100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 2 – Histoire annexe 2 – Partie 1

***

Histoire annexe (2) : Les mémoires d’un vieux général

Partie 1

[38 ans plus tôt dans le royaume d’Albeyater]

***Point de vue de Brekkar***

Le voyage était long et périlleux, mais avec mes conseils et ma protection, nous n’avions rien à craindre ! À la tombée de la nuit, nous atteindrions Drakaria, la merveilleuse capitale de notre royaume Albeyater. Demain allait être un jour glorieux pour notre famille, ma petite-fille, Seryanna, allait passer l’examen de Chevalier Royale et elle allait très certainement réussir !

Pourquoi ? Je serais un Merion desséché si cela ne se produisait pas.

J’avais moi-même formé ma petite-fille et elle avait les compétences et la sagesse nécessaires pour se tenir sur les champs de bataille à mes côtés ! C’était quelque chose dont je me vantais souvent, vers cette vieille queue de lézard, Feryumstark !

« Grand-père ? Pourquoi m’as-tu aussi traînée ? » avait demandé ma troisième petite-fille, Thraherkleyoseya.

Mon fils était sage, mais parfois son sens du nommage donnait l’impression qu’il avait été projeté sur une montagne rocheuse et qu’il n’essayait même pas d’éviter les falaises déchiquetées en descendant.

« Parce que ta grand-mère n’était pas très contente de ta dernière blague. À quoi pensais-tu en catapultant des gardes dans la salle de bain des dames de cette façon ? Les femmes de chambre ont failli avoir une crise cardiaque ! » Je lui avais ébouriffé les cheveux.

« Arrête ça, grand-père ! » se plaignit-elle.

Je souris fièrement.

Cette petite farceuse n’avait jamais été mal intentionnée. Nous savions tout cela…

Malheureusement, elle s’était éveillée comme une dragonne à écailles noires les plus détestées en raison de leur affinité avec les arts noirs. Bien qu’imbattables en tant qu’espions et assassins, leurs compétences n’avaient que peu de valeur en dehors des complots militaires et politiques.

Quand elle était jeune, elle voulait être une marionnettiste de l’ombre, mais après avoir eu le cœur brisé par ce garçon, Iolaus, les choses s’étaient dégradées pour mon petit ange. Pour aggraver les choses, il s'éveilla en tant qu’élément opposé à Thraherkleyoseya avec des écailles blanches. Et si cela ne suffisait pas, ce stupide garçon avait fini par être recruté par le Temple de la Lumière, qui méprisait absolument tous les dragons à écailles noirs.

Même avec ma renommée et ma réputation de général, je ne pouvais rien faire à ce sujet. C’était leur destin, mais si les Dieux le voulaient, je voulais qu’on me donne l’occasion de donner à ce garçon une bonne raclée ! Une qu’il n’oubliera jamais !

En effet, j’étais déterminé à le faire ! Peut-être que la prochaine fois que je le verrai, je le frapperais droit dans le visage, sans poser de question !

« Ma sœur, c’était de ta faute, tu sais ? Mais ne sois pas désespérée, nous allons voir Drakaria ! C’est incroyable ! » déclara Seryanna avec un sourire éclatant.

C’était une fille joyeuse, toujours pleine d’énergie et désireuse d’aider les autres. Si je devais le deviner, alors elle l’avait hérité de sa mère ainsi que sa brillante personnalité, même si, au lieu de devenir une femme raffinée, elle avait emprunté le chemin de la guerre comme son père.

J’avais poussé un soupir et j’avais regardé devant nous dans la grande capitale du royaume d’Albeyater, Drakaria. C’était une ville merveilleuse réputée pour sa résilience au temps et redoutée pour la force de ses gardes. Et là-bas, au cœur de la ville, ma petite-fille allait passer son examen de chevalier royal, puis prêter sa loyauté à la troisième fille de ce vieux lézard.

***

[Deux jours plus tard, après l’examen]

« Je pense qu’elle va devenir une bonne chevalière une fois éveillée, Brekkar, » fit remarquer le vieux lézard.

« Je pense qu’elle est déjà une bonne chevalière ! Ta fille sera entre de bonnes mains, je te le promets ! » répondis-je avec un sourire narquois.

Nous étions tous les deux en train de faire un petit combat. Les étincelles volaient à gauche et à droite lorsque nos épées entraient en collision. Nous n’utilisions pas le Boost ni aucun autre sort d’amélioration corporelle en plus de ceux nécessaires à la défense. Nous avions également promis de ne pas utiliser de sorts pendant le match. Si nous le faisions, nous pourrions accidentellement faire sauter la moitié de Drakaria.

« Toutefois, je me demande… tu ne rouillerais pas un peu, vieux fou ? » déclara le vieux lézard avec un sourire narquois en pointant sa lame sur mon cou.

Le bord tranchant avait été évité d’une épaisseur d’écailles, et je l’avais poussé en avant, en frappant sa poitrine avec mon épaule. Il fut repoussé de deux pas et laissa échapper une toux.

« Non ! Je me sens bien ! Toujours prêt à tirer tes écailles sur le terrain ! Tu es peut-être roi, mon ami, mais ta couronne ne peut pas m'empêcher de te mettre une culottée. ! » déclarai-je avec un large sourire.

« Non-sens ! Ce sera toi qui finiras par manger les pissenlits par la racine ! » Le vieux lézard se vantait en prenant position.

Eh bien, je pourrais l’appeler un vieux lézard, mais il n’avait pas l’air vieux. Le roi du royaume d’Albeyater était au sommet de sa force, comme il l’était il y a des siècles, peut-être même plus fort. Nous l’étions tous les deux, mais dans nos petits combats, nous étions presque égaux… eh bien, en quelque sorte… j’avais l’impression que le vieil imbécile cachait sa vraie force parce qu’il craignait que je cesse de m’entraîner avec lui si j’apprenais qu’il était beaucoup plus fort que moi.

Juste au moment où nous allions à nouveau croiser le fer, un messager était arrivé.

« Mon Roi ! Mon Roi ! Des nouvelles urgentes venant de l’Ouest ! » déclara-t-il avant de s’arrêter au bord du terrain d’entraînement pour reprendre son souffle.

« L’ouest ? Cela vient-il de mon domaine ? » avais-je demandé avec curiosité.

« Oui, Sire Brekkar..., » répondit-il, mais je n’aimais pas son regard.

Alors, il apporte de mauvaises nouvelles, hein ? avais-je pensé, mais je ne pouvais même soupçonner à quel point les nouvelles étaient mauvaises.

« Parle, dragon ! » déclara le roi.

« Oui, Votre Majesté ! » Salua-t-il en se redressant. « Les plaines de Brekkar ont été attaquées par une armée humaine envahissante. Nos éclaireurs ont découvert qu’ils étaient dirigés par un humain supérieur. Les forteresses Sendra, Callus et Thorn sont tombées et l’armée s’installe actuellement sur le territoire. L’attaque a été rapide, pas plus de trois jours. Cela s’est passé il y a un jour..., » il s’arrêta pour il déglutit.

J’avais serré la mâchoire et serré la poignée de l’épée si fort que j’avais l’impression que le métal se déformait sous ma main. Toute ma famille était installée dans ces trois forteresses. Le fils adoptif du roi, Coshun, y était aussi.

S’ils ont déjà été conquis, alors… et eux ? Sont-ils encore en vie ? Je m’étais posé la question, mais je savais que je priai pour rien.

« Pourquoi la nouvelle d’une armée qui nous envahit a-t-elle quatre jours de retard ? » Demanda le roi avec un regard noir.

Les messagers des royaumes dragons étaient des dragons connus pour être parmi les plus rapides en vol. Des plaines de Brekkar à Drakaria, cela n’aurait pas dû prendre plus d’une journée.

« Ils ont tué tous les messagers dès leur départ. Des groupes d’aventuriers cachés dans la forêt les ont abattus. Je devais emprunter la route terrestre jusqu’à ce que je sois assez loin pour me transformer, » répondit-il.

« Une telle chose… comment est-ce possible ? » Demanda le roi avec colère.

J’avais posé ma main sur l’épaule du vieux lézard, puis lui avais dit. « Laisse-moi me venger, » avais-je demandé.

Je n’avais plus besoin de demander. Mon vieil ami se serait probablement envolé sur le champ de bataille, mais compte tenu de la situation, je ne pouvais pas lui permettre de prendre un tel risque. Un roi comme lui pouvait m’aider de nombreuses autres manières sans faire face à la bataille à mes côtés.

Tout de même… comment étais-je censé annoncer la nouvelle à mes petites-filles ?

***

[Quelques heures plus tard]

L’armée de Brekkar, ce qu’il en restait, se rassemblait à la périphérie de Drakaria. Des messagers volaient dans toutes les directions pour informer mes troupes de la bataille à venir. Ils s’étaient tous précipités ici ou s’étaient dirigés vers un endroit où ils pourraient nous rencontrer. J’avais prévu de ne pas perdre la moindre seconde en attendant que l’armée soit complètement mobilisée. D’ailleurs, sur l’ordre du roi, l’autre général m’avait également prêté plusieurs de leurs troupes.

La puissance de combat de mon armée une fois que nous avions atteint les plaines de Brekkar était composée de 27 000 dragons. La moitié de la force originale de l’armée de Brekkar, mais avec moi à l’avant elle était plus forte qu’une armée de 70 000.

« Grand-père… mère… père…, » déclara Seryanna, les larmes aux yeux tout en serrant les poings.

Je laissai échapper un soupir et lui tapotai doucement la tête. « Tu devrais rester ici, jeune fille. Ta bataille n’est pas au combat. En tant que Chevalière Royale, tu as la responsabilité de te tenir aux côtés de ton seigneur et de la protéger de tous ceux qui lut porteront préjudice. Comprends-tu, Sire Seryanna ? » Demandai-je, laissant connaître mes intentions.

L’enfant hocha la tête, mais ses larmes ne s’arrêtaient pas.

En voyant son expression de colère, je m’étais rendu compte à quel point je chérissais son sourire innocent. C’était malheureux qu’elle doive traverser une chose pareille, mais tel était le destin offert par les Dieux… peut-être que le fait que ces deux enfants aient été épargnés était aussi leur volonté ?

Hélas, j’étais assez vieux pour savoir comment cacher ma propre colère…

J’avais fermé les yeux et pensais : Sendra… Je suis désolé de ne pas avoir été à tes côtés. Je prie pour que tu aies échappé aux feux de la guerre et que nous nous rencontrions quelque part en toute sécurité… J’avais ouvert les yeux puis revêtu mon armure de plaques.

Le général Brekkar Draketerus était sur le point de se présenter une nouvelle fois sur le champ de bataille, mais cette fois… le sang des humains recouvrirait le sol de rouge !

***

[Deux jours plus tard, après avoir conquis Thorn]

Les cornes de la victoire avaient sonné sur le champ de bataille, mais j’y étais sourd. Les dragons applaudissaient, car ils avaient gagné et levaient les bras au ciel, comme pour louer les dieux, tandis que les corps des humains jonchaient le sol qui les entourait.

Tous avaient été coupés en deux, déchirés, brûlés et brisés, par des épées, coupés par de la lumière, écrasés par des armes contondantes, ou avec un autre moyen horrible de mourir. J’avais même tenu dans ma main droite l’épine déchirée du général qui avait conquis cette forteresse.

Mon propre corps était trempé dans le sang de mon ennemi. Mon épée avait mis fin à la vie d’innombrables humains, mais je ne ressentais rien pour eux.

Ni la rage, ni la haine, ni la colère n’étaient présentes dans mon cœur.

Il n’y avait rien… ou peut-être était-il préférable de dire que j’étais désespéré au point que mes émotions s’étaient brisées en morceaux et m’empêchaient de ressentir quoi que ce soit.

Comment pourrais-je ? Non, qu’est-ce que j’étais supposé ressentir en regardant les corps de mes enfants et petits-enfants bien-aimés ? Qu’est-ce que j’étais supposé ressentir quand je ne voyais que de… la douleur ?

Des larmes avaient essayé de se former dans les coins de mes yeux, mais rien n’avait coulé sur mes joues. J’avais dégluti, mais je ne pouvais rien sentir dans ma bouche.

Les bâtards… ils les avaient assassinés puis les avaient suspendus aux murs comme des criminels. D’un seul coup d’œil, j’avais pu constater que leur fin n’était pas agréable. Ils avaient souffert. Ils avaient été torturés pour le plaisir… pour le plaisir.

Ces humains… étaient pires que des monstres… pires que des animaux.

C’était la raison pour laquelle nous, l’armée de Brekkar, les avions tous tués de sang-froid. Aucun ne s’en était échappé.

« Étais-je trop en retard ? » avais-je osé demander.

« Non, monsieur Brekkar, ils sont morts depuis presque trois jours maintenant. Ils n’ont jamais eu l’intention de les garder en vie. » Decizor, un honorable commandant, avait répondu en sortant avec une serviette pour que je puisse essuyer le sang de mes ennemis.

Le dragon était en forme hybride, portant ses écailles brunes et me regardant avec ses yeux noirs respectueux.

« Je vois… Des survivants ? » Demandai-je.

« Aucun. » Vint sa réponse.

Le dragon ferma les yeux et baissa la tête. « Mes condoléances, Sire Brekkar, » déclara-t-il.

« Oui..., » avais-je marmonné puis j’avais regardé les corps pendants de mes enfants.

Un père pourrait-il ressentir une douleur plus horrible que celle-ci ?

C’était une question à laquelle je ne souhaitais pas entendre la réponse...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chap

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire