100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 116 – Partie 1

***

Chapitre 116 : Réflexions sur les héros et les nations

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

Sur le chemin vers la frontière, nous avions dû passer par la ville d’Onar. Là, nous étions restés pour la nuit à l’auberge Velderac, où j’avais profité de l’occasion pour rassembler des informations auprès des aventuriers locaux et voir s’il y avait des rumeurs particulières qui auraient pu nous intéresser.   

Il n’y avait pas de meilleure méthode pour les faire parler que de leur offrir une boisson après une longue journée de missions et de quêtes pour la guilde. Parmi les camarades avec qui j’avais discuté, j’avais fait la connaissance du groupe de l’Aile d’Argent, qui se composait d’un héros humain du nom de Servos Darbukar, qui avait assumé le rôle d’avant-garde ; Belius le Lancier, un el’doraw avec une solide carrure qui avait endossé le rôle de l’attaquant, Mesina Velanoce en tant que guérisseuse et Justian en tant qu’expert en éclaireurs et pièges.

Celui qui avait fait cette introduction était le Héros Humain, qui m’avait dit qu’il venait d’Akutan cherchant refuge parmi les elfes. En voyageant à travers le pays, il avait fait la connaissance de Mesina et peu à peu, il avait fini par être séduit par la culture el’doraw. Bien que son histoire paraisse plausible, je ne croyais pas cette dernière partie. Si je devais dire ce que c’était, alors je dirais qu’il était charmé par la mignonne guérisseuse el’doraw, qui ne semblait pas être dérangée par ses avances.

Les autres membres du groupe étaient bien conscients de ce détail, mais ils avaient fait de leur mieux pour ne pas le mentionner et avaient laissé le couple se débrouiller tout seul. Ce qu’ils avaient partagé avec moi, cependant, était quelques détails intéressants sur la façon dont l’aventure fonctionnait dans cette zone ainsi que dans Akutan.

Avant de quitter le continent humain, il y avait également eu quelques aventures. Comme c’était un si grand pays, ils avaient leur propre guilde et leur propre système de classement, qui était utilisé avec le système mondial. Selon eux, il était considéré comme un aventurier débutant qui n’a réussi à monter que de trois rangs. Là-bas, chaque rang individuel allait débloquer de nouveaux avantages pour l’aventurier ainsi que de nouvelles missions. Jusqu’à présent, il n’y avait rien de spécial par rapport à celui que nous avions sur le continent des dragons, mais ce qui faisait la différence, c’était le fait que vous ne pouviez que monter jusqu’à un certain rang.

La classe sociale, la réputation et les relations personnelles faisaient une différence incroyable parmi les aventuriers d’Akutan, plus que dans n’importe quelle autre nation. Vous ne pourriez pas dépasser un certain rang si vous étiez un roturier, et peut-être juste un peu plus si vous étiez un marchand respecté ou quelqu’un avec un soutien de noble. D’un autre côté, la noblesse se donnait le droit d’atteindre les rangs les plus élevés et de répandre sa renommée partout.

Selon ce qu’il avait dit, les cas où quelqu’un avait gravi les échelons alors qu’il était encore faible au combat ou en stratégie n’étaient pas peu nombreux et la plupart d’entre eux étaient liés d’une manière ou d’une autre à un puissant noble qui s’intéressait à eux.

Servos m’avait raconté plusieurs histoires ou plutôt des rumeurs qu’il avait entendues de la part d’aventuriers dans les guildes qu’il avait croisées lors de ses voyages dans l’Empire Akutan. Ça concernait des humains puissants, certains qui avaient même atteint le rang d’illuminé, l’équivalent du rang Éveillé supérieur chez les dragons, mais qui s’étaient vu refuser le privilège d’augmenter leur rang de guilde parce qu’ils s’opposaient à un certain noble ou simplement parce qu’ils ne souhaitaient pas être affiliés à la noblesse. Rester à un bas rang n’était pas bien pour eux. Finalement, ils s’étaient retirés dans l’isolement ou ils avaient quitté l’Empire Akutan. Certains auraient été capturés et emprisonnés par les nobles d’Akutan, car ils ne souhaitaient pas que quelqu’un d’aussi puissant qu’eux ne soit libre et affilié à aucun d’entre eux.

En écoutant ces histoires, je m’étais retrouvée étonnée par ces décisions et ces lois. Au lieu de trouver des moyens d’approcher quelqu’un d’aussi puissant qu’un éveillé, ils avaient mis en œuvre des méthodes qui les avaient poussés plus loin tout en sapant la volonté des gens de trouver de la force et d’améliorer encore leurs compétences.

Je ne pouvais pas comprendre pourquoi quelqu’un ferait cela, aucun des pays dragons n’avait fait usage de lois aussi ridicules, mais peut-être que le fait de vivre plus longtemps nous avait permis de voir les inconvénients au cours d’une longue période ? La force était quelque chose pour laquelle chaque dragon se battait, tandis que les dragonnes visaient à régner dans le domaine politique. Si elles avaient des maris puissants à leurs côtés, elles pouvaient faire étalage et utiliser plus de leur pouvoir avec facilité, et un éveillé supérieur était un trésor parmi les trésors. Les forcer à vous soutenir ou même à comploter contre eux pour les expulser de votre pays était une chose si stupide à faire que c’était presque risible.

Ledmerra traitait leurs Starscryers comme de véritables héros. Albeyater considérait les éveillés supérieurs comme une représentation de sa propre puissance. Les nains les considéraient comme des individus au-dessus des gens normaux, même leur titre était celui d’un Illuminé. Relliars croyait que les Évolués étaient une transformation en un être plus puissant. Pendant ce temps, les humains regardaient vers leur éveillé comme ils le feraient avec des pions qu’ils devaient utiliser, des instruments de guerre et des outils de contrôle politique.

Servos m’avait dit que chaque être humain dans l’Empire Akutan se considérait comme l’être supérieur et tous ceux qui l’entouraient comme en dessous d’eux. Le statut politique était tout ce qui comptait et ils refusaient de penser le contraire. Rares étaient ceux qui voyaient le monde à travers des yeux différents et ce sont généralement eux qui étaient les plus discriminés ou réprimés par les autres.

Je ne pouvais m’empêcher de me réjouir de ce problème dans les territoires humains. Bien qu’il soit triste que des innocents puissent finir par perdre la vie ou même être fortement discriminés par leur propre peuple, le fait que le plus grand ennemi d’Albeyater ruinait son propre potentiel de combat comme celui-ci m’a fait sourire et m’a procuré un soulagement au cœur.

Si une autre grande guerre devait se déclencher entre les draconiens et les humains, ces derniers ne correspondraient pas à la première malgré un nombre écrasant.

Il était étrange de voir à quel point les aventuriers de ce continent pouvaient être similaires à ceux trouvés à l’autre bout du monde. Qu’ils soient nains, relliars, el’doraw, humains, dragons ou elfes, ils étaient les mêmes à certains égards. Ils se battaient contre des monstres pour garder le monde en sécurité, et ils tissaient entre eux des liens forts qui vont bien au-delà des liens dictés par le pays lui-même.

En discutant avec eux, je m’étais souvenue de la dernière guerre civile qui avait eu lieu dans mon pays d’origine. Il est clair qu’il y a ceux qui souhaitent le changement, ceux qui souhaitent le conflit et ceux qui souhaitent la paix. Il y aurait toujours des parties conflictuelles dans le royaume d’Albeyater, et on pourrait en dire autant de tous ces autres pays. Ce qui avait fait la différence n’était pas de savoir qui avait raison et qui avait tort, mais qui y était parvenu avec le moins de sang innocent répandu pendant le conflit.

Ici, à l’auberge Velderac, les puissants rencontraient les faibles et les sages rencontraient les idiots, mais finalement, face à l’oppression de leur pays, tout ce qu’ils pouvaient faire était de souffrir en silence ou d’essayer de fuir.

Ce héros humain, Servos Dabukar, était quelqu’un qui détestait l’Empire Akutan, mais en même temps, il y avait des gens au sein de cette nation qui l’adoraient et souhaitaient le voir prospérer tout en suivant le même chemin qu’avant.

Devant ces aventuriers, je ne pouvais qu’être une auditrice et une observatrice, pas une Chevalière royale fidèle à une nation étrangère, et c’est ce que j’ai fait. Pendant plusieurs heures, j’avais parlé avec eux et écouté les contes de ceux qui nous entouraient. Quand j’avais considéré que c’était suffisant, je leur avais dit adieu et leur souhaitai bonne chance dans leurs voyages, puis j’étais retournée dans ma chambre pour prendre quelques heures de sommeil.

Nous n’avions pas l’intention de rester plus d’une seule nuit à la ville Ontar. Le matin venu, nous avions pris un copieux petit déjeuner, puis nous avions quitté l’auberge. Le chevalier royal Callipso avait suggéré que nous essayions de visiter davantage la ville si nous voulions en apprendre davantage sur les habitants d’el’doraw, mais nous avions refusé.

Une chose à mentionner serait le fait que pendant que nous dormions, Tanarotte s’était glissée à l’intérieur des maisons des divers érudits et nobles de cette ville et avait retiré de leurs étagères tout livre ou document qui pourrait contenir des informations utiles sur le passé de ce continent ainsi que des connaissances que nous pourrions trouver utiles lors de nos négociations avec Sa Majesté l’impératrice des elfes. Bien sûr, on lui avait dit de s’assurer qu’elle n’attrapait pas les documents officiels ou tout ce qui pouvait nous être retracé. La dernière chose que nous voulions était d’être appelés voleurs dans un pays étranger, bien que, avec ce genre d’actions… nous l’étions en quelque sorte ? D’une certaine manière, cela ne semblait pas correct, mais Son Altesse avait insisté sur le fait qu’il n’y avait aucun problème avec cela. Elle m’avait même fait rédiger un rapport détaillé avec toutes les informations que j’avais récupérées pendant les heures où je m’étais mêlée aux locaux.

Son Altesse s’assurerait de ne lire ces livres et documents que lorsque le chevalier royal Callipso n’était pas dans la grosse voiture au cas où elle en reconnaîtrait un. Cela n’aurait pas été un problème s’ils étaient dans notre langue draconienne, mais ils étaient soit en elfique, soit dans la vieille langue el’doraw. Elle les avait étudiés tous les deux et pendant que nous voyagions sur la mer et même pendant notre séjour sur ce continent, on nous avait ordonné de pratiquer et d’étudier les langues écrites et parlées du royaume de Ledmerra et de l’empire d’Anui'Yahna. Nous n’avions pas besoin d’attraper leur accent ou leur dialecte, juste de connaître suffisamment de mots pour nous faire comprendre par eux. J’avais le sentiment qu’à l’exception de Son Altesse, le reste d’entre nous parlait d’une manière bizarre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire