100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 99

***

Chapitre 99 : Les flammes d’Urugudu

***

Chapitre 99 : Les flammes d’Urugudu

Partie 1

***Point de vue d’Andu'Yang'Ores'***

Quand l’empereur m’avait annoncé que les dragonnes viendraient me chercher à ma forge le lendemain, je ne m’attendais pas à ce qu’elles frappent à ma porte au lever du soleil, avant même que les corbeaux ne se réveillent !

Elles semblaient toutes brillantes et pleines d’énergie, alors que j’avais l’impression qu’une enclume me frappait sur le nez, puis qu’un Hanba enragé me traînait à travers tout Trindania.

J’étais fatigué. J’avais sommeil. J’étais un nain grincheux avec une gueule de bois.

« Vous, les lézards ailés, n’avez-vous jamais entendu parler de cette chose appeler “dormir” !? Même le soleil n’est pas encore levé et vous me demandez de me lever ? Retournez dans vos lits dormir ! » avais-je crié. Puis je leur avais claqué la porte au nez.

Tout en râlant au sujet de l’enclume, des rongeurs agaçants et des prêtres gênants faisant du porte-à-porte, j’étais retourné dans mon lit confortable.

Bien sûr, ce n’était pas la chose la plus polie qu’un nain comme moi puisse faire aux invités étrangers estimés. Il m’avait fallu une heure entière pour que mon vieux cerveau réalise ce que je venais de faire.

Le sang se drainant de mon visage, je sautai hors du lit et me précipitai à la porte, mais à ce moment-là, elles étaient déjà parties. J’avais prié sur le champ les Dieux supérieurs pour que cet événement malheureux ne laisse pas une tache noire sur notre empire.

Je voulais être connu comme le meilleur forgeron de Trindania, et non pas un nain qui avait claqué la porte au nez de dignitaires étrangers !

« Soupir… Je ferais mieux de me préparer un petit-déjeuner avant que l’empereur ne vienne nous demander comment j’ai réussi à perturber les relations internationales entre Trindania et Albeyater. » Dis-je en fermant la porte puis en me dirigeant lentement vers la cuisine.

Environ deux heures plus tard, on avait frappé fort à ma porte.

J’avais fait une prière silencieuse dans mon esprit pour que mon âme trouve la paix dans l’au-delà, puis j’étais allé voir qui c’était.

Lorsque j’avais ouvert la porte, j’avais vu Sire Seryanna et Sire Kataryna, vêtues de leurs impressionnantes armures.

« Les bourreaux de l’empereur sont devenus terriblement beaux. Pas de moustache ou de barbe, » dis-je, surpris.

« C’est terriblement grossier. » Sire Kataryna souffla en me jetant un regard noir.

« Ah ! Excusez-moi ! » Je baissai la tête.

« Andu'Yang'Ores, nous nous excusons d’être arrivés si tôt aujourd’hui. Nous ne savions pas que vous n’étiez pas du matin, » déclara Seryanna d’un ton calme.

« Ah non ! Non ! Je devrais être celui qui s’excuse. J’étais très grossier et mon comportement ne mérite aucune excuse ! » Dis-je en baissant la tête.

« Dans ce cas, devrais-je présumer qu’il est acceptable pour nous de commencer par récupérer votre marteau ? » Demanda Sire Seryanna.

« Hein ? Oh, le marteau d’Umidaba, bien sûr ! Mais avant de partir, laissez-moi vous donner un avertissement. J’étudie les légendes qui en parlent depuis des années et, bien que certaines parties soient exagérées, les détails concernant son emplacement ont toujours été les mêmes : dans le corps de la Grande Forge Urugudu, une fois ses flammes rallumées, et le grand volcan ont lâché un rugissement puissant. » J’avais expliqué.

« Cela semble terriblement descriptif. » Kataryna plissa les sourcils.

« Oui, je pense aussi. » J’avais hoché la tête.

« Quand le volcan a-t-il rugi ? » Demanda Sire Seryanna.

« Je crois que c’est vous, milady, qui l’avez fait rugir l’autre jour. »

« Je m’excuse pour mon comportement inesthétique. » Dit-elle avec un air troublé.

« Il semble que nous ayons tous nos petits problèmes d’adolescent, n’est-ce pas ? » Je leur avais fait un sourire ironique.

Après ces salutations plutôt maladroites, je guidai les deux dragonnes vers l’entrée du Béhémoth, une porte de pierre géante qui ne pouvait être ouverte que par des mages puissants ou par une personne dotée d’une incroyable force d’un illuminé.

La porte était la seule entrée de la Grande Forge Urugudu et, jadis, elle était gardée par des golems géants en métal. À cette époque, les grands forgerons nains forgeaient des armes et des armures d’une prouesse incomparable, qui avaient été utilisées dans nombre des grandes guerres du passé. Il ne restait que très peu de ces merveilles à utiliser ou à étudier pour les nains du présent, et j’étais parmi les chanceux à en avoir quelques-unes.

Pour atteindre la bouche de Béhémoth, ce n’était pas aussi facile que de se rendre au marché et de revenir. Nous devions traverser toute la ville d’Exaver jusqu’à atteindre l’autre côté de la montagne Urugudu. Pour faciliter notre voyage, nous nous y étions rendus à bord de ma voiture. J’étais peut-être un vieux forgeron grincheux, mais cela ne m’avait pas empêché d’élever un Hanba fort pour m’emmener là où je voulais aller.

Une fois que nous avions atteint le grand mur, entourant la ville, nous avions conduit sur la route qui le longeait jusqu’à ce qu’elle rencontre les robustes falaises de la montagne Urugudu. Ici, l’entrée de la forge, la bouche du Béhémoth, était creusée dans la pierre dure. C’était gigantesque, s’étendant bien au-dessus des bâtiments environnants, avec un visage de gros monstre sculpté.

Les yeux étaient supposés être capables de voir bien au-delà des murs de la ville, regardant n’importe quel ennemi invisible qui oserait s’approcher de cet endroit majestueux. La légende disait que lorsque quelqu’un oserait bloquer sa vue, le Béhémoth dévorerait la chance de ce nain et le recracherait alors comme une malédiction de malheur destiné à les amener rapidement à leur perte.

On ne se donnerait pas la peine d’écouter des superstitions aussi stupides, mais l’ancien roi s’était construit un grand musée en son honneur, juste en face de la bouche du Béhémoth. Il bloquait complètement sa vue à ce moment-là, mais maintenant… il ne restait que les décombres.

« Est-ce la Grande Forge Urugudu ? » Demanda Sire Seryanna alors que je réfléchissais à ces choses.

« hm ? Oui. Vous pouvez voir la sculpture du Béhémoth sur les murs. La grande bête est l’animal de compagnie d’Urugudu, mais certains prétendent que ce n’est pas vraiment celui d’Urugudu, mais celui d’Andaryos. Pour moi, c’est juste la sculpture de quelqu’un avec une bonne imagination. » J’avais ri.

« N’avez-vous pas peur de mettre en colère les dieux en agissant comme ça ? » Demanda Sire Kataryna avec un sourire et les sourcils plissés.

« Nah! » Je secouai la tête « Si les puissants dieux pouvaient être en colère avec quelque chose de ce niveau, ils auraient déjà détruit le monde ! Hahaha! » J’avais répondu.

Dès que nous avions fait notre premier pas à l’intérieur, nous avions senti la chaleur torride provenant des Flammes d’Urugudu. Les nains qui travaillaient ici transpiraient comme un Hanba un jour d’été, mais ils avaient tous été prompts à préparer la Grande Forge pour qu’elle soit à nouveau utilisée par nos nains. Il me faudrait au moins vingt jours avant que cet endroit me permette d’emménager.

« Suivez-moi et ignorez les abeilles occupées. » Dis-je alors que nous allions plus profondément dans la forge.

Contrairement à ceux ici, nous n’avions pas été dérangés par la chaleur. Je portais des vêtements spéciaux enchantés pour me protéger des températures élevées et j’avais aussi ma propre capacité spéciale pour m’aider à y faire face.

En termes de taille, la Grande Forge d’Urugudu était gigantesque. Elle était assez grande pour accueillir tous les nains de la capitale, mais il y avait des canaux remplis de lave qui coulait un peu partout. Chacun d’entre eux était utilisé pour chauffer une série de grands chaudrons en métal enchantés par la magie afin qu’ils ne fondent pas, mais permettait aux minerais de se liquéfier. À côté d’eux se trouvaient des forges chauffées par la lave. En utilisant des enchantements de vent sur les tuyaux en métal, il n’y avait pas besoin de s’inquiéter de la fumée, tout était retiré des forges puis guidé à l’extérieur au-dessus d’une falaise escarpée, loin de la ville.

Maintenant, au plus profond de cet endroit, adossé au volcan lui-même, se trouvait la plus grande forge du monde !

Lorsque l’on se tenait devant, on pouvait sentir la pression écrasante de la chaleur dans son ventre et de toute l’énergie magique irradiée par chaque brique utilisée pour la construire. Tous étaient enchantés par les grands nains du passé, ce qui en soi était une marque de leur talent et de leur ingéniosité.

J’étais le plus grand forgeron de l’empire Trindania, mais lorsque je me comparais aux légendes du passé, je me sentais petit et insignifiant. Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pu concevoir une forge aussi parfaite !

Parce que les forges utilisaient la lave qui coulait à travers la montagne d’Urugudu pour chauffer les métaux, les métaux forgés gagneraient tous un peu de magie de l’esprit de la Terre, augmentant leur force et leur endurance. En outre, notre capitale était à l’abri de la colère du volcan, principalement grâce à cette forge, qui n’avait jamais permis à la pression dans la poche de lave sous nos pieds d’atteindre le seuil critique.

La forge elle-même ressemblait à un majestueux nain de pierre qui détournait le flux de lave qui coulait derrière lui en deux flux identiques. Le nain n’était visible que de la taille, et l’entrée dans la forge se trouvait juste au milieu de sa poitrine. Un escalier avec six grandes marches s’étalait devant lui. Chaque étape représente un mois dans le calendrier nain et, de nuit, grâce à un système complexe de miroirs en argent, le clair de lune était réfléchi de l’extérieur puis envoyé pour éclairer l’étape correspondante.

Il y a très longtemps, on disait que certaines lames ne pouvaient être forgées que certains mois. Cette vieille superstition était tenue en haute estime, même aujourd’hui.

« Alors, où sont les flammes d’Urugudu ? L’empereur a dit à notre princesse que vous aviez besoin de notre aide ? » Demanda Sire Seryanna.

« Les flammes d’Urugudu ? Mais vous les regardez, » avais-je répondu en montrant les deux ruisseaux de lave à gauche et à droite de la forge.

« Pardon ? » Elle cligna des yeux surpris puis me regarda avec un front plissé.

« La Grande Forge d’Urugudu n’utilise pas le feu pour chauffer les minerais avec lesquels nous lançons nos lames, elle utilise la lave chaude des entrailles de la montagne. » Répondis-je d’un signe de tête.

« Alors, où est exactement ce marteau d’Umidaba ? » Demanda Sire Kataryna.

« Bon, on va d’abord dans la zone de forgeage. C’est dans la poitrine du grand nain. Là, nous entrerons dans le flux de lave et y nagerons jusqu’à atteindre le cœur de la forge, une poche de magma située juste sous le temple du dieu du feu. » J’avais répondu.

« Alors c’est pour ça qu’il y avait de la lave là-dedans. » Sire Seryanna hocha la tête.

« Oui, mais jusqu’à récemment, il n’y avait pas assez de pression à l’intérieur pour faire monter le niveau de lave de cette manière. Quoi que vous ayez fait à l’époque, vous avez presque fait exploser toute la montagne ! » J’avais ri.

« Je m’excuse. » Sire Seryanna détourna le regard.

« Ne vous inquiétez pas, vous avez failli causer un cataclysme qui aurait sans doute effacé tout Exaver de la surface de ce monde ! » Je la taquinais.

« Arg. » Elle gémit et baissa la tête.

Après m’être amusé, j’avais dirigé les deux à l’intérieur de la forge. La chaleur y était si élevée que même moi, je commençais à transpirer. J’avais peut-être dit que nous allions nager dans la lave, mais j’espérais qu’elles seraient capables de faire quelque chose à ce sujet avec leur puissante magie. Si je mettais un pied dans cette chose, ma barbe ne serait pas la seule chose qui brûlerait !

Bien que je m’inquiète de ce genre de choses, la chaleur ne les gênait pas.

Ces dragonnes sont vraiment quelque chose… pensai-je en les regardant.

À l’intérieur de cet endroit, j’avais vu l’enclume des âges, qui était l’un des outils nécessaires pour forger des armes et des armures légendaires. Elle avait été placée à l’endroit où le cœur du grand nain de pierre était censé se trouver, et sa base se trouvait à plus de 20 mètres de profondeur. C’était une enclume enchantée faite d’un alliage Celestium-Zaradin. Elle était conçue pour être presque indestructible. Même si nous le voulions, nous ne pouvions pas la briser, la rayer ou la faire fondre. L’enclume des âges avait été fabriquée dans un seul but et devait être utilisée en combinaison avec le marteau d’Umidaba.

Je me demande si j’aurai la chance de t’utiliser. pensai-je en déplaçant ma main sur sa surface brillante.

***

Partie 2

Pour moi, cette ancienne forge était aussi un endroit où je pouvais aller pour me détendre ou simplement m’éloigner des ennuis de ma vie. Malheureusement, je ne pourrais plus faire de même en voyant les Flammes d’Urugudu ravivées.

Soupirant, je me retournai vers les deux dragonnes qui regardaient sérieusement le flot de roches en fusion venant du cœur de la montagne.

« Que penses-tu que nous devrions faire ? » Demanda Sire Seryanna.

« Je pourrais geler toute la lave et la transformer en pierre, mais je crains que creuser toute une montagne pour trouver le marteau ne prenne trop de temps. » Répondit Kataryna en haussant les épaules.

« Hm, geler de la lave ne devrait être gardé qu’en dernier recours. » Elle acquiesça.

En écoutant ce nouveau type de discours fou, je répliquais fortement dans mon esprit à leurs mots :

Geler quoi maintenant ?! Vous savez que cette chose vient directement du cœur du monde, non ? Que ferez-vous si vous gelez le noyau ?! Oui, c’est une mauvaise idée de geler de la lave ! Non, une idée terrible ! Quoi ? Non ! Non ! Ne l’utilisez pas comme quoi que ce soit ! Il suffit de lancer ce plan dans la pile de choses inutiles aux côtés de mon bon sens ! Avez-vous une idée de combien de temps nous avons attendu que les Flammes d’Urugudu soient ravivées ?!

« Hm, alors je pourrais essayer de créer un chemin à travers la lave. Pour moi, il ne fait pas si chaud, mais cela pourrait transformer le nain en charbon de bois, » déclara Seryanna.

Ce n’est pas si chaud pour toi ? De quoi ta peau est-elle faite et que veux-tu dire par devenir du charbon ? Je ne suis pas un morceau de bois séché qu’on jette au feu pour le garder allumé ! Je peux probablement survivre… quelques secondes. Je rétorquai dans mon esprit alors que je fronçais mon front.

« Devrais-je transformer le nain en un cube gelé et l’amener avec nous ? On pourrait le dégivrer quand on trouvera le marteau. » Sire Kataryna haussa les épaules.

Transformer qui en quoi ? Me dégivrer ? Qu’est-ce que je suis, un morceau de Hanba que ta grand-mère sort de la chambre froide pour se réchauffer près du feu ? Est-ce que vous pensez sérieusement à ça ou est-ce que vous jouez avec mes nerfs ? J’avais rétorqué en essayant de garder un air composé sur mon visage.

« Je ne veux pas le porter tout en me concentrant sur la séparation de la lave. » Elle secoua la tête.

« Il a l’air un peu lourd, c’est vrai. » L’autre acquiesça.

J’ai l’air lourd ? J’ai l’air lourd ?! Combien de tonnes pensez-vous qu’un seul nain pèse ?! N’êtes-vous pas deux des Illuminées ? Vous pouvez même ouvrir la bouche de Béhémoth, les nains chétifs ne devraient donc pas poser de problèmes ! Bah ! Eh bien, ce n’est pas de ma faute, tous ces régimes ne contiennent ni hydromel ni viande. Des légumes ? C’est pour le Hanba à manger ! Nous, vrais nains, mangerons le Hanba à notre tour ! Je rétorquai avec un étrange sentiment de fierté qui fleurissait dans ma poitrine, de la fierté pour mon gros ventre.

« Faut-il le mettre dans une boule de fer ? Je suis sûre qu’il peut en fabriquer un capable de résister à la chaleur, non ? » Demanda Sire Seryanna.

« C’est une bonne idée, on pourrait le frapper jusqu’à arriver au marteau. » Elle acquiesça.

Oui, je peux faire une boule de fer qui puisse résister à la chaleur, mais je préférerais me raser la barbe plutôt que de rentrer dedans ! De plus, si vous me donnez des coups de pied comme ça, à la fin, vous sortirez un nain couvert de son propre vomi et incapable de se tenir droit ! encore une fois, mes pensées étaient inaudibles pour elles.

« Non, attends ! Mais que se passe-t-il si les enchantements échouent et qu’il finit par cuire à l’intérieur ? » Demanda Sire Seryanna un peu inquiète.

« De la viande c’est de la viande, je me débarrasserai des preuves. » Elle lui avait fait un grand sourire.

Hein ? De la viande c’est de la viande ? Je vais… je vais faire comme si je n’avais pas entendu ça. Je détournai le regard.

De toutes choses, je ne voulais certainement pas finir comme un repas de dragonnes.

« Tu ne peux pas faire ça, Kataryna, tu vas avoir une indigestion ! » Sire Seryanna la gronda.

Je ne sais même pas quoi dire. Devrais-je être en colère ou heureux ? Je me l’étais demandé tout seul.

Les deux d’entre elles avaient continué à échanger ce genre d’idées terribles, alors que je sentais ma santé mentale se détériorer avec chaque mot qui sortait de leur bouche. Au moment où elles s’étaient mises d’accord sur ce qu’elles devaient faire, je regardais dans le loin avec des yeux de poissons morts.

« Ah, j’ai l’impression que mon existence disparaît… » Dis-je à voix basse.

« Andu'Yang'Ores, nous sommes prêtes. » M’avait appelé Seryanna.

« Très bien, alors ? Qu’est-ce que vous allez me faire ? » Demandai-je alors que j’avais accepté mon destin d’être celui dont aucun nain ne devrait souffrir.

« Hm ? Nous allons vous emmener au marteau, bien sûr. » Sire Seryanna hocha la tête.

« Elle divisera le flux de lave et je créerai une bulle de température plus basse autour de nous pour que la chaleur qui en résulte ne vous fasse pas de mal. De cette façon, vous pourrez nous accompagner au marteau en toute sécurité, sans risquer de transformer les flammes d’Urugudu en pierre. » Expliqua Sire Kataryna d’un ton calme, comme si elle décrivait une visite régulière au marché local.

Face à une solution aussi bizarre, je ne pouvais qu’approuver et prier les esprits de sortir vivant à la fin de la journée.

Ainsi, alors qu’elles préparaient chacune leur magie, je me positionnais entre elles comme elles me l’avaient dit. Si j’avais été derrière Sire Kataryna, il y avait une chance que je puisse être laissé derrière. Se tenir devant n’était pas possible, le seul choix raisonnable était donc d’être en sandwich entre elles.

Normalement, un jeune garçon serait heureux de se tenir entre ces deux beautés, mais ma vieille barbe craignait d’être transformée en glaçon par la dragonne derrière moi et en fusain par celle qui se trouvait devant moi. Cela ne me dérangerait pas de rester célibataire toute ma vie si cela signifiait sortir vivant de cette expérience !

« Allons-y ! » déclara Seryanna, qui dégaina son épée et y versa une énorme quantité d’énergie magique.

Elle jeta alors un sort sans chants et au moment où la pointe de la lame toucha la lave qui coulait, elle se sépara en deux comme une mer coupée par la lame d’un géant. Debout derrière elle, je pouvais sentir la chaleur brûlante venant de l’avant, mais aussi le vent glacial venant de mon dos. Le pouvoir qu’elles possédaient était semblable à un apôtre des esprits ou peut-être à des dieux !

Avec un air confiant sur le visage, les deux femmes s’avancèrent, me traînant avec elles. Mon corps ne savait pas s’il devait transpirer ou frissonner, mais mon instinct m’appelait et me disait de faire, de rester entre elles et de ne pas m’éloigner d’un millimètre à moins que je veuille rencontrer à la fin de mes jours.

Il y avait une préoccupation que ces deux-là n’avaient pas prise en compte, à savoir la difficulté à respirer par cette chaleur. Bien que leurs armures puissent leur fournir l’air dont elles avaient tant besoin, je n’avais pas ce luxe. Au moment où je sentais mon souffle devenir lourd, j’avais attrapé quelques feuilles de Rudamera et les avais posées contre mon nez.

Cette plante était souvent trouvée dans des zones dépourvues d’air respirable et cueillies par des plongeurs souhaitant rester sous l’eau beaucoup plus longtemps. Dans certaines parties de Trindania, les nains fabriquaient même un tas de bouteilles en métal contenant des feuilles de Rudamera afin de pouvoir travailler sous l’eau ou entouré d’un air empoisonné. Nous autres forgerons les utilisions également lorsque nous restions trop longtemps près de la forge. Nous avions souvent la tête qui tournait à cause du manque d’air, ce qui n’était pas une bonne chose quand on avait un tas de choses pointues et du métal brûlant autour de nous.

Alors que nous avancions dans la lave, j’avais été obligé de plisser les yeux très fort à cause de la lumière rougeoyante. C’était terriblement effrayant de bouger ainsi, d’autant plus que je savais que si l’une ou l’autre de ces deux dragonnes arrêtait leur magie pour une raison quelconque, je finirais mort.

Nous ne pouvions pas parler et nous pouvions à peine voir. Pour la plupart, nous nous étions déplacés comme des gofers aveugles en essayant de trouver le bon chemin vers le trésor tant désiré. Malgré tout, nous avions continué à avancer, chaque étape risquant de ne jamais revenir.

Honnêtement, je n’avais pas compris pourquoi ces deux-là avaient accepté cette demande insensée de ma part. Ce n’était pas comme si la vie de quelqu’un dépendait de moi pour trouver ce marteau. Autant que je sache, aucune poussière d’alliage Celestium-Zaradin ne pouvait être utilisée par quiconque. Tout au plus, ce n’était rien d’autre qu’une demande d’un imbécile. Encore une fois, si ces deux-là étaient les imbéciles, alors j’étais un imbécile encore plus grand qu’elles.

La découverte du marteau d’Umidaba faisait également partie du test. Aucune des légendes ne spécifie où exactement nous pourrions le trouver dans le ventre d’Urugudu, mais plus nous nous enfoncions profondément, plus il nous était difficile de passer à l’étape suivante. La lave autour de nous rugissait comme une bête en colère, et être entouré de cette manière m’avait fait sentir la pression de mille enclumes sur mon corps.

Bien que je ne sois pas un nain nerveux, au sein de cette bulle protectrice créée par le pouvoir des deux dragonnes, je me sentais comme si j’étais au bord d’une falaise dangereuse. C’était étrange, mais j’avais ressenti une peur étrange dans mon cœur qui m’avait fait imaginer que la lave se rapprochait de moi ou m’attaquait soudainement comme si elle était possédée par un esprit misérable.

Cet état d’esprit étrange n’était pas quelque chose dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Ces sentiments et pensées étranges qui me traversaient l’esprit étaient tous des symptômes fantômes touchant les nains, souvent rencontrés lorsqu’ils se retrouvaient piégés sous terre.

Même pour moi, il était difficile de garder mon calme avec la quantité de peur et d’anxiété qui s’accumulait dans mon cœur. Je voulais faire demi-tour et courir jusqu’à la sortie, mais je devais me rappeler que je ne pouvais plus faire demi-tour. Si je le faisais, la pression et la chaleur de la lave autour de moi me tueraient rapidement. Je devais juste faire confiance à ces deux dragonnes. Ma vie était entre leurs mains, mais mon esprit était lentement ébréché par toute cette expérience.

Peut-être que le plus grand danger ici ne sera pas la lave, mais ma propre stupidité ? pensai-je en regardant les ailes repliées de Sire Seryanna.

Contrairement à moi, elle continuait d’avancer, coupant la lave avec sa lame, tandis que derrière moi, Sire Kataryna baissait la température au point que ce n’était pas dangereux pour moi. Aucune d’entre elles n’avait montré la faiblesse qui m’atteignait lentement, et je ne pouvais pas imaginer le type de puissant nain nécessaire pour affronter seul ce genre de défi. Rien d’étonnant à ce que personne n’ait revendiqué le marteau d’Umidaba pendant tant de siècles. Personne, à part un Illuminé puissant, ne pouvait passer par cette fournaise infernale.

Avec seulement mes pensées pour me tenir compagnie, j’avais continué à marcher sur le chemin qu’elles traçaient. La peur et l’inquiétude tourbillonnaient constamment dans ma tête, mais je ne laissais rien saisir mon cœur.

Après environ une demi-heure de marche comme ça, je commençais à avoir l’impression que nous étions tous à bout de forces et que je n’avais encore fait aucun effort lourd. Cela, en soi, montrait quels êtres redoutables étaient ces deux-là.

C’était à peu près à ce moment-là quand Sire Seryanna s’arrêta. Elle s’était retournée pour nous regarder et avait ensuite pointé vers l’avant.

Y a-t-il quelque chose là-bas ? Je me demandais.

Les dragonnes avaient des sens bien meilleurs que moi. Mes propres oreilles étaient un peu rouillées par tout le martèlement que j’avais fait à ma forge. Mon dos n’était pas en pleine forme non plus, de temps en temps, il craquait comme une vieille porte.

Je ne pouvais rien voir devant moi, mais Sire Kataryna comprit ce que Sire Seryanna essayait de dire. Elle lui fit un signe de tête puis nous avions commencé à nous diriger là-bas. Là, Sire Seryanna jeta un sort étrange, mais puissant qui repoussa simplement tout le mur de lave. C’était certainement un geste difficile à faire parce que l’enchantement de son armure s’activa également. Des lignes de lumière rouge l’ornaient, rayonnant d’une énergie puissante.

En un instant, je m’étais retrouvé hypnotisé et intrigué par cette merveille de forgeron. La manière douce dont le martelage avait été effectué sur chaque partie était étonnante, presque comme si le forgeron était capable de mouler le métal dur encore plus facilement que moi. Ce qui était encore plus surprenant était les nombreuses parties complexes que je pouvais voir à certains endroits de l’armure, c’était comme si c’était une machine entière qui fonctionnait avec une précision d’horloge.

Son épée, Drachenkrieg, était un travail d’artisanat similaire. Elle était composée de nombreuses parties plus petites, mais par les dieux si je savais faire ne serait-ce que la garde.

Tandis que son armure et son épée me fascinaient, Sire Kataryna s’était avancée derrière moi et m’avait frappé derrière la tête.

J’étais tombé sur la tête et j’étais presque tombé nez à nez dans la lave. Maintenant que je l’avais regardé, il semblait qu’une très mince couche de glace nous en séparait.

Quand je m’étais retourné, j’avais vu Sire Kataryna pointant quelque chose devant nous.

Est-ce que ça pourrait être ? J’avais réfléchi puis je m’étais retourné pour regarder ce qu’elle montrait.

***

Partie 3

Juste devant Sire Seryanna, à quelques pas d’elle, j’avais vu un piédestal en pierre sur lequel reposait un marteau. Le piédestal brillait à cause de la chaleur dégagée, alors que le marteau lui-même semblait avoir été brisé en plusieurs morceaux. Pendant un moment, j’avais craint que le passage des siècles n’ait ruiné ce merveilleux artefact, mais lorsque je l’avais approché, j’étais heureux de découvrir que je m’étais trompé. 

Le manche du marteau était fait de bois enchanté et recouvert d’un cuir noir, sans doute la peau d’un puissant monstre, sinon il n’aurait pas survécu dans cet enfer. La tête du marteau était faite de morceaux de métal noir maintenus ensemble par un noyau jaune brillant, presque comme s’il essayait d’imiter la lave même dont il était entouré.

Tandis que je me tenais là et que je le regardais, j’avais senti mon cœur exploser d’excitation. 

C’est le vrai ! Le véritable marteau d’Umidaba ! Le marteau d’Umidaba ! Louez les esprits, c’est réel ! J’avais crié dans mon esprit et je m’étais agenouillé devant.

Je devais paraître étrange à ce moment. Derrière moi, Sire Kataryna et Sire Seryanna, dans leurs armures miraculeuses, brandissaient leurs armes incroyables pour détourner le flux de la lave qui faisait rage autour de nous. Nous étions tous debout sur une fine couche de glace faite par magie, pour que nos semelles ne brûlent pas à cause de la lave, et au centre, je me tenais comme un vieux nain stupide qui pleurait à la vue d’un marteau placé la tête la première sur un piédestal qui brillait de la chaleur.

J’avais essuyé mes larmes avec ma paume et j’avais remarqué l’inscription gravée dans le socle.

Dans les bols d’Unamir,

Les flammes d’Urugudu attisent les métaux de Namibai.

Ils sont les os des nains et seront à jamais tempérés

Par le marteau d’Umidaba

Seul le nain qui connaît la vérité de la forge

Peut le porter.

Seul le nain qui sait pourquoi les forgerons

Ont besoin d’avoir d’innombrables têtes et membres

Pourra ramasser le marteau d’Umidaba

Malheur au nain avide et haineux

Car il sera frappé par la lame forgée par Umidaba !

En lisant ces lignes, j’avais ressenti comme un grand sentiment de crainte surgi du creux de mon ventre. Il ne s’agissait pas de simples lignes tracées sur cet ancien piédestal par un nain saoul, mais bien de paroles de sagesse de la part des plus grands qui avaient déposé le marteau ici.

Comme j’étais malheureux de ne pouvoir les écrire sur un bout de papier, j’avais donc fait de mon mieux pour les mémoriser sur le champ, juste au cas où j’échouerais à cet examen et partirais les mains vides.

Les quatre premières lignes décrivent le marteau d’Umidaba. Hm… les métaux de Namibai. Serait-ce les minerais de Zaradin et de Celestium ? Les deux dernières lignes sont sans aucun doute un avertissement demandant à ceux qui ont le cœur pur de tenter de le ramasser. Hm… alors les autres doivent être les conditions. Pensai-je en me frottant la barbe.

Tandis que j’étais concentré sur ces mots, Sire Kataryna s’était approchée et m’avait frappé à l’arrière de la tête, me faisant perdre à nouveau mon équilibre.

En plissant le front et frottant le point sensible, je me retournai vers la dragonne. Elle souffla puis désigna Sire Seryanna. Elle ne pouvait plus tenir longtemps. Utiliser autant d’énergie magique n’était pas une tâche facile, même pour elle.

J’avais incliné la tête avec compréhension vers Sire Kataryna, puis j’avais regardé le marteau.

Meh, ça ne me fera pas mal si je tente au moins, pensai-je avant de saisir le manche du marteau.

Les conditions pour le récupérer m’étaient revenues sous forme de questions. C’était comme si un étranger parlait dans mon esprit, mais c’était probablement juste mon imagination. Comme le vieil imbécile que j’étais, je leur avais répondu honnêtement.

À la première condition, j’avais répondu que la vérité de la forge était simple dans sa nature. Nous, forgerons, fabriquions les lames et les armures à la demande des guerriers qui les brandissaient, mais dans notre cœur, nous ne nous tiendrions jamais pour responsables de la manière dont elles étaient utilisées. Ce n’est pas l’arme qui a fabriqué le nain, mais le nain qui a fabriqué l’arme.

À la deuxième condition, j’avais répondu que je n’avais jamais entendu parler d’un nain ayant subi une telle mutation, mais peut-être que cela faisait référence à tous ceux qui travaillaient ensemble et parfois même s’entraidaient afin de créer le meilleur des objets. Après tout, aucun nain n’était une armée composée d’un seul homme. Nous avions des apprentis, des mineurs, des fonderies, des fournisseurs, des acheteurs et des vendeurs, nous devions compter sur d’innombrables autres personnes pour fabriquer une seule lame.

Et puis, quand j’avais essayé de le soulever, le marteau était aussi léger qu’une plume. Il avait brillé une fois dans une lumière blanche et brillante, puis était revenu à la normale.

Cela m’avait surpris, mais je n’avais pas eu le temps de profiter de la joie et de la gloire d’avoir obtenu le légendaire Marteau de Umidaba. Sire Kataryna m’avait attrapé par le cou et les deux dragonnes s’étaient précipitées hors de là.

Cette vue aurait semblé plus fantastique, plus mythique si ce n’était pour ce nain barbu pendu comme un lionceau impuissant. J’avais l’impression que ma dignité de nain avait été réduite à néant.

Mais… mais je suis assez grand pour courir tout seul… Je ne vais pas trébucher… Je le promets…, pensai-je en regardant la lave qui coulait devant moi avec des yeux de poisson morts.

Après tout cela, pas même le danger imminent d’être brûlé vif ne pouvait m’atteindre.

Il nous avait fallu plus d’une demi-heure pour atteindre le marteau, mais nous étions sortis en l’espace d’une minute. Il devait être beaucoup plus facile de suivre le flux de la lave que de s’y opposer.

La première bouffée d’air frais que j’avais prise m’avait donné l’impression que c’était la meilleure de toute ma vie ! Qui savait que respirer sans l’aide des feuilles de Rudamera était si agréable ? Qui avait su qu’être capable de garder les yeux complètement ouverts était si merveilleux ? Qui savait que cela pouvait être si délicieux d’être à l’air libre ?

« Ah ! C’est tellement bon d’être à l’extérieur ! » Dis-je avec des larmes au coin des yeux.

« Tu es un nain idiot, tu as failli nous faire tuer…, » déclara Sire Kataryna alors qu’elle reprenait son souffle.

« Oui… Huff! Comment ... Huff! Combien de fois ... Huff! Penses-tu que tu t’es presque égaré sur le mauvais chemin ?! » Répliqua Sire Seryanna en parlant entre ses halètements.

« Ou combien de fois t’es-tu arrêté pour regarder à l’horizon comme si tu voyais quelque chose d’absolument fascinant dans la lave ?! » Répliqua Sire Kataryna.

« Hein ? Mais je ne me souviens d’aucune de ces choses qui se soient passées. Cela n’a pas pris plus d’une demi-heure, n’est-ce pas ? » avais-je demandé en me grattant l’arrière de la tête.

« Une demi-heure ?! » M’avaient-elles toutes deux crié en même temps.

« Hein ? » J’étais un peu confus.

« TROIS heures ! » cria Sire Kataryna.

« Euh… Êtes-vous sûre que la lave n’a pas atteint votre notion du temps ? » Demandai-je en fronçant les sourcils.

J’étais peut-être vieux, mais je n’étais certainement pas du genre à perdre mes repères ou mon temps.

« Non ! J’en suis sûre ! » Répondit Sire Seryanna.

« Hm, alors je n’ai pas la moindre idée de ce qui aurait pu se passer là-bas. Ce qui est bien, c’est que nous avons réussi à ramener le marteau d’Umidaba ! » Dis-je avec un sourire en leur montrant le butin.

« Oui. En parlant de cela, pourquoi l’as-tu regardé pendant une heure ? » Demanda Sire Kataryna.

« Hein ? Milady, je vous demande pardon, mais pour moi, ça ne m’a pris que quelques minutes. Tout ce voyage semblait avoir duré au mieux une demi-heure. Je me souviens même quand vous m’avez frappé à deux reprises à l’arrière de la tête. » Je hochai la tête et leur montrai que j’avais assez confiance en mes propres connaissances.

« Deux fois ? » Sire Kataryna leva un sourcil en me regardant. « 27 fois. J’ai compté. »

« Hein ? » Je clignai des yeux surpris.

« Et trente gifles, quatre coups de queue et un coup au tibia. » Sire Seryanna hocha la tête.

Maintenant, cela explique pourquoi mes joues me piquent et mon tibia me fait mal. Je pensais que c’était juste le froid mordant dehors pour être blâmé. J’avais pensé cela.

« Soupir… si tu ne te souviens vraiment pas d’avoir passé trois heures avec nous, alors peut-être l’endroit a-t-il été enchanté par un charme puissant pour empêcher les nains inconnus d’entrer. Nous sommes des dragonnes, alors peut-être que le sort n’a pas marché sur nous ? » Dit Sire Seryanna.

« Ou peut-être que c’était grâce aux armures. Qui sait quel genre d’enchantement Alkelios leur a jeté ? » Dis Sire Kataryna avec un doux sourire alors qu’elle regardait son gant.

Quel genre de forgeron étonnant pourrait être cet Alkelios ? Maintenant, je veux le rencontrer encore plus ! J’avais réfléchi puis j’avais regardé le marteau d’Umidaba, que je tenais dans mes mains. « Avec cela, nous pouvons peut-être vraiment commencer à restaurer le pouvoir de l’ancien empire Trindania. Maintenant, ni la peur des étrangers ni la corruption de nos dirigeants ne nous feront obstacle. »

La puissance de cet artefact magique dépassait tout ce que j’avais imaginé, mais je ne pouvais même pas me voir créer quelque chose d’aussi complexe et incroyablement beau que les armures et les armes de ces deux dragonnes. Comparer mon propre travail à celui de ce mystérieux Alkelios n’était pas différent de la comparaison entre une épée en cuivre et une épée en zaradin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire