100 en Chance et une Compétence en Domptage de Dragons – Tome 1 – Annexe 1

***

Histoire annexe (1) : Le voyage d’un héros

***Point de vue de Rezia Dellan***

Écoutez-moi maintenant, mortels de ce monde ! Dans 30 ans, une espèce belliciste arrivera vers votre planète et dévastera votre civilisation.

C’était le message de l’entité autoproclamée Dieu quand elle s’était révélée à la population terrestre. La seconde fois, c’était quand elle avait littéralement kidnappé 10 millions d’entre nous et nous avait amenés dans un endroit inconnu. J’avais tellement crié comme une petite fille quand cela s’était produit, mais j’avais eu de la chance parce que je ne pouvais pas contrôler mon corps. Peut-être était-ce une précaution par ce Dieu pour éviter la panique de masse.

Après une courte explication, j’avais compris l’idée générale. Nous étions censés être envoyés dans un autre monde et devions commencer une nouvelle vie en tant que Héros. On pouvait aussi faire que l’on voulait être. Cela semblait simple, mais je savais qu’il y avait quelque chose. Il y avait toujours quelque chose en plus...

La plus grande surprise pour moi n’était pas la partie sur le fait de devenir un héros, mais le système de gestion de compétences comme un jeu que Dieu nous avait présenté. L’idée d’un menu de statut et de points de compétences n’existait que dans les jeux, alors pour ceux d’entre nous qui n’avaient aucune idée de ce que c’était, nous avions reçu pas mal de chocs.

Heureusement, je n’en faisais pas partie.

Sur Terre, j’étais une gestionnaire de 24 ans dans un marché aux poissons à proximité. Ce n’était pas le meilleur métier, mais cela permettait de vivre et d’avoir des loisirs comme les jeux vidéo.

Le problème était que j’étais plus un joueur de FPS qu’un joueur de RPG... Ainsi, lorsque le menu d’état était apparu devant moi pour la première fois, j’avais reconnu la disposition générale et j’avais compris ce qu’étaient les points de statistiques et de compétences, mais je ne savais pas quoi choisir.

Ensuite, la sorte de Dieu nous avait donné un ultimatum de 10 secondes, j’avais commencé à ajouter des points où je pensais que ça serait le plus important. Quand j’avais fini, ma fenêtre d’état ressemblait à ça :

Nom : Inconnu

Race : Humain

Niveau : 1

Force : 31

Vitesse : 24

Dextérité : 22

Magie : 50

Chance : 30

Excellence magique : 5 %

Compétence : Aucunes

Points de compétences : 1

Points de statistiques : 0

Comme il y avait des statistiques liées à la magie, je voulais quelque chose en rapport avec la magie, comme pouvoir lancer des boules de feu, mais je ne voulais pas avoir une trop mauvaise chance qui me forcerait à devoir finir par prier dans un temple toute la journée. Bien sûr, je n’avais aucune idée à ce moment-là que ma statistique de chance était immuable.

Cela étant dit, avec ce seul point de compétence, j’avais sélectionné la compétence Carreau Crépu.

Le nom était ridicule, mais il me permettait d’obtenir la magie de foudre. J’avais aussi reçu deux sorts avec : Éclair et Électrocuter.

Après que nous ayons choisi notre compétence, une étrange lumière nous avait enveloppés et alors le Dieu nous avait parlé une dernière fois.

« Eh bien, le premier groupe a été envoyé. Ils sont ceux ayant une compétence RIDICULEMENT puissante ou une statistique de chance très élevée ! Le prochain groupe sera celui étant envoyé au hasard dans toute la planète, et enfin, les derniers envoyés seront invoqués à la suite de rituel de l’invocation de Héros ! Amusez-vous bien mes petits cobayes... Oups, je veux dire Héros ! Oui, des Héros... hehe. »

Tu l’as laissé sortir exprès, n’est-ce pas ? Moi et probablement la moitié des personnes avions probablement crié ça intérieurement.

Cela étant dit, je faisais partie du groupe envoyé au hasard...

La sorte de Dieu m’avait envoyé avec 200 autres humains environ dans une vaste plaine près d’un petit village humain. Malgré les différences entre nos âges, nos nationalités et même nos opinions politiques, nous avions réussi à nous entendre. La chose la plus importante que nous avions remarquée était que nous pouvions nous comprendre, mais nous ne parlions pas notre langue habituelle. Apparemment, c’était un petit cadeau de ce « Dieu » nous permettant de communiquer avec les personnes de ce monde.

Ensuite, un groupe d’hommes du village était arrivé. Ils étaient vêtus d’armures étranges et brandissaient des armes tranchantes dangereuses telles que des lances ou des épées. Nous étions tous au niveau 1 à ce moment-là, donc nous avions essayé de ne pas faire d’histoires ou de les mettre en danger. Ainsi, nous avions été invités dans le village et présentés au chef comme des individus inconnus.

Nous lui avions dit la vérité. Grâce à cela, nous avions été aidés à nous enregistrer comme citoyens et membres du village, puis nous avions été formés par les hommes qui nous avaient accueillis au début, un groupe d’aventurier à la retraite. De mon point de vue, tout cela ressemblait à un tutoriel.

Durant la première semaine, nous avions réussi à nous adapter à notre situation et en chassant autour du village, nous avions fait monter nos niveaux, mais ensuite les problèmes étaient apparus...

Étant si différents et avec des capacités aussi variées, nous n’étions pas tous faits pour la vie d’aventuriers. Il y avait ceux ayant des capacités plus utiles pour des emplois simples, comme travailler la terre ou serveuse dans une auberge. En tant que tels, après la première semaine, nous avions décidé de nous séparer. Un groupe de vingt personnes était allé dans une ville, un autre groupe avait décidé de travailler dans le village et puis il y avait ceux comme moi qui luttent afin de monter de niveaux avant d’aller s’inscrire à la Guilde des Aventuriers dans une ville.

C’était le royaume humain des Dix Épées, un petit royaume d’après ce que j’avais entendu, mais plutôt paisible tant que l’Empire d’Akutan ne demandait pas à se battre contre le continent des dragons. Pour être honnêtes, nous craignions tous d’abord qu’une fois nos prouesses au combat démontrées, nous finissions par être recrutés comme mercenaires ou soldats. La réalité nous avait prouvé le contraire. Avoir été transporté ne nous avait pas donné de connaissances inconnues des arts martiaux et des nerfs d’acier. Faibles d’esprit, nous l’étions dans notre monde, ici aussi nous l’étions.

Dans tous les cas, nous aurions fini par combattre les dragons comme de simples soldats... Même ainsi, la réputation de ces monstres n’était pas agréable. Chaque dragon individuellement était plusieurs fois plus fort qu’un soldat humain typique, alors que leurs généraux étaient des monstres pouvant raser un pays.

D’autres grosses différences entre la Terre et ce monde étaient l’existence de l’esclavagisme. Les humains ici se voyaient comme la meilleure de toutes les espèces. En d’autres termes, les non-humains étaient traités comme... des objets. Contrairement aux esclaves humains, ils ne pourraient jamais être libérés. La même chose aller pour les demi-humains.

Bien sûr, certains d’entre nous n’appréciaient pas ce comportement et cette mentalité, mais nous ne pouvions rien y faire. Ceux essayant d’y faire quelque chose étaient listés comme... « problématiques ». Après le premier mois, j’avais commencé à entendre des rumeurs comme quoi certains d’entre nous, les terriens, finissaient comme prisonniers ou vendu comme esclaves pour avoir dérangé les lois locales. D’autres avaient... été tués.

J’avais entendu qu’au départ, les nobles nous voyaient comme des envahisseurs, mais comme nous étions humains, nous étions pardonnés par les rois et empereurs. À l’intérieur de leurs royaumes ou empires, nous serions leurs sujets gouvernés par leur loi, mais en dehors de ceux-ci, nous ne serions rien... immédiatement tués.

Il y avait une vérité en cela... Beaucoup de créatures que nous avions trouvées autour du petit village où j’étais arrivé étaient incroyablement faibles. Les gobelins, les loups qui couraient autour des forêts étaient entre le niveau 1 et 20. Pendant le premier mois, j’avais réussi à monter au niveau 16, mais j’avais entendu des rumeurs selon lesquelles certains d’entre nous auraient atteint le niveau 100.

Bien sûr, ce n’étaient que des rumeurs. Les aventuriers les plus âgés avaient ri en entendant parler de cela. Sur cette note, il serait bon de mentionner que seuls les terriens pouvaient facilement voir leur propre niveau, les habitants de ce monde devaient aller dans un temple pour découvrir le leur. Même ainsi, ils l’appelaient niveau de puissance. Quant aux autres statistiques, ils n’en avaient pas une idée claire. Nous, terriens, étions les seuls capables de connaître cela.

Deux mois après notre arrivée dans ce monde, j’avais finalement atteint le niveau 24 et avais pu quitter le village. Peu de temps après, j’étais devenu un aventurier de rang Intermédiaire. Cela signifiait que je pourrais prendre des missions plus dangereuses.

Mais étais-je l’un des plus fort ?

Non...

Il y en avait beaucoup de plus forts que moi, même certains ayant atteint le niveau 50.

Nom : Rezia Dellan

Race : Humain

Niveau : 24

Force : 82

Vitesse : 65

Dextérité : 70

Magie : 110

Chance : 30

Excellence magique : 6 %

Compétence : Carreau crépu de niveau 4 ; Le Windigo des Vents Venteux ; Pas la compétence souhaitée.

Points de compétences : 0

Points de statistiques : 0

J’avais dépensé TOUS mes points dans ces trois compétences, mais j’en avais aussi gagné d’autres, comme cuisine, des compétences commerciales, jardinages, nettoyages et autres.

Malgré l’impressionnante compétence de niveau 4, mes capacités n’avaient pas augmenté en force, j’avais juste gagné quelques sorts qui consommaient beaucoup de magie. Néanmoins, je pouvais tuer un loup avec un Éclair. En ce qui concernait la seconde compétence, c’était une capacité me transformant en climatiseur ambulant. La dernière était une compétence qui m’accordait une chance d’évasion de 30 % pour CHAQUE attaque, et cela même face à une malédiction aléatoire lancée vers moi. Plus la chance était élevée, plus le bonus d’évasion était grand. Même ainsi, c’était très utile au combat parce que c’était une compétence passive. Je prévoyais de la faire monter de niveau plus tard.

Oh, le nom ?

Le nom était la volonté de Dieu. Aucun d’entre nous ne pouvait garder nos anciens noms, mais dans tous les cas, ils n’étaient pas aussi mauvais que le nom de nos compétences. Le Windigo des Vents Venteux ? Franchement ?

Eh bien, en ce qui concerne les aventures... Ça ne fonctionnait pas comme dans les jeux ou les romans. Les problèmes et les événements héroïques n’avaient jamais surgi de nulle part, et même quand ils l’avaient fait, les chevaliers s’occupaient d’eux... rapidement.

Sauvez la demoiselle en détresse, achetez une esclave sexy, ou quoi que ce soit de ce genre était un rêve. La plupart des esclaves que je voyais étaient soit des hommes grincheux ou de vieilles femmes laides. Des filles chats, des elfes, ou de jolies princesses... il n’y avait rien de tel pour nous.

En d’autres termes... nous avions quitté un monde ordinaire, nous étions arrivés dans un monde imaginaire avec une vie ordinaire.

Pour empirer les choses, une fait que nous étions assez forts, nous avions de fortes chances d’être recrutés et envoyés en première ligne pour lutter contre les dragons.

C’était essentiellement la vie de chacun d’entre nous qui agissait dans les limites des lois humaines... et comme toujours, après une dure journée de chasse en dehors de la ville, je m’étais arrêté à mon auberge préférée et j’avais commandé une bière.

« Je l’ai dit une fois et je le répète ! Que celui qui se souvient comment faire de la bière soit loué !... » Souris-je en regardant le liquide froid et doré.

« Ouaip ! Bien que j’ai entendu dire qu’elle était capable de le faire uniquement avec sa compétence. » Mon ami aventurier et compagnon terrien, Kyle Rohangis avait dit ça.

Il était plus jeune que moi de trois ans, mais ressemblait à une statue ciselée d’Adonis. Apparemment, il était modèle, mais ses compétences dans ce monde étaient celles d’avant garde. Il avait sauvé ma vie plus de fois que je ne voulais l’admettre.

« Ouais : C’était une femme aussi ! Mais j’ai entendu que pour répandre la recette, elle devait se fiancer avec des nobles dans la capitale. Pauvre fille. » Zya Paraleya laissa échapper un soupir.

Ce nom m’avait toujours fait rire. Elle était rousse avec des tâches de rousseur et originaires d’ici.

« Aye! » Déclara Bruthus Balavay, le grand gars à ma droite.

Portant une épaisse armure et ayant toujours avec lui une épée à deux mains, cet homme était autrefois un joueur de basket pro sur la route du succès, mais une blessure au genou l’avait arrêté il y a un an. Venir dans ce monde lui avait permis de complètement récupérer. Il était aussi notre guérisseur... c’était un groupe bizarre.

« As-tu entendu parler de nos amis de l’autre côté de la frontière ? » demandai-je en regardant attentivement autour de nous pour voir si quelqu’un nous écoutait.

« Oui, » répondit Zeya avec un rapide signe de tête.

« Eh bien ? » avais-je demandé en attendant sa réponse.

« Apparemment, tu avais raison, tous les terriens ne sont pas sur ce continent. J’ai entendu que beaucoup d’entre eux ont atterri sur le continent elfe. D’autres ont atterri dans les montagnes des nains, et un bon nombre dans la forêt de Relliar. Mais j’ai entendu une autre étrange rumeur..., » déclara-t-elle en hochant à nous la tête.

« Qu’est-ce que c’est ? » Demanda curieusement Bruthus.

« Eh bien... on dit que certains d’entre nous sont apparus sur les champs de bataille... sur le continent, des Dragons. Ils font du bruit là-bas. On dit qu’ils sont aussi fort que les chevaliers au niveau 100, mais les plus forts parmi vous sont les héros, au-dessus du niveau 50 maintenant ! » avait-elle dit en souriant.

« Oh ? Intéressant..., » déclarai-je en frottant ma barbe.

« Effectivement. Je suis à peine niveau 20, le niveau 50 est... énorme, » acquiesça Kyle qui était d’accord.

« Laissant les niveaux de côté, je me demande si nous avons été envoyés ici pour unir l’espèce humaine contre les dragons, » me demandais-je.

« Ça peut-être... Vous savez, toutes les histoires sur notre monde étaient les mêmes. Tout le monde se rassemblait pour lutter contre les monstres, » Kyle avait dit cela en haussant les épaules.

« Cela pourrait expliquer pourquoi aucun d’entre nous n’a été invoqué sur le continent des dragons, » avais-je dit.

« N’est-ce pas plus parce que cet endroit représente la difficulté ultime ? En plus... Il y a aussi des rumeurs de l’éveil du Roi démon, » déclara Bruthus.

« Eh bien, nous n’allons pas éliminer toute possibilité, mais jusqu’ici... je n’ai pas encore rencontré de dragon, amical ou autre. De plus, il faut avoir atteint le niveau 100 pour être envoyé en première ligne, » avais-je hoché la tête.

« C’est vrai... alors, allons-y doucement ! Je suis sûr qu’il y en a d’autres qui s’efforcent à devenir plus fort ! Quant à moi, vivre la vie paisible d’un aventurier est tout ce que je veux ! Santé ! » déclarai-je en soulevant mon verre.

« Santé ! » Les autres avaient suivi le toast.

Niveau 100 n’était pas impossible, mais c’était fou pour nous actuellement. Même avec une formation rigoureuse et la possibilité de monter de niveau, cela nous prendrait au moins un an. À notre rythme actuel, peut-être beaucoup plus...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.
    PS : lol, les pays humains ne sont pas un endroit où j'aimerais atterrir.^^

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire