À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 3 – Partie 8

***

Épisode 3 : La fille normale autoproclamée fait ceci et cela à l’orphelinat

Partie 8

La reconstruction de l’orphelinat avait rapidement commencé.

Mais comme les travaux ne s’étaient pas terminés instantanément comme cela aurait été le cas si Ristia avait utilisé la magie, elle et ses enfants avaient continué à vivre dans l’ancien orphelinat jusqu’à ce que les travaux de reconstruction soient terminés. Cela avait continué jusqu’à ce qu’un jour — un jour où Maria était venue à Ristia avec quelques nouvelles.

« Un homme suspect a erré par ici ? » demanda Ristia.

« Oui. Il a fait le tour de l’orphelinat et s’est renseigné sur un certain nombre de choses. Je m’inquiète pour les enfants…, » déclara Maria.

Selon Maria, elle avait vu un certain homme plusieurs fois ces derniers jours. Une personne normale aurait pensé qu’ils étaient venus en reconnaissance de l’orphelinat en raison de sa soudaine augmentation de prospérité, mais Ristia, d’un autre côté, s’était demandée : Pourraient-ils être ici pour chercher des candidats pour être son petit frère ou sa petite sœur ?

« Ne t’inquiète pas. Je ne le laisserai pas atteindre les enfants, crois-moi ! » Elle avait crié, alors que ses intentions intérieures disaient, je vais être la Grande Soeur de tout le monde ! Je ne laisserai pas quelqu’un qui vient après moi les prendre ! Pas question ! À ce moment, Ristia fut agressée par de légères impulsions vampiriques, et elle plissa ses longs et minces sourcils.

Mais Maria ne s’en rendit pas compte et sourit. « Je me doutais que tu dirais quelque chose comme ça, directrice Ristia. » Toutes les deux étaient sur la même longueur d’onde et avaient des conversations complètement différentes. Cependant, malgré ça, elles avaient fini par trouver un terrain d’entente, toutes les deux n’étant pas les plus sages. Après cette discussion…

« J’ai un cadeau pour vous aujourd’hui ~, » déclara Ristia avec un grand sourire vers les enfants après le déjeuner.

Elle avait mis des bijoux sur la table — assez pour plusieurs personnes. Il s’agissait de broches avec un motif représentant trois fruits alignés sur une feuille. C’était un design neutre que même les garçons pouvaient porter.

« Wôw, ils sont si jolis et étincelants… »

« Qu’est-ce que c’est ? Ils sont géniaux. »

Les yeux des enfants s’illuminaient face aux broches devant eux.

« Ce sont mes cadeaux pour vous tous. Ce sont des broches que j’ai faites, » déclara Ristia.

« Hein ? C’est vous qui les avez faites, Directrice !? C’est trop génial ! Attendez, vous nous les donnez !? »

« Oui, c’est vrai ~, » ces broches avaient été fabriquées avec un seul but en tête, ce but étant : Ces enfants sont des garçons et des filles que j’essaie d’avoir en tant que frères cadets et sœurs cadettes. Je ne donne à personne l’occasion de les voler après tout ce que j’ai fait ! Maintenant, je suis contre cet homme suspicieux ! pensa Ristia en regardant gaiement les enfants placer les broches sur leurs vêtements. Cependant, elle s’était rendu compte que Maria la regardait d’un air dubitatif.

« … Euh, problème ? » demanda Ristia.

« C’est moins un problème avec moi et plus comme s’il y avait trop de problèmes pour que je puisse le souligner, » déclara Maria.

« Mais j’ai pris ton rapport en considération, » déclara Ristia.

« Alors je vais aller droite au but et te dire : si nous mettons ces broches coûteuses, c’est essentiellement la même chose que de dire aux gens : “S’il vous plaît, choisissez-nous comme cibles”, » déclara Maria.

Maria avait raison. Les enfants étaient déjà mignons par défaut, donc ajouter n’importe quel effet supplémentaire avec la broche inciterait évidemment n’importe qui à vouloir les prendre comme un jeune frère ou une jeune sœur. Il y avait peut-être même eu des individus qui n’allaient pas pouvoir se retenir et qui allaient essayer de ramener un enfant à la maison. C’était des inquiétudes justifiées, mais Ristia avait répondu simplement.

« Pas besoin de s’inquiéter pour ça, » déclara Ristia.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » Maria demanda avec curiosité. Avant même que Ristia ait eu l’occasion de répondre à sa question, les enfants avaient commencé à s’agiter.

« H-Huh ? Le bleu sur ma main s’en va. »

« Et je pense que je peux voir un peu plus clairement. Tout ce qui était loin était flou jusqu’à maintenant ! »

« Je n’ai plus mal au ventre ! »

« Tout mon corps est plus léger ! »

« Wôw, je me sens plus forte ! »

Après avoir interrogé les enfants, Maria lui avait demandé. « Qu’as-tu fait cette fois-ci ? »

« J’ai enchanté les broches que j’ai faites. Un coup de pouce à leur capacité physique et à la régénération des plaies. En outre, il y a quelque chose pour annuler les maux corporels, de sorte qu’ils seront en bonne santé, même si quelqu’un de suspect ne les accostait ! » C’était l’un des objets enchantés de Ristia, créés avec un peu d’effort. Si Ristia avait été la même qu’avant, elle aurait pu modestement prétendre qu’elle n’était qu’une fille normale, mais avec les enfants qui la couvraient d’éloges, cette attitude humble avait disparu. Selon elle, elle n’était « qu’une fille normale, capable d’enchantements un peu fantastiques ».

Sachant depuis quelques jours qu’il n’était pas bon de souligner les contradictions de ses histoires, Maria avait répondu. « Si tu peux assurer la sécurité de tous, très bien » et avait mis sa propre broche.

« Oh, c’est vrai, mon corps est plus léger. C’est une petite broche pratique, » déclara Maria.

Maria s’adaptait constamment aux idées et au comportement illogiques de Ristia. Cela avait aidé que les enfants, qui avaient été élevés derrière les murs isolés de l’orphelinat, n’aient pas trouvé les bouffonneries de Ristia aussi incroyables qu’elles l’étaient. Même Allen, qui était d’abord sur ses gardes comme s’il n’y avait pas de lendemain, s’était adouci face à elle et était tout aussi impressionné que les autres.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est génial ! »

C’était un jeu d’enfant de le mettre de son côté — ou plutôt, les bénédictions que Ristia leur donnait étaient si incroyables qu’il semblait ridicule de la soupçonner de mauvaise intention. C’était la vérité. Ainsi, Ristia avait continué à contrôler son territoire normalement — objectivement parlant, extrêmement anormalement — à la périphérie de la ville.

Puis, un jour fatidique, Gratt lui rendit visite.

« Bonjour, Lady Ristia. Je suis ici pour vous voir à propos de la vente aux enchères, » déclara Gratt.

« Bonjour à vous, Monsieur Gratt. S’il vous plaît, entrez, si vous voulez bien, » déclara Ristia avec un doux sourire, en invitant Gratt dans le salon du vieil orphelinat.

« Mon Dieu… J’ai entendu les rumeurs qui circulaient, mais c’est une pièce tout à fait incroyable, » déclara Gratt d’un ton impressionné en balayant la pièce du regard.

Je n’ai pas fait grand-chose, j’ai juste arrangé les choses pour qu’elles soient à peu près les mêmes que dans ma propre chambre à la maison. Monsieur Gratt me flatte clairement, pensa Ristia avec un sourire ironique.

« J’ai juste fait quelques retouches de dernière minute. Me faire tant d’éloges va me faire rougir, » déclara Ristia.

« Hahahaha... C’était à la dernière minute, n’est-ce pas ? C’est ce que vous considérez ainsi, » déclara Gratt.

« … Hein ? » s’exclama Ristia.

« Oh, non, non. Je ne faisais que me parler. Tout d’abord, je vais vous rendre le cristal d’évaluation que vous m’avez permis d’avoir, » Gratt avait essayé de rendre le cristal d’évaluation que Ristia avait fait, mais Ristia avait jeté un coup d’œil et avait décliné l’offre, même si elle était faite à partir d’un fragment de diamant de sa Cage de Cristal.

« Mais je vous l’ai laissé, Monsieur Gratt, » déclara Ristia.

« … Qu’est-ce qu’il y a ? Avez-vous perdu la tête !? Ce cristal d’évaluation est à égalité avec, ou même plus grand qu’un artefact ! » déclara Gratt.

« J’ai fait ça en un rien de temps, même vous m’avez vu faire ça, n’est-ce pas, Monsieur Gratt ? Ce n’est rien d’aussi grandiose qu’un artefact. C’est un objet enchanté tout à fait normal ~, » déclara Ristia.

« Je ne sais pas par où commencer a réfuté cet argument… mais vous êtes sérieuse sur ce que vous dites, » déclara Gratt.

« Bien sûr que je suis sérieuse. Alors, s’il vous plaît, ne soyez pas si réservée et acceptez-le comme mon cadeau. » La raison pour laquelle le vieux cristal d’évaluation de Gratt s’était brisé était due à la broche que Ristia avait faite. Son processus de pensée n’était pas basé sur le fait d’assumer la responsabilité de briser sa possession, mais comme elle pouvait facilement le remplacer, elle ne voyait pas de mal à le lui donner.

« … Ces derniers temps, j’ai l’impression que mon savoir-faire financier et mon bon sens général sont mis de côté. La normalité telle que je la connais s’envole par la fenêtre… » Elle ne comprenait pas pourquoi, mais Gratt avait l’air épuisé. Ristia n’était pas très intéressée par quelqu’un d’autre que les candidats probables pour être sa petite sœur, mais elle avait assez de bonté dans son cœur pour s’occuper de quelqu’un qui avait été d’une si grande aide jusqu’ici.

« Voudriez-vous aussi un autre objet enchanté en cadeau ? Une qui aide à soulager la fatigue ? » demanda Ristia.

« Je vous en supplie, arrêtez, s’il vous plaît ! Mon sens de la normalité ne reviendra jamais ! » Il l’avait suppliée avec les larmes aux yeux, pour une raison ou une autre.

« Euh, eh bien… Si vous voulez dire que vous n’en avez pas besoin, alors j’abandonne l’idée. Mais s’il vous plaît, acceptez au moins le cristal d’évaluation. Sinon, je finirai par me sentir coupable d’avoir brisé le vôtre, » déclara Ristia.

« … Très bien, très bien. J’accepterai gracieusement votre aimable cadeau. En échange, je paierai tous les frais et commissions utilisés pour la vente aux enchères de ce mois. Les coûts de construction aussi, bien sûr, » déclara Gratt.

« … Êtes-vous sûr ? » demanda Ristia.

« Aussi sûr que possible. Je finis avec un gros profit, après tout. S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas pour ça. Ce sera mon problème maintenant, alors je serais reconnaissant qu’on en finisse là, » déclara Gratt.

« … D’accord, alors. Merci pour votre aide, » déclara Ristia, son sourire plein de gratitude.

« C’est moi qui devrais montrer mon appréciation ici. Voyons voir… L’enchère la plus élevée de la vente aux enchères a donc été de dix-huit cents grosses pièces d’or, » déclara Gratt.

« Oh, je vois. Merci beaucoup, Monsieur, » déclara Ristia.

C’était un prix qui surprendrait n’importe quelle personne ordinaire — non, même un aristocrate —, mais Ristia était indifférente, considérant qu’elle n’avait aucun sens de la monnaie de cette époque. Son manque de réaction avait incité Gratt à commenter, « Pas très surprise…, comme je m’y attendais, » avec un sourire maladroit.

« Surprise ? À propos de quoi ? » demanda Ristia.

« Euh, eh bien… si vous êtes d’accord, je vous apporte l’argent ici… ? » demanda Gratt.

« Bien sûr, ça ne me dérange pas… mais pourquoi me demander ? » répondit-elle, penchant la tête en raison de la confusion sur les raisons pour lesquelles il s’était donné la peine de s’enquérir.

« Eh bien, apporter une grosse somme d’argent à l’orphelinat serait dangereux… Dans des circonstances normales, bien sûr, » déclara Gratt.

« Ooh, c’est logique. Mais je m’en occuperai bien, donc tout ira bien. » Il n’y avait pas d’endroit plus sûr que la boîte à objets de Ristia, alors Ristia avait accepté les grosses pièces d’or.

« Aussi… il y a quelque chose que je veux vous dire, » déclara Gratt, son visage devenant sévère, suggérant qu’il allait au cœur de l’affaire.

« … Voulez-vous me dire quelque chose ? » demanda Ristia.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire