100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 107 – Partie 2

***

Chapitre 107 : De quelle manière ils nous ont regardés

Partie 2

Après avoir quitté la zone noble, nous nous étions dirigés vers la zone des artisans. Là, nous avions vu les artisans et les forgerons les plus qualifiés que cette ville pouvait offrir. Comme on pouvait s’y attendre, au moment où ils avaient repéré notre groupe, ils nous avaient tous regardés, ou plus précisément nos armes et armures. Au moins, ils agissaient comme de vrais professionnels et ne s’arrêtaient pas de travailler sur leurs projets importants. Si seulement ils pouvaient trouver une seconde, ils se précipiteraient pour nous demander où nous avions acquis nos armures et épées… eh bien, ils l’avaient fait. Je portais un équipement très commun au premier abord.

Le fait était que toute cette attention pouvait également être considérée comme une épée à double tranchant. Premièrement, les gens autour de nous n’étaient plus aussi pressés de nous considérer comme pauvres ou faibles, mais d’un autre côté, ils répandraient une série de rumeurs à notre sujet. Selon les oreilles qui écoutaient, cela pourrait nous causer du tort plus tard.

En cas de problème, cependant, je pensais plutôt à une longue bureaucratie ou à des bandits agaçants qui tenteraient de voler nos affaires. Ces derniers étaient comme des cafards, juste au moment où vous pensiez vous débarrasser du dernier d’entre eux, un autre groupe sortait de nulle part.

Il n’y avait rien d’intéressant à voir dans la zone des artisans ou dans la zone noble, bien que les humains de notre groupe aient semblé plutôt curieux et émerveillés par certains des objets exposés. Quand je leur avais demandé pourquoi des déchets comme ceux-là attiraient leur attention, Ildea avait dit avec un sourire parfaitement poli sur les lèvres :

« Je me souviens d’un individu étrange qui nous a soudainement donné à tous des armures et des armes qui pourraient tout aussi bien être considérées comme des trésors nationaux par le royaume des dix épées, mais apparemment, elles n’étaient pas si importantes pour lui. Mais cela a dû être mon imagination, non ? Après tout, si un tel génie d’artisan existait réellement, alors, peu importe à quel point nos humbles forgerons luttaient, ils ne pourraient jamais espérer rattraper leur retard. Alors oui, je dois imaginer qu’un artisan aussi incroyable trouverait étrange que ses compagnons admirent le travail de ces autres humbles artisans. »

Il n’y avait rien que je puisse dire en retour.

De la zone des artisans, nous étions retournés à l’auberge, mais nous avions emprunté la route la plus pittoresque et étions passés devant le petit château appartenant au noble qui régnait sur cette ville. Je n’avais pas retenu son nom, mais je ne m’étais pas non plus embêté à trouver son nom. Ildea semblait parler avec Coshun et Risha jouait avec Tamara, le seul qui fixait les hauts murs qui séparaient ce domaine du reste de la ville était Kalderan.

« Quelque chose te préoccupe ? » lui avais-je demandé.

« Pas exactement. » Répondit-il en secouant la tête.

Je levai les yeux sur les murs puis sur lui. « Ce monde est très différent du nôtre, n’est-ce pas ? »

« Différent ? » Se moqua-t-il « je dirais que c’est comme un univers complètement différent. Il y a six ans, mon seul souci était de savoir si les États-Unis allaient nous déclarer la guerre ou l’inverse. Mais maintenant… » Il leva les yeux au mur « Maintenant, je dois m’inquiéter non seulement de savoir quel pays pourrait décider d’attaquer celui-ci au cours de la nuit, mais également de savoir qui pourrait être un noble ou non parce que les offenser s’apparente à une peine de mort… Et je ne vais même pas parler des hordes de monstres et de tout ça ! »

« Hm, oui… c’est vrai. Quelques mois après notre arrivée ici, je me suis retrouvé dans un duel avec l’un des principaux chevaliers du royaume Albeyater. » Je lui ai dit.

« Celui contre lequel tu as combattu pendant la guerre ? » Demanda-t-il en plissant les sourcils.

« Oui, celui-là. Il était à l’époque le fiancé de ma femme. Je me suis laissé prendre dans son piège politique à cause de mon manque de connaissances en la matière et je me suis presque fait tuer. Ce n’est que grâce à mes amis que j’ai été épargné, mais j’ai fini par perdre quelque chose de beaucoup plus que ma vie à l’époque…, » lui dis-je. Puis je l’avais regardé dans les yeux « La dragonne dont je suis tombé amoureux, Seryanna Draketerus… » Je baissai les yeux sur ma main et la saisis d’un poing. « J’ai traversé ce que je percevais comme un enfer jusqu’à ce que j’ai enfin le courage de me relever et de réparer mon erreur. »

« Comment l’as-tu récupérée ? » m’avait-il demandé.

« J’avais des amis… et un peu de chance. » Je lui avais fait un sourire ironique.

Kalderan ferma les yeux un instant, il pensait à quelque chose, puis il les ouvrit et leva les yeux au mur « Amis, hein ? Peut-être que si j’avais eu des amis comme toi à l’époque, elle serait toujours en vie… »

Notre petite conversation s’était terminée ici et nous avions continué à nous déplacer dans la rue. Plus nous nous rapprochions des zones les plus communes, plus nous pouvions voir d’aventuriers et de voyous. Bien que quelques-uns nous lançaient un regard noir, personne n’avait eu le courage d’essayer quoi que ce soit.

C’était un changement cependant. Lorsque dans les régions nobles nous recevions des regards de curiosité et peut-être d’admiration, dans les régions les plus communes, nous étions un peu plus près d’être leurs ennemis.

« Ils pensent que nous sommes un groupe de riches nobles qui viennent ici pour se vanter de notre richesse et de notre lignée, » nous expliqua Kalderan.

« Ridicule. » Se moqua Coshun.

Les seuls à ne pas sembler dérangés par nous étaient les aventuriers. Ils voyageaient principalement en groupes d’au moins trois et avaient pu être identifiés soit par le rapport étrange entre leurs armes et armures, soit par le fait qu’ils dégageaient une sensation complètement différente de celle des habitants de cet endroit. Les habitants semblaient être comme une pierre lourde liée à cette terre par des chaînes invisibles, tandis que les étrangers ressemblaient à une brise passante.

À un moment donné, j’avais remarqué que quelque chose se passait un peu devant nous, ce qui avait attiré l’attention des passants. Il y avait un enfant d’environ dix ans avec des cheveux noirs et des yeux noirs qui me rappelait fortement un Japonais. Il portait des chiffons qui avaient été cousus par une main non qualifiée. Les larmes coulant sur ses joues et la morve coulant de son nez, il était à genoux, implorant l’homme devant lui.

Au lieu de m’éloigner, je me suis rapproché de la scène. Il y avait d’autres passants qui s’étaient arrêtés pour regarder, jetant des regards dédaigneux sur le pauvre enfant.

« S-S’il vous plaît ! Je vous en supplie ! S-S’il vous plaît, guérissez m-ma petite s-sœur ! E-Elle est malade et fiévreuse ! E-Elle a besoin d’un D-Docteur ! S’il vous plaît ! Je v-vous en prie ! S-S’il vous plaît ! » Cria le garçon avec un pauvre accent de la langue locale.

« Petit, je t’ai dit que je n’irais pas au taudis avec toi ! Penses-tu que quelqu’un comme moi irait faire un bilan sur quelqu’un qui vit dans cette porcherie ?! » L’homme dédaigneux avait craché sur lui.

« S-S’il vous plaît ! J’ai de l’argent ! » déclara le garçon en sortant un tas de pièces de cuivre de sa poche.

« Sale ! Je n’ai pas besoin de ton argent volé ! Va déranger quelqu’un ou utilise simplement ces pièces pour payer le prêtre pour un enterrement décent ! » Le docteur avait giflé l’argent des mains du garçon.

« Ah ! Non ! » Cria-t-il en voyant les pièces éparpillées sur le sol jusqu’à mes pieds.

Je baissai les yeux et attrapai une pièce de monnaie. Quand je l’avais regardée, j’avais vu qu’elle avait été récemment lavée à l’eau.

« Un voleur ne se serait pas autant soucié d’une pièce de monnaie volée…, » dis-je à voix basse que seule Tamara avait probablement entendu.

En regardant à ma gauche, j’avais vu un voyou se pencher pour saisir l’une des pièces de monnaie, mais je lui avais jeté un regard noir pour l’arrêter.

« Touche-le et je te couperai la main. » Je l’avais prévenu.

Coshun avait remarqué mon intention et s’était dirigé vers l’homme. Voyant la prestigieuse armure et la pression dégagée par le dragon, le voleur recula avec un glapissement puis se fit rapidement oublier.

Je ramassai les pièces autour de moi puis me dirigeai vers le garçon en pleurs qui essayait de rassembler le reste. Personne ici n’aurait voulu essayer d’aider le garçon et, pour ma part, je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’une sorte de discrimination se produisait ici. Peut-être était-ce parce qu’il était pauvre ou peut-être était-ce dû à ses origines ?

Pour moi, de telles choses importaient peu. Avec un doux sourire sur mes lèvres, je me mis à genoux devant le garçon et lui donnai les quelques pièces de monnaie éparpillées jusqu’aux pieds.

« Ce doit être à toi, » lui avais-je dit.

Le garçon leva la tête pour me regarder. Il y avait tellement de larmes dans ses yeux qu’elles obscurcissaient sa vision.

« M-Merci… monsieur. » Dit-il en prenant les pièces.

Il essuya ses larmes, mais quand il les regarda, il se mit à pleurer encore plus fort.

« Q-Qu’est-ce que je vais faire ? » Renifla-t-il. « M-ma sœur est malade…, » il avait hoché. « e-elle… » il avait encore hoché. « e-elle ne peut pas survivre comme ça. » Il bégayait presque à chaque mot à cause des larmes et de la morve.

Je regardai mes compagnons, ils le regardaient tous avec pitié.

« Il vient probablement d’Akutan. Les gens ici ne sont pas si chaleureux envers eux ou envers ceux qui vivent dans les bidonvilles. » Expliqua Kalderan.

« Tout le monde suppose immédiatement que vous êtes de mauvaise naissance ou même que vous êtes peut-être atteint d’une maladie. C’est une chose que j’ai moi-même expérimentée avant d’être sauvée par toi, Alkelios, » déclara Ildea.

« Soupir… eh bien, vous savez que je ne peux pas laisser ça comme ça. C’est juste un gamin, » leur avais-je dit.

« Il y en a d’innombrables autres comme lui là-bas, Alkelios. Avoir pitié d’un et ignorer les autres est un peu hypocrite, tu ne penses pas ? » Demanda Kalderan.

« Non, » je secouai la tête. « J’aide ceux qui croisent mon chemin et je sais que cela n’interférera pas avec ma quête actuelle. Si je devais être assez magnanime pour arrêter et aider tous ceux qui m’entourent, après tout ce que j’ai vu dans ce royaume, je ne finirais probablement jamais par revoir Seryanna. » Répondis-je. Puis j’avais réfléchi alors que je regardais l’enfant. En outre, Dieu m’a dit de prendre mon temps pendant que je voyage à travers le continent humain, et je suis sûr qu’elle a reçu les pings de ma compétence Dompteur de Dragons. S’il n’y avait pas eu cette petite chose rassurante, je n’aurais pas perdu une seule seconde et me serais rendu jusqu’à Albeyater à toute vitesse, ignorant tous, et tout le monde sur mon chemin. Prendre la route lente est assez douloureux, mais autant en profiter et essayer de faire le maximum de choses possible.

« Kalderan, ce n’est pas comme s’il essayait de devenir un saint ou quoi que ce soit du genre. De plus, ce n’est pas comme s’il y avait autre chose d’intéressant à voir dans cette ville. » Lui dit Risha.

« Je suis d’accord. » Coshun acquiesça.

« D-de quoi est-ce v-vous parlez messieurs ? » Demanda le garçon en levant les yeux vers nous.

« Messieurs ? » déclara Ildea et Risha en même temps à voix basse, comme si elles avaient été frappées par une bombe.

« Nous parlons d’aller avec toi pour voir comment va ta sœur. Nous pourrions peut-être l’aider, » lui avais-je dit.

« Quoi ? A-Allez-vous vraiment faire ça ? Êtes-vous un docteur ? » Demanda-t-il et il se releva immédiatement. « Ah ! » Une des pièces lui tomba des mains et je la saisis.

« Pas exactement, mais j’ai quelques potions supplémentaires et je connais peut-être un sort ou deux. » Lui avais-je dit en remettant la pièce dans sa main.

Le garçon la regarda avec de grands yeux puis de nouveau sur moi. Il était probablement toujours confus à propos de ce qui se passait, alors je ne l’avais pas pressé.

« D’accord, je vous emmène voir ma sœur. » Nous dit-il avec un hochement de tête fermes.

« Génial. Eh bien, je m’appelle Alkelios, le grand type est Coshun, le grincheux est Kalderan, les deux femmes qui ressemblent à du verre brisé sont Ildea et Risha, et c’est… euh… Les gars ? Où est Tamara ? » J’avais demandé quand je n’avais vu la boule de poils nulle part.

« Hein ? » Risha en sortit et regarda en arrière.

Nos yeux s’étaient dirigés vers la droite et la gauche jusqu’à ce que nous la remarquions au bout de la rue en train de croquer du poisson fumé devant un étal de nourriture.

« Bien sûr. » Nous l’avions tout dit en même temps.

« Soupir… je vais la chercher… J’espère cependant avoir assez de pièces. » Dit Kalderan en s’approchant d’elle en vérifiant son portefeuille.

Pendant ce temps, le garçon se leva et essuya sa morve et ses larmes avec la manche de sa chemise. L’argent qu’il avait était rangé dans une petite poche et attaché à la corde qu’il utilisait comme ceinture.

« Je m’appelle… je m’appelle Amadeus, » nous déclara-t-il.

« Enchantée, Amadeus, » déclara Ildea avec un doux sourire.

Amadeus ? Où ai-je entendu ce nom avant ? me demandais-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS: ils ont rencontré Mozart ?

Laisser un commentaire