100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 107 – Partie 1

***

Chapitre 107 : De quelle manière ils nous ont regardés

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

Les humains et les dragons étaient fondamentalement différents… quand il s’agissait de leur appétit. Bien que je ne sois pas du genre à craindre un bon repas, quelqu’un comme Coshun avait tendance à manger jusqu’à trois fois plus de nourriture.

Franchement, en ce moment, il mangeait comme s’il n’y avait pas de lendemain ! La nourriture de son assiette disparut plus vite que la serveuse ne pouvait l’apporter. Ce qui était encore plus ridicule était le fait qu’il avait fini de manger avant nous tous, y compris Ildea, qui avait commandé un repas digne d’une dame plutôt que d’un aventurier.

Au moins, il n’avait pas saisi la tasse et l’avait écrasée au sol, appelant un autre service.

Une fois que nous avions mangé à notre faim, nous avions quitté la taverne et étions retournés dans nos chambres, où j’avais jeté un coup d’œil à mes affaires pour trouver un équipement décent pour eux.

« Mon ami, inutile de te préoccuper de quelque chose comme ça. Je suis en forme et assez fort pour sortir au combat seulement avec la chemise sur le dos ! » Se vanta Coshun.

Les bras croisés sur la poitrine et appuyé contre le mur près de la porte, Kalderan lissa les sourcils et se moqua : « Voilà qui explique pourquoi vous êtes couvert de cicatrices. Vous êtes un baril d’insouciance, n’est-ce pas ? »

« Sauter dans des batailles que vous ne pouvez pas gagner est quelque chose que seuls les imbéciles font ! » Déclara-t-il.

« Hm, à quel point j’ai été stupide de défier une éveillée supérieure lors d’une bataille alors que je n’étais même pas au niveau de la force d’un chevalier ordinaire ? » Demandai-je par curiosité.

« Quoi ? Tu as fait quelque chose d’aussi fou que ça ? » Demanda-t-il surpris.

« Ouais. » J’avais haussé les épaules « Elle a fini par devenir une bonne amie, alors tout s’est bien passé. »

« Tu as eu beaucoup de chance, mon ami. Normalement, combattre une personne aussi puissante que cela n’est rien d’autre que de la folie, un souhait de mort, une quête suicidaire, nomme-le comme tu veux. » Déclara-t-il.

« Je suis probablement l’exception qui confirme la règle. » Je lui avais fait un sourire ironique.

Laissant de côté leurs commentaires, les seules armures que j’avais sur moi pour l’instant, était la version produite en série d’armures draconiennes données aux soldats lors de la guerre d’Albeyater et plusieurs armures expérimentales sur lesquelles j’avais travaillé en utilisant les peaux de divers monstres de la forêt de Seculiar.

Plutôt que de fabriquer une nouvelle armure, j’avais décidé de les utiliser.

Risha avait reçu une armure de peau avec plusieurs enchantements appartenant de rang légendaire. De mon point de vue, ce n’était pas énorme, mais ils pourraient la garder en sécurité sur le continent-dragon. L’arc qu’elle portait était remplacé par une autre de mes armes expérimentales. C’était un type pliant avec une ficelle faite de fil d’araignée enchanté. C’était l’un de mes meilleurs produits puisque tout le reste était trop ridicule ou trop inutile.

En parlant d’armes à distance, je n’avais jamais essayé de fabriquer quelque chose qui ressemble à une arme à feu. Quelque chose m’avait dit que je pouvais le faire, mais une autre partie de moi-même s’était demandé comment tout cela pourrait s’inscrire dans le thème de l’épée et de la magie de ce monde entier. Là encore, quand j’avais vu Kalderan brandir ses armes, j’avais eu l’impression que de telles pensées étaient simplement ridicules. Peut-être qu’un jour, lorsque je n’aurai rien à faire, j’allais essayer de fabriquer une arme à feu.

Ildea avait reçu une fine armure de cuir destinée à être utilisée lors de voyages en ville plutôt que lors de combats. C’était une tenue de combat enchantée pour survivre aux mouvements de Seryanna, et qui heureusement avait un enchantement pour ajuster la taille. Aucune offense, mais Ildea ne pouvait pas vraiment comparer en termes de proportions corporelles à une dragonne moyenne.

En guise d’arme, elle avait reçu l’une des épées produites en masse pour les soldats d’Albeyater. Je ne pensais pas vraiment qu’elle serait capable d’utiliser correctement quelque chose d’une qualité supérieure, mais bon, si on me prouvait le contraire lors de ce voyage, cela ne me dérangerait pas de l’échanger avec autre chose.

Lors du tour de Kalderan, je lui avais donné une armure en peau similaire à celle de Risha, mais celle-ci était davantage axée sur le renforcement de son agilité et de sa vitesse. C’était un tireur à distance, alors être rapide et agile était ce qu’il y avait de mieux. Malheureusement, je ne pouvais lui donner d’autre arme, à l’exception d’une dague légendaire destinée à la défense. Sa ceinture avait aussi un tas de cristaux qui pourraient stocker de la magie pour une utilisation ultérieure.

Pour Tamara, je ne pouvais pas y aller avec autre chose que des vêtements normaux enchantés. La petite chatte n’était pas restée assise sans se défendre pour se changer en armure ordinaire. Même quand Risha et Ildea s’étaient unies à elle pour la faire changer, elle avait réussi à s’échapper. Pour elle, cela s’était transformé en un jeu de chasse.

Je ne pouvais pas la laisser sans armes, alors je lui avais donné un poignard semblable à celui de Kalderan, mais c’était d’un rang inférieur, c’était simplement un faible poignard de rang légendaire. Aucune offense à Ildea, qui avait reçu quelque chose de plus faible, mais je voulais que Tamara ait une chance supplémentaire de vaincre son ennemie, même si elle ne savait pas comment l’utiliser correctement.

Le dernier à se tenir devant moi pour recevoir une armure était Coshun. Je ne pouvais pas lui donner quelque chose comme une armure de soldat standard, alors j’avais regardé à travers mes armures en plaques expérimentales et en avais trouvé une qui était au rang légendaire. Elle améliorait également les attaques magiques de l’utilisateur, mais son utilisation principale était pour une bataille de force et d’endurance. À la base, c’était une armure d’avant-garde. En guise d’arme, je lui avais donné une épée à deux mains de débutant légendaire sur laquelle il y avait de véritables enchantements. C’était aussi une de mes armes expérimentales, c’est pourquoi elle avait l’air un peu… unique. Cela ressemblait beaucoup plus à un katana qu’à d’autres armes, mais son extrémité avait deux protubérances en dents de requin sur le côté plat.

« Ce n’est pas beaucoup, mais j’espère que vous les utiliserez bien. Si je vous trouve à en abuser, je les reprendrai ! » Je les avais prévenus.

À l’exception de Kalderan, qui serrait les poings et tremblait pour une raison inconnue, tous les autres avaient été très impressionnés par leurs nouveaux équipements, en particulier Coshun, qui admirait sa nouvelle épée comme si elle était spéciale. Honnêtement, peu importait qu’ils les perdent ou les détruisent. C’était toutes des choses que j’avais faites lorsque j’avais expérimenté mes compétences de forgeron à l’époque où j’étais dans la forêt Seculiar. Si on me le permettait, je pourrais faire quelque chose de bien meilleur sans changer de rang. Il ne fait aucun doute que d’autres forgerons puissent reproduire ou même améliorer leurs formes.

Peut-être que les nains ont quelqu’un de spécial comme ça ? Je ne serais pas surpris s’ils avaient un forgeron capable de créer facilement des choses semblables à un équipement de rang divin, avais-je pensé.

« Alkelios… laisse-moi bien comprendre. Es-tu en train de me dire que toutes les choses que tu nous as données sont soit au rang de maître, soit au rang légendaire ? » Demanda Kalderan avec une contraction dans l’œil droit.

« Euh, oui ? Je suis désolé, mais je ne peux t’en donner aucune. Ils sont un peu trop puissants, mais ils sont parfaits pour se promener dans la forêt Seculiar. » Répondis-je avec un sourire.

Quand ils m’avaient entendu, ils m’avaient tous regardé avec la bouche grande ouverte.

« Alkelios. » Kalderan plissa les yeux vers moi.

« Oui ? »

« Es-tu un idiot ? Même une arme ou une armure de rang maître peut être considérée comme un grand trésor dans ce pays, et tu viens de nous donner des trucs légendaires. Qu’est-ce qu’on est censé tuer avec ces choses ? Des Seigneurs-Démons ? » Répliqua-t-il.

« Hein ? Non, pour les Seigneurs-Démons, il faut des équipements de rang Divin, n’est-ce pas évident ? » J’avais répondu.

« Mère de tous… » dit Kalderan en se regardant.

« Je ne pense pas que notre ami ici comprenne à quel point ce qu’il nous a offert… Même pour Albeyater, cela devrait être considéré comme impressionnant. » Dit Coshun.

« Comment ces choses sont-elles impressionnantes ? Tout au plus, ils sont juste moyens de mon point de vue. » Répliquai-je.

Pour une raison quelconque, j’avais l’impression qu’il venait d’insulter mes compétences d’artisanat.

« Ton point de vue est le problème ! Il n’est pas normal ! » Rétorqua Kalderan.

« Alkelios, nous ne sommes pas ingrats, tu nous as donné ces cadeaux, nous sommes juste… un peu choqués. » M’avait dit Ildea.

« Mon père est-il au courant de tes compétences ? » Demanda Coshun.

« Bien sûr. J’ai fabriqué un tas d’armures et d’épées pour les soldats de la dernière guerre. » Je lui avais dit.

« Je vois. » Il baissa les yeux sur son épée puis sur moi « Tu as déjà dit cela, mais… de quelle guerre parles-tu ? » Il avait demandé.

« La guerre civile entre l’armée de Sa Majesté et les rebelles sous le commandement de Draejan Andrakaryus Doesya. » Je lui ai dit.

Coshun fronça les sourcils.

« Ce jeune garçon a levé son épée contre les siens ? Pourquoi ? » Il avait demandé.

« Parce qu’il voulait gouverner les terres. Je vais laisser ton père t’en dire plus à ce sujet. Pour le moment, il y a des informations un peu sensibles à partager, vois-tu. » Je lui avais fait un sourire ironique.

« Je comprends. C’était suffisant, merci. » Il inclina la tête.

« Bon, maintenant que nous sommes bien équipés en objets surpuissants, allons-nous nous promener dans la ville ? » Demanda Ildea avec un sourire.

« Bien sûr, pourquoi pas ? » Kalderan laissa échapper un soupir.

« Tamara veut du poisson ! Un baril de poisson ! Non, deux barils ! Non, tout un marché de poisson ! » Déclara-t-elle avec un peu de salive coulant des coins de sa bouche.

« C’est ce que tu veux acheter ou manger ? » Demandai-je en haussant un sourcil vers la nekatare.

« Manger ! Tamara a vraiment un estomac supplémentaire pour le poisson ! » Déclara-t-elle avec une certitude absolue dans ses yeux pétillants.

« Je dirais, laisse-la manger autant qu’elle le veut pour tester cette théorie. Si elle a mal à l’estomac, peut-être qu’elle réfléchira à la quantité de nourriture qu’elle peut manger, » déclara Kalderan avec un sourire narquois.

« Le ventre de Tamara ne fera jamais mal à cause du poisson ! » Déclara-t-elle en remuant ses moustaches.

Maintenant que leurs nouvelles armures étaient équipées, notre groupe ressemblait à des aventuriers de haut niveau. Le problème maintenant était que je semblais être le plus faible d’entre eux. Mon armure était la même qu’auparavant et elle était certainement de moins bonne qualité que la leur.

Pour être honnête cependant, je n’étais pas complètement inconscient du fait que ce que je leur avais donné pourrait très bien être considéré comme un trésor national dans le Royaume des 10 Épées. Considérant qui nous escortions maintenant, j’avais pensé que ce niveau de protection était le moins que nous puissions offrir.

J’étais peut-être fort, mais je n’étais pas tout-puissant. Je ne pouvais pas dire à qui et à quel moment quelqu’un pourrait nous attaquer. Avec cet équipement, ils avaient un peu de protection même si leurs niveaux étaient plutôt bas. S’il s’agissait d’un jeu, il leur aurait été impossible de les porter, mais dans la réalité, le pire qui pouvait arriver était qu’ils ne pourraient pas les utiliser à leur plein potentiel.

Nous avions commencé notre petite visite touristique en faisant le tour de la région noble. La construction soignée et les rues relativement propres avaient apporté un bon changement, et le fait que nous ne ressemblions pas à des pauvres avait également contribué à éloigner les gardes. Les rares personnes qui nous avaient empêchés d’avancer voulaient nous demander une chose ou une autre ou encore étaient intéressées par nos armes et nos armures.

La plupart d’entre eux regardaient Coshun, ils étaient impressionnés par l’aura intimidante qu’il dégageait, mais ils n’avaient pas peur de lui. Avant de quitter notre chambre pour aller chercher quelque chose à manger, j’avais demandé à Coshun de mettre un faux collier d’esclave, tout comme Tamara, pour tenir les humains curieux loin de nous. Ils pourraient l’enlever à tout moment.

Dans la zone noble, nous avions vu plusieurs magasins où les prix étaient au moins le double de ceux de la zone plus commune. Les objets vendus n’étaient toutefois pas très intéressants. Par curiosité, j’avais voulu entrer dans l’un d’entre eux, mais le garde à l’entrée m’avait empêché d’entrer sous prétexte que je ressemblais à un pauvre roturier.

J’aurais voulu répliquer, mais je m’étais abstenu. Risha, cependant, ne s’était pas retenue. Elle avait demandé au garde combien il pensait que l’épée que je portais valait. L’homme avait déclaré au mieux 10 pièces d’argent, ce à quoi elle sourit et lui expliqua qu’il était désormais clair pourquoi une personne incapable de distinguer un trésor de la ferraille se voyait confier le rôle de gardien.

Pour ajouter l’insulte à la blessure, Coshun s’était approché de moi et m’avait dit : « Maître, vous ne devriez pas perdre votre temps avec les aveugles. »

Son armure et son arme ressemblaient à quelque chose de cher et de puissant, même pour un citoyen ordinaire. En prononçant ces mots, il impliquait simplement que j’étais beaucoup plus puissant et plus riche que ne le croyait le garde.

Nous nous étions éloignés du magasin et n’avions pas pris la peine d’entrer dans un autre, mais je me souviens que d’autres personnes dans la rue avaient remarqué la scène. Le propriétaire aurait probablement entendu parler de cet incident à un moment donné. Après tout, les nobles adoraient les commérages.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire