Almadianos Eiyuuden – Tome 1 – Chapitre 16

***

Chapitre 16

En quoi consistait le combat avec une épée ? En général, cela consistait essentiellement à se heurter à l’arme ennemie à l’aide d’un style d’épée et à faire des trous dans son armure. Même si l’adversaire avait un grand bouclier ou une armure, il n’était nullement nécessaire à un épéiste de frapper directement là.

Si Rosberg utilisait son atout, l’épée magique Gerlach, il serait facilement capable de brûler n’importe quel bouclier ou arme similaire en un seul coup, mais il pensait que cela ne compterait pas comme une victoire.

L’épée magique du feu Gerlach avait été transmise de génération en génération dans la famille de Rosberg.

En utilisant cette épée magique, il était devenu un dieu féroce de l’épée, mais même s’il ne l’utilisait pas, son titre d’« épée du Royaume » n’était pas du tout exagéré.

« Je n’en attendais pas moins de toi, alors, et si j’en utilisais deux ? » demanda Kurats

« Huuuh ? »

Cette fois, Kurats avait pris deux béliers, un dans chaque main, et il avait commencé à les balancer dans un déploiement fou de double maniement.

Témoin de cette scène où le non-sens accompagnait l’absurdité, Rosberg ne pouvait que rire. « C’est amusant ! Plutôt qu’un duel, à ce stade, il me semble que je suis venu subjuguer un dragon ! »

Les deux énormes poutres de fer qui pouvaient prendre une vie en un seul coup venaient de toutes les directions, soulevant des étincelles alors qu’elles se frappaient puissamment l’une l’autre, mais Rosberg continuait à esquiver tout en riant.

Cependant, cela ne signifiait pas qu’il y avait de la place pour lui de faire une pause. La preuve en était la sueur qui coulait dans son dos, mouillant lentement ses vêtements de chevalier.

Les béliers venaient alors de la gauche et de la droite en même temps, comme pour applaudir les efforts de Rosberg en le frappant au milieu, mais il esquiva en baissant sa posture en chantant un sortilège.

« “Impact” »

Bien que le sort de vent n’était pas spectaculaire, il était très dur à s’en défendre. Cependant, avec les béliers utilisés comme boucliers, le sortilège de vent utilisé par Rosberg était inutile et avait fini par créer un son métallique sec.

« ... Bon, cela valait le coup d’essayer, » murmura Rosberg.

Seule la magie avancée serait capable de percer la masse énorme d’un bélier.

Dès le départ, étant donné que Kurats était un mage, Rosberg ne croyait pas que sa propre magie serait très utile, mais s’il ne pouvait même pas l’utiliser comme une diversion, il allait être extrêmement difficile pour lui de se battre.

Si c’est comme ça, alors je vais forcer mon chemin avec mon épée !

Comme le pensait Rosberg, il y avait un léger changement dans son centre de gravité, ce qui n’échappa pas à la perception de Kurats.

Je me demande ce qu’il va me montrer maintenant..., pensait Kurats.

Kurats croyait que, étant donné le statut de Rosberg comme l’épéiste qui avait reçu le titre d’épée du royaume, il n’y avait aucun moyen qu’il serait seulement limité à ce niveau-là. De plus, Kurats savait que quand il s’agissait d’épée, peu importe à quel point il essayait, il n’avait aucune chance contre Rosberg.

Pour cette raison, Rosberg était haut dans l’estime de Kurats.

« Tu ne vas pas mourir avec ce qui se prépare, n’est-ce pas ? » déclara Rosberg.

« Je ne le sens pas comme ça, alors je vais devoir dire non, » répondit Kurats

« Alors, prépare-toi, je vais te montrer un petit peu ce à quoi cela ressemble quand je suis sérieux…, » déclara Rosberg.

Après que Rosberg avait murmuré cela, son épée avait été balancée avec un « shiing » clair.

Un moment après, il y eut un fort bruit métallique tandis qu’un gros morceau de métal glissa sur le sol.

Il y avait une compétence qui permettait à des épéistes exceptionnels de couper de l’acier même avec une épée en bois ou émoussée.

Cela s’appelait Zantetsu. En utilisant cette technique, l’épée de Rosberg arrêta le bélier qui venait à sa rencontre en le coupant en deux.

Ainsi tu montres finalement ta vraie force.

« La puissance totale du bélier réside dans sa masse et son épaisseur, je n’aurais jamais imaginé que tu aurais réussi à le couper en deux moitiés égales..., » déclara Kurats.

Kurats ne put s’empêcher de sourire avec ironie tandis qu’il regardait le bélier qui avait été coupé en deux.

Pour penser qu’il serait capable d’utiliser Zantetsu avec une épée d’entraînement émoussée, c’est incroyable.

Kurats n’était pas du genre à parler, mais il admirait sincèrement les talents extraordinaires de Rosberg.

« Même sans l’épée magique de Gerlach, tu es toujours l’épée du royaume, je suis très impressionné, » déclara Kurats.

« Ce n’est pas en me faisant des compliments que je vais y aller plus doucement avec toi, » répliqua Rosberg.

« Le duel n’est pas fini, non ? » demanda Lunaria.

Les deux hommes, qui se reconnaissaient mutuellement, trouvèrent un grand plaisir à battre un rival contre lequel ils pourraient utiliser tout leur pouvoir.

Il était rare pour ceux qui atteignaient le niveau de Kurats et Rosberg de trouver un partenaire d’entraînement approprié.

Les deux sourirent farouchement l’un à l’autre, ayant complètement oublié la question de Lunaria.

« ... J’arrive, » déclara Kurats.

« Vas-y, » répliqua Rosberg.

Kurats avait brandi à nouveau ses béliers et s’approcha de Rosberg.

 Bien que l’une des poutres de fer avait été coupée en deux, elle était encore extraordinairement lourde.

 Si un poids aussi lourd frappait directement un être humain à grande vitesse comme une pierre qui tombait, il pourrait facilement le réduire en morceaux.

 Mais Rosberg vit à travers la direction que l’attaque meurtrière de Kurats prenait et esquivait à la toute dernière seconde avant de se rapprocher de Kurats.

Les béliers se déplaçaient à une vitesse incroyable tout en ayant une grande portée d’attaque, mais quand Rosberg se rapprocha suffisamment, il put voir que, comme il s’y attendait, les deux armes étaient assez fragiles.

« Hum ! »

Avec un éclair, ce qui restait du premier bélier fut coupé en deux à partir de sa base.

 Et lorsque l’épée de Rosberg revint, elle trancha aussi le second bélier de Kurats.

 Kurats n’avait plus de boucliers massifs le protégeant, et tout ce qui restait devant Rosberg était un homme désarmé.

« Je te tiens ! » cria Rosberg.

Avec cette conviction en tête, Rosberg se prépara à pousser son épée vers la gorge de Kurats, prêt à déclarer sa propre victoire.

Mais, plus vite que l’œil ne put le voir, Kurats frappa la lame de l’épée et se rapprocha de Rosberg avant de lui donner un coup de coude sur son abdomen non gardé.

 

 

Kurats avait suffisamment retenu son coup, mais le coup avait encore projeté Rosberg dix mètres plus loin.

« Oh, j’ai oublié de te dire une chose... Quand j’ai dit que j’étais meilleur au combat au corps à corps, je voulais dire à mains nues, sans armes, » déclara Kurats.

Le corps exceptionnel de Kurats lui accordait des capacités physiques incroyables, le rendant si puissant qu’il pouvait facilement écraser le lit en morceaux avec ses mains.

Même s’il n’utilisait aucune arme, son corps entier était un moyen d’attaque puissant en soi.

Les béliers et autres armes n’étaient que des outils qui lui permettaient de montrer cette force physique.

« ... Je suppose qu’il m’a eu, hein, » déclara Rosberg.

Rosberg se leva en tenant son abdomen où il y avait encore une douleur sourde qui circulait.

Si Kurats avait été sérieux, le haut et le bas du corps de Rosberg se seraient certainement séparés.

Mais étrangement, Rosberg ne se sentait ni vexé ni en colère.

Au contraire, il pensait qu’il aimerait avoir un combat sérieux contre Kurats un jour, un combat où il pourrait utiliser son épée magique, Gerlach.

De plus, la force de Kurats était clairement suffisante pour protéger Lunaria.

« J’ai échoué, donc je suppose que je dois lui permettre de se tenir à vos côtés, Votre Altesse, » déclara Rosberg.

Bien que Kurats manque d’expérience en tant qu’épéiste, son talent d’escrimeur n’est nullement mauvais.

Dans tous les cas, il n’aurait jamais enlevé ou assassiné Lunaria.

Mais ça ne veut pas dire que je crois qu’il mérite d’être le mari de Son Altesse, pensa-t-il.

Bien que Lunaria ne semblait pas l’avoir remarqué encore, Rosberg avait senti de faibles traces d’un amour naissant dans les réactions de la princesse.

Cependant, en tant que gardien de la princesse, il ne pouvait absolument pas croire qu’un simple mage lui conviendrait.

 S’il voulait l’approbation de Rosberg, Kurats devrait, au minimum, accumuler une série de réalisations qui le rendraient digne d’être salué comme un héros.

« Je vois ! Donc, il a même gagné ton approbation ? Je ne m’attendais pas à moins de Kurats ! » déclara la princesse.

En regardant le sourire ravi et large de Lunaria, Rosberg fit de nouveau un vœu à lui-même.

S’il a le moindre mauvais désir envers cette belle princesse, je lui ferais goûter la lame de Gerlach sur le champ.

 

☆☆☆

 

« ... Les endroits où je me suis immergée dans l’eau ? Comment savoir que ceci pourrait faire avancer l’enquête... ? » Demanda Lunaria.

« Le parasite était aquatique. Donc il s’est à tous les coups attaché à vous sous l’eau, Votre Altesse, » déclara Kurats.

Kurats avait pensé que le parasite avait probablement pris Lunaria comme hôte dans une situation où elle était nue ou proche de la nudité.

Le monstre était gênant à cause de ses traits parasites, mais comme un insecte, il n’avait pas de force de combat à proprement parler.

En temps normal, un si petit monstre n’aurait jamais pu entrer dans le corps de Lunaria, elle n’était pas si faible, elle avait été après tout entraînée par Rosberg.

« J’essaie de te poser des questions sur les endroits où tu as pris des bains ou autres, j’ai du mal à croire qu’un monstre puisse entrer dans les bains du palais royal, mais quand même, » déclara Kurats.

« Bien qu’il y ait beaucoup de nobles influents dans la faction de la première princesse, le palais royal tombe lui-même sous la direction stricte de Sa Majesté le roi, sinon il serait impossible de protéger la famille royale. Dans un premier temps, n’importe qui ne pourrait pas apporter un monstre à l’intérieur du palais, et encore moins à l’intérieur des bains, » déclara Rosberg.

« ... Je suppose que vous avez raison, » déclara Kurats.

La barrière de défense et le filet de sécurité protégeant le château étaient assez avancés, bien qu’elle soit inutile contre Bernst.

Même pour Kurats, il serait difficile de passer à travers ces protections en raison de son manque actuel d’expérience avec la magie.

« Alors, Votre Altesse, n’y a-t-il pas eu une occasion où ça s’est passé ailleurs, à l’extérieur du château ? Par exemple, tu es peut-être allé à la rivière pour pratiquer la natation ou quelque chose comme ça, » demanda Kurats.

Si elle avait pratiqué de la natation avec le groupe de chevaliers dans la rivière à l’est de la capitale royale, alors peut-être que le parasite aurait pu s’attacher à elle à ce moment-là.

« Vous pensez que Son Altesse exposerait sa peau délicate à ces bêtes incultes !? Sale idiot ! » s’écria Rosberg.

Peut-être parce qu’il avait imaginé la scène dans sa tête, les joues de Rosberg étaient devenues rouges alors quand il avait montré son indignation.

Pendant la pratique de la natation, les chevaliers étaient restés dans leurs sous-vêtements, essentiellement à moitié nus. Quoi qu’il en soit, il était impossible qu’une jeune femme célibataire de la famille royale participe à un tel rassemblement.

Et ce, indépendamment du fait que Lunaria elle-même était très désireuse de participer à la pratique de la natation.

« As-tu visité un autre pays en tant qu’émissaire diplomatique ? » demanda Kurats.

« Je suis allée au royaume Schwartzvald, mais c’était plus d’un an avant que je tombe malade, » répondit-elle.

Entre le moment où le monstre parasite s’était attaché à la princesse et le moment où les symptômes de l’épuisement du mana étaient apparus, il y avait probablement eu un écart d’environ un demi-mois.

Il n’aurait pas été possible que le parasite reste caché pendant plus d’un an sans rien faire.

« Alors, est-ce que tu es sortie du château à n’importe quel moment dans le mois précédant le moment où tu as été alitée ? » demanda Kurats.

« O-Oui... Eh bien, je suis sortie du château plusieurs fois à l’époque, mais je ne me souviens pas d’être submergée dans l’eau dans ce laps de temps..., » répondit-elle.

Comme elle le disait, Lunaria baissa la tête de honte tandis que Rosberg la regardait fixement. Elle avait probablement quitté le château furtivement, sans l’en informer.

« Mhm », déclara Kurats, en croisant les bras et en regardant par terre comme s’il considérait les informations qu’il venait de recueillir.

Mais naturellement, Kurats ne se faisait vraiment aucune réflexion.

Il faisait simplement semblant d’être perdu dans ses pensées tout en simulant une expression faciale sérieuse.

Qu’est-ce que tu penses ?

S’il s’avère que le crime s’est passé à l’intérieur du palais royal, cela signifierait que le palais entier est déjà sous le contrôle de l’ennemi.

Comme mentionné précédemment, le palais royal était l’endroit le plus sûr du royaume puisque c’était la résidence du roi.

Si quelqu’un avait le pouvoir d’amener un monstre dans ce genre d’endroit, il ne serait pas exagéré de dire que cette personne pourrait à tout moment assassiner Lunaria.

{Mais c’est peu probable compte tenu du fait que, même si elle est tombée dans le coma, la princesse était toujours en vie. Il est plus sûr de supposer que la princesse ne se souvient pas de l’occasion où le parasite aurait pu s’attacher à elle.}

Je vois, tu as raison, répondit Kurats.

{Dois-je faire toute la réflexion pour ces muscles que tu appelles cerveau !? Inacceptable !}

M-Mon cerveau n’est pas fait de muscles, d’accord ? ... Je pense…, répliqua Kurats.

Kurats avait l’air très peu fiable dans ses pensées, mais à la surface, il n’y avait aucun changement à son expression faciale grave.

Lunaria était très impressionnée en regardant Kurats ; sa magie était unique dans tout le royaume, il était assez fort pour vaincre Rosberg, et en plus de cela, il donnait l’impression qu’il rayonnait d’intelligence.

Elle avait l’impression que si elle suivait ses mots, elle n’aurait rien à craindre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci, le contraste entre les derniers paragraphes fait sourire 😉

Laisser un commentaire