100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 118 – Partie 2

***

Chapitre 118 : Énervé par les mots d’un idiot

Partie 2

« Je suis Sire Seryanna, chevalière royale de Son Altesse la princesse Elleyzabelle Seyendraugher. Puis-je demander de qui il s’agit et sous l’autorité de qui ose arrêter un représentant royal étranger aux portes du seigneur que nous souhaitons saluer ? » avais-je demandé en plissant les sourcils et en m’approchant de lui.

« Hmph ! Je n’ai jamais entendu parler de vous ! Vous pourriez mentir ! » déclara le noble el’doraw.

« Vous n’êtes pas le seigneur de cette ville, n’est-ce pas ? » avais-je demandé en lui jetant un coup d’œil, puis les soldats à côté de lui avaient l’air de mourir de gêne.

« Hmph ! Écoutez ici et soyez étonné, misérable imbécile ! Je m’appelle Prostcodar Vazar, le deuxième fils du seigneur de la ville Jubilius Vazar ! Un futur chevalier royal de Sa Majesté le roi et propriétaire des magasins Trometerus ! » déclara-t-il fièrement en cognant sur sa plaque d’or.

J’avais plissé les sourcils et je lui avais demandé : « Êtes-vous certain d’avoir le droit et l’autorité de vous présenter légalement devant un dignitaire royal étranger de cette manière ? »

« Hmph ! Oui ! Pourquoi pas moi ? Une vieille fille comme toi n’a pas le droit de s’inquiéter de mon statut ou de mes droits ! N’as-tu pas un mari sans valeur dont tu dois t’occuper ? Tu devrais aller de l’avant et prendre congé de ma vue et dire à Offspray que… » Je ne l’avais pas laissé finir les mots.

Quand il avait mentionné mon mari, Alkelios, quelque chose s’était brisé en moi. J’avais relâché ma pression d’Éveillée supérieure qui avait balayé les soldats autour de moi, puis mon énergie magique avait coulé dans mon corps, alimentant mes os et mes muscles. Cela s’était ensuite déversé dans mon armure, l’amenant à s’allumer avec le pouvoir qui pouvait résister à la puissance des autres Éveillés.

Ma puissance était suffisante pour ravager toute cette ville, mais ma cible n’était que cet idiot el’doraw devant moi. Avec un coup de pied au sol, j’étais devant lui, puis je l’avais attrapé par le visage et l’avais écrasé contre les portes fermées, faisant claquer les charnières. J’avais relâché sa tête qui saignait et avant qu’il ne puisse tomber au sol, je lui avais donné un coup de pied droit dans la poitrine, l’envoyant voler dans le mur du palais avec suffisamment de puissance pour briser les briques et la fière armure qu’il portait. En pièces.

Je ne l’ai pas tué… pour le moment.

Avant que les gardes aient eu la chance de lancer une attaque contre moi, j’avais crié avec un rugissement guttural au noble el’doraw maintenant inconscient.

« Insultez à nouveau mon mari et Son Altesse Royale, et je séparerai votre tête de votre misérable corps ! »

Ce n’est qu’après avoir dit cela que les soldats avaient réagi et m’avaient encerclée. Je les avais regardés, mais je n’avais pas agi.

« Attendez ! S-Stop ! Posez vos armes ! » cria un El’Doraw alors qu’il se précipitait vers la scène.

Il était un peu gros, mais à en juger par ses vêtements et l’expression d’inquiétude sur son visage, j’avais le sentiment qu’il était soit le père de ce déchet au sol, soit quelqu’un d’importants proches de cet individu. Tout comme l’autre El’Doraw de ce palais, ses oreilles étaient longues et pointues, avec une peau cendrée et de longs cheveux attachés en chignon. Comparé aux soldats, il était plus petit de deux têtes et ne semblait pas aussi fort en ce qui concerne la force des bras.

« Mon Seigneur, cette femme a attaqué le jeune maître ! » dit rapidement l’un des soldats.

« Pourquoi n’avez-vous pas enfermé cet idiot comme je vous l’ai demandé ! » cria le seigneur de la ville au soldat.

« M-Mais… » il voulait se défendre, mais il fut réduit au silence par un regard noir.

« Tout le monde sait qu’il est un homme délirant, la honte de ma famille ! Pouvez-vous même assumer la responsabilité de ses actes s’il a fait quelque chose de ridicule ? » cria-t-il au soldat.

« Comme insulter le mari de ce qu’el’doraw appelle un Starscryer et même un dignitaire royal étranger ? » avais-je demandé en haussant les sourcils.

Le seigneur de la ville avala le nœud lourd dans sa gorge et, comme une porte rouillée, se tourna lentement pour me regarder dans les yeux.

« Si vous souhaitez le sauver, Seigneur de la ville, vous devez agir vite, mais gardez à l’esprit que s’il ose de nouveau m’insulter, fou ou pas, je prendrai sa vie, » avais-je déclaré en plissant les yeux sur lui.

« Duchesse Seryanna Draketerus, j’espère que cela n’arrivera pas à cela. » Dit quelqu’un en sortant du palais et en se dirigeant vers nous.

C’était une elfe aux longs cheveux blonds attachés en arrière dans une queue de cheval, avec une armure débordant d’énergie magique, montrant que contrairement au morceau de ferraille porté par le noble insensé inconscient, la sienne était destinée à être utilisée dans un combat réel. La conception était celle qui favorisait les parties pointues aux courbes. Les couleurs étaient d’un or argenté avec de l’or pâle, montrant non seulement le statut de l’individu qui le portait, mais aussi le prestige et le rang. Il fallait être idiot pour ne pas remarquer les lignes méticuleuses des épaulettes et des protège-bras. Des méthodes similaires de distinction entre les rangs des soldats réguliers avaient également été utilisées dans l’armée d’Albeyater.

Ses yeux bleus étaient calmes, mais débordaient d’une étrange confiance. Il n’y avait aucun air de supériorité chez elle, cependant, cela ne signifiait pas qu’elle se laisserait mépriser par les autres. Les deux autres qui le suivaient semblaient être des chevaliers réguliers, peut-être du même peloton ? Leurs armures, contrairement à la sienne, étaient fabriquées avec des plaques plus arrondies peintes en blanc et bleu au lieu d’or.

« Permettez-moi de me présenter, Duchesse, je suis Alve’Yahna Desterus. Mon noble titre est celui de duchesse, tandis que mon titre militaire est celui de commandante de bataillon du haut général Tes’Mera Palladius. Ceux derrière moi sont Cassius El’samar et Jovark Cas’ardar, chevaliers royaux au service de Sa Majesté l’impératrice d’Anui’Yahna. Je présume que Son Altesse Royale du Royaume Albeyater est dans la voiture à l’extérieur ? » demanda-t-elle avec un sourire en jetant un rapide coup d’œil à l’entrée du palais.

Elle n’avait pas semblé surprise du fait que j’ai détruit les fières portes de cette ancienne forteresse ou du fait que j’ai eu le courage de frapper un noble étranger dans l’estomac. Bien que mes actions aient été quelque chose que ma propre fierté de nobles dragonnes permettait, attaquer le fils d’un noble sur son propre territoire pouvait être considéré comme un crime pour lequel ils pourraient exiger une sorte de compensation.

Si c’était Albeyater, alors cela n’aurait pas été une si grande préoccupation, cependant, c’était une terre étrangère où mon autorité n’était garantie que tant que les nobles de cette terre le voulaient. Ainsi, cette femme qui prétendait être duchesse, en théorie, avait tout le pouvoir de déclarer que j’avais tort.

Sachant cela, j’étais restée immobile et je l’avais juste regardée de loin, ne montrant aucune intention d’agir de manière agressive au-delà de ce que j’avais déjà fait.

Les elfes étaient similaires aux el’doraw au point que l’on croirait en effet qu’ils auraient pu avoir le même ancêtre d’origine, la seule différence, pour autant que je sache, était la peau qui ne changeait pas de couleur en fonction de leurs émotions. Ils possédaient une certaine élégance éphémère qui faisait penser qu’ils étaient plus proches des fées qu’ils ne l’étaient des mortels et habillés pour le montrer.

« En effet, j’accompagne Son Altesse Elleyzabelle Seyendraugher, princesse du royaume d’Albeyater. Quant à la raison de mon agissement, je ne vois pas la nécessité de m’en excuser. Cet homme a choisi des insultes plutôt qu’une conversation civilisée. S’il avait eu un problème avec nous, il aurait dû d’abord l’adresser au représentant politique en charge de cet endroit ou mieux encore faire semblant que nous n’étions jamais là en premier lieu et rester à l’écart pendant la durée de notre visite. Après tout, nos affaires ne sont pas avec eux, mais plutôt avec l’impératrice d’Anui’Yahna. » Je lui avais dit cela avec autant de retenue que possible.

Que la raison de mon explosion soit une insulte adressée à mon mari ou au maître que je servais, cela n’avait pas d’importance tant que je disais clairement que les actions de cet homme faisaient honte non seulement au royaume de Ledmerra, mais aussi aux représentants d’Anui’Yahna. Cependant, je n’étais pas un monstre qui n’avait pas pris en compte le fait que cet individu était fou.

« S’il vous plaît, pardonnez à mon fils… il est… » le père, le seigneur de la ville avait essayé de plaider pour sa vie, mais la duchesse avait levé la main et l’avait empêché de continuer.

« Je comprends votre situation difficile, Seigneur de la ville Vazar, cependant, cette question concerne non seulement notre propre Empire, mais aussi une nation étrangère dont je peux très certainement assurer que nous les accueillons à bras ouverts et un sourire sur notre visage, pas avec des épées tirées et des insultes. » Elle avait dit cela en nous montrant un sourire, froid et rigide, politique qui serait la meilleure façon de le décrire.

Le seigneur de la ville Vazar était trempé de sueur et utilisait constamment un mouchoir pour l’essuyer d’une main tremblante. Les soldats sous ses ordres étaient, bien entendu, inquiets de la situation actuelle. Ils savaient qu’ils ne pouvaient pas agir devant une duchesse de l’empire Anui’Yahna et aussi un représentant politique du royaume d’Albeyater. Un faux pas pourrait conduire à une tragédie marquée par une trahison contre la nation ou pire… une guerre.

Bien sûr, nous n’avions pas l’intention de commencer une guerre avec les elfes ou les el’doraw. Si cela se résumait à cette possibilité, nous ferions de notre mieux pour empêcher que cela ne se produise, et bien que mes actions précédentes auraient pu être considérées comme des actes d’attaque contre la nation, le fait que nous ne soyons pas ceux qui avions commencé cela avait pesé davantage lorsque cela se résumait à cela.

Guerre ? Peut-être que je pense trop à une possibilité plutôt ridicule lorsque vous prenez un moment pour l’analyser calmement…, pensai-je en fermant les yeux.

« Tant que cette affaire ne se répétera pas, nous en resterons là. » J’avais alors ouvert les yeux et j’avais regardé la femme elfe devant moi « J’espère que vous ne prenez pas mes actions comme celles de mon pays, juste celles d’une femme qui a été fortement insultée par quelqu’un qui ne savait pas qui il insultait ou combien ses paroles pourraient en déclencher une autre. Je peux également vous assurer que cela ne se reproduira pas, surtout pas dans une situation officielle, même si… » J’avais alors regardé le fou inconscient et ajouté : « Si nous parlons de situations non officielles, alors… je le ferais. Rappelez calmement à toutes les personnes présentes ici que les Éveillés supérieur du Continent Dragon ne sont pas plus faibles en puissance que les Starscryers dont vous chantez tous les louanges. » Je retournai mon regard vers la duchesse et lui fit un sourire.

« Bien sûr, nous comprenons. » Elle hocha la tête puis se tourna pour regarder le père de cet échec. « Vous l’avez entendue, Seigneur de la ville Vazar, j’espère que vous prendrez note et que vous vous assuriez que de telles choses ne se reproduiraient plus ou alors nous devrons peut-être examiner la manière dont Ledmerra forme leurs personnalités politiques. Quant à nos estimés hôtes… » elle me regarda et sourit « S’ils souhaitent passer la nuit dans ce château, nous serons très heureux de répondre à une telle demande. Ce n’est pas non plus un problème si vous souhaitez partir tout de suite, » elle acquiesça.

« Je comprends, alors permettez-moi de demander à Son Altesse ce qu’elle désire. » J’acquiesçai et me dirigeai vers la voiture.

Une fois sur place, j’avais vu Kataryna dehors, appuyée contre la voiture. Elle regardait le ciel.

« Y a-t-il un problème ? » avait-elle demandé.

« Plus maintenant. » J’avais secoué la tête puis j’étais montée à l’intérieur. « Votre Altesse. » J’avais baissé la tête.

« Lève la tête. Dis-moi de quoi il s’agissait. » elle l’avait ordonné.

« Compris. » J’avais hoché la tête puis j’avais commencé à lui raconter tout ce qui s’était passé pendant les quelques minutes que nous étions séparés.

« Hm, alors c’est juste la faute du Seigneur de la ville de ne pas s’occuper correctement de son propre enfant. À mon avis, tu as bien fait, mais la prochaine fois… » elle plissa les yeux vers moi « Assure-toi qu’ils t’attaquent d’abord d’une manière plus… visible. La façon dont tu l’as terminé m’a fait penser que tu étais la seule à commencer cette petite dispute. »

« Je comprends, je vais m’assurer que mon erreur ne se reproduise plus jamais. » J’avais baissé la tête, mais je n’avais ressenti ni honte ni culpabilité pour mes actes, comment pourrais-je ?

« À part ça… Il te manque beaucoup, n’est-ce pas ? » elle l’avait demandé, mais cette fois avec un ton doux dans sa voix.

J’avais été un peu surprise par ce changement soudain, mais j’avais levé la tête pour croiser ses yeux puis j’avais répondu : « Il n’y a pas un seul jour qui passe sans que je ne pense pas à lui… où il est, ce qu’il fait… quand est-ce qu’il reviendra vers moi. »

Elle ferma les yeux « Un jour, j’espère avoir un sentiment aussi profond pour quelqu’un comme toi, Seryanna… C’est pourquoi… j’espère et je prie, en tant qu’amie et non pas maître, que tes prières ne restent sans réponse et que tu le retrouveras bientôt. Jusque-là, cependant, s’il te plaît ne fait pas attention aux imbéciles qui essaient de remuer ta paix à cause de leur propre sottise… » Elle ouvrit les yeux et me fit un doux sourire.

« Merci… Elleyzabelle. » J’avais baissé la tête et essuyé une larme.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire