100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 119 – Partie 1

***

Chapitre 119 : Apprendre à connaître la Duchesse Alve’Yahna

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

Aucun des deux camps ne souhaitait poursuivre l’incident s’étant produit aux portes, d’autant plus qu’il avait été causé par un individu que l’on croyait être atteint de maladies mentales. En parlant de lui, ce serait aussi la dernière fois que je verrais cet El’Doraw ennuyeux qui osait insulter mon mari. Quant à la duchesse Alve’Yahna Desterus, elle avait accueilli tout notre groupe à l’intérieur du palais pour une discussion plus privée sur notre voyage dans la capitale de leur empire.

Avec leur permission, nous avions escorté la princesse Elleyzabelle dans l’une des salles de réunion du premier étage, où elle avait reçu un bon thé chaud, un mélange spécial qui avait apparemment été apporté par la duchesse elle-même. En tant que gardes, Kataryna et moi nous étions tenues derrière sa chaise et avions attendu patiemment sans prendre part aux formalités. Nous ne craignions pas la possibilité qu’il y ait du poison, car nous avions beaucoup d’antidotes avec nous. De plus, s’ils osaient, ils devraient également faire face à deux Éveillées supérieures puissantes effaçant toute cette ville de la face de la carte.

Nous n’avions pas eu à attendre trop longtemps avant que la duchesse ne fasse son apparition avec ses deux chevaliers, qui l’escortaient de la même manière que nous l’avions fait avec notre princesse. La différence de présence, de force et d’équipement était assez claire et j’avais l’impression que nous les rendions quelque peu nerveux. La princesse Elleyzabelle, cependant, leur avait assuré que tant qu’ils n’avaient aucune intention malveillante à son égard, aucune de nous n’agirait.

« C’est compréhensible, mais que se passe-t-il s’il y a une situation comme celle d’avant ? » la duchesse fit allusion poliment à mon déchaînement précédent.

« Alkelios Yatagai, c’est un nom dont vous devez vous souvenir, duchesse Alve’Yahna Desterus. » Lui déclara la princesse avec un sourire poli. « Non seulement il est duc du royaume Albeyater, mais il est également le mari de la duchesse Seryanna Draketerus et un ami cher de la famille royale Seyendraugher. La grande majorité des dragons de notre Royaume le considèrent également comme un héros digne de prestige, de respect et des plus grands honneurs. Parler en mal de lui ne serait… beau pour personne. » Elle avait ensuite fait une pause et m’avait regardée dans les yeux. « Quel que soit leur rang dans l’armée ou le statut qu’ils détiennent au sein d’un vaste empire. »

La façon dont la princesse avait parlé à l’instant était d’un calme presque surréaliste qui m’avait surprise, mais m’avait également fait me demander pourquoi j’avais adopté une approche aussi violente lorsque j’avais été énervée par cet homme. S’il était vrai que j’étais en colère quand mon mari avait été insulté, mais était-ce vraiment la meilleure façon de gérer cette situation ou… était-ce la rage simple, mais pure en moi bouillant avec le désir de parler avant que j’aie la chance de penser sagement ?

« En effet, il serait insensé de parler des héros bien-aimés d’une nation… et des amis de la famille royale, » déclara la duchesse en restant calme face à la menace de la princesse, mais il semblait que le sens caché de ses paroles était parfaitement transmis.

La conversation s’était poursuivie en racontant à la duchesse les choses que nous avions vécues en chemin ici. Elle s’intéressait surtout à savoir si nous aimions ou non la nation el’doraw et si nous étions traités correctement, comme prévu par notre noble statut.

Nous avions expliqué que nous n’avions pas l’impression de rencontrer quelque chose d’inhabituel ou de désagréable sur le chemin, du moins de notre point de vue. Les monstres étaient faibles et les bandits sur lesquels nous étions tombés étaient encore plus faibles. Il y avait des aventuriers que nous avions rencontrés et avec qui nous avions parlé ainsi que des nobles et des marchands.

Au final, la duchesse avait semblé contente que notre voyage en calèche soit agréable et elle espérait que le reste serait le même.

« Lorsque nous avons appris qu’un membre de la royauté du Royaume d’Albeyater était arrivé dans le port d’Offspray, nous avons immédiatement planifié la manière de les accueillir également dans notre empire Anui’Yahna. D’autant plus qu’il semblait qu’ils arriveraient inévitablement ici tôt ou tard. Bien sûr, nous ne nous attendions pas à ce que vous preniez une calèche pour profiter du paysage, mais après un si long voyage en bateau, cela semblait inévitable. » Nous déclara la duchesse.

« Alors je suppose que les plans dont nous avons discuté jusqu’à présent en ce qui concerne notre arrivée en toute sécurité à El’Damaran n’auront pas de revers imprévus ? »

« Bien sûr. » La duchesse hocha la tête. « Dans la mesure de nos capacités, nous vous escorterons d’abord d’ici à On'Asher, où nous nous reposerons à l’auberge Zebraus. Le lendemain matin, après le petit-déjeuner, nous nous dirigerons vers la ville d’Amir’Dalla, où nous nous réapprovisionnerons en provisions et nous nous reposerons à l’auberge Yabur. De Amir’Dalla à El’Damaran, c’est une route droite qui a été nettoyée à plusieurs reprises des monstres et des bandits. Les seules zones légèrement dangereuses seront entre On’Asher et Amir’Dalla, mais ce ne devrait pas être quelque chose que nos chevaliers ne peuvent pas gérer. » Expliqua-t-elle avec un sourire.

« Très bien, alors partons-nous tout de suite ? » Demanda la princesse Elleyzabelle.

« Si Votre Altesse n’a pas d’autres projets, nous pouvons procéder immédiatement. Si vos chevaux sont fatigués, le Seigneur de la ville a proposé de les changer sans aucuns frais. » Elle avait déclaré cela.

« Très bien, alors partons dans une heure. Veuillez faire vérifier par le Maître des Écuries afin de voir si nos chevaux peuvent encore être utilisés. S’ils avaient été des Khosinni, nous n’aurions pas eu de problèmes, mais ces bêtes ne sont pas aussi faciles à apprivoiser par ceux qui sont plus faibles qu’eux. » Répondit-elle avec un signe de tête.

Si nous avions eu des Khosinnis, le voyage d’Offspray à Vazar nous aurait pris au plus trois jours. C’était des bêtes fortes qui récupéraient rapidement et étaient compatibles avec l’utilisation d’une potion de Rotiqus. En chemin, nous avions essayé d’en donner quelques gouttes à l’un des chevaux, mais cela n’avait fait qu’agiter la pauvre bête et consommer son énergie déjà limitée plus rapidement qu’auparavant. Tanarotte avait porté le cheval sur son dos jusqu’à ce qu’il se rétablisse.

« Avant de partir, je voudrais demander ce qui est arrivé à la jeune chevalière qui nous a escortés ici. » Demanda la princesse.

« Parlez-vous de Lady Callipso Emerdel ? »

« Oui. » Elle acquiesça.

« La Dame a été renvoyée dans la capitale de Ledmerra, avec une lettre de recommandation de ma part. Nous avons été satisfaits de son excellent travail jusqu’à présent. Ce chevalier royal a le potentiel de devenir l’un des meilleurs chevaliers de ce royaume. » Expliqua la duchesse.

« Est-ce que le fait de nous escorter jusqu’ici a quelque chose à voir avec la lettre de recommandation que vous lui avez remise ? » demanda la princesse.

« Qui sait ? » la duchesse évita une réponse directe.

Une fois tous nos préparatifs de voyage terminés, nous nous étions dirigées vers l’une des chambres qui nous avaient été préparées pendant notre petit séjour ici. Pendant que Kataryna et moi assumions le rôle de ses gardes personnels, la princesse Elleyzabelle avait pris un petit bain et avait changé ses vêtements. En moins d’une heure, nous étions prêtes à partir et nous avions été surprises de voir la duchesse à cheval plutôt que de monter dans un chariot.

C’est Kataryna qui avait décidé de rester avec Son Altesse dans la voiture, pendant que je prenais la position avantageuse à l’extérieur.

Bien qu’il y ait eu une ligne pour traverser la frontière, avec la duchesse qui nous escortait, les elfes et les el’doraw gardant les portes nous laissèrent passer immédiatement. Si elle disait de nous laisser passer, comment quelqu’un pourrait-il s’y opposer ? C’était la même chose que de s’opposer au dirigeant du pays.

C’était aussi une bonne chose, une enquête inutile à la frontière nous aurait coûté un temps précieux. Plus tôt nous arriverons à El’Damaran, mieux ce sera.

À la tombée de la nuit, nous nous étions arrêtés pour camper dans un endroit que la duchesse nous avait préparé. Un groupe entier de soldats était présent là-bas, ils avaient l’ordre de garder l’endroit sûr et à l’écart de tout voyageur qui passait. Cela en faisait également un endroit plus propice pour eux afin de camper à proximité, car les soldats semblaient faire des patrouilles régulières de chasse aux monstres.

Une fois notre voiture arrêtée, j’étais descendue et j’avais préparé les tentes. La duchesse avait sa propre tente militaire préparée pour elle, ce qui avait rendu presque impossible d’avoir une conversation plus amicale avec elle. Le voyage semblait maintenant plus formel qu’il ne l’était avec Sire Callipso.

Cela ne nous dérangeait pas qu’ils souhaitent limiter les interactions entre nos deux groupes. Normalement, nous aurions fait la même chose, mais comme Son Altesse avait des choses qu’elle voulait savoir directement de la bouche de l’autre, elle avait décidé d’inviter la duchesse à dîner, ce qu’elle avait accepté. Leur conversation avait commencé simplement, puis avait continué à une conversation plus politique.

Son Altesse avait l’intention d’apprendre les particularités de la politique elfique et de l’étiquette, qu’elle ne pouvait apprendre ni dans les livres ni avec notre escorte précédente. Cette action avait légèrement entaché sa réputation, mais elle préférait être considérée comme inculte en observant les autres que d’agir comme une imbécile devant l’impératrice et les grands nobles au palais. Pour cela, quelqu’un qui se mêlait souvent à ceux de la haute société et avait une bonne vue de diverses parties de la société elfique était parfait. La duchesse Alve’Yahna Desterus, en tant que commandante de bataillon du haut général Tes’Mera Palladius était le choix parfait pour cela, et il semblait que cette humilité manifestée par Son Altesse était du goût de cette femme. Au fur et à mesure qu’elles parlaient, elle avait commencé à s’ouvrir de plus en plus à nous.

Leur conversation s’était poursuivie jusque tard dans la nuit, mais avait finalement été interrompue lorsque nous avions reçu le signal qu’un monstre se cachait. Bien sûr, nous connaissions déjà la présence de cette créature, mais elle n’avait pas eu le courage de se rapprocher de nous. La présence que nous avions n’était pas à prendre à la légère. Quelques soldats de la duchesse l’avaient poursuivi pour le tuer et après ce qui semblait être une heure de bataille, ils étaient revenus victorieux.

Le lendemain, Tanarotte s’était séparée de nous et était allée explorer les environs ainsi que la route devant nous. En tant que dragonne éveillée, elle pouvait facilement déployer ses ailes et voler dans le ciel pour avoir une vue à vol d’oiseau. S’il y avait des groupes de bandits ou des monstres puissants à proximité, elle les trouverait immédiatement, mais son objectif principal pour ce faire était de repérer d’éventuelles embuscades organisées par une force militaire puissante comme celle d’un Empire.

Même si nous étions équipés d’équipements fabriqués par Alkelios, cela ne signifiait pas que nous étions à l’abri du danger. Un groupe d’Éveillés supérieurs pourrait facilement nous arrêter et même nous infliger de sérieux dommages. Les découvrir avant qu’ils ne lancent une attaque était le travail de Tanarotte, mais cela ne signifiait pas que nous soupçonnions l’empire Anui'Yahna ou le royaume de Ledmerra de jeu déloyal, non, c’était une précaution de base que n’importe quel groupe dans notre position aurait prise.

C’était mieux de prévenir que de guérir.

Notre arrivée à On’Asher avait suscité de nombreux regards curieux. La duchesse et ses troupes étaient principalement responsables de cela, car les soldats que nous avions rencontrés l’autre jour voyageaient maintenant avec nous dans le cadre de notre escorte. Au départ, cela n’avait aucun sens pour la duchesse de voyager uniquement avec deux chevaliers à ses côtés. Même si c’était quelqu’un qui avait trop confiance en sa propre puissance, je m’attendais à quelques gardes de plus, mais une fois que nous avions rencontré le groupe de soldats, cela avait plus de sens.

Là encore, Son Altesse voyageait avec seulement deux chevaliers et un écuyer. Alors que Kataryna et moi étions des dragonnes Éveillées supérieurs, face à un groupe d’Éveillés supérieurs, il y avait une chance d’être vaincue.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire