100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 111 – Partie 1

***

Chapitre 111 : La loyauté de Sergei Ruva (Partie 1)

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

Il n’y avait rien de plus paisible que de se réveiller aux doux rayons du soleil sur son visage, avec un petit oiseau qui gazouille à la fenêtre et quelques papillons qui s’envolent par hasard au bon moment. Eh bien, tout cela aurait été absolument adorable sans le fait que j’avais le pied puant d’un dragon en plein visage !

Nous avons dû réserver deux grandes chambres à l’auberge, une pour les filles et une pour les garçons, car Ildea et Risha m’avaient fait un regard étrange quand j’avais suggéré de prendre la grande où les nobles séjournaient habituellement. Pendant ce temps, Drumora ne semblait pas s’en soucier de toute façon. Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c’était que les lits soient si fragiles et faibles alors que l’espace était beaucoup plus petit que prévu. J’avais à peine de la place pour y placer mon lit King size. En conséquence, nous l’avions tous partagé. Inutile de dire que le gros lézard de notre groupe avait pris la majeure partie de l’espace, tandis que le pauvre Amadeus s’était fait écraser dans un coin par Kalderan.

Il y a eu plusieurs fois où l’idée de passer à ma forme de demi-dragon m’avait traversé l’esprit, mais cela aurait été trop cruel pour le petit prince Akutan. De plus, si j’avais gâché mon contrôle de l’énergie magique ou lâché mon autorité d’écailles dorées, toutes les bêtes dans une portée de 10 km auraient commencé à agir.

Eh bien, ça ne peut pas être pire que ça… pensai-je, mais ensuite, comme si une sorte d’entité malveillante m’entendait, Coshun laissa échapper un pet long et puant.

POOT !

« Oh, pour l’amour de… OXYGÈNE ! J’AI BESOIN D’OXYGÈNE ! » Je me précipitai vers la fenêtre, effrayant l’oiseau et les papillons, ou plutôt, je me sauvais juste du gaz mortel qui se profilait.

« Ugh… » Kalderan commença à gémir dans son sommeil tandis que le visage d’Amadeus passait du pâle au bleu.

« Réveillé par un pet de dragon royal… c’est nouveau. » Ai-je dit puis j’ai poussé un soupir.

Cependant, lorsque j’avais jeté un coup d’œil dans la rue, j’avais vu quelqu’un jeter un œil au coin de la rue, la tête et le corps recouverts d’une cape noire. Ce type était la définition classique du mot « suspect ». Il ne semblait pas m’avoir remarqué, ou peut-être pensait-il que je ne pouvais pas le voir vu à quelle distance de l’auberge il était, mais il regardait certainement dans cette direction.

Y a-t-il un invité ici qu’il espionne ? Je ne pense pas avoir vu quelqu’un digne de mention… J’avais pensé, puis j’avais regardé dans ma chambre et j’avais immédiatement plissé les yeux vers le groupe.

C’était comme si de grosses flèches pointaient sur eux et me disaient pourquoi quelqu’un tenterait de les espionner. L’un d’eux était un prince dragon, le fils adoptif du roi et de la reine d’Albeyater. À côté de lui se trouvait un Héros humain, puis dans le coin du lit, pâle comme un drap, le prince exilé de la nation humaine la plus puissante, l’empire Akutan. À côté de notre chambre se trouvait la princesse fugitive actuelle de cette nation, Ildea, avec Drumora, la sœur de ce prince Akutan, tandis que leur seul défenseur était une nekatare qui ne pouvait que les protéger des insectes et des rats et une femme aventurière qui n’avait pas d’endroit où aller. Puis il y avait moi, je pouvais sentir les flèches me poignarder le dos quand je repensais à mon statut actuel dans ce monde : Duc Draketerus, le seul espoir de la reine Albeyater, le Héros de la guerre civil d’Albeyater, demi-dragon aux écailles dorées, héros humain avec une mini-bombe nucléaire à sa disposition.

« D’accord, je vais retirer mes mots, il y a beaucoup de cibles à choisir ici… » Je laissai échapper un soupir puis regardai de nouveau cet espion, mais il semblait s’être éloigné quelque part.

Qu’il soit ici à cause de quelqu’un de mon groupe ou non, je m’en fichais vraiment, honnêtement. Nous étions assez puissants pour ne pas nous soucier de petits ennuis. S’ils osaient envoyer des assassins, ils feraient mieux d’envoyer quelqu’un qui soit capable de se battre sur un pied d’égalité avec plusieurs Éveillés.

« Je devrais vérifier du côté des filles après m’être lavé le visage. » Dis-je puis je laissai échapper un bâillement.

Environ une heure plus tard, nous étions tous en bas, en train de manger notre petit déjeuner et de revoir nos plans pour aujourd’hui. Je n’avais pas envie de mentionner le type suspect pour l’instant parce que je ne voulais pas les faire paniquer. De plus, il y avait des chances que ce gars ne soit pas là à cause de nous, mais plutôt pour un autre individu important ou riche discret.

Nous étions sortis de l’auberge dès que nous avions fini notre repas et même pas une demi-heure plus tard, nous quittions déjà le village d’Olfango. Les seuls qui se trouvaient avoir une longueur d’avance sur nous étaient les marchands et les gardes du corps qui avaient des affaires à régler dans la capitale des dix épées ou avaient un horaire serré. Après une bonne nuit de sommeil, qui dans ce monde s’est avéré être beaucoup plus longue qu’elle ne l’était sur Terre, ils étaient tous en pleine forme et prêts à affronter tous les monstres et les méchants qui se trouveraient sur leur chemin.

Il y avait aussi d’autres voyageurs qui n’étaient ni marchands ni aventuriers accompagnant ce dernier. Ils étaient tous des gens ordinaires, tout comme le reste d’entre nous, qui étaient très probablement soit en route pour rendre visite à des membres de leur famille, soit simplement en voyage dans le pays. Eh bien, quel que soit le cas, le potentiel d’attaque de notre groupe en plein jour était un peu plus élevé. Une zone avec une bonne circulation signifiait également que de temps en temps il y avait des individus qui se croyaient en sécurité même s’ils n’apportaient pas d’escorte et finissaient ainsi d’être attaqués par des bandits et autres.

Notre groupe était beaucoup trop diversifié et beaucoup trop grand pour devenir une cible, alors nous avions voyagé sans soucis. Eh bien, même si quelqu’un essayait quelque chose de stupide, cela finirait par être une bonne pratique pour quelques-uns d’entre nous qui devions encore affiner leurs compétences, comme Coshun et Kalderan. Ce nouveau type d’attaque, avec ces balles étranges, était plutôt impressionnant, et je ne pouvais m’empêcher de me demander jusqu’où il pourrait aller s’il avait la chance et les ressources pour le faire.

Environ deux heures après le début de notre voyage, après avoir traversé un carrefour menant à des points d’intérêt à proximité, nous avions été arrêtés par un vieil homme qui ressemblait à l’image crachée d’un majordome moderne. L’homme portait un costume de smoking noir, tenait sa poitrine haute et avait un regard ferme. Ses cheveux argentés étaient peignés en arrière, et les gants noirs qu’il portait dénotaient un caractère raffiné et élégant, mais il en était de même de la façon dont il se comportait. Chaque étape était comme une présentation de tout son être, chaque mouvement était affiné au point que peu ou pas de mouvements inutiles étaient apparent. Le regard dans ses yeux était celui de quelqu’un de haut rang.

Bien que tout à son sujet me crie un majordome, il n’était pas impossible qu’il donne l’impression d’être un noble aux autres.

« Votre Altesse Ildeanussi Vermida Kor, quelle joie de vous voir encore en vie ! Il semble que les rumeurs de votre décès précoce aient été gravement exagérées. » Dit-il au moment où il posa les yeux sur la princesse.

Voyant cela, Coshun avait déjà fait un pas en avant pour la protéger.

« Un lézard idiot essaie de vous défendre ? Quelle surprise, cependant, pas comme si son acte de bravoure signifierait quelque chose après aujourd’hui ! » Déclara-t-il avec un air moqueur en claquant des doigts et une trentaine d’hommes et femmes apparurent depuis l’ombre.

Ils portaient tous le même type d’armure en cuir noir avec une cape noire pour mieux les cacher la nuit. À leur taille, ils portaient un poignard, une épée et un certain type de bouteilles, probablement des poisons ou des stimulants. Le regard dans leurs yeux variait d’un individu à l’autre, certains nous regardaient avec mépris, d’autres avec un ricanement, tandis que certains avec un ennui exagéré, presque comme s’ils étaient là juste pour sortir les poubelles.

Cela ne m’avait pas surpris, je savais déjà qu’ils rôdaient, se cachant dans les buissons depuis un moment maintenant, mais j’étais curieux de voir ce qu’ils comptaient faire. Au début, je pensais que c’était un groupe de bandits bien entraînés ou peut-être des voleurs qui passaient. À ce stade, cependant, je commençais à penser que plutôt que ces derniers, ils étaient très probablement des assassins.

Tôt ou tard, ils devaient comparaître devant nous. La question était de savoir quel royal de ce groupe visait-il ?

« Sergei… Ruva… Je pensais que tu étais mort, » avait déclaré Ildea après un moment de choc.

Ah, c’est donc elle. J’avais pensé.

« Mort ? » Le majordome haussa les sourcils et rit ensuite « Non, folle princesse, j’ai simplement fait semblant d’être mort pour que vous couriez à travers les parties les plus misérables de ce royaume des dix épées. Honnêtement, je m’attendais à ce que vous mouriez dans les bidonvilles où que vous soyez vendue comme esclave, mais qui aurait pu deviner que vous alliez rencontrer ce joyeux groupe qui a osé vous protéger et même faire confiance à vos faibles paroles ? » Demanda-t-il avec un sourire narquois.

« T-tu as fait quoi ? » Demanda Ildea en le regardant avec de grands yeux.

L’innocence et peut-être le manque d’expérience de la princesse étaient encore visibles à travers cette simple réaction chez elle. Au lieu d’accepter ce changement soudain et d’essayer d’en tirer le meilleur parti, elle avait du mal avec sa première étape, qui surmontait le choc. Là encore, nous ne pouvions pas attendre de telles choses de sa part, elle était, en fin de compte, juste une humaine, et cette affaire pourrait être vue ou même considérée comme quelque chose de plutôt inhumain.

Voyant cette situation, j’avais décidé d’intervenir et j’avais demandé à ce majordome « Alors, tu l’as trahie pour quelles raisons ? Argent, célébrité, femmes, un meilleur plan de retraite ? »

« Probablement aucun et probablement tout. » Répondit-il avec un sourire aux lèvres.

« Alkelios, Sergei… est mon majordome, l’homme qui m’a aidée à m’échapper, mais… ça… je ne sais pas pourquoi… » dit Ildea en tournant la tête vers moi et quand je regardai dans ses yeux, je vis des larmes couler sur ses joues.

Il y avait beaucoup d’émotions la tourmentant en ce moment. Il y avait eu la trahison de quelqu’un qu’elle croyait mort, qui lui était fidèle jusqu’au tout dernier moment. Elle croyait en son sacrifice et elle comptait l’honorer d’une manière ou d’une autre plus tard quand elle le pourrait. Vivre pour celui qui avait sacrifié son propre avenir pour soit était une motivation puissante, mais découvrir que tout cela n’était qu’un mensonge pouvait devenir l’une des douleurs les plus terribles qu’un humain puisse supporter.

Il y avait aussi la confusion de la situation, voyant les nombreux assassins amenés par celui qu’elle croyait autrefois loyal envers elle, elle avait commencé à craindre pour notre sécurité. Nous avions montré qu’ils étaient capables de grands exploits de forces, mais l’esprit humain avait besoin de temps pour s’adapter à de tels changements soudains. Même Kalderan avait encore du mal à s’adapter à mon bon sens brisé, donc je ne pouvais pas m’attendre à ce que cette petite princesse claque simplement des doigts et le fasse.

Parmi ces émotions, il y en avait probablement beaucoup plus, comme pourquoi il l’avait trahie, pourquoi cela lui arrivait et aussi quand cela allait-il se terminer ? Ces questions lui avaient apporté à la fois douleur et joie, et ils s’étaient battus dans son cœur comme deux vastes pays en guerre.

« Ildea… fais-nous confiance, nous allons t’aider à traverser cela et t’aider à atteindre la capitale des dix épées. » Je lui avais dit avec un doux sourire.

À ce moment-là, je ne pouvais pas penser à quelque chose de mieux à dire, et si c’étaient les bons mots pour elle ou non resterait à voir. Si c’était ce dernier, je souhaitais juste pouvoir trouver la chance de réparer mon erreur.

« Alkelios, laisse-moi m’occuper de ce mouton ennuyeux. » M’avait dit Coshun.

Quand je me tournai pour le regarder, je pouvais voir une rare détermination dans ses yeux. Sa main saisissait déjà la poignée de son épée, et non loin de lui, Kalderan préparait déjà son SMG.

« Déchire-le en lambeaux. » Lui avais-je dit.

« Oui ! » Il acquiesça puis fit un pas en avant et dégaina son épée.

« Risha, occupe-toi des enfants et d’Ildea. » Lui dis-je en faisant un pas en avant, debout côte à côte avec le prince dragon.

« Je ne laisserai aucun d’entre eux toucher un seul de leurs cheveux ! » Déclara-t-elle fièrement en dégainant son épée.

Tamara se cacha derrière Ildea, tandis qu’Amadeus tenait sa sœur près de lui.

« Eh bien, d’une manière ou d’une autre, tu as toujours réussi à nous causer des ennuis. » Grommela Kalderan en me lançant un regard noir.

« Si tu étais si mécontent de ça, tu ne sourirais pas pour le moment. » Lui avais-je dit.

« … » sa réponse était de retirer la sécurité de ses SMG-s.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. merci pour le chapitre, il va falloir préparer des sac pour se qu'il restera des assassins et du majordome

  2. J'indique une lettre oublié :
    Duc Draketerus, le seul espoir de la reine Albeyater, le Héros de la guerre civil(e) d’Albeyater

Laisser un commentaire