À la recherche sérieusement d'une sœur ! La Princesse Vampire Ultime – Tome 01 – Épisode 3 – Partie 10

***

Épisode 3 : La fille normale autoproclamée fait ceci et cela à l’orphelinat

Partie 10

Un jour, environ deux mois après le début de la construction du nouvel orphelinat, le sauna tant attendu de Ristia avait été achevé. Selon les spécifications des enfants, il avait été divisé en deux sections — une pour les garçons et une pour les filles. Et, bien sûr, il avait été rapidement ouvert pour les enfants.

« Faisons une séance, tout le monde ~, » déclara Ristia, en essayant d’inviter tout le monde à venir se baigner avec elle, sans distinction de sexe. Cependant, les filles étaient fermement opposées à cette idée. Ristia était encore elle-même jeune, mais les orphelins étaient encore plus jeunes. Elle était convaincue qu’ils étaient encore trop jeunes pour être conscients de leurs intérêts sexuels, alors Ristia avait été impressionnée par leur réaction, pensant. Mon Dieu, tout le monde est si précoce.

Tard cette nuit-là, Ristia se retrouva dans le vestiaire. La journée ne l’avait pas du tout fatiguée, mais elle voulait quand même prendre un bain relaxant puisqu’elle n’avait pas pris de bain depuis longtemps. Elle avait d’abord retiré son chemisier, jeté de la magie de nettoyage dessus et l’avait placé dans sa boîte à objets. Puis, elle enleva son soutien-gorge, sa culotte et sa jupe et les rangea de la même façon. Maintenant, dans son costume d’Ève, Ristia s’était attaché les cheveux longs pour former un chignon et s’était dirigée vers le bain.

« Hehehehe, un bon grand bain est une gâterie bienvenue après si longtemps ~, » murmura Ristia de bonne humeur. Adhérant aux bonnes manières et aux coutumes d’avant le bain, elle avait utilisé la magie de nettoyage pour se débarrasser de toute saleté avant de se tremper dans l’eau. Bien que cela ait éliminé le besoin qu’elle ait vraiment besoin de prendre un bain, c’était une question de principe. Elle s’était versé un peu d’eau sur elle-même avant d’entrer dans la baignoire proprement dite. En trempant d’abord le bas du corps, elle s’était peu à peu immergé le haut du corps. Maintenant, avec l’eau jusqu’aux épaules, Ristia s’était couchée dans le grand espace dégagé de la baignoire. C’était peut-être dû aux composants de la source, ou peut-être que c’était juste un effet placebo, mais Ristia s’était trouvé beaucoup plus détendu.

« Haaa... C’est fantastique ~, » Ça fait combien de temps que je n’ai pas pris un vrai bain ? Ristia pensa d’une manière distraite, mais elle ne se souvenait que d’avoir pris un bain avec ses sœurs avant de prendre son sommeil de mille ans. « Je me demande ce que font mes grandes sœurs en ce moment… Et où… ? » Elle n’avait pas encore accueilli une petite sœur, mais elle avait compris à la fois ce que cela signifiait d’être une petite sœur et à quel point ses sœurs aînées prenaient soin d’elle. Ça fait si longtemps, alors j’aimerais bien les voir…, pensa Ristia. Mais même pour quelqu’un d’aussi capable que Ristia, voyant qu’elle ne savait pas où sa famille pouvait être dans le monde, il lui était impossible de les chercher. Bien que, s’ils utilisaient intentionnellement une grande quantité d’énergie, elle pourrait au moins isoler la zone dans laquelle ils pourraient se trouver. De cette façon, elle pourrait les chercher, et même probablement les trouver en temps voulu.

J’aimerais bien avoir une petite sœur à présenter à mes grandes sœurs avant de les revoir…, tandis que cette pensée lui traversait la tête, la porte du vestiaire s’ouvrit sans grincement. De la porte sortit une fille à la peau brune.

« Oh, tu es là aussi, Maria ~, » déclara Ristia.

« Qui est... Oh, c’est toi, directrice Ristia. Je me demandais où tu allais, mais je suppose que tu prenais un bain tout ce temps. Est-ce que je… te dérange ? » demanda Maria.

« Bonté divine, non ~, » déclara Ristia en souriant doucement quand elle se leva du bain.

« … Tu sors déjà, directrice Ristia ? » demanda Maria.

« Non, je voulais juste t’aider à te laver, Maria, » répondit Ristia.

« Hein ? Oh, euh, eh bien… Je peux le faire moi…, » elle s’était mise à protester, elle s’était contractée en raison de sa méfiance. C’était peut-être une combinaison des souvenirs d’avoir été violée qui la hantait en plus de sa peur persistante d’être touchée par les autres, mais cela expliquerait pourquoi elle ne s’était pas baignée avec les autres et avait attendu pour le faire toute seule si tard dans la nuit. Comprenant l’état d’esprit de Maria, Ristia lui avait fait un sourire réconfortant.

« Tu es si jolie, Maria. En plus, ça ne me dérange pas si tu es toujours nerveuse face à moi. Nous allons faire une petite chose à la fois. D’accord ? » déclara Ristia.

« … Directrice Ristia, euh, si tu insistes… alors j’apprécierais, » déclara Maria.

« Bien sûr, laisse ça à ta Grande Sœur, ma chérie ! » Prenant le rôle d’une sœur aînée pendant un moment, elle s’était assise sur un tabouret dans la zone de lavage. Ristia s’était agenouillée derrière la fille en biais et avait ramassé l’embout de la douche.

« Okie dokie, voilà l’eau chaude ~, » déclara Ristia.

« Eeek !? Quoi... Quoi ? Qu’est-ce que c’est que ça !? » Maria ne semblait pas familière avec ce qu’était une douche. L’eau chaude qui jaillissait de la douche l’avait fait frissonner de surprise.

« C’est ce qu’on appelle une “douche”, et c’est un outil qui peut pulvériser efficacement de l’eau chaude ~, » expliqua Ristia, pulvérisant de l’eau chaude de la douche à côté de Maria pour le démontrer. Voyant que la peur de Maria commençait à diminuer, elle avait aspergé sa jambe d’eau chaude pour l’initier davantage au concept.

« … ! Ça… chatouille. Hmm, » murmura Maria.

Elle frissonnait encore, mais ce n’était pas par peur comme avant. Confirmant que c’était le cas, Ristia avait lentement commencé à faire couler la douche sur tout le corps de Maria. L’eau chaude avait jailli sur la peau jeune et vivace de Maria — un résultat de la magie de Ristia qui régénérait son corps au niveau cellulaire.

« Ça fait tellement de bien… mais… utiliser de l’eau chaude de cette façon est extrêmement frivole, » déclara Maria.

« C’est une bénédiction de la nature. Je dis que c’est bien d’en récolter autant que nous le voudrions. » La source chaude étant une bénédiction de la nature, elle n’était… techniquement pas incorrecte. Tant qu’il fallait fermer les yeux sur les objets au niveau de l’artefact ici et là que Ristia avait utilisé pour se frayer un chemin à des milliers de mètres sous terre, bien sûr. Quoi qu’il en soit, Ristia pouvait voir que le corps de Maria atteignait la bonne température, alors elle sortit un savon pour le corps et une éponge spécialement faits pour elle, pressa le savon sur la surface spongieuse, et commença à le faire mousser.

« D’accord, maintenant je vais aller dans ton dos. » Elle avait doucement appliqué l’éponge sur le dos de Maria.

« … ! » Le corps de Maria s’était raidi en réponse.

« Ça va, Maria ? » demanda Ristia.

« … Je vais bien. Je vais bien. Je tremble par réflexe, mais je sais que je n’ai pas peur de toi, directrice Ristia, » répondit Maria.

« Je vois… Dans ce cas, je te laverai doucement, alors s’il y a un malaise, dis-le-moi, d’accord ? » Elle frotta doucement, pour ne pas lui faire peur, mais avec assez de force pour disperser la saleté du corps de la fille. Ristia aurait pu facilement éliminer la saleté de la magie de nettoyage, mais si Ristia avait appris quelque chose de ses sœurs aînées, c’était qu’une sœur aînée devait laver le corps de leur jeune sœur, alors elle restait fidèle à ces enseignements — ce qui était un mensonge total. Jusqu’à aujourd’hui, Ristia doutait des méthodes de ses sœurs, se lavant toujours le corps sans avoir recours à la magie de nettoyage, mais comme elle lavait Maria de ses propres mains, elle se sentait dépassée par de tendres émotions, ce qui lui avait finalement permis de comprendre pourquoi ses sœurs voulaient toujours la laver. Bref, c’était un moment de pur bonheur. Mais alors qu’elle finissait de laver le dos de Maria, elle avait réfléchi à l’endroit où elle devait se laver ensuite — c’est alors que ses yeux tombèrent sur l’arrière du cou captivant de Maria. Une fois que les yeux de Ristia avaient rencontré sa nuque, son cœur s’était mis à battre fort et ses pulsions vampiriques plus fortes que celles qu’elle avait eues avant s’étaient réveillées à l’intérieur d’elle.

« — Ah, khhh…, » elle s’était mordu la lèvre pour dompter les impulsions. Mais alors que cela permettrait normalement de régler le problème en un instant, il s’était avéré que cela ne faisait que les rendre plus fortes. Les pulsions lui étaient venues à l’esprit, lui faisant réfléchir, je veux tout de suite m’approcher de Maria et lui enfoncer mes crocs dans le cou. Puis, soudain…

— Non, je… ne peux pas ! Maria est précieuse pour moi. C’est une candidate pour le rôle de ma petite sœur. Et elle n’est certainement pas de la nourriture ! Le directeur Georg lui a aussi fait des choses terribles. Elle compte tellement pour moi que je ne pouvais pas me jeter sur elle comme ça !

Elle s’était mordu la lèvre jusqu’à ce qu’elle commence à saigner afin d’empêcher sa pulsion de remonter à la surface.

« … Directrice Ristia ? » Avant même de s’en rendre compte, Maria s’était déjà retournée et la regardait. Alors que son corps nu et sans défense s’étendait sous ses yeux, Ristia s’était trouvée déconcertée. « … Directrice Ristia ? Quelque chose ne va pas ? Est-ce que ça va ? »

 

 

« Hein ? Ah, oui, je vais bien. Tu peux laver le reste toi-même, non ? Ou alors, veux-tu que je m’occupe aussi de l’avant ? » demanda Ristia.

« Ne me mets pas de mots dans la bouche ! » s’écria Maria.

« Heehee, d’accord, » déclara Ristia.

Maria devint rouge comme une betterave alors que Ristia essayait de toute ses forces de lui donner un sourire espiègle en guise de réplique. Ainsi, elle avait rapidement lavé les restes de mousse, en disant. « D’accord, je vais m’en aller. À plus tard, » avant de fuir les bains publics.

« Hah... ! Uh-ahah... Pourquoi… ? »

Ristia s’était enfuie dans ses quartiers, s’accroupissant dans son lit et serrant sa poitrine. Même après son retour dans sa chambre, ses pulsions vampiriques ne se calmaient pas du tout. Bien sûr, elle avait plusieurs sortes d’aliments dans sa boîte à objets, dont certains contenaient de la viande qui dégoulinait de sang frais… ou, en termes moins grossiers, de la viande qui n’était pas cuite et non égouttée. Cependant, le corps de Ristia n’était pas satisfait de cette variété de sang. Ce dont Ristia avait soif, c’était le sang frais de Maria, Nanami et des enfants de l’orphelinat. Et c’était la raison pour laquelle elle était dans une telle agitation. Elle ne résistait pas à l’acte de boire du sang pour se nourrir, mais elle considérait Maria, Nanami et tous les orphelins comme des membres précieux de sa famille. Malgré cela, elle considérait cette famille comme de la nourriture. C’était une conclusion qui l’avait ébranlée jusqu’au fond.

« Ah-uh... ! Hah... Qu’est-ce que je fais… ? » murmura Ristia.

Elle avait désespérément torturé son cerveau, mais elle n’avait pas d’idées. À ce rythme, elle finira par agresser Maria, mais si cela devait arriver, Maria développerait des cicatrices sur son cœur qui persisteraient toute sa vie. Bien sûr, il n’était pas non plus question d’agresser les autres enfants. Étant donné que Nanami était au courant de sa situation, elle n’aurait pas à s’inquiéter de lui faire peur. Si elle expliquait son raisonnement, elle laisserait volontiers Ristia boire son sang, mais… Ristia ne voulait pas voir Nanami comme une nourriture. Confronté à une situation désespérée, son seul autre recours était peut-être de s’éloigner de la ville pendant un certain temps. Une fois que cette idée avait commencé à se faire dans la tête, on avait soudainement frappé à sa porte.

« … Qui est-ce ? » demanda Ristia.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire