100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 118 – Partie 1

***

Chapitre 118 : Énervé par les mots d’un idiot

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

La ville frontalière de Vazar était une de taille assez impressionnante, étant l’un des rares endroits du royaume de Ledmerra où la population des elfes et des el’doraw était presque la même. Elle était protégée, ou plutôt elle était marquée par un mur d’une hauteur incroyable de près de vingt mètres de hauteur. Cette construction servait de frontière réelle, mais elle n’avait pas parcouru tout le pays, mais s’était arrêtée juste avant d’atteindre la forêt voisine. Des gardes Eldoraw avaient pu être vus marchant au sommet du mur et patrouillant, arrêtant quiconque tentait de passer la frontière sans autorisation.

À mes yeux, ce mur inutilement long et haut ressemblait plus à une simple tentative d’imposer le concept de frontière qu’à le définir. Si vous vouliez la parcourir de l’autre côté, vous pourriez simplement vous diriger vers la forêt et la contourner à une distance de sécurité des gardes en patrouille. Ceux qui pouvaient voler se soucient encore moins de toute cette construction parce qu’il n’y avait pas d’armes anti-aériennes à ma connaissance.

« Ce mur peut-il même arrêter quelqu’un ? » demanda Kataryna en regardant par la fenêtre.

« S’il y avait une force d’invasion venant d’un côté ou de l’autre, alors non. La ville frontalière de Vazar n’est pas une forteresse et est au mieux utilisée comme un symbole et un lieu pour échanger des criminels qui se sont glissés de l’autre côté. Le marché de Vazar est également l’un des principaux endroits le long de la frontière où les commerçants vont montrer leurs marchandises, cela les épargne de la taxe commerciale, mais d’après ce que j’ai entendu, les prix pourraient être un peu bas. Seuls les commerçants débutants ou désireux de se débarrasser de leurs actions négocieront au sein de Vazar. » Callipso nous l’avait expliqué.

« Vraiment ? » Kataryna haussa les sourcils et se pencha en arrière sur son siège.

Une heure plus tard, nous étions finalement entrés dans la ville. Avoir un chevalier royal avec nous et un permis de noble avait fait en sorte que nous n’avions pas besoin de faire enregistrer nos bagages, mais ce n’est pas comme si je leur permettrais un jour de voir ce qui était caché dans nos anneaux de Stockage de toute façon.

« Nous rencontrerons les représentants d’Anui’Yahna devant le palais du seigneur de la ville. Ma mission s’y terminera également une fois que je leur donnerai mon rôle d’escorte. Votre Altesse Elleyzabelle Seyendraugher, Sire Seryanna, Sire Kataryna, Sire Tanarotte, ce fut un plaisir de voyager avec vous quatre ! » Déclara Callipso avec un sourire éclatant après qu’elle soit descendue de notre voiture et qu’elle monta sur l’un des chevaux.

« Que les dieux veillent sur vous, Sire Callipso, » déclara Son Altesse.

« Pareillement. » J’avais hoché la tête.

« Ne vous faites pas tuer à cause de la convoitise d’un noble. » Kataryna le lui avait conseillé.

« Entraînez-vous bien et nous pourrons peut-être nous entraîner à nouveau un jour ! » Tanarotte lui fit un signe de la main.

Au cours de notre voyage, la dragonne sournoise était la seule à vouloir s’entraîner avec le chevalier el’doraw. Elle avait remporté dix batailles sur dix, mais elles avaient toutes les deux dit que c’était incroyablement amusant pour elles et qu’il n’y avait donc pas de mauvais sang entre elles. C’était une bonne chose que Tanarotte n’ait pas été une éveillée supérieure, car je ne pensais pas que ni moi ni Kataryna aurions voulu nous retenir.

« Je vais y aller ! » déclara la chevalière, puis partit devant nous.

Les autres soldats qui avaient voyagé avec nous au cours de ce voyage n’étaient pas partis de notre côté et étaient restés stationnés à leurs postes, nous conduisant plus profondément dans la ville jusqu’à ce que nous atteignions le manoir du seigneur de la ville.

Dans le royaume de Ledmerra, les nobles avaient deux titres en plus des titres habituels auxquels nous étions tous habitués. Le seigneur de la cité et le seigneur de la ville par exemple. Il y avait aussi Chef de la guilde, Chef des marchands, Seigneur du port, Seigneur de la forêt, Seigneur des plaines, et ainsi de suite. Ces titres leur donnaient non seulement un pouvoir de gouvernance, mais signifiaient également que leurs nobles titres pouvaient être transmis à la génération suivante. Tout comme à Albeyater, il y avait des nobles de bas rang qui ne pouvaient conserver leur titre que pour le cours de leur propre génération à moins qu’ils ne parviennent à le consolider d’une manière ou d’une autre. Habituellement, des titres temporaires étaient attribués à ceux qui accomplissaient quelque chose d’important pour le Royaume.

Même s’il ne m’épousait pas, compte tenu de toutes ses réalisations passées jusqu’à présent, Alkelios aurait reçu au moins un titre de marquis ou de vicomte si le titre de duc était impossible. La valeur qu’il avait pour le royaume était bien trop grande pour le laisser partir. En pensant à lui de ce point de vue, je pouvais en quelque sorte comprendre pourquoi les paroles de Kataryna devaient être examinées attentivement.

« Callipso a dit qu’elle était fiancée, non ? » Avais-je demandé pendant que mon esprit se tournait vers le passé.

« Oui. Elle a un mariage politique avec le fils d’une famille de vicomte du Nord. C’était un Seigneur du port qui a récemment été reconnu pour avoir établi une route commerciale entre deux villages éloignés et la ville dans laquelle il résidait. Pourquoi demandez-vous ? » s’enquit Son Altesse.

En la regardant en arrière, j’avais répondu : « Je me demandais simplement à quel point un mariage politique était important par rapport à un mariage par amour. »

« Pensez-vous à Alkelios ? » elle me le demanda.

« Oui. » J’avais hoché la tête.

« Pour l’instant, je suggérerais de ne pas le prendre à cœur et de ne pas trop s’en soucier. Après tout, il n’est pas encore revenu, et même si cela pourrait être un peu trop douloureux pour vous, vous pourriez simplement dissuader ceux qui souhaiteraient s’emparer du pouvoir de votre bien-aimé en suggérant qu’il pourrait être mort. Après tout, comment pourrait-on se marier avec quelqu’un qui n’est plus dans ce monde ? » répondit-elle avec un sourire.

« Mais je sais qu’il reviendra. » J’avais rétorqué cela avec détermination dans mes yeux.

« Oui, mais ce n’est pas leur cas. » Elle l’avait souligné.

« Hm… » J’avais baissé les yeux pendant un moment.

« Lorsque vous n’avez rien à craindre, les dragons ont tendance à chercher quelque chose ou même à fabriquer quelque chose qui les occupera. Il est donc très facile pour une personne de commencer à voir un danger là où il n’y en a pas. » Kataryna m’avait dit cela puis elle m’avait tapoté la tête : « Ne te stresse pas avec des trucs inutiles pour le moment. Penses-y lorsque la situation se présentera. »

« Je vous remercie. » J’ai hoché la tête.

« À chacun ses… » dit son Altesse dans un murmure.

Nous sommes arrivés aux portes du seigneur de la ville après une vingtaine de minutes de marche à un rythme lent. Le bâtiment où vivait cet el’doraw pouvait être considéré comme un véritable palais compte tenu de sa taille. Les murs étaient hauts et robustes, adaptés pour repousser les attaques de l’extérieur, mais ils avaient l’air vieux et rapiécés. Dans certaines régions, il y avait même de vieilles marques laissées par des monstres puissants ou des attaques de siège. Bien que faciles à réparer, ils les avaient probablement laissés là pour leur valeur historique. En d’autres termes, la zone autour de ce palais était si paisible qu’ils n’avaient pas besoin d’envisager de consolider leurs défenses contre une attaque ennemie potentielle.

Remarquant que je regardais ces marques, Son Altesse m’avait dit : « Vazar était autrefois une forteresse qui se dressait comme un bastion contre les forces d’Anui’Yahna. Quand il a finalement été conquis, les el’doraw ont été forcés de se suicider sur ordre du Dieu fou, ou du moins c’est ce que dit la légende. C’était peut-être l’ordre de leur général plutôt que celui de leur dieu. »

« Alors, c’est plus un symbole qu’une forteresse fonctionnelle ? » avais-je demandé.

« Regarde-le attentivement, Seryanna, penses-tu qu’un palais entouré de murs aussi hauts et patrouillé à intervalles réguliers ne soit pas prêt à affronter une force d’invasion si nécessaire ? »

J’avais regardé par la fenêtre et mes yeux avaient suivi les mouvements des gardes là-haut.

« Non… Ils sont prêts. » J’avais répondu.

« En effet, ils le sont. La question est… qui, selon eux, fera l’invasion ? Akutan… ou Anui’Yahna ? » se demanda-t-elle en se penchant en arrière sur son siège.

« Les elfes auraient-ils une raison de les attaquer ? Et si tel est le cas, pourquoi ne pas réparer les dommages causés lors de la bataille précédente ? » Je me le demandais.

« Les elfes d’origine… non. » elle secoua la tête « Cependant, en ce moment, Anui'Yahna a un assez grand nombre de héros humains qui s’interrogent sur leurs terres… Nous avons vu de quoi ils sont capables, et nous savons déjà qu’ils ont utilisé leurs connaissances et leur puissance pour faire des changements significatifs dans chaque pays sur la face de la carte… Même notre Albeyater a été changé par deux de ces individus, l’un qui est notre allié et l’autre qui était notre ennemi. Quant aux marques sur les murs, qui sait ? Peut-être sont-ils plus robustes qu’ils ne le paraissent ? » elle ferma les yeux à la fin.

Il n’y avait aucun moyen pour moi ou pour quiconque de répliquer à cette déclaration. C’était la vérité et rien que la vérité.

Nous ne savions pas si nous pouvions faire confiance aux actions des héros humains et nous ne savions pas non plus s’ils avaient la meilleure intention pour notre monde. La connaissance qu’ils avaient apportée de leur connaissance d’origine était parfois étrange et parfois absolument géniale. Pour eux, c’était une normalité, tandis que pour nous, c’était un cadeau qui pouvait très bien n’être qu’un piège très rusé et dangereux bien emballé pour plaire à ceux qui y jetaient un coup d’œil.

Ce qui était un fait clair et en même temps important que nous ne pouvions nous permettre d’oublier, c’était que les héros humains n’étaient en aucun cas réunis sous le même drapeau. Ils étaient dispersés et loyal d’abord et avant tout envers eux-mêmes et seulement eux-mêmes. Ce n’est qu’après avoir connu les autres habitants de ce monde qu’ils s’étaient permis de nouer des liens avec les autres. Jusque-là, ils pouvaient être à la fois un allié et un ennemi.

Le chariot s’arrêta à l’entrée de cette ancienne forteresse déguisée en palais, qui était la demeure du seigneur de la ville. Bien que nous n’ayons pas l’intention de rester dans les murs de cette ville, j’avais trouvé un peu impoli qu’ils n’accueillent pas Son Altesse d’une manière adaptée à une personne de son statut.

« Je vais sortir un peu, » avais-je annoncé en ouvrant la porte.

La princesse Elleyzabelle ne m’avait donné aucun ordre ni ne m’avait donné de conseil, son regard était cependant sévère et ferme, me disant que je ne devais oublier ni mon statut ni mon rôle dans cette mission. J’avais répondu avec un signe de tête, puis je m’étais dirigée vers l’un des soldats qui nous avait escortés pendant tout ce temps.

« Quel est le problème ? » avais-je demandé en regardant avec impatience les deux soldats croiser leurs lances, interdisant notre entrée dans le palais pour recevoir un salut cordial comme tout autre noble aurait dû.

« Ceci… je m’excuse, » il baissa la tête.

« Hm ? » J’avais de nouveau tourné mon attention vers les gardes et j’avais remarqué qu’il y avait quelqu’un à côté d’eux. Il ressemblait à un jeune seigneur qui portait une belle armure décorée de toutes sortes de pierres précieuses, rien de plus qu’une simple boîte scintillante ne peut attirer l’attention des aveugles et la pitié d’un vaillant guerrier qui ne voulait pas s’attaquer au faible.

« Vous n’êtes pas autorisé à entrer ! Au juste, que pense ce seigneur de la partie non civilisée de Ledmerra ? » déclara-t-il avec une bouffée en tapant la pointe de son épée décorée dans le sol.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Il va se faire massacrer 😂😂

Laisser un commentaire