Almadianos Eiyuuden – Tome 1 – Chapitre 4

***

Chapitre 4

Kurats n’était jamais le genre d’homme qui avait un plan.

Sa nature était de briser ses problèmes de manière frontale, en utilisant seulement sa force et son endurance.

La même chose s’appliquait à Bernst depuis qu’il avait obtenu un pouvoir semblable à un dieu, cependant, à l’époque où il était encore un aventurier, il avait connu beaucoup de situations qu’il n’était pas capable de résoudre en utilisant la force brute.

À l’époque où Bernst apprenait encore et s’entraînait, il y avait des gens qui avaient usé de leur autorité et de leur influence pour faire pression sur lui.

« Puisque tu ne peux pas le combattre d’emblée, alors tu n’as pas d’autres choix que de faire appel à quelqu’un qui est encore plus influent que le comte. Il ne devrait pas y avoir de pénurie de personnes qui feront n’importe quoi pour partager un pouvoir hors norme comme le mien. »

« Eh bien, il y a des aristocrates qui cherchent le pouvoir dans tous les coins du pays, mais... »

Le problème était qu’il n’y avait pas de temps.

Même s’il devait trouver quelqu’un avec qui collaborer, il serait possible que sa sœur soit déjà enlevée d’ici là. Il n’avait pas eu le temps de se présenter à quelques nobles et de construire tranquillement une connexion avec eux.

« Par exemple, tu pourrais participer à un concours de gladiateurs... ou peut-être sauver une jeune femme noble isolée dans sa chambre en raison d’une maladie incurable. De plus, tu n’as pas à considérer le temps que tu perdras sur la route, nous pouvons nous déplacer instantanément en utilisant ma technique de transport. »

En entendant les mots de Bernst, Kurats avait eu un éclair de perspicacité.

La première chose qu’il se rappela fut le tournoi du mois du raisin, gagner cette compétition était aussi important que de devenir un chevalier du royaume.

Cependant, il devrait attendre une demi-année avant le début du tournoi.

C’était en fait la deuxième suggestion de Bernst, celle de la maladie incurable, qui semblait la plus réalisable.

La deuxième princesse du royaume de Jormugand, Lunaria Heinz Von Jormugand, était actuellement malade au lit à cause d’une maladie d’origine inconnue. Elle était malade depuis près d’un an et demi, sans espoir de rétablissement.

Kurats s'était rappelé que, dans sa colère, le roi avait déclaré que quiconque pourrait obtenir la guérison complète de la princesse recevrait la récompense qu’ils souhaitent.

« Je vois, c’est pratique. Comme elle est une vraie princesse, la sauver sera plus que suffisant. »

« Nous allons nous transférer dans la capitale royale ! Prépare-toi, » dit Bernst avec désinvolture à Kurats.

« La sauver ? C-comment suis-je censé faire ça ?! Attends, plutôt, que veux-tu dire par “transfert” ? »

Dès le départ, Kurats ne connaissait même pas le concept de l’utilisation de la magie.

Dans ce village pauvre et isolé, il n’y avait aucune possibilité de voir la magie en action, Kurats n’avait entendu que des rumeurs sur la magie de ses parents, qui étaient des mercenaires.

« Pouah ! Je ne permettrai pas à celui portant le sang d’un roi magique comme moi d’être aussi ignorant ! Quoi qu’il en soit, cette technique n’est pas si difficile. D’abord, tu dois imaginer des lumières qui se rassemblent autour de ton front. »

En réponse aux mots contrariés de Bernst, Kurats ferma docilement ses yeux brun roux et concentra sa conscience sur son front.

Cette méthode de concentration n’était pas exclusive aux sorts magiques, c’était aussi une technique très basique qui était souvent utilisée lors de l’entraînement à l’escrime.

Ainsi, même Kurats, qui n’avait jamais été entraîné à la magie, et qui n’avait formé que sa force physique depuis sa jeunesse, connaissait bien la technique de concentration décrite par Bernst.

La lumière blanche avait l’impression de refléter son âme et de submerger son corps dans l’eau... Kurats la sentit devenir de plus en plus claire au centre de son front.

« Je vois, comme prévu, tu apprends vite... Maintenant, continue à te concentrer et pense à un paysage que tu connais dans la capitale royale. Et puis, imagine-toi debout là-bas. »

Voyant le mana tranquille et puissant qui ne semblait pas provenir de quelqu’un qui n’avait jamais utilisé la magie auparavant, Bernst hocha la tête avec satisfaction.

C’est vrai, c’est comme ça que ça doit être. Ceux qui portent le nom Almadianos ne peuvent pas être faibles... Pourtant, c’est assez frustrant que je ne puisse pas utiliser mes propres techniques moi-même, pensa Bernst avec un sourire ironique tout en se sentant plus irrité de la situation qu’il ne l’avait prévu.

Alors que Bernst pensait à de telles choses, le pouvoir magique de Kurats, qui s’était accumulé, atteignait la saturation.

« ... Bon, imagine ton pouvoir magique exploser comme une bulle !! Maintenant, saute en avant et répète après moi ! »

En provenance de Bernst, une énorme quantité de connaissances et d’images avait coulé dans le cerveau des Kurats.

Cette connaissance fantastique aurait dû causer un énorme fardeau sur le cerveau de Kurats, cependant, il était réellement calme, au point même de se surprendre lui-même, alors qu’il commençait le chant d’un sortilège.

« Port ! »

Port !

Instantanément, il y avait eu un éclair blanc qui semblait couvrir le monde devant les yeux de Kurats, et avant qu’il s’en rende compte, il marchait sur le pavé de pierre familier de la capitale royale.

Cette magie a été faite par mon corps ?!

Cet effet instantané n’avait rien à voir avec ce dont il avait entendu parler de la part de ses parents, Kurats ne put réprimer son étonnement alors qu’il sentait un froid dans son dos.

Même les mages de cour, qui étaient les meilleurs mages du royaume, auraient du mal à utiliser une technique aussi avancée.

De plus, celui qui avait utilisé ce sort n’était autre que Kurats lui-même, ce qui rendait l’affaire encore plus étonnante pour lui.

Il n’était pas fier de cela, mais il était totalement désemparé quand il s’agissait de magie, et pourtant, en suivant simplement le conseil de Bernst, Kurats était maintenant capable de sentir directement le mana circuler dans son corps.

À partir de maintenant, il serait capable d’utiliser le sort sans l’aide de Bernst.

« As-tu vraiment le temps d’être coincé dans un état comme celui-ci ? »

Grâce aux paroles ridicules de Bernst, Kurats revint à la raison et se précipita immédiatement vers la guilde, qui aurait dû être située autour de l’entrée du château royal.

Il restait probablement moins de trois jours avant que sa sœur ne soit emmenée. Il n’y avait pas une seconde à perdre. Kurats devait acquérir le pouvoir de s’opposer au comte Hazel dès que possible.

« Si je me souviens bien, la réception devrait être ici... »

Cela faisait environ trois ans que Kurats était venu ici la dernière fois.

Il n’avait pas oublié l’excitation qu’il ressentait la première fois qu’il voyait la capitale lorsqu’il était venu avec son père, mais il semblait que les rues avaient légèrement changé ces dernières années.

D’une certaine manière, c’était comme si les gens avaient un air plus dur, ce qui était peut-être dû au fait que la princesse de leur royaume avait attrapé une maladie de cause inconnue.

Bien qu’il se guidait avec ses vieux souvenirs, Kurats avait quand même trouvé son chemin sans se perdre, et avait repéré l’impressionnant toit rouge des quartiers de la vieille guilde.

Le guichet de la guilde était calme depuis un bon moment aujourd’hui.

C’était probablement parce qu’il n’y avait que peu d’aventuriers à la recherche de demandes puisque c’était déjà l’après-midi.

Malgré tout, il y avait environ une douzaine d’aventuriers armés vérifiant soigneusement le tableau d’affichage où les demandes étaient affichées.

N’étant d’aucune utilité pour ce tableau d’affichage, Kurats se dirigeait directement vers la réceptionniste de la guilde, qui était assise avec un sourire de femme d’affaires sur son visage.

« ... Désolé, est-il encore possible de prendre la demande pour traiter la maladie de la princesse ? »

« Hein !? »

La réceptionniste, Hilda, dont le sourire mignon était célèbre parmi les aventuriers, laissa involontairement sa confusion s’échapper de sa bouche en raison des mots du jeune homme qui ne correspondaient pas du tout à sa stature.

Cependant, c’était compréhensible.

Bien qu’il était un « jeune homme », il mesurait plus de deux mètres (6'7). Il avait un corps incroyablement imposant, avec un poids de pas moins de 100 kg (220 lbs).

Ses muscles saillants étaient magnifiquement construits, comme s’il était un guerrier expérimenté.

Hilda n’avait pas reconnu le jeune homme, mais quand elle l’avait vu, elle avait été convaincue qu’il était un aventurier qui était là pour faire une demande de soumission.

« M-mes excuses. Ce que je voulais dire, c’est de savoir si la demande pour traiter la maladie de Son Altesse la princesse avait elle déjà été retirée. »

Hilda réussit à peine à répondre à cette question, mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi un jeune homme, manifestement plus apte au travail manuel, se mettait lui-même à la tâche avec une telle demande.

Même s’il le faisait comme une blague, la cible de la demande était la princesse du pays.

Elle n’était pas quelqu’un avec qui il pouvait tenter sa chance ni ne pouvait la nourrir d’absurdités sur l’utilisation de la volonté ou autre pour se guérir.

S’il devait quelque peu aggraver l’état de la princesse en la traitant, il était fort possible qu’il soit décapité sur place.

Et ce n’était pas une simple conjecture, car c’était en réalité arrivé à l’un des médecins du palais royal, qui n’avait pas réussi à guérir la princesse malgré le fait qu’il se vantait de ses compétences à l’avance.

Après cet incident, le nombre de personnes essayant de guérir la princesse avait considérablement diminué.

« Alors, je voudrais relayer d’urgence ce que je vais vous dire au palais royal. Mon nom est Kurats · Hans · Almadianos... et je suis un mage. »

« Quoi ?! »

En tant que réceptionniste de la guilde, Hilda n’était presque jamais agitée, cependant, les mots de Kurats la poussèrent involontairement à crier.

Était-ce une situation où l’on ne devait pas juger les gens par leur apparence ?

Hilda était à court de mots alors qu’elle regardait une fois de plus le corps stupéfiant de Kurats et ses traits faciaux jeunes et gracieux.

Hilda pensait que cela pouvait être son propre préjugé, mais d’après son expérience, la plupart des mages étaient minces et avaient des traits sombres. Cependant, c’était en effet un préjugé, car il y avait bien quelques mages bien musclés dans ce monde.

Et techniquement, ce genre de bon sens ne s’appliquait pas ici puisque la magie de Kurats n’était pas du même type que la magie communément connue, mais Hilda n’en savait rien du tout.

En tout cas, ces questions étaient hors de portée d’une réceptionniste comme elle.

« S’il vous plaît, attendez un moment... Je vais aller chercher la confirmation du château. »

Comme il n’y avait pas de guérisseurs ou de médecins qui se présentaient pour prendre la demande, la guilde subissait des pressions de la part du palais royal pour trouver rapidement quelqu’un qualifié pour cela.

Donc la vérité était que la guilde apprécierait vraiment si la demande était prise par Kurats.

C’est-à-dire, à condition qu’il ne fasse pas une erreur trop importante.

Alors qu’il se demandait si un roturier sans antécédents comme lui pouvait vraiment entrer dans le palais royal, Kurats devenait de plus en plus anxieux dans son esprit, bien qu’il ne laissa rien paraître sur son visage.

Tout ce plan était basé sur le principe que la magie avancée de Bernst soit capable de sauver la princesse de sa maladie en toute sécurité. Cependant, si cette condition préalable n’était pas remplie, le plan serait impossible à exécuter.

« Ne sois pas si effrayé... N’as-tu pas vu le visage de cette femme ? Elle était clairement soulagée, n’est-ce pas ? ... Je suppose que tout le monde a déjà renoncé à cette demande, et cela fait probablement un moment que quelqu’un ne s’était pas présenté pour la prendre. »

Le raisonnement de Bernst avait mis dans le mille.

« Hé, regarde, je vais le dire pour toi, tu devrais abandonner. Tu es encore jeune, tu ne veux pas perdre inutilement ta vie, non ? »

L’un des aventuriers, qui avait entendu la conversation entre Hilda et Kurats, se leva et vint me parler.

Cet homme connaissait un autre aventurier qui n’avait pas répondu à la demande et fut banni du royaume.

Et, dans les yeux de cet homme, Kurats ne semblait absolument pas plus compétent que cet aventurier vétéran.

« Merci de vous inquiéter. Mais, même si je ne le laisse pas paraître, j’ai mes chances de réussir. »

En regardant les yeux de Kurats, qui avait un sourire naturel sur son visage, l’aventurier changea son évaluation de lui.

Il pouvait dire que Kurats ne se vantait ni ne bluffait.

Alors, ce jeune homme était-il grandement trompé, ou était-il vraiment suffisamment capable de mettre ses mots en pratique ?

« Eh bien, si tu le dis, alors je ne t’arrêterai pas. Aussi, tu n’as pas à le faire, mais si cela ne te dérange pas, peux-tu me montrer une partie de ta magie ? »

« Eh bien, je suppose que je peux... et à propos de ça ? »

Au moment où Kurats avait dit cela, son corps était apparu derrière l’aventurier.

Téléportation — ce n’était pas un type de magie qui pouvait être utilisé par hasard sans emprunter le pouvoir d’une formation magique.

Si Kurats était aussi compétent dans le corps-à-corps, cela signifierait qu’il aurait certainement été capable de gagner le combat contre l’aventurier tout à l’heure.

Avec une sueur froide, l’homme avala sa salive, car il était maintenant convaincu que Kurats n’était pas un mage moyen.

« ... je suis Martin Harding. J’ai un peu d’influence dans la guilde, alors n’hésite pas à venir me voir si tu rencontres des problèmes. »

Martin le héros avait reconnu un nouveau venu, toute la guilde devint bruyante au fur et à mesure que cette étonnante information se répandait.

Plusieurs aventuriers, qui connaissaient l’excellent œil de Martin, se levèrent pour faire connaissance avec Kurats, mais à ce moment...

« Seigneur Kurats Hans Almadianos ! Je suis désolé de vous avoir fait attendre ! »

Ayant contacté le château, Hilda avait corrigé son attitude et s’était respectueusement inclinée vers Kurats. Bien que Kurats avait été perplexe par son changement soudain d’attitude, Bernst n’était pas perturbé, car il avait compris la raison de ce changement.

C’était probablement parce que, comme le pays était sur le point de renoncer à sauver la princesse, un magicien complètement inconnu était apparu de nulle part pour sauver sa vie, alors, dans leur désespoir, les gens du château saisissaient ce dernier espoir, et ils avaient donc demandé à Hilda d’être prudente et courtoise envers lui.

Il semblerait que la princesse soit dans un état critique. Même ainsi, plus cela était dangereux, plus Kurats recevrait de gratitude en retour pour la sauver.

« On m’a dit de vous prévenir d’aller rapidement au château. Quelqu’un viendra vous guider immédiatement. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. l'amateur d'aéroplanes

    Merci pour ce chapitre. Il y a des chances que la princesse soit la femme blonde en couverture.

Laisser un commentaire