100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 116 – Partie 2

***

Chapitre 116 : Réflexions sur les héros et les nations

Partie 2

En tant qu’étrangers sur ces terres, nous avions gardé la tête basse et n’avions pas essayé de semer le trouble ou d’attirer l’attention des autres, bien que… il y avait des moments où la façon dont nous nous comportions ou agissions naturellement était exactement le contraire.

L’un de ces moments avait été après le retour de Tanarotte de sa mission. Au lieu de retourner dans sa chambre pour faire comme si elle avait été là toute la nuit, elle était allée sottement dans la chambre de Kataryna et avait annoncé son retour tout en ouvrant la porte en grand. Le problème était qu’à ce moment précis, la dragonne aux écailles argentées était en train de changer ses vêtements, donc à l’exception de sa culotte, elle n’avait pas d’autres vêtements sur elle. En soi, cela ne posait pas vraiment de problème si elle était dans sa propre maison, mais… juste derrière Tanarotte, trois hommes d’El’doraw passaient par là, avec l’intention de descendre pour prendre un petit déjeuner. Ils avaient tourné la tête par réflexe et avaient vu quelque chose qu’ils n’auraient pas dû voir. Quant à ce qui s’est passé après… eh bien, disons simplement que nous avons dû payer des dommages-intérêts et utiliser trois potions de guérison pour maintenir notre politique de « pas de mort civile ».

Ce qui m’avait le plus surprise dans cet événement, c’est que lorsque Kataryna avait crié après les hommes, elle avait déclaré que son corps ne pouvait être vu que par Alkelios. Si c’était avant notre départ d’Albeyater, ses paroles auraient peut-être un peu piqué mon cœur, mais pour l’instant, elles ne l’avaient pas fait. Peut-être que, sans que je m’en rende compte, je commençais à accepter la dragonne aux écailles argentées comme une concubine potentielle de mon mari. L’idée de partager Alkelios avait irrité mon côté possessif, mais pas autant quand il s’agit de Kataryna.

Dois-je la voir davantage comme une sœur-épouse maintenant ? Je me l’étais demandé pendant que nous quittions la ville d’Ontar.

Cette pensée était restée sans réponse.

La route menant à la ville frontalière de Vazar n’était pas droite, il y avait de nombreux virages qui se connectaient à diverses autres petites routes menant à divers villages et villes de la région. Être dans une zone couverte d’une forêt luxuriante signifiait également qu’il y avait beaucoup de monstres dangereux qui se cachaient dans l’ombre. Callipso nous avait dit que d’habitude des Loups à piques d’acier et même des Quizars pouvaient être vus autour de ces parties.

Ce monstre nous avait toutes intriguées, alors nous avions demandé plus de détails. Ce que les el’doraw nous avaient dit était :

« Les Quizars sont des monstres puissants, grands comme une porte de ville. Il a le haut du corps d’un griffon et le bas du corps d’un serpent. Habituellement, la couleur des écailles détermine l’élément avec lequel il est le plus en phase et peut donc être considérée comme capable de le lancer sous la forme d’un sort. Les jeunes adultes ne peuvent pas lancer de magie, mais les adultes et surtout les aînés peuvent le faire facilement. La version Roi de cette bête serait aussi grande qu’un château et capable d’utiliser tous les éléments connus, mais personne ne l’a encore vue. »

Quand nous avions entendu cela, les seuls qui espéraient que nous ne rencontrerions pas un tel monstre étaient tous ceux présents à l’exception de moi et de Kataryna. Le sourire sur nos lèvres nous trahissait et Son Altesse dut intervenir.

« Vous deux, les maniaques de la bataille, ne pouvez pas sortir chasser le Roi des Quizars. » Elle nous avait ordonné d’un ton calme, même si je ne croyais pas que l’insulte était nécessaire.

Je n’étais pas une maniaque de la bataille… mais je ne pouvais pas m’empêcher d’essayer de tester ma force et d’étirer mes ailes de temps en temps, pas trop souvent… si possible trois fois par jour aurait été génial ! J’étais certaine que Kataryna pensait la même chose.

En nous rapprochant de la frontière, nous avions rencontré beaucoup plus de caravanes de marchands, d’aventuriers et même de réfugiés qui cherchaient à s’installer à Ledmerra.

« Est-ce que les affaires avec l’empire sont bonnes ? » J’avais demandé quand j’avais vu un wagon rempli à ras bord de toutes sortes de marchandises destinées à être échangées et vendues.

« Ledmerra et Anui’Yahna ont un accord de libre-échange. Il n’y a pas de taxe sur les commerçants locaux uniquement ceux qui viennent de l’extérieur du continent elfe ou qui n’ont pas encore acquis de licence de commerce international. C’est l’une des nombreuses suggestions du Héros Humain qui est actuellement fiancé avec la Princesse Elfe. » Répondit-elle avec un sourire.

« Xardun Overtur était son nom, si je me souviens bien ? » lui demanda Son Altesse.

« Oui, et depuis son arrivée à la Cour royale d’Anui’Yahna, il y a eu toutes sortes de nouvelles politiques qui ont été données. Bien entendu, l’accord de libre-échange est l’un des plus populaires et des plus compliqués à mettre en œuvre. Mon père m’a dit une fois que seul un génie de la politique aurait pu trouver quelque chose comme ça et qu’il ne pouvait pas vraiment croire que quelque chose comme ça était un standard d’où il venait. » dit-elle.

« Oh ? Donc, la connaissance que les Héros Humains ne sont pas de notre monde est répandue ici ? » Demanda Kataryna en haussant les sourcils.

« Oui. » Callipso hocha la tête. « Avec un si grand nombre d’entre eux apparaissant si soudainement et sans parler de fuir vers notre nation à cause de l’impitoyabilité de l’Empire Akutan, il est tout à fait naturel qu’il devienne connu tôt ou tard. En fait, au début, peu de gens croyaient cela, et certains ont même envisagé de les appeler des blasphémateurs contre les dieux, mais tout cela s’est calmé à mesure que nous avons appris à les connaître. » Nous dit-elle.

« Intéressant. » Dit Son Altesse en posant son menton sur son doigt pointé.

« Bien qu’ils s’appellent des héros, ces humains n’étaient pas vraiment intéressés à faire des actions héroïques. Beaucoup d’entre eux se sont installés et ont accepté des emplois réguliers comme tous les autres el’doraw ou elfes. Quand j’ai entendu parler d’eux pour la première fois, j’ai également pensé qu’ils commenceraient à parcourir le pays à la recherche d’aventures et de personnes à sauver, mais ce n’était pas comme ça. » Elle secoua la tête.

« Nous sommes conscients que ce sont des individus particuliers avec une mentalité très différente de ceux qui sont originaires de ce monde. » Dit Son Altesse.

« Quelle est votre opinion d’eux ? Ou plutôt… comment la plupart des el’doraw les voient-ils ? » J’avais demandé cela.

« Eh bien… je voudrais croire que mon opinion à ce sujet est similaire à celle de mes collègues chevaliers. » elle avait regardé par la fenêtre pendant une seconde puis avait dit : « Et tant qu’ils ne représentent pas un danger pour cette nation ou l’empire Anui'Yahna, nous les accepterons à l’intérieur de nos frontières, mais au moment où ils décideront de tourner le dos contre nous, nous serons prêts et nous n’hésiterons pas à les abattre. » Déclara-t-elle avec une certitude absolue dans le ton de sa voix.

« Qu’en est-il du reste ? » J’avais demandé cela.

« Bien qu’ils ne nourrissent aucune mauvaise intention envers eux, l’acceptation n’est pas unanime… Certains approuvent leur présence ici, tandis que d’autres ne les voient que comme des monstres prêts à se retourner contre nous. »

« D’une certaine manière, ils peuvent devenir des monstres… Leur pouvoir peut croître rapidement et pourrait facilement les corrompre. Nous avons vu quelle forme cela peut prendre de nos propres yeux, » Dit Kataryna en regardant Callipso.

« En fin de compte, ce ne sont que des humains normaux qui ont reçu un don de pouvoir. La façon dont ils le gèrent dépend uniquement d’eux, mais en même temps… le destin doit également jouer un rôle important dans tout cela. » Son Altesse m’avait regardée en disant cela.

Lorsque j’avais fermé les yeux, je me souvenais aussi clairement que le jour où j’avais rencontré Alkelios pour la première fois. Au milieu d’une forêt remplie de monstres qui pourraient facilement le tuer, il était tombé sur moi, une dragonne qui avait été blessée par la cupidité et la sauvagerie des humains. Pourtant, à ce moment-là, au lieu de tacher mon épée de son sang, je l’avais regardé dans les yeux et j’avais pu voir l’espoir dans les mots que mon grand-père m’avait offerts après son retour de la guerre. Ne détestez pas l’espèce entière, ne les détestez pas simplement parce qu’ils ont peur… regardez-les et jugez-les correctement. Cette leçon m’accompagne depuis lors, mais ce n’est qu’en rencontrant Alkelios que j’avais commencé à l’apprendre.

« Ils ne sont pas tous mauvais… Il est vrai que certains peuvent être facilement influencés par la tentation corrompue du pouvoir, tandis que d’autres, bien que tenant une bonne intention, peuvent mal comprendre son utilisation et causer des dommages inutiles. Leur morale et leur éthique sont différentes des nôtres à de nombreux points de vue, mais si on leur en donne la possibilité, je suis certaine que tout comme la façon dont certains choisiraient d’abuser de leur pouvoir, ils seront également ceux qui souhaiteront l’utiliser à bon escient. » Dis-je en ouvrant les yeux.

C’était ma propre opinion honnête et parmi toutes les personnes présentes dans cette voiture. J’étais probablement celle à avoir le plus d’expérience en matière d’interaction avec un héros humain. J’aurais pu penser qu’Alkelios était l’exception parmi tous, mais quand nous avions visité le continent Relliars et même le continent nain, j’avais réalisé qu’il y avait beaucoup d’autres humains qui souhaitaient s’adapter à ce monde et donner le meilleur d’eux-mêmes pour leurs proches.

« La ligne de séparation entre un héros et un monstre est petite. » Dit Kataryna en fermant les yeux et en se penchant en arrière sur sa chaise.

Nous étions restées silencieuses pendant encore une demi-heure environ avant de passer à un autre sujet de conversation, les marchandises qui pouvaient être échangées entre les el’doraw et Albeyater. Bien que ce soit une conversation purement théorique, j’étais restée silencieuse à ce sujet alors que les pensées de la conversation précédente persistaient encore en moi.

Alkelios, comme tous ces héros humains, pourrait être un cadeau ou une malédiction pour ce monde, mais pour moi, il était la lumière de ma vie, l’espoir de mes rêves et l’homme que j’avais juré d’aimer pour le reste de ma vie… S’il finissait par tomber du côté obscur, je ferais en sorte de le ramener du côté clair, parce que j’étais certaine qu’il ferait de même pour moi.

Et… si par hasard… il devait trouver l’idée de rassembler plus de concubines à ses côtés, il faudrait d’abord s’assurer qu’elles soient plus fortes que moi et capables non seulement de gagner ma confiance, mais aussi mon respect. Alkelios devrait également être prêt à affronter ma colère si, après toutes ces années, je le trouvais vivant sa vie tranquillement parmi un tas de petits moutons fragiles et bon marché qui pensaient pouvoir séduire mon mari !

« Hm ? Est-ce qu’il fait chaud ici ou est-ce juste moi ? » Demanda Callipso alors qu’elle commençait à battre l’air.

« C’est juste vous. » J’avais répondu avec un grognement bas. Alkelios, n’ose pas le faire ! avais-je pensé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire