100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 120 – Partie 3

***

Chapitre 120 : Un moment d’illumination en combat et dans l’histoire

Partie 3

« Qu’as-tu fait avant ? »

« Je me suis battue seule dans le terrain de l’entraînement, pratiquant des techniques contre les mannequins renforcés. Je me suis battue avec ceux qui le voulaient, et mon grand-père et mon ancien professeur chevalier m’ont également aidé avec des conseils, » avais-je dit.

« Eh bien, en effet, tu ne peux plus utiliser cette méthode maintenant. En tant qu’Éveillée supérieure, tu les surpasses de loin, et tu dois également t’adapter et créer ton propre style de combat qui correspond le mieux à ton potentiel inné. Cependant, ce n’est pas comme s’il n’y avait aucune méthode que tu pourrais utiliser. » Elle m’avait alors montré un sourire.

« Tel que ? » avais-je demandé.

« Chasse aux monstres, » répondit-elle avec un signe de tête.

« Chasse aux monstres ? » Avais-je demandé en haussant les sourcils.

« Oui. Cependant, au lieu de te contenter de tuer, utilise-les pour affûter tes compétences. Ils ne peuvent pas vraiment faire grand-chose contre toi avec ton armure et ta force physique, mais d’un autre côté, tu peux apprendre la force à exercer à chaque attaque. Ensuite, il ne s’agit plus que de créer quelque chose par toi-même. » Déclara-t-elle avec un sourire puis elle créa une petite étoile de glace dans sa paume. « Je travaille également sur quelque chose que j’appellerai les Arts Kataryna. Qui sait ? Peut-être devrais-tu aussi commencer à travailler sur tes propres arts Seryanna. » Elle me fit un clin d’œil puis fit disparaître l’étoile de glace dans les airs.

« D’une manière ou d’une autre, j’ai le sentiment que vous avez toutes les deux oublié que j’étais ici, » déclara la princesse Elleyzabelle avec une moue.

« Ah ! Nos excuses, Votre Altesse ! » nous l’avions rapidement déclaré à l’unisson. « Biscuits ? » Kataryna avait ensuite sorti un sac de biscuits de sa bague de Stockage.

« Je ne suis pas une enfant ! » déclara-t-elle avec un regard noir, mais elle prit tout de même le sac.

« Je vais sortir. » Je l’avais déclaré et alors, juste au moment où j’allais sortir, Kataryna m’avait parlé. « Prends juste ton temps, pas besoin de te précipiter. Laisse-le venir naturellement. »

J’avais répondu avec un signe de tête puis j’avais fermé la porte derrière moi.

Pendant que nous voyagions vers notre prochaine destination, j’avais choisi de faire du jogging au lieu de voyager à cheval. Mon esprit était déjà rempli de réflexions sur les nombreuses façons dont je pouvais utiliser mes compétences existantes dans de nouvelles techniques de combat ainsi que sur ce que je pouvais faire pour en développer ou en apprendre de nouvelles.

La répétition était la mère de l’apprentissage, mais l’ingéniosité était l’étincelle de la création, du moins c’est ce qu’ils disaient.

La duchesse nous avait dit qu’aujourd’hui nous atteindrions Amir’Dalla, où nous logerions à l’auberge Yabur. C’était un endroit relativement connu, mais ce n’était pas le meilleur que la ville pût offrir, il y avait une autre auberge, le Tendus, qui était une auberge de noble. En d’autres termes, les roturiers et autres n’étaient pas autorisés à s’y reposer. Pendant la majeure partie de la saison, elle était pleine et les coûts étaient trop élevés. Le luxe n’était pas quelque chose à quoi nous aspirions, nous avions des problèmes plus urgents à régler.

Depuis que nous avions traversé la frontière, j’avais l’impression qu’il y avait de moins en moins de monstres qui apparaissaient près des routes principales. C’était une bonne chose pour les marchands et aussi pour les nombreux voyageurs qui passaient par ici, mais en même temps, c’était une preuve incontestable que les aventuriers étaient beaucoup plus actifs dans ces régions. Nous avions entendu dire qu’il y avait beaucoup plus de héros humains venant ici des continents humains, mais était-ce le résultat de leurs actions ?

Je ne pouvais pas le dire, mais Anui’Yahna semblait vraiment plus paisible que Ledmerra. L’air était également plus vivifiant et la nature semblait avoir une étrange vivacité.

L’un des nombreux mythes que j’avais entendus était également lié à la manière dont les elfes étaient beaucoup plus sensibles à la magie de la nature que toute autre espèce. Ils avaient même des clans ou des familles spécialisés qui se concentraient sur certains sorts, mais cela en soi n’était pas différent d’avoir une famille draconienne spécialisée sur la magie à écailles bleues.

Environ quatre heures après notre départ pour Amir’Dalla, nous pouvions enfin voir la grande ville à l’horizon, cependant, plutôt que d’être accueillis par des acclamations et des rires, nous avions été accueillis par des colonnes de fumée noire s’élevant dans l’air.

« Quelque chose est arrivé, » déclara la duchesse Desterus en fronçant les sourcils avant de se diriger vers notre groupe.

Il n’avait pas fallu longtemps avant qu’un messager arrive et nous informe de la situation actuelle. L’expression sur son visage était devenue grave puis elle s’était précipitée vers nous.

« Amir’Dalla a souffert d’une attaque d’une vague de monstres. Ils ont réussi à en tuer la plupart, cependant, il y a un monstre puissant qui assiège actuellement les portes, un arbre cyclope. » Nous avait-elle dit.

Un monstre puissant… Peut-être… avais-je pensé en fronçant les sourcils et en lui demandant « Cette créature est-elle forte ? »

« Oui, tout à fait. Il faudrait au moins vingt autres groupes de notre taille actuelle pour pouvoir le tuer. » Déclara-t-elle en regardant ses troupes.

Les soldats commençaient tous à s’inquiéter, surtout après avoir entendu le nom de la bête.

« Alors, c’est fort, » avais-je dit.

« Oui ? » la duchesse me regarda comme si je disais quelque chose d’étrange.

« N’est-ce pas une bonne chose ? » Kataryna rit en sautant de la voiture. « Allons-y et finissons ce monstre ! »

« Que dites-vous, Sire Kataryna ?! » la duchesse fut surprise de sa déclaration soudaine.

« Eh bien, en l’occurrence, nous avons besoin d’une bonne cible pour un entraînement bien mérité, alors quel meilleur sac de frappes qu’un monstre géant qui nécessite des centaines de soldats pour être abattu ? » elle avait ri en commençant à s’étirer.

« Tu attaques son côté droit, et j’attaquerai le côté gauche… Je veux comparer les dégâts, » avais-je suggéré.

« Ça m’a l’air bien. Et ça, alors ? Nous allons d’abord attaquer les tendons derrière le genou, une coupure juste assez profonde pour les trancher et ne pas endommager l’os, puis nous passerons à une coupure sur la cuisse, fine comme la peau du monstre. De là, on monte sur la poitrine, sept coups à travers ses côtes, puis à partir de là, on tranche le cou et on poignarde le monstre dans la tempe. Ce devrait être une mise à mort facile si nous planifions suffisamment bien nos attaques ! » Déclara Kataryna en se préparant à sortir.

« D’abord le genou, puis la cuisse, puis la cage thoracique et enfin, après une coupure au cou, on perce la tempe. Ça a l’air bien, mais coupons aussi les tendons des bras au cas où il essaie de nous attraper, » avais-je suggéré après avoir analysé le modèle.

« Ça m’a l’air bien ! » Kataryna hocha la tête en signe d’accord.

« Je vous demande pardon, Sire Chevaliers, mais vous n’avez aucun moyen de gérer un monstre comme celui-là ! » la duchesse avait immédiatement essayé de nous arrêter lorsqu’elle nous avait vus nous préparer pour l’attaque.

« Laissez-les faire. Mes chevaliers royaux vont maintenant prouver leur valeur. » La princesse Elleyzabelle la rassura avec un sourire.

« Mais… » la duchesse n’était pas convaincue.

« Eh bien, nous ne pouvons rien y faire maintenant. » Kataryna avait haussé les épaules puis elle avait volé, j’avais suivi peu de temps après.

Avec nos épées à la main, j’avais volé vers la gauche tandis qu’elle prenait la droite et se dirigeait droit vers la bête.

De loin, cela ressemblait à un géant qui se dressait à une hauteur presque aussi grande que celle du mur lui-même, avec une peau faite d’une épaisse écorce noire, avec quelques feuilles qui surgissaient ici et là. Le monstre semblait furieux et à peine endommagé par les attaques continues des soldats qui l’entouraient. Sur le haut des murs, il y avait plusieurs mages qui se concentraient sur la restauration de la porte. Si elle tombait, les monstres ravageraient les maisons des citoyens à l’intérieur.

Juste à l’extérieur des portes, répartis sur les deux champs de part et d’autre de la route, des monstres étaient engagés dans une bataille acharnée contre les groupes de soldats et d’aventuriers. Leurs rugissements se répandaient sur ce champ de bataille, tandis que la magie était tirée des deux côtés. Une seule erreur de chaque côté pouvait entraîner la perte de vies, mais contrairement aux elfes et aux héros humains, les monstres étaient de simples bêtes qui comptaient sur leur instinct pour survivre.

Pourtant, malgré le chaos qui s’était répandu sur ce champ de bataille, il semblait que le seul vrai géant ici, l’arbre cyclope, ne voyait même pas les elfes comme des adversaires. La créature avait confiance en sa peau blindée et ignorait les nombreuses attaques qui lui étaient envoyées. Les chevaliers au sol commençaient déjà à perdre espoir, car ils ne pouvaient que gratter cette bête. Leurs épées étaient inutiles contre elle, même lorsqu’elles étaient d’un grade supérieur à celles des soldats réparties sur le champ de bataille.

D’après ce que j’avais pu voir, ce n’était pas comme si leur équipement était faible, mais plutôt les dégâts qu’ils infligeaient ne pouvaient pas surpasser la puissance défensive de l’arbre cyclope. Sa peau blindée qui ressemblait à l’écorce d’un arbre ne pouvait pas être hachée aussi facilement, et il y avait aussi la question de savoir à quel point il la renforçait avec de la magie.

Si mon jugement était juste, alors un quart de ma force totale serait suffisant pour percer l’armure du monstre.

Je devais juste me rappeler l’ordre de mes attaques en premier, genou… cuisse, sept coups à la poitrine, coupure du cou, puis coup de poignet à la tempe… Je dois juste faire attention à la profondeur de la coupure. Je peux le faire ! Je m’étais réconfortée.

Les soldats et les chevaliers nous avaient remarqués, mais avant de pouvoir nous demander qui nous étions, Kataryna et moi nous étions précipités, nos épées dégainées et prêtes à frapper.

J’avais atterri au sol à seulement deux mètres derrière sa jambe, puis j’avais tranché vers le haut à l’arrière de son genou.

Juste les tendons… pensai-je en voyant ma lame frapper l’écorce.

La coupure était profonde et je pouvais la voir bouger plus vite que prévu. La netteté de mon épée avait largement dépassé le pouvoir défensif de la peau d’écorce et avait continué à trancher en avant. Au moment où j’avais tiré sur la poignée, mon épée avait dépassé ses tendons et avait également traversé l’os. La jambe entière avait été coupée en deux, mais je ne pouvais pas m’arrêter pour déplorer mon erreur et à la place, j’avais sauté en avant et m’étais retournée pour lui trancher la cuisse.

Encore une fois… pensai-je en voyant la lame trancher profondément dans ses muscles.

J’avais froncé les sourcils et m’étais déplacée vers la poitrine, poignardant les sept points entre les côtes, mais comme la lame était trop tranchante, je ne pouvais pas vraiment dire si j’avais frappé l’os ou non. J’ai l’impression à un moment donné de rencontrer une sorte d’opposition, mais peut-être que ses entrailles sont plus résistantes que celles d’un monstre moyen ? C’était un arbre cyclope, après tout.

Après le dernier coup de poignard dans la poitrine, j’avais tranché la gorge, cette fois, je n’avais pas l’impression d’avoir dépassé la limite. Avec un tour rapide, la lame avait ensuite poignardé dans la tempe du monstre et l’unique œil qu’il avait au milieu de sa tête s’était retourné.

J’avais sorti mon épée puis j’avais sauté sur le sol. Kataryna en avait fini avec son rôle et nous avions toutes les deux regardé le géant retombé sur le sol.

Ses coupures… sont impeccables…, avais-je pensé en regardant le côté de Kataryna, chaque coup était aussi profond qu’elle le voulait, pas même un millimètre de trop.

D’un autre côté, mon côté était en désordre. La jambe gauche était coupée en deux, la tranche dans la cuisse était une entaille, les coups avaient également frappé les côtes à quelques endroits, et seules les attaques au cou et aux tempes semblaient être similaires aux siennes.

Voyant cette différence entre nos compétences, je ne pouvais m’empêcher de serrer fort sur la poignée de mon épée alors que je fronçais les sourcils vers le monstre.

« Il y a de la place pour l'amélioration… » dis-je en ravalant ma frustration.

« En effet, il y en a. » Kataryna hocha la tête.

Ce n’est que lorsque nous avions rompu le silence que les gens autour de nous avaient réalisé qu’ils ne rêvaient pas, nous avions en fait tué le monstre qui allait les pousser à la mort en quelques secondes. Des acclamations de bonheur résonnaient dans toute la ville, tandis que les autres monstres se rendant comptent que leur chef était maintenant mort. Plutôt que de se battre à mort, ils avaient choisi de fuir le champ de bataille, de retourner dans les forêts d’où ils venaient.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire