100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 115 – Partie 1

***

Chapitre 115 : Des rêves et des dieux

Partie 1

***Point de vue de Seryanna***

Cette nuit-là, après m’être couchée, je m’étais retrouvée à rêver d’un champ de fleurs sans fin. Elles étaient si belles, plus que tout ce que je n’avais jamais vu de toute ma vie. De doux pétales de couleurs élégantes avec une goutte de rosée recueillie sur le dessus avaient révélé la beauté éphémère de leur nature. C’était comme si elles étaient des joyaux bénis peints à la main par une déesse.

Enchanté par elles, j’avais essayé d’en ramasser une et de la sentir, mais peu importe la force que j’avais utilisée, la petite fleur avait refusé de se séparer du sol, elle n’avait même pas explosé lorsque je l’avais serrée par accident.

Mais, alors que j’étais fascinée par la beauté de cet endroit, la partie dragonne en moi avait commencé à jeter un coup d’œil et à penser à des choses idiotes comme à quel point ce serait merveilleux de faire une couronne de ces fleurs ou peut-être de capturer l’essence des pétales dans une bouteille de parfum. Puis elle gloussa à l’idée de les montrer à ses camarades dragons avant de faire suivre ça d’un rougissement timide lorsqu’elle se demanda si son mari serait enchanté par elles.

À Albeyater, je n’avais jamais été du genre à me soucier de telles choses, mais ce n’était pas comme si je n’étais pas du tout intéressée par elles. Je pouvais encore me rappeler à quel point Alkelios était heureux quand il m’avait emmenée à un rendez-vous nocturne après que, sous les conseils de Kataryna, je me sois mise en boule. Je portais une robe de soirée vert foncé, que j’avais achetée une fois sur un coup de tête, une paire de chaussures qui paraissaient stylées et à la mode avec les dragonnes de la capitale. Mon maquillage et mes cheveux avaient été réalisés par Kléo, avec un peu d’aide de Kataryna.

Au début, je ne comprenais pas pourquoi il était important pour moi de mettre une jolie robe, de me maquiller et de me coiffer comme l’une des nobles dames du Palais, qui balançait toujours la queue quand un beau dragon passait, mais après avoir vu l’expression sur le visage d’Alkelios quand il m’avait vue, tout était devenu aussi clair que le jour.

Marcher dans la rue avec lui et capturer les regards des dragons et des dragonnes qui passaient m’avait fait réaliser que sous cette forme, j’étais jolie.

Alkelios m’avait également dit que j’étais belle et d’autres compliments, mais je n’avais pas vraiment l’impression qu’ils comptaient autant jusqu’à ce jour. Ça faisait du bien d’être jolie, mignonne, belle, charmante… et tout ça. Alkelios était fier de m’avoir à ses côtés à cause de cela, et je me sentais heureuse de savoir que je pouvais le récompenser avec quelque chose d’aussi simple que cela.

Un charme de dragonne n’était pas quelque chose qui devrait être facilement mis de côté, comme Kléo me l’avait dit plusieurs fois, c’était un outil et parfois une arme. Le champ de bataille où il était utilisé, cependant, n’avait rien à voir avec le sang versé et les êtres ennemis tués. Là, vous pourriez finir par perdre la bataille si vous ne faisiez rien, quelle que soit votre puissance au combat.

« J’ai réussi à me marier avec Alkelios, mais cela ne voulait pas dire que les prochaines années de mon mariage étaient garanties d’être pacifiques. En tant que bel homme, il devrait attirer l’attention des autres et Albeyater n’était pas un pays qui interdit la polygamie ou la polyandrie. » m’étais-je dit en regardant le champ infini de fleurs.

Dans mon rêve, j’avais alors commencé à marcher vers l’horizon, me demandant ce que je pouvais y trouver, mais en le faisant, j’entendais le rire d’un enfant venant de derrière moi. Quand je m’étais retournée, je n’avais vu personne, ce qui était un peu étrange, mais pas effrayant. Je ne pouvais pas du tout sentir sa présence, donc ma première supposition était que j’avais rencontré une forme d’illusion. Au début, il n’y avait qu’un seul enfant, mais ensuite il y en avait deux, et enfin trois. Parfois, les rires semblaient m’entourer tandis que dans d’autres, ils étaient loin de moi.

J’avais appris à les ignorer alors que je me frayais un chemin à travers le champ de fleurs… jusqu’à ce que… quelqu’un tire ma robe.

Je m’étais arrêtée et après m’être retournée, j’avais baissé les yeux et j’avais vu un petit enfant de dix ou douze ans. Il ressemblait beaucoup à Alkelios, mais il avait des cheveux roux comme les miens. Il m’avait fait un grand sourire, révélant ses dents blanches.

« Maman ? Quand est-ce que papa revient ? » demanda-t-il et avec ces quelques mots, j’avais l’impression que mon bonheur s’était brisé en morceaux.

Le monde avait alors commencé à ressembler à mon agitation intérieure alors que des nuages se profilaient et me cachaient les doux rayons du soleil. Malgré leur beauté et leur indestructibilité, les fleurs avaient commencé à faner un pétale à la fois. Quant à l’enfant, portant ce qui semblait être des vêtements coûteux, il avait fini par porter des chiffons.

« Maman ? Pourquoi as-tu chassé ma maman ? » Une petite fille aux cheveux argentés, qui me rappelait Kataryna m’avait demandé cette chose étrange en tirant sur ma manche.

À ce moment-là, ma jolie robe verte du début avec des motifs de fleurs dorées et argentées brodées dessus avait changé en armure typique d’un soldat usée par les batailles constantes et le temps impitoyable. Le changement avait été brutal, mais j’avais l’impression que des années s’étaient déjà écoulées depuis le moment où j’avais commencé à marcher dans ce champ de fleurs jusqu’au présent.

« Maman ? Était-ce la bonne chose à faire ? » Un autre garçon me l’avait demandée, mais cette fois, il se tenait derrière moi.

Je m’étais retournée et au lieu du champ de fleurs plus tôt, je m’étais retrouvée au milieu d’un champ de bataille. Là, devant moi, le garçon aux cheveux brun foncé tenait le corps d’une femme humaine avec une épée qui sortait de sa poitrine.

« Juste parce que nous sommes humains… pourquoi ? » Demanda le garçon avec des larmes coulant sur ses joues.

« Je… je n’ai pas fait ça. » lui avais-je dit, mais ensuite, dès que j’avais fini mes mots, j’étais tombée par un trou dans un pays de ténèbres.

Ici, pas de lumière, pas d’odeur, pas de jolies fleurs pour faire ma journée, juste un abîme vide sans rien dedans.

« Je ne l’ai pas fait… » Dis-je en flottant dans cet endroit étrange.

Quelque temps plus tard, une entité de lumière était apparue devant moi et m’avait ensuite dit : « Vous ne craignez rien de tout cela, mais vous craignez d’être rejetée. »

« Quoi ? » Demandai-je, surprise.

« C’est intéressant, non ? Votre dilemme. » L’entité avait commencé à parler en se promenant autour de moi. « D’un côté, vous êtes avec votre bien-aimé, mais juste vous deux, personne d’autre autour de vous… » Il m’avait montré sa main sur laquelle une sphère de verre reflétait ma vie de couple avec Alkelios. « D’un autre côté, vous pourriez avoir besoin de le partager, mais… et s’il commence à vous oublier… et si… il vous met de côté ? » il m’avait ensuite montré une sphère de verre sur laquelle je m’étais reflétée debout au milieu de ce champ de fleurs. « Lequel pensez-vous que je veux ? » L’entité lumineuse s’était alors transformée en Alkelios et avec son doux sourire, mon rêve s’était terminé.

Je m’étais réveillée en sueur et en tremblant, mais alors qu’une petite étincelle d’espoir était allumée dans mon cœur, elle s’était rapidement estompée quand j’avais réalisé que j’étais toute seule dans ma chambre à bord du bateau. Le soleil était déjà levé et j’entendais les marins déplacer la cargaison sur le pont supérieur. Devant la fenêtre de ma cabine, un petit oiseau gazouillait en se reposant sur le cadre. Je me levai de mon lit et regardai vers le support d’armure à côté du bureau, fixant mon propre reflet dans l’assiette polie.

« Lequel voulez-vous, Seryanna ? » m’étais-je demandé alors que je commençais à me souvenir de chaque partie de mon rêve.

Il n’y avait aucune chance que ma propre réflexion réponde, mais elle semblait froide et distante, presque comme si elle ne faisait pas vraiment partie de moi.

Ce rêve était déroutant, mais en même temps, il pesait lourdement sur mon cœur, tout comme ce qui m’était arrivé sur le continent nain après que je m’étais accidentellement transformée sous ma forme de bête. Bien que j’étais heureuse de pouvoir libérer mes ailes et de sentir le vent froid caresser mes écailles, la raison derrière cela, comme Kataryna l’avait déclaré à l’époque, était celle à laquelle je devais réfléchir profondément.

Regardant ma main, je la serrai en un poing et me demandai si je devais perdre Alkelios… serais-je toujours libre ? Ou peut-être… Je crains de ne pas pouvoir être libre sans Alkelios dans ma vie ?

Environ une demi-heure plus tard, après avoir terminé ma routine du matin, j’étais montée sur le premier pont, où Kataryna m’attendait déjà. Les marins étaient occupés à déplacer la cargaison vers les ponts inférieurs et le capitaine Mathias parlait à un El’Doraw d’une sorte d’alcool. Je n’étais pas restée pour écouter, au lieu de cela je m’étais approchée de la dragonne aux écailles argentées.

« Bonjour, Kataryna, qu’est-ce que tu regardes ? » avais-je demandé.

« Bonjour… ça. » Elle avait alors montré quelque chose sur la jetée.

Là, près de la route, une prestigieuse calèche avec six beaux chevaux attendait.

À chaque hennissement, les chevaux donnaient l’impression qu’ils étaient l’être le plus majestueux qui existait, une créature que seule une personne de sang royal pouvait oser monter ou, au moins, utiliser avec une voiture. Le chauffeur était un homme d’âge moyen aux cheveux gris attachés en arrière dans une petite queue de cheval. Des cadres argentés reposaient sur son nez, ce qui me rappelait plus un majordome qu’un simple roturier engagé pour prendre soin des chevaux. La voiture elle-même était beaucoup plus grosse qu’une voiture ordinaire, remplissant presque tout l’espace sur la route, me faisant me demander à quel point ce serait gênant de traverser une ville animée. Eh bien, si le pire devait arriver, moi ou Kataryna étions assez fortes pour simplement le soulever et nous envoler avec. Contrairement aux chariots draconiens, celle-ci ne semblait pas peser autant. Quant aux chevaux, ils n’étaient pas des Khosinni. Bien qu’ils aient l’air intelligents et puissants, ils seraient certainement la proie d’un groupe de loups.

« Est-ce que c’est le chevalier royal mentionné par le seigneur de la ville ? » Avais-je demandé lorsque j’avais remarqué la silhouette debout près de la porte de la voiture.

Elle portait une armure différente contrairement à celle des chevaliers et soldats réguliers trouvés dans cette ville. Le symbole du royaume de Ledmerra ornait à la fois son bouclier et le pardessus qu’elle portait au-dessus de son armure intégrale. Le symbole lui-même représentait deux brins d’herbe unis à la base et à la pointe et pliés vers l’extérieur, formant une figure en forme de cœur, puis entre deux morceaux d’herbe, une épée d’argent y était placée, en commençant par la poignée qui était unie en bas et puis la lame qui transperça la pointe du haut de près d’un quart.

Quand j’avais regardé ce symbole, cela m’avait fait penser que si le peuple de cette nation pouvait être considéré comme fragile comme un brin d’herbe, il pouvait abattre ses ennemis comme une épée bien affûtée alimentée par les émotions qui jaillissaient de l’intérieur.

L’El’Doraw se déplaçait avec la fierté d’un chevalier, et le regard dans ses yeux était ferme et inébranlable, croyant qu’elle était assez forte pour faire face à n’importe quoi dans ce monde. Ses cheveux blonds étaient attachés avec un ruban rose en queue de cheval, et la couleur vert foncé de ses yeux était certainement hors de ce monde, mais sa compétence avec l’épée était-elle à la hauteur de sa beauté ou était-elle juste une autre fleur décorative pour le plus haut des classes ?

C’était ma seule question.

À un moment donné, j’étais sur le point de devenir quelqu’un comme elle… la fleur d’un dragon qui ne se souciait ni de ma famille, ni de l’honneur, ni de ceux que je souhaitais servir en tant que chevalière, avais-je pensé en me souvenant de cet horrible dragon.

« Il semblerait. Ça devrait être Callipso Emerdel ? » Dis-je en tournant la tête vers la porte menant aux ponts inférieurs. « As-tu vu Son Altesse ? » avais-je demandé.

« Elle est toujours dans sa chambre. »

« Je vais la voir. » Lui avais-je dit puis j’étais partie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire