Almadianos Eiyuuden – Tome 2 – Chapitre 37

***

Chapitre 37

Tandis que Kurats se tenait tranquillement au milieu de leur cercle, les monstres environnants se précipitaient simultanément vers lui.

Face à lui, il y avait des monstres de grande taille comme des ours aux yeux rouges et des rhinocéros de la mort, et d’autres monstres plus humanoïdes, comme des tigres de guerre.

La différence entre les deux camps était clairement exagérée.

Bam !

Soudainement, on entendit un bruit qui ressemblait à celui d’une tendre tranche de viande se heurtant violemment contre un mur.

Lorsqu’il chercha la source du son, les yeux d’Adrian se heurtèrent aux parties du corps de ces monstres de grande taille qui dansaient dans les airs.

Kurats, qui ne mesurait pas plus de deux mètres, avait facilement abattu des monstres qui pesaient des tonnes, en utilisant seulement son poing. Adrian n’en croyait pas ses yeux.

Il savait que même lui ne pourrait pas réussir un tel exploit.

Lorsqu’il s’était rendu compte qu’il avait peut-être sous-estimé l’ennemi, un sentiment de danger imminent commençait enfin à se faire sentir.

« Est-il vraiment humain ? »

Comme s’ils s’écrasaient sur un mur transparent, tous les monstres qui s’étaient précipités vers Kurats avaient été repoussés.

Cependant, cela n’était clairement pas dû à une quelconque barrière défensive magique puisque chacun de ces monstres avait perdu des parties de leurs corps et en était mort.

Kurats n’avait pas l’air d’utiliser toutes ces forces.

Ses coups avaient l’air légers, mais ils étaient assez puissants pour séparer un ours aux yeux rouges de ses membres et pour écraser la corne d’un rhinocéros de la mort.

Leur nombre se compte par milliers, mais à ce rythme, on dirait qu’ils vont être anéantis en un rien de temps.

La probabilité que cette pensée soit correcte avait fait frissonner Adrian.

Il aurait dû arrêter cet homme à tout prix, peu importe les moyens.

Tandis que les monstres continuaient à mourir misérablement, comme des vagues de mer s’écrasant sur une falaise escarpée, Adrian renforça sa détermination et décida de les utiliser comme sacrifices.

« Ne le laissez pas s’échapper. Vos morts ne seront pas vaines ! »

Après l’avoir dit, il avait tranché ses vaisseaux sanguins au niveau du poignet, et en avait répandu le sang qui en était sorti.

Adrian faisait partie du clan immortel Nosferatu.

Quand il s’agissait d’utiliser le sang comme intermédiaire pour les sorts, personne n’était meilleur que le clan immortel.

Le chef de ce clan, le duc de Tarantino, pouvait aller jusqu’à enchanter facilement des dizaines de milliers de soldats, il pouvait aussi écraser toute une montagne.

En tant que l’un des subordonnés de cet homme, Adrian ne pouvait pas se permettre de se montrer inesthétique.

« J’offre mon énergie sanguine pour fusionner les voix d’un profond ressentiment venant de loin. Écoutez le rugissement de Cerbère, le chien de garde du royaume des ténèbres ! “Rayonnement de la mort” ! »

Le rayonnement de la mort était l’attaque la plus forte d’Adrian. Non seulement il produisait une température très élevée, mais il pouvait aussi attaquer directement l’âme de l’ennemi pour mettre fin à sa pensée et à son esprit.

Tout aristocrate du niveau d’Adrian mourrait instantanément sans aucun moyen de survie s’il était attaqué directement par cette technique, bien que ce ne serait pas le cas des aristocrates supérieurs.

Cependant, le sort avait consommé 70 % du pouvoir magique total d’Adrian. C’était une attaque de type « tout ou rien ».

Puis-je l’annuler ?

Si Kurats déversait sa bien plus grande réserve de pouvoir magique dans une barrière d’annulation magique, alors annuler le sort du rayonnement mortel serait aussi facile que de voler des bonbons à un bébé.

Mais ce ne serait pas drôle.

Bien qu’ils ne se regardaient pas directement, Bernst et Kurats savaient tous les deux qu’il y avait un sourire démoniaque sur leurs visages respectifs.

Hehehehe... Tu es plutôt vicieux.

{Non non non non, bien que j’en aie l’air, il se trouve que je suis un homme intègre.}

Pas possible, il n’y a rien d’honnête là-dedans.

Il semblerait qu’il n’y avait que sur ce genre de choses qu’ils pouvaient s’entendre.

Pendant que les deux ego discutaient sans se soucier du danger, Kurats avait concentré son pouvoir magique dans son poing.

{Pourquoi n’utilises-tu pas une barrière « Renvoi du Sort » ?}

Comme il semblerait que Kurats n’allait pas utiliser le sort qu’il attendait de lui, Bernst avait remis en question ses actions tout en se sentant déjà épuisé avant même d’avoir une réponse.

Désolé, mais je pense qu’il me sera impossible de contrôler l’angle de réflexion.

{Ce foutu cerveau musculaire...}

Il était certainement possible de faire rebondir le rayon mortel jusqu’à son point d’origine en utilisant une barrière Renvoi de Sort.

Cependant, malheureusement, ce sort devait être contrôlé avec délicatesse, et Kurats n’était pas assez habile pour l’utiliser.

« Gantelet magique. »

Alors que Kurats murmurait cela, un morceau extrêmement dense de son pouvoir magique fut comprimé sur son bras, qui se transforma en un métal magique poli et lisse.

« Ne me dites pas que c’est... un sort de “matérialisation” !? »

Cette scène incroyable avait laissé Adrian à court de mots.

Contrairement aux sorts de type libération comme le rayonnement de la mort, les sorts qui pouvaient transformer le pouvoir magique en matière étaient un type de magie très avancé qui exigeait des quantités écrasantes de pouvoir magique.

Celui que Kurats avait utilisé était cependant différent de celui-là. C’était un sort qu’il avait hérité de Bernst, qui était bien supérieur aux techniques connues dans ce monde, mais Adrian n’avait aucun moyen de le savoir.

Cependant, peu importe la puissance du sort, Adrian pensait que cela ne devrait pas suffire à contrer son rayonnement mortel.

Souhaitant ardemment avoir raison, il regarda l’éclair de son sort se propager.

« Yaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! »

{Il n’y a rien de beau là-dedans.}

Tandis que Kurats serrait le poing, Bernst grognait de déception.

Cependant, sans se soucier de ces plaintes, Kurats s’était mis à balancer joyeusement son poing.

Ou plutôt, on aurait dit qu’il était en train de le faire basculer, mais il créait en fait un barrage de plusieurs centaines de coups de poing.

Avec son gantelet fait d’un métal magique plus solide que le diamant, Kurats avait magnifiquement contrebalancé l’énergie du rayon de la mort d’Adrian.

Cette méthode défensive qui consistait à utiliser des centaines de coups de poing simultanés en même temps pour créer un barrage était un exploit de force brute qui ne pouvait être fait que par un cerveau musculaire comme celui de Kurats.

« C’est impossible... Quelque chose d’aussi absurde ne peut pas arriver ! »

Adrian était le chef de cette forêt depuis le jour où il était venu à la vie, et il avait toujours cru que les humains étaient des créatures inférieures. Cela l’avait rendu incapable d’accepter la réalité qui se présentait à lui.

Il pensait qu’il devait y avoir une justification.

C’était peut-être le travail d’un artefact ?

Ou peut-être était-ce l’effet d’une illusion magique ?

Pendant qu’Adrian essayait de trouver une réponse à ces événements déroutants, un petit sourire était apparu sur le visage de Kurats, qui s’était mis à le narguer.

« On dirait que les monstres aristocrates ne sont pas si forts que ça, hein. »

« Toi... HUMAIN ! COMMENT OSES-TU ! »

En tant qu’être le plus fort de la forêt, Adrian n’avait jamais été provoqué auparavant. C’était cette expérience nouvelle et insupportable qui l’avait poussé dans un accès de rage.

Les pouvoirs des monstres ne se limitaient pas à la magie.

Ils avaient aussi des capacités spéciales qui surpassaient de loin la force des humains. Ces capacités pourraient devenir de terribles armes au combat.

Les ongles aiguisés d’Adrian s’allongèrent instantanément jusqu’à devenir aussi longs qu’une épée, puis il sauta directement sur Kurats.

{Dommage, je voulais jeter un coup d’œil aux yeux du diable du clan immortel.}

S’il ne les utilise toujours pas, c’est qu’il ne les a probablement pas, n’est-ce pas ?

Kurats avait facilement bloqué les ongles d’Adrian, puis il attrapa son poignet et le projeta très haut dans les airs.

En raison de la force excessive du lancer, l’épaule d’Adrian s’était disloquée, créant une douleur atroce, mais il avait quand même réussi à se redresser en restant au-dessus du sol avec peine.

Comme il avait des ailes, l’air était le meilleur endroit pour qu’Adrian puisse montrer sa force.

Cependant, lorsqu’il avait essayé de cibler à nouveau la vie des Kurats, il avait été témoin d’un spectacle incroyable.

Une sphère bleue et brillante d’environ dix mètres de diamètre luisait au-dessus de la tête de Kurats.

Un seul coup d’œil suffisait à dire que le pouvoir magique qu’il renfermait était anormal.

Sa température énorme avait déjà atteint des niveaux critiques, et il continuait à produire une sorte de plasma orageux dans les environs.

Si une telle concentration d’énergie était libérée ici, la forêt entière serait probablement détruite.

« Espèce de monstre de la nature... ! »

Cette fois, Adrian tremblait tellement de peur que cela le fit frissonner du fond de son âme.

Il avait l’impression que la puissance hors norme de Kurats était sans aucun doute à la hauteur de celle du duc de Tarantino.

« Dégage. »

« STOOOOOOOOOOOOOOOOOP ! »

Avec le bruit d’un grondement bruyant dans le sol, la sphère explosa.

L’éclat éblouissant de cette lumière blanche balaya tout sur son passage.

Une fois la lumière se fut éteinte, il ne restait plus que les cendres de ce qui était autrefois un noble monstre, et un sol fissuré qui s’était complètement asséché.

Chaque arbre dans un rayon de quatre kilomètres avait été abattu.

De plus, en raison de la température élevée de la sphère, la terre au cœur du point d’impact s’était transformée en verre, qui brillait en réfléchissant le soleil.

« Hé, c’était quoi cette lumière brillante dans le ciel tout à l’heure ? »

« Oh, je n’en ai aucune idée. On aurait dit qu’il y a eu un éclair de tonnerre pendant une seconde... »

Bien que l’explosion se soit produite dans la forêt des monstres, l’éclair de lumière qui en avait résulté avait été observé même depuis le lointain royaume de Jormungand, ainsi que depuis une forteresse de l’empire Asgard.

*Toux* *Toux* *Toux*

Après avoir été frappé par une onde de choc et un nuage de sable, Kurats avait eu une violente toux.

{C’est pathétique ! Quel genre d’homme désespéré souffre de sa propre attaque ?}

La portée du « soleil altaïque », le sort anti-militaire qu’il avait utilisé, avait été beaucoup plus large que prévu.

À cause de cela, Kurats avait été soufflé à plusieurs centaines de mètres de distance, et ses cheveux avaient été brûlés encore plus qu’ils ne l’étaient initialement après l’attaque d’Adrian.

Cependant, si cela était arrivé à quelqu’un d’autre que Kurats, l’onde de choc seule aurait suffi à le tuer.

« Bon sang... Je ne peux pas me montrer devant ma sœur comme ça... »

{Ce n’est pas ce qui devrait t’inquiéter !}

Dans un état second, Kurats avait joué avec ses cheveux qui avaient maintenant pris une forme ronde et frisée.

Cette coiffure avait l’air ridicule.

Il était garanti que Cornelia éclaterait de rire s’il devait apparaître devant elle comme ça.

« Maître Bernst ! »

{Maître ?}

Surpris par la façon inhabituelle dont Kurats l’avait décrit, Bernst avait parlé avec une drôle d’intonation dans sa voix.

« Peux-tu restaurer mes cheveux à leur état d’origine ? »

{Au lieu de cela, n’aurait-il pas été préférable d’apprendre à utiliser un type de barrières de protection déployées en permanence ?}

« S’il te plaît, fais quelque chose ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire