100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 117 – Partie 2

***

Chapitre 117 : Réflexions d’une princesse sur Ledmerra

Partie 2

J’avais continué à poser autant de questions que je le pouvais, tout en restant polie à la chevalière royale Callipso Emerdel, mais pendant nos séjours dans diverses auberges, j’avais ordonné à Tanarotte de se rendre dans les villes et villages voisins et de recueillir toutes sortes d’informations qu’elle pouvait. La dragonne, malgré sa maladresse, était une espionne experte quand c’était nécessaire.

D’après ce qu’elle a recueilli, la plupart des Héros humains étaient situés dans la capitale de Ledmerra, à Meshin, et parmi les informations que nous avions obtenues de Callipso, rien ne semblait manquer. Les rumeurs sur notre arrivée s’étaient déjà propagées dans la capitale et avaient probablement également atteint l’empire Anui’Yahna. Les chances d’une escorte officielle arrivant aux portes de la ville frontalière de Vazar étaient maintenant assez élevées. En fait, ce serait la chose polie et respectueuse à faire, et jusqu’à présent, les dirigeants des elfes n’étaient pas apparus comme étant du genre à renoncer à l’accueil d’une royauté étrangère.

Le Royaume de Ledmerra, cependant, n’était pas aussi paisible que ce qui nous avait été dit au départ. La frontière au nord était constamment menacée par des monstres et les eaux étaient rarement sûres pour naviguer. Cette situation était assez similaire à celle d’Albeyater, mais la chose que j’attendais quelque peu d’être vrai s’était avérée l’être. Tanarotte avait pu découvrir que la discrimination entre les elfes et el’doraw était là. Les elfes se considéraient comme supérieurs aux el’doraw et l’hommage annuel consistait en ce que les premiers apprenaient à être « inutiles » pour eux.

Cette situation était peut-être née de l’apparition de fonctionnaires corrompus au cours des siècles, mais cette discrimination s’était également étendue aux Héros humains, qui avaient eu encore plus de problèmes avec les elfes qu’avec les el’doraw. Alors que ces derniers acceptaient quelque peu leur présence ici, les autres leur étaient plutôt imposants.

En ce qui concerne les biens qu’ils pouvaient échanger et la culture qu’ils pouvaient partager, il semblait que je manquais un peu de ma propre observation, Tanarotte avait pris note de divers articles qui pourraient intéresser les roturiers, tels que des outils ménagers innovants et même une nouvelle forme de cultures qui étaient similaires au riz et aux maïs auxquels j’étais habituée.

J’avais pris note de toutes ces informations que la dragonne avait rassemblées pour moi, et je m’étais assurée de les conserver dans mon propre anneau de Stockage. Un jour, j’avais demandé à Tanarotte pourquoi elle faisait semblant d’être une imbécile en public et pourquoi elle avait continué à déranger Kataryna comme ça.

« Votre Altesse, personne ne va prendre note des actions sournoises du clown du groupe. En même temps, je peux dire que mes interactions avec Lady Kataryna ne sont pas aussi dangereuses qu’elles le semblent. C’est une dragonne très habile qui a toute mon adoration et mon admiration. Elle est intelligente et est beaucoup plus rusée que moi ! Si quoi que ce soit, Votre Altesse, le fait que je sois toujours complètement indemne et capable de faire mon devoir à tout moment devrait être un signe clair de ce fait que toutes ces apparentes explosions violentes ne sont rien d’autre qu’une forme de l’affection ludique de ma Dame envers moi ! » elle avait déclaré cela avec un sourire éclatant et une expression troublée sur son visage.

Je ne pouvais pas dire si elle était une idiote amoureuse, une dragonne avec un fétiche bizarre, ou si ces deux dragonnes étaient en effet beaucoup plus sournoises et rusées qu’elles ne semblaient l’être.

Environ deux semaines après avoir quitté Offspray, nous étions finalement arrivés aux portes de la ville frontalière de Vazar. Pendant que nous attendions le traitement sur la longue ligne d’entrée, Kataryna avait remarqué que j’étais perdue dans mes propres pensées et avait demandé :

« Êtes-vous inquiète pour quelque chose, Votre Altesse ? »

« Hm… Non, eh bien… oui. » J’avais baissé les yeux un instant.

« Puis-je vous demander de quoi vous inquiétez-vous ? »

C’était une chose difficile à répondre en ce moment, mais en même temps, le garder ne m’avait probablement pas aidée. En ce moment, c’était l’occasion idéale de partager mes pensées puisque nous étions seuls dans la voiture. Sire Callipso et Sire Seryanna nous gardaient de l’extérieur et la magie insonorisée était quelque chose que chacun de nous pouvait activer sur un coup de tête.

« Eh bien… Après avoir terminé notre travail sur le continent Elfe, nous devrons revenir, non ? » Lui avais-je demandé en regardant ses yeux.

« Ce serait la chose logique à faire, oui. » elle hocha la tête « Pourquoi ? Envisagez-vous de rester ici ? » m’avait-elle demandé en plissant les yeux sur moi.

« Non. » J’avais secoué la tête « C’est juste qu’une fois que cela sera fait, j’aurais accompli quelque chose qu’aucun autre pays sur le continent Dragon n’a été capable de faire… J’ai créé des routes commerciales et des alliances avec une nation dragon… » J’avais dit cela alors que je fermais mon poing et le tenais près de mon cœur.

« Ce serait important, pourquoi ? » demanda-t-elle en haussant les sourcils.

« Techniquement, je suis en âge de me marier… et je n’ai pas encore envoyé de liste de candidats potentiels au mariage ni n’ai commencé à en rechercher un moi-même. La plupart de mes sœurs sont déjà mariées ou fiancées et je suis l’une des rares à ne pas l’avoir fait. Pour rendre les choses difficiles, ma puissance politique et militaire a considérablement augmenté après que vous et Alkelios ayez rejoint mes côtés, et avec le rétablissement de Brekkar, je suis essentiellement l’une des nobles dames les plus prometteuses d’Albeyater… » lui avais-je dit.

« Donc, en substance, une fois que vous revenez, vous aurez soit un mariage forcé ou vous devrez choisir un candidat qui est tout aussi bon sinon meilleur que vous, n’est-ce pas ? » elle l’avait demandé.

« Oui. » J’avais hoché la tête. « En ce moment, il n’y a personne… et… je ne veux pas être mariée à un Prince d’Embryger ou à quelqu’un comme ça. Je veux rester à Albeyater, du moins pour l’instant… » Je poussai un gros soupir.

« Hm, alors pourquoi ne pas épouser Alkelios ? » demanda-t-elle en inclinant la tête vers la gauche.

« Pardon ? » Avais-je demandé en clignant des yeux surpris.

« Eh bien, non seulement il est plus puissant que vous, mais cela pourrait également renforcer sa présence à Albeyater et accroître son influence politique. Qu’il soit ou non à moitié humain n’aurait plus d’importance. De plus, s’il s’agit d’un mariage politique, je suis certaine que lui et Seryanna seraient d’accord, » elle haussa les épaules « Pas comme si vous souhaitiez avoir une relation de couple avec lui maintenant, n’est-ce pas ? » elle me l’avait demandé.

« Bien sûr que non, tout au plus, je ne peux le voir que comme un frère, mais certainement pas comme un mari. » J’avais secoué la tête, refusant même de penser à la possibilité qu’il puisse me bénir avec un œuf.

« Alors, je suppose que vous devriez y penser. D’une certaine manière, ce sera également une bonne chose pour Alkelios, après tout, aucune autre princesse ou noble dame étrangère n’osera essayer de devenir son épouse une fois que la célèbre princesse d’Albeyater deviendra sa concubine. » Kataryna gloussa. « En outre, je ne peux pas attendre de voir quel genre de réaction il aura quand il entendra parler de cela. »

« Vous ne proposez pas cela juste pour en rire, n’est-ce pas ? » Je tournais mon regard vers elle, d’une manière ou d’une autre, sa suggestion s’était avérée non seulement étonnamment raisonnable et logique, mais aussi très suspecte.

« Nan ! » elle secoua la tête et me montra un sourire malicieux.

J’avais poussé un gros soupir et j’avais dit : « Franchement, que vais-je faire de vous ? Quelle sorte de dragon et de chevalier suggérerait à son maître d’épouser leur amoureux ? »

« Une Éveillée supérieure ! » elle avait continué à sourire « Et peut-être… quelqu’un qui ne voudrait pas voir son intérêt amoureux s’impliquer dans ces guerres politiques absurdes tout comme son amour passé l’a fait… Plus son soutien est puissant, moins il y a de chances que quelqu’un va essayer de jouer avec lui, » ajouta-t-elle à la fin, la tristesse dans ses yeux n’était là que pendant une fraction de moment, mais je l’avais saisie.

« Kataryna… »

« Prenez cela comme un conseil amical, Votre Altesse ! Pas besoin de trop y penser, d’ailleurs, on ne sait toujours pas ce qui pourrait arriver dans un an ou deux. Nous devons encore conclure l’accord avec les Anui’Yahna… et le voyage de retour sera long. Vous avez amplement le temps d’y penser, » elle m’avait fait un doux sourire.

« Je vous remercie. » J’avais répondu avec un sourire similaire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire