100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 3 – Chapitre 60 – Partie 1

***

Chapitre 60 : Un jour pas comme les autres

Partie 1

***Points de vue d’Alkelios***

Une semaine après avoir rencontré la reine Elliessara Seyendraugher du royaume d’Albeyater, je m’étais retrouvé à attendre devant les grandes portes menant à la salle du trône. Les dragons avaient réussi à les réparer, et aucun signe de mon entrée forcée ne pouvait être vu nulle part. Eh bien, étant donné l’importance de cette pièce et le fait que les dragons aient accès à la magie, il était très improbable qu’elle reste longtemps brisées. C’était inesthétique d’abord, et ensuite, les foudres du roi Seyendraugher et de son Premier ministre n’étaient pas quelque chose qu’un ouvrier voulait recevoir.

Je portais l’armure que j’avais utilisée lors de mon combat contre Draejan. Au niveau des hanches, Enfer et Paradis étaient dans leur fourreau enchanté. Il y avait aussi des gardes devant moi, et tous deux se méfiaient de ma présence. Après tout, la dernière fois que nous avions eu le plaisir de nous croiser, ils avaient fini par voler et étaient restés inconscients pendant la majeure partie de la journée.

La raison pour laquelle j’étais là était la cérémonie à laquelle j’allais prendre part. Selon la coutume, je devais attendre ici jusqu’à ce que je sois convoqué. Comme tous les précédents, je devais me présenter avec mes meilleurs armes et armures, pour paraître propre et présentable, et certainement pas ivre ou sous l’influence de stupéfiants. Apparemment, ils avaient fait cette règle après qu’un dragon soit arrivé tard à cette cérémonie, à moitié saoul, et également dans une tenue décontractée. Il avait quand même obtenu le rang, mais la plupart des nobles présents l’avaient vivement critiqué.

Seryanna, la Princesse Elleyzabelle et même la reine avaient pris soin de me le rappeler à plusieurs reprises. En parlant de cela, après une audience avec Sa Majesté, j’étais venu plus souvent dans le but de lui préparer le thé et de leur raconter mes aventures dans la forêt Seculiar.

Feryumstark avait craché son thé quand il entendit parler de l’armée de monstres insectes qui se dirigeaient vers Albeyater. Parce que c’était trop gênant, je lui avais dit qu’aucune récompense supplémentaire n’était nécessaire. Je me trouvais au bon moment au bon endroit, mais j’étais heureux d’apprendre qu’ils n’étaient pas des alliés ou quoi que ce soit du genre.

Malheureusement, étant donné les dangers de la forêt Seculiar, il n’y avait aucun moyen d’envoyer une équipe de surveillance dans le désert pour appuyer mes dires. Je lui avais cependant montré quelques pièces d’armures et des armes à moitié cassées que j’avais stockées.

Outre la reine et le roi, les jumeaux m’avaient aussi écouté avec grand intérêt, quand je parlais de mes histoires. Ils s’étaient retrouvés entraînés par les nombreuses batailles que j’avais eues et les choses que j’avais réussi à construire. Ils m’appelaient toujours, Grand héros, Héros humain, Héros-dragon, Héros courageux, mais ils n’avaient jamais prononcé ne serait-ce qu’une seule fois mon nom, même après que je leur ai demandé. Je n’avais aucun problème à être appelé ainsi, mais je ne voulais pas que les jeune prince et princesse grandissent avec une étrange idée de moi… ou s’attendent à ce que je sois une sorte d’être surnaturel ou une sorte d’être omnipotent.

Cette cérémonie à laquelle j’allais assister était celle du roi lui-même, et la reine l’accepta également. Voyant qu’elle se sentait beaucoup mieux, elle voulait trouver le moment idéal où elle pourrait se montrer à nouveau en public, et quelle meilleure occasion de le faire que la cérémonie d’anoblissement de celui qui lui avait sauvé la vie ?

L’événement avait été annoncé publiquement il y a exactement une semaine et j’avais entendu dire que d’innombrables dragons et dragonnes allaient assister à la cérémonie. Pour ma part, je n’en connaissais même pas un quart, mais après aujourd’hui, beaucoup d’entre eux essaieront de faire ma connaissance.

D’autre part, j’avais eu le sentiment que tout le monde vibrait de l’intérieur avec l’apparition soudaine de la reine, ce qui attirerait aussi PLUS d’attention sur moi. C’est pourquoi j’avais décidé de porter ma meilleure armure et mes meilleures armes.

« Maintenant, vous pouvez entrer, Alkelios Yatagai ! » Cria quelqu’un de l’autre côté de la porte, qui commença à s’ouvrir lentement.

J’avais dégluti et m’étais tenu droit. Même moi je voulais paraître au mieux possible.

Voilà…, pensais-je en m’avançant.

Des murmures et yeux curieux me tombèrent dessus au moment où j’étais entré.

Contrairement à l’époque où les traîtres étaient rassemblés, toute la pièce était emplie de dragons et dragonnes ainsi que de chevaliers qui se rangeaient à ma droite ou à ma gauche. Le nombre de femmes dépassait largement celui des hommes et les vêtements qu’elles portaient étaient tous exquis et représentatifs d’un goût raffiné. Il y avait d’innombrables visages que je ne pouvais pas reconnaître, mais je ne cherchais pas à regarder autour de moi. Je m’avançai et me dirigeai vers l’endroit devant la reine et le roi où je devais m’agenouiller. Faire autre chose aurait été impoli ou irrespectueux, et je voulais éviter cette possibilité à tout prix.

Cependant, dans un certain sens, je comprenais maintenant pourquoi Feryumstark avait déclaré que ce pays était matriarcal où les femmes dominaient l’intrigue politique et où les hommes s’épanouissaient sur les champs de bataille. Toutes les dragonnes présentes dans cette salle se tenaient devant les dragons, à l’exception du couple royal, dont les positions étaient symboliques. Ces femmes exerçaient une pression incroyable. Leur regard n’était que partiellement curieux et plus intrigué par mon existence même. Elles m’analysaient, disséquant ma personne pour trouver mes faiblesses ou mes points forts. Pour voir si j’étais plus utile en tant qu’allié ou ennemi. Les dragons avaient essayé de faire de même, mais leur présence était largement éclipsée par les dragonnes. Il n’y avait même pas de comparaison entre les deux.

Quand je m’étais arrêté devant Leurs Majestés, je m’étais agenouillé et j’avais incliné la tête. Le silence couvrait toute la pièce et l’attention de tout le monde était sur nous.

Le roi se leva et fit un pas en avant. Sa présence était imposante, comme toujours, faisant comprendre à tous ceux qui le regardaient quelle était leur place dans la chaîne alimentaire. La seule personne n’ayant pas été affectée était la reine, qui, rien qu’en étant présente, donna à toute la cérémonie un tout autre niveau d’importance.

« Alkelios Yatagai, vous avez fait preuve de courage, d’intelligence et de détermination lorsque le sort du royaume d’Albeyater était en jeu. Vous avez fait preuve de sagesse et de compréhension lorsqu’il a été prouvé que mon épouse, la reine Elliessara Seyendraugher, avait été empoisonnée par les traîtres cherchant à nuire à notre royaume. Vous avez montré une force semblable à celle d’un éveillé supérieur et une incroyable dévotion envers les dragons lorsque vous avez choisi de devenir un dragon ! En tant que dirigeant légitime, je suis parvenu à la conclusion qu’il serait à la fois imprudent et injuste de ne pas vous récompenser pour vos accomplissements ! » déclara-t-il d’un ton puissant, qui résonna dans toute la pièce.

Pendant qu’il parlait, tout le monde l’écoutait attentivement. Personne n’osait faire un seul bruit. J’avais aussi fait attention à ses mots.

Après avoir fini, la reine Elliessara se leva et se plaça à côté de son mari.

« Alkelios Yatagai, vous avez fait beaucoup pour le royaume d’Albeyater. Vous avez montré votre valeur non seulement pour moi, mais également pour de nombreuses personnalités importantes de ce pays. Le Général Brekkar Draketerus, Sire Seryanna Draketerus, Lady Thraherkleyoseya, Sire Kataryna Georg, le Premier ministre Elovius Seyendraugher, la Princesse Elleyzabelle Seyendraugher et beaucoup d’autres. Votre désir de protéger ce royaume a été démontré à plus d’une occasion et, comme l’a déclaré mon mari, cela ne peut rester sans récompense, » déclara-t-elle sur un ton laissant comprendre qu’elle était la dirigeante ici.

Quand on les regardait tous les deux, on pense normalement que le grand dragon est celui chargé de tout, mais quand ils parlent, il y a une nette différence entre les deux. La pression de leur présence était également différente.

« Nous avons longuement réfléchi à ce que cette récompense pourrait être. Voyant que vous n’avez ni rang ni titre, nous avons décidé de vous en attribuer un en fonction de vos capacités, relations et réalisations, » avait déclaré la reine.

« Mais avant de vous annoncer lequel, Alkelios Yatagai, levez la tête et tenez-vous droit ! » Déclara le roi.

« Comme vous le souhaitez, Votre Majesté ! » répondis-je en me levant.

« Bien ! Maintenant, je vous demande de faire un serment ici, devant tous ces dragons et nos dieux au-dessus. Alkelios Yatagai, jurez-vous de protéger et de défendre le royaume d’Albeyater comme vous le feriez avec votre propre famille ? » avait demandé Feryumstark.

« Je jure de protéger et de défendre désormais le royaume d’Albeyater comme s’il s’agissait de ma propre famille ! » avais-je répondu d’un ton ferme.

« Alkelios Yatagai, acceptez-vous moi et mon épouse en tant que votre roi et reine, à qui vous obéirez et dont vous acceptez les lois ? »

« Je jure d’accepter Feryumstark Seyendraugher et Elliessara Seyendraugher comme mon roi et ma reine à qui j’obéis et à leur loi ! » Répondis-je.

« Alors, à partir de maintenant, vous n’êtes plus seulement, Alkelios Yatagai, vous serez nommé Duc Yatagai du royaume d’Albeyater ! Dans tout ce que vous ferez à partir de maintenant, apportez la gloire à votre roi et votre reine ! Puissiez-vous apporter la gloire au royaume d’Albeyater ! » déclara Feryumstark Seyendraugher avec un ton puissant résonnant dans toute la salle pour que tous ceux présents puissent l’entendre haut et fort.

« Merci, Vos Majestés ! Je jure que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour faire respecter vos lois et écouter vos ordres ! » Je m’inclinai jusqu’à ma hanche.

« Alors ainsi soit-il ! » déclara le roi.

Je m’étais redressé et avais fait un pas en arrière.

Avec cela, la cérémonie fut terminée et tout le monde dans la salle avait commencé à murmurer. La plupart des dragonnes ici semblaient être choquées par le fait que je sois devenue duc sur le coup. En fait, même moi étais surpris. Je m’attendais à devenir un baron, à un comte, peut-être même vicomte, mais certainement pas duc, un titre juste en dessous de prince.

Tandis que le roi et la reine regagnaient leurs trônes respectifs, plusieurs dragonnes m’avaient approché pour me féliciter de mon titre de duc. Bien que je ne possède aucune terre à proprement parler, je n’étais un duc que par mon titre et je jouais un rôle plus militaire dans le royaume. Ce n’était pas comme si cela me dérangeait, je n’aurais pas eu le temps nécessaire pour bien administrer les terres de toute façon, et j’avais même énoncé ce fait à plusieurs reprises à Leurs Majestés, soulignant que j’avais pour objectif de voyager à travers le monde et visiter d’autres nations. Alors que le royaume d’Albeyater allait désormais être mon pays d’origine, il était inutile que je m’enracine ici.

Quant à ceux m’ayant félicité, ils étaient formels et manifestaient de l’intérêt pour mon armure, mes armes et les couleurs de mes écailles. J’avais répondu avec les mots que la reine elle-même m’avait dit de dire :

« Un plaisir de vous rencontrer [Rang] [Nom de famille], mais je m’excuse, car pour le moment, je suis incapable de répondre à vos questions. Peut-être à une prochaine occasion ? Je serai ravi d’en discuter plus alors. »

Ce n’était qu’un problème formel, le nombre incroyable de nobles qui me félicitait ne permettait que de petites discussions. En outre, derrière moi se trouvaient deux dragonnes avec peu de patience qui jetaient un regard noir à quiconque tentait de s’approcher de trop ou de prolonger la discussion.

Une fois les formalités terminées, j’étais sorti de la salle du trône avec Kataryna et Seryanna, puis nous étions allés tous les trois chercher quelque chose à manger à l’auberge de Brekkar. Collentra et Bayuk nous attendaient avec un repas chaud et le petit Askanti, leur enfant, dormait dans la pièce au fond.

« Alors quel titre t’a-t-on donné, Alkelios ? » avait demandé Collentra en nous apportant trois bols de soupe, un pour chacun.

« Je suis duc maintenant, » répondis-je calmement après que la nourriture ait été placée sur la table.

« UN DUC ?! » Dit-elle en élevant la voix.

« Je t’avais dit qu’elle serait surprise. » Kataryna me sourit.

« Mes excuses, mais l’année dernière, tu étais sans aucun rang, et encore plus… tu étais humain, alors avant que je le sache, tu es devenu un dragon, et maintenant, un duc ! C’est comme si tu avais toute la chance des Dieux, Alkelios ! » commenta la dragonne en secouant la tête.

« Tu ne sais pas tout encore, » répondit Seryanna avec un petit sourire narquois.

« Eh bien, dans ce cas, je suis heureuse que tu continues à venir manger ici, Alkelios ! Faire venir de grands noms dans notre humble auberge ne peut être que bon pour les affaires ! » Collentra éclata de rire.

« Bien sûr ! La nourriture est bonne et l’ambiance est géniale ! » Dis-je en hochant la tête.

« Contente de l’entendre ! Bon appétit, alors tu en auras besoin pour l’événement principal de cette soirée ! » Elle me fit un clin d’œil puis partit.

« Eh bien, elle a raison à ce sujet. La journée vient de commencer et il reste encore la cérémonie, » avait déclaré Kataryna.

« Et comment te sens-tu à ce propos ? » demanda Seryanna en jetant un coup d’œil à la dragonne argentée.

« Ah, c’est une bonne question ! Qu’est-ce que j’en pense ? » Répondit Kataryna avant de s’asseoir dans son fauteuil. Levant les yeux vers le plafond, elle dit : « ça ne me dérange pas, et je suis vraiment heureuse pour vous deux… quant à moi, je ne sais pas vraiment ce que je ressens... » Elle secoua la tête et nous avait fait un sourire ironique.

« Ne voulais-tu pas avoir un œuf avec moi ? » demandai-je en plissant les sourcils.

« C’est le cas, et je le veux toujours. » Elle acquiesça.

« Des mots étranges à dire devant sa future femme. » Fit remarquer Seryanna.

« Es-tu contre ? » Demanda Kataryna.

Seryanna la regarda puis répondit : « je suis contre le fait d’être témoin de l’acte. Mais s’il veut te faire un œuf, ça ne me dérange pas… tant que ça. » Elle plissa les yeux. « Je voudrais garder Alkelios pour moi seule et laisser les choses ainsi. » Déclara-t-elle avant de pousser un soupir. « Mais toi… ça ne me dérangerait pas en tant que sœur épouse. » Elle avait souri à Kataryna.

La dragonne argentée cligna des yeux de surprise puis lui fit un sourire chaleureux. « Cela ne me dérange pas que tu gardes tes griffes sur lui tout le temps, tant que je peux l’avoir de temps en temps. » Dit-elle.

« Bien sûr. Nous pouvons gérer, mais... » Seryanna sourit. « Nous verrons si tu ressens toujours la même chose une fois que j’aurai eu mon premier œuf avec lui. Une fois que je l’aurai, tu pourras l’avoir. » Dit-elle.

« Euh… désolé de m’impliquer dans la conversation apparemment importante, mais cela ne vous dérangerait pas de ne pas parler comme si j’étais une sorte de “jouet” sans volonté que vous pouvez échanger sans aucune réserve ? Surtout quand ledit “jouet” est debout ici entre vous deux ? » Je leur avais demandé cela.

« Oh, ne t’inquiète pas, Seryanna, je vais m’assurer de ne pas le briser ! Je vais le ramener en bon état ! » dit Kataryna avec un petit rire.

« Assure-toi de bien le nourrir aussi. Je ne veux pas qu’il manque d’énergie pour me faire plaisir par la suite, » déclara Seryanna avec un clin d’œil.

« Bien sûr ! »

Les deux rirent.

« Tu m’ignores volontairement et t’amuses bien avec, n’est-ce pas ? » Demandai-je en plissant les yeux vers Seryanna.

« Quoi ? N’importe quoi ! » Ria-t-elle.

« Tu rigoles ! » avais-je souligné.

« Détends-toi, Alkelios, c’est une affaire entre dragonnes. » Kataryna me caressa l’épaule.

« Oui, à propos de qui m’entraîne en première dans son lit ! » Je plissai les yeux.

« Hé, c’est un royaume matriarcal, tu te souviens ? » me répondit-elle.

« Pourquoi tu… D’ACCORD ! Si tu veux jouer ainsi, alors j’ai aussi quelque chose à dire à ce sujet ! » déclarai-je en montrant le plafond.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

  3. oh? il vas faire quoi? ce changer en femme? ce serai génial^^), en tout cas hâte de lire la suite^^.

Laisser un commentaire