100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 123 – Partie 3

***

Chapitre 123 : Les complications avec les lois de l’Empire

Partie 3

Nous étions loin du royaume d’Albeyater, cependant, quand il s’agissait de cette potion, il y avait une chance que Sire Seryanna en sache quelque chose ou même ait les ingrédients manquants qui étaient nécessaires pour la fabriquer. Je me souvenais distinctement du fait que plusieurs alchimistes avaient reçu la recette au cas où un autre de nos éveillés serait dans la malheureuse situation où ils tomberaient malades de cette maladie.

La raison pour laquelle j’avais demandé ces contrats était assez simple. J’avais compris la situation difficile de l’impératrice, mais même si j’avais pitié d’elle, il n’y avait aucune garantie pour moi qu’une fois guérie, elle ne ferait pas simplement la sourde oreille et déciderait qu’un traité entre nous ne valait pas l’effort. Après tout, les lois qui devaient être modifiées pour que le libre-échange s’établisse entre nos nations étaient nombreuses et cela commençait par la plus simple consistant à permettre aux individus appartenant à une autre espèce d’acquérir la citoyenneté permanente et secondaire dans cette nation. Ensuite, il fallait les protéger des luttes politiques. Cela se faisait facilement en leur refusant le droit d’y participer à moins qu’ils ne veuillent renoncer à tout ce qu’ils avaient accompli en tant que marchands.

Enfin, il y avait les lois qui permettaient aux citoyens d’un autre royaume de commercer avec les citoyens de ce royaume et même de recevoir le droit de construire ou de financer des magasins sur le terrain de l’empire Anui'Yahna sans une taxe excessive qui autrement le rendrait sans valeur pour eux-mêmes pour tenter de démarrer une entreprise ici. Ce changement, en particulier, était assez difficile à réaliser non seulement à cause du traditionalisme enraciné des elfes, mais aussi, parce qu’il permettrait aux héros humains vivant actuellement ici de profiter de cette loi et de plonger leurs racines dans cette terre.

Maintenant, on pourrait penser que cette dernière loi était pratiquement nécessaire en ce qui concerne l’établissement d’un traité commercial, rendant ces premières modifications inutiles. On n’avait pas besoin d’appartenir à l’empire Anui'Yahna pour commencer à commercer avec, cependant, cette loi prévoyait une autre possibilité, aussi mince soit-elle, à savoir l’élimination de la discrimination et des préjugés au moins au niveau judiciaire. C’était au cas où des dragons et des elfes tomberaient amoureux l’un de l’autre et désireux de fonder une nouvelle famille. De cette façon, les citoyens ne seraient pas obligés de quitter leur patrie pour être avec leurs amoureux et cela encouragerait davantage l’interactivité entre nos deux espèces, ce qui en temps de conflit serait un élément crucial qui pourrait déterminer la vie et la mort de beaucoup.

Peut-être ai-je pensé trop loin à l’avance avec ces lois, mais il n’y a jamais de mal à être prudent. Les Relliars et les nains ne semblaient pas avoir de problème avec ce changement et l’avaient même encouragé à leur manière.

Selon ce qu’ils disent maintenant, nous pourrions avancer avec ce traité ou… nous pourrions nous arrêter ici. J’espère que ce n’est pas la dernière option. J’avais pensé cela dans mon cœur en attendant leur réponse.

La première à parler fut la princesse Ser’Ezire.

« Personnellement, je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée, et j’accepte de tout cœur un échange avec le peuple dragon, mais nous n’avons actuellement pas le pouvoir de vous promettre une telle chose. » Sa voix était triste et son regard baissé.

« L’Impératrice est la seule à pouvoir accepter ces changements… » continua le Premier Prince.

« Je m’en doutais. Alors, que diriez-vous de rédiger le projet des deux traités et de m’accorder ensuite une audience avec Sa Majesté dans les jours suivants ? » leur avais-je demandé.

« Ça… » Xardun semblait opposé, mais la princesse s’avança et avec un signe de tête déclara « Nous sommes d’accord ! Je vais tout de suite informer Mère et prendre du temps pour une audience officielle avec elle. »

« Ser’Ezire, tu es sûr de ça ? » Demanda Xardun, avec un peu d’inquiétude dans son regard.

« En ce moment, mon cher, la princesse Elleyzabelle est peut-être notre seul espoir… Même si les conditions demandées sont un peu trop, maman pourrait les accepter… Ou, est-ce que tu as peut-être peur qu’ils essaient quelque chose ? » lui avait-elle demandé.

Le héros humain s’était retourné vers moi, puis vers elle. La réponse à sa question était claire.

« À ton avis… ses chevaliers sont-ils forts ? » Demanda-t-elle en l’encourageant à lui révéler son inquiétude.

« Oui… D’après ce que votre bonne amie Alve'Yahna a dit, s’ils voulaient dévaster notre capitale, en l’absence de Starscryers, ils pourraient très bien le faire… Ses soldats ont vu comment elles s’entraînaient, transformant l’air en glace avant de le briser avec son épée, tandis que l’autre marchait tout en coupant l’air devant elle et en tuant des monstres avec une brutalité inégalée. Elle m’a dit que ses soldats étaient fortement démoralisés après les avoir vus abattre une vague de monstres corrompus comme s’ils n’étaient rien… et d’après ce que j’ai pu voir, leurs armes et armures rappellent les armures énergétiques des fictions de science-fiction de mon monde natal. Si elles le veulent, alors… » déclara-t-il et il s’arrêta en me regardant.

Maintenant, la princesse avait aussi l’air inquiète, mais avant que d’autres idées fausses et des soupçons étranges ne surgissent dans leur tête, j’avais décidé d’intervenir et de faire une déclaration.

« Prince Xardun, Princesse Ser’Ezire, permettez-moi de vous corriger sur les capacités de mes chevaliers. »

Ils avaient tourné leur attention vers moi et avaient froncé les sourcils.

« Elles sont toutes les deux habituées à combattre plusieurs Starscryers en même temps, un fait prouvé lors de la récente guerre civile qui a eu lieu à Albeyater. Ce que la duchesse Desterus et ses soldats ont vu au cours de notre voyage n’est qu’une fraction de ce qu’elles peuvent faire. Si elles le souhaitaient, en l’absence de Starscryer dans cette ville, elles pourraient la transformer en décombres en quelques heures. Quant à leur équipement, il a été fabriqué par un forgeron légendaire et ils peuvent résister aux attaques d’un Starscryer à courte portée. Elles peuvent se battre sur la mer, dans les airs, et si nécessaire, elles peuvent même se transformer en une forme de bête complète, tout comme n’importe quel dragon éveillé. Ainsi, je pourrais dire qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de forces dans votre Empire qui pourraient leur résister dans une bataille loyale, ce ne serait pas si exagéré. Cependant, et j’espère que vous vous en souvenez, nous ne sommes pas venus faire la guerre, nous ne sommes pas venus ici pour vous intimider, elles sont ici uniquement pour ma protection, donc tant que personne ne tente de me tuer ou n’essaie délibérément de les ennuyer, alors elles n’agiront pas. » Je m’étais arrêtée et les avais regardés avec des yeux perçants.

« Alors, ce que vous dites, c’est que si vous vouliez nous faire du mal, vous l’auriez déjà fait ? » Demanda le Premier Prince.

« Oui. » J’avais hoché la tête « Cependant, une relation amicale avec une autre nation ne commence pas par l’intimidation ou la menace. Ce que nous offrons à travers nos traités, c’est une aide mutuelle et un espoir pour une plus grande prospérité de nos deux nations. » Avais-je déclaré.

« Des mots plus vrais n’ont jamais été prononcés, » avait déclaré la princesse Ser’Ezire avec un regard satisfait sur son visage.

« Alors, je suppose que ça règle la question. Discutons de ces hypothétiques traités et présentons-les ensuite à Sa Majesté dans quelques jours. » Déclara le Premier Prince.

« Combien de temps pensez-vous qu’il faudra pour rédiger les brouillons ? » Nous avait demandé la princesse.

« Compte tenu de ce que j’ai appris jusqu’à présent, nous devrons également rédiger les projets de plusieurs nouvelles lois qui permettront au traité de fonctionner correctement. Je pense que nous en aurons terminé avec le projet général dans environ six, peut-être huit jours, » avais-je répondu.

« Nous allons avoir notre rencontre avec Sa Majesté dans dix jours, juste au cas où vous auriez besoin de plus de temps. » Suggéra la princesse.

« Est-ce que ça ira ? Je sais que la durée avant la fin avec cette maladie est assez précise, non ? » avais-je demandé.

« Oui, les médicaments que Sa Majesté prend en ce moment lui permettent de ralentir les effets. Nous avons, au moins, encore trois ans avant… avant que son temps ne soit écoulé. » Répondit le Premier Prince, mais il s’arrêta à la fin en regardant avec inquiétude sa femme.

« Ça devrait être assez de temps alors. » J’avais hoché la tête.

« Alors, commençons. Je vais tout de suite programmer l’audience avec Sa Majesté. » Déclara la princesse avec un sourire.

Après avoir fait quelques préparatifs pour la réunion de demain, j’étais retournée dans ma chambre en étant escortée par Sire Kataryna. En dépit de ne rien faire toute la journée, elle ne semblait pas si ennuyée.

« Comment vas-tu ? » lui avais-je demandé.

« Je vais bien, les gardes royaux sont amusants à jouer avec. Juste un pic d’intention meurtrière les rassemble tous, et une libération de ma présence leur envoie des frissons dans le dos. » Gloussa-t-elle.

« S’il te plaît, fais-le avec modération, ce ne serait pas drôle si ces actes inoffensifs donnaient naissance à des rumeurs désagréables qui pourraient affecter nos négociations, » je lui avais donné un léger avertissement, et elle l’avait pris avec un haussement d’épaules.

De retour dans ma chambre, j’avais convoqué Sire Seryanna et lui avais expliqué la situation actuelle.

« Oh, tu veux dire cette potion ? » A-t-elle demandé après que je lui ai expliqué ce qu’il fallait trouver.

De son anneau de stockage, elle avait sorti la Potion de brise nocturne d’un million de morts, le remède contre l’Explosion du Berseker. Je n’en croyais presque pas mes yeux quand je l’avais vu posé sur ma table.

« Est-ce vraiment ça ? » lui avais-je demandé.

« Oui. Alkelios en a fait plusieurs justes au cas où, nous pourrions en avoir besoin pendant la guerre, cependant, nous avons eu de la chance. J’ai aussi quelques autres potions faites par lui, des armes, des armures, des trucs comme ça. » Expliqua-t-elle alors qu’elle s’apprêtait à les retirer de sa bague, mais je l’avais arrêtée en levant la main.

« Ce ne sera pas nécessaire, je te crois. Je vais garder cette potion… Honnêtement, je ne peux pas croire que guérir l’Impératrice serait aussi facile… Je suppose, nous avons une autre raison de remercier Alkelios. » Lui déclarai-je avec un doux sourire.

« Oui, j’espère juste que nous pourrons le faire bientôt. » Répondit-elle avec une note de tristesse dans le ton de sa voix.

Il ne restait plus qu’à garder cette potion dans mon propre anneau de stockage et, une fois que l’impératrice aurait accepté notre accord et accepté d’échanger les Larmes de joie de la reine elfe en même temps que notre traité commercial, je serais plus qu’heureuse de lui offrir. Au cas où, je pensais amener Sire Seryanna lors de notre réunion, car, après tout, c’était le résultat du travail de son mari. Je voulais répandre le nom d’Alkelios même ici si possible.

Une fois qu’il reviendrait vers nous, il aurait le titre de Héros des Nains et Héros des Elfes, peut-être même Héros des El’doraw, compte tenu du fait que Ledmerra était la nation vassale d’Anui’Yahna.

Tout semblait se mettre en place, et avec un peu de chance… ma mère serait également libérée de sa souffrance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. merci, avez vous la suite? je n'ai pas encore trouvé le chapitre suivant en anglais

Laisser un commentaire