100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 124 – Partie 2

***

Chapitre 124 : Arrivé à la capitale du royaume des Dix Épées

Partie 2

***Point de vue d’Alkelios***

La capitale des dix épées étendait sa majestuosité devant nous, mais plutôt que de me sentir impressionné, je me sentais repoussé.

Sur les murs, suspendus par le cou, se trouvaient d’innombrables cadavres humains, presque comme si une exécution massive venait de se produire ou qu’un ennemi prenait le contrôle de la capitale et affichait les anciens dirigeants pour démoraliser ses habitants. C’était déplaisant, mais parmi eux, il y en avait quelques-uns qu’Ildea reconnut au premier coup d’œil.

« Ce sont les femmes de chambre de ma mère… et c’est… le cuisinier, le jardinier… Que leur est-il arrivé ? Pourquoi ces bons hommes et ces femmes… ? Ils… S’il vous plaît, dieux, ne laissez pas ma mère être parmi eux ! » cria-t-elle en déplaçant son regard sur tous les corps accrochés aux murs.

Nous avions attendu patiemment qu’elle ait fini et nous l’avions vue laisser échapper un soupir de soulagement.

« Elle n’est pas là, n’est-ce pas ? » demanda Drumora en posant sa main sur son épaule.

« Non… Merci aux dieux. » Répondit-elle avec un faible sourire, mais des larmes de tristesse coulaient encore sur ses joues. « Pourtant, pourquoi ont-ils été pendus comme des traîtres ? Une mort si honteuse… à quoi pensait mon père ? » Demanda-t-elle.

« Probablement pas quelque chose de sain d’esprit. » Dis-je en haussant les épaules et en regardant autour de moi. Il y avait des voyageurs qui regardaient notre groupe par curiosité « Nous devrions bouger, nous nous démarquons trop, » avais-je fait remarquer.

« Ouais, les capes noires à capuchon qui couvrent tout le corps et les masques pour couvrir les visages ne ressortent pas du tout… » commenta Kalderan, tellement optimiste.

« Eh bien, c’est mieux que d’entrer dans la ville et de découvrir que nous sommes des hommes recherchés. » Coshun intervint en se retournant vers des aventuriers qui se chuchotaient en regardant notre chemin.

« Ugh… Tamara n’aime pas les capes étouffantes ! » grogna le Nekatar, mais elle garda sa capuche baissée.

« C’est mieux que ce que nous avions en fuyant Akutan. » Amadeus avait en quelque sorte fait son compliment.

« C’est vrai, elles sont meilleures que des capes ordinaires, les autres sont probablement juste envieux de notre équipement. Nous devrions bouger. Si nous réussissons à franchir les portes, nous serons en sécurité, » déclara Risha en les désignant.

Pour un déguisement de dernière minute, je devais admettre que j’avais assez bien fait. Il n’y avait pas non plus beaucoup de matériel sous la main, mais les masques étaient enchantés par un peu de ma magie qui aidait à réduire la perception quand ils nous regardaient. Seul quelqu’un avec des statistiques relativement élevées pourrait percer cette petite illusion.

La raison pour laquelle je m’étais soudainement arrêté pour faire ces déguisements était que j’avais remarqué avant tout le monde ici le spectacle horrible qui devait nous accueillir dans cette ville. Cela signifiait que quelque chose de désagréable venait de se passer à l’intérieur de la capitale, même si je ne pensais même pas une seule seconde que toutes ces personnes étaient des personnes proches de la reine. Si Ildea ne l’avait pas mentionné, je ne l’aurais peut-être jamais su.

Grâce au fait qu’un tournoi allait bientôt être organisé, les gardes s’attendaient à voir beaucoup d’individus étranges essayer d’entrer. Même avec notre étrange tenue, nous pouvions nous fondre avec d’autres candidats et déclarer que « en raison de notre croyance religieuse, nous considérons enlever nos masques comme une offense envers les dieux » ou quelque chose comme ça. Si les masques échouaient, Kalderan prévoyait de se démasquer et de montrer sa carte d’identification de la guilde des aventuriers.

Celles que nous ne voulions pas qu’ils vérifient à tout prix étaient Ildea, Amadeus, Drumora et Coshun. Alors que je pouvais provoquer l’excuse d’un esclave avec Coshun, les trois autres étaient un peu difficiles à présenter comme des gens normaux, après tout, une fois qu’ils auraient lavé la saleté et la crasse de leur visage, leur beauté naturelle serait révélée, et c’était assez puissant pour hypnotiser la plupart des gens.

Ainsi, nous avions fait la queue et avions attendu notre tour pour entrer dans la ville. Kalderan avait parlé pour nous, pendant ce temps j’avais prié pour avoir de la chance.

Mes souhaits avaient été exaucés et nous avions été autorisés à entrer dans la ville sans trop d’histoires. Ils n’avaient même pas pris la peine de nous demander d’enlever nos masques. Une fois que nous avions mentionné que c’était pour une raison religieuse, ils avaient conclu d’eux-mêmes que nous faisions partie d’un culte reclus.

Au début, je pensais que c’était parce que nous avions de la chance, mais apparemment, le garde était juste corrompu. Ils avaient demandé une pièce d’or pour détourner le regard. Bien sûr, nous avions payé. Puis, quand j’avais regardé en arrière, j’avais vu qu’ils faisaient de même avec d’autres groupes suspects.

« La sécurité dans cet endroit est ridicule… » avais-je fait remarquer.

« C’est une bonne chose aussi… regardez. » Kalderan désigna le mur.

Quand j’avais regardé là-bas, j’avais vu les affiches de personnes recherchées. Ils demandaient la capture morte ou vivante de l’ancienne princesse Ildeanussi Vermida Kor. Le portrait était très bien fait, ce qui rendait difficile de la confondre avec quelqu’un d’autre.

« C’est… ridicule… » dit Coshun.

« Morte ou vivante… pour sa propre fille. » Risha eut le souffle coupé, mais la personne en question, Ildea, resta silencieuse.

En marchant vers l’affiche, je l’avais ramassée et l’avais regardée attentivement.

« Est-ce que 10 000 pièces d’or sont beaucoup ou pas assez ? » Avais-je demandé en regardant Kalderan.

« C’est considéré comme une fortune pour tout le monde… même les nobles. »

« Alors… c’est… vraiment ridicule. » J’avais hoché la tête, puis j’avais émietté l’affiche avant de la jeter dans un tas d’ordures à proximité. « Allons nous inscrire à ce tournoi, puis trouvons une chambre dans une bonne auberge. Nous devons nous reposer et réfléchir à notre prochaine action, » leur avais-je dit.

« D’accord. » Coshun hocha la tête.

« Qui va y participe ? » Demanda Kalderan.

« Moi. Coshun et toi remplirez les nombres. Risha, tu resteras avec les autres en tant que garde. » avais-je répondu.

« J’avais prévu de faire ça depuis le début, en plus, je ne suis pas aussi puissante que n’importe lequel d’entre vous… Honnêtement, j’ai pitié du pauvre bâtard qui essaiera de combattre n’importe lequel d’entre vous sur le ring. » Risha commenta puis haussa les épaules.

« C’est parce que tu n’as pas suffisamment entraîné tes muscles ! Quand nous en aurons l’occasion, je transformerai tes bras en forme de brindille en véritables bras de dragon ! » Coshun rit en lui tapotant le dos.

« Bras volumineux couverts de muscles, non merci ! En plus, je suis une femme ! » lui répliqua-t-elle.

« On devrait y aller… » Ildea parla d’une voix douce en se détournant des affiches et en regardant la route goudronnée devant nous.

Je n’avais pas besoin de lui demander si elle allait bien, il était clair même pour un idiot comme moi qu’elle était toujours secouée par ce qu’elle avait vu dehors il y a quelques instants et si cela ne suffisait pas, apprendre que ton propre père la chassait comme un criminel ordinaire était un coup dont elle n’avait vraiment pas besoin pour le moment.

Nous nous étions dirigés vers le Colisée où le tournoi devait avoir lieu. Malgré le fait qu’ils avaient annoncé ce concours partout, il n’y avait pas beaucoup de gens qui essayaient de se faire une place dans le concours. Au contraire, la billetterie était celle qui avait du mal à gérer le nombre d’acheteurs.

L’enregistrement était assez facile. Dix pièces d’argent. On nous avait donné un jeton qui nous permettrait, à nous et à nos invités, un passage gratuit à l’intérieur du Colisée par la porte des participants. Eh bien, nous avions payé cinq pièces d’argent supplémentaires parce qu’il y avait trop d’invités à leur avis, mais cela ne nous avait pas dérangés.

Une fois cela fait, nous avions trouvé une auberge tranquille à environ dix minutes à pied du Colisée et avions réservé deux chambres, une pour les hommes et une pour les femmes. Je pensais mettre Coshun et Ildea dans la même pièce pour les aider dans leur romance naissante, mais cela l’aurait été trop, surtout compte tenu des circonstances actuelles. La pauvre fille n’avait pas besoin de cette maladresse supplémentaire maintenant qu’elle savait que son père essayait de la ramener morte ou vivante.

Nous nous étions endormis avec des pensées assez compliquées, mais nous étions enfin là, dans la capitale des dix épées. C’était notre dernier arrêt et après demain, peut-être pourrions-nous enfin commencer à comprendre ce qui se passait dans ce pays. Il y avait cette étrange entité effrayante qui avait anéanti toute l’armée d’invasion, il y avait le truc avec la folie du roi, et probablement aussi un tas d’autres problèmes.

Tout semble tellement compliqué… Est-ce trop demander de revenir du côté de ma femme ? Elle me manque tellement… J’avais pensé cela et puis, juste avant de m’endormir, je lui avais envoyé un nouveau ping pour lui faire savoir que j’étais bien vivant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. sa va être le bazar pour le tournoi prochainement

  3. En plus le dieu fou va sûrement se montrer vu qu'il doit être derrière la folie du roi

Laisser un commentaire