Almadianos Eiyuuden – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3

Une fois réveillé, Bernst commença à scanner les souvenirs de Kurats pour recueillir des informations sur son monde.

Le continent Laistra était composé de nombreux petits pays mélangés, centrés autour de cinq grands pays.

Gaura n’était qu’un pauvre village situé sur le territoire du comte Hazel dans le royaume de Jormugand, qui était l’un de ces cinq grands pays.

Ce monde semblait avoir un niveau de civilisation inférieur à celui attendu par Bernst. La raison pour laquelle Kurats n’était pas capable d’utiliser des sortilèges malgré le fait que Bernst avait obtenu les connaissances de base en magie était que, en premier lieu, il n’y avait personne qui soit capable d’utiliser la magie dans cette région isolée.

Donc, même s’il était l’alter ego de Bernst, il ne pouvait pas savoir comment faire quelque chose qu’on ne lui avait jamais enseigné.

Je n’aurais jamais pensé qu’il n’aurait jamais vraiment vu de magie, j’ai dû faire une erreur dans mes calculs !

Cependant, cela ne signifiait pas qu’il n’y avait pas de magie dans ce monde puisqu’il semblait y avoir des mages de cour dans la capitale royale.

Il était juste arrivé que Kurats fût né dans le mauvais endroit. Bernst ne pouvait que réprimer son abattement à ce sujet.

Même un enseignement de mage de troisième ordre aurait été bon. Si seulement Kurats avait eu de la chance, son talent se serait immédiatement manifesté.

En outre, Bernst n’aimait pas le fait que son propre alter ego soit si faible : « Sérieusement, pour qu’il soit réellement troublé par une affaire triviale comme celle-ci ! »

Comme il avait étendu sa conscience sur toutes les différentes parties de ce monde, Bernst était en colère. Si Kurats voulait protéger sa belle sœur, alors il aurait dû le faire. On lui avait donné assez de force pour ça.

Au contraire, il aurait dû être assez fort pour riposter au point de faire regretter à ce noble le jour de sa propre naissance.

S’il ne pouvait pas faire cela, c’était parce que cela menacerait la sécurité de ses compagnons dans le village, alors il aurait dû abandonner sa sœur dès le départ. Et si ce n’était pas une option non plus, tout ce qu’il avait à faire était d’obtenir le pouvoir de protéger tout le village.

N’était-ce pas une résolution convenable pour un jeune homme ?

En tout cas, ce que disait Bernst, c’était que les actions de Kurats étaient des demi-mesures qui n’étaient pas assez décisives.

Néanmoins, le fait que Bernst avait pu ressentir une telle indignation était probablement la preuve que les sentiments de Kurats étaient en effet partagés avec les siens.

Puisque Bernst, l’immortel, pouvait anéantir quiconque lui faisant du mal, il lui était normalement impossible de ressentir ce genre d’irritation et de frustration.

 ... Mhm, pour l’instant, vu qu’il me fait rappeler certains de mes anciens sentiments humains, c’est d’une certaine manière un succès.

Comme prévu, puisque cet alter ego avait les mêmes gènes que lui, Bernst avait un grand sens de l’empathie envers lui. Cela signifiait que le partage des sentiments de Kurats n’était pas loin de lui procurer de réelles émotions.

Cependant, pourquoi ces émotions devaient-elles être si insupportablement désagréables ?

Bernst n’était pas venu dans ce nouveau monde juste pour goûter à ce genre de sentiments désagréables.

La grande joie de vivre ! Le grand soulèvement qui venait quand on devait combattre un adversaire digne tout en le faisant pour la vie des uns et des autres, vous incitant instinctivement à crier et à rugir à pleins poumons !

Ce sentiment de laisser vos désirs charnels vagabonder en faisant resplendir votre beauté ! C’était ce que Bernst voulait vraiment goûter à nouveau !

Il est vrai que certains disent que plus l’obstacle sur votre chemin est grand, plus le sentiment d’accomplissement est grand une fois que vous l’avez traversé...

L’homme nommé Bernst était l’égal des dieux. Des mots comme le contrôle de soi, la soumission et le renoncement lui étaient complètement étrangers.

Dire que Kurats était simplement un homme gentil pouvait sembler agréable, mais la vérité était qu’il était simplement faible. Il allait être difficile pour Bernst de résister à la tentation d’utiliser ses propres pouvoirs et de rester patient tout en coexistant avec Kurats.

Cependant, s’il prenait la personnalité virtuelle de Kurats, alors son but initial de ressentir des émotions inexpérimentées finirait bien par être un échec.

Donc, bien qu’il fût très irrité, Bernst n’avait pas d’autre choix que d’aider Kurats sans intervenir directement pour le moment.

... Continuez à me divertir, mon double ! Vous êtes l’homme le plus fort ! Vous êtes le successeur de l’esprit d’Almadianos !

***

À l’origine, Kurats et Cornelia n’étaient pas nés dans ce village.

Quand leur père, Kemp, était jeune, il était apparemment un mercenaire avec une bonne réputation. Quant à leur mère, elle s’appelait Frigg, elle était la fille unique d’un certain mercenaire qui la confiait à Kemp, qui se trouvait être un vieux camarade d’armes.

Après la mort de ce mercenaire, Kemp finit par avoir une relation avec cette fille, peut-être à cause des conseils du destin.

« Après ma mort, Rick va probablement me tuer pour ça dans ma prochaine vie. »

Le père de la fratrie avait l’habitude de rire et de le dire quand il était encore en vie. Cependant, il n’était pas difficile de comprendre pourquoi leur père avait été incapable de se contrôler et avait pris Frigg comme sa femme.

Après tout, Frigg possédait une beauté que n’importe qui aurait enviée. Pourtant, elle avait aussi une personnalité rusée et bornée. En fait, c’était elle qui avait séduit Kemp, et pas l’inverse.

Et la sœur de Kurats, Cornelia, avait hérité de la beauté de sa mère.

Elle avait les mêmes membres gracieux avec les mêmes courbes lisses.

Elle avait les mêmes cheveux noirs qui pétillaient avec charme chaque fois qu’il pleuvait.

Elle avait les mêmes yeux fascinants en amande que les hommes ne pouvaient s’empêcher d’admirer.

Dans l’ensemble, même si elle ne la dépassait pas, elle n’était pas inférieure à sa mère, Frigg, qui avait été d’une beauté incomparable.

– Une seule exception notable, le tour de poitrine de Cornelia, qui était petit, mais il valait mieux ne pas le mentionner à haute voix.

Et le point le plus important était que Kemp et Frigg n’étaient pas les véritables parents de Kurats.

Quand il n’était qu’un bébé, Kurats avait été confié à Kemp sur un champ de bataille par une étrange jeune femme qui était sur le point de mourir.

Normalement, Kemp n’aurait pas pris un tel bébé, seulement on lui avait donné beaucoup d’argent pour cela, il ressentait ce mystérieux sentiment qu’il ne devrait pas l’abandonner.

De plus, Frigg avait apparemment été captivé par le rire sain du bébé.

Ainsi, par une coïncidence miraculeuse, Kurats fut accueilli par sa famille, devint le frère cadet de Cornelia et hérita du nom de famille « Almadianos ». C’était certainement le principe de la causalité au travail.

Depuis qu’il avait entendu parler de ces faits à l’âge de 12 ans, Kurats avait eu une angoisse qui montait jour après jour.

Il ne voulait pas donner sa sœur à un autre homme.

Il voulait vivre pour toujours paisiblement avec sa belle sœur, en tant que frère et sœur.

Bien qu’il soit pleinement conscient que ce n’était pas un désir naturel, Kurats ne pouvait s’empêcher de ressentir cela.

Heureusement, en raison de sa personnalité, sa sœur n’avait jamais manifesté d’intérêt pour aucun homme, donc la paix du frère et de la sœur n’avait jamais été troublée. Il n’aurait jamais pensé que la pire des personnes tomberait amoureuse d’elle au premier regard.

« Cela signifie que ma sœur va... »

Kurats réprimait désespérément les sentiments tabous qu’il avait réussi à garder cachés en lui pendant si longtemps.

« Quand il s’agit de ces types d’adversaires, tout ce que tu as à faire est de les tuer. Pourquoi es-tu si hésitant ? », dit Bernst d’un ton neutre, car il savait combien de pouvoir était présent en lui.

« Je ne peux pas faire ça ! Et même si je le pouvais, tu sais combien d’ennuis cela apporterait à tout le monde dans le village...? »

« Tu as grandi d’une manière très gênante. Était-ce parce que j’avais trop confiance en mes gènes ou parce que je me foutais de l’influence que ton environnement aurait sur toi ? ... De toute façon, je ne peux pas permettre cela ! »

« Pourquoi diable me possèdes-tu ? Es-tu un fantôme ? Un démon ? »

Bernst répondit en boudant, avec une voix qui donnait l’impression d’être vraiment offensé.

« Je vais être dérangé si tu commences à me comparer à ces sortes de choses chétives. Je suis le roi magique du monde de Dolmond, je suis un autre toi d’un autre monde. »

Bien évidemment, Bernst n’avait aucune intention de dire toute la vérité. Même si Bernst avait dit à Kurats qu’il était juste un partenaire pour son jeu, il était tout à fait possible qu’il ne le croie pas. Même s’il le croyait, Bernst serait troublé au cas où Kurats finirait par se tuer à cause de ça.

« ... Cela ressemble à quelque chose qui est sorti tout droit d’un rêve, mais pour une raison quelconque, je peux te croire quand vous dites que tu es un autre moi... »

Kurats n’avait pas reconnu ce fait par raison ou par les mots de Bernst, mais plutôt par le sentiment unique qui venait de partager la même âme avec lui.

Tout comme Bernst partageait les émotions humaines de Kurats, Kurats sentait aussi les pensées de Bernst, qui avaient atteint un équilibre humain.

Mais, comme on pouvait s’y attendre, il lui était impossible de lire ces pensées en détail... C’était très chanceux pour Bernst, qui pensait avoir du mal à convaincre Kurats.

« Comme je l’ai dit, dans cet autre monde, je suis le roi magique, l’égal d’un dieu... Honnêtement, avec une seule main, je pourrais disperser toutes les forces du comte d’une zone rurale comme celle-ci. Tu devrais être capable de le faire aussi, si tu t'y mets réellement. »

Kurats était l’alter ego de Bernst. Tant qu’il avait un espoir, il ne faisait aucun doute qu’il deviendrait l’un des meilleurs mages de l’âge actuel, sans avoir besoin d’un entraînement spécial.

Si Bernst était dans la position de Kurats, il aurait été capable de supprimer tous les obstacles sur son chemin, que ce soit directement ou indirectement, en utilisant simplement le pouvoir actuel de Kurats.

« ... C’est un discours de fou. Même si je suis capable de repousser les forces du comte, le royaume ne restera pas silencieux, et ils peuvent ruiner le village juste en bloquant la route principale qui y mène. »

Kurats savait trop bien à quel point les gens qui vivaient dans son village reculé étaient pauvres.

S’il avait été le seul concerné par la situation, Kurats n’aurait pas été si troublé. Comme dit précédemment, Kurats était convaincu qu’il était suffisamment capable d’affronter n’importe qui dans le monde.

Il n’aurait donc pas été impossible pour lui de prendre sa sœur et de franchir les frontières du pays.

La vérité était qu’il avait été déterminé à le faire pendant une courte période, et il l’aurait probablement fait, si sa sœur ne s’y était pas opposée.

« ... Mais protéger tous ces villageois et tout le reste ne te sert à rien si cela signifie que tu ne peux pas sauver ton importante sœur, n’est-ce pas ? »

Les mots cyniques de Bernst transpercèrent les organes vitaux de Kurats.

Il avait raison.

Bien que Kurats était pleinement conscient que c’était une manière de pensée ignoble, le sort du village n’avait vraiment aucune valeur à ses yeux comparés au sauvetage de sa sœur.

Le problème était que sa sœur, avec sa personnalité unique, ne lui permettrait jamais de les ignorer.

« Je vais tout simplement supporter ma honte et te demander... Y a-t-il une méthode pour sauver ma sœur et le village ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire