100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Histoire annexe 3 – Partie 3

***

Histoire annexe (3) : Les pêchés du maître chevalier

Partie 3

Même si j’étais vieux, j’étais loin d’être sénile. Si Sire Seryanna avait effectivement trouvé quelque chose de précieux, j’aurais été l’un des premiers dragons à le savoir. Si c’était une arme, elle aurait alors demandé mon avis sur la manière de la manier correctement. Son amie Dregarya l’aurait également sentie et le chahut qu’elle aurait provoqué aurait suffi à alerter mes yeux dans le palais.

Malgré tous mes efforts pour comprendre, je ne pouvais pas y arriver. Sa Majesté avait alors prononcé un nom.

« Alkelios Yatagai. »

« Hein ? » Je clignai des yeux en raison de la surprise.

Comment ? Ce garçon serait-il une gemme ? Je me demandais alors que j’étais encore plus confus.

« Soupir, il semble que la vieillesse ait vraiment atteint ton esprit. » Sa Majesté se retourna et secoua la tête.

« Je vous demande pardon, mais il n’est qu’un paysan humain qui a failli être tué par Drajean et..., » je n’avais pas pu finir mes mots, car les doigts du roi étaient enroulés autour de mon cou et j’avais été soulevé du sol. « Argh… Votre Majesté ? » Demandai-je tout en me débâtant. Mais c’était comme lutter pour ouvrir la gueule d’un lézard géant des rivières.

« Le fait même que cet humain soit venu ici avec Sire Seryanna aurait dû te faire comprendre qu’il y avait quelque chose de spécial. Je veux dire, même moi je connais la profondeur de sa haine pour les humains. D’après ce qu’on m’a dit, cette dragonne n’a jamais souri depuis 38 ans, » m’avait-il dit.

« Je ne comprends toujours pas, Votre Majesté, » déclarai-je alors que je tenais sa main plutôt que d’essayer de l’ouvrir.

« Bien que je reste actuellement aux côtés de ma femme plus que ce que le public sait, cela ne signifie pas que je suis devenu sourd et aveugle, Teolas, » il m’avait lancé un regard noir.

« Q-Qu'est-ce qui a à voir avec Draejan ? » demandai-je.

« Tout, » il me lança un regard noir et je pouvais sentir ses griffes transpercer ma peau.

« GAH! » avais-je crié de douleur.

« Il a osé revendiquer la pleine propriété de l’armée de Brekkar, alors même que j’avais l’intention de la lui confier uniquement temporairement. Il a forcé la petite-fille de mon ami à se livrer à des fiançailles qu’elle n’a jamais voulues et méprises du fond du cœur, mais il a surtout failli tuer l’humain qu’elle a amené, » il l’avait résumé pour moi, mais je craignais que l’élément le plus important soit le dernier bout.

« P-Pourquoi cet humain est-il si important, Votre Majesté ? » Demandai-je.

« Pourquoi ? » Il plissa les yeux et la pression de sa présence augmenta au point de me donner l’impression que chaque respiration allait être ma dernière.

Le fait qu’il ait réussi à entrer dans le lit de Seryanna ou à devenir ami avec Kataryna Georg ne devrait pas le rendre si important pour que le roi d’Albeyater puisse agir ainsi. Non, c’était ridicule pour lui d’agir pour un humain, alors qu’il l’aurait à peine fait pour un dragon. Même quand l’annonce de l’Explosion de Berserk prochaine de Brekkar, il n’avait même pas donné l’ordre de chercher un traitement.

Certains avaient dit que Brekkar lui-même avait demandé de ne pas gaspiller les ressources du pays pour un vieux dragon mourant comme lui, mais cela devait être un mensonge. Le royaume d’Albeyater aurait certainement souffert de la perte d’un grand général comme lui.

« Peut-être que tu es vraiment devenu aveugle, vieux lézard, » déclara Sa Majesté en me libérant.

J’étais tombé au sol et m’étais senti trop faible pour me relever. J’étais à bout de souffle, et je tremblais de partout. C’était à moitié dû à la peur d’avoir fait quelque chose de mal et l’autre venait de la présence de Sa Majesté elle-même.

« C-C’est possible… Votre Majesté, mais… puis-je vous demander en quoi ? Q-qu’est-ce que Votre Majesté a vu chez cet humain que je n’ai pu voir ? » demandai-je alors que j’utilisais toutes mes forces pour ne pas m’évanouir.

Sa Majesté se dirigea une nouvelle fois vers la fenêtre et relâcha son aura qui me cloua au sol.

« Courage. Passion. Détermination. La force de lutter contre l’impossible... » Il s’arrêta puis me regarda. « Et la possibilité d’accomplir le rêve de ma femme. »

« Le rêve de la Reine ? Une alliance… avec les humains ? Une fin à la Grande Guerre ? » demandai-je alors que mes yeux sortaient presque de leurs orbites.

Si cet humain pouvait amener notre pays vers un futur meilleur, je pourrais alors comprendre pourquoi le roi le chérissait tant. Même pour la population générale d’Albeyater, le rêve de la reine était bien plus important que celui du roi. Après tout, nous étions une société matriarcale, malgré le fait que le Premier ministre Elovius avait récemment repris l’essentiel du travail de la reine.

« Votre Majesté, je comprends maintenant pourquoi vous voudriez garder cet Alkelios Yatagai à votre portée, bien que je ne vois pas en quoi il pourrait être utile pour ce rêve. Cependant, puis-je demander ce que j’ai fait de mal pour m’attire votre rancune ? » demandai-je en m’agenouillant.

« Ne vois-tu pas comment il serait utile ? Laisse-moi clarifier cela. Tout d’abord, il est l’un des rares humains étant tombés amoureux d’une dragonne. Deuxièmement, cette dragonne est connue pour avoir une haine très profonde pour les humains. Troisièmement, elle a une influence politique assez élevée au sein de la famille Draketerus, même si elle n’en est pas consciente. Sire Seryanna en fin de compte est la dernière matriarche de sa famille. Les terres brûlées du Champ de Bataille font toujours partie de son domaine, » avait-il expliqué.

Maintenant, je vois pourquoi Draejan voulait tellement l’épouser. En faisant cela, il aurait accès à la fois à l’armée de Brekkar et aux terres du Champ de Bataille, qu’il pourrait ensuite développer à sa guise. Non seulement cela, mais il pourrait utiliser son influence. Après tout, les paroles de la matriarche sont bien plus importantes que celle de leur mari. Pensais-je alors que tout commençait à se reconstituer dans mon esprit.

Ses mouvements étaient stratégiques, mais dans cet âge d’attitude et de grande agitation, ils apparaissaient comme invisibles.

« Imagine simplement ce qui se passerait si Albeyater annonçait le mariage entre la matriarche d’une maison ducale avec un humain sans statut ni rang sur le continent humain, » m’avait-il dit.

« Les rumeurs propagées par les échelons supérieurs de la société humaine perdraient leur crédibilité. Jusqu’à présent, ils ne nous ont décrits que comme des monstres déchaînés incapables de ressentir de l’amour ou de l’affection, » avais-je dit.

« Exactement. De là à l’établissement d’un traité d’alliance avec l’un des pays étrangers, comme le Royaume des Dix Épées, par exemple, ce ne serait plus un rêve fou. »

« Mais quelque chose comme cela ne peut arriver que si Alkelios réussit à la fois sur les champs de bataille politique et militaire, » avais-je souligné.

« Je suis certain que nous pouvons lui trouver de bons professeurs s’il ne laisse pas sa propre marque ici. Quant à ce que tu m’as fait subir… non, à Albeyater. Eh bien, tu as presque chassé cette personne irremplaçable, » me déclara-t-il en baissant les yeux.

J’avais senti un nœud dans la gorge et j’avais dégluti.

« Le duel… j’aurais dû l’arrêter. » Dis-je.

« Effectivement. Tu aurais dû te rendre compte que quelque chose n’allait pas, qu’un humain ordinaire ne peut pas simplement apparaître dans le palais de Seyendraugher de cette manière. Tu aurais dû être le premier à te demander pourquoi il était là, mais tu pensais plutôt à lui comme un insecte inutile. Si Kataryna Georg et Sire Seryanna n’étaient pas arrivées à temps au duel, le garçon serait mort n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

J’avais hoché la tête.

Draejan à ce moment-là avait l’intention de le mutiler gravement ou de le tuer. Le fait que ces deux-là soient arrivés à ce moment-là. C’était comme si les cieux eux-mêmes tordaient les lois de ce monde juste pour qu’il puisse avoir une autre chance de vivre.

« Alkelios n’est probablement même pas conscient qu’il était vraiment proche de la mort. Mais en laissant de côté le rêve de ma reine, s’il mourait, notre guerre aurait alors été contre Kataryna Georg et Brekkar Draketerus lui-même, » déclara Sa Majesté.

« Quoi ? Pourquoi Brekkar ? » demandai-je, surpris.

« Parce qu’Alkelios est l’individu l’ayant soigné de l’Explosion de Berserk. Je n’ai pas besoin de te dire ce qu’un dragon pense d’une dette de vie ? » expliqua-t-il.

En entendant cette histoire improbable, j’avais senti le sang quitter mon visage et mes genoux faiblir.

Cela faisait plus de sept siècles que je vivais et j’avais vu plus de choses que je ne pourrais compter, mais je ne pouvais même pas commencer à comprendre quelle sorte d’entité était cet Alkelios Yatagai. Il serait préférable de le décrire simplement comme une catastrophe naturelle ambulante qui avait tordu et avait changé le destin de tous ceux avec qui il était entré en contact.

Ce garçon humain a-t-il gagné la faveur des dieux pour avoir un tel pouvoir ? Me demandai-je.

« Comprends-tu maintenant ce que tu as fait ? » m’avait-il demandé.

« À peine, Votre Majesté, mais je ne peux que demander comment réparer mes erreurs ? » Demandai-je en baissant les têtes jusqu’à ce que mon front touche le sol.

« Va chez la famille Doesya. Parle avec ma fille et son mari. Vois ce qu’ils savent de Sire Draejan et découvre s’ils complotent contre moi. Au cas où ils le seraient, je pourrais difficilement croire que ma fille puisse être capable de quelque chose comme ça, alors il doit y avoir quelqu’un qui la manipule depuis l’ombre, lui insufflant des pensées folles. Découvre qui est cette personne ou cette organisation. Découvre toutes les saletés sur les Doesya que tu peux trouver, et je voudrais que tu établisses une liste pour moi de tous les alliés et connaissances de Draejan. Comprends-tu quelle est ta mission, Sire Teolas Draegan ? » Ordonna-t-il d’un ton ferme et puissant.

« Oui, Votre Majesté. Votre humble serviteur comprend et procédera à cela immédiatement, » répondis-je avec mon front touchant toujours le sol.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Je connais dragon arrogant, qui va être remis à sa place dans un avenir proche.

  2. merveilleux, tout bonnement merveilleux^^. merci beaucoup pour ce chapitre^^. vivement le tome 3^^. (plus cas espérer qu'il répondra à beaucoup de question^^).

  3. Super ce chap ^^ Au final, j'aurais préféré qu'Alkelios reste humain...

  4. Merci pour le chapitre! La Suite risque d’être mouvementé, vivement le tome 3.

  5. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire