100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 132 – Partie 1

***

Chapitre 132 : Bataille injuste ? Pour qui ?

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

Une bataille contre des centaines de chevaliers, le meilleur du meilleur que le royaume des Dix Épées avait à offrir, et je devais les combattre à mains nues sans porter d’armure à l’exception d’un caleçon. Alors que je me déshabillais et que je laissais mon armure au bord de l’arène, le public pariait sur la vitesse à laquelle j’allais tomber sous l’épée d’un chevalier.

Des tribunes, mes compagnons me regardaient avec inquiétude, tandis qu’Ildea, qui était enfermée comme un oiseau en cage, tenait ses mains sur sa poitrine et priait pour que j’en ressorte vivant. Il y avait beaucoup de choses que j’avais à objecter à propos de ce combat injuste, beaucoup de choses que je voulais souligner, mais il ne s’agissait pas de savoir à quel point c’était juste, mais plutôt de savoir si j’avais le courage et la force de me battre aux conditions du roi.

Ce n’était pas un test de force, une bataille pour l’honneur ou quelque chose comme ça, non, c’était une exécution et tout le monde dans le public le savait. Les nobles qui étaient du côté de la reine ne pouvaient pas accepter cette parodie comme quelque chose de noble, mais ils ne pouvaient pas non plus exprimer leur opinion. Ils étaient tenus à distance par la pointe des épées des hommes qui devaient les protéger.

Cette démonstration de puissance tordue, cette arrogance qui semblait s’étendre jusqu’au ciel… J’allais l’écraser.

Une fois que je n’avais eu que mes sous-vêtements, j’étais revenu sur le ring, où les chevaliers arrogants m’avaient entouré avec des épées dégainées.

« J’ai vu vos batailles précédentes, Alkelios Yatagai. Vous êtes fort, je vais vous donner ça, mais malheureusement pour vous, mes chevaliers sont plus forts ! Attaquez ! » il avait donné l’ordre.

Des centaines d’hommes avaient crié en même temps « Pour les Dix Épées ! » puis s’étaient précipités sur moi.

Peu importait qu’ils soient tous bien en dessous de mon niveau de force et de vitesse ou qu’ils ne puissent même pas tenir la chandelle de mes capacités, ce qui comptait était que si je les sous-estimais, dans un moment de malchance, je pouvais me trouver à respirer par un trou supplémentaire dans ma poitrine.

Depuis que j’avais été vaincu par Draejan, je n’arrêtais pas de me rappeler que pendant une bataille, je ne devrais JAMAIS baisser la garde même une fraction de seconde. Être trop confiant et me fier à mes propres capacités était également une mauvaise chose. Je devais utiliser mes compétences et ma puissance au maximum de mon potentiel, puis les renvoyer avec stratégie, travail d’équipe et synergie.

Ainsi, lorsque la première lame était sur le point de m’atteindre, j’avais déjà utilisé mes compétences pour les arts martiaux de combat rapproché :

[Le hamster spartiate] [Niveau 5] : Une capacité passive qui confère une aura défensive à l’individu. 40 % de tout type de dommage physique est amorti. 40 % de tout type d’attaque magique est absorbé et transformé en valeur équivalente en énergie magique.

[Avancement I] : ajoute une capacité active qui augmente temporairement toutes les défenses à 80 % au prix de 100 points d’énergie magique par minute. Chant : Je suis le hamster spartiate !

Il n’y avait pas besoin d’activer la capacité d’avancement lorsque j’avais les techniques que m’accordait mon autre compétence :

[Grand-mère Fu] [Niveau 6 — Praticien] : Capacité passive qui accorde au héros les connaissances nécessaires pour exécuter un art martial spécial au corps à corps qui ne peut être utilisé que par les espèces avec une queue. Cette compétence peut être améliorée en l’utilisant au combat ou en s’entraînant.

Alors que la plupart des techniques utilisées avec celui-ci exigeaient que je sois sous ma forme de demi-bête et que j’utilise ma queue, cela ne signifiait pas qu’elles étaient impossibles à utiliser sous ma forme humaine. L’inconvénient était que peu importe combien de temps je les pratiquais comme ça, le niveau n’allait pas augmenter.

Ces deux compétences, associées à mes statistiques naturelles excessives, renforcées par les statistiques de mes amis grâce à la compétence Dompteur de dragon, avaient fait en sorte que seule une pure négligence pouvait me blesser gravement ou me tuer.

Contre le premier Chevalier qui m’avait attaqué, j’avais légèrement déplacé mon corps juste pour que la pointe de son épée m’évite, puis j’avais poussé sa main sur le côté, faisant entrer sa lame en collision avec celle qui était la plus proche. J’avais reculé et j’avais évité une attaque venant de mon côté droit, l’épée du chevalier debout derrière moi m’aurait transpercé dans le dos si je ne m’étais pas tordu le corps puis j’avais enfoncé mon poing dans son visage, l’envoyant voler en arrière dans une bande de ses amis.

C’est ainsi que la danse des lames commença, et je devais profiter de toutes les occasions que j’avais pour repousser et attaquer ces chevaliers, au moins je souhaitais qu’ils laissent une marque sur mon corps. Même ainsi, je n’étais pas dupe quant à m’en tenir qu’au combat au corps à corps. Dès que je voyais une opportunité, je déclenché des boules de feu, des faux de vent, des pics de glace et des balles de pierre sur eux. Leurs cris d’agonie et de terreur avaient rempli l’arène et bientôt les acclamations du public s’étaient estompées.

À chaque coup de poing, à chaque épée détournée et à chaque sort jeté, je me rapprochais de ma victoire, et les malheureux Chevaliers devenaient de plus en plus douteux quant à leur victoire « certaine ». Quand j’avais vaincu mon 300e adversaire, il n’y avait plus personne qui criait « Pour les Dix Épées ! » et au lieu de cela, ils avaient tous reculé de peur, me laissant de l’espace et montrant au monde entier que je n’étais pas quelqu’un avec qui se moquer.

« Mes coups de poing sont sanglants, mais mon corps n’est pas douloureux. Je peux continuer même si vous étiez des milliers ! » leur avais-je crié.

Les chevaliers tressaillirent et reculèrent d’un pas.

À quel point cette scène était-elle ridicule ? Les hommes courageux qui avaient juré de protéger ce royaume de leur vie, tout en portant une armure complète et des épées tranchantes, avaient été contraints de s’éloigner d’un homme ne portant qu’un caleçon.

« Vous vous battrez jusqu’au dernier d’entre vous ou vous serez le prochain qui se tiendra au milieu de cette arène ! » cria le roi, furieux de la lâcheté de ses chevaliers.

Personnellement, je ne pouvais pas leur reprocher d’avoir peur. Ils avaient lutté si fort pour m’atteindre avec leurs épées, mais en vain. Tous ceux qui s’avançaient étaient maintenant étendus sur le sol, inconscient ou gémissant de douleur. Je ne les avais pas tués, mais je n’avais pas été miséricordieux non plus. Les épées qui visaient mon corps avaient blessé leurs amis ou avaient été jetées sur le côté, tandis que les mains qui tentaient de m’attraper étaient brisées à plusieurs endroits.

Pourtant, ils craignaient plus la colère du Roi que mes poings. Au moins, s’ils montraient leur puissance maintenant, ils pourraient quand même garder leur vie et peut-être même leur emploi, cependant, s’ils osaient fuir, ils finiraient par tout perdre. Ainsi, ils n’avaient pas d’autre choix que de se précipiter et d’espérer une victoire miraculeuse ou une défaite rapide et indolore.

Si seulement ils savaient qu’ils ne pouvaient même pas tenir la chandelle à certains des chevaliers d’Albeyater. Ce que je faisais ici ne pouvait être considéré que comme un jeu d’enfant. Je n’avais même pas utilisé la moitié de ma force et de ma vitesse pour les submerger, alors qu’ils avaient tout donné.

Finalement, le dernier chevalier était tombé au milieu du ring, ses épées tombant au sol après avoir reçu un poing droit dans le ventre. Ce n’était pour moi qu’un simple coup, mais il avait dû le sentir comme si un camion l’avait percuté.

Alors que j’essuyais le sang de mes mains sur la chemise de l’un des chevaliers tombés au combat, j’avais vu que le personnel du Colisée avait déjà du mal à stocker les victimes, tandis que les guérisseurs ne savaient même pas par où commencer, car beaucoup nécessitaient de l’attention. La bonne nouvelle pour eux était que la plupart d’entre eux étaient inconscients et donc incapables de crier des ordres ou de pleurer de douleur.

Pendant que je me battais, cependant, Coshun et les autres n’étaient pas restés tranquilles. Le dragon n’était en aucun cas impatient et regarda Ildea suspendue pour que le monde le voie comme un criminel ordinaire. Il s’était dirigé vers sa cage et avait renversé tous les soldats qui la gardaient, cependant, il s’était arrêté avant de l’ouvrir. Ildea avait dû lui dire quelque chose, peut-être croyait-elle que s’il allait trop loin, le roi ferait quelque chose de déraisonnable.

Quant à Kalderan, il avait rejoint Coshun pour éliminer les gardes près d’eux, juste pour être du bon côté. Avec autant de soldats qui rôdaient et remplissaient le Colisée, il était peu probable qu’ils les battent tous, mais maintenant ils avaient au moins un peu de répit.

En levant les yeux vers la tribune du roi, je pouvais le voir exploser de colère.

« Tu as gagné. » dit-il, mais sa voix était si faible que seule une personne ayant une audition améliorée pouvait la capter.

« C’est ce qu’il semblerait, Votre Majesté ! » lui dis-je en écartant les bras comme pour montrer ma victoire d’un seul homme contre une armée.

« TU OSES TE MOQUER DE MOI ? » m’avait-il crié.

« Se moquer de vous, Votre Majesté ? » J’avais plissé les sourcils.

« Vous trois, entrez dans l’arène, MAINTENANT ! » ordonna-t-il avec colère.

À ce moment-là, ceux qui obéissaient à son ordre étaient Zeberan Brutus et deux autres hommes, que je n’avais jamais vus auparavant. L’un d’eux portait une grosse épée à deux mains sur son dos, tandis que l’autre semblait brandir un katana et me rappelait un samouraï. Ils ne semblaient pas impressionnés par ma victoire contre les chevaliers, et le roi ne les aurait pas appelés à moins qu’ils n’aient été plus forts qu’eux.

Si ma supposition était juste et qu’ils étaient presque aussi puissants que Zeberan, alors ces trois-là étaient tous des éveillés.

« Et là, je pensais que j’allais affronter Sibesta après qu’elle t’ait botté le cul. » Je souris en regardant le paladin.

Il avait froncé les sourcils vers moi et s’était ensuite moqué de moi. « Garçon, tu n’as aucune idée de qui tu te moques, n’est-ce pas ? »

« Éclaire-moi. » J’avais haussé les épaules.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Les hôpitaux de la capitale sont saturés sans même le Covid après cela 😁

Laisser un commentaire