À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épilogue

***

Épilogue : La fille normale autoproclamée obtient une sœur

Un mois s’était écoulé depuis que Jein avait été arrêté pour détournement de fonds et chantage. Un jour, alors que Ristia était pratiquement en train de valser au rez-de-chaussée, attendant les clients, Charlotte rendit visite à la cafétéria.

« Bienvenue à la maison, Grande… Oh, je veux dire, bon après-midi à vous, Mademoiselle Charlotte, » Ristia avait salué la cliente dans son attitude de petite sœur habituelle, mais une fois qu’elle avait réalisé que c’était Charlotte dans une robe similaire à la dernière fois, elle s’était corrigée.

« Bonjour, Mademoiselle Ristia. J’avais prévu de vous raconter les détails de l’incident, ainsi que tout ce dont je n’avais pas le droit de parler avant aujourd’hui. Ça vous dérangerait-il de me donner un peu de votre temps ? » Ristia avait vérifié dans le restaurant pour s’assurer qu’elle le pouvait.

« Hmm… Ce serait très bien maintenant. Nous allons porter cette discussion à l’arrière, si ça ne vous dérange pas, » dit-elle, conduisant Charlotte à la salle d’attente. Elle avait suggéré de s’asseoir à la tête de la table, mais Charlotte avait pris le siège directement en face d’elle. Cependant, elle ne s’était pas assise et avait préféré regarder Ristia droit dans les yeux.

« D’abord, permettez-moi de m’excuser pour l’incident avec Jein. Si j’avais fait un faux pas, ça aurait été un désagrément incroyable pour vous, Mademoiselle Ristia. Pour cela, je dois vraiment m’en excuser, » déclara Charlotte s’inclinant profondément avec regret.

« Pourquoi vous excusez-vous, Mademoiselle Charlotte ? » demanda Ristia.

« Parce que c’est nous de la Maison du Comte Warren qui avons nommé Jein maire de cette ville. Et l’inconduite de Jein se reflète sur moi, » déclara Charlotte.

« Aah, je vois. » Ristia était la princesse des Sangs Véritables, donc elle comprenait le concept que les hauts gradés prennent la responsabilité de l’inconduite de leurs subordonnés. Cependant…

« Je ne vous en tenais pas rigueur, Mademoiselle Charlotte. Bien sûr, si vous dites que le fait de vous excuser vous aidera à vous vider l’esprit, je serai heureuse d’accepter vos excuses, » déclara Ristia.

« Merci beaucoup, mademoiselle Ristia, » déclara Charlotte.

« Ce n’est pas la peine d’y penser. Sur ce, je vous en prie, asseyez-vous. » Suggérant à Charlotte de s’asseoir, Ristia s’était également assise en face d’elle. Volant un petit regard sur le visage de Charlotte, elle la vit soupirer de soulagement et sourire. Il semblait que l’un des problèmes qui la troublaient avait déjà été réglé. Son sourire était si adorable que Ristia se demandait si Charlotte deviendrait volontiers sa petite sœur si elle le demandait.

« Quoi qu’il en soit, Jein est en train d’être interrogé, mais il semble avoir fait beaucoup de choses viles, donc je ne serais pas surprise qu’il soit condamné à mort, » déclara Charlotte.

« Oh, je vois. Un fait qui me rassure. » C’était Jein qui avait fait du mal à Maria et aux autres. Le punir n’aiderait pas à effacer le passé de Maria de son existence, mais cela garantirait au moins qu’il n’y aurait pas d’autres victimes, donc Ristia était un peu soulagée.

« Quant aux enfants qui ont été vendus, nous avons l’intention de les retrouver et de les libérer le plus possible. C’est pourquoi il serait utile que vous nous fournissiez des informations, mais je sais que…, » déclara Charlotte.

« Je comprends. Je vais moi-même enquêter. » Les enfants, sauf Maria, n’étaient pas au courant de ce qui était arrivé aux enfants « sortis » de l’orphelinat, c’est pourquoi Ristia avait pensé que demander à Maria ce qui s’était passé était la meilleure idée.

« Quant à ce dont je voulais vraiment parler… Eh bien, avant cela, j’aimerais vous le redemander : était-ce la vérité quand vous avez dit que vous ne m’en voulez pas pour ce qui s’est passé ? » demanda Charlotte.

« Non, bien sûr que non. Bien au contraire. Je vous trouve très gentille et agréable. » Et si tout va bien, je veux faire de toi ma petite sœur ! pensa Ristia. Charlotte s’était mise à frissonner à cause des paroles de Ristia.

« Je pense que vous êtes une femme gentille et mignonne, Mlle Ristia, » déclara Charlotte.

« Ehehehe, j’apprécie ça, » déclara Ristia.

« Ce n’est rien, vraiment. Je dis juste la vérité. Je n’ai rien fait de particulier pour que vous me remerciiez ! » déclara Charlotte, devenant un peu timide, ce qui était aussi incroyablement mignon.

Petite sœur ! S’il te plaît, sois ma petite sœur ! cria Ristia à l’intérieur de sa tête.

« Ahem! Pour en revenir au sujet. En fait, j’envisageais de nommer le prochain maire pour gouverner cette ville… et je me suis dit que j’allais me mettre à la tâche, » déclara Charlotte.

« … Vraiment, Mlle Charlotte ? Mais vous êtes la seule fille de la maison du comte Warren, non ? Est-ce que vous pouvez diriger une ville ? » demanda Ristia.

« Le territoire du comte Warren ne comprend pas beaucoup de villes, et il n’est pas très rare qu’un membre de la famille les dirige, » déclara Charlotte.

« Mais les actes vils de Monsieur Jein n’a-t-il pas provoqué une certaine méfiance à l’égard des propriétaires du territoire ? » demanda Ristia.

« Oui. Tout à fait. Et ce n’est qu’une intuition, mais je pense que cette ville devra peut-être se séparer du territoire des Warren, » déclara Charlotte.

« … Oh, je vois, » déclara Ristia.

Ristia ne se rendait pas compte que si cette ville était importante, c’était à cause d’elle, mais elle avait pris bonne note de la situation de Charlotte et l’avait reconnue avec sérieux.

C’est pourquoi Ristia gardait les choses pour elle. Ce serait probablement une mauvaise idée d’intervenir.

« … Vous ne seriez pas inquiète pour moi, par hasard ? » demanda Charlotte.

« C’est tout à fait le cas. Après tout, c’est un sujet de préoccupation, » déclara Ristia.

Toutes les jeunes filles au cœur pur étaient de petites sœurs candidates, il était donc naturel que cela pèse sur l’esprit de Ristia. Ristia avait ensuite sorti une pierre magique, du platine et d’autres matériaux de sa boîte d’objets et avait créé une broche en forme de fleur qui, selon elle, serait belle sur Charlotte. Elle était enchantée par des capacités qui annulaient toutes les maladies corporelles et provoquaient la régénération.

« Huh …? Madame Ristia, qu’est-ce que vous venez de faire ? » demanda Charlotte, les yeux écarquillés en raison de l’étonnement.

Ristia avait simplement mis son index sur ses lèvres et avait répondu : « C’est un secret. » Elle fit le tour de la table et se dirigea vers Charlotte, épinglant la broche sur sa poitrine.

« Excusez-moi, mais… qu’est-ce que c’est ? » demanda Charlotte.

« Un cadeau de ma part pour vous. C’est un porte-bonheur ! » déclara Ristia.

« Un porte-bonheur ? C’est très joli. Est-ce que je peux vraiment l’accepter ? » demanda Charlotte.

« Mm-hmm, bien sûr. Après tout, je ne veux pas que vous sortiez et que vous vous blessiez, » répondit Ristia.

« … Mme Ristia… » parla Charlotte, ses joues devenant rouges comme si elle était submergée d’émotions. Cette réaction aurait été identique même si elle avait pensé que c’était une broche normale. Si elle avait su que le cadeau était un objet enchanté et qu’il comprenait les effets d’annulation de maux et d’autorégénération exposés à la vente aux enchères, alors les choses auraient pris un tournant radical. Certes, Ristia lisait l’humeur de la salle et gardait cette partie secrète, mais elle n’était pas consciente du fait qu’elle ne faisait que reporter le tumulte que Charlotte allait probablement soulever une fois qu’elle aurait découvert la vérité. Quoi qu’il en soit, Charlotte avait tendu la main à Ristia et l’avait enlacée. C’était une accolade très serrée, mais comme les deux filles étaient à peu près de la même taille et avaient des seins extrêmement amples, le niveau de contact était étonnamment faible à l’extérieur de cette zone. Si des filles aux poitrines moins bien garnies étaient témoins de ce spectacle, elles seraient probablement désespérées par l’injustice de la taille des bonnets.

« Merci infiniment ! C’est la première fois qu’une fille d’un âge aussi proche m’offre un tel cadeau, c’est une occasion si joyeuse, en effet ! » déclara Charlotte.

« Hehehehe, si j’ai réussi à vous apporter de la joie, alors je suis aussi heureuse. C’est vrai ! » Ristia avait rendu l’étreinte de Charlotte, mais au fond d’elle, elle criait Tu peux aller de l’avant et aussi m’appeler « Grande Soeur » si tu le veux vraiment !

« C’est vraiment un événement joyeux. J’apprécierais que vous me laissiez vous remercier à votre tour, » très vite, Charlotte avait repris son sang-froid et lâcha Ristia.

« Pas besoin de s’inquiéter quant à des remerciements. Je vous ai simplement donné ce cadeau parce que je le voulais, c’est tout, » déclara Ristia.

« Cela ne suffira tout simplement pas. N’y a-t-il rien que vous désirez ? » demanda Charlotte.

« Hmm, quelque chose que je désire ? Rien en particulier ne me vient à l’esprit, » répondit Ristia.

« Oh, je vois… Ah, dans ce cas, j’ai une suggestion, » déclara Charlotte.

« … Une suggestion, dites-vous ? » Qu’est-ce que ça pourrait être ? Oh, mon dieu, j’espère vraiment qu’elle dira : « Je veux être ta petite sœur ! » pensa Ristia, en fantasmant.

« Je suis la seule fille de ma famille et je n’ai jamais eu quelqu’un de proche de mon âge à qui parler jusqu’à maintenant. C’est peut-être la raison pour laquelle, je ne sais pas si je tiens spécialement à vous, mais j’ai une bonne affinité avec vous…, » déclara Charlotte.

« C’est vrai…, » Oh ! Est-ce que cette accumulation va là où je pense qu’elle est ? Va-t-elle dire qu’elle veut être ma petite sœur ? Est-ce que je vais vraiment avoir une petite sœur !? Ristia anticipait avec impatience alors qu’elle essayait désespérément de garder son calme.

« Alors, ce que je vous demande, c’est, eh bien… ça vous dérangerait si nous nous comportions comme des sœurs ? » demanda Charlotte.

J’ai faiiiiiiiiittttttttt !! Oui, je l’ai fait ! Ma première des nombreuses petites sœurs, je l’espère ! Yay! Ma petite sœur ! Et quelle adorable et belle petite sœur elle est !

« Euh… bien sûr, ce ne serait que dans le titre, mais… ça vous dérangerait ? » demanda Charlotte.

« Moi ? Le vouloir ? Cela me convient ! En fait, cela me fait plaisir à n’en plus finir ! » s’exclama Ristia.

« C’est une excellente nouvelle ! Alors, à partir de maintenant, considère-moi…, » déclara Charlotte.

« Uh-Hein !? »

— Ma nouvelle petite sœur !

« Comme ta nouvelle Grande Sœur à aimer et à adorer ! » déclara Charlotte.

L’exclamation dans l’esprit de Ristia se chevauchait avec un ensemble de mots qui n’étaient pas tout à fait ce à quoi elle s’attendait. Une fois que Ristia avait réalisé ce que cela signifiait… tout son corps s’était effondré sur la table.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire