard versa tous ces pouvoirs magiques restants dans son renforcement magique.

Les circuits magiques de son Chaos pouvaient brûler à cause de cela, mais cela n’avait pas d’importance.

Il avait continué à verser de plus en plus de magie, dépassant la limite maximale, jusqu’à ce que les fibres magiques commencèrent à faire un bruit grésillant.

Je n’ai qu’à le retenir quelques dizaines de secondes, ça devrait suffire.

Si Kurats ne mourait pas dans ce délai, Cabernard aurait perdu.

Cabernard n’était pas un homme qui, normalement, s’adonnerait à ce genre de jeu de hasard et d’argent.

Il était plutôt considéré comme le meilleur stratège d’Asgard. Dans l’empire, il était le commandant qui pouvait obtenir les meilleurs résultats avec le moins de sacrifices possible.

Il ne voulait pas aller jusqu’au bout de cette mesure désespérée, mais il n’avait pas d’autre choix, car il ne pouvait penser à aucun autre plan.

Les mains de Kurats et du Chaos de Cabernard s’unissaient par le front. On aurait dit qu’un adulte se battait contre un enfant.

Ils mettaient tous les deux leur force au bout de leurs doigts, essayant de se tenir l’un l’autre vers le bas.

Peu à peu, leurs mains s’étaient levées horizontalement, ce qui leur avait permis de se regarder dans les yeux.

Même après avoir ajouté un renforcement et laissé son Chaos surchauffer, Cabernard avait à peu près une force équivalente à Kurats.

Cependant, Ignat avait les mains libres, et cette situation lui donna une occasion décisive.

« Tout sera fini ici ! »

Ignat saisit de ses deux mains la poignée de son épée courte et la fit basculer vers le bas en visant le cœur de Kurats.

Il semblerait que Kurats n’avait aucun moyen d’esquiver cette attaque, vu qu’il était toujours confronté à Cabernard.

Cependant…

Avec le bruit des fibres magiques qui s’arrachaient, le bras gauche du Chaos de Cabernard avait été arraché de son articulation de l’épaule.

Le bras gauche dessina un demi-cercle vers le dos de Kurats et émit un bruit métallique aigu lorsque l’épée courte d’Ignat se heurta à elle et se dispersa en éclats.

Le Chaos avait perdu son équilibre quand son bras avait été arraché, mais avant qu’il ne puisse se stabiliser, Kurats l’avait saisi par la poitrine et l’avait fait tomber sur sa tête.

Étonnamment, Kurats avait profité de l’élan de la chute du géant pour lui arracher aussi le bras droit.

Ayant perdu les deux bras de son Chaos, Cabernard n’était plus capable de se battre.

Ignat n’était pas en sécurité non plus.

Lorsque ce bras gauche avait heurté son épée courte, l’articulation du coude du bras gauche de son propre Chaos était tordue à un angle qui l’empêchait de le bouger correctement.

Son épée courte était également cassée, et il n’avait plus d’arme pour s’opposer à Kurats. Il avait perdu.

En tant que stratège, Cabernard s’était rendu compte que le combat était terminé.

Dès que cette réalité l’avait frappé, il appuya sur le bouton rouge de la boîte noire à l’intérieur de son cockpit, sans hésiter ne serait-ce qu’une fraction de seconde.

« Votre Majesté, pardonnez à ce stupide subordonné d’avoir perdu ce Chaos si facilement. »

Ignat comprit la décision de Cabernard, et il appuya de la même façon sur un bouton rouge, de sorte que Kurats ne puisse pas avoir de chemin de retraite.

Ce bouton interdit avait lancé la séquence d’autodestruction du Chaos, qui avait été mis au point pour anéantir son moteur magique et ses équipements hautement confidentiels.

L’autodestruction avait reçu un pouvoir qui rivalisait avec un sort anti-militaire, pour s’assurer qu’aucune partie du Chaos détruit ne subsiste.

On t’emmène, monstre !

Ainsi, la conscience de Cabernard fut enveloppée d’un éclair de lumière blanche, et il fut libéré à jamais des contraintes de ce monde méchant.

Frigga fut stupéfaite lorsqu’elle vit le gigantesque pilier de feu qui s’élevait à des centaines de mètres dans le ciel.

Elle avait assisté à une partie du combat à distance. Mais dès qu’elle crut que Kurats avait gagné, il y eut une explosion soudaine.

L’explosion avait été alimentée par la haute énergie de pierres magiques extrêmement chères. C’était assez puissant pour que Frigga pense que même Kurats ne pourrait peut-être pas survivre.

« MAÎTRE ! »

Tout en oubliant de corriger la façon dont elle s’adressait à lui, elle se précipita sur le lieu de l’explosion à toute vitesse sur son griffon.

La violente explosion avait creusé un énorme cratère dans le sol, faisant même sauter Alexandre, qui était tombé plus tôt dans la bataille, avec son Chaos. Il ne restait plus qu’un nuage de fumée noire et dense.

N’importe quel laïc pourrait dire qu’aucune âme n’aurait pu survivre dans cette région.

« Maître ! Est-ce que ça va !? Réponds-moi, s’il te plaît ! »

Frigga criait, les larmes aux yeux.

Après l’atterrissage, elle n’arrêtait pas d’appeler Kurats dans la confusion, comme une enfant perdue à la recherche de ses parents.

« Tu n’as pas à t’inquiéter, je ne vais pas mourir de sitôt. »

À ce moment, Kurats lui avait finalement répondu.

Bien qu’il avait vu quelques taches ici et là, il n’avait presque aucune blessure.

Mais d’après le ton de sa voix, il avait l’air grincheux.

« Dieu merci, tu vas bien ! Qu’est-ce que c’était que cette explosion ? »

Dépassée par l’émotion, elle s’accrocha au cou de Kurats.

Les regards douloureux des ennemis et des alliés étaient tous concentrés sur elle, mais elle ne s’en souciait pas le moins du monde.

« C’était juste une explosion, rien de plus. Il n’y a aucune chance que cela puisse passer à travers mon barrage de coups de poing. »

Kurats se gratta la joue et détourna le regard avec une expression boudeuse.

L’impact d’une simple explosion ne pourrait pas blesser Kurats.

Au contraire, la seule menace réelle sur sa vie dans ce combat avait été l’attaque à l’épée courte d’Ignat.

« Même ainsi, je n’étais toujours pas capable d’utiliser ma pleine puissance… »

Kurats était déçu.

Le sentiment de puiser dans ce pouvoir inconnu pour la première fois avait été exaltant, voire excitant.

Mais il voulait libérer encore plus de puissance la prochaine fois. Il voulait savoir quelle quantité de pouvoir il avait vraiment.

Quant à savoir où il trouverait un adversaire digne de ce nom pour satisfaire ses désirs puérils, il ne semblait pas que ce serait le cas dans l’armée de l’empire Asgard, vu que l’un de ses commandants avait été complètement écrasé par lui.

« S’il te plaît, ne refais plus rien d’aussi dangereux. Regarde bien, tu es plein de blessures, n’est-ce pas !? »

Après avoir séparé à contrecœur sa joue de la poitrine de Kurats, Frigga l’examina des pieds à la tête.

Bien que son barrage de coups de poing avait atteint la vitesse du son, la défense qu’il offrait à la partie inférieure de son corps était évidemment plus mince, car il était loin de ses bras.

Frigga découvrit qu’il avait de nombreuses coupures sous les genoux causés par les débris volants provenant de l’explosion.

Mais ce n’était pas tout.

« Oh non, maître, tes beaux cheveux… C’est tout frisotté… »

« Qu-Quoi ? PAS ENCORE ! »

Le cauchemar de la coupe afro dans la forêt des monstres avait refait surface dans l’esprit de Kurats.

Dans la panique, il se toucha la tête avec la main pour vérifier l’étendue des dégâts.

Il ne semblait pas y avoir de coupe afro cette fois-ci, mais il sentait clairement que ses cheveux étaient devenus craquants, probablement à cause de la température de l’explosion.

« Bande de salauds ! Vous allez payer pour ça ! »

« H-Hein ? S’il te plaît, attends-moi ! Je viens avec toi ! »

L’armée d’Asgard venait de perdre son commandant et le Chaos, symbole de son pouvoir. Que pourraient-ils faire pour empêcher Kurats de se venger ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre.
    "TOUJOURS DANS L'EXCÈS !!!!"

  2. Dans un match entre Kurats et La Chose des 4 Fantastiques, je parie sur Kurats 😁

Laisser un commentaire