100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 115 – Partie 2

***

Chapitre 115 : Des rêves et des dieux

Partie 2

Cette femme était en effet le Chevalier Royal qui devait nous escorter jusqu’à l’Empire Elfe. Nous allions passer par la capitale jusqu’à la frontière, car, pour le moment, nous n’avions aucune raison d’aller visiter la capitale et les nobles. De la façon dont les el’doraw le voyaient, nous devions d’abord être acceptés par les elfes auxquels ils se sentaient redevables et ensuite nous pourrions y retourner, sinon, nous étions que des ennemis pour eux.

Le seigneur de la ville d’Offspray avait eu la gentillesse d’expliquer cette attitude grossière apparente venant de leur part. Les el’doraw n’essayaient pas de nous rendre les choses difficiles ou de se montrer impolis envers un membre d’une famille royale étrangère, c’était juste qu’ils étaient une simple nation vassale de l’empire Anui'Yahna, et qu’ils devaient agir comme ça.

Nous avions quitté Offspray dès que Son Altesse était prête. Nous avions descendu la passerelle sur la jetée, puis nous étions allés saluer Mlle Callipso. Avec un sourire joyeux, elle avait promis de nous escorter en toute sécurité jusqu’à la frontière du Royaume où les représentants des elfes viendraient nous saluer, ce qui signifiait que la nouvelle de notre arrivée et de nos intentions aurait déjà atteint l’Empire. Nous avions choisi de voyager en calèche, ce qui leur donnerait amplement de temps pour se préparer à un accueil respectueux d’un membre d’une famille royale étrangère.

La première partie du voyage, notre départ et même la première nuit passée à l’extérieur, avait été sans incident, presque ennuyeuse, en fait. Kataryna avait joué à chercher Tanarotte, mais c’était à peu près tout le divertissement que nous avions eu, et elle ne pouvait pas taquiner la pauvre dragonne pour toujours. Malgré la relation entre les deux, la dragonne aux écailles argentées s’était toujours assurée qu’elle ne franchissait pas la limite avec elle, ce qui était la raison pour laquelle tous ces abus étaient considérés comme rien de plus qu’un jeu inoffensif.

Ce n’est que le deuxième jour, que le premier groupe de bandits avait décidé de se présenter. Malheureusement pour eux, quand nous les avions vus, Kataryna et moi avions bondi pour les vaincre avant que le Chevalier Royal n’ait même le temps de dégainer son épée.

« Stwap! Et donnez-nous tous de l’or ! » cria l’un d’eux tandis que dix autres surgissaient des buissons.

« Ils sont à moi ! » avais-je crié.

« NON ! À MOI ! » Kataryna répliqua alors que nous chargions toutes les deux nos sorts respectifs.

Des sphères de magie enflammées m’entouraient, tandis que des glaçons géants se formaient autour de Kataryna. Le sol s’était fissuré sous nos pas puissants, et la vague de pression de notre présence avait été libérée de nos corps. Nous avions toutes les deux un grand sourire sur nos visages alors que nous nous préparions à déclencher nos frappes meurtrières.

Quand les bandits nous avaient vu charger comme ça sur eux, ils étaient restés sans voix et tremblants comme de petits agneaux. L’un d’eux s’était même évanoui. Ce qui avait suivi ensuite était… eh bien, un peu recommandable pour le regard d’une dame, mais cela pourrait se résumer comme beaucoup de parties du corps volant partout, les plantes tout autour de nous étaient à la fois glaciales et brûlées en même temps, et au centre de tout cela, nous étions toutes les deux à la recherche d’autres proies… ahem, des voyous à vaincre.

« Je… je… pourquoi suis-je même venue ici ? » Callipso avait demandé ça après qu’elle nous ait vues retourner dans la voiture, à moitié ennuyée qu’il n’y ait plus de bandits qui oseraient nous défier.

Les chevaux auparavant majestueux tremblaient maintenant.

« J’ai dit que mes deux chevalières étaient plutôt fortes, mais je suppose que le Seigneur de la ville ne faisait pas confiance à mes paroles, » déclara Son Altesse avec un soupir.

« Est-ce… est-ce le cas ? » demanda-t-elle en la regardant.

« Notre force n’est pas la plus grande. » Kataryna grommela en remontant dans la voiture.

« Que voulez-vous dire ? » demanda la stupide chevalière.

« Elle veut dire que nous ne sommes pas si fortes, il y en a qui sont capables de facilement nous vaincre et il y en a de plus en plus qui apparaissent. » Lui dis-je en suivant Kataryna dans la voiture.

« P-plus fort ?! » elle était assez surprise.

« Je suppose que les el’doraw n’ont pas d’éveillé supérieur ? Ou comment les appelez-vous ici, Starscryers ? » lui demanda Son Altesse.

« Ce sont des Starscryers ?! » Cria Callipso, sa mâchoire tombant presque au sol et ses yeux sortant presque de leurs orbites.

« Oui, mais y en a-t-il dans ce pays ? » elle l’avait demandé à nouveau.

« Oui, mais… ceci… c’est la première fois que j’en vois un en vrai. J’ai entendu parler du Grand Albarund Osh’Mall, du Sage Shermund de Shuran et de l’Infini Sereya de Kassamyr, mais ce sont des individus que quelqu’un comme moi ne peut que rêver de rencontrer, sans parler de les connaître ! » avait-elle déclaré.

« Sont-ils des individus si insaisissables ? » avais-je demandé.

« Oui ! Ils disent que les rencontrer serait semblable à une vie de fortunes ! Quant à devenir soi-même un Starscryer, c’est considéré comme un rêve auquel la plupart aspirent, mais que personne n’a réussi à atteindre jusqu’ici. » Déclara-t-elle avec un hochement de tête véhément.

Elle semblait extrêmement excitée d’en parler, alors nous avions décidé de la laisser faire. Nous avions toutes les trois posé une question de temps en temps alors que nous lui tirions de plus en plus d’informations.

Tout d’abord, le nom de Starscryer était un titre donné au combattant le plus fort et le plus courageux qui se tenait aux côtés de l’impératrice Anui’Yahna dans ses moments les plus difficiles. Selon la légende, chacun d’eux était suffisamment puissant pour laisser sa marque sur le monde en changeant les forêts, en déplaçant les montagnes ou en drainant les mers. Il y avait ceux qui déplaçaient le cours des rivières et même cachaient les deux lunes sœurs Nocturnia et Nocturnis du regard des mortels d’en bas.

La façon dont le Chevalier royal parlait de ces Starscryers ressemblait aux divagations d’un vieil homme qui parlait de leurs histoires les plus chères ou même de figures religieuses. D’après ce que j’ai entendu jusqu’à présent de cette impératrice, je pouvais comprendre pourquoi ils la regardaient d’une manière si glorieuse, après tout, elle les a sauvés de ce Dieu fou. Mais, cette divinité, qui était-il ?

La deuxième nuit, alors que nous dînions autour du feu de camp, j’avais décidé de demander à Callipso.

« Que pouvez-vous me dire à propos de ce Dieu fou de vos histoires ? Le Seigneur de la ville l’a également mentionné, et au cours de notre voyage, alors que vous avez décrit les nombreux… nombreux exploits des Starscryers, vous l’avez également mentionné à quelques reprises. Sur le continent des dragons, il n’y a pas de telle divinité. »

Son regard tomba sur le feu de camp entre nous puis d’une voix douce, elle commença son récit.

« On dit qu’il est apparu il y a très longtemps… il y a plusieurs millénaires dans le pays appelé Lazardia ou comme les peuples du monde l’appellent maintenant : le continent brisé. Là, il a fait des ravages et détruit tous ceux qui se dressaient sur son chemin, laissant les survivants trembler à ses pieds dans la folie dans laquelle il les a induits… »

Alors qu’elle continuait à nous raconter l’histoire de cette entité, nous avions écouté attentivement ses paroles. La légende du Dieu fou était une légende qui semblait entourée d’une brume presque mythique sinon féerique qui ferait que tout autre étranger verrait ces histoires que comme une sorte de fantasme inventé par l’esprit d’un homme ennuyé.

Pour nous, cependant, ils étaient un petit indice du passé et aussi une chance pour nous d’approfondir notre compréhension des elfes et des el’doraw.

En tant que tels, nous avions écouté la légende du Dieu fou sur la façon dont il avait détruit Lazardia et l’avait transformée en ce qui était maintenant connu comme les Terres brisées. Dans les contes el’doraw, il avait arraché le tonnerre du ciel et augmenté les feux des profondeurs du monde. Les lazarusians avaient essayé de se défendre contre lui, mais ils n’avaient pas pu ne serait-ce que l’égratigner de quelque manière que ce soit.

Puis elle nous avait raconté comment le dieu fou était arrivé sur le continent elfe et d’un seul coup de sa main avait transformé la moitié des anciens elfes en ses esclaves obéissants, tandis que l’autre moitié devait être traquée pour son propre plaisir. Pendant des centaines d’années, ils avaient été traqués par les anciens elfes corrompus jusqu’à ce que le Dieu fou modifie les règles et permette aux survivants d’avoir une chance de riposter. C’était un choix insensé, un pari contre toute attente, et pourtant celle qui l’avait emporté n’était autre que la première impératrice des elfes Anui’Yahna.

De là, les légendes se tournent vers l’histoire. Après avoir combattu les armées du Dieu fou, l’impératrice avait pu libérer les anciens elfes de la corruption du Dieu fou et était finalement devenue l’espèce qui était maintenant connue sous le nom d’el’doraw. Le temps passé sous son influence avait suffi à les modifier sensiblement.

« Outre nos propres légendes, il y a des histoires du Dieu fou partout dans le monde. Je suis surpris que ceux sur le continent des dragons n’aient pas de tels contes… ou peut-être ne se sont-ils pas répandus aussi loin que votre estimé royaume Albeyater ? » Demanda Lady Callipso en se retournant vers nous.

« Nous pourrions en avoir, mais le nom de cette entité pourrait ne pas être le Dieu fou. Par exemple, il y a une histoire sur un mystérieux être recouvert d’un brouillard noir qui ne devrait apparaître au milieu des champs de bataille chevaleresques que pour détruire les deux armées et accroître encore le chaos entre les pays. Nous appelons cette entité Dor’Makur. » dit Kataryna en se grattant l’arrière de la tête.

« J’ai entendu parler de lui, en effet. » la princesse acquiesça puis ajouta : « Les nains m’ont également parlé d’un être appelé Zelbust le Misérable, une créature si vile et puissante qu’elle pourrait arracher la vie même de votre corps et transformer le plus brillant des esprits en le plus stupide des idiots. »

« Ils ont l’air si différents, mais je ne peux pas me départir du sentiment qu’ils pourraient être la même personne. » Callipso secoua la tête.

« Qu’elles soient différentes ou non, peu importe, la question est de savoir si cette entité existe réellement et où elle se cache actuellement. » dit la princesse.

« C’est vrai, si cet être est réel, et par une sorte de chance impie il ciblera le Royaume Albeyater ou même le continent des dragons en entier, nous pourrions avoir besoin d’être préparés pour cela, bien que… pouvez-vous vous préparer pour la venue d’un dieu maléfique ? » Demanda Kataryna.

« Nous ne pouvons qu’essayer. » Je leur avais dit ça en regardant dans le feu. Alkelios serait-il en mesure de faire quoi que ce soit à propos de cette entité, ou tomberait-il désespéré en le rencontrant ? J’avais arrêté de réfléchir pendant un moment puis j’avais secoué la tête. Non, il ne désespérera pas, il aura du mal à trouver une solution, il se battra pour un avenir dans lequel tous ses amis ont réussi à survivre.

« Le Dieu fou… il existe. » dit Callipso d’un ton de voix faible. « Pour les el’doraw et les elfes, ce n’est pas un fantasme… »

Il nous était difficile, dragons, de prendre en considération une menace qui n’apparaissait que dans les mythes et les légendes, mais au moins, nous pouvions apprendre les signes possibles de l’apparition de cet être. Il y avait des chances que ce Dieu fou n’apparaisse jamais devant nous de toute notre vie, donc perdre du temps et de l’énergie à s’en soucier était inutile.

Grâce à Callipso, nous avons appris la sombre histoire des el’doraw et pourquoi ils étaient si disposés à être les vassaux des elfes et à ne pas rechercher leur propre indépendance. Cela avait rendu le succès de nos négociations avec ces derniers plusieurs fois plus important maintenant, car s’ils refusaient une alliance commerciale avec nous, les el’doraw ne seraient pas loin derrière.

L’espoir de la guérison de notre reine reposait également entre les mains des elfes, alors, au mieux, nous avions prié pour qu’aucune forme de problème ne nous tombe dessus. Je ne pensais pas qu’il m’était impossible de fuir avec Son Altesse de ce continent si le besoin s’en faisait sentir, mais je ne souhaitais certainement pas que les choses atteignent un point aussi défavorable.

Callipso avait continué à nous raconter quelques contes plus héroïques des Starscryers des elfes et ceux des el’doraw, mais le Dieu fou n’apparaissait dans aucun d’eux. Il était évident, cependant, qu’ils étaient contre l’esclavage et désapprouvaient toute forme de loi contraire à la bonne volonté du peuple, mais quelle sorte de héros approuverait un noble corrompu de toute façon ?

Puis, alors que tout le monde se couchait, j’avais sorti mon épée et j’avais commencé à la polir tout en gardant la garde devant le feu. Dans mon esprit, j’avais fredonné une chanson, une berceuse que j’espérais un jour chanter à mes enfants.

 

Oh, jeune, fait de beaux rêves ~

Mon doux dragonnet, fais de doux rêves ~

Puisses-tu bien te reposer dans ton lit ~

Mère s’assurera toujours que tu sois nourri

Et cauchemars, méfiez-vous,

Cet enfant n’est pas le vôtre à effrayer ~

Père le protège avec le feu et le bouclier

Devant aucun danger, il ne cédera

Oh, jeune, fais de beaux rêves ~

Mon doux dragonnet, fais de doux rêves ~

Maintenant chut, petit, mon doux petit

Mère te chantera la chanson de son cœur

Alors toi et ton père d’elle ne vous séparerez jamais

Maintenant, petit, mon doux petit, ferme les yeux endors-toi ~

Mère et Père dans leur étreinte, toi, ils garderont ~

Oh, jeune, fais de beaux rêves ~

Mon doux dragonnet, fais de doux rêves ~

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire