100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 4 – Chapitre 105

***

Chapitre 105 : L’esclave royal

***

Chapitre 105 : L’esclave royal

Partie 1

***Point de vue d’Alkelios***

« Craignez-moi… vous mourrez si vous me faites face… vous ne pouvez pas me vaincre… vous ne pouvez pas gagner contre moi… »

Ces mots ressemblaient aux chuchotements d’une brise mystérieuse caressant la surface calme d’un lac sombre et profond pendant une nuit sans étoiles ni lunes dans le ciel, entourées uniquement de plantes mortes. Leur contact fit dresser les poils de ma peau et le bruit de la vie autour de moi disparu en un instant.

Je ne pouvais entendre que mon cœur alors qu’il battait rapidement, luttant pour faire passer le sang dans tout mon corps afin que je ne puisse pas tomber ou ralentir. Chaque cellule de mon corps savait que, quelle que soit cette chose, il n’était pas quelqu’un à qui je pouvais faire face maintenant.

C’était un peu drôle quand j’y ai pensé, mais j’étais en réalité un demi-dragon avec des compétences qui pourraient me rendre jalousement envoûtant. Mon pouvoir venait de mes amis, mais ma propre force était aussi à prendre en compte.

Il devrait y avoir très peu d’indigènes sur ce continent qui pourraient me faire face dans une bataille loyale. Seuls les autres terriens avaient une chance de devenir aussi forts ou plus forts que moi, le tout grâce à leurs incroyables compétences uniques conférées par Dieu, mais les chances qu’elles soient beaucoup plus puissantes que moi étaient très faibles !

Quand j’avais finalement arrêté de courir, je pouvais voir les portes de la ville de Mathias au bord de l’horizon. Je portais Ildea et Risha dans mes bras, tandis que Kalderan était pendu sur mon dos. Les regards dans leurs yeux étaient remplis d’inquiétude et de confusion. Ils ne savaient pas ce qui m’inquiétait et, honnêtement, je le savais à peine moi-même.

Je les avais posés au sol et ils avaient murmuré mon nom, mais je ne pouvais pas les entendre. Je regardai mes mains et vis à quel point elles tremblaient. La peur que cette chose a réveillée en moi m’affectait même maintenant, mais quand je m’étais retourné, j’avais vu que ce n’était plus là.

Quoi que ce soit… est-il parti maintenant ? Je m’étais demandé ça et avais ensuite regardé mes compagnons.

Kalderan vomissait au bord de la route, tandis que Risha lui tapotait le dos, essayant de l’aider à se rétablir. Tamara regardait en arrière la façon dont nous venions avec ses oreilles redresser et sa queue droite.

Ildea était la seule qui était restée calme et avait continué à me regarder avec des yeux remplis d’inquiétude. Je ne savais pas d’où venait son inquiétude pour ma sécurité, nous nous étions à peine rencontrés, mais cela ne me faisait pas si mal.

Elle avait d’abord hésité, mais lorsqu’elle avait fait un pas en avant, elle avait pris mes mains tremblantes dans les siennes et m’avait demandé : « Alkelios, qu’est-ce qui ne va pas ? Est-ce que tu vas bien ? »

Ces mots simples avaient été d’une aide précieuse à mon cœur qui battait plus vite que celui d’un petit lapin effrayé. Ils m’avaient apaisé et avaient emporté une grande partie de cette peur incontrôlable, me permettant de reprendre le contrôle de mes sens.

Je fermai les yeux et pris une profonde inspiration.

Toute cette peur qui me rongeait. Cette sensation terrible d’être poursuivie par quelque chose d’insondable, d’être étranglée par quelque chose d’écrasant, je pouvais enfin, petit à petit, le faire disparaître.

Chaque fois que j’expirais, cette peur disparaissait, jusqu’à ce que je puisse enfin ouvrir les yeux et montrer un sourire doux à la princesse inquiète.

« Je vais bien maintenant, merci. » Je lui avais dit.

« Bien… Maintenant, raconte-nous ce qui s’est passé là-bas ! » Rétorqua Kalderan alors qu’il était appuyé sur ses genoux et s’essuyait la bouche avec un chiffon.

« Nous étions inquiets, Alkelios. Tu ne répondais pas à nos appels et même lorsque je t’ai giflé et que Kalderan t’a frappé, tu n’as toujours pas réagi. » M’avait dit Ildea.

« Le regard dans tes yeux… » Risha évita mon regard « C’était celui d’un homme désespéré qui avait succombé à la peur… C’était le même type d’yeux que les gens de mon village avaient quand ils fuyaient une attaque de monstre… Fuyant de toutes leurs forces, saisissant le peu d’argent qu’ils pourraient économiser, s’enfuyant sous une pure adrénaline, ne se préoccupant pas de voir leurs corps hurler de douleur. » Elle se tenait et fermait les yeux comme si elle essayait de se débarrasser d’un mauvais souvenir.

Kalderan la regarda un instant puis tourna son regard vers moi.

« Alors que s’est-il passé là-bas ? » Demanda-t-il avec sérieux alors qu’il se relevait.

« J’ai vu quelque chose… » Je baissai les yeux.

« Quoi ? » Demanda Ildea.

« Je ne sais pas. » Je secouai la tête « Quelque chose ou quelqu’un, peu importe ce que c’était. Il était recouvert d’un brouillard noir qui dévorait toute la lumière qui le touchait et faisait hurler de peur toutes les cellules de mon corps. Mon instinct me criait de fuir, de fuir. Ce truc… quoi qu’il en soit, il était assez puissant pour me vaincre sans que je puisse me défendre. » Je leur avais dit, mais pendant que je parlais, j’avais senti cette peur revenir, m’obligeant à me saisir par les épaules pour ne pas frissonner.

« Un brouillard noir ? Je n’ai jamais entendu parler de quelque chose comme ça. » Dit Kalderan en fronçant les sourcils.

« Moi non plus. » Rajouta Risha en secouant la tête.

« Il se peut que quelque chose soit écrit à ce sujet à la Bibliothèque royale de la capitale, mais malheureusement, je ne peux pas le dire avec certitude, » déclara Ildea en secouant la tête «  Je n’étais pas du genre à lire des livres toute la journée. »

« Cela signifie que personne n’a la moindre idée de ce qu’est ce truc. Et sans le lui demander directement ou parler avec le dieu qui nous a jetés dans ce monde, notre seul pari est de trouver des traces de cela dans un livre quelque part… » Je laissai échapper un soupir et me grattai l’arrière de la tête.

Il y avait eu un moment de silence au cours duquel j’avais réfléchi à ce qui pourrait être fait pour le moment.

Le fait était que je n’avais pas l’impression d’avoir réussi à attirer l’attention de cette entité en particulier. Peut-être que j’avais eu la chance d’avoir échappé à cet endroit avant d’être aperçu. Encore une fois, si elle me voyait et décidait de m’attaquer, je ne pensais pas pouvoir faire quoi que ce soit contre elle. Peu importe ce à quoi je pensais et à quel point j’y pensais, je ne pouvais rien y faire.

Je suis toujours faible… Certes, pas aussi faible que la grande majorité des habitants de ce monde, mais pas aussi fort que ceux qui règnent au sommet. S’il y a d’autres êtres là-bas qui ressemblent à Dieu ou qui s’approchent du moins de sa puissance, je ne peux certainement pas être à la hauteur. S’ils sont hostiles à notre égard, puis-je même protéger ma famille et mes amis contre eux ? J’avais réfléchi et à ce moment, j’avais été frappé par le malaise d’être une grenouille au fond d’un puits.

Lorsque j’avais levé les yeux au ciel, je m’étais demandé à quel point ce monde était immense. À quel point était-ce différent par rapport à la Terre et y avait-il un contact étranger avec cette planète avant notre arrivée ici ?

C’était des questions qui me préoccupaient maintenant beaucoup, mais elles ne suffisaient pas pour me distraire de ce que je devais faire maintenant, qui était de revenir aux côtés de ma femme. On ne pouvait répondre à ces questions que dans le temps et à mesure que j’explorais davantage ce monde.

Tamara tourna la tête vers moi puis revint sur le chemin d’où nous venions. Elle resta comme ça un autre moment puis commença à se détendre. J’avais confiance en l’instinct de ce petit félin, alors je savais que, quel que soit le monstre que j’avais vu là-bas, il était parti.

Pour rompre le silence qui était tombé sur notre groupe, j’avais dit : « Installons le camp ici pour le moment et attendons que le matin vienne. De toute façon, nous ne pouvons pas entrer dans la ville, les portes sont fermées. »

« Ça me semble bien. » Kalderan hocha la tête.

Il restait encore quelques bonnes heures avant le lever du soleil, et bien que je veuille rester éveillé en tant que gardien, mes compagnons ne voulaient même pas en entendre parler. Comme une mère inquiète pour son enfant malade, ils m’avaient envoyé au lit. Kalderan s’était chargé de garder notre camp et les deux femmes m’avaient regardé comme des faucons pour s’assurer que je me repose. Tamara s’enroula à côté de mon lit et ferma les yeux.

Alors que je m’endormais lentement, je repensai à Seryanna et priai pour sa sécurité où qu’elle soit. Je ne voulais pas penser à ce qui arriverait si elle rencontrait cette chose qui m’avait fait courir avec la queue entre les jambes.

Mon sommeil était profond et dépourvu de rêves ou de cauchemars, ce qui était probablement pour le mieux. Lorsque les rayons du soleil avaient commencé à envahir les plaines, j’avais ouvert les yeux et je m’étais levé. Les autres avaient senti mon agitation et s’étaient aussi réveillés. Le sol dur et froid n’était pas un lit d’hôtel cinq étoiles, alors nos corps étaient plus qu’heureux de se lever.

Après un petit déjeuner léger, nous nous étions dirigés vers la ville de Mathias. Puis, à un moment de son voyage, Ildea m’avait tiré par la manche pour attirer mon attention.

Avec un regard timide et un peu d’inquiétude qui transparaissait à travers sa lèvre tremblante, elle demanda : « Que… que penses-tu du Royaume des 10 épées ? »

Elle n’avait pas évoqué ce qui m’était arrivé hier soir. C’était prévenant d’elle, et cela ne me dérangeait pas de me concentrer sur autre chose que la silhouette sombre qui absorbait même la lumière du jour.

Après un moment de réflexion, je levai les yeux au ciel et lui dis « Qu’est-ce que j’en pense ? Eh bien, ce n’est certainement pas sur ma liste de lieux de vacances préférés. Je ne peux pas dire que je déteste ce pays, mais je ne l’aime pas non plus. Pardon. » J’avais baissé la tête et lui avais montré un sourire ironique.

« Vraiment ? » Découragé, son regard se posa sur le sol.

« Et vous trois ? » avais-je demandé aux autres.

« Nya ~ ! Dix épées ont du poisson, donc je l’aime bien. Mais Dix épées ont aussi des esclaves, donc je ne l’aime pas. » Répondit simplement Tamara puis elle secoua la tête, hérissant sa fourrure.

« Les frontières politiques sont la limitation de la vraie liberté et du progrès, mais seulement si elles sont appliquées entre pays partageant les mêmes idées. » Répondit Kalderan d’une manière étrange et vague.

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » Demandai-je en plissant les sourcils.

« Cela signifie que je déteste le Royaume des Dix Épées ! Parmi toutes les choses affreuses dont ce pays est responsable, ils ont également eu le courage d’essayer de restreindre ma liberté de voyager ! » il avait répondu.

« Oh oui, tu as mentionné à un moment donné que le roi de cet endroit avait promulgué une loi interdisant aux terriens de voyager à l’étranger. » Dis-je en me grattant la tête.

En l’entendant, Ildea se fit toute petite à côté de moi, baissant les yeux sur le sol et tenant fermement ma manche. Bien que ce ne soient pas les mots que quelqu’un comme une princesse voudrait entendre, ils étaient la vérité. Si elle l’acceptait ou non et en tirait des leçons, c’était autre chose.

« Je voudrais dire que j’aime ce royaume, mais cela voudrait dire que je vous mentirais, Altesse, » déclara Risha avec un air d’excuse. « Je suis désolée, mais si quelqu’un m’offrait de monter dans une caravane pour sortir du Royaume des 10 épées dès que les premiers rayons de soleil de Gaias touchaient le sol, je l’accepterais probablement sans regarder en arrière. En fait, c’est peut-être la principale raison pour laquelle je souhaite rester aux alentours d’Alkelios et de Kalderan. » Elle leva les yeux dans les yeux et continua « J’y vois la possibilité de recommencer ma vie si je suis à leurs côtés. »

« Je comprends… Ce royaume, mon royaume n’est pas si grand. J’ai vu combien les personnes souffrent et à quel point tout le monde se débat. Ce n’est pas un endroit amusant où vivre quand le citoyen ordinaire doit travailler dur pour survivre pendant que les nobles paressent toute la journée. » Dit-elle en levant les yeux vers moi, mais même si elle souriait, elle avait une profonde tristesse dans les yeux.

« Ne soyez pas hypocrite, princesse Ildea, ce n’est pas comme si vous n’aviez jamais été au courant de ces choses. » Lui dit Kalderan.

« Quoi ? Mais je… » Elle avait été surprise par ses paroles acerbes, mais elles avaient révélé une vérité à laquelle même la Terre avait été confrontée à un moment donné.

« Ce n’est pas une question de ne pas le savoir ou que ce ne soit pas possible, c’est une question de ne pas le voir. » Se moqua-t-il.

« Je ne comprends pas. » Elle secoua la tête.

« Lorsque vous dites que vous ne pouvez pas effectuer de changement ou qu’il ne soit pas possible de le faire quand la logique l’exige, vous ne voulez tout simplement pas le faire ou avez trop peur d’assumer les conséquences que ce changement pourrait avoir sur votre vie, qu’ils soient bons ou mauvais. Ce n’est pas possible. Ce n’est qu’une excuse pour cacher votre manque de courage et vous permettre d’agir dans une situation qui, au fond de vous, savez que vous pouvez y remédier, que vous réussissiez ou non à changer les choses. » Kalderan lui lança des mots comme une mitrailleuse.

Bien que la déclaration qu’il avait faite, d’une part, sonnait juste, elle était probablement trop complexe pour que nous puissions tout comprendre. Dans mon cas, les mots entraient par une oreille et volaient par l’autre, alors que dans le cas de Risha, ses cellules cérébrales commençaient à hurler de douleur à cause de la surcharge de traitement.

***

Partie 2

J’essayai de me gratter l’arrière de la tête en demandant « J’espère avoir bien compris, mais Kalderan, essayes-tu de dire qu’Ildea n’a pas assumé son rôle de princesse ? »

L’homme répondit par un bref signe de tête.

« Quoi ? Ce n’est pas vrai ! Je… » Ildea se leva et réprimanda ses paroles, mais Kalderan la fit taire avec un regard noir.

« Si vous vouliez vraiment agir et assumer vous-même toutes les responsabilités de votre rôle de princesse de ce royaume, à partir du moment même où vous l’avez fait, vous auriez cherché des moyens de le protéger des influences extérieures, d’améliorer la vie du peuple, qu’ils soient nobles ou non, d’exercer vos droits et votre pouvoir sur ceux qui voulaient les utiliser comme tels. Dites-moi, princesse, à quand remonte la dernière fois que vous avez exercé l’autorité et les droits de propriété et que vous n’avez pas laissé les autres décider pour vous ? » Il plissa les yeux, la transperçant du regard.

Ildea resta silencieuse un long moment, les poings crispés et les yeux fixés au sol à ses pieds. Elle était fâchée, mais elle n’avait pas répondu. Peut-être qu’elle ne savait pas comment répondre.

Alors que leur confrontation avait eu lieu, j’avais écouté les arguments de Kalderan et, effectivement, je les avais trouvés en résonance avec quelque chose en moi. Ce qu’il avait dit m’avait apporté une nuance de douleur à la poitrine, mais je ne savais pas pourquoi.

« C-C’est peut-être vrai… mais… les autres… quand la personnalité de père a changé et… » tenta-t-elle de parler, mais ses mots étaient marqués par la faiblesse et le désespoir qu’elle ressentait en ce moment.

« Ce sont des excuses, pas des actions. Ne blâmez pas les autres pour votre manque de volonté et votre désir d’agir pour votre propre bien. Un homme sage m’a dit un jour qu’il était facile de blâmer quelqu’un, mais il était extrêmement difficile de regarder dans le miroir et d’admettre ses propres erreurs. Plus vous essayez de blâmer les autres, plus il vous sera difficile d’accepter la situation actuelle et de vous concentrer uniquement sur la recherche d’une solution. » Kalderan rompit le contact visuel avec elle puis baissa les yeux vers ses armes.

Quand j’avais vu cela, il m’avait rappelé un homme qui n’avait pas prêché la théorie d’un livre, mais plutôt de sa propre expérience amère.

« Ildea, je pense qu’il a raison, et même si cela semble injuste, tu sais qu’il a dit la vérité. Mais tu sais ? » Je lui avais montré un doux sourire « Je ne pense pas vraiment que ce que tu penses et ce que tu as vu jusqu’à présent importent. Tu es humaine, tu grandis, tu apprends, tu t’adaptes. Que tu aies commis une erreur ou non, peu importe. Comme Kalderan l’a dit, se concentrer sur la solution est la meilleure chose à faire. »

Eh bien, c’était facile pour moi de dire tout cela, mais finalement, Ildea et moi-même avions dû le mettre en pratique. Je n’étais pas différent d’elle dans cette affaire. Au contraire, je ne pouvais même pas mettre un seul rôle sur ma liste que je voulais assumer dans cette vie. Bien sûr, je savais parfois ce que je voulais faire et ce que je pouvais gagner ou atteindre, mais un rôle me donnait l’impression que c’était autre chose.

Voyant comment Ildea n’avait pas répondu, Kalderan avait poussé un soupir, puis nous avait dit : « Si vous ne savez pas quels rôles assumer vous-même, essayez de réfléchir aux rôles qui existent et aux rôles que d’autres personnes ont assumés. Eh bien, si vous vous en fichez, vous pouvez simplement m’ignorer, cela m’importe peu. » Il haussa les épaules.

« Un rôle… Je n’ai jamais réfléchi au rôle que je pouvais avoir dans ma vie, mais à mon rôle dans la politique de ce pays. En tant que princesse, je ne pense pas avoir assez de liberté pour choisir… Dès que je reviens du côté de ma mère, ma capacité à faire n’importe quoi sera presque nulle. » Alors qu’Ildea continuait de parler, le ton de la voix se transforma lentement en impuissance et en tristesse.

Je n’étais pas le seul à l’avoir remarqué. Kalderan plissa le front avec mécontentement et lui lança un regard noir.

« Avez-vous subi un lavage de cerveau de la part des nobles de votre palais, vous ne pouvez pas voir que vous n’êtes ni une noble ni une princesse ? Vous êtes comme nous maintenant, une roturière qui peut mourir sur le bord de la route et que tout le monde ignore quand ils passent devant. La royauté, les chaînes qui vous lient, le manque de liberté dont vous avez parlé, où est-ce ici ? Où sont ces règles qui restreignent votre morale et votre éthique ? » Demanda-t-il avec un ton de voix moqueur.

Ildea n’acceptait pas très bien la réponse, elle le fixa comme si elle était sur le point de lui arracher la tête, mais quelque chose se passa. Le regard dans ses yeux s’adoucit puis elle baissa les yeux sur ses deux mains. Ses lèvres tremblèrent et se séparèrent, murmurant quelques mots que même moi je ne pouvais pas entendre. Elle laissa ensuite échapper un soupir de soumission et regarda Kalderan.

Il y avait une profonde tristesse dans ses yeux et les mots qu’elle prononçait dégageaient une terrible solitude. « Ils ne sont pas ici… Il n’y a pas de chaînes, pas de liens, rien… je suis libre, mais toujours dans ma cage. »

« Que vous vouliez vous en sortir ou non, c’est votre choix, Ildea, pas le nôtre. Vous serez toujours libre de faire votre propre choix, c’est juste une question de savoir si vous êtes consciente des choix que vous avez. » Nous déclara Kalderan.

« Risha ne comprend rien… Risha est perdue… » dit la femme en nous regardant avec des yeux en spirale.

Je lui avais gentiment tapoté la tête puis je lui avais dit « Voilà. Là. »

Tamara ne faisait même plus attention à nous, elle chassait les insectes dans les arbustes voisins. Si quelqu’un avait une leçon sur la liberté à enseigner, c’était elle.

« Nous devrions arrêter de parler de ça… » dit Ildea en détournant le regard et en tenant son épaule droite. « Mais merci… vous m’avez donné à réfléchir. Je n’ai jamais pensé que quelqu’un aurait le courage de me dire quelque chose comme ça et oui… pour l’instant… il ne reste plus rien de ma noblesse. »

« Hmph ! » Kalderan croisa les bras sur sa poitrine et rompit le contact visuel.

Ces sujets étaient un peu difficiles à aborder sans une bonne pinte de bière et peut-être une ou deux bouteilles de țuică. Comme ils le disent, quand ils sont un peu éméchés par la chaleur dans leur estomac, les hommes ont tendance à débattre de questions de philosophie, de politique, de science et de femmes, bien sûr.

Eh bien, c’est ce que mon père avait dit : je n’ai jamais eu la chance de me saouler sur Terre avec des amis du lycée.

Bien que le sujet ait gâché notre humeur, nous avions poursuivi notre route vers Mathias. Nous étions toujours à bonne distance des portes de la ville, mais je pouvais déjà apercevoir plusieurs voyageurs qui faisaient la queue pour obtenir le droit d’entrer de la garde.

« Imaginez s’ils avaient la notion de passeport, » avais-je dit à un moment donné.

« Qu’est-ce qu’un “parshcort” ? » Demanda Risha qui inclina la tête devant ce mot étrange.

« Un document qui vous identifie en tant que résident légal dans un pays donné. Habituellement, il vous faudrait l’emporter partout avec vous, mais ce n’est pas le cas sur ce continent. La plupart des gens utilisent une carte de guilde ou le bouche-à-oreille d’un commerçant voyageur. » Expliqua Kalderan.

« Hm ? Cela ne semble pas être une mauvaise idée. Peut-être pourrions-nous faire quelque chose de similaire à une carte de guilde ou rendre la carte de guilde obligatoire pour tout le monde ? » Réfléchis Ildea.

« Ne serait-ce pas un gaspillage d’argent noble ? » Se moqua Kalderan.

« Je commence à penser que peut-être vous ne m’aimez pas ? » Ildea plissa les yeux.

« Nah, pas vous, juste ces nobles hauts et puissants. » Sourit-il.

« Est-ce que vous vous moquez de moi ? » avait-elle demandé.

« Pensez-vous que vous êtes noble et puissante ? Oh, quelle surprise ! » Remarqua Kalderan.

« Assez, les enfants, vous pourrez vous mordre la tête une fois que nous nous sommes installés à l’auberge. » Avais-je dit aux deux.

« Quoi ? » Ils m’avaient tous deux regardé maintenant.

« Nous y sommes presque. » J’avais pointé du doigt la ville.

Mathias ressemblait à une copie de Soldra, avec ses hauts murs robustes qui protégeaient les personnes vivant à l’intérieur des dangers qui menaçaient à l’extérieur. D’après ce que j’avais pu voir, il y avait beaucoup plus de gardes qui patrouillaient sur les murs de cette ville. Il y en avait presque autant que dans une petite ville. Comparé à une ville de la Terre, je ne pouvais imaginer que sa taille soit égale à la moitié de Sinaia ou à un quart de Braov, mais je peux me tromper. Cela fait longtemps que je n’ai pas vu de carte de la Roumanie.

Tomeron, Andromeda et Drakaria étaient les seuls endroits auxquels je pouvais vraiment les comparer, mais la différence entre ces trois villes et cette ville était énorme. Les dragons avaient construit de hautes structures remplies d’un sentiment de force et de supériorité, tandis que celles construites à la main de l’homme donnaient l’impression d’avoir été frappées par une forte vague de dépression. Il n’y avait aucune énergie en eux, aucun désir d’étendre, aucune trace de développement. Les paysans errant dans la ville semblaient sur le point de tomber et de mourir d’une seconde à l’autre. Les nobles ne les regardaient même pas et les relations entre hommes et femmes étaient déplorables. Ces dernières n’avaient pas grand-chose à dire en ce qui concerne le premier. Là encore, ce dernier était plus ou moins un standard pour les civilisations humaines de ce monde.

Tandis que je réfléchissais à ces choses pour me détendre l’esprit après avoir été bombardé par la philosophie de Kalderan, j’avais remarqué un chariot qui nous approchait à grande vitesse. C’était du même modèle que celui du marchand de notre mission précédente. La seule différence dans la couleur, celle-ci était brun foncé au lieu de noir.

Un autre esclavagiste ? Est-ce que je les ai passés la nuit dernière sans m’en rendre compte ? Je me demandais ça, car je ne me souvenais pas très bien de les avoir vus ici.

Nous avions fait un pas en arrière et avions laissé le marchand pressé atteindre les portes.

Dès son arrivée à Mathias, j’avais vu quelqu’un vêtu d’une robe noire avec du fil d’or qui sautait hors de la voiture et commençait à se disputer avec l’un des gardes. Les autres voyageurs semblaient agacés par cela, mais ils étaient encore trop loin de nous pour comprendre ce qui se passait.

« Je me demande ce qui est arrivé ? » Risha avait demandé quand nous étions à environ 50 mètres d’eux.

« Je pense qu’il y a un problème avec ses papiers, » déclara Kalderan.

« Probablement. Oh regardez ! Le garde lui fait enlever tous ses esclaves, » avais-je souligné.

Le marchand était clairement furieux à ce sujet, mais celui qui le lui avait fait faire était souriant. Il appréciait ça.

C’était compréhensible et le marchand l’avait probablement abordé avec une mauvaise attitude. N’importe qui serait ennuyé par quelque chose comme ça à une heure aussi matinale, surtout si l’on considère le fait que le café n’existe pas dans ce monde. Ou il devait encore être découvert par un explorateur errant.

« Ce sont de très bons esclaves. Ils vont avoir un bon prix. » Commenta Ildea, mais nous étions restés silencieux.

J’avais regardé les pauvres âmes traînées hors de la voiture. Des chaînes leur avaient attaché les bras et les jambes, les empêchant de fuir, et un lourd collier de métal pesait lourd sur leur cou. La plupart avaient regardé autour d’eux avec les yeux vides, comme s’ils avaient perdu tout espoir, tandis que les autres avaient conservé leurs âmes rebelles.

La plupart d’entre eux étaient des êtres humains de différentes couleurs de peau et de différentes formes. Quand je les regardais, je m’étais demandé un instant comment on pourrait appeler un individu à la peau noire alors qu’il n’y avait pas d’Afrique ou d’Amérique à qui les lier, peut-être une variante noire ? Quoi qu’il en soit, parmi les humains, il y avait aussi deux nains et un elfe. Ces trois-là portaient de meilleurs vêtements que les autres parce qu’ils étaient plus chers, si je devais donner mon avis.

Pourtant, ce qui m’avait surpris, c’est le dernier esclave sorti de la voiture.

Ses yeux avaient toujours une volonté éternelle et la férocité d’un soldat prêt à marcher sur le champ de bataille. Son gros corps et ses muscles ciselés témoignaient du fait qu’il avait été bien nourri, et ses écailles brun foncé conservaient toujours leur brillant éclat. Avec une longue queue se terminant par des pointes aiguilletées et une paire d’ailes repliées sur son dos, cet homme était sans aucun doute un dragon à part entière en forme d’éveillé.

« Attendez un peu ici. » J’avais dit aux autres, puis j’avais marché vers le dragon.

Je l’avais regardé droit dans les yeux, et il n’avait pas du tout bronché. Il était fort, et ce n’était pas un jeu d’enfant.

« Qui êtes-vous ? » Demandai-je dans la langue draconienne orientale.

« … » il n’avait pas répondu.

À ses yeux, je ne pouvais certainement pas être quelqu’un de confiance, mais il y avait peut-être un moyen de le faire.

En regardant les autres esclaves, j’avais vu qu’aucun d’entre eux ne faisait attention à moi, puis j’avais regardé le marchand. Cet homme était toujours en train de se disputer avec le garde, pointant ses documents comme s’ils étaient censés avoir un sens.

Quand je tournai mon regard vers le dragon, je fermai les yeux un instant et quand je les rouvris, ils étaient identiques aux siens, fendus. Le changement soudain l’avait pris par surprise alors qu’il séparait ses lèvres et plissait son front.

« Qui es-tu, dragon ? » Demandai-je encore dans le langage draconien.

« Coshun... Coshun Seyendraugher. » Il avait répondu.

« Quoi ? » J’avais cligné des yeux surpris quand j’avais entendu le nom.

« J’ai dit que je m’appelle Coshun Seyendraugher. » Il s’était répété avec un faible grognement.

***

Partie 3

« Alors je ne l’ai pas mal entendu. » Dis-je. Puis je fermai les yeux pour les reconvertir en ceux d’un humain.

Au nom de tout ce qui est sacré, qu’est-ce que le prince d’Albeyater supposé MORT fait ICI ?! J’avais crié dans ma tête.

Quand j’avais ouvert les yeux, je l’avais regardé avec un front plissé, puis j’avais tourné mon regard vers le garde, qui était complètement immergé dans la gêne occasionnée par le marchand. Cela ne pouvait signifier que de mauvaises choses pour moi.

Je dois terminer ceci et je souhaite le faire de manière à pouvoir acquérir les droits d’esclavage de Coshun auprès de ce marchand, avais-je pensé. Et avec cela, j’avais activé mes 100 en chance.

En me rapprochant d’eux, je m’étais présenté avec un ton de voix poli.

« Bonjour, messieurs, je m’appelle Alkelios Yatagai, pouvez-vous me dire quel est le problème ? S’il y a un problème, je peux peut-être vous aider ? Je suis un homme spécialisé dans de nombreux domaines ! » Je me vantais un peu.

« Quoi ?! Je me fiche de qui tu es ! Pourquoi m’interromps-tu ? J’essayais d’expliquer à cet engourdi l’importance de ces documents qui, s’ils sont ignorés, peuvent très bien conduire à ce que sa tête roule à ses pieds ! » Aboya le marchand en agitant ses précieux papiers en l’air.

« Bon commerçant, je crois que ce pauvre homme peut ne pas être en faute. Peut-être qu’il ne sait pas ce qu’il fait ? » Demandai-je en essayant de faire appel à lui.

« Oh non non non non ! Il sait certainement ce qu’il fait ! Il m’énerve ! » Cria le marchand en montrant le garde.

« Alors, permettez-moi de parler avec lui, je pourrais peut-être le convaincre ? » Je lui avais dit avec un sourire.

« Comme tu veux ! Je pensais justement faire une pause pour reprendre mon souffle quand même ! » Se moqua-t-il. Puis il croisa les bras sur sa poitrine en s’éloignant.

Maintenant que j’avais son approbation, je m’étais approché du garde et, le sourire aux lèvres, je le lui avais demandé.

« Bonjour, gentilhomme ! » J’avais commencé à parler avec un ton de voix qui ressemblait à celui d’un pompeux noble inférieur qui essayait d’impressionner son supérieur.

« Qu’est-ce que vous voulez ? Si vous souhaitez entrer dans la ville, je devrais peut-être aussi faire une recherche complète sur vous et vos amis. Hm ? » Il sourit alors qu’il déshabillait déjà Ildea et Risha du regard.

Si Seryanna était ici, j’aurais peut-être déjà tué ce pauvre bâtard, mais comme il s’agissait de ces deux-là, je m’étais retenu.

« Oh, allez, je sais que vous êtes ennuyé par le marchand là-bas, mais il n’est pas nécessaire de s’en prendre à nous, n’est-ce pas ? »

Il plissa les yeux vers moi. À tout le moins, j’avais attiré son attention.

« En fin de compte, nous souhaitons tous quelque chose de nos efforts. La question est de savoir ce qui serait nécessaire pour vous mettre de bonne humeur. Après tout, le commerçant n’a enfreint aucune loi, n’est-ce pas ? » Demandai-je avec le sourire d’un renard persuadant une poule de sauter de la branche.

« Hm, tu as raison, mais ce bougre a réussi à m’ennuyer avec son attitude hautaine et pédante. » Dit le garde en se frottant le menton.

« Est-ce vrai ? Alors, que faudrait-il pour vous mettre de meilleure humeur ? »

« Hm… Et si tu lui demandais de me vendre cette fille blonde là-bas ? Elle a l’air d’une bonne femme à avoir à la maison, mais je n’ai que deux pièces d’argent. » Sourit-il.

« Est-ce vrai ? » J’avais hoché la tête. « Alors, laissez-moi voir ce que je peux faire, mais… » Je m’arrêtai et ensuite regardai le garde dans les yeux, une partie de mon intention de tuer était dirigée vers lui, ce qui le fit tressaillir. « J’espère que vous ne pensez pas revenir sur cette affaire, monsieur le garde. »

« Non » il secoua la tête, mais vu la façon dont il tenait la main sur la garde de son épée, son corps tendu et la bouffée d’air vide qu’il prit par la suite, je sus qu’il sentait la différence de force entre nous.

C’était une bonne chose qu’il soit sensible à ces choses parce que l’autre garde, qui se tenait près de la porte bâillait.

En marchant vers le marchand, je le saluai avec un sourire puis entamai mes négociations persuasives.

« J’ai bien peur d’avoir appris la raison pour laquelle il ne souhaite pas vous laisser entrer. » Dis-je avec un soupir et secouai la tête.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est ? » Le marchand leva un sourcil et jeta un regard noir au garde. « Ce sac de tomates pourries veut-il de l’or ? » Il a demandé.

« Non, rien de si simple. » J’avais secoué ma tête.

« Quoi ? » L’intérêt du commerçant avait été atteint par cela.

« J’ai bien peur que son supérieur ait quelque chose contre… leur genre. » Et puis j’avais pointé du doigt Coshun. « Personne ne connaît la raison exacte, mais il en est venu à les détester terriblement. Bien que, je ne vois pas pourquoi quelqu’un détesterait avoir un dragon ici. Ils sont robustes et constituent un bouclier de viande parfait dans un donjon ! » Déclarai-je avec un sourire.

« Vraiment ? » Le marchand se frotta le menton.

« Eh bien, cela étant dit, vous ne pouvez pas entrer en ville avec lui. » J’avais haussé les épaules.

« C’est scandaleux ! Vous devez pouvoir faire quelque chose ! » Répliqua-t-il en me montrant du doigt.

Hein ? Comment en est-il arrivé à cette conclusion ?! Mais bien… cela fonctionne réellement pour moi. m’étais-je dit. Avec une toux faible, je lui avais demandé : « Si je ne me trompe pas, vous souhaitez rester plus d’un jour ou deux à Mathias, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr ! J’avais prévu de m’installer ici la semaine prochaine et de vendre au moins la moitié de mes marchandises actuelles ! » Aboya-t-il. Puis il laissa échapper un soupir abattu « Et là, je pensais que mon esclave lézard serait la vente de la semaine ! Quelle chance pourrie ! » il pleura.

« Si c’est vrai, alors je pourrais juste avoir une idée de la façon dont vous pourriez transformer tout ce gâchis en une entreprise rentable pour nous deux. »

« Rentable, dites-vous ? » Il plissa les sourcils.

La lueur de la cupidité étincelait dans ses yeux bruns.

« Oui. » Je hochai la tête « J’avais besoin d’un nouveau bouclier. Si vous regardez mon groupe, vous pouvez voir qu’il n’y a plus personne pour remplir ce travail. » J’avais pointé en arrière mes amis.

Le marchand leur jeta un coup d’œil et se frotta la barbe. « Ils sont un peu maigres, c’est vrai. » Il acquiesça puis se retourna vers moi. « Alors, que proposez-vous ? »

« Bon, le garde là-bas à envie de la femme blonde qui est là-bas. » J’avais pointé l’esclave avec ses longs cheveux blond sale, une taille fine et des poitrines en bonnet B. « Est-ce qu’elle est une battante aussi ? » Demandai-je en regardant ses bras et ses jambes épaisses.

« Oui. Elle était une aventurière jusqu’à il y a une semaine. Son amie l’a vendue pour avoir gâché leur chasse, ce qui a entraîné la mort de trois de ses coéquipières. » Il expliqua.

« C’est terrible. Mais voici ce que nous ferons, je vais maintenant vous acheter la femme blonde et le dragon. Vous faites le contrat d’esclave pour la femme au garde, là-bas, et le dragon à moi. Je ne resterai pas plus d’une journée à Mathias, donc cela ne contrariera pas le supérieur de ce brave homme. De cette façon, si le garde a envie de la femme un peu plus que d’habitude, nous pouvons tous les deux gagner quelque chose de lui à l’avenir. Vous aimez des informations ou peut-être un passage facile lors d’une journée chargée ? » Je lui avais fait un clin d’œil.

« Oh ! C’est une bonne idée, d’autant plus que vous payez pour les deux ! Mais pourquoi voudriez-vous dépenser autant d’argent pour ça ? » Demanda-t-il en me jetant un regard suspicieux.

« La pièce chuchote-t-elle le nom de la poche dans laquelle elle ne veut pas entrer ? » avais-je demandé.

« Quoi ? Non ? Laissez-moi juste dire une chose. » Il plissa les yeux. « Mon instinct me dit qu’il y a quelque chose de louche, mais une pièce d’or est toujours une pièce d’or ! Surtout quand cela vient d’un client généreux. » Sourit-il.

« Alors, parlons affaires, n’est-ce pas ? » Dis-je avant de le presser de se déplacer sur le bord de la route, où nous pourrions parler plus en privé.

Environ une demi-heure plus tard, 175 pièces d’or ont disparu de ma poche. Coshun était terriblement cher, alors que la femme ne valait que 25 pièces. Bien qu’elle ne paraisse pas très heureuse d’avoir été vendue au garde, je lui avais souhaité bonne chance et lui avais conseillé de la traiter comme si elle n’était pas une esclave si jamais il envisageait de gagner son cœur.

Pour être juste, je ne pensais pas avoir besoin de me mêler de leurs affaires. La plupart de ce que j’avais dit au marchand étaient un mensonge flagrant. Il est possible qu’il soupçonne une partie de cela, mais tant que j’avais ce contrat d’esclave de Coshun, cela n’avait pas vraiment d’importance pour moi.

À la fin, ce dragon était le fils adoptif de mon amie Elliessara Seyendraugher. Comment pourrais-je fermer les yeux sur sa situation et continuer comme si de rien n’était ?

« Alors, à la fin, tu as acheté un esclave. » Me dit Kalderan alors que nous marchions dans la rue principale de Mathias, à la recherche d’une auberge où nous pourrions rester pour la nuit.

« Ouaip ! » Dis-je avec un sourire sur les lèvres en regardant le contrat écrit entre mes mains, la preuve de ma possession du dragon Coshun.

« Pourquoi ? » Demanda Ildea avec curiosité.

« Je vous le dirai une fois que nous aurons atteint l’auberge. Il y a trop d’oreilles ici. » Répondis-je puis regardai un groupe de civils qui jetaient un regard suspicieux sur notre chemin.

« Peu importe… » murmura Kalderan en augmentant le pas.

« Attendons jusque là ! » Lui cria Risha alors qu’elle suivait de près.

Ildea continuait de regarder Coshun avec des yeux curieux, tandis que le grand dragon l’ignorait complètement. Son expression ressemblait à un rocher soigneusement ciselé, immuable, peu importe le nombre d’années passées. Cela repoussait quiconque plus faible que lui, et incluait presque tous les humains qui se trouvaient sur son chemin. Il n’y avait même pas une once d’envie de pouvoir interagir avec eux, principalement parce qu’il ne les aimait pas.

Qui pourrait le blâmer ? Après tout, Coshun avait passé les 42 dernières années enchaînées, sautant d’un maître esclave à l’autre, conservant sa volonté et son envie de se battre, les dernières gouttes d’orgueil en tant que Seyendraugher qu’il avait quitté.

Mais c’est peut-être précisément ce qui avait attiré la curiosité de la jeune princesse. Elle le scannait de la tête aux pieds et semblait être curieuse dans sa queue et ses ailes alors qu’elle continuait à les toucher. Coshun, en revanche, ne manifestait aucune réaction face à ses actions harcelantes.

« Il est fooooort ~ ! » Dit-elle avec crainte.

« Eh bien, oui… » répondis-je, puis laissai échapper un soupir.

Il nous avait fallu une vingtaine de minutes pour trouver une auberge avec suffisamment de chambres libres pour nous six. Les femmes devaient dormir dans leur propre chambre, tandis que nous, dormions dans une autre. Avant de partir explorer la ville et vérifier avec la guilde des aventuriers locale, nous nous étions réunis dans notre chambre pour expliquer pourquoi j’avais acheté un esclave.

« On attend, » déclara Kalderan en croisant les bras sur sa poitrine et en plissant les sourcils.

Avec une toux pour me racler la gorge, je fis un pas en avant et commençai mon explication.

« Permettez-moi tout d’abord de vous présenter Coshun Seyendraugher, l’un des nombreux princes du royaume d’Albeyater. »

Cette ligne suffisait à elle seule à leur faire comprendre que le dragon qui se tenait devant eux était un personnage politique important, mais je pouvais voir que tous se demandaient la même chose : pourquoi était-il ici et comme esclave de toutes choses ?

Alors, je leur avais répondu avant même qu’ils aient essayé de demander.

« Il y a quatre décennies, lorsque les humains ont envahi le royaume d’Albeyater, ils ont attaqué une zone connue sous le nom de Scar Battlefield. Là-bas, l’armée de Brekkar les a rencontrés et les a vaincus en quelques jours. La défaite des envahisseurs humains fut aussi rapide que l’attaque initiale. Au cours de cette attaque, de nombreux dragons et dragonnes ont été capturés et ramenés sur le continent humain en tant qu’esclaves de guerre. » J’avais expliqué.

« Cela me rappelle qu’il y avait un afflux d’esclaves dragons à l’époque, mais je ne savais pas que c’était à cause de l’invasion. Malheureusement, je n’ai pas beaucoup étudié la question. Je l’ai toujours considérée comme l’une des nombreuses batailles mentionnées dans nos épais livres d’histoire, » déclara Ildea en le regardant avec des yeux curieux.

« Mais un prince n’est-il pas un personnage politique important ? Comment se fait-il qu’ils ne l’aient pas utilisé comme pion ou afin de demander une sorte de récompense pour son retour ? » Demanda Kalderan.

« Parce que… eh bien, ils ne croyaient pas qu’il faisait partie de la famille royale d’Albeyater. Coshun est un enfant adopté du roi et de la reine là-bas. Ses écailles, comme vous pouvez le constater, sont brun foncé et non dorées. » J’avais expliqué.

« Mais les tiennes ne sont-elles pas dorées ? » Demanda immédiatement Ildea.

« J’ai aussi quelques écailles dorées, mais celles-ci sont le résultat de ma transformation d’un Terrien à un demi-dragon. » J’avais expliqué.

« Donc, fondamentalement, ce gars est un véritable dragon présumé mort, il y a plusieurs décennies, non ? » demanda Kalderan en le désignant.

J’avais acquiescé « En gros, oui. Son retour nous rapportera de bons points avec Feryumstark. Peut-être qu’il ne sera pas trop dur avec moi pour avoir disparu pendant trois ans maintenant ! » J’avais ri.

Coshun plissa son front quand il entendit le nom de son père. Avec ce qu’il savait jusqu’à présent, il ne savait pas que je connaissais le bon roi, ce qui m’avait conduit à la deuxième partie de cette réunion.

« Maintenant, je pense que je devrais expliquer pourquoi je sais tout ça. » Je lui avais dit ça et lui avais montré un sourire.

De mon Trou Noir j’avais sorti l’Anneau du Déni. Tamara reconnut l’article de lorsque je l’avais libérée et agita sa queue en l’air pendant que ses petites oreilles velues se contractaient deux fois.

« Maintenant, on fait ça… » dis-je en plaçant l’anneau autour du cou de Coshun. « Reste immobile. Je vais me débarrasser du collier maintenant et ensuite j’expliquerai comment je connais ton père. » Lui avais-je dit en dragon.

L’Anneau du Déni était l’article que j’avais fabriqué avec mon talent de forgeron divin pour contrer les effets du collier d’esclave de Tamara. Techniquement, il pourrait être utilisé pour tout autre article similaire. Cela pourrait même servir à éliminer les enchantements jetés sur un tuyau en métal ou un baril de nourriture en conserve.

Bien que, pour Coshun et Ildea, cette affaire soit un grand mystère, tout le monde ici la connaissait bien. Quant à savoir si je trouvais dangereux pour eux d’apprendre ou pas, je voulais croire qu’être aussi transparent que possible au sujet de mes intentions avec eux s’avérerait plus utile à long terme que d’essayer de mentir à propos de ça. La confiance dans toute relation a été acquise lorsque vous avez fait le premier pas.

En plus, ce n’était pas comme s’ils trouvaient une chose ou une autre de plus sur moi allait être un si gros problème. Tout pays disposant d’un réseau d’information suffisant pourrait le savoir.

Comme ce fut le cas lorsque j’avais utilisé la bague sur Tamara, l’anneau du déni s'était réduit et s’était fixé au matériau. Les sorts pour supprimer les enchantements avaient été lancés, puis j’avais lentement tiré sur l’anneau, en augmentant son diamètre et en tirant le collier jusqu’à ce qu’il se brise.

Une fois que cela avait été fait, j’avais enlevé le collier et placé l’Anneau de Déni dans le Trou Noir.

Avec un genou au sol et une main sur ma poitrine, je m'étais incliné devant Coshun puis j’avais dit :

« Je m’appelle Alkelios Yatagai Draketerus, le mari de Seryanna Draketerus, l’actuelle duchesse des Draketerus. Je sers directement sous Sa Majesté la Reine Elliessara Seyendraugher et Sa Majesté le Roi Feryumstark Seyendraugher. Prince Coshun Seyendraugher, ce sera pour moi un honneur de vous raccompagner au royaume Albeyater. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Plus plus pluuuuuuuus....
    Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire