100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 1 – Chapitre 22 – Partie 2

***

Chapitre 22 : Potion de brise de nuit d’un million de morts

Partie 2

Eh bien... je serai damné ! Je ne sais pas ce qui est plus déroutant : le fait que les sorts aient des noms à consonance normale ou le fait que les noms de ces compétences n’ont aucun rapport avec leur description... Franchement ? Hamster spartiate ? Je penserais à une capacité de combat pas défensif ! Qui pourrait penser qu’un hamster pourrait servir de tank !? Ou l’effet de Tzuika ? Voyons ! Cela aurait dû être une compétence me permettant d’invoquer des boissons alcoolisées gratuites, pas de lancer des sorts ! m’étais-je plaint intérieurement, mais j’étais vraiment heureux des améliorations que ces compétences m’offraient.

J’étais FINALEMENT capable de lancer de VRAIS sorts !

Pourtant, avant que je ne sois capable de lancer des sorts, il était temps de s’améliorer et peut-être améliorer Barman, alors je l’avais monté de deux niveaux. Maintenant pour aller au niveau 3, cela ne m’avait coûté que 14 points de compétences.

Je voulais pleurer, mais je devais le faire pour sauver Brekkar.

J’avais alors pensé à faire progresser ma compétence vers sa version évoluée. Peut-être que cela pourrait m’aider. Quand je l’avais sélectionné, j’avais appris que cela coûtait un total de 5 points pour ça alors que ce n’était pas nécessaire pour le moment, donc je l’avais abandonné l’idée pour l’instant.

Il me restait 46 points, alors j’étais allé sur les nouvelles compétences obtenues et les avais améliorés.

Pour un total de 8 points, j’avais monté au niveau 2 le Hamster Spartiate et l’Effet de Tzuika. Les effets que j’avais reçus de ceux-ci étaient les suivants : 20 % en amortissant des dégâts pour le premier et pour le denier, un nouvel élément et un sort complémentaire des deux précédents. Ainsi, je pourrais lancer maintenant les sorts : Boule de feu, Mur de feu, Pic de terre, Tremblement de terre, Boule d’eau et Mur d’eau.

C’était incroyable, alors j’avais ajouté 8 points supplémentaires dans l’Effet de Tzuika. Maintenant, j’avais aussi l’élément du vent et les sorts suivants : Explosion de feu, Flèche de terre, Canon d’Eau, Brise, Barrière de Vent et Faux de vent.

Après tout, je pourrais dire une chose en lisant les noms de chacun d’eux. Il semblerait que le sens étrange de nommage de l’entité semblable à Dieu ne s’appliquait pas aux sorts. Ce qui était GÉNIAL !

Maintenant, il était temps d’améliorer ma fierté et ma joie : Dompteur de Dragon.

Sans même la moindre hésitation, j’avais commencé à jeter les derniers de mes points de compétences dans celui-ci, en espérant que peut-être que cela me donnerait peut-être plus de points de statistiques.

Ce fut le résultat après avoir dépensé 15 points de compétences.

Dompteur de Dragon Niveau 4 : C’est une compétence passive de type Buff. Lorsqu’un Héros développe une relation amicale ou intime avec un dragon, cette compétence permettra la création d’un lien spécial entre les deux. Le lien est indestructible par toute autre compétence à moins que le Héros ne le veuille. Le Héros gagne 30 % des statistiques du dragon, et le dragon aura la capacité de grandir 5 fois plus vite, peu importe où se trouvait le Héros. Le dragon gagnerait 10 % des statistiques global du Héros à moins de 100 mètres de celui-ci. Avancement 1 : Le héros peut sentir la direction dans laquelle il peut trouver l’ami-dragon sélectionné. Nombre de dragons sélectionné : 1.

C’était... incroyable. J’ai eu un Buff de 30 % en étant ami ! Que pourrais-je souhaiter de plus ? Mais alors je me demandais juste ce que le niveau 5 me donnerait, alors j’ai décidé de voir.

En déglutissant, j’avais dit « Amélioration du Dompteur de Dragon. »

<L’Amélioration coûte 25 points de compétences.>

<ATTENTION ! L’amélioration changera votre espèce en demi-dragon demi-humain en permanence. De nouveaux bonus et compétences seront disponibles avec le changement d’espèce.>

J’avais cligné des yeux alors que j’étais surpris puis j’avais fermé le message, annulant l’amélioration.

Demi-dragon ? Je ne peux pas... Je suis humain, pas un dragon... Si je fais cela, alors même si j’avais auparavant 1 % de chance de revenir dans mon monde, j’aurais une chance de 0 % maintenant... je ne peux pas... c’est effrayant ! Que vais-je faire en tant que demi-dragon ? Les humains me détesteront, et les dragons me détesteront aussi... Il n’y aurait pas de place pour moi... NON ! Cette amélioration je ne peux la faire ! Je ne peux pas abandonner mon humanité ! Je ne suis pas un monstre ! pensais-je, mais quand j’avais pensé le dernier mot, le sourire de Seryanna était apparu dans mon esprit.

J’avais baissé les yeux et avais serré les poings.

Elle n’est pas un monstre, mais elle n’est pas non plus humaine... Moi d’un autre côté, je le deviendrai si je changeai d’espèce... Donc, je ne peux pas faire ça ! Pensais-je en regardant mes points de compétences, j’avais réalisé qu’il ne me restait plus que 15 points.

Même si je voulais l’obtenir maintenant, je ne pouvais pas. Sans hésitation, j’avais placé 8 points dans le Hamster Spartiate, puis j’avais souhaité avoir une capacité m’aidant lors de combat à l’épée, ou ayant quelque chose à voir avec l’escrime.

C’était après tout ma volonté de vivre d’épée et de magie.

« Voyons voir ce que j’ai..., » déclarai-je, mais je n’étais pas aussi excité que je l’étais à l’instant.

Mon esprit revenait à l’amélioration et à ce que cela signifierait de l’obtenir. Beaucoup plus de puissance, c’est vrai... Mais je ne serai plus humain. J’avais peur de cela, de perdre mon humanité.

Il y en avait beaucoup qui auraient sauté sur cette opportunité, mais je n’en faisais pas partie. Je voulais rester humain. Même si cela ne me dérangeait pas d’acquérir des capacités et compétences absurdes au fur et à mesure que je progressais, changer pour une autre espèce n’était pas quelque chose que je souhaitais particulièrement.

En ce qui concernait ma nouvelle compétence, c’était ça :

Style du super chihuahua : confère des compétences d’apprenti pour toutes les armes à lame, à une main ou deux. Confère les compétences suivantes : Charge, Attaque aux dix frappes, Parade, Blocage et Esquive.

Les dernières étaient en fait juste des mouvements basiques et passifs. Elles me permettaient essentiellement de déterminer le bon moment pour bloquer, parer, ou esquiver les attaques d’escrimeurs apprentis.

J’avais amélioré cette capacité une fois. Cela m’avait permis d’accéder aux compétences : double saut, Attaque aux cent frappes, Riposte de la Dance de l’Épée et Provocation.

Bien qu’elles soient très intéressantes, la dernière fonctionnait essentiellement contre les monstres, et la Riposte de la Dance de l’Épée était une compétence passive me permettant de contrer, bloquer, ou parer les frappes de l’ennemi. Donc au lieu d’esquiver l’épée, je déplacerais ma lame contre celle de l’ennemi et la pousserait sur le côté, loin de moi.

Avec ça, il ne me restait plus qu’un seul point de compétence dont je n’avais pas vraiment besoin.

Tout ce qui restait maintenant était de tester ces compétences et de commencer à préparer l’antidote de Brekkar, mais pas avant de faire une liste de ce dont j’allais avoir besoin.

« Voyons voir..., » déclarai-je en regardant autour de moi puis en réalisant que la servante avec le sac d’herbe n’était pas encore arrivée.

Quelques minutes plus tard, elle avait frappé à la porte. Je l’avais pris et l’avais immédiatement ouvert pour vérifier ce qui était à l’intérieur. Sur l’une des tables, j’avais séparé les plantes nécessaires pour la guérison et celles que je pouvais utiliser pour tester cette compétence : Barman.

« Il me manque quelques plantes..., » déclarai-je en me grattant la tête.

Il manquait beaucoup d’herbes, et je savais qu’elles allaient se trouver dans la forêt Seculiar.

« J’ai besoin de leur aide, » avais-je hoché la tête.

Faisant une liste mentale de ce dont j’avais besoin, j’avais vérifié tous les ingrédients pour mes expériences et ceux pour le remède de Brekkar. Une fois que j’en avais fini avec ça, j’étais sorti de mon laboratoire et j’étais allé à l’endroit où Seryanna, Kataryna et Kléo appréciaient une tasse de thé noir lors d’un concours de regard. La dragonne à écaille argentée gagnait.

« Les filles, j’ai besoin de votre aide, » déclarai-je en souriant.

« Qu’as-tu besoin ? » avait demandé Kataryna.

« Plus d’herbes. Voici la liste, j’en ai fait des copies, » déclarai-je en leur remettant à chacune une copie. « Vous pouvez les trouver dans la forêt Seculiar, j’ai déjà utilisé ma chance pour que vous les trouviez. Pouvez-vous aller les chercher pour moi ? » leur avais-je demandé. « Faites-le, et je vais faire quelque chose de savoureux pour vous ? » déclarai-je en ajoutant un pot-de-vin.

« Savoureux ? Marché conclu ! Mais je vais juste obtenir celles-ci ici... je ne peux pas aller trop profondément dans la forêt avec ma force, » avait déclaré Kléo.

« Je peux obtenir celles-là. J’ai juste besoin de chercher des plantes étranges attirant mon regard, n’est-ce pas ? » demanda Seryanna.

« Heu... oui, d’une certaine manière. J’ai fait un souhait un peu plus complexe et tu n’auras pas besoin de te soucier de leur forme, » j’avais souri et elle avait plissé les yeux vers moi.

Ai-je dit quelque chose d’étrange ? Me demandai-je.

« Alors, je présume que je suis celle devant s’occuper des plus... difficiles à obtenir ? » Kataryna leva les yeux et me regarda. « Pourtant, même si tu souhaites que nous les trouvions, je doute fortement que nous puissions immédiatement les trouver. Cela pourrait prendre des semaines, peut-être des mois pour en trouver certaines, » remarqua-t-elle en désignant le cauchemar sanglant sur la liste.

« Tu les trouveras en un rien de temps, ne t’inquiètes pas, » lui avais-je dit en souriant. « Si tu ne les trouves pas dans les quatre prochains jours, reviens ici et j’irai les chercher, » lui annonçai-je.

« Je les trouverai, » déclara Kataryna en saisissant la liste et se levant de la chaise confortable.

« Je trouverai les miennes avant toi ! » déclara Kléo en lui tirant la langue.

« Petite sœur, ce n’est pas poli, » l’avait averti Seryanna.

« Tu as juste peur que je puisse finir ma tâche en première ! » déclara Kléo en souriant puis s’enfuyant.

« Alors, que diriez-vous d’un pari ? La première à ramener leurs herbes recevra un baiser d’Alkelios ? » suggéra Kataryna en regardant Seryanna avec un sourire.

« Quoi ? Ça... Quelque chose comme ça ! » Seryanna avait fortement rougi.

Puis, serrant les poings, Seryanna me lança un regard noir et déclara. « Ne laisse pas cette fille finir en première ! Pas de tricherie ! » Et elle avait commencé à courir.

« Eh bien, maintenant... Je suppose que je devrais aussi aller travailler, » clignai-je des yeux en étant surpris.

Pour la récompense savoureuse, j’avais demandé aux femmes de ménage de m’apporter un tas de fruits. J’allais préparer de la confiture. Cinq années de suite, maman m’avait forcé à aider dans la cuisine pendant qu’elle préparait de la nourriture traditionnelle, y compris de la confiture. Certaines de ces recettes avaient été littéralement martelées dans mon cerveau après cette expérience.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. ^^ il va bientôt devenir le dragon le plus chanceux et le plus cheater de tous mais je le plains, disons que en terme d'altération physique de ce genre c'est très douloureux (mais bien sûr vu qu'il ne s'agit pas d'une véritable altération physique et que nous sommes pas dans la "réalité" mais dans un novel avec un peu de chance il ne souffrira pas beaucoup voir pas du tout, mais si il subissait le même type d'altération que "moi" alors il souffrirez tellement que je pourrais le plaindre)

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.
    PS : Se déboîter/déplacer un os es déjà douloureux alors changer vers une espèce ayant une anatomie différent (si ce n'est pas progressif ou avec incubation)... Je ne souhaite pas cette douleur à quelqu'un ne la méritant pas !

    • Ce sort est l'équivalent d'un mutagène. Tant qu'il ne trouve pas un système pour le rendre réversible, il faut mieux s'abstenir.

      • kurokagespirit

        Perso je poserai simplement la question : Comment considérez-vous les demi-dragon ?
        Si ils les considère mieux que les humains, hop là. Et sinon, bah... J'attendrai d'être asser fort pour ne plus avoir à m'en soucier.

  3. Merci pour ce chapitre

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire