À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 4 – Partie 4

***

Épisode 4 : La fille normale autoproclamée dirige une cafétéria normale à l’orphelinat

Partie 4

« Ouais, c’est vrai. Les femmes sont “Grande Soeur”, et les hommes sont “Grand Frère.”. Mais si tu as d’autres demandes, je peux changer mon comportement ou comment je me réfère à toi. Par exemple, je peux jouer le rôle de la Grande Sœur à la place…, » déclara la jeune fille avec un sourire sur le visage qui lui demandait pratiquement ce qu’elle pensait de cette idée. Charlotte était à court de mots. En fait, elle ne savait pas laquelle d’entre elles était la plus âgée, mais rien ne justifiait qu’une serveuse s’adresse à elle en tant que sœur aînée, alors elle avait répondu qu’elle était d’accord avec l’état actuel des choses.

« … Quel fiasco ! » murmura l’autre.

« Hein ? Quelque chose ne va pas ? » demanda Charlotte.

« Uh-uh, non, non. Ce n’est rien, Grande Sœur. Quoi qu’il en soit, laisse-moi te montrer ton siège…, » déclara l’autre.

« Oh… Attendez un instant, s’il vous plaît ! » Elle avait vite crié afin d’arrêter la bonne quand elle s’était retournée. Elle s’était arrêtée sur ses pas et avait regardé par-dessus son épaule. La beauté de la jeune fille qui faisait voltiger ses longs cheveux noirs avait coupé le souffle à Charlotte.

« Qu’y a-t-il, Grande Sœur ? » demanda l’autre. 

« En fait, je veux savoir si Mlle Ristia me servirait, » déclara Charlotte.

« Hehehehe, j’apprécie la sélection, Grande Soeur, » la fille devant elle avait répondu avec un sourire à sa demande d’avoir Ristia. Ce qui veut dire…

« Pardonnez mon ignorance, mais êtes-vous Mlle Ristia ? » demanda Charlotte.

« Ouais, c’est moi ~… m’as-tu demandée sans le savoir ? » demanda Ristia.

« Oh, euh, j’ai entendu des rumeurs sur vous. » J’ai déjà merdé, pensa Charlotte en se mordant la lèvre. Si ça l’a déjà prévenue, alors tout mon plan est foutu. Elle était visiblement inquiète, mais Ristia lui avait juste fait un sourire.

« Je suppose que c’est logique, » avait-elle répondu. « Maintenant, laisse-moi te montrer ton siège ~. » Ristia s’était alors mise à marcher, et Charlotte s’était empressée de la suivre.

Une fois escortée à une table et assise, Ristia lui avait présenté un menu et une tasse d’eau. Charlotte s’était trouvée choquée par le matériau mystérieux utilisé pour le menu et sidérée par le verre ridiculement cher que Ristia avait posé si facilement devant elle. Des frissons lui avaient parcouru la colonne vertébrale lorsqu’elle s’était rendu compte que la bonne avait été les mains vides tout le temps avant cela.

« Qu’est-ce qui se passe dans le monde… ? » murmura Charlotte.

« Grande Sœur, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ristia.

« N-Non, ce n’est rien. Tout cela mis à part, quels sont vos spéciaux pour aujourd’hui ? » demanda Charlotte.

« Bien, eh bien… qu’est-ce que tu préférerais : un vrai déjeuner, ou des sucreries ? »

« A-Ah, oui, j’irai avec des sucreries, » répondit Charlotte.

« Que dirais-tu d’un Darjeeling servi avec de la glace à la vanille ? »

« De la glace à la vanille… Quoi ? Je n’ai jamais entendu parler de ça avant, » répondit Charlotte.

« C’est froid, sucré et mon dessert préféré, » répondit Ristia.

« Tu dis que c’est ton préféré ? Alors, je prendrais ça, » déclara Charlotte.

« OK, une commande d’un Darjeeling avec de glace à la vanille. Je reviens tout de suite, alors tu ne vas nulle part » déclara Ristia en souriant avant de disparaître dans la cuisine. Charlotte regarda son départ et poussa un soupir de soulagement. Comme Charlotte avait eu une éducation stricte en tant que fille unique d’un comte, elle n’avait jamais eu d’interaction aussi amicale et décontractée qu’aujourd’hui, ce fut donc un changement de rythme extrêmement rafraîchissant.

Cela me rappelle que j’ai toujours voulu une petite sœur… Non, ressaisis-toi. Ce n’est pas le moment d’y penser, c’est l’apprentissage de la personnalité de Mme Ristia qui est prioritaire. Pensa Charlotte, renouvelant sa détermination, mais…

« Ah… c’est si froid et doux. Léger, mais dense avec un goût corsé, et la façon dont il fond dans ta bouche est superbe. Voici donc… C’est… de la glace à la vanille !! » s’exclama Charlotte.

Elle fut bientôt victime des délices de la glace à la vanille que Ristia lui apporta.

« Je n’arrive pas à y croire… ! Je n’arrive pas à croire qu’un dessert si délicieux puisse exister dans ce monde ! Je n’ai jamais vu ni entendu parler d’une telle gâterie, encore moins mangée ! » Même Charlotte, la fille d’un comte, n’avait jamais mangé quelque chose d’aussi délicieux. Si les membres de la royauté découvraient l’existence de la crème glacée à la vanille, elle embaucherait probablement les chefs de cet établissement à n’importe quel prix. Cela signifiait essentiellement qu’il n’était pas impossible de s’enrichir énormément si l’on pouvait garder pour soi la recette de cette glace à la vanille. Il pourrait très bien aider à étendre le territoire du comte Warren de manière importante —, c’était juste à quel point c’était incroyablement délicieux. « Tu dois m’excuser pour mon ignorance au sujet de cette “glace à la vanille”, mais où diable en as-tu trouvé la recette ? » Elle avait demandé ça comme une discussion de tous les jours — du moins à l’oreille non entraînée, mais en réalité, il s’agissait d’une forme désinvolte de fouiner pour obtenir des informations.

« Je n’en suis pas sûr moi-même, mais c’est une recette que mes ancêtres ont apportée de leur patrie, » répondit Ristia.

« Alors, cette glace à la vanille est normalement vendue dans ce pays lointain, non ? » Elle lui demanda, pensant qu’elle pourrait s’en servir comme point de repère pour approfondir son enquête, mais contrairement aux attentes de Charlotte, Ristia lui répondit que ce n’était peut-être pas possible avec un sourire embarrassé.

« … Pas possible ? Mais pourquoi ? » demanda Charlotte.

« J’ai entendu dire que la patrie de mes ancêtres ne fait pas partie de ce monde, » répondit Ristia.

« Oh… Je comprends maintenant. Je suis vraiment désolée de demander ça. » Cela suggérait que… la région n’existait plus. C’est ainsi que Charlotte avait interprété la déclaration, et elle avait présenté des excuses sincères. Cependant, en même temps, elle avait frénétiquement fait tourner ses engrenages pour penser à son prochain plan d’action. D’une part, elle avait la recette d’une gâterie sucrée inconnue de ces terres, d’autre part, Ristia, la seule qui le savait. Soit Ristia était la seule à avoir cette connaissance, soit il y avait un groupe très sélectif de personnes qui l’avaient aussi. C’était une recette qu’elle désirait maintenant à tout prix.

« Mais, Grande Sœur, pourquoi cette question ? Par hasard, aimerais-tu apprendre à faire de la glace à la vanille ? » demanda Ristia.

« Hein ? Euh, non. Pourquoi, je ne le ferais pas…, » déclara Charlotte.

Oh, mon Dieu. Je me suis peux être fait avoir ! Charlotte avait paniqué. C’est une question qui exige le plus grand soin et la plus grande discrétion. Si elle découvrait que j’en ai après cette recette, on ne saurait dire quel genre d’exigence déraisonnable elle me lancerait en échange. Je dois aplanir cette situation immédiatement, Charlotte avait bien réfléchi jusqu’à ce qu’on lui présente un mince morceau de matériel semblable au menu.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Charlotte.

« Ça s’appelle du papier, un substitut au parchemin, » répondit Ristia.

« “Papier” ? Je vois… Quelque chose d’aussi fin et lisse est une technologie incroyable, » déclara Charlotte.

« Eh bien, j’espère que tu pourras regarder ce qui est écrit sur le papier, par opposition au papier lui-même, » déclara Ristia.

« Écrit sur le papier ? Oh, en effet, il semble y avoir quelque chose d’écrit ici qui est… Whaaaa !? » s’exclama Charlotte.

Le texte griffonné sur le papier avait coupé le souffle de Charlotte, car sur la toute première ligne se trouvaient les mots : « Comment préparer une délicieuse crème glacée à la vanille ? »

« Ne me dis pas que… c’est… c’est… » Bien qu’elle trouvait l’idée absurde, Charlotte regarda la recette écrite sur le papier. Qu’elle contienne ou non la vraie recette, il y avait certainement le processus de fabrication de la crème glacée à la vanille.

— Qu’est-ce qu’elle essaie de faire ? Est-ce une sorte de piège ? Ou est-ce une fausse recette pour m’écarter de la piste ? Oui, il y a beaucoup d’ingrédients ici que je ne connais pas, donc je ne peux pas être sûre s’il s’agit de l’article authentique ou pas simplement en l’examinant. Puisqu’elle a divulgué la recette si facilement, il y a toujours la possibilité qu’elle essaie de me faire tourner en bourrique, laissant entendre que c’est de ma faute si je ne peux pas la reproduire, se dit Charlotte à elle-même.

« Il y a quelque chose que tu ne comprends pas, Grande Sœur ? » demanda Ristia.

« Hein !? Tu vas vraiment… me répondre !? » demanda Charlotte.

« Bien sûr. Nous ne sommes pas très occupés avec les clients en ce moment, donc c’est bon, » déclara Ristia.

« Alors, pourrais-tu m’expliquer ce qu’est cet “extrait de vanille” ? » demanda Charlotte.

« Ça ? Il suffit d’écraser une gousse d’une plante appelée “vanille”, et…, » déclara Ristia.

Ristia commença son explication, mais Charlotte n’en comprenait presque rien. C’est pourquoi elle était convaincue qu’elle essayait juste de l’embobiner sans réelle intention de lui dire comment faire de la glace à la vanille pour elle-même. C’était, jusqu’à ce que…

« Oh, je sais, je sais. Voudrais-tu le regarder se faire dans la cuisine ? » demanda Ristia.

« Vas-tu vraiment me laisser voir !? » demanda Charlotte.

« Oui, bien sûr que oui. Et je partagerai un plant de vanille si tu en as besoin, » déclara Ristia.

« Quoiiiiiiiii !?? »

Ristia lui tendit un arbre sans hésitation. Charlotte n’arrivait pas à imaginer ce qu’elle voulait faire, même si elle y pensait fort. On l’avait ensuite montrée à la cuisine comme promise et on lui avait enseigné le processus approprié, de sorte que toute la situation devenait encore moins logique au fur et à mesure qu’elle avançait.

— Est-ce que c’est un rêve ? Ou est-ce que j’ai été forcée de faire un pacte avec le diable sans le savoir ? Est-ce que je pourrai sortir d’ici vivante ?

Ristia enseignait simplement à Charlotte le processus, s’adressant à elle en tant que Grande Sœur tout en assumant elle-même secrètement le rôle de Grande Sœur. C’était un sentiment que Charlotte n’aurait jamais été capable de deviner, alors elle avait été laissée dans un état de confusion totale.

« Pourquoi as-tu fait l’effort de m’apprendre la recette ? » La peur qu’elle ne puisse pas s’échapper de cet endroit avec sa vie lui écrasait pratiquement l’âme, mais elle s’était battue avec elle-même pour faire entendre sa question. Quant à la réponse de Ristia…

« Si je vois un enfant dans le besoin, je veux l’aider, ni plus ni moins. » Les yeux cramoisis de Ristia la regardaient alors qu’elle avait son grand sourire. C’était un sourire simple et pur avec une tendresse qui enveloppa Charlotte au milieu de sa crise de panique.

« Qui... Qui es-tu ? » demanda Charlotte.

« Moi ? Je suis une fille normale, » déclara Ristia.

« Une fille normale… dis-tu ? » C’était l’incarnation même d’une blague cruelle. Cette fille était plus élégante que Charlotte et sa noble éducation, et bien qu’elle ait des connaissances qui produiraient une fortune, elle n’avait aucun désir monétaire. Tout cela était lié à une personnalité riche en bienveillance, ne voulant pas fermer les yeux sur un enfant dans le besoin.

Il n’y a aucune chance qu’une fille comme ça soit une fille normale, pensa Charlotte.

« Directrice Ristia, peux-tu venir ici ? »

« Okie dokie ~ Oh, euh… désolée, je dois y aller. Si tu veux toujours regarder dans la zone, n’hésite pas à lire tout ce que tu veux. Et s’il y a quelque chose que tu ne comprends pas, Maria est toujours ouverte aux questions, » déclara Ristia avant de partir. Bien qu’elle ait vu sa vie défiler devant ses yeux, Charlotte était restée sans surveillance et sans conséquence. Elle avait regardé Ristia s’en aller, stupéfaite par toute cette épreuve.

« Hé, ma sœur… Euh, je veux dire, Grande Soeur. S’il y a quelque chose que tu ne comprends pas, demande-le-moi, d’accord ? » Charlotte sursauta en entendant la voix qui s’adressait à elle si soudainement par-derrière. Quand elle se dépêcha de se retourner, il y avait une jeune fille à la peau brune et aux cheveux argentés. Elle dégageait une aura extrêmement mûre et captivante en contraste avec son apparence jeune, mais elle évoquait une image beaucoup plus normale que Ristia, ce qui calmait un peu Charlotte.

« Vous seriez Mlle Maria… N’est-ce pas ? » demanda Charlotte.

« Oui, c’est bien moi. Alors… qui êtes-vous ? » Les yeux de Charlotte s’élargirent à mesure que la fille allait droit au but.

« Cette réaction me dit qu’il se passe quelque chose, » déclara Maria.

« … Pourquoi supposeriez-vous cela ? » Considérant qu’elle avait vu qu’elle était visiblement secouée, les excuses n’allaient pas s’avérer très efficaces. Il avait fallu tout ce que Charlotte avait en elle pour répondre à cette question qui s’adressait à Maria.

« … Raison ? C’était… par hasard ? » déclara Charlotte.

« “Par hasard”…, » demanda Maria.

Elle était nerveuse, en pensant que la raison qu’elle avait donnée l’avait piégée.

« Vous savez, l’ancien directeur m’a forcée à vendre l’une de mes délicates fleurs, » déclara Maria.

« Une délicate fleur ? Qu’est-ce que les fleurs ont à voir avec... Oh, mon Dieu, vous ne voulez pas dire… !? » Reprenant le contexte et réalisant la pire des possibilités, Charlotte jeta un second regard sur Maria. Son deuxième regard avait perçu la même aura captivante de Maria, disproportionnée par rapport à sa stature, sous un autre jour.

« Ça veut dire ce que vous pensez que ça veut dire. Mais je vais très bien maintenant. La directrice Ristia m’a sauvée de cette vie, » déclara Maria.

« Oui, mais…, » Charlotte commença, essayant toujours de défendre son point de vue, mais Maria lui tendit la main et lui coupa la parole.

« Je vais vraiment bien. Mais c’est en raison de la venue de la directrice Ristia. C’est pourquoi je ne sais peut-être pas qui vous êtes, mais si vous avez l’intention de faire quelque chose à la directrice Ristia, alors…, »… Alors tu vas le regretter, le regard de Maria sur Charlotte avait communiqué cela, finissant sa phrase pour elle. La pression sans paroles émanant de la jeune fille avait poussé Charlotte à déglutir de manière importante.

« … Je prendrai votre avertissement à cœur, » déclara Charlotte.

« Je vois. Dans ce cas, je n’ai rien à dire. Je répondrai à toutes vos questions sur la cuisine, » déclara Maria.

« Non, je vais prendre congé. Dite à Mademoiselle Ristia que je reviendrai, » Charlotte avait payé le repas, avec un petit extra, avant de quitter la cafétéria.

Par la suite, l’orphelinat et Ristia étaient restés dans sa tête. Elle rentra chez elle, pensant à ce qu’elle pouvait faire dans le meilleur intérêt non seulement de la maison du comte Warren, mais aussi de la population du territoire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire