À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 3 – Partie 3

***

Épisode 3 : La fille normale autoproclamée fait ceci et cela à l’orphelinat

Partie 3

« Quel échec… ! » déclara Ristia, baissant ses épaules en raison de sa dépression. Presque tous les enfants de l’orphelinat l’appelaient « Sœur ». C’était une manière affective de l’appeler parce qu’elle était plus âgée qu’eux, mais elle croyait que si elle essayait assez fort, elle pourrait se promouvoir à un statut de « grande sœur » aimante. Elle y croyait, mais tout son dur labeur et le fait de s’approprier l’orphelinat lui avaient valu le surnom de « directrice ». Et ce n’était pas seulement Maria qui l’appelait ainsi, mais tous les enfants de l’orphelinat qui connaissaient la situation. C’était la preuve que les enfants adoraient Ristia et l’acceptaient dans leur vie, mais vu que Ristia voulait juste qu’on l’appelle « Grande Soeur », c’était dévastateur pour elle. Ces facteurs avaient conduit Ristia à se retrouver dans l’extrême marasme dans lequel elle se trouvait actuellement, juste après le petit déjeuner. Cependant, elle ne pouvait pas se permettre d’être toujours déprimée.

Considérant que Maria s’était juré d’aider à reconstruire l’orphelinat, cela signifiait que Ristia avait besoin de se dépêcher et de planifier les choses. Ristia avait alors décidé de vérifier le terrain de l’orphelinat et de commencer la rénovation de l’orphelinat. Peut-être parce que l’orphelinat se trouvait à la périphérie de la ville, le terrain de l’établissement était assez vaste. Il y avait assez de surface pour deux ou trois orphelinats, mais… il semblait qu’aucun entretien du terrain n’avait été fait depuis un certain temps. C’était rempli avec de mauvaises herbes qui poussaient un peu partout.

Hmm… Peut-être que je devrais construire quelque chose à côté puisqu’ils auront besoin d’un endroit où vivre pendant que je fais des rénovations ? pensa Ristia en fauchant avec sa magie les mauvaises herbes qui poussaient devant elle et en les accumulant à un endroit. Avec la magie de Ristia, cela serait prêt en un instant. En fait, il lui était tout à fait possible de creuser un terrain, de fabriquer du bois d’œuvre et de construire toute une maison. Cependant, la construction d’une maison par soi-même était quelque chose qui serait clairement considéré comme anormal. C’est ainsi qu’elle en vint à la conclusion qu’elle allait engager un charpentier pour le processus de reconstruction, et pour ce faire, elle allait devoir vendre l’objet enchanté par l’intermédiaire d’Eindebelle.

« Je vais sortir un peu, alors pourrais-tu t’occuper des enfants pendant mon absence ? » Ristia avait appelé Maria à l’entrée, la laissant garder les enfants. Ce n’était rien d’inhabituel pour Maria. Elle était l’aînée de tous les orphelins, donc il était apparemment toujours de son devoir de veiller sur les autres enfants. Bien qu’il soit probablement plus juste de dire que, puisque l’ancien directeur n’avait jamais fait son travail, la tâche de s’occuper de tout le monde lui incombait inévitablement. Quoi qu’il en soit, elle demanda à Maria, sachant qu’elle pouvait la laisser confortablement en charge, mais pour une raison étrange, Maria semblait nerveuse.

« … Maria, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ristia.

« Euh… seras-tu de retour avant le déjeuner, non ? » demanda Maria.

« Hmm, je vais aller chercher l’argent pour reconstruire l’orphelinat, donc ça pourrait être un peu difficile de revenir avant le déjeuner. Cependant, j’ai l’intention de revenir pour le dîner, » répondit Ristia.

« Oh… c’est sûr ? » demanda Maria

« Bien sûr que si. J’ai laissé des ingrédients dans la cuisine, alors pourrais-tu les utiliser pour préparer quelque chose à manger ? » demanda Maria.

« Eh bien… bien sûr. D’accord, alors. Mais… euh…, » depuis qu’elle avait travaillé hier, elle avait compris comment se passait une journée à l’orphelinat. Elle savait que les enfants préparaient les repas, alors elle avait stocké à l’avance dans la cuisine de la viande, des légumes et d’autres ingrédients qu’elle avait dans sa boîte à objets. Sa sortie n’aurait pas dû être un problème, mais Maria semblait nerveuse à propos de quelque chose.

« Franchement, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Ristia.

« Euh, bien… Je m’inquiétais de ce qui arriverait si le directeur Georg revenait…, » déclara Maria.

« Ah, c’est donc ça qui ne va pas, » le directeur Georg avait quitté la ville — et comme même son âme n’était plus là, la « ville » vers laquelle il s’en allait était « l’au-delà ». Mais tout ce qu’elle avait dit à Maria, c’était qu’il avait simplement « quitté la ville », il était donc naturel qu’elle s’inquiète de son éventuel retour. Tandis que Ristia réfléchissait à ce qu’elle pouvait faire pour elle, Maria s’accrocha soudain à elle. C’était quelque chose que Ristia n’avait jamais vécu auparavant, alors elle avait été stupéfaite.

« M-Maria !? » demanda Ristia.

« Hum, donc… Je sais que tu as des choses à faire, mais j’aimerais que tu restes à côté de moi…, » déclara Maria, déclarant ses inquiétudes tout en s’accrochant à Ristia. Normalement, elle se comportait en adulte et agissait comme la sœur aînée devant tout le monde, mais en ce moment, elle montrait ses vulnérabilités. C’était un spectacle que Ristia ne pouvait s’empêcher de trouver mignon, et cela lui transperçait le cœur.

Je veux Maria comme petite sœur. Sa marque de mignonnerie est différente de celle de Nanami et je la veux pour moi toute seule. Dès que cette pensée lui traversa la tête, une impulsion semblable à celle qu’elle avait eue lorsqu’elle avait porté Nanami dans ses bras attaqua Ristia. Avec Nanami, c’était arrivé si vite qu’elle ne pouvait pas dire ce que c’était, mais… maintenant, Ristia connaissait la véritable identité de ce sentiment. C’était un sentiment que Ristia n’aurait pas dû ressentir quand Maria s’accrochait à elle — ses impulsions vampiriques la poussant à se nourrir.

Mais… pourquoi ? Je n’ai jamais eu ces impulsions avant, alors pourquoi maintenant ? Ristia s’était mordu la lèvre, essayant de garder ces pulsions vampiriques sous contrôle alors qu’elle éloignait lentement Maria d’elle.

« … Directrice Ristia ? » Maria la regarda avec des yeux inquiets.

« O-Oh, ne t’inquiète pas. Tout va bien, » lui assura Ristia, en prétendant qu’elle allait bien alors qu’elle réfrénait ses pulsions vampiriques. Elle avait alors désespérément contrôlé ça, essayant de trouver un moyen d’aider Maria à ne plus se faire de soucis.

« … Voyons voir. Oh, peut-être que ça ferait l’affaire. Attends une seconde, » elle s’était procuré du matériel dans sa boîte à objets. En les frottant ensemble et en utilisant un peu de magie d’enchantement, elle avait créé un objet magique capable de communiquer par télépathie.

« Hein ? J’ai l’impression que tu as sorti un tas de choses de nulle part, » déclara Maria en se frottant les yeux avec incrédulité avant que Ristia ne prenne sa main et place une petite barrette dans sa paume. « Oh, euh… Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est un objet magique qui me communique les pensées de celui qui le touche directement. Ce sera à toi, alors assure-toi de le mettre dans tes cheveux. Dès que tu m’appelleras, je reviendrai vite, » déclara Ristia.

« … Merci, » déclara Maria avec un sourire ironique. — Je n’ai jamais entendu parler d’un objet qui vous permet de communiquer tes pensées à une autre personne, pas même dans les contes de fées. Mais elle essaie de me détendre parce qu’elle sait que je suis inquiète. La directrice Ristia est vraiment trop gentille. La barrette transmettait les pensées de Maria à Ristia, puisqu’elle était placée dans la paume de la main de la jeune fille. Ristia n’avait pas le courage de le dire maintenant, mais elle était prête à s’en accommoder pour l’instant, car elle savait que Maria se sentait un peu plus à l’aise.

« Alors, je m’en vais, » déclara Ristia.

« D’accord, prends soin de toi ! » déclara Maria, voyant Ristia partir alors qu’elle commença à s’éloigner de l’orphelinat. Immédiatement après, elle entendit les pensées étonnées de Maria. « Quoi !? Toutes les mauvaises herbes de la cour ont été fauchées !? » Ristia avait quitté la zone avant que Maria n’ait eu l’occasion de lui poser des questions à ce sujet.

Elle était finalement retournée à la boutique d’Eindebelle.

« Bienvenue dans… oh, si ce n’est pas Ristia ! » s’exclama Eindebelle.

« Bonjour, Belle. » Eindebelle, qui tenait la boutique, lui sourit. Peu de temps après, des bruits de pas pressés s’étaient fait entendre depuis l’arrière alors que Nanami arrivait en courant vers l’avant.

« Lady Ristia, vous êtes en sécurité ! » cria Nanami dès qu’elle vit le visage de Ristia, lui sautant dessus. Elle avait pris le petit corps de Nanami dans ses bras.

« Bonjour, Nanami. Je suis désolée. T’ai-je fait t’inquiéter ? » demanda Ristia.

« Oui, j’étais inquiète. Cet orphelinat a mauvaise réputation, et vous y êtes allée et vous avez passé toute la nuit dehors, » déclara Nanami.

« Je vois… Merci de t’inquiéter pour moi. » Nanami savait que Ristia était une Sang Véritable, l’ultime forme de vie contre laquelle aucun humain ne pourrait jamais se dresser. Elle le savait bien, mais elle était toujours inquiète pour le bien-être de Ristia. Voilà donc ce que ça ferait d’avoir une petite sœur, pensa Ristia avec bonheur. Cependant, alors que Nanami fixait Ristia dans ses bras, son visage avait commencé à bouder.

« Lady Ristia, j’ai dit que je m’inquiétais pour vous, alors pourquoi avez-vous l’air si heureuse ? » demanda Nanami.

« Hein ? Oh, eh bien, tu vois… Euh, je suis désolée ? » Ristia s’était excusée, mais son visage était tout souriant, ce qui avait fait gonfler les joues de Nanami. Eindebelle avait vu tout cela se produire et s’était mise à rire.

« Nanami, Ristia sourit parce qu’elle est contente que tu t’inquiètes pour elle, » déclara Eindebelle.

« Hein… ? Est-ce que c’est vrai ? » Nanami regarda Ristia dans les yeux.

« Ouais, j’étais si contente que tu t’inquiètes pour moi… mais je suis désolée. » Ristia s’était encore excusée, cette fois-ci en s’excusant sincèrement. Elle avait ensuite sorti sa boîte à objets et avait créé le même type de barrette qu’elle avait donnée à Maria pour s’excuser. « Il suffit de toucher cet objet magique et de penser quelque chose pour moi, et les mots me seront transmis. »

« Hein ? Oh, merci beaucoup… Attendez, Lady Ristia !? » Nanami avait paniqué et regardé Eindebelle. Nanami ne savait pas que Ristia avait déjà fait un objet enchanté devant Eindebelle, alors elle craignait que Ristia ait encore merdé. Mais, après l’avoir vue hier aussi, sans surprise, Eindebelle avait été impressionnée.

« HahaIncroyablement douée, comme toujours, » déclara Eindebelle.

« “Comme toujours” ? Attends… Maman, toi aussi ? » demanda Nanami.

« Hm ? Oh, oui, je sais à quel point Ristia est douée avec la magie, » déclara Eindebelle.

« Lady Ristia… n’avez-vous pas dit que vous seriez une fille normale ? » déclara Nanami avec un regard déçu alors que Ristia la regarda aussi calme qu’elle pouvait l’être. Sa raison ?

« Alors, écoute, Nanami. De nos jours, même les filles normales peuvent faire des enchantements, » déclara Ristia.

« … Est-ce maman qui vous l’a dit ? » demanda Nanami.

« Elle… l’a… ? Pourquoi ? » répondit Ristia, incitant Nanami à regarder Eindebelle. Voyant qu’Eindebelle détournait rapidement les yeux, Nanami leva les yeux vers le ciel.

« Hum, est-ce… quelque chose qui ne va pas ? » demanda Ristia.

« Eh bien, vous voyez… OK, je suis sur le point de vous dire quelque chose, alors s’il vous plaît, préparez-vous à ça, » déclara Nanami.

« U-Uh-huh? » s’exclama Ristia.

« Comme je vous l’ai déjà dit, une fille normale ne peut pas faire des enchantements, » déclara Nanami.

« Hein ? Mais Belle m’a dit qu’elles le pouvaient, » déclara Ristia.

« C’était un mensonge. Maman vous a piégée, Lady Ristia, » déclara Nanami.

« … Hein ? Vraiment ? » Elle se tourna vers Eindebelle pour le confirmer, mais Eindebelle garda les yeux fermés. Ristia savait maintenant qu’elle avait été trompée.

« … Grr, pourquoi m’as-tu dit ce mensonge ? » demanda-t-elle à Eindebelle, qui détournait encore son regard et gardait la tête sur le côté. Finalement, la femme s’était retrouvée incapable de supporter les regards et le silence, et elle avait regardé Ristia droit dans les yeux.

« Euh, tu vois… Je voulais voir tes enchantements, Ristia, » déclara Eindebelle.

« En gros, tu as compris que j’avais besoin de faire un enchantement et tu m’as piégée pour que je me confesse ? » demanda Ristia.

« Eh bien, si je dois être franche…, » déclara Eindebelle.

« C’est ce que je vois…, » réalisant qu’elle avait été piégée, elle avait poussé un soupir.

« Ristia, je suis désolée, ma chérie, » déclara Eindebelle.

« Lady Ristia, ma mère est désolée, » déclara Nanami.

Toutes deux inclinèrent la tête pour s’excuser collectivement, mais Ristia secoua doucement la tête en réponse.

« Ne vous excusez pas, s’il vous plaît. J’ai tort ici, » déclara Ristia.

« Hein ? Mais…, » déclara Nanami.

« C’est moi qui n’ai pas compris qu’on m’avait berné. Cela signifie aussi que j’ai agi d’une manière si évidente que j’ai pu me faire avoir comme ça. Je ne blâme pas Belle, » dit-elle avec bienveillance, comme un ange avec un sourire angélique.

« Mon Dieu, je me sens si coupable… J’étais… J’avais tort ! Ne me regarde pas avec tes yeux purs ! » déclara Eindebelle, tenant sa poitrine en détresse. Un sourire gêné s’était formé sur le visage de Ristia dès qu’elle l’avait vue agir ainsi, car elle se souvenait que ses sœurs aînées réagissaient souvent de la même manière.

« Je ne t’en veux pas, Belle. C’est juste que…, » déclara Ristia.

« C’est juste que quoi ? » demanda Eindebelle.

« La prochaine fois, sois honnête avec moi, d’accord ? Je peux te montrer autant d’enchantements que tu veux, tant que c’est pour ton bien, » déclara Ristia.

« Hein ? Tu le penses vraiment, Hun ? » demanda Eindebelle, le regardant dans ses yeux alors que tout cela devenait d’un coup très sérieux.

« C’est ce que je fais. Tu es après tout de la famille de Nanami, » déclara Ristia.

« Veux-tu faire ça parce que je suis de la famille de Nanami, à qui tu fais confiance ? » demanda Eindebelle.

« C’est tout à fait exact. J’ai dit à Nanami qui j’étais vraiment, » déclara Ristia.

« … Qui es-tu vraiment ? » demanda Eindebelle.

« Oui. Tu vois, je suis —, » avant qu’elle n’ait pu révéler sa véritable identité, Nanami s’était précipitée vers elle à la vitesse de la lumière pour lui couvrir la bouche. Elle l’avait traînée jusqu’à un coin du magasin.

« Vous devez vous arrêter là, Lady Ristia, » déclara Nanami.

« … Dois-je vraiment m’arrêter là ? » demanda Ristia.

« Oui. S’il vous plaît, donnez-lui un peu plus de temps avant de leur dire la vérité, » déclara Nanami.

« … Si tu insistes, Nanami. » Ristia hocha la tête en signe d’obéissance, pensant, je n’ai pas vraiment de raison de refuser. Une fois leur discussion terminée, elle s’était retournée à Eindebelle. « Comme je le disais, je suis une fille très normale. »

« … Ouais, eh bien… C’est bon à entendre. » Elle n’avait certainement pas l’air d’une personne ordinaire, mais cela n’avait pas changé le fait qu’elle était la personne qui avait sauvé la vie de Nanami. En gardant cela à l’esprit, Eindebelle avait dit que tant qu’elle lui dirait quand elle serait prête, ce serait suffisant pour le moment. « Mais j’aimerais que tu me montres ce que tu es capable de faire avec tes enchantements. »

« Oui, bien sûr ~, » déclara Ristia.

« Et j’aimerais que tu me le montres et que tu me parles des enchantements. Seulement si c’est d’accord… ? » Eindebelle la regarda avec un regard affamé de savoir, probablement incapable de contenir son désir. N’envisageant même pas une seconde de thésauriser ses techniques, Ristia hocha la tête et lui assura qu’elle n’y voyait pas d’inconvénient du tout. « … Cela te va ? »

« Oui, mais je suis ici aujourd’hui pour vendre mes objets magiques, alors ça te dérangerait beaucoup si nous nous occupions d’abord de cette question ? » demanda Ristia.

« Aah, tu es là juste à temps pour ça. Ils m’ont dit qu’ils allaient passer aujourd’hui, alors je pense qu’ils seront là dans un petit moment » déclara Eindebelle.

« Oh, c’est une bonne nouvelle. J’ai besoin de l’argent le plus vite possible, donc ça m’aidera beaucoup. » Ristia poussa un soupir de soulagement et sourit doucement… Cependant, Eindebelle et Nanami se regardaient l’une et l’autre, avec des expressions des doutes bien visibles sur leurs visages.

« Nanami, qu’en penses-tu ? » demanda Eindebelle.

« Lady Ristia est forte, mais c’est un peu une fripouille…, » déclara Nanami.

« Ouais, c’est ça qui est inquiétant. » Ristia avait le sentiment qu’elles la rabaissaient, alors Ristia avait fait la moue sur ses lèvres.

« Pensez-vous à quelque chose de grossier à mon sujet ? » demanda Ristia.

« Non, mon enfant, on ne pense rien de tel. C’est juste qu’on est inquiets que le directeur de cet orphelinat t’ait piégée, » déclara Eindebelle.

« … Vous vous moquez de moi. Je ne me laisserais jamais berner par ce directeur. » C’était un argument extrêmement valable, mais comme aucune des deux femmes ne connaissait sa situation actuelle, elles n’y avaient pas cru.

« Tu dis ça, mais dire que tu as besoin d’argent rapidement signifie clairement que tu en as besoin pour l’orphelinat, non ? » demanda Eindebelle.

« … Eh bien, oui, » répondit Ristia.

« Alors, je suppose aussi que tu as besoin d’argent pour rénover l’orphelinat ou quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? » demanda Eindebelle.

« Oui, c’est aussi vrai…, » répondit Ristia.

« Et en partant de là, est-ce que c’est le directeur qui t’a demandé ça et c’est toi qui fournis l’argent ? » demanda Eindebelle.

« Oui, c’est vrai, mais… Je ne me fais pas avoir, d’accord ? » Ristia avait essayé de plaider sa cause, mais les regards sur les visages des deux filles étaient déjà passés du doute à la sympathie.

« Qu’allons-nous faire, Nanami ? Mademoiselle Ristia est complètement paumée, » déclara Eindebelle.

« Je n’ai jamais pensé que Lady Ristia était une tête en l’air naturelle, » déclara Nanami.

« Nanami, toi aussi ? Vous êtes toutes terribles ! Je ne suis pas une “tête en l’air naturelle” ou quoi que ce soit d’autre, » dit Ristia, gonflant ses joues d’ennui. Cette vue adorable avait excité leur désir de la protéger.

« Ristia, je te trouve un peu paumée. Le directeur t’a roulé dans la farine, c’est sûr, » déclara Eindebelle.

« Il ne l’a pas ~ ! Pourquoi est-ce que je me ferais ça ? » demanda Ristia.

« Ristia, je comprends que tu veuilles penser comme ça, mais… Hm ? Attends, tu ferais toi-même ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » Eindebelle cligna des yeux avec confusion.

« C’est évidemment parce que je suis la directrice de l’orphelinat, » déclara Ristia.

« … Pardon ? » demanda Eindebelle.

« Comme je l’ai dit hier soir, j’ai hérité du poste de directeur du directeur Georg, » déclara Ristia.

« Ooh, tu ne dis pas… Attends, qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que tu veux dire !? » s’écria Eindebelle.

« Comme je l’ai dit, je suis la directrice, donc je ne peux pas me faire avoir par moi-même, » déclara Ristia.

« Non, pas ça, c’est la seule partie que j’ai comprise ! Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu obtiennes le poste de directeur en une seule nuit !? » s’écria Eindebelle.

Juste à côté d’Eindebelle, luttant pour comprendre ce que Ristia disait, Nanami regarda Ristia en disant,

« Alors, tu as eu des ennuis. » Ristia n’avait pas l’intention de s’attirer des ennuis, mais elle avait révélé que le directeur de l’orphelinat commettait des crimes, alors elle l’avait fait disparaître, l’âme et tout. Cela l’avait finalement amenée à dire aux gens qu’il avait quitté la ville.

« … Bon sang, tu es vraiment entré dans le vif du sujet, » déclara Eindebelle.

« Je savais que vous aviez des ennuis. » Après avoir entendu son explication, leurs impressions n’avaient pas changé. En fait, cela les avait plutôt convaincus, ce qui n’avait pas du tout plu à Ristia.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire