100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 132 – Partie 2

***

Chapitre 132 : Bataille injuste ? Pour qui ?

Partie 2

« Avant de venir dans ce monde misérable, j’étais membre de la Triade. Tu en as entendu parler, n’est-ce pas ? À l’époque et même maintenant, penses-tu que j’aurais quelque chose contre le fait de tuer un punk chétif comme toi ? » il sourit et essaya de paraître intimidant devant moi.

« Hum ? » Je plissai les yeux vers lui. « Il semble que vous vous méprenez sur quelque chose, monsieur l’ancien membre de la Triade. Vous n’êtes ni sur Terre ni dans votre ancienne bande de copains de jeux. Vous êtes dans un autre monde, et ici, toutes les règles et lois que vous connaissiez ont changé. Je suis surpris que vous ne vous soyez pas encore adapté à ce monde et que vous pensiez toujours que quelqu’un serait effrayé ou impressionné par le fait que vous étiez autrefois un gangster. Si vous m’aviez dit que vous aviez vaincu une armée d’Éveillé, tué une sorte de monstres mythiques ou combattu corps à corps contre un dieu de la mort, alors peut-être, juste peut-être, j’aurais été légèrement impressionné. Mais… la Triade ? Et après ? Votre ami faisait-il partie des Yakuza et l’autre des Bratva ? » J’avais éclaté de rire.

« Qu’est ce qu’il y a de si drôle ? » Zeberan n’était pas amusé.

« Votre croyance idiote que j’aurais peur de vous juste parce que vous avez mentionné la Triade. Comme si je n’avais pas de sang sur les mains. » J’avais dit ça en baissant les yeux et en serrant les poings avant de me retourner vers lui « Alors, je dois supposer que c’est vous qui êtes derrière cette tentative d’enlèvement ? » avais-je demandé.

« Enlèvement ? Qu’est-ce que tu racontes ? » Zeberan fronça les sourcils, mais à en juger par sa réaction, il semblait qu’il n’était au courant de rien.

« Oh, j’ai entendu parler d’une bagarre qui s’est produite la nuit dernière. Les assaillants se sont enfuis et ceux qui ont été retrouvés morts faisaient partie de l’entourage de l’un des candidats ici. Je crois que c’est cet homme qui s’est battu contre ce type, Coshun ? » dit son ami samouraï en inclinant son chapeau de paille.

« Hm, je me pose des questions à ce sujet. » À ce stade, cela n’avait plus vraiment d’importance, mais cela aurait également été bien de résoudre ce mystère.

« Assez de bavardages ! On dirait que les paroles de ma fille n’étaient que des mensonges à la fin ! » déclara le roi.

« Que voulez-vous dire par mensonges, père ? Je voulais seulement voir ma mère, et j’ai prouvé mon innocence par le procès que vous avez déclaré ! Alkelios a gagné, maintenant s’il vous plaît, père, laissez-moi partir, je… Je ne veux pas que cette folie continue comme ça. Je veux voir maman… S’il vous plaît. » Ildea le supplia les larmes aux yeux.

Les soldats près de sa cage voulaient s’approcher pour l’attraper, mais Coshun les avait juste fait reculer avec un seul regard. Qui était assez fou pour affronter un dragon comme lui de toute façon ?

« Vous l’avez fait ! Toi et ta misérable mère qui avez osé faire le tour de mon dos et coucher avec tout le monde au château, à la ville et à la campagne ! Je sais cela ! Je l’ai entendu ! Je l’ai vu ! » déclara-t-il avec une folie absolue dans les yeux.

« Quoi ? Mère ne ferait jamais ça, père ! Elle vous aime ! » déclara Ildea.

« MENSONGES ! Tant de mensonges… même ma propre fille s’est retournée contre moi ! Elle s’est alliée aux Draconiens et veut maintenant s’emparer de mon royaume ! Je ne le permettrai pas ! JE NE VOUS LAISSERAI PAS FAIRE ! » lui cria-t-il.

« Quelque chose ne va vraiment pas avec cet homme… » dis-je en regardant la façon dont il se comportait.

Quand j’avais jeté un coup d’œil au public, j’avais remarqué que certains des nobles et la plupart des gens étaient en fait habitués à voir ce genre de comportement de la part du roi, ce qui signifiait que lors de ses apparitions publiques, il montrait son côté fou. Il y avait ceux, cependant, qui ne croyaient pas ce qu’ils entendaient et semblaient bouleversés par ses paroles. Les trois Éveillés qui avaient été envoyés pour m’affronter étaient sans aucun doute conscients de ce problème également, mais je ne pouvais pas comprendre pourquoi personne n’avait encore rien fait à ce sujet, à moins que…

« Êtes-vous les… Héros humains éveillés d’Akutan ? » Je l’avais demandé aux trois individus.

C’était une supposition sauvage, mais après avoir entendu tant de choses sur les changements qui avaient eu lieu sur ce continent, en particulier sur la façon dont Drumora et Amadeus avaient été chassés de leur propre Empire, j’avais commencé à soupçonner que tout cela pourrait être plus grand que moi.

« Oh ? Tu n’es pas aussi bête que tu en as l’air ! » celui qui parlait était l’homme à l’épée à deux mains.

« En effet, nous faisons partie des forces d’Akutan, mais nous sommes venus ici dans le cadre d’une mission diplomatique qui nous a été confiée par l’ambassadeur d’Akutan Askarius Leden. Ainsi, techniquement, nous défendons actuellement non seulement les intérêts d’Akutan, mais aussi ceux des Dix Épées. » Expliqua le samouraï.

« En d’autres termes, nous sommes juste là pour nous assurer que le roi est en sécurité et qu’aucun d’entre eux, terroriste ou rebelle, n’ose intervenir ! » déclara Zeberan avec un sourire narquois.

« Donc, je suis maintenant étiqueté comme un terroriste et un rebelle, c’est ça ? » lui demandai-je en plissant les sourcils.

« Eh bien, tu es avec la princesse et elle se tient contre le roi, alors oui, tu en es un. » Zeberan éclata de rire.

« La princesse Ildea ne se dresse pas contre le roi, elle ne l’a jamais fait ! » avais-je réprimandé.

« Eh bien, c’est ta parole, une personne, contre le roi et même la nôtre, alors à ton avis, qui l’histoire favorisera aujourd’hui ? » demanda le samouraï.

« Vous savez, il y a un dicton sur Terre… » dis-je en levant les yeux vers le roi qui criait apparemment quelque chose aux gardes à l’intérieur.

« APPORTEZ-LA-MOI MAINTENANT ! »

« Oh ? Qu’est-ce que ça dit ? » dit le samouraï.

« Ne comptez pas vos poussins avant qu’ils ne soient éclos. »

« Hmph ! Il semble que tu aies encore plus à dire sur le sujet, mais écoute-moi maintenant, novice ! Nous avons vu tes batailles plus tôt, et nous avons maintenant une estimation approximative de ta force. Bien que tu puisses combattre l’un de nous seul, tous les trois seront plus que ce que tu ne peux gérer. Alors, voici mon offre ! Mets-toi à genoux, incline la tête, implore le pardon et nous te laisserons rejoindre notre côté ! » déclara le samouraï.

« C’est une bonne affaire, mon garçon ! Cela vaut bien plus que de rester aux côtés de cette femme morte, de toute façon ! » dit Zeberan avec un sourire narquois.

« Femme morte ? » avais-je demandé en haussant les sourcils.

« La princesse, il parle de la princesse, idiot ! Penses-tu vraiment que le roi la laissera partir après ce qui s’est passé aujourd’hui ? Il a compté les jours jusqu’à ce qu’il l’attrape et la tue parce qu’il a peur qu’elle ne lui prenne le royaume, » déclara le gars avec la grosse épée en riant.

« Mais, techniquement, elle est la princesse. N’est-elle pas censée être la prochaine reine une fois qu’elle se marie  ? » Avais-je demandé en haussant les sourcils.

« Comme si le roi s’en souciait ! » il s’était moqué de ce que je disais. « Tu sais ? C’est ce genre de situation. »

En d’autres termes, il y avait des accords conclus avec Sa Majesté, aucune chance de revenir à la normale. L’homme était devenu fou et maintenant il visait à achever ses propres enfants parce qu’il craignait quelque chose d’absolument absurde. Je ne pouvais même pas commencer à imaginer ce qui se passait dans sa tête, mais en levant les yeux, j’ai vu quelque chose d’étrange.

Le roi disparut un instant et lorsqu’il revint, il y avait une femme à ses côtés. La robe qu’elle portait semblait vieille et sale. Ses cheveux blonds avaient des pointes fourchues et n’avaient pas été lavés pendant des jours. Ses bras étaient maigres comme si elle n’avait rien mangé depuis des semaines, et son expression était déformée par la douleur de la façon dont le roi la tenait.

Ses yeux verts profonds conservaient toujours l’énergie d’une noble, mais sans cela, j’aurais pensé qu’elle n’était rien de plus qu’une femme de chambre ordinaire ou peut-être un criminel qui avait été amené ici directement des cachots.

Pendant un instant, tout le monde le regarda d’un air confus, moi y compris, mais ensuite…

« Mère ! » Ildea cria, et nous savions tous qu’il n’y avait qu’une seule personne que la princesse du royaume des dix épées appellerait comme ça.

« Reine Verminda Kor… » dis-je dans un murmure en levant les yeux vers une femme qui était censée posséder toutes les richesses de ce pays.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre. Folie causé par la capacité d'un des trois terriens ?

Laisser un commentaire