À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 4 – Partie 5

***

Épisode 4 : La fille normale autoproclamée dirige une cafétéria normale à l’orphelinat

Partie 5

Environ un mois s’était écoulé depuis l’ouverture officielle de la cafétéria, et sa popularité s’était instantanément répandue par le bouche-à-oreille, ce qui avait déclenché un boom pour l’établissement. Un jour, avant le coucher du soleil, Ristia apprenait à Maria à faire des crêpes dans la cuisine.

« … Hum, comme ça ? » demanda Maria.

« Uh-huh. Tu apprends très vite, » déclara Ristia.

« … Les compliments ne te mèneront nulle part, » déclara Maria d’une manière directe, l’air un peu timide. C’était un spectacle adorable, qui faisait sourire Ristia, mais ce moment de bonheur fut interrompu par une voix grossière. Dans la direction du rez-de-chaussée résonnaient les appels insistants d’un homme.

« Je vais aller voir ce qui se passe, » déclara Ristia.

« Essaye de ne pas en faire trop, directrice Ristia, » déclara Maria.

« … Je ne vais pas le faire ~, » Tu n’as aucune foi en moi… Ristia avait été emplie de déception alors qu’elle se dirigeait vers l’étage en dessous. C’est là qu’elle avait rencontré Mew, qui était venue en courant. Mew s’était précipitée vers Ristia dès qu’elle l’avait vue.

« Waah... Sniff ! » Les larmes aux yeux, elle s’accrocha à Ristia. Ses oreilles de chien, normalement joyeuses et remuantes, s’étaient affaissées.

« Qu’y a-t-il, Mew ? » demanda Ristia.

« … Est-ce mal que je sois là ? » demanda Mew.

« Certainement pas, » répondit Ristia.

« … Vraiment ? » demanda Mew.

« Ouais, vraiment. Pourquoi demander une chose pareille ? » demanda-t-elle, tapotant doucement ses cheveux bleus et regardant dans ses yeux de jade.

« Ils m’ont dit que la présence de bêtes rend les villes humaines sales et m’ont dit de quitter la ville, » avait-elle répondu d’un ton feutré avec une expression triste.

« Oh, c’est ce qu’on t’a dit ? Il y a quelqu’un qui a dit ça… n’est-ce pas ? » Ristia étouffa ses émotions de violence et consola Mew en disant. « Tu n’as pas à t’inquiéter, je n’aurais jamais pensé à te dire quoi que ce soit d’aussi faux. »

Il était à noter qu’un tremblement de terre avait frappé la région à ce moment-là…

« … Vraiment ? » demanda Mew.

« Bien sûr que oui. Je n’aurais jamais rêvé de pouvoir te rendre si heureuse, ma chère Mew, » déclara Ristia.

« … Merci, directrice Ristia. » Cela lui avait apporté un peu de soulagement. Ristia avait laissé Maria s’occuper de Mew pendant qu’elle se rendait à la cafétéria pour confirmer l’identité du client impoli qui avait fait pleurer Mew. Quand elle était arrivée, l’étage normalement plein était vide, à l’exception d’un seul homme d’âge moyen avec deux soldats à l’arrière. Il avait un physique plutôt bâti qui suggérait qu’il avait été entraîné au combat, mais ses vêtements semblaient être d’assez bonne qualité — selon les normes humaines de l’époque actuelle, naturellement.

« Manager, ces types sont venus et ont viré tous les autres clients. » Ayane s’était précipitée jusqu’à Ristia quand elle avait réalisé qu’elle était là.

« Je vois… Mais ils ne t’ont rien fait de mal, n’est-ce pas, Ayane ? » demanda Ristia.

« Hm-hm, je vais bien. Mais ils ont dit de mauvaises choses à Mew, ce qui a fait que Allen voulait se battre…, » répondit Ayane.

« Aah... Donc c’est pour ça. » Elle réalisa alors pourquoi Allen était dans le coin de la cafétéria, Luc et les autres le retenant avec une prise de lutte. « Ayane, prends les autres et attends dans la cuisine. »

« Mais…, » répondit Ayane.

« Tout va bien se passer. Je protégerai tout le monde. Vous attendez tous à l’arrière, » déclara Ristia en souriant à Ayane, ce qui l’avait aidée à soulager la tension. Une fois que Ristia vit qu’Ayane et les autres se retiraient avec relativement peu de protestations, elle tourna son attention vers le groupe d’hommes. « Alors, qui êtes-vous tous les trois ? Vous n’avez pas l’air d’être des clients. »

« … Une bonne ? Je leur ai dit d’aller me chercher la directrice de l’orphelinat, » déclara l’homme à l’avant.

« Je suis Ristia, la nouvelle directrice de l’orphelinat, » répondit-elle.

« Oh-ho. Alors c’est toi Ristia, hein ? Tu es aussi belle que les rumeurs l’ont fait croire, » déclara l’homme.

« … Comme je l’ai demandé, qui êtes-vous tous ? » demanda Ristia.

« Je suis Jein, et je dirige cette ville, » déclara l’homme.

« Vraiment ? Alors, avant de vous demander en quoi je peux vous aider, puis-je vous demander une chose ? » demanda Ristia, en souriant sereinement tout en essayant de contenir sa rage silencieuse. La sensation de pression inconnue avait fait déglutir Jein.

« … Quoi ? Vas-y, crache le morceau, » déclara Jein.

« L’une de mes filles est venue me voir en pleurant il y a un instant… Est-ce vous qui avez fait ça ? » demanda Ristia.

« — Hahaha ! Cette gosse s’est enfuie en pleurant !? » Celui qui avait lancé ce gloussement était un soldat debout derrière Jein.

« … Est-ce vous qui l’avez fait pleurer ? » demanda Ristia.

« Et si c’était le cas ? » demanda le soldat.

« J’exige des excuses, » déclara Ristia.

« Haha ! Et je refuse, » répliqua le garde.

« … Je vois. » Ristia s’attendait à ce qu’il réagisse de cette façon, et elle se demandait maintenant quelle ligne de conduite elle devrait prendre. Elle avait le choix de lui faire regretter d’avoir dit quoi que ce soit de désobligeant à Mew sans que Mew ne le sache — Mew ou qui que ce soit d’autre, d’ailleurs. Mais elle savait que cela ne servirait qu’à de l’autosatisfaction. Sinon, ce serait une tâche simple pour Ristia de lui faire s’excuser auprès de Mew avec ses pouvoirs. En fait, ce serait une tâche simple que de le faire supplier en larmes pour qu’il ait la chance de s’excuser. Mais ça n’aiderait pas à guérir les blessures laissées dans le cœur de Mew.

Quoi qu’il en soit, il faudra peut-être lui faire regretter d’être né pour qu’il ne fasse plus jamais quelque chose comme ça, pensa Ristia, mais Jein s’était exprimé.

« D’accord, attends, » déclara Jein. « Geiz, c’est un orphelinat, donc il n’y a rien d’étrange à voir une bête dans le coin. En fait, il est approprié que des individus des tribus soient ici. Tu as tout faux en leur disant de “partir”, »

« — Monsieur ! Vous avez tout à fait raison. Mes plus sincères excuses ! » Le soldat accusé d’avoir fait des remarques désobligeantes contre Mew, apparemment nommé Geiz, avait rapidement fait marche arrière sur ses déclarations et s’était excusé. Mais il avait encore un sourire sur le visage, ce qui montrait clairement que ses excuses étaient, au mieux, superficielles. Ça n’avait pas aidé que le choix du mot de Jein soit assez suspect dès le commencement. Mais elle était sûre qu’en approfondissant la question, elle ne ferait pas plaisir à Mew.

« Très bien, très bien. Si vous voulez dire que vous ne répéterez pas la même erreur, alors j’accepte vos excuses. Soyez averti, cependant… Je ne serai pas si gentille la prochaine fois, » Ristia fixa Geiz en silence, ses yeux pourpres brillaient d’une intention meurtrière.

Faisant face à suffisamment de soif sanguinaire pour faire fuir les plus puissants dragons, Geiz avait du mal à respirer et avaient commencé à transpirer de grosses gouttes de sueur. Dix secondes s’étaient écoulées… puis vingt. Une fois que le visage de Geiz avait commencé à devenir violet, Ristia avait finalement retiré son intention meurtrière. Libéré de la terreur, Geiz s’était effondré là où il se tenait, sa respiration était visiblement ensablée. Cependant, les deux autres semblaient confus quant à la raison pour laquelle il s’était soudainement écroulé sur le plancher. Ristia avait prétendu qu’elle ne savait pas, malgré le fait qu’elle en était la cause profonde, et elle s’était tournée vers Jein.

« Alors qu’est-ce que vous faites là ? » demanda Ristia.

« A-Aah, ouais. Il n’y a qu’une seule raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui. Je suis ici pour savoir comment vous allez agir pour ne pas avoir payé les impôts de l’orphelinat ou de cette entreprise, » déclara Jein.

« … Les impôts ? » demanda Ristia.

Ce n’est pas que Ristia n’était pas familière avec le système fiscal. Après tout, ils prélevaient des taxes sous prétexte de payer des frais pour faire des papiers d’identité lorsqu’elle arrivait en ville, et elle savait aussi qu’ils facturaient également des taxes aux citoyens pour qu’ils les laissent résider dans cette ville. Mais un orphelinat était un établissement où l’on pouvait s’occuper d’enfants sans famille, et ils étaient censés être exonérés d’impôt. Du moins, c’est ce qu’Eindebelle lui avait fait savoir.

« Mais les orphelinats n’ont pas à payer d’impôts, n’est-ce pas ? » demanda Ristia.

« Oui, c’était le cas lorsque l’orphelinat était pauvre. Mais maintenant que tu as construit cet immeuble de luxe, je suis sûr que ton entreprise est également en plein essor, » répondit Jein.

« Aah, et vous dites que c’est pour ça qu’on doit maintenant des impôts. » Ristia s’était dit que si c’était une règle de la ville, autant qu’elle s’y conforme, alors elle s’était mise à demander. « Combien cela va-t-il être exactement ? »

« Hmm, voyons voir… Une centaine de pièces d’or par an devrait suffire, » répondit Jein.

Si je fais un collier égal à la broche que j’ai vendue à la vente aux enchères l’autre jour et que j’arrive à la vendre, ce sera suffisant pour payer environ cent quatre-vingts impôts. Ça ne devrait pas être un problème si je fais ça, s’était dit Ristia, son processus de pensée étant un peu de travers.

Cependant, Jein vit le silence de Ristia et se mit à rire.

« Hehe hehe hehe hehe hehe... N’aie pas l’air si choquée. Je ne sais pas dans quelle mesure tu as un pécule, mais je sais que tu n’en as probablement pas assez pour payer ce montant d’impôt, » déclara Jein.

« … Oh, euh, vraiment ? » Ristia était sur le point de retirer une centaine de grosses pièces d’or — pas les plus petites, mais assez pour payer dix ans d’impôts — mais l’hypothèse de Jein qu’elle ne serait pas en mesure de les payer la mettait dans une position délicate. Je me demande si je finirais par briser sa fierté si je lui donnais dix ans d’impôts, ici et maintenant ? Peut-être que je devrais au moins prendre quelques jours pour le préparer…, pensa Ristia en faisant attention à sa situation. Certes, si c’était le cas, Jein rentrerait chez lui en extase. Malheureusement pour Jein, ça ne devait pas arriver. Jein avait un objectif différent à l’esprit dès le début, alors il avait proposé un plan alternatif pour les cent pièces d’or.

« En échange, l’orphelinat ne paye pas ses impôts et laisse les filles faire du bénévolat, » déclara Jein.

« … Du bénévolat, vous dites ? » Quand Ristia réalisa ce que ces mots suggéraient, une secousse affecta l’ensemble du continent. C’était une secousse qui ne s’était produite qu’une seule fois, et elle était petite. Certainement pas assez fort pour qu’on s’en aperçoive. Ristia était une fille avec beaucoup de maîtrise d’elle-même, après tout.

« C’est vrai. L’ancien directeur, le directeur Georg, a aimablement offert les services d’une jeune fille qui s’était portée volontaire. Mais j’ai été dans une situation difficile à cause de cet idiot qui est soudainement parti. Je ne sais pas dans quelles circonstances tu as hérité de l’orphelinat, mais il serait dans tes intérêts d’assumer le travail qu’il a laissé derrière lui. » Je doute sincèrement qu’elle me refuse, se dit-il en libérant ses intentions vicieuses. Mais qualifier cette « intention vicieuse » était présomptueux. Pour Ristia, c’était simplement une sensation d’inconfort. C’était la raison pour laquelle elle était perdue quant à sa stratégie à partir d’ici. Bien sûr, elle n’avait pas l’intention de laisser la situation qui avait fait vivre l’enfer à Maria et aux autres enfants, mais à ce moment-là, Jein n’était rien de plus qu’un petit animal qui aboyait en fanfaronnant. Elle ne savait pas si elle devait ou non tuer quelqu’un comme ça.

Le tuer ici d’une manière directe… ne serait pas une bonne idée. Je me souviens de la réaction de Nanami quand j’ai tué Gawain… Mm-hmm, c’est vraiment une mauvaise idée. Dans ce cas… Je pourrais le punir en lui coupant les bras et les jambes… En y repensant, non, l’ancien directeur George était vraiment effrayé par cela. Je parie que les enfants flipperaient aussi.

« Tu peux bluffer autant que tu veux, à la fin, tu n’es qu’une petite fille. Tu as si peur d’avoir perdu la capacité de parler, n’est-ce pas ? » demanda Jein.

« … Hein ? Vous parlez de moi ? » demanda Ristia.

« Qui d’autre que toi est là ? » demanda Jein.

Euh, je n’ai pas du tout peur de lui…, Ristia se commenta elle-même, mais Jein semblait convaincu qu’elle était terrifiée. Il avait une expression vraiment amusée bien visible sur son visage.

« D’accord, alors. Je vais t’offrir une autre alternative. À la place des orphelins, tu peux t’engager dans des services bénévoles. Je parie qu’il y aura une forte demande pour quelqu’un avec ton physique, » déclara Jein.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire