Maou-sama no Machizukuri! – Tome 6

***

Prologue : Le retour à Avalon

En raison des plans du Seigneur-Démon Noir, le donjon de March fut mis en danger. J’avais décidé d’y aller et, heureusement, j’avais pu l’aider.

Nous avions non seulement réussi à repousser les Seigneurs-Démons et les démons ayant attaqué son donjon, mais nous avions également pu prolonger la vie de March grâce à Renaissance.

Pour sa renaissance, j’avais utilisé la médaille Roi qui était une médaille spéciale donnée par le Créateur à Temps et qu’il m’avait ensuite donnée.

De plus, j’avais aussi utilisé Création. Grâce à la capacité de celle-ci de me laisser choisir le résultat souhaité, March renaquit avec ses capacités de Seigneur-Démon intact.

En raison de cela et le fait qu’elle soit devenue mon démon, son donjon et ses démons sont devenus miens.

En ce moment, elle était en train de réorganiser son donjon et sa force de combat.

Les dégâts que son donjon avait subis lors de l’attaque récente n’étaient pas insignifiants. Le plan était pour elle de prendre environ trois jours pour terminer la réorganisation de son donjon et la chaîne de commandement de sa force de combat avant de partir à Avalon.

J’étais réticent à me séparer de March, mais je ne pouvais pas être loin d’Avalon trop longtemps. Et ainsi, j’avais conduit mes démons et avais commencé notre voyage de retour.

Nous étions montés dans de gigantesques conteneurs qui devaient être transportés par les Dragons des Ténèbres. Après quelque temps, nous avions atteint la salle de type plaine de mon donjon.

Mes démons étaient alors sortis de leur conteneur, avaient regardé vers Avalon, et avaient été émerveillés.

« Nous sommes finalement de retour. » (Kuina)

« Comme le dit Kuina, Avalon est la meilleure. » (R’lyeh)

« Mhm, c’est calmant. » (Rorono)

« Nous sommes enfin de retour. Je veux tout de suite aller au verger. Je m’inquiète pour ces enfants. Je dois en prendre beaucoup soin. » (Aura)

J’étais en tête suivi par mes démons du Pacte démoniaque et chacune d’elles avait exprimé son émerveillement.

J’étais parti pour presque une journée, mais mon donjon m’avait vraiment manqué. Il semblait que mes démons ressentaient la même chose. Pour chacun d’eux, cette ville était leur maison où leur vie et leur travail se trouvaient.

« Maître, je dois réparer ces enfants qui ont travaillé dur. » (Rorono)

Rorono était excitée alors qu’elle portait un gros sac contenant les noyaux de golems.

Dans la dernière bataille, en dehors de ceux portant notre atout, la MOAB, tous les golems avaient été détruits.

C’était grâce à leurs efforts pour nous défendre qu’aucun de mes démons n’était mort.

Même si leur corps était détruit, tant que leur partie centrale, le noyau, allait bien, ils pouvaient être reconstruits.

« Rorono, je sais que c’est beaucoup de travail, mais fais de ton mieux, d’accord ? » (Procell)

« Bien sûr, ces enfants sont après tout très importants pour moi… mais il ne nous reste plus suffisamment d’orichalques. J’ai presque tout utilisé pour le premier lot de Chevaliers d’Avalon. Il faudra probablement du temps pour rassembler tout l’orichalque nécessaire pour réparer tout le monde. » (Rorono)

La quantité et la qualité de minerais qui pouvaient être obtenus d’une mine étaient proportionnelles à la force du Seigneur-Démon qui en était propriétaire. Dans mon cas, seule une petite quantité d’orichalques pouvait être extraite.

Les Chevaliers d’Avalon étaient faits en utilisant le peu d’orichalques que nous avions pu recueillir de mon donjon et de celui de March quand j’y vivais encore.

Cependant, tout ce stock était maintenant parti.

Mis à part les golems de mithril, il faudrait beaucoup de temps avant de pouvoir refaire les corps des Chevaliers d’Avalon.

Mais comme j’étais actuellement…

« Je suis devenu plus fort lors de la dernière guerre. Je pense que la quantité d’orichalques présente dans la mine a augmenté. De plus, puisque nous pouvons miner dans le donjon de March, nous avons encore plus de ressources à disposition. Alors ne fait plus cette tête, Rorono. » (Procell)

Quand Rorono m’avait entendu, son visage s’était illuminé. Elle se souciait beaucoup des golems et la possibilité de les réparer plus tôt que prévu la rendait heureuse.

Les golems y compris les Chevaliers d’Avalon, étaient une part importante de notre force de combat. Les faire réparer le plus rapidement possible était évidemment très bénéfique.

Ensuite, je voudrais récompenser tout le monde, mais tout le monde semblait fatigué.

Je pensais à cela puis m’étais tourné vers mes démons alignés.

« Mes démons bien-aimés ! Grâce à vos efforts, nous avons gagné. C’est grâce à vous tous que nous avons réussi à obtenir la victoire malgré la différence de force de combat avec nos ennemis. Le plus important est que nous ayons réussi à revenir sans aucune perte. Je suis vraiment fier de vous tous. Et, tout le monde, merci ! » (Procell)

Mes démons avaient tous applaudi.

Tous ceux étant rassemblés ici étaient les mêmes individus que quand nous étions partis. Le fait que nous n’avions perdu personne là-bas était la preuve de leur ténacité.

« Je n’ai pas l’intention d’uniquement offrir mes sentiments de gratitude, j’ai l’intention de donner à chacun de réelles récompenses. Sauf pour ceux ne pouvant laisser leur travail, personne ne travaillera aujourd’hui et demain. De plus, tout le monde recevra de l’argent en bonus. » (Procell)

Quand j’avais dit cela, les acclamations des démons avaient été encore plus fortes.

Certains démons commençaient même à faire des plans avec ceux à côté d’eux.

Mes démons étaient pour la majorité des démons humanoïdes et pouvaient donc dépenser de l’argent sans problème. En ce moment, Avalon offrait de l’alcool et des cuisines du monde entier, aussi longtemps qu’un démon eût de l’argent, il pouvait s’amuser ici.

Je voulais que mes démons se reposent, s’amusent et aient de nombreuses occasions d’élargir leurs horizons.

« Je vais également attribuer des récompenses spéciales aux deux personnes ayant le plus grandement contribué à cette guerre. R’lyeh et Rorono. R’lyeh est celle qui a risqué sa vie pour garder l’autre dimension sous contrôle, celle qui a d’abord rejoint les démons de March, et celle qui nous a offert une route vers la victoire. Tandis que Rorono est celle qui a développé et nous a permis d’avoir les Chevaliers d’Avalon et le MOAB. » (Procell)

Quand j’avais annoncé cela, mes démons ont poussé Rorono l’Ancienne Naine et R’lyeh la chanteuse de l’autre dimension jusqu’à ce qu’elles soient devant moi.

Malgré leur air un peu gêné, les deux filles avaient quand même l’air ravies et fières.

« D’abord, pour toi, R’lyeh. Je voudrais te donner un nom. En tant que l’un de mes meilleurs démons, je voudrais que tu sois plus proche de moi à partir de maintenant. » (Procell)

Au moment où R’lyeh avait entendu le mot nom, elle avait souri d’une oreille à l’autre.

Mais elle avait immédiatement essayé de le cacher et d’agir comme si ce n’était rien d’impressionnant.

« Eh-eh bien, si vous le proposez, Patron, je vais accepter. Je ne peux pas refuser de toute façon. » (R’lyeh)

Elle tourna la tête, mais je savais très bien que c’était uniquement à cause de sa timidité.

Elle pouvait sembler rebelle, mais à l’intérieur, elle était quelqu’un de diligent et pensait à ses compagnons.

Pour ces raisons-là, j’avais décidé de lui donner un nom.

« Oh, mais pardonne-moi, il va falloir attendre jusqu’au mois prochain. Je dois encore nommer Wight pour ces mérites lors de la précédente guerre. Wight, je t’ai fait attendre assez longtemps, n’est-ce pas ? Mais attends trois jours, et je te donnerai ton nom. J’espère que tu continueras à me servir comme mon bras droit. » (Procell)

Les autres approuvaient ce que je venais de dire, et aucun d’eux ne s’y était opposé.

Il est très populaire, semble-t-il.

En fait, je voulais lui donner un nom beaucoup plus tôt, mais le faire signifiait ne pas avoir accès à ma Puissance Magique pour au moins 15 jours, ce que je ne pouvais me permettre jusqu’à maintenant.

Actuellement, c’était idéal puisque trois jours plus tard, j’allais me réunir avec March et les choses pourront se calmer. À vrai dire, j’aurais voulu terminer en faisant une autre MOAB pour servir d’atout défensif en premier, mais Wight était plus important que cela.

Et puis, une fois qu’il aura été nommé et que j’aurai récupéré mon Pouvoir Magique, j’allais nommer R’lyeh.

« Mes remerciements, mon Seigneur. Je vous dédie tout mon être. » (Wight)

Wight qui était sous la forme d’un dragonewt, avait souri, s’était inclinée puis l’avait dit.

En réponse, je lui avais fait un signe de tête.

D’accord, maintenant la suivante.

Rorono avait contribué à nos efforts maintes et maintes fois. Il ne serait pas exagéré de dire que sans elle, Avalon ne serait pas ce qu’elle était actuellement.

« Rorono. » (Procell)

« Mhm. » (Rorono)

Rorono gonfla triomphalement sa poitrine.

J’avais trouvé une telle action assez charmante.

« Rorono, je te l’ai déjà dit, tant que je peux te l’accorder, demande-moi ce que tu veux et je te le donnerai. Cependant, tu n’as rien demandé à l’époque et tu ne l’as toujours pas fait. Je ne sais pas si c’est parce que tu es timide ou juste réservée, mais si je ne te récompense pas pour tes services cette fois, ma réputation de Seigneur-Démon sera entachée. Alors, voici une proposition, fais une pause aujourd’hui et demain et ensuite, donne-moi une réponse. Si tu n’en as toujours pas une, je te ferai quelque chose qui te fera rougir. » (Procell)

« Qu-quoi ? Père que dites-vous ? » (Rorono)

Peut-être était-ce dû à sa grande surprise, mais elle m’appela Père, un terme qu’elle utilisait seulement quand elle se permettait d’agir comme une douce enfant.

« Ce ne sera pas drôle si je te dis ça, n’est-ce pas ? Si tu ne veux pas risquer cela, alors trouve une récompense par toi-même, d’accord ? » (Procell)

Le visage rouge, elle avait ouvert et fermé sa bouche à plusieurs reprises.

Pendant ce temps, les autres démons la taquinaient, la faisant rougir de plus belle.

C’était une scène agréable.

Après avoir dit tant de choses, j’étais persuadé qu’elle finirait par me demander sa récompense sans se retenir.

Je veux vraiment lui offrir ce qu’elle veut. Eh bien, maintenant que c’est réglé, il n’y a plus de raison de retenir tout le monde ici.

« Tout le monde, l’argent bonus sera distribué plus tard. Alors, avec cela dit, dispersion. Profitez de vos deux journées de repos au maximum ! » (Procell)

Mes démons avaient ensuite fait un brouhaha en discutant les uns avec les autres, faisant des plans sur ce qu’ils feraient pendant leur repos. Beaucoup d’entre eux étaient si excités qu’ils étaient immédiatement retournés vers Avalon.

Cependant, parmi les démons, une fille s’était approchée de moi et m’avait attrapé la main.

« … Je suis impatiente de ces choses plus étonnantes. » (Fel)

Il s’agissait de la fille aux cheveux argentés et aux oreilles de louves, Fel. Le Seigneur-Démon du Temps m’avait confié cette fille, mais apparemment, pendant mon utilisation de l’éveil où je n’étais pas moi-même, je lui avais promis quelque chose.

Et alors, de la sueur froide coulait dans mon dos.

« Aujourd’hui, est-ce bien, non ? Fel voudrait aller chez vous pour que vous puissiez me faire encore plus plaisir que la dernière fois. » (Fel)

« O-oui, d’accord. Prépare-toi pour ça. » (Procell)

Intimidé, j’avais accepté sans réfléchir.

« Absolument ! » (Fel)

Avec un air satisfait, elle hocha la tête puis partit.

Comment vais-je m’en sortir ? Je n’ai que jusqu’à ce soir pour trouver une solution. D’une certaine manière, je dois encore réfléchir pour cela, encore plus que pour toutes les batailles que nous avons eues jusqu’à présent.

***

Chapitre 1 : Après la fin du combat

J’étais retourné à ma résidence et m’étais occupé des documents. Je n’étais parti qu’une journée, mais un bon nombre de pétitions et de contrats étaient arrivés.

Pendant que je les lisais, j’avais pensé à la chose avec Fel.

Il semblerait que, lorsque j’étais Éveillé, j’avais caressé sa queue et que je lui avais même volé un baiser. Pire, il semblerait aussi que je lui avais promis de faire quelque chose d’encore plus incroyable. Normalement, aller plus loin ne pourrait signifier qu’une chose.

Pour ce problème, je me demandais encore comment faire.

Le plus facile serait de réutiliser l’Éveil et laisser faire ce qui allait arriver.

Pour être franc, je n’avais aucune expérience de ce genre. Mon moi éveillé pourrait être capable de jouer avec Fel, mais pour mon moi normal, de telles choses étaient impossible.

« Mais non, je ne pourrai faire une telle chose. » (Procell)

Et ainsi, j’avais abandonné cette idée.

D’accord, je vais juste lui faire plaisir comme si je le faisais pour Kuina. Elle est la plus jeune sœur de Kuina donc elle adorera aussi.

*

Après m’être occupé des papiers accumulés, j’avais écrit des lettres pour le Seigneur-Démon du Temps, Dantalian, le Seigneur-Démon Dragon, Astaroth, et au Seigneur-Démon du Vent, Stolas.

Ce que j’avais écrit était les détails de la guerre.

J’avais écrit que March était passée par une Renaissance, mais j’avais laissé de côté la proposition que je lui avais faite.

En fait, Dragon et Temps savaient déjà probablement tous ce qu’il se trouvait dans ma lettre, malgré tout, étant donné qu’ils avaient aidé, c’était mon obligation de leur dire correctement ce qu’il s’était passé.

Après avoir fini d’écrire pour tout ça, j’avais mentionné que j’allais organiser un festin trois jours plus tard et qu’ils pouvaient venir s’ils le souhaitaient. Je leur avais également demandé, dans le cas où ils ne pourraient pas venir, le moment le plus approprié pour eux de venir et de recevoir un meilleur rapport ainsi que de meilleurs remerciements.

J’avais suggéré un festin parce que je sentais qu’il était important que tout le monde soit réuni au même endroit.

Dans la lettre destinée à Temps, j’avais écrit que Fel allait bien, alors que dans celle pour Vent, j’avais écrit que Rozelitte et ses pouvoirs étaient incroyablement utiles.

Une fois fini, je fis délivrer les lettres par l’oiseau bleu que Stolas m’avait confié.

Bientôt, nous allons devoir dire au revoir à Rozelitte et à Fel.

Je pensais cela et me sentais un peu seul. Se séparer de Fel allait être particulièrement triste, car elle s’était faite de si bons amis comme Kuina et les autres. Ils seront tristes de lui dire au revoir aussi, pensai-je.

Mais quand au fait qu’elle allait nous manquer, Temps était dans le même état actuellement. Et donc, j’avais décidé de la laisser partir avec un sourire.

J’avais ensuite relâché l’oiseau bleu. Et maintenant, plus qu’à attendre leurs réponses.

*

Quelque temps plus tard, j’avais croisé un oiseau bleu qui m’avait remis une lettre de Dragon.

Il y avait des informations sur les Seigneurs-Démons ayant attaqué March.

Le meneur, le Seigneur-Démon Noir, avait reçu l’assaut du Seigneur-Démon Dragon, puis s’était retiré dans la partie la plus profonde de son donjon et avait fortifié sa défense. En outre, il semblerait que les humains qui suivaient sa religion se préparaient à lancer un assaut contre le donjon du Seigneur-Démon Dragon.

Le Seigneur-Démon Dragon avait écrit qu’il n’avait aucune intention de perdre contre des humains, donc que je n’avais pas à m’inquiéter. Cependant, au cas où il aurait besoin d’aide, j’allais aider.

Mis à part le Seigneur-Démon Noir, six autres Seigneurs-Démons avaient participé à l’attaque. L’un d’eux avait mené une attaque contre Avalon, mais avait été tué par Temps qui protégeait mon donjon. Pendant ce temps, deux des six avaient été tués dans l’explosion de la MOAB.

Il semblerait que les donjons de ces trois Seigneurs-Démons, dépourvus de chef et de chaîne de commandement avaient été incapable d’offrir une résistance décente et avaient vu leurs cristaux brisés par les Seigneurs-Démons de la faction de Dragon.

Quant aux trois Seigneurs-Démons restants, ils semblaient avoir réussi à retourner dans leur donjon et à le défendre. Quant à comment ils avaient été capables de faire ça ? Apparemment, quand les choses avaient commencé à mal tourner pour eux, ils avaient immédiatement retiré leurs forces du donjon de March et étaient retournés défendre le leur.

Le fait que le meneur et la moitié de ses alliés étaient, pour le moment en vie et en bonne santé n’était pas une bonne nouvelle puisqu’ils pouvaient attaquer Avalon à tout moment.

Je devais me préparer à une attaque à tout moment, mais vu que les démons de March étaient miens maintenant, je pensais que me défendre ne serait pas si compliqué.

De plus, je m’étais souvenu des deux autres Seigneurs-Démons qui avaient été tués. Pendant que j’étais en état d’Éveil, j’avais été capable d’utiliser les compétences uniques des Seigneurs-Démons que j’avais tués.

Par exemple, j’avais appris la dernière fois que je pouvais utiliser la capacité de Mal pour m’accoupler à des démones et ainsi créer de nouveaux démons. Je n’avais aucune intention d’utiliser une telle capacité, mais les capacités des deux que je venais de tuer étaient une autre affaire.

Je ne savais toujours pas quelles étaient les nouvelles capacités et si elles pouvaient devenir un potentiel de guerre. Je voulais les essayer, mais j’avais peur de me perdre à nouveau avec l’Éveil. Je suppose que je devrais avoir une formation spéciale avec Kuina et les autres qui me surveillent.

« D’accord, ça suffit pour l’instant. » (Procell)

J’avais dit cela à voix haute et j'avais bougé.

Je suis épuisé. Il semble que mes démons le soient aussi, mais personnellement, je suis fatigué de la dernière guerre. Je suppose que je vais faire une pause et aller en ville.

*

Dans les boutiques d’Avalon, mes démons s’amusaient plus que d’habitude dans leurs courses.

Il semblerait que l’argent bonus qu’ils avaient reçu avait desserré le nœud de leur bourse.

Ce n’était pas la première fois que mes démons participaient à l’économie locale. En fait, grâce aux salaires qu’ils recevaient, ils y participaient régulièrement.

Je pouvais leur donner un salaire grâce aux pièces d’argent créées avec l’argent inutilement miné. L’argent bonus venait également de là.

« Ah ! Père part ici ! » (Kuina)

« Maître, par ici. » (Fel)

Kuina et Fel agitaient leurs mains et m’invitaient à venir. Les queues des deux filles se balançaient énergiquement. En les voyant comme ça, elles ressemblaient à de vraies sœurs.

Les deux mangeaient des brochettes de viandes qui étaient les préférées de Kuina.

Si je ne me trompe pas, l’agneau était ramolli et mariné dans du yaourt, épicé pour enlever toute odeur indésirable, puis grillé. Son prix était raisonnable, les brochettes étaient bonnes, et il y avait beaucoup de demandes pour elles, je les aimais aussi.

« Père, AHH. » (Kuina)

Kuina avait dit cela et avait apporté une brochette près de ma bouche. En réponse, j’avais souri ironiquement en ouvrant la bouche. Mais quand je l’avais fait… une autre brochette s’était approchée de moi.

« Mangez aussi celle de Fel. » (Fel)

La viande était coupée en de grandes portions, alors quand elles avaient toutes deux essayé de me nourrir, ma bouche était pleine et j’avais du mal à mâcher.

Néanmoins, je ne pouvais pas les cracher, donc je l’avais tranquillement mangé.

« M-merci. C’est délicieux. » (Procell)

J’avais dit cela et avais tapoté leurs têtes. Leurs oreilles étaient agréables à toucher.

« Youpis ! » (Kuina)

« Ouais, c’est vrai. Soyez reconnaissants. » (Fel)

Kuina et Fel avaient dit des choses différentes, mais elles étaient toutes deux contentes.

« Vous deux, allez essayer la nourriture, d’accord ? » (Procell)

« Oui ! En fait, nous avons aussi invité Rorono-chan et Aura-chan, mais elles ont dit qu’elles avaient quelque chose à faire et elles sont allées vers l’atelier et le verger. » (Kuina)

Kuina semblait un peu seule alors qu’elle le disait.

Ce que ces deux-là faisaient pendant leur absence était probablement dans son esprit.

« Je vois. Puis-je faire un tour avec vous ? Je suis d’humeur pour de la bonne nourriture. » (Procell)

« Oui, absolument !~ » (Kuina)

Kuina prit ma main gauche. Quand Fel vit cela, elle prit ma main droite.

Et donc, j’étais là, avec une belle fille à chaque bras.

Me regardant comme ça, les citoyens d’Avalon avaient commencé à chuchoter entre eux.

J’étais sûr que c’était simplement mon imagination, mais je pensais avoir entendu le terme Grand Seigneur-Démon Lolicell.

Après tout, les humains vivant à Avalon n’avaient aucune idée de ma réelle identité et aussi, je n’étais certainement pas un lolicon.

*

Tous les trois ensembles, nous étions arrivés au bar voisin où des tables et des chaises étaient disposées à l’extérieur, prêtes à accueillir des réunions et des célébrations.

Et là, nous avions trouvé R’lyeh et les chanteurs des profondeurs en train de boire joyeusement.

Ils avaient courageusement commandé un tonneau plein d’alcool et à peu près tout le menu. Profitant de leurs boissons et de leur nourriture, ils faisaient beaucoup de bruit. On aurait dit qu’ils étaient du genre tapageur, avec le bruit de leur rire retentissant dans l’air.

« Ah, Patron : Venez ! Kuina et Fel, venez ici aussi. Nous avons commandé beaucoup de plats délicieux, regardez ! » (R’lyeh)

R’lyeh nous avait remarqués et nous avait chaleureusement appelés.

Quand j’avais regardé Kuina et Fel, leurs yeux étaient déjà sur la nourriture délicieuse et avaient l’eau à la bouche.

Et ainsi, nous avions accepté l’invitation.

« Alors, je suppose que nous allons participer. » (Procell)

« Cela semble délicieux. » (Kuina)

« N’est-ce pas ? » (Fel)

Tout en balançant énergiquement leur queue, Kuina et Fel s’étaient précipitées vers la table.

Les chanteurs des profondeurs, regardant et agissant comme des sœurs aînées, avaient choyé les deux filles et leur avaient offert de la nourriture. Les deux parties, celles nourries et celles qui offraient la nourriture, étaient heureuses.

Considérant que Kuina avait grandi, ça aurait pu être bizarre de voir les chanteurs des océans la traiter comme ça, mais pour eux, elle serait toujours cette petite Kuina.

« Patron, ici, buvez, buvez. » (R’lyeh)

Moi, à une table séparée du groupe, j’étais assis en face de R’lyeh.

« Oui, merci. » (Procell)

L’alcool offert dans cette boutique était fabriqué à partir de raisins.

Avant, ceux-ci étaient outrageusement chers et difficiles à obtenir, mais grâce au transport aérien grâce aux hippogriffes, le raisin était devenu de bon marché.

Peut-être était-ce à cause du goût du commerçant, mais la boisson était un jeune vin, il avait une saveur très profonde. C’était un bon vin.

« Je me demandais vraiment si j’allais mourir cette fois. Patron, vous en avez trop demandé. » (R’lyeh)

« Désolé pour ça. J’ai été trop dépendant de toi et je réfléchis pour cela. Certaines choses auxquelles je pense augmenteront notre force de combat dans l’autre dimension. Quoi qu’il en soit, je ne te laisserai pas te retrouver dans une telle situation déraisonnable une nouvelle fois. » (Procell)

« Oh, c’est ce que j’allais vous demander, donc je n’ai aucun problème. » (R’lyeh)

J’avais souri ironiquement à cela.

Nous avions ensuite bu nos boissons ensemble et après les avoir finies, nous nous en étions versé un autre verre.

« Dites, Patron. » (R’lyeh)

« Qu’est-ce qu’il y a, R’lyeh ? » (Procell)

« Donnez-moi un nom mignon, d’accord ? » (R’lyeh)

« Oui, ne t’en fais pas pour ça. Je suis assez confiant dans mon sens de la dénomination. Kuina, Rorono et Aura ont l’air contentes de leurs noms, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Elles le sont, mais pour elles, tant qu’elles recevaient un nom de votre part, elles auraient été heureuses. Mais encore une fois, qui suis-je pour les blâmer ? … Ah, non oubliez ça, je ne suis pas moi-même. Ce n’est pas mon caractère ! » (R’lyeh)

Elle admit cela tout en balançant sa tête et ses cheveux dans le déni.

Une telle réaction était inhabituelle pour elle.

Et ainsi, nous avions tranquillement bavardé.

À un moment, j’avais remarqué que le couple Wight et la Naine Forgeronne s’étaient joints à la soirée.

Hey, attendez un instant ! Est-ce que Wight vient bien de dire qu’ils ont eu un enfant ensemble ? Un enfant ? Ils en ont eu un ? Je sais que ce n’est pas impossible et cela dépend de la compatibilité entre les races, mais quand même, les dragons sont vraiment impressionnants.

« Bon sang, vous vous ennuyez à ce point à parler avec moi que vous regardiez ailleurs ? » (R’lyeh)

« Ce n’est pas ça. Buvons un peu plus. » (Procell)

Pendant un moment, j’avais cru voir R’lyeh bouleversée, mais peut-être était-ce juste les effets de l’alcool.

Quand Wight dit quelque chose comme ça, il est naturel que ça attire mon attention, non ?

Je m’étais dit cela, mais en la connaissant, je ne pouvais lui dire quelque chose comme cela, elle se fâcherait inutilement. Et donc, je m’étais docilement excusé.

Après cela, R’lyeh avait fait un visage sérieux.

« Dites Patron, vous savez, avant, je pensais que vous étiez bizarre de plus d’une manière. Mais maintenant, je pense que je suis chanceuse de vous avoir comme Patron. Si j’avais été créé par un autre Seigneur-Démon, je pense que je ne serai pas capable de sourire, de rire, et même de boire ainsi avec tout le monde. » (R’lyeh)

R’lyeh avait dit cela alors qu’elle regardait tendrement les Chanteurs des Profondeurs ainsi que Kuina et Fel.

« Vraiment ? » (Procell)

« Vraiment. Donc, pour vous remercier, je vais chanter une chanson vous étant dédiée, mon Patron. » (R’lyeh)

Après avoir dit cela, elle s’était levée et avait commencé à chanter.

C’était une chanson douce et apaisante.

La fatigue que je ressentais à cause du combat précédent semblait avoir disparu. C’était comme si la mer noyait mon stress.

Je l’avais déjà entendue chanter, mais ses chansons étaient généralement plus optimistes, plus énergiques.

Après avoir entendu cette chanson, j’étais sûr que c’était une chanson de la vraie R’lyeh.

Tout le monde avait gardé le silence et avait écouté sa chanson. Il n’y avait pas de bruit, pas de distractions, seulement sa chanson.

C’était si émouvant, si puissant qu’elle provoquait un tel effet.

Et puis, après un certain temps, la chanson avait pris fin. Juste à ce moment, un tonnerre d’applaudissements put être entendu.

« Comment était-ce ? Ma chanson, je veux dire. » (R’lyeh)

« C’était la meilleure. Je voudrais l’entendre à nouveau. » (Procell)

« Si vous le dites ainsi, il n’y a rien à y faire, n’est-ce pas ? Je vous la chanterai à nouveau. Quand nous serons au lit. » (R’lyeh)

« Hey ! » (Procell)

En réaction à la plaisanterie de R’lyeh, les environs étaient devenus tumultueux.

Kuina et Fel en particulier gonflaient leurs joues et marchaient vers nous. J’essayais de pacifier les deux filles et donnais même un peu de vin à Kuina, en disant que tout allait bien puisqu’elle était maintenant une adulte.

J’avais profité de la soirée pendant encore un peu de temps puis j’étais retourné à la maison.

*

Je faisais un peu de travail dans ma chambre quand j’entendis frapper à la porte.

Alors le moment était enfin venu.

« J’arrive. Maître, je suis là pour ma récompense. » (Fel)

La personne venant d’arriver était Fel, qui portait une fine chemise de nuit.

Je me sentais étourdi. Comme si je venais de passer un long moment dans une source chaude.

Je ne peux plus y échapper maintenant.

« Heureux que tu sois venue, Fel. Je vais beaucoup te récompenser. » (Procell)

En balançant sa queue, Fel s’était jetée sur la poitrine.

Je m’étais préparé à lui donner sa récompense, puis j’avais souri et avais tendu la main.

***

Chapitre 2 : Les récompenses du Seigneur-Démon de la Création

Cette nuit-là, Fel la Louve Céleste s’était présentée dans ma chambre.

Elle agissait de manière hésitante et embarrassée.

Quant à moi, j’avais déjà décidé à comment je répondrai à sa demande.

« Assieds-toi ici, Fel. » (Procell)

« O-oui. » (Fel)

Je m’étais assis sur le lit et je l’avais encouragée à s’asseoir à côté de moi.

Son visage était rouge, sa tête baissée, et ses mains étaient sur ses genoux. Elle doit être nerveuse, pensai-je.

Quand je lui avais tapoté l’épaule, elle avait tressailli et tout son corps avait tremblé.

« Maître, aujourd’hui, je veux que vous me récompensiez beaucoup. Je veux que vous soyez rude comme la dernière fois. » (Fel)

Fel m’avait regardé avec des yeux larmoyants.

En voyant cela, je pensais, qu’est-ce que je lui ai fait exactement quand je me suis perdu ?

En pensant à cela, de la sueur froide avait coulé dans mon dos.

Bien, peu importe. Je me contenterai de ma façon habituelle.

« Ouais, je vais te faire avoir beaucoup de plaisir. » (Procell)

J’avais dit cela en poussant le petit corps de Fel sur le lit.

Avec moi qui étais penché sur elle, j’avais ensuite attrapé sa queue de louve.

Elle portait une fine chemise et donc sa silhouette était assez visible. Mais quand même, pour quelqu’un qui avait un corps de 13 ans, elle était inhabituellement séduisante.

« Hyau. » (Fel)

Ayant touché sa queue sensible, elle avait laissé sortir une étrange voix.

Ensuite, je lui avais doucement brossé la queue pour la taquiner.

« OK, j’y vais. » (Procell)

En disant cela, j’avais appliqué avec suffisamment de force un certain liquide collant qui était dans ma main et j’avais tendu celle-ci vers le bout de sa queue. C’était quelque chose de spécial que j’avais préparé pour Fel.

« Hyaa ! C’est froid. Et collant. » (Fel)

« Je vais appliquer beaucoup de cela, d’accord ? » (Procell)

J’avais fait comme je lui avais dit et j’avais appliqué cette substance jusqu’à la base de sa queue.

« C’est étrange. C’est tellement étrange. Ma queue, c’est tout chaud. » (Fel)

« Ce n’est pas bizarre. Cela te fera te sentir bien. » (Procell)

En ce qui concerne ce que je lui appliquais en ce moment, c’était un shampooing de qualité supérieure.

Ça sentait bon, réchauffait légèrement le corps, et avait même des effets médicinaux.

Ce n’était pas seulement pour l’hygiène, ça permettait aussi d’améliorer le bien-être.

Apparemment, c’était un objet très populaire dans un certain village où vivaient beaucoup d’hommes bêtes renards. Parce que les hommes bêtes le considéraient comme l’un des meilleurs cadeaux qu’on pouvait offrir, les marchands s’en étaient approvisionnés. Et parce que c’était l’objet favori de Kuina, j’en avais un stock.

Après avoir frotté une certaine quantité de shampooing, sa queue commençait à faire des bulles.

Le secret d’un bon shampooing était de bien laver les racines de la fourrure.

« Non, ahh, ça me rend faible, non, hyaa. » (Fel)

Pendant un moment, de longs souffles chauds s’étaient échappés de Fel.

Mes doigts se souvenaient des endroits sensibles de la queue de Fel et j’avais involontairement appliqué un stimulus plus fort.

Même si mon esprit avait oublié ce qui s’était passé pendant que j’étais éveillé, il semblerait que mon corps s’en souvienne. Et ainsi, les points faibles de Fel étaient continuellement stimulés, et elle devint rapidement plus séduisante.

Non, arrête, je commence moi aussi à me sentir bizarre. Je ne suis pas un lolicon et c’est juste moi qui mets du shampooing sur ta queue.

Je pensais essayer de me calmer.

« Je pense que c’est assez ainsi. Je vais maintenant le rincer avec de l’eau, d’accord ? » (Procell)

« Oui, d’accord. » (Fel)

Alors que j’étais encore sur le lit, j’avais utilisé la magie de l’eau et avais lavé sa queue. La magie d’eau était vraiment pratique. Ainsi, j’avais pu flotter avec une boule d’eau et laver la queue de Fel en utilisant de l’eau et cela, sans mouiller le lit.

Une fois terminé avec le rinçage du shampooing, j’avais séché sa queue en utilisant la magie de feu.

Aura pourrait avoir un contrôle écrasant sur le vent, mais un autre de ses points forts était sa capacité à utiliser la magie de deux autres des quatre autres éléments, à savoir la terre et l’eau. Et ainsi, quand elle et Kuina étaient devenues des démons du Pacte démoniaque, j’étais devenu capable d’utiliser les quatre grands éléments.

« Regarde, Fel, ta queue est maintenant toute propre et jolie. » (Procell)

« Ou-oui~. » (Fel)

« Mais nous n’avons pas encore fini. » (Procell)

J’avais souri puis avais sorti une brosse.

La queue de Fel était déjà belle et jolie avec juste le shampooing et le séchage, mais sans la brosser, cela serait comme avoir un repas sans dessert : quelque chose d’incomplet.

« Qu’est-ce que c’est ? » (Fel)

« Ceci est un outil qui va te faire te sentir bien. » (Procell)

« Se sentir bien ? Encore plus que maintenant ? » (Fel)

« Oui, certainement. » (Procell)

Fel, à moitié excitée et à moitié effrayée posa cette question à laquelle je répondis par l’affirmative.

Ensuite, j’avais brièvement laissé courir mes doigts sur sa fourrure pour la peigner avec les doigts. J’avais rencontré une certaine résistance sous la forme de fourrure emmêlée. Oui, le brossage doit être fait, me dis-je en utilisant la brosse.

Les avantages du brossage étaient nombreux : en plus de rendre la fourrure plus brillante, plus propre et moins sujette à s’emmêler avec d’étranges objets, cela servirait également de massage favorisant une meilleure circulation du sang.

Un brossage d’un maître pourrait être considéré comme un plaisir. À tel point qu’un gros chien qui avait éprouvé un tel plaisir remuait la queue et se précipitait chaque fois qu’il voyait une brosse.

Considérant ce que Kuina m’avait demandé à plusieurs reprises, j’étais assez confiant dans mes propres compétences de brossage au point que je puisse honnêtement dire être proche d’avoir de la maîtrise du brossage.

Au contact de la brosse, le corps de Fel tremblait.

« Maître, je me sens bien et j’ai chaud partout. » (Fel)

Contrairement à un instant plus tôt, je n’étais pas brutal en appliquant une pression sur ses points faibles. En fait, j’étais très doux en m’occupant de sa queue ce qui lui faisait plaisir.

Fel s’était détendue et toute la force avait quitté son corps. Elle se confiait entièrement à moi.

« Comment est-ce ? Te sens-tu bien ? » (Procell)

« Je me sens trop bien. J’ai l’impression de fondre. » (Fel)

« Alors, content d’entendre ça. Ce sera bientôt fini. » (Procell)

J’avais continué à lui brosser la queue jusqu’à ce que tous les coins et recoins soient brossés. Et puis, j’avais à nouveau passé mes doigts à travers la fourrure. Seulement cette fois, je n’avais pas rencontré de résistance.

« C’est fini. Va te regarder dans le miroir là-bas. » (Procell)

J’ai dit cela puis ai pointé le miroir dans le coin de la pièce.

« Woahh. Ma queue est si brillante et jolie. Incroyable ! C’est comme la queue d’une princesse. » (Fel)

Voyant sa queue maintenant brillante et bien entretenue, Fel déclara cela d’une voix étonnée.

Elle s’était alors retournée et m’avait dit de regarder sa queue.

« C’est ta récompense. Ça te plaît ? » (Procell)

« Oui, merci ! J’aime ma queue comme elle est maintenant ! » (Fel)

Elle avait répondu ainsi et puis à plusieurs reprises balancé sa queue blanche.

Ouf, content qu’elle aime.

« Mais, Maître, c’est un peu différent de ce que j’imaginais. Quand j’aurai la chance d’être à nouveau récompensée, ma récompense sera-t-elle celle du Maître noir et brutal ? » (Fel)

« … Oui, faisons cela la prochaine fois. » (Procell)

Avec un visage raide, j’avais vaguement répondu à la question de Fel et lui avais tapoté la tête.

Je pensais qu’il n’y aurait pas besoin de m’inquiéter. Après tout, le Seigneur-Démon du Temps allait venir à la fête, et s’il ne le pouvait pas j’irais dans son donjon. Fel allait retourner à ses côtés et ainsi, il ne devrait pas y avoir de chance qu’elle gagne une récompense.

« D’accord, c’est une promesse ! » (Fel)

« Oui, ça l’est. » (Procell)

Fel acquiesça en retour. Mais au bout d’un moment, elle joignit le bout de ses doigts devant sa poitrine et commença à s’agiter comme si elle hésitait à dire quelque chose.

« Fel, y a-t-il quelque chose que tu voudrais dire ? » (Procell)

« Ahm, puis-je faire une requête égoïste ? … si possible, j’aimerais rencontrer le Maître noir. Vous n’avez rien à me faire, je veux juste le voir. » (Fel)

Que je sois d’accord ou pas, je devais encore vérifier les nouvelles capacités reçues des Seigneurs-Démons.

Il n’y avait donc pas de raison de refuser sa demande.

Cependant, le problème était la possibilité que je puisse faire quelque chose de bizarre une fois sous cette forme.

J’étais capable de me contrôler la première fois alors peut-être, avec un esprit calme comme en ce moment, les choses iraient bien.

Alors que je pensais cela, Fel me regardait avec des yeux pleins d’espoirs.

Haa, je ne peux rien y faire. Je lui accorderai ce souhait en tant que cadeau de départ.

« D’accord. Mais juste un peu. Et je ne ferai rien. D’accord ? » (Procell)

« D’accord ! » (Fel)

Après avoir entendu cela, les yeux de Fel brillèrent.

Et donc, j’avais utilisé l’éveil.

J’avais senti de la chaleur s’accumuler dans mon dos et à l’instant suivant, mes quatre ailes avaient émergé. Parallèlement, une corne avait également poussé sur ma tête. Après ces transformations, un sentiment d’omnipotence avait surgi en moi alors que le pouvoir noircissait mon cœur.

Ma conscience commença à s’estomper et je me sentis endormi… Je fermai les yeux alors que mon autre moï ouvrait les siens.

« Kyaa! Maître noir ! Oh ce regard froid ! » (Fel)

Elle me prit alors dans ses bras. Elle agissait d’une manière bien trop familièrement. C’est irritant. Il semble que cette éducation n’ait pas été suffisante, elle ne connaît toujours pas sa place. Si l’éducation ne suffit pas, la punition est la solution. Oui, disciplinons-là comme si elle n’était qu’un chien.

*

Je m’étais réveillé. J’avais trouvé Fel en train de profondément dormir à mes côtés. Elle serrait mon bras en ayant l’air si heureuse.

J’avais ensuite essayé de me souvenir du reste des événements d’hier.

Fel et moi étions tous deux vêtus, donc c’était un souci de moins.

Après quelques efforts, je m’étais souvenu de certaines choses. Le premier étant que j’étais capable d’utiliser les capacités des deux Seigneurs-Démons vaincus.

Super, je m’en souviens correctement. Ils seront certainement des outils utiles.

Si j’utilisais ces capacités, le potentiel de guerre d’Avalon doublerait sûrement. Individuellement, ce n’étaient pas des capacités particulièrement puissantes, mais ensemble, elles étaient puissantes.

Elles n’étaient pas quelque chose que je pouvais me permettre d’ignorer. Même avec tous les risques, je dois apprendre à contrôler l’éveil.

Quant à ce qui s’était passé avec Fel, il semblerait que tout allait bien et que j’étais en quelque sorte resté rationnel.

Je me souvenais que lors de la transformation, je n’avais fait que parler avec elle avant d’aller dormir. Je ne me rappelais de rien d’autre, donc je n’avais probablement rien fait de bizarre.

« Fel semble si heureuse. » (Procell)

Quand j’avais regardé le visage de Fel, j’avais trouvé regrettable de me séparer d’elle.

« Père… Fel… fait de son mieux… » (Fel)

Au moment où je pensais cela, j’avais entendu Fel parler dans son sommeil.

Ses mots m’avaient ramené à la réalité. Selon toute vraisemblance, elle préférait probablement retourner aux côtés de Temps plutôt que de rester à mes côtés.

En y pensant, elle avait commencé à se frotter les yeux.

« Mnnya. Bonjour, Maître. » (Fel)

Peut-être parce qu’elle n’était pas du matin, mais elle avait fait un visage laxiste plutôt adorable.

Après deux ou trois minutes, elle était revenue à son attitude habituelle. … ou alors c’était ce que je pensais. Il y avait quelque chose d’étrange chez elle. Avant que je ne puisse trouver une réponse, elle posa ses deux mains sur ses joues rouges et secoua la tête.

« Maître, merci de m’avoir donné beaucoup d’amour hier !! » (Fel)

« Je suis content que tu aies aimé. » (Procell)

« Comme je le pensais, un Seigneur-Démon légèrement méchant est tellement cool ! » (Fel)

Déclara Fel en balançant énergiquement sa queue.

Elle semblait avoir pensé à ce qui s’était passé avec le shampooing et le brossage d’hier.

Soudainement, un oiseau bleu entra par la fenêtre.

Sur sa jambe se trouvaient des lettres qui étaient sûrement des réponses aux messages que j’avais envoyés.

« Fel, il est dit dans ce message que le Seigneur-Démon du Temps participera à la fête. » (Procell)

« Wôw, Père vient ici ?! » (Fel)

Il y avait une joie indéniable dans sa voix.

Comme je le pensais, elle l’aimait vraiment.

En réaction à ses mots, j’avais souri puis lui avais caressé la tête.

Il y avait aussi une lettre de March et elle avait écrit qu’elle pouvait aussi assister à la fête. En dehors de cette bonne nouvelle, elle en avait mentionné une autre qui rendrait probablement Rorono heureuse.

OK, j’ai fini de donner la récompense à Fel. La prochaine chose à faire sera de donner son cadeau à Rorono. A-t-elle décidé de son cadeau ? D’accord, je vais aller vérifier tout en lui parlant de la bonne nouvelle de March.

*

Je m’étais séparé de Fel pour aller à l’atelier de Rorono.

Tout comme avec moi, la charge de travail de son atelier s’était accumulée en son absence. Il y avait aussi des tâches concernant la réparation de golems et des armes à feu brisées lors du combat précédent ainsi que la reconstitution de notre stock de munitions.

Si cela avait été simplement des balles normales, je pourrais reconstituer nos stocks moi-même à travers ma Création, mais puisque ce que nous avions utilisé était des balles spéciales à base de mithril et d’orichalque, il était nécessaire que ce soit elle qui les fabrique.

Elle était tout simplement trop sérieuse. Même si je disais que cela pourrait être fait plus tard, elle ne se reposerait probablement pas jusqu’à ce qu’un minimum soit fait.

Cependant, il y avait quelque chose de très déprimant chez quelqu’un qui ne prenait pas de jours de congés. Et donc, j’avais décidé de lui donner un jour de congé. Si elle refusait encore de faire une pause, alors peut-être qu’un ordre de faire un voyage avec elle ferait l’affaire.

Dans l’éventualité où un voyage était ce qu’elle voulait comme récompense, j’avais prévu de l’emmener dans une tournée gastronomique.

Elle est une gloutonne qui devrait aimer cela.

En pensant à de telles choses, j’étais entré dans l’atelier.

« Rorono-sama, vous êtes trop réservée, si tout ce que vous demandez est d’avoir votre tête caressée ! Soyez plus astucieuse ! Une femme doit être courageuse. » (Naine-Forgeronne)

« Tout à fait d’accord. Apprenez de cette fille. Après tout, elle a déjà un enfant dans le ventre, vous voyez ? » (Naine-forgeronne 2)

« Vous ne devriez pas perdre face à elle et Wight-sama, n’est-ce pas ? » (Naine-forgeronne 3)

« C’est ça. J’ai une bonne idée pour votre récompense. Pourquoi ne demandez-vous pas que Procell-sama vous fasse un enfant ? » (Naine-forgeronne)

« « Oh ouais ! » » (Naine-forgeronne 2-3)

Les subordonnés de Rorono, les Naines-forgeronnes, l’entouraient et la taquinaient.

Quant à Rorono elle-même, sa peau blanche virait au rouge et sa tête était basse.

Telle était probablement le résultat de sa demande de conseil concernant sa récompense.

… Mais, bien sûr, un enfant était hors de question. J’avais l’intention de lui accorder que ce que l’on accorderait à sa fille.

« Rorono, es-tu là ? » (Procell)

J’avais bruyamment dit cela. Quand je l’avais fait, Rorono et les Naines-forgeronnes avaient toutes regardé dans ma direction. Après m’avoir vu, les Naines-forgeronnes retournèrent à leur travail, laissant derrière elles Rorono.

Il est probablement préférable de prétendre ne pas avoir entendu leur conversation plus tôt.

« Que puis-je faire pour vous aujourd’hui, Maître ? » (Rorono)

« Je suis venu ici pour savoir si tu as décidé ou non du type de récompense que tu souhaites avoir. » (Procell)

Les Naines-forgeronnes avaient alors dressé leurs oreilles et avaient attentivement écouté.

Rorono, avec son visage toujours rouge, avait dit les mots suivants avec une voix tremblante.

« Père, je veux un enfant. » (Rorono)

Tu demandes ça ?!

J’avais senti mon visage se raidir. Pendant ce temps, les Naines-forgeronnes crièrent de joie.

« Est-ce un non ? » (Rorono)

En baissant les yeux, murmura Rorono.

« Oui, c’est un non. » (Procell)

« Est-ce parce que vous ne m’aimez pas ? » (Rorono)

Elle me regardait avec un air anxieux.

« Non, c’est parce que les Seigneurs-Démons ne peuvent avoir d’enfants. Je t’ai déjà dit que j’accepterais n’importe quel souhait tant que je suis capable de l’accomplir, mais, désolé, c’est l’une des demandes que je ne peux t’accorder. » (Procell)

« Mhm, d’accord. Dommage. » (Rorono)

« En outre, même si je le pouvais, je ne le ferai pas pour toi, ma fille. Ce n’est pas que je ne t’aime pas, mais au contraire que je t’aime. » (Procell)

En fonction de leurs compatibilités, les démons pouvaient se reproduire. Cependant, on ne pouvait pas en dire autant des Seigneurs-Démons, que ce soit avec d’autres Seigneurs-Démons ou avec des démons, nous ne pouvions simplement pas nous reproduire.

C’était techniquement la vérité. L’exception, cependant, était le Seigneur-Démon du Mal et sa capacité, Accouplement. Et maintenant que j’avais absorbé ses capacités, j’étais aussi capable d’avoir une progéniture.

J’avais choisi de rester silencieux sur cela cependant, croyant qu’il n’y avait pas besoin d’en parler.

« Compris. Je penserai alors à un autre souhait. Je l’aurais trouvé avant la fin de la journée. » (Rorono)

Un peu de tristesse pouvait être entendue dans sa voix pendant qu’elle le disait.

« Merci. Oh, encore une chose : j’ai de bonnes nouvelles. March a dit qu’elle avait rassemblé tous les corps des golems brisés dans son donjon. J’ai déjà envoyé un groupe de Dragon des Ténèbres et de Renards mythologiques afin de les récupérer. » (Procell)

Pour les démons, après un certain temps après la mort, leurs cadavres se transformaient en particules bleues puis disparaissaient rapidement. Cependant, pour les golems, considérant qu’ils étaient de simples créations de magies et de sorts, leurs corps ne disparaissaient pas.

Cela signifiait que tant que leur forme de base était intacte, leur corps pourrait être récupéré plus tard.

« Ça... » (Rorono)

« Oui. Ce n’est peut-être pas assez pour tout refaire, mais nous en aurons suffisamment pour réparer les golems. » (Procell)

« Je suis tellement heureuse ! Je peux maintenant réparer plus tôt ces enfants. » (Rorono)

D’une humeur joyeuse, elle avait dit cela en m’enlaçant.

En pensant qu’elle aimait vraiment ces golems, j’en avais souri avec ironie.

Quand les Dragons des Ténèbres arriveront, je leur ferai parvenir les corps récupérés immédiatement.

Cependant, en tant que son père, je voulais qu’elle pense davantage à elle-même. La raison pour laquelle je voulais qu’elle pense à sa propre récompense cette fois était de lui faire savoir par elle-même ce qu’elle voulait vraiment.

J’avais parlé avec tout le monde pendant un petit moment puis avais quitté la pièce.

J’avais du travail devant moi. Des Seigneurs-Démons distingués venaient en réponse à mon invitation et pour cela, des préparatifs devaient être fait afin de m’assurer qu’Avalon puisse les accueillir du mieux que nous le pouvions.

***

Chapitre 3 : La Sage Louve Monarque Managarm

J’avais quitté l’atelier de Rorono et étais ensuite allée assister aux préparatifs de la fête.

J’avais contacté Conanna, le chef de la compagnie Conanna qui était la plus grande compagnie d’Avalon, et lui avait confié le soin de s’occuper de tous les détails de la fête.

Je lui avais demandé de fournir le meilleur accueil possible — ce qui serait même apprécié par un noble — et cela, peu importe le coût. De plus, je lui avais demandé de mettre l’accent sur la plus grande caractéristique d’Avalon : les diverses marchandises du monde entier qui étaient rassemblées ici.

Conanna était un marchand talentueux. Même si la seule chose qui lui était donnée était des exigences, il arriverait toujours à produire d’extraordinaires résultats. Avec lui, j’étais convaincu que les meilleurs chefs et les meilleures cuisines seraient rassemblés. Même les magasins seraient géniaux.

J’étais confiant dans ma propre cuisine et avait pensé à servir ma propre cuisine, mais j’avais ensuite décidé de laisser cela à des professionnels.

J’avais aussi demandé à Aura, l’Elfe Antique, de préparer des vins spéciaux et des sorbets à bases de pomme dorée, un met de premières classes existant uniquement à Avalon. La livraison de ces ajouts avait déjà été partagée avec Conanna.

Je voulais reconstituer notre stock de pomme dorée — qui avaient été entièrement consommées dans la guerre précédente — le plus tôt possible, mais bien plus que cela, je voulais correctement accueillir les personnes ayant coopéré avec moi dans cette guerre.

En plus de ça, j’avais pensé à faire quelques réservations sur les installations récréatives de cette ville.

C’était finalement l’occasion pour eux de venir à Avalon et ce serait une sorte de gâchis si leur visite se terminait par un repas.

D’accord, faisons cela efficacement. La fête n’est que dans deux jours.

*

Les préparatifs étaient en grande partie terminés.

Quand j’avais levé les yeux vers le ciel, j’avais vu les Dragons des Ténèbres et les conteneurs qu’ils transportaient s’approcher.

« Ils sont là, hein. » (Procell)

J’avais déjà envoyé un groupe de Renardes mythologiques et de Dragons des Ténèbres vers le donjon de March afin de récupérer les corps brisés des golems et il semblerait qu’ils aient fini de le faire.

Bon, maintenant, je vais aller les voir et leur dire de livrer tout de suite le paquet à l’atelier de Rorono. Je suis certain qu’elle les attend avec impatience.

*

Peu de temps après avoir commencé à attendre aux portes d’Avalon, les Renardes mythologiques étaient arrivées à bord de calèches à golems.

Bien que tous les golems de combat aient été détruits lors de la guerre précédente, les golems du service de transport dans la ville étaient encore fonctionnels.

Au moment où j’avais vu les Renardes mythologiques, il y avait un sentiment d’inconforts chez elles. Elles étaient étrangement tendues.

« Bon travail, Renardes mythologiques. » (Procell)

J’avais salué les deux renardes qui conduisaient les calèches et elles s’étaient inclinées.

Après avoir attendu qu’elles se calment, je leur avais alors demandé de livrer les colis à l’atelier de Rorono.

Elles avaient hoché la tête puis l’une s’était mise à parler.

« Certainement. Nous allons le transporter là-bas tout de suite. De plus, il y a quelque chose que nous devons vous dire. » (Renardes mythologiques)

C’était probablement la raison pour laquelle elles sont tendues.

« Parlez. » (Procell)

« Une invitée est venue. » (Renardes mythologiques)

« Une invitée ? » (Procell)

J’avais un mauvais pressentiment sur la personne en question. Ou plutôt, il n’y avait vraiment qu’une seule personne possible. Une seule personne qui puisse rendre les Renardes mythologiques nerveuses après être allée au donjon de March.

Quand j’avais regardé ce qui se trouvait derrière les Renardes mythologiques, j’avais soudainement vu le visage d’une belle femme.

Elle avait les cheveux blancs, des oreilles et une queue blanche de louve, une belle peau brune, une petite couronne sur sa tête, une robe blanche, et le visage d’une femme dans la fin de son adolescence.

Il s’agissait de la Seigneur-Démon de la Bête, Marchosias.

Grâce à Renaissance, elle était devenue l’une de mes démones. En tant que tel, j’étais capable de voir son statut indépendamment du niveau. Et donc, j’avais à nouveau vérifié son statut.

Race : Sage Louve Monarque Managram

Rang : S

Nom : Aucun

Niveau : 90

Force physique : S+

Endurance : S+

Agilité : S+

Magie : S+

Chance : S+

Spéciale : EX

Compétences :

Pouvoir de Seigneur-Démon

Déesse de la Lune

Transformation en Bête Divine

Reine des bêtes

Neutralisation de toutes les magies

Précognition

Moquerie du Créateur

Les trois médailles utilisées pour sa renaissance étaient : Bête Divine, la médaille en laquelle elle avait été transformée, Roi, une médaille que seul le Créateur pouvait donner, et Création, qui avait la capacité de faire une synthèse à trois médailles au lieu des deux habituelles ainsi que la capacité à l’utilisateur, de choisir la meilleure possibilité parmi un nombre infini de possibilités.

Un démon très puissant pouvait être créé par le simple fait d’utiliser trois médailles, mais elle avait été recréée avec trois médailles dépassant chacune les autres médailles de rang A.

Et ainsi, le résultat était qu’elle était très puissante. Toutes ses statistiques étaient au moins de rangs S+. son niveau était 90, la limite de niveau même pour un démon de Rang S qui pouvait monter de niveau.

Sans oublier, chacune de ses compétences était aussi très puissante.

Pouvoir de Seigneur-Démon : bien que le détenteur de cette compétence soit un démon, il a aussi les qualités d’un Seigneur-Démon.

Déesse de la Lune : le pouvoir de la déesse de la Lune. En recevant la lumière de la Lune, le détenteur de la compétence peut recevoir de la magie de la Lune ainsi que des bonus (maximum) à toutes les statistiques. De plus, la compétence permet de déployer des barrières de clair de Lune ainsi que la magie de la Lune, un type particulier de magie.

Transformation en Bête Divine : capacité permettant de se transformer en Bête Divine. La force physique, l’endurance et l’agilité sont augmentées de deux rangs. Parallèlement à cela, divers bonus sont accordés.

Reine des bêtes : accorde la Domination Absolue sur tous les démons de types bêtes. Cette compétence accorde des bonus à tous les démons de types bêtes dans la même pièce que le détenteur de la compétence.

Neutralisation de toutes les magies : les magies de tout type sont annulées.

Précognition : Cette compétence permet de voir quelques instants dans le futur. Une grande concentration est requise lors de l’utilisation de cette compétence.

Moquerie du Créateur : Le prix à payer pour atteindre un pouvoir dépassant la norme. Dans certaines conditions, cette compétence peut poser problème au détenteur et à son maître. De plus, il y a une possibilité que le détenteur de la compétence puisse se libérer de son maître. Plus le lien entre le maître et le démon est profond, plus il est difficile pour de telles choses de se produire.

La Sage Louve Monarque Managarm qui pouvait utiliser à la fois la Déesse de la Lune ainsi que la Transformation en Bête Divine, avec ses statistiques de bases anormales, pouvait atteindre une puissance la rendant presque invincible.

À mon avis, il faudrait au moins un groupe parfaitement armé composé de Kuina, Rorono, Aura et Wight pour avoir une chance de gagner. Ce ne serait qu’avec Fel et R’lyeh — qui pouvaient fournir un soutien — se joignant qu’elles auraient environ 50 % de chances de gagner.

« Procell, ne me fixe pas ainsi. C’est embarrassant, tu sais. » (March)

March mit ses bras autour de son corps et fit une telle plainte.

Elle me taquine à nouveau.

« March, tu es devenue si puissante que c’est comme de la triche. Si tu le voulais, tu pourrais prendre d’assaut un donjon seule et réussir à briser seule le cristal. » (Procell)

Elle était si forte.

L’armée ultime à elle seule.

« Tout à fait, j’ai aussi été surprise. Je suis plus forte maintenant que lorsque j’étais un Seigneur-Démon. Mais Procell, ne soyons pas trop confiant, d’accord ? D’une part, ma plus grande force, la Déesse de la Lune, ne peut pas être utilisée dans un donjon. » (March)

Le point faible de la compétence Déesse de la Lune était qu’elle ne pouvait être qu’activée dans un endroit sans plafond avec le clair de lune bien visible.

Mais encore une fois, il y avait sa barrière du clair de lune. Cette barrière créait une zone connectée à la lune, peu importe du temps, de la distance, permettant d’avoir la force de la compétence Déesse de la lune.

La consommation de pouvoir magique était importante, alors la compétence Déesse de la lune serait probablement utilisée de cette manière que pendant deux minutes.

Mais je ne pense pas qu’il existe un démon pouvant la retenir pendant deux minutes.

« Oui, mais quand même, tu es si puissante, je ne peux en aucun cas en rire. Il devrait exister un rang plus élevé que le S, ce serait ton rang actuel. » (Procell)

Le Rang-S était le plus haut rang possible.

Si la puissance d’un démon dépassait un certain niveau, il serait tout de même considéré comme un Rang-S. Considérant cela, il y aurait certainement des disparités entre la force des démons de Rang-S. Elle serait sûrement dans la partie supérieure du Rang-S. Tant et si bien que je sentais qu’elle avait même dépassé ce rang.

En tout cas, il y avait quelque chose que je ne pouvais pas ignorer.

« Je ne veux pas dire cela, mais ne t’appuie pas trop sur moi, d’accord ? Après tout, il y a toujours ce piège. » (March)

« … La moquerie du Créateur est assez inquiétante, n’est-ce pas ? » (Procell)

Le prix d’un tel pouvoir.

C’était juste une supposition, mais cette compétence était probablement la compétence inconnue dans le statut de Wight une fois devenue Siegwurm.

« Oui. Mais tu sais ce qui me dérange à ce sujet ? C’est que ça ne ressemble pas au Créateur. » (March)

« Je pense que c’est une capacité qui correspond tout à fait au créateur. » (Procell)

Le Créateur était quelqu’un de mesquin qui aimait torturer les Seigneurs-Démons.

« Nous laisser seulement avec la moitié de l’information, qui est la partie concernant les problèmes de cette capacité, ressemble vraiment au Créateur, mais les choses ne peuvent pas être aussi simples. Cela me semble juste être un leurre pour cacher son vrai but. » (March)

Maintenant qu’elle le mentionne, un piège qui se révèle en montant de niveau serait trop généreux de sa part.

« Je vois ce que tu veux dire. Une autre chose effrayante est que tout ce qui est indiqué est sous certaines conditions. Et si ces conditions étaient inévitables comme le fait de manger ? Si oui, cette personne a vraiment un caractère horrible, n’est-ce pas ? » (Procell)

L’angoisse de devoir être prudent de tout ce que je faisais était incommensurable, mais si c’était le prix à payer pour sauver March, je serais heureux de le supporter.

« Je pense que tu peux te reposer par rapport à cela. Même si je suis d’accord qu’il est horrible, le déclencheur ne devrait pas être quelque chose de banal comme de penser à quelque chose d’horrible. Je crois que ça sera quelque chose que tu regretteras profondément en dépit d’éviter les conséquences. Mais, tant que tu restes comme tu es, je pense que tout ira bien. » (March)

« Tant que je reste comme je suis ? D’accord, je vais y faire attention. Et je suppose que je ne vais pas pouvoir compter sur toi jusqu’à ce que nous ayons des informations plus complètes à ce sujet. » (Procell)

Je m’étais juré de rester moi-même.

« Oui, c’est une bonne attitude. Après tout, si tu comptes sur moi, toi et tes démons ne seriez pas en mesure de grandir... En parlant de croissance, faisons maintenant une formation spéciale. » (March)

March avait dit cela, m’avait attrapé par la peau du cou et m’avait ensuite éloigné d’Avalon.

Pour les Renardes mythologiques, elle leur avait juste dit de retourner à leurs fonctions.

« Attends, qu’est-ce que tu entends par entraînement spécial ? » (Procell)

C’est mauvais. Elle est trop forte, je ne peux résister.

J’aurais pu donner un ordre, et, par mon autorité de Seigneur-Démon, elle aurait été forcée d’obéir, mais alors, ce serait en violation de mes propres principes.

« Tu as utilisé l’éveil, n’est-ce pas ? Ce pouvoir est plus effrayant que tu ne le penses, alors je pensais que je devais, en tant que prédécesseur, t’apprendre à l’utiliser. » (March)

« J’en serai reconnaissant, mais ne pouvons-nous pas attendre et le faire un autre jour ? Par exemple, le lendemain de la fête. » (Procell)

Oui, j’ai besoin d’apprendre comment l’utiliser, mais ce n’est pas forcément le moment.

« Non. C’est mieux de le faire tôt que tard. Sais-tu pourquoi je suis venue ici avant que mon donjon ne soit complètement réorganisé ? Alors, laisse-moi te le dire. C’est parce que mes yeux se trouvant à Avalon m’ont dit qu’ils ont senti l’utilisation de ton éveil. » (March)

« C’était une requête d’un de mes démons. » (Procell)

Grâce à cela, j’avais été en mesure de rendre Fel heureuse à un niveau inimaginable. Et vu le résultat, je ne pensais pas que réutiliser l’éveil afin de gâter Fel avait été une si mauvaise chose.

« J’ai été surprise, tu sais. Je me disais, veut-il mourir ? Je pense que c’est la première fois que j’entends parler d’un Seigneur-Démon utilisant l’éveil pour de telles absurdités. Où est-ce parce que tu as l’intention de me rendre veuve après avoir prolongé ma vie ? » (March)

Son ton était doux, mais contenait une force inébranlable.

Aussi, pour une raison quelconque, elle gonflait ses joues.

« Qu’est-ce qui te met tellement en colère ? » (Procell)

« Je vais le dire juste au cas où cela te viendrait à l’esprit, mais cela n’a rien à voir avec de la jalousie, je ne m’inquiète pas pour une petite fille. Je m’inquiète pour toi. » (March)

« Alors explique ce qui t’inquiète pour que je puisse comprendre. » (Procell)

« Ok, simplement, comme les choses sont, tu cesseras d’exister. J’en ai été convaincu quand je l’ai entendu de Kuina et des autres. Mais, il semblerait Procell que tu te trompes fondamentalement sur l’éveil. Cela ne crée pas une autre personnalité en toi ou quoi que ce soit du genre. » (March)

« Il ne le fait pas ? » (Procell)

Quand j’utilisais l’éveil, je sentais une obscurité surgir en moi avalant ma propre conscience.

J’avais pensé que c’était une autre personnalité.

« Non, ce n’est pas le cas. L’éveil, vois-tu, ne fait que faire remonter en surface ton toi qui n’écoutes pas ta raison et qui désires les choses. Eh bien, c’est aussi la partie de toi qui veut s’amuser, mais il est indéniable qu’au départ, tout n’est qu’une partie de toi. » (March)

« … Tu dois rire là. » (Procell)

C’est impossible. Il n’y a pas moyen que je sois comme mon moi sombre qui convoite le sang de Kuina et Fel.

« Je ne plaisante pas. Ce sont tes désirs profonds. Eh bien, tout le monde a un côté sombre et je peux comprendre le sentiment de ne pas vouloir la reconnaître comme une partie de soi. » (March)

« Je ne veux pas te croire. » (Procell)

Je ne me considérais pas comme un saint, mais je n’étais certainement pas non plus si terrible.

« Mais crois-moi, s’il te plaît. Le problème, vois-tu, est de ne pas reconnaître cette part de toi. Ce n’est pas moi, c’est une personne différente, tu pourrais penser cela. Bien que l’on puisse dire que c’est une bonne technique pour revenir à soi, en vérité, ce n’est rien de plus que de nier qui tu es. À cause de cela, tu finiras par nier de plus en plus cette partie de toi, jusqu’à ce que finalement, tu aies deux personnalités distinctes en toi. Et quand cela arrive, ces deux personnalités vont s’affronter jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une pour contrôler ton corps, même sans l’éveil. » (March)

Vais-je me faire absorber par mon côté sombre ? Est-ce mon destin ? Je ne peux pas nier que cela semble cependant probable.

« La chose importante est que tu reconnaisses ton côté obscur. Imagine-le comme un masque, si ça t’aide. En reconnaissant cette part de toi, tu apprendras à contrôler ces sombres émotions. Quiconque peut maîtriser cela peut être appelé un puissant Seigneur-Démon. Eh bien, en tout cas, essayons. Tu n’as pas à t’inquiéter. Si tu perds le contrôle, je peux t’assommer. » (March)

Je ne voulais pas le croire, mais pour devenir fort, je n’avais pas d’autre choix que d’accepter ses paroles.

« D’accord, je vais te croire. Je vais me confronter à mes émotions et les maîtriser. » (Procell)

D’accord, je vais le faire, pensai-je en essayant de m’y résoudre.

Pour une sécurité maximale, je pouvais ne plus jamais utiliser l’éveil. Cependant, ce n’était pas une vraie solution, c’était seulement fuir le problème. Pour grandir, je devais faire face aux risques. Sinon je ne pourrais jamais devenir le plus puissant Seigneur-Démon.

Maintenant, activons l’éveil. March a dit qu’elle veillerait sur moi afin que je n’aie pas besoin de m’inquiéter.

Mon objectif cette fois n’était pas seulement de maîtriser l’éveil, mais aussi de tester la capacité Nécrose, une capacité obtenue en tuant le Seigneur-Démon du Salut Leraje.

C’était une capacité que ce Seigneur-Démon utilisait sur ses flèches pour faire pourrir la cible et la rendre plus difficile à soigner.

Et maintenant, moi aussi, je pouvais utiliser cette capacité. Si je l’utilisais sur les balles de mes démons, leurs capacités offensives seraient sûrement augmentées.

Chaque balle se transformerait en une mort assurée.

« Éveil. » (Procell)

J’avais récité les mots manifestant ainsi mon côté sombre devant March.

Maintenant, viens. Je vais conquérir mon côté sombre pour devenir plus puissant.

***

Chapitre 4 : La vraie nature de Procell

Sous la supervision de March, j’avais activé l’éveil afin d’apprendre à le maîtriser.

Assez rapidement, quatre ailes noires et une corne avaient émergé hors de mon corps.

« Khh. »

J’avais laissé échapper une voix étrange.

Ça se passait comme la dernière fois : quelque chose de diabolique faisait rage en moi.

Cela avait toujours été le cas lors de l’utilisation de l’éveil.

Je voulais tout détruire, me livrer à ceux-ci, et les profaner.

Ayant senti mon sombre moi, j’essayai de réprimer les impulsions qui s’y précipitaient. Malgré tout, je sentais ma conscience s’évanouir rapidement. Alors que le monde devenait sombre, le désir de faire rage autant que je le souhaitais grandissait.

March a dit que c’était mon autre moi, mais je ne voulais pas la croire. Bien sûr, ce n’est pas moi, il n’y a aucun moyen que ce soit moi !

« Procell, non ! Pas comme ça. Ce que tu fais est la même chose qu’auparavant : tu réprimes de force tes émotions. Si tu continues ainsi, tu finiras seulement par être englouti. » (March)

La voix de March était de plus en plus lointaine.

Et puis, mon moi normal avait complètement disparu.

Oh oui, c’est si bon. Je me sens si bien. Je suis enfin à nouveau dans cette forme. Maintenant, je peux faire tout ce que je veux.

Cette femme, cette garce devant moi est si bruyante. Combien de temps a-t-elle l’intention de me regarder de haut ? C’est déjà bien assez, tu es à moi et tu écouteras ce que je te dis. Femme folle, tu ne retiendras rien si je ne te le fais pas apprendre avec ton corps comme avec cette petite louve.

« En tant que ton Seigneur-Démon, je t’ordonne de... » (Procell)

Je n’avais réussi à dire que cela avant que quelque chose ne me frappe et cela m’envoie rouler au sol.

Qu’est-ce qu’il est arrivé ? Cette garce, elle ose me regarder de haut alors que je suis au sol ?! Impardonnable. Absolument impardonnable.

« Il semble que l’éveil ne soit pas la seule chose que tu ne comprennes pas, hein. On dirait que tu sous-estimes gravement les dangers que représentent les démons. » (March)

Comme ose-t-elle ? Je vais lui apprendre sa place. Ahh, juste le fait d’imaginer le regard sur son visage alors qu’elle pleure et demande pardon, m’excite beaucoup. D’abord, je vais la faire se prosterner. Je devrais juste faire attention cette fois et regarder mon environnement avant que je donne mon ordre, je ne la laisserai plus jamais faire quelque chose comme m’envoyer voler. Plus jamais.

« J’ordonne — » (Procell)

Cependant, avant que je ne puisse achever ma phrase, j’avais à nouveau été envoyé au loin.

« Tch. Tu es si négligent. Tu t’es perdu si facilement. Tu es déjà contrôlé par tes instincts, n’est-ce pas ? Un enfant gênant. » (March)

March souriait amèrement et soupira comme si elle disait. « On n’y peut rien ».

Pendant ce temps, je m’étais levé et lui avais jeté un regard glacial.

Comment ? Comment est-elle capable de m’humilier de la sorte ? Je suis supposé être le plus puissant Seigneur-Démon, surtout dans ma forme actuelle. Tout d’abord, en tant que démon, elle ne devrait même pas être capable de me faire du mal. Pourquoi dois-je supporter une telle violence ?

« Tu as l’air confus, Procell. Allons-nous faire classe ? Rappelle-toi, il y a deux règles qui protègent un Seigneur-Démon de ses démons. La première est qu’aucun démon ne peut désobéir à un ordre de son Seigneur-Démon. Si un démon ne veut pas faire quelque chose, il peut librement ignorer la volonté de son Seigneur-Démon en ne laissant pas celui-ci lui donner d’ordre. » (March)

Je sais ça. Ce que je ne comprends pas, c’est comment elle peut me frapper. Selon la prochaine règle qu’elle est sur le point de dire, une telle chose devrait être impossible.

« La seconde règle est qu’un démon ne peut blesser son Seigneur-Démon. » (March)

« Je sais. Maintenant, dis-moi, comment peux-tu me faire cela ? » (Procell)

En plus, elle a réussi à me frapper deux fois. Même si elle est un démon ayant les pouvoirs d’un Seigneur-Démon, tant qu’elle est mon démon, elle ne devrait pas être capable de me faire du mal.

« Cependant, je ne t’ai rien fait. Très bien, je suppose que je vais t’expliquer le truc. Tu vois, il y a un démon caché dans mon ombre. En d’autres termes, ce n’est pas moi qui t’interrompais, mais plutôt cet enfant. » (March)

« Ne te joue pas de moi. Tes démons auraient également dû être placés sous mon commandement et ne devraient pas être capables de me faire du mal ! » (Procell)

En même temps que March elle-même, j’avais pris le contrôle de son donjon et de ses démons.

« La réponse est simple, j’ai coupé mon contrat avec cet enfant. Donc, plutôt que par obligation, cet enfant prend soin de moi de sa propre volonté. Tu ferais mieux de te souvenir de cela : si tu traites trop cruellement tes démons, prépare-toi au pire. Par exemple, un démon que tu aurais abandonné peut choisir d’aller appeler des humains ou des démons ne t’appartenant pas. Inversement, tout comme ce qui arrive actuellement, si un démon t’aime, il te protégera même après l’avoir libéré. Être un bon Seigneur-Démon pour tes démons est important. » (March)

Ses paroles m’avaient choqué. Des pensées telles que « s’ils laissent des ennemis entrer dans ma chambre et si des informations sur elle étaient divulguées en dehors de mon donjon »  me venait à l’esprit.

En y pensant, le pouvoir des Seigneurs-Démons sur leurs démons n’était en aucun cas parfait.

« Tu es parti de mon donjon trop tôt donc je n’ai pas eu la chance de t’apprendre de telles choses. Je m’excuse pour cela. À partir de maintenant, sois rassuré, je vais t’enseigner beaucoup de choses. » (March)

À nouveau, elle me regarde de haut. Tellement irritant. Avant tout, ce que je ne peux pardonner, c’est qu’elle me traite comme un enfant ! Je vais la dominer et être le meilleur… mais comment ? Devrais-je créer un espace entre nous pour invoquer Kuina et les autres ? Ou… devrais-je lui faire goûter mon pouvoir ? Celui qui la protège, c’est probablement l’un de ses démons du Pacte démoniaque, l’assassin qui se cache dans l’ombre. Si c’est le cas, alors si je me débarrasse des ombres en utilisant une grenade flash tout en lui donnant un ordre, il ne pourra m’interrompre.

« Fuu. Je pensais que tu étais un homme bien, mais je vois maintenant que tu es toujours un enfant qui essaie désespérément d’être traité comme un adulte. Et puis, à travers l’éveil, ton désir d’être reconnu en tant qu’adulte est devenu ainsi. Contemple cela une seconde. » (March)

Quoi ? Non, ce n’est pas du tout ainsi. Je suis devenu fort, plus fort que quiconque. Tant et si bien que même les trois Seigneurs-Démons les plus puissants ne peuvent se comparer à moi. Je n’ai pas besoin d’être reconnu par cette chienne.

« Mensonges ! Et ne me traite pas comme un enfant ! » (Procell)

« Là, tu l’as toi-même dit, ne me traite pas comme un enfant. Je ne mentais pas, tu sais. Écoute avec ton cœur emmuré et tu sauras que c’est la vérité. Tu sauras que tu as ce désir d’être reconnu par moi. Tu veux que je te dise que tu es un splendide Seigneur-Démon et d’autres joyeusetés du genre. » (March)

« Ce n’est pas comme — » (Procell)

« C’est comme ça. Et cette faiblesse fait elle aussi partie de toi. » (March)

Quel est ce sentiment d’inconfort ?

« Au fait, à propos de ton mauvais traitement envers cette petite fille, cette Fel, il a été provoqué par le stress que tu as gagné en agissant comme un gentil père envers tes démons. Je veux dire par là que tu es entouré de belles filles, mais tu te dis que tu dois te retenir, car tu es leur père. En d’autres termes, tes sentiments en tant que père sont en conflit avec tes instincts en tant qu’homme… Tu as peut-être tracé une ligne que tu t’es promis de ne jamais franchir, mais toutes ces émotions refoulées se sont finalement révélées trop lourdes et tu es allé trop loin avec elle. » (March)

Elle parle probablement de ce que j’ai fait à Fel. Mais c’est ce qu’elle-même voulait.

« Eh bien, je dirai qu’on ne peut rien y faire. Tu peux le faire avec moi si tu le souhaites, mais si tu veux être discret, tu pourrais également visiter un bordel. Se retenir trop est également mauvais. Ou bien, quelque chose comme cela va se reproduire prochainement. » (March)

March parlait doucement. En réponse, je m’étais senti embarrassé.

Le faire avec elle ? Aller à un bordel ?

« Ce ne sont pas tes affaires ! » (Procell)

De tels mots sortaient involontairement de ma bouche. Cependant, comme j’avais dit de tels mots, j’avais senti différentes couleurs revenir vers mon corps étrangement noir et froid.

« Ah ! Tu redeviens maintenant de plus en plus toi-même, n’est-ce pas ? Alors, je suppose que je suis sur la bonne voie. » (March)

Mon cœur commençait à devenir tumultueux, diverses couleurs s’y mélangeaient.

J’étais incapable de réfuter ses paroles et je me demandais si je ne regardais pas Kuina et les autres comme des membres du sexe opposé et non comme mes filles. Après réflexion, je m’étais rappelé que je me sentais en effet charmé par leur féminité. Cependant, parce que j’étais leur père, j’avais continuellement repoussé ces émotions.

« Ne te méprends pas. Je ne te juge pas ou quoi que ce soit du genre. Après tout, nous pouvons les traiter comme nos enfants, mais ils ne sont pas réellement nos enfants. Tu ne peux rien y faire si tu trouves un membre du sexe opposé attirant. Ton amour en tant que père est réel et c’est ce qui compte. Les instincts et l’amour sont très différents. Tu n’as pas à en avoir honte. » (March)

Ses mots m’avaient mis à l’aise.

Oui, oui, elle a raison. Je les regardais comme ça. Non, il est plus approprié de dire que je les aimais aussi. Je suis à la fois leur père et un homme.

« Et puis, au sujet de ton désir le plus profond de vouloir être reconnu par quelqu’un, tu peux essayer de le cacher, mais tes actions trahissent ton souhait d’approbation. Pour parler en termes simples, tu es seul et cherches l’affection des autres. Et pourtant, après tout cela, tu as honte de t’avouer cela et de dire aux autres comment tu te sens. » (March)

Ce n’est pas ça, je ne suis pas un enfant qui se sent ainsi.

Non, je dois arrêter cet entêtement. Ces sentiments existent en moi. J’ai toujours voulu être vu et reconnu.

« Procell, je te le dis maintenant : tu es incroyable. Tu as ma reconnaissance aussi bien que celles des autres. De plus, souviens-toi toujours, tout le monde t’aime plus que tu ne le penses. » (March)

En prononçant ces mots, une sorte de chaleur s’était répandue dans ma poitrine.

Je vois, donc c’est ce que j’ai longtemps désiré. Et maintenant qu’elle me l’a donné, je me sens à l’aise.

Mon moi sombre était le résultat à la fois de ma frustration et de mon envie de reconnaissance devenant incontrôlable.

Réalisant cela, j’avais souri.

Une personne frénétique hors de contrôle était loin de la définition d’un mec sympa.

Je n’étais qu’un enfant.

Vraiment pitoyable.

Et pourtant, j’étais cette personne.

« Merci, March. J’ai finalement pu voir qui je suis vraiment. » (Procell)

En acceptant cette partie sombre de moi-même, j’étais finalement devenu moi.

Je me sentais toujours un peu étourdi, mais malgré cela, j’étais maintenant pleinement rationnel.

« C’est une bonne expression que tu as là. Ouaip, ça te va mieux. » (March)

March avait souri en retour.

« Dès le début, il n’y a jamais eu d’autre moi. Je le sais maintenant. » (Procell)

En acceptant de telles émotions et en allant de l’avant, voilà ce qu’était la signification de l’éveil.

Si on le savait, on savait ensuite quoi faire : ne pas refuser de se compromettre. Même mon moi pitoyable était capable de faire cela.

« Création. » (Procell)

En utilisant ma Création, j’avais créé un M & K MK416 qui était le fusil d’assaut le plus utilisé à Avalon.

Avec cela, j’étais prêt à utiliser la nouvelle capacité de Seigneur-Démon que j’avais acquise.

Le Seigneur-Démon Archer avait utilisé sa médaille pour créer des démons qui, comme son nom l’indique, étaient principalement des attaquants à longue portée.

De plus, il avait la capacité spéciale appelée Nécrose qui faisait que les flèches de toutes ses troupes pouvaient infliger des blessures compliquées à soigner et s’envenimant rapidement. En d’autres termes, les attaques faites par ses démons étaient destructrices.

La question était de savoir si cet effet s’appliquerait ou non aux balles.

Des animaux sauvages vivaient à 300 mètres de nous dans la plaine, j’avais repéré un chien errant. Il semblait criblé de maladies et il ne causerait que des ennuis s’il entrait dans la ville et mordait un humain. Il devait être réprimé, peut-être même pour son propre bien, donc il n’y avait pas besoin d’avoir de remords.

En raisonnant ainsi, je l’avais donc visé.

Cependant, avant d’appuyer sur la gâchette, j’avais senti une diminution de ma puissance magique. C’était la preuve que la capacité fonctionnait.

Si la cible était touchée directement, elle mourrait horriblement sans la nouvelle capacité, alors j’avais décidé de l’égratigner.

Avec confiance, je pouvais tirer avec précision, j’avais laissé la balle voler, elle avait effleuré le chien errant tout comme je l’avais prévu.

La blessure du chien s’était ensuite infectée. Peu de temps après, j’avais vu l’infection se propager.

Cela a fonctionné, la Nécrose est efficace.

« March, comme je suis actuellement, je peux utiliser librement l’éveil, je te remercie. » (Procell)

« J’en suis heureuse. Mais tu sais, normalement, ça aurait été beaucoup plus dur que cela. Je veux dire par là que tout le monde ne veut pas admettre qu’ils ont un côté disgracieux. Dans leurs efforts pour échapper à la vérité et nier cette partie d’eux, les Seigneurs-Démons se déchaînent souvent. » (March)

La honte que je ressentais pour l’avoir admis était immense.

Malgré cela, j’avais accepté tout cela. Si je ne l’avais pas fait, je n’aurais pas pu maîtriser l’éveil.

« Ne compte pas trop sur l’éveil. Je te recommande de ne l’utiliser au maximum que trois minutes d’affilée, puis d’attendre au moins dix heures avant de l’utiliser à nouveau. Le fardeau imposé au corps et à l’âme est trop important… Tellement que la surutilisation raccourcira ta durée de vie. Tu ne voudrais pas qu’il t’arrive la même chose qu’à moi, n’est-ce pas ? » (March)

March se mit à rire.

Elle avait utilisé l’éveil avec sa compétence de transformation pendant une longue période de temps et avait donc raccourci sa durée de vie.

Considérant ce fait, j’avais décidé de prendre ses conseils à cœur. Je voulais vivre le plus longtemps possible et faire toutes les choses devant être faites.

En plus de cela, je me sentais toujours mal à l’aise en utilisant l’éveil. Bien que j’avais pu m’accepter, ce que j’avais fait était à peine maintenir l’équilibre. Je ne savais pas quand cela allait s’effondrer, et même maintenant, je sentais mes instincts devenir plus forts.

« J’y ferai attention. » (Procell)

Nous devrions conclure bientôt cette session de test. J’avais acquis une capacité de plus, mais celle-ci était un peu compliquée à utiliser.

« Oh oui, Procell. » (March)

« Qu’est-ce qu’il y a ? » (Procell)

« Pourquoi ne ferions-nous pas une autre expérience pendant que nous y sommes ? Que dirais-tu de cette capacité à imprégner les démons ? Tu pourrais l’essayer sur moi. Tu ne penses pas à moi comme ta fille, mais comme une vraie femme, n’est-ce pas ? » (March)

March avait dit cela en baissant le décolleté de sa robe blanche révélant ses courbes.

En réaction, j’avais dégluti.

« … Arrêtons-nous là pour l’instant. Je ne pense pas que ce qui reste des trois minutes sera suffisant pour cela. » (Procell)

Je n’étais pas si rapide, après tout.

De plus, peut-être à cause de l’excitation, les souvenirs de ce que j’avais fait à Fel la nuit précédente refaisaient surface dans mon esprit.

Et ce que j’avais fait… était à peine acceptable. Je m’étais juste assez retenu avant de faire quelque chose d’extrême en tant que Seigneur-Démon. Malgré cela, cette fille voulait toujours plus. Il n’était peut-être pas entièrement faux de dire que c’était son but en me demandant d’utiliser l’éveil.

« C’est dommage. Eh bien, rentrons alors. Tu es plutôt conservateur, n’est-ce pas ? » (March)

« C’est juste qu’il y a un ordre entre les choses. » (Procell)

J’avais annulé l’éveil et mes ailes ainsi que ma corne avaient disparu.

Pendant ce temps, March avait décidé d’enlacer mon bras, et quand elle l’avait fait, j’avais senti une douce sensation sur mon bras ainsi qu’un agréable parfum. Sans surprise, j’avais un peu regretté d’avoir refusé son offre.

Eh bien, retournons à Avalon. Je dois m’assurer que les préparatifs de la fête soient complets et parfaits.

« Maintenant que j’y pense, que t’est-il arrivé lors de ton premier éveil ? » (Procell)

Je voulais connaître la vraie nature de March. Après tout, c’était injuste de n’avoir que ma vraie nature révélée.

« Ce-ce n’est rien de spécial. Oui, totalement ordinaire. Je n’ai rien accumulé comme toi. Assez de ce sujet hors limite ! » (March)

March coupa de force le sujet et marcha rapidement.

Tout en la regardant, je m’étais juré de trouver un jour la réponse à cette question.

***

Chapitre 5 : Rencontre des démons du Pacte Démoniaque

Tandis que Procell était allé à la plaine afin de maîtriser l’éveil, Kuina la Renarde Céleste, Rorono la Naine Ancienne, et Aura l’Elfe Antique s’étaient toutes rassemblées dans la base secrète de Kuina.

Il s'agissait d'une pièce souterraine qui n’était pas connue même de Procell.

Par nature, les renards avaient l’habitude de creuser un trou dans le sol et Kuina ne faisait pas exception.

Grâce à l’aide de Rorono, qui possédait les meilleures capacités de forgeron au monde, la tanière secrète de Kuina avait été construite pour être extrêmement agréable bien qu’elle soit sous terre.

Les trois filles se rassemblaient ici chaque fois qu’elles voulaient se parler sans être entendues par Procell. Après tout, même s’ils étaient ses démons du Pacte Démoniaque, il y avait encore des choses que des adolescentes ne voulaient pas que leur père le sache.

« La troisième réunion des Démons du Pacte Démoniaque commence ici ! » (Kuina)

Kuina présidait la réunion aujourd’hui.

En frappant le tableau noir dans la pièce éclairée aux flambeaux, elle signifiait le début de leur réunion.

Ses oreilles de renardes étaient droites et bougeaient en fonction de son humeur.

En revanche, Rorono et Aura avaient simplement mangé les biscuits qu’elles avaient achetés à Avalon tout en étant confortablement assises sur un canapé.

« Rorono-chan et Aura-chan. Pourquoi n’êtes-vous pas plus concentrées ?! Ceci est une affaire sérieuse ! » (Kuina)

Kuina avait crié alors que cela n'était pas son habitude puis avait gonflé ses joues.

En réponse, Rorono avait soupiré puis avait parlé.

« Kuina, pourquoi as-tu dû en faire une réunion des Démons du Pacte démoniaque ? Tout ce que je voulais, c’était te consulter pour savoir quelle récompense demander. » (Rorono)

Une réunion de Démons du Pacte démoniaque n’avait pas lieu à moins qu’il n’y ait quelque chose de très important dont ses membres avaient besoin de discuter.

Pour ce qui était de savoir comment cette réunion avait lieu, Rorono avait rendu visite à Kuina pour demander conseil à Kuina quand Kuina avait suggéré de tenir une réunion, puis avait entraîné Aura avec force.

Rorono pensait que sa récompense n’était pas suffisante pour justifier une réunion. Elles étaient assez occupées comme elles l’étaient. Si elles devaient utiliser leur temps, c’était pour quelque chose de productif.

« Ne vous inquiétez pas, ta récompense n’est pas le sujet principal, mais c'est lié ! » (Kuina)

Dis fièrement Kuina.

Pendant ce temps, Aura leva la main.

« Aura-chan, tu as la parole. » (Kuina)

« Présidente Kuina, s’il vous plaît informez-nous du but de cette réunion. En fonction de la réponse, je pourrai choisir de partir. Comme je n’en ai pas été capable hier, je veux m’amuser avec les Hautes Elfes. » (Aura)

« Mhm. Je veux aussi y aller, pour réparer les golems. » (Rorono)

Aujourd’hui et hier, tous les démons de Procell avaient reçu des vacances.

Cependant, en raison de l’absence d’Aura — qui était parti pour la guerre — les pommiers avaient besoin de soins minutieux et Aura avait laissé son jour de congé pour s’en occuper hier.

Heureusement, hier était suffisant pour s’occuper de toutes ces tâches. Ainsi, après s’être occupé des tâches dans la matinée, il était prévu qu’à partir de midi, elle et ses subordonnées, les Hautes Elfes, devaient profiter de leurs vacances ensemble.

Quant à Rorono, elle avait terminé ce qu’elle devait faire à la forge hier et aujourd’hui, elle avait prévu de réparer les golems en utilisant les corps des golems venant de March.

En bref, Aura et Rorono étaient occupées.

« Écoutez attentivement. Le sujet principal du jour est..., » (Kuina)

Kuina avait déclaré cela en écrivant vigoureusement les mots du sujet principal sur le tableau, rendant les caractères les plus grands possible.

« Comment nous assurer que Père ne parte pas ? » (Kuina)

Kuina demanda avec enthousiasme, mais encore une fois, Rorono et Aure semblait désintéressée.

« Kuina-chan, je vais y retourner maintenant, d’accord ? » (Aura)

« Au revoir, Kuina. Si tu trouves une bonne récompense, fais-le-moi savoir. » (Rorono)

Les deux se levèrent et reprirent leur chemin.

« Attendez. Écoutez ce que Kuina a à dire avant. » (Kuina)

Kuina saisit alors l’ourlet de leurs vêtements et les retint.

« Tu sais, Kuina-chan, il n’y a pas besoin de s’inquiéter que le Maître parte. » (Aura)

« Je suis d’accord. Maître nous aime toutes. » (Rorono)

Aura et Rorono le dirent avec douceur afin de la rassurer.

« Vous deux êtes bien naïves. Hier devait être le tour de Kuina, mais… mais… Fel l’a volé ! » (Kuina)

D’une voix larmoyante, Kuina se plaignit ainsi.

Chaque jour, grâce à la rotation, celle qui aura la chance de dormir avec Procell change. Officiellement cependant, la rotation permettait de décider qui dormirait avec Procell. Quoi qu’il en soit, c’était l’une des plus douces journées pour elles, elles pouvaient être gâtées. Et ainsi, un tel jour était appelé le jour de Père.

« C’était le jour où Père donnait la récompense à Fel-chan, même si c’était au tour de Kuina, Kuina n’a pas dormi avec Père, Kuina n’a pas pu profité du jour de Père. » (Kuina)

C’était vraiment un gros problème pour Kuina, comme en témoignaient ses oreilles baissées et sa queue immobile.

« Kuina, ces choses arrivent, tu n’as pas à t’en inquiéter. De plus, je vais parler au Maître et lui demander d’ajuster le planning. » (Rorono)

« Rorono-chan, je t’aime ! » (Kuina)

Kuina déclara cela puis enlaça Rorono.

Pendant ce temps, Rorono retournait le câlin de Kuina, en lui tapotant sur la tête, et disant : là, là pour la réconforter.

Cependant, Kuina, toujours l’air inquiète, continua à parler.

« … Mais encore, c’est la première fois que cela arrive. Même après la renaissance de Wight ou quand Ruru-chan se montrait, cela n’était pas arrivé. Et Kuina ne pense pas que ce sera la dernière fois que cela arrivera. » (Kuina)

« Tu as raison. » (Rorono)

« C’est déjà un problème ! Fel-chan, mais maintenant, la Seigneur-Démon de la Bête Marchosias est ici et est spéciale pour Père ! » (Kuina)

En entendant ces mots, la gravité de la situation avait finalement atteint Rorono et Aura.

« Cela nécessite de la considération. » (Aura)

« Oui, cela pourrait être mauvais pour nous. » (Rorono)

Les deux filles avaient dit cela puis s’étaient rassises.

Pendant ce temps, Kuina était retournée au tableau.

« Le pire scénario est que désormais, Marchosias-sama soit la seule à profiter du jour de Père. S’il est charmé par elle, Père pourrait ne plus nous remarquer. » (Kuina)

Le visage des trois démones pâlit.

Un scénario où le Seigneur-Démon de la Création, Procell qu’elles aimaient et respectaient n’était plus intéressé par elles n’était qu’un cauchemar pour ces trois filles.

« C’est dans des moments comme ça que nous devons rester unies. » (Kuina)

Kuina avait de nouveau élevé la voix.

Cette fois, étant conscientes de la situation, Rorono et Aura acquiescèrent.

« Kuina-chan, d’abord, nous devrions penser à comment faire pour que le Maître continue de nous aimer. Je pense que si nous nous rendons indispensables, le Maître continuera à se soucier de nous. » (Aura)

« Exactement. Père dit souvent qu’il récompense le travail acharné. » (Kuina)

Tout en gardant un œil sur Aura, Kuina continua de parler.

« Tout d’abord, Aura-chan, tu es incroyable. C’est grâce à toi que les humains peuvent cultiver avec facilité. De plus, tes pommes sont incroyables ! Alors, Aura-chan, tu es sans aucun doute indispensable pour Avalon ! » (Kuina)

« Si tu dis les choses comme ça, tu vas me faire rougir. » (Aura)

Pour se nourrir des émotions humaines, les humains devaient d’abord se rassembler. À cet égard, Aura était utile.

Les cultures qui poussaient dans Avalon deviendraient grosses, nutritives et délicieuses. De plus, des récoltes abondantes étaient garanties ainsi que la promesse d’absence de maladies ou de calamités pour les récoltes. Cette information avait bien circulé parmi les humains, ce qui entraînait l’immigration des agriculteurs vers Avalon. Tout cela était dû aux bénédictions des Hautes Elfes et d’Aura.

De plus, il y avait aussi les pommes que les Hautes Elfes ainsi qu’Aura cultivaient elles-mêmes. Ces produits, même consommés tels quels, étaient plus puissants que les potions de qualité inférieure. Et puis parmi celles-là, il y avait les pommes dorées beaucoup plus puissantes provenant du très spécial premier arbre.

Aura était vraiment indispensable pour Avalon.

« Rorono-chan, tu es incroyable aussi ! Tu crées beaucoup d’armes incroyables et fais venir de nombreux humains ! Et c’est grâce à toi que ces humains peuvent vivre confortablement ici. » (Kuina)

« Tes louanges me rendent heureuse, mais je fais seulement mon devoir. » (Rorono)

Quel que soit le regard de Rorono, ce n’était pas de l’insatisfaction.

Comme Kuina l’avait dit, sans Rorono, la force de combat d’Avalon tomberait d’un tiers. Ce n’était pas un euphémisme de dire qu’Avalon dépendait des armes et des golems de Rorono.

Certaines des armes qu’elle avait faites étaient également vendues aux humains et la renommée de ces armes s’était répandue dans le pays ainsi qu’à l’étranger. Chaque jour, de nombreux humains venaient à Avalon juste pour y acheter des armes.

De plus, Rorono était responsable de la construction de toutes les infrastructures d’Avalon, comme ses voies navigables par exemple. Grâce à tout cela, Avalon était probablement la ville la plus saine au monde.

Une Avalon sans Rorono était impensable.

« Et ensuite, Kuina… Quoi à propos de Kuina ? Kuina n’est la meilleure nulle part. Est-ce que Kuina est essentielle pour Père ? » (Kuina)

La voix de Kuina devenait de plus en plus faible alors qu'elle le disait.

Et puis, tout en se serrant avec ses bras en tremblant, Kuina pensait frénétiquement aux choses dans lesquelles elle était douée. Malheureusement, rien ne lui venait à l’esprit. C’est à ce moment-là qu’elle pensa au pire : peut-être que sans elle, Avalon n’aurait aucun problème.

« Kuina-chan, tu es irremplaçable. Tu es après tout, le démon le plus puissant d’Avalon ! » (Aura)

Aura fit quelques mots d’encouragement, mais Kuina devint encore un peu plus déprimée.

« Kuina est la plus puissante ? Avant peut-être. Mais si tu regardes Marchosias-sama, tu verras que Kuina ne peut gagner contre elle. Kuina n’aurait même pas une chance. Ce serait difficile de gagner contre Wight aussi. Kuina pourrait être égale à Fel, mais n’est définitivement plus la plus puissante. » (Kuina)

Jusqu’à récemment, Kuina avait l’honneur d’être le démon le plus puissant de Procell.

Selon la stratégie, elle pouvait encore gagner contre Wight, il pouvait avoir une puissance explosive, mais un tel pouvoir était instable et difficile à contrôler.

Quand à Fel, quelqu’un était apparu pouvant rivaliser avec Kuina, le cœur de Kuina se déchaîna. Mais la différence d’expérience a montré que Kuina était légèrement meilleure en combat.

Cependant, quand est venu le Seigneur-Démon de la Bête, Marchosias... Elle était spéciale, peu importe combien Kuina essayait, elle n’avait aucune chance de gagner. Non seulement elle était plus puissante que Kuina en statistiques, mais aussi en expérience de combat.

« Kuina, tu es la cheffe de tous les démons d’Avalon. Tu es la plus aimée. Il n’y a pas besoin de se précipiter vers de telle conclusion. » (Rorono)

« Kuina ne l’est pas, Rorono-chan. Wight est meilleure pour diriger et est aussi plus aimée par tout le monde. Kuina ne pourra jamais diriger aussi habilement que lui. » (Kuina)

Kuina était à bout.

Elle était consciente du fait que les autres démons avaient confiance en elle, mais, quelle que soit la valeur de cela, c’était la situation : elle savait qu’il était impossible de mener les autres démons aussi bien que Wight.

À cela, Kuina devint rapidement terrifiée, effrayée à l’idée que comme elle n’était pas la meilleure dans quoi que ce soit, son tour pour la journée du Père lui serait retiré.

Ces terribles pensées de devenir inutile inondaient son esprit.

« … Maintenant que tu le dis, alors c’est possible que tu ne sois plus la numéro une. » (Rorono)

Rorono avait déclaré cela naturellement.

En réponse, des larmes avaient commencé à couler des yeux de Kuina.

« Rorono, choisis tes mots avec soin. » (Aura)

« Mentir n’aidera pas de toute façon. Cependant, Maître… Père n’est pas le genre de Seigneur-Démon qui n’aime pas un démon juste parce qu’il n’est pas le meilleur dans quoi que ce soit. Je pense que tu le sais aussi Kuina. » (Rorono)

« Kuina le sait, mais s’il y a un démon plus puissant que Kuina, il ne serait pas étrange que ce démon devienne plus important que Kuina... » (Kuina)

Kuina n’était pas sûre que Procell se souciait autant d’elle, car elle était la plus forte ou parce qu’elle était elle-même. Ce dont elle était sûre, c’était que le moment où elle avait perdu la place de la plus forte, elle avait perdu la journée du Père. C’était ce qui comptait pour elle.

« Je comprends. Si ton anxiété est due au fait que tu ne sois plus la plus forte, je vais devoir te rendre encore plus puissante. » (Rorono)

« C’est impossible. Cette personne est trop forte. » (Kuina)

« Je vais combler cet écart de force. Par ma fierté en tant que meilleure forgeronne de tous les temps, je vais fabriquer une arme extrêmement puissante qui utilisera pleinement la force de ta forme adulte. En faisant cela, tu pourras surpasser cette personne ! » (Rorono)

« Pourquoi en faire autant pour moi, Rorono-chan ? » (Kuina)

« Parce que tu es ma grande sœur. Tu peux être ennuyeuse de temps en temps, mais tu t’inquiètes et prends soin de nous… C’est ma façon de te remercier. D’ailleurs, pour moi, tu es la meilleure sœur au monde, alors je ne peux t’abandonner, n’est-ce pas ? » (Rorono)

« Rorono-chan ! » (Kuina)

Les larmes aux yeux. Kuina enlaça Rorono.

Au lieu que ça soit des larmes de tristesse, c’était maintenant des larmes de joie.

« Je vais aussi aider. Je suis en train de développer un nouveau type de potion faite à partir de pomme dorée qui aiderait les démons à utiliser leur potentiel latent. Si tu en bois chaque jour, tu devrais devenir plus forte. Ce sera bientôt terminé et une fois fini, je t’en enverrai tout de suite… J’adore aussi ma grande soeur alors je ne veux pas que tu perdes ! » (Aura)

« Aura-chan, je t’aime aussi ! » (Kuina)

Kuina enlaça aussi Aura.

Peu importe ce qui avait été dit, Kuina était sans aucun doute aimée par les autres démons parce qu’elle était gentille et attentionnée.

Tout en essuyant ses larmes, Kuina s’assit. Estimant que Kuina ne serait plus en mesure de continuer ses fonctions de présidente, Rorono avait décidé de prendre la relève.

« La conclusion de cette rencontre est de renforcer Kuina et de lui faire reprendre sa place de numéro une. Pour y parvenir, nous les démons du Pacte démoniaque, devons déployer tous nos efforts. Kuina, Aura et moi ferons de notre mieux pour te soutenir, mais pour que tu deviennes plus puissante, tes efforts seront les plus importants. » (Rorono)

« Je comprends. » (Kuina)

« En plus de cela, tu as probablement besoin de parler personnellement au Maître. » (Rorono)

« Je pense pareil. Je pense que si tu parles au Maître, tu seras convaincue qu’il prend soin de toi pas uniquement parce que tu es la meilleure quelque part. » Aura)

Kuina et Rorono avaient toutes deux acquiescé. Pourtant l’inquiétude dans leur cœur n’avait pas disparu.

« Rorono-chan, j’ai pensé à quelque chose de bien. Pour ta récompense, que dirais-tu de demander au Maître une occasion de discuter longuement ? Cela ne te rendrait pas heureuse ? » (Aura)

Aura proposa son idée et quand Kuina et Rorono l’entendirent, elles étaient toutes deux excitées.

« Aura-chan, c’est une bonne idée. » (Kuina)

« Mhm. Je pense aussi. » (Rorono)

Les deux avaient continué à louer Aura pour sa merveilleuse idée.

Après un moment, Rorono s’éclaircit la gorge.

« Eh bien, cette réunion est ajournée. À partir de maintenant, soutenons le maître de toutes les manières possibles… Toutes les trois. » (Rorono)

Des applaudissements résonnèrent dans toute la salle à la fin de la réunion.

Grâce à cette réunion, le lien entre les trois filles s’était encore renforcé.

*

~Point de vue de Procell~

J’avais fini de pratiquer l’éveil et revenais finalement à ma résidence.

Sur notre chemin, parce que March était toujours accrochée à mon bras droit, nous avions reçu beaucoup de moqueries de la part des citoyens. Cependant, cela ne me dérangeait pas.

Quand nous étions arrivés, j’avais trouvé Rorono m’attendant devant la maison.

« Père. » (Rorono)

Quand Rorono me remarqua, elle se précipita, ses cheveux argentés au vent.

« Rorono, as-tu décidé d’une récompense ? » (Procell)

« Mhm, oui. Ce que je souhaite, c’est passer du temps avec Père. S’il vous plaît, soyez avec moi seule pendant une journée. Juste nous deux. » (Rorono)

Rorono plaça sa main droite sur sa poitrine et plaida ainsi. En retour, j’avais souri avec ironie.

« Bien sûr, ce sera fait. À cet égard, si nous restons ici à Avalon, tout le monde entravera ta demande, alors sortons de la ville. » (Procell)

En entendant cela, les yeux de Rorono brillèrent.

Elle était adorable et donc, j’avais décidé de lui caresser la tête.

« Merci, Père ! Je suis impatiente d’y être ! » (Rorono)

Après avoir dit cela, Rorono s’éloigna.

Elle est tellement adorable. Si cela peut la rendre heureuse, je serai heureux de le faire.

« Woah, Procell, ce sourire. Comme je le pensais, tu es vraiment un lolicon, hein ? » (March)

« Non, je ne le suis pas. C’est juste que ma fille est adorable. » (Procell)

March me taquina encore après.

J’avais ignoré ses plaisanteries et avais commencé à faire des plans pour cette journée avec Rorono.

En acceptant sa demande d’une journée entière, elle devrait attendre après le festin pour me permettre de m’absenter aussi longtemps.

Maintenant que j’y pense, j’ai peut-être été trop occupé ces derniers temps pour prendre suffisamment soin de Kuina et des autres. En tant que père, je pense que je dois passer du temps avec ma famille de temps en temps.

***

Chapitre 6 : La fête des Seigneurs-Démons

Le jour de la fête était finalement arrivé.

Bien que je me référais à cela comme un festin, ce n’était pas un repas ordinaire. Avec tous les Seigneurs-Démons qui avaient aidé à sauver March — à savoir le Seigneur-Démon Astaroth, Dantalian, et Stolas — il s’agissait d’une assemblée importante de Seigneurs-Démons.

De plus, c’était aussi le jour où je devais me séparer de Felsias et Rozelitte. Donc, même si j’étais excité pour cette journée, je la redoutais aussi.

En tout cas, j’étais actuellement en dehors de ma résidence.

« Maître, serez-vous triste quand je partirai ? » (Fel)

Fel tirait sur ma manche en me demandant cela.

En entendant sa question, je n’avais pas besoin d’y réfléchir deux fois. Alors, je m'étais accroupi, je l’avais regardé dans les yeux et lui avais dit ma réponse.

« Bien sûr, je me sentirai seul. J’ai fini par t’aimer, après tout. » (Procell)

Elle était sans aucun doute capable de comprendre. De plus, elle était devenue proche de moi, de Kuina et des autres.

« Je suis tellement heureuse que le maître m’aime. Mais alors, si vous m’aimez, alors pourquoi… oh, peu importe. » (Fel)

Elle avait commencé à dire quelque chose, mais s’était arrêtée à mi-chemin.

Ma conjecture était qu’elle veuille que je la fasse rester, ou au moins que j'essaye. Cependant, je ne ferais pas cela, c’est un peu comme si moi je me séparais de Kuina et des autres, le Seigneur-Démon du Temps serait définitivement seul sans Fel. En fait, si j’étais dans la situation ou l’autre Seigneur-Démon refusait de me rendre mon démon, je ne doute pas que je le tuerais.

Mais encore, je tuerais aussi le Seigneur-Démon si quelque chose comme ce que j’ai fait arrivait à mes filles. Je dois vraiment m’excuser sincèrement.

« J’ai pensé à faire ça, mais en considération de ton bonheur, j’ai décidé de ne pas le faire. » (Procell)

Sans me retenir, j’avais tapoté la larmoyante Fel.

« Oh, je t’aime aussi, Maître ! » (Fel)

Avec une certaine étincelle dans les yeux, Fel sourit et déclara cela.

Je suis contente qu’elle soit si honnête.

« Oh, et moi ? » (Rozelitte)

Le démon de type ange Rozelitte le demanda aussi.

« Bien sûr que je te suis reconnaissant pour ton aide dans la dernière guerre. » (Procell)

Travaillant en arrière-plan, elle nous avait beaucoup soutenus. Sans ses pouvoirs, cette guerre aurait probablement été beaucoup plus difficile.

« J’ai peur que tes mots ne soient pas suffisants. Je veux une récompense. Le Seigneur-Démon du Temps en a déjà reçu plusieurs, n’est-ce pas ? Alors, je devrais aussi en recevoir, non ? » (Rozelitte)

« Demande-la. Tant que je peux te l’accorder, ce sera fait. » (Procell)

J’étais sûr que c’était seulement mon imagination, mais pendant un moment, j’avais pensé que Rozelitte mettait l’accent sur le fait d'en recevoir.

En tout cas, c’était comme elle l’avait dit. Bien qu’elle ait reçu les récompenses comme tous les autres démons, au-delà de cela, elle n’en avait pas reçu.

Considérant qu’elle avait été envoyée ici de la part de Stolas, une sorte de récompense devrait être donnée.

En m’entendant, Rozelitte s’approcha et murmura quelque chose à mon oreille.

« Je veux que vous embrassiez Stolas-sama. Ce sera plus que suffisant. » (Rozelitte)

Fel était toujours à proximité, se pencha pour écouter, mais il ne semblait pas qu’elle ait entendu quoi que ce soit.

« Est-ce que ça ne la mettrait pas en colère ? » (Procell)

« Très probablement. » (Rozelitte)

« Hey. » (Procell)

Est-ce que ça l’amuse de mettre en colère sa maîtresse ?

« Mais ce sera juste pour cacher son embarras. Elle pourra agir comme si elle était en colère, mais je suis sûre qu’elle sera heureuse que vous ayez fait quelque chose comme ça. Elle est après tout ce genre de fille. Donc, pour cette raison, s’il vous plaît faites-le. Ou est-ce que le Seigneur-Démon de la Création est quelqu’un revenant sur ses paroles ? » (Rozelitte)

« J’ai dit aussi longtemps que je peux l’accorder. » (Procell)

« Oui, mais, autour de vous, cette fille est toujours sur ses gardes. Donc, je suis sûre que vous pouvez le faire. De toute façon, je vais partir, je dois encore acheter des souvenirs pour tout le monde. Cette ville a beaucoup de choses merveilleuses qu’il est difficile de choisir. » (Rozelitte)

Rozelitte battit alors des ailes et partit. Mais pas avant de me rappeler notre accord.

Quelle plaie !

Rozelitte pensait probablement à Stolas comme sa jeune sœur. Même comme ça, elle était trop attentionnée.

« Maître, avez-vous des problèmes ? » (Fel)

« Juste un peu. » (Procell)

« Je pourrai être en mesure de faire quelque chose ! » (Fel)

Fel déclara fièrement cela. En réaction, j’avais souri ironiquement et lui avais tapoté la tête.

« C’est bon, je vais en quelque sorte gérer. Plus important encore, Fel, n’as-tu pas quelques préparatifs à faire ? Tu dois être aussi mignonne que possible. » (Procell)

« D’accord ! Réjouissez-vous de voir une Fel encore plus mignonne ! » (Fel)

Après avoir dit cela, Fel était entrée dans ma résidence.

À l’heure actuelle, mes Démons du Pacte démoniaque et March étaient occupés à se maquiller et à s’habiller des meilleurs vêtements de la ville.

Une telle chose était également fournie par la compagnie Cutrude — celle dirigée par Conanna. Cela aurait pu être trivial, mais cela avait montré leur attention aux détails.

Ce n’était pas souvent que les filles s’habillaient si bien, alors en tant que père, j’avais hâte de voir ce à quoi elles allaient ressembler.

Aussi, pour ne pas gâcher cette chance, il avait été décidé que Fel et Rozelitte seraient également incluses dans le service. Quant à savoir pourquoi elles étaient dehors, Rozelitte avait fini avant les autres et était déjà sortie alors que Fel s’ennuyait et décida simplement de s’éclipser.

« Sont-ils ici ? » (Procell)

Quand j’avais regardé dans le ciel, j’avais vu un dragon qui était gigantesque même s’il était encore loin. Sur son dos se tenait une personne seule.

OK, allons les rencontrer.

Avec de telles pensées, je m'étais dirigé vers la porte de la ville.

*

Dès que j'étais arrivé à la porte, un gigantesque dragon au corps blanc avec une aura dorée atterrit.

Il avait l’apparence d’un dragon conventionnel de l’ouest, mais le pouvoir qu’il avait était tellement énorme, c’était tout sauf conventionnel.

Je n’aurais pas été surpris que ce soit vraiment le dragon le plus fort. Telle était probablement la carte maîtresse du Seigneur-Démon Dragon.

C’était incroyable qu’un tel dragon soit utilisé pour le transport.

« Seigneur-Démon de la Création, tu es ici. Oh, il ne semble pas que tu fasses semblant, on dirait vraiment que tu es l’homme que je croyais que tu étais. » (Astaroth)

Je l’avais entendu dire de telles choses suivies d’un rire, Kakaka.

Quand j’avais levé les yeux, j’avais vu le Seigneur-Démon Dragon, Astaroth qui me regardait du haut de son dragon.

Son apparence était celle d’un vieil homme avec un corps robuste. Bien qu’il en ait l’air, il ne donnait pas l’impression d’être vieux. Il exsudait une telle présence et une telle conduite que je ne pouvais égaler.

Mon corps me disait de m’agenouiller même si j’y résistais, c’était à la limite.

« Bienvenue. Nous avons préparé une réception pour vous alors s’il vous plaît, suivez-moi par ici. » (Procell)

« Hmm… Attends. Une autre personne arrive. Ce serait un gaspillage d’efforts que tu accueilles à nouveau quelqu’un, alors attendons un peu. » (Astaroth)

Astaroth se retourna alors. Quand j’avais regardé dans cette direction, j’avais vu que l’espace était déformé. Ce qui était apparu était les yeux de trois individus.

Le premier était un beau jeune gracieux et aristocratique. C’était le Seigneur-Démon du Temps, Dantalian. Il portait des vêtements encore meilleurs que quand je l’avais rencontré la dernière fois.

Le second était un démon. Un Qilin qui avait des flammes comme crinière. C’était le commandant des troupes d’élite de Dantalian, les Chevaliers du Temps. J’avais déjà rencontré ce démon cauchemardesque lors du jeu qu’il avait conçu (tome 2). Dans ce jeu, ce démon avait réussi à faire pression sur Aura. Aura avait en quelque sorte réussi à gagner, mais là encore, ce démon n’avait pas utilisé ses pouvoirs liés au temps. Même maintenant, je n’étais qu’à 50 % sûr que mes démons du pacte démoniaque puissent gagner contre un tel démon.

Le troisième était un autre démon, mais il ressemblait à un vieil homme avec le dos voûté. C’était la première fois que je rencontrais ce démon, mais je savais qu’il était un démon incroyablement puissant. Il pourrait peut-être même rivaliser avec Teflare, le Qilin des flammes. J’étais confiant en pariant sur le fait que ce démon faisait partie des démons du pacte démoniaque de Dantalian.

« Ohh. Il est rare que Dan, qui arrive toujours parfaitement à l’heure arrive plus tôt que prévu. Pourrais-tu t’inquiéter pour quelque chose ? » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon, Astaroth appelait affectueusement le Seigneur-Démon du Temps, Dantalian par Dan.

« Ne m’appelle pas ainsi. Nous ne nous sommes pas revus depuis longtemps. » (Dantalian)

« Tu es le seul à dire cela. Je ne le pense pas. En tout cas, pour que tu amènes de tels compagnons à une simple fête, je vois que ta compétitivité n’a pas changé. » (Astaroth)

« Ast, tu te méprends. Ce n’est pas que je les ai amenés, mais plutôt eux qui ont voulu venir. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps couvrit ses yeux de sa main droite et soupira. Quand il l’avait fait, le Qilin et le vieil homme avaient alors commencé à parler.

« Comment oses-tu nous arracher la princesse ? Si jamais tu lui as fait le moindre mal, ne t’attends pas à de la miséricorde. » (Teflare/Qilin)

« Est-ce que Fel a dit quelque chose au sujet de son grand-père ? Comme quoi je lui manque, ou sur le fait de vouloir faire une sieste avec moi, ou vouloir mes sucreries ? »

Que diable sont ces gars ? Est-ce qu’ils sont venus ici aujourd’hui uniquement pour revoir Fel un peu plus tôt ?

« Seigneur-Démon du Temps, Dantalian-sama, vous avez ma sympathie. » (Procell)

« J’apprécie. Cependant, ne te méprends pas, je n’écoute pas simplement leurs souhaits parce qu’ils sont utiles, c’est surtout parce que je partage leur inquiétude. Donc, si quelque chose est arrivé à Fel… Tu es mort. » (Dantalian)

Il m’avait dit cela en me regardant avec des yeux si froids, qu’il pourrait geler mon âme.

Non, je ne peux pas le dire. Je ne peux certainement pas leur dire que je l’ai quasiment rendue impossible à marier.

« De toute façon, par ici s’il vous plaît. » (Procell)

« Hmm, ouais. On dirait que ce sera un long discours et je préfère de loin le faire assis. » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon fit cette remarque en mettant le dragon qu’il montait dans son Stockage.

Ce faisant, la figure d’une fille était apparue. Elle était probablement cachée par le corps massif du dragon.

« Stolas, je suis heureux que tu sois venue. » (Procell)

« Je ne suis pas venue pour toi, juste pour que tu le saches. C’est juste que Rozelitte a écrit une lettre dans laquelle elle disait que c’était une bonne ville et cela m’a intriguée. » (Stolas)

Stolas était toujours la même.

S’il y avait quelqu’un autour de moi maîtrisant parfaitement la façon d’être d’une tsundere, c’était elle.

Pour aujourd’hui, elle avait fait plus d’effort pour être plus jolie — un léger maquillage pour compléter sa belle robe noire et un collier que je n’avais jamais vu — et ça marchait, car elle était fascinante.

« Tout de même, merci d’être venue. Je voulais te voir après tout. » (Procell)

« … ! Concentre-toi simplement à nous guider en tant qu’hôte, s'il te plaît. » (Stolas)

Stolas tendit sa main droite pour me suggérer de la lui prendre. Quand je l’avais fait, j’avais pensé à quelque chose de bien.

Si je faisais cela, je serais en mesure d’accorder la demande de Rozelitte.

« Avec plaisir, jeune demoiselle. Je te guiderai de tout mon cœur. » (Procell)

En disant cela, je m'étais agenouillé devant elle et avais ensuite embrassé le dos de sa main.

En réaction, même le bout de ses oreilles était devenu rouge vif.

« O, oui, je serais à tes soins. » (Stolas)

Pour une quelconque raison, tout en détournant les yeux, elle avait dit cela de manière formelle.

Comme je le pensais, c’est amusant de l’avoir à côté de moi. Je voudrais que nous devenions encore plus amis.

« Seigneur-Démon de la Création, vas-tu me le faire aussi ? » (Astaroth)

Astaroth me demanda cela avec un visage impassible.

« … vous voulez que je vous le fasse… ? » (Procell)

« Je rigole ! » (Astaroth)

Dit-il en me suivant, gahaha!

Je pensais finalement : je ne peux toujours pas comprendre cette personne.

*

Pour la fête d’aujourd’hui, un restaurant entier avait été réservé. C’était un restaurant dont la clientèle cible principale était des marchands et des aventuriers de première classe.

Cependant, pour nous les Seigneurs-Démons pour parler correctement, n’avoir aucun humain pouvant interférer était le meilleur choix.

Normalement, il y aurait un pianiste très talentueux interprétant des chansons — dictées par l’atmosphère actuelle ou par des demandes — dans cet endroit, mais pour aujourd’hui, au lieu de cela, nous avions R’lyeh, la chanteuse de l’autre monde.

Il semblerait qu’elle n’ait pas que du talent en chant, mais aussi dans toutes autres choses liées au son. Avec son chant et son propre jeu de piano, j’étais sûr que l’ambiance de cet endroit serait encore meilleure.

Et ainsi, elle avait commencé à sa performance. C’était une mélodie apaisante qui me faisait penser à la mer.

« Oh, cela semble être un bon restaurant. » (Astaroth)

« Je vois que tu as au moins préparer le minimum pour nous recevoir. » (Dantalian)

Dragon et Temps semblaient heureux.

Stolas, pendant ce temps, tenait toujours ma main même après que nous ayons atteint notre destination. Inutile de dire que ne pas être en mesure d’utiliser ma main était un peu gênant.

Peut-être, si je le suggérais, elle accepterait volontiers de faire un tour dans les magasins les plus éloignés de la ville.

« Procell, quand vont-ils arriver ici ? » (Dantalian)

Une certaine irritation pouvait être entendue dans la voix du Seigneur-Démon du Temps.

Une telle irritation était rare pour lui, étant donné qu’il était habituellement si calme.

« Elles seront bientôt là. Je suppose que ça leur prend du temps pour se préparer. » (Procell)

« Je vois… à propos, Procell, arrête d’être aussi formel avec moi. Je t’ai reconnu comme un égal et t’ai donc prêté main-forte la dernière fois. Donc, t’entendre être si formel, c’est comme si tu te moquais de moi. » (Dantalian)

« Je comprends — Je veux dire, d’accord. Et si ça ne te dérange pas, je vais t’appeler Dan à partir de maintenant. » (Procell)

En entendant ma réponse, il avait été comme bâillonné par une telle réplique, puis, après un moment, il avait commencé à rire à haute voix.

Même ses deux démons le regardaient avec surprise.

« Fuhaha, bon sang. Comme je le pensais, je ne peux pas t’aimer, mais je ne te déteste pas non plus. » (Dantalian)

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Quand êtes-vous devenus si proches ? Alors, arrête d’être formel avec moi aussi. Mais ne t’avance pas trop non plus, tu dois toujours me respecter en tant que beau-père. » (Astaroth)

« Astaroth-sama, de quoi parlez-vous ? » (Stolas)

Stolas redevint rouge vif alors qu’elle disait cela. Elle avait également fini par lâcher ma main.

En tout cas, l’heure réelle et programmée approchait.

Et juste, quand j’avais pensé cela, la porte s’était ouverte.

Ce qui avait été révélé était la silhouette de six belles filles : mes trois démones du pacte démoniaque ; Rozelitte, le démon que Stolas m’avait prêté ; Felsias, la fille du Seigneur-Démon du Temps ; et enfin, Marchosias, le Seigneur-Démon de la Bête qui était devenue mon démon.

Chacune portait des vêtements, du maquillage et des accessoires qui faisaient ressortir leurs plus grands charmes.

En les voyant, les yeux de Dantalian étaient grands ouverts. Et avec une expression muette sur son visage, il avait dit :

« C’est une des plus belles vues. » (Dantalian)

Avec tous les acteurs sur scène, que la fête commence.

***

Chapitre 7 : Le charme d’Avalon

En voyant March et Fel, le Seigneur-Démon du Temps était stupéfait et je ne pouvais pas le blâmer.

Les robes fournies par la société Curtrude étaient des œuvres d’art faites par une conceptrice célèbre même à l’étranger. Cette femme, malgré son statut élevé, s’était sentie coincée de toute part. Pour surmonter cela, elle avait jeté son dévolu sur Avalon — où d’excellentes choses étaient rassemblées d’un peu partout — et avait immigré ici.

Je lui avais parlé une seule fois, mais j’étais déjà capable de dire qu’elle était déterminée à s’améliorer et pourtant restait sociable.

Parmi les robes qu’elle avait achevées, elle avait choisi celles qui convenaient le mieux aux filles et les avait retravaillées pour les adapter davantage aux filles. En sachant que ces belles filles allaient porter ses robes, elle était en extase. Tant et si bien qu’elle avait fini les robes en si peu de temps.

Pour faire ressortir l’attrait envoûtant de March, la sienne était une élégante robe blanche qui suivait les courbes de son corps. Il y avait aussi une grande fente à l’arrière. Le contraste de sa peau brune et de sa robe blanche était à couper le souffle.

Quant à Fel, pour faire ressortir sa gentillesse, la robe conçue pour elle était une robe noire duveteuse. Le ruban qu’elle portait accentuait cela.

« Père, oh ! Comme je voulais te voir ! » (Fel)

Avec sa queue se balançant, Fel avait sauté dans les bras du Seigneur-Démon du Temps.

Pour une jeune fille ayant été séparée de son père, elle devait vraiment être mal à l’aise.

Avec une tendre expression, le Seigneur-Démon du Temps lui rendit son étreinte.

« Moi aussi, j’étais tellement inquiet. » (Dantalian)

Je comprenais ce qu’ils ressentaient et j’avais donc décidé de les laisser profiter de leurs retrouvailles.

« Père ! Est-ce que Kuina à l’air mignonne ? » (Kuina)

« Kuina, commencer avant les autres est sournois. » (Rorono)

« Oui, nous voulons aussi que le Maître nous regarde. » (Aura)

C’est alors que mes démons du Pacte Démoniaque s’étaient approchés.

Kuina avait les yeux pleins d’attentes, Rorono agissait en étant un peu embarrassé, et Aura était timide. Chacune des trois agissait différemment et voulait que je commente leur robe.

« Vous êtes toutes mignonnes. Vous êtes toujours mignonnes, mais maintenant, vous l’êtes encore plus. » (Procell)

« Youpis ! » (Kuina)

« Mhm. Cela me rend heureuse. » (Rorono)

« Merci ! » (Aura)

Kuina portait une robe rouge très révélatrice qui mettait en valeur l’attirance de sa forme adulte. La disparité entre son apparence et son comportement enfantin avait un charme mystérieux.

Rorono portait une élégante robe bleu ciel qui donnait l’impression qu’elle était une noble. Rorono avait toujours été plus belle que mignonne et cette robe le mettait encore plus en évidence.

Quant à Aura, sa robe était violette et sexy mettant en valeur les lignes de son corps et son décolleté pour souligner ses formes voluptueuses. Si elle devait apparaître dans la haute société, elle ferait certainement tourner des têtes.

« Procell, j’ai faim. Peut-on aller bientôt manger ? » (Stolas)

En faisant un peu la moue, le Seigneur-Démon Stolas avait dit cela.

Je suppose qu’elle est en colère, que je loue les autres filles.

« Oh, bien sûr. Je vais faire servir la nourriture sous peu. » (Procell)

Quand j’avais frappé dans mes mains, la nourriture avait été amenée.

En voyant cela, les filles qui venaient d’arriver étaient allées prendre place.

La table qui était préparée pour nous était ronde, pour rendre la discussion de toutes les personnes présentes plus simple.

March et mes trois démones s’étaient assises autour de moi, Fel à côté du Seigneur-Démon du Temps, et tous les autres démons étaient assis à côté de leurs Seigneurs-Démons.

L’exception était le Qilin, Teflare. Il pouvait parler, mais contrairement à l’autre démon de Temps, il n’était pas capable de prendre une forme humaine.

*

Les unes après les autres, nous avions fait venir les meilleurs plats du monde entier.

Tant que les marchands pouvaient, même à pied, se rendre dans une région, il se familiarisait avec le réseau de marchands présents dans cette région.

Et quand ils devenaient des marchands de premier ordre comme Conanna, ils pouvaient se frayer un chemin à travers des réseaux dans le monde entier, recueillir continuellement des informations et obtenir les meilleurs produits saisonniers de chaque région.

Même les Seigneurs-Démons les mieux placés n’auraient pas autant d’occasions de profiter de ces délices exotiques saisonniers.

Le contrôle des transports aériens était le charme d’Avalon.

« Tu n’es qu’un jeunot et pourtant tu as préparé tant de choses merveilleuses. » (Astaroth)

« Au cas où tu aurais préparé des choses inférieures, je t’aurais forcé à faire mieux, mais maintenant, je ne peux pas me plaindre. » (Dantalian)

« Fufu ! Tu es mon enfant, alors c’est naturel. » (March)

Il semblerait que les papilles des trois Seigneurs-Démons soient satisfaites, et pour cela j’étais soulagé.

Quand les plats étaient servis, du vin d’Avalon était versé dans nos verres. Ce vin était également fait à partir de pommes dorées du Premier Arbre, un arbre égal à un arbre monde. Tout comme avec les pommes, ce vin était uniquement disponible à Avalon.

Quand je pensais porter un toast pour officiellement commencer à la fête, March avait parlé.

« Dan, Ast, Procell, tout le monde, merci de m’avoir aidé. Je suis ici en ce moment, souriante, seulement grâce à vos efforts. S’il vous plaît, acceptez ma gratitude. » (March)

En entendant ces mots, le Seigneur-Démon Dragon avait ri, Kukuku. Quant au Seigneur-Démon du Temps, il semblait calme, mais son visage montrait quelque signe de rougeur.

« March, aider une amie dans le besoin est naturel. Ou alors, c’est ce que je voudrais dire, mais je dois avouer que mon plan était d’ignorer ta situation. Nous avions après tout cet accord de non-intervention. Ce qui m’a convaincu d’agir, c’était ton enfant. Avant tout, cela s’apparentait à un arrangement commercial où j’étais indemnisé. Pour ces raisons, je n’ai pas le droit à ta gratitude. » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon l’avait dit en me jetant un coup d’œil significatif.

En réaction, j’avais souri. Le Seigneur-Démon Dragon n’était pas le genre d’homme à agir pour si peu. Cependant, il avait besoin d’une excuse pour pouvoir aider March et j’étais l’excuse parfaite.

« Je suis comme Dragon, non, je suis comme Ast, il n’y a pas besoin de me remercier. C’est vexant, mais je ne suis pas celui t’ayant sauvé, c’était Procell. Plutôt que de recevoir des remerciements, je devrais être celui le remerciant. Alors, Procell, merci d’avoir gardé March en vie. Je considère ma récompense d’avoir plus de temps avec March satisfaisante. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du temps s’était alors tourné vers moi et avait souri.

Son visage souriant était si beau et dépourvu d’inquiétude… que ça me faisait me sentir encore plus coupable.

Embarrassée par les paroles de ses deux vieux amis, March avait aussi souri.

Cependant, elle n’avait pas essayé de les remercier à nouveau. Leur lien était suffisamment profond pour qu’aucun mot ne soit nécessaire pour exprimer leurs sentiments inavoués.

« Hey, Dan ! Plus tôt, tu as dit de ne plus t’appeler Dan. Mais maintenant, c’est toi qui reviens à notre ancienne façon de nous appeler. Qu’est-ce qui a changé ton esprit ? » (Astaroth)

« J’étais obstiné. Nous étions tous les trois réunis à la même table, il n’y a plus aucun sens à être si obstiné. » (Dantalian)

« Kakaka, tu dis ça maintenant après avoir compliqué les choses pendant au moins un siècle. Eh bien, c’était agréable de t’entendre m’appeler Ast avant de mourir. C’est un regret de moins… Quoi qu’il en soit, March, même si j’ai une supposition, je vais quand même demander : qu’est qu’il y a avec cette forme ? Tu as l’air beaucoup plus jeune. » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon plissa les yeux en examinant March.

« Je suis passée par une renaissance. J’ai été capable de repousser ceux m’ayant attaquée, mais à ce moment-là, j’avais trop utilisé l’éveil, donc j’avais utilisé le peu de temps qu’il me restait. Juste au moment où j’allais disparaître, Procell a utilisé sa Renaissance ce qui m’a transformé en son démon. Comme je suis actuellement, je ne suis plus un Seigneur-Démon. » (March)

« Hmm, je vois. Il est cependant surprenant que quelqu’un qui fièrement persistait plus que quiconque à suivre le bon chemin d’une Seigneur-Démon se fie à une méthode si louche. » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon avait dit cela, puis avait regardé vers le Seigneur-Démon du Temps.

Temps était appuyé sur ses coudes, l’air aussi calme qu’avant, quand il avait commencé à marcher.

« Je suis aussi inquiet. March, pourquoi as-tu accepté la Renaissance, mais pas mes pouvoirs sur le Temps, alors que cela aurait pu tout aussi bien prolonger ta vie ? Peux-tu me donner ta raison ? » (Dantalian)

En entendant la question, March se gratta la joue, évitant tout contact visuel tout en rougissant.

Ma conjecture était qu’elle était embarrassée en repensant à ce qu’il s’était passé entre nous à ce moment-là.

Juste au moment où elle s’apprêtait à parler, un grognement put être entendu et tous les yeux s’étais dirigés vers la source de ce son.

« Je-je suis désolée. S’il vous plaît, continuez à parler. » (Fel)

La source de ce bruit était Fel, ou plus précisément, son estomac.

Avec le fait d’avoir un tel festin devant soi, mais ne pas être capable de manger, cela ferait sûrement protester les estomacs.

Quelqu’un avait ri, puis un autre, et cela jusqu’à ce que tout le monde en ri.

« Gahahaha. Dan, il semble que ta mignonne petite démone soit fatiguée de cette longue conversation. Eh bien, profitons d’abord de la nourriture. La conversion peut attendre que l’on ait fini de manger. » (Astaroth)

« Je suis désolée, Père. » (Fel)

Fel déclara cela alors que ses oreilles de louves étaient baissées et son visage était caché.

« Non, c’est bon ! Je voulais également manger. Procell, pourquoi ne fais-tu rien ? Tu es censé être l’hôte d’aujourd’hui. » (Dantalian)

Il semblait que Temps soit vraiment indulgent avec sa fille.

Si cela n’avait pas été fait par Fel, j’aurais peut-être interrompu sa conversation avec March. Cependant, si je l’avais fait et lui avais fait perdre la face, ça n’aurait pas été étrange qu’il décide de me couper la tête.

« Alors, un toast : à la sécurité de March et à l’amitié renouvelée. » (Procell)

« « « Santé ! » » »

Nous avions tous crié ainsi en trinquant.

Et avec cela, la fête put enfin commencer.

*

« Procell, ce vin fait à base de pommes est vraiment bon. J’aimerais en profiter dans mon propre donjon. Cela peut-il être fait ? » (Dantalian)

« Je suis désolé, mais non. Le vin d’aujourd’hui a besoin de pommes spéciales, mais je crains que nous ne puissions en produire de grandes quantités, ce qui fait que nous ne pouvons pas offrir ce type de vin gratuitement. Si vous le souhaitez, j’ai un vin d’un grade inférieur, je l’aurai de près. Mais pour celui-ci, encore une fois, désolé. » (Procell)

Comme on pouvait s’y attendre, je ne pouvais pas simplement remettre inutilement le vin fait avec ces pommes.

Si c’était du vin à partir des pommiers classiques d’Avalon, alors il pourrait en avoir autant qu’il le souhaitait, mais les pommes dorées servaient en priorité pour la création de potions et étaient donc une ressource trop précieuse pour en faire du vin.

« Je vois. C’est dommage. Alors, que dirais-tu d’échanger quelques bouteilles de ce vin contre une médaille de rang A ? » (Dantalian)

« Dan, arrête avec ça. Si tu donnes encore une médaille de rang A pour du vin, tu seras à nouveau puni par le Créateur. Si tu dois vraiment l’obtenir, je te suggère d’attendre que Procell soit devenu un Seigneur-Démon à part entière. Sur cela, Procell, envoie-moi aussi l’un de ces vins. En échange, je vais te donner de la viande de dragon. C’est une chose rare, tu sais. Il y a quelques dragons qui coupent périodiquement leur queue pour la faire grossir et ces queues coupées peuvent alors servir de nourriture. Et si tu ne le savais pas déjà, les steaks de dragon sont délicieux. » (Astaroth)

Les anciens Seigneurs-Démons risquaient d’être pénalisés pour avoir donné des démons et des DP à de nouveaux Seigneurs-Démons tels que moi. L’exception à cette règle était que les nouveaux devaient au minimum offrir quelque chose d’égal en retour.

Cependant, basé sur leurs échanges verbaux, il semblerait que Temps allait être puni pour m’avoir prêté Fel.

« Ast, tu es en train de prendre un pas d’avance. Tu as toujours été si sournois. » (Dantalian)

Les deux plaisantaient et créaient une atmosphère unique aux vieux amis. En vérité, j’étais un peu jaloux d’eux.

« Restez assurée, je vous enverrai deux bouteilles de vin fait à base de pommes, mais pas de pommes dorées, à chacun de vous. » (Procell)

Pour la faveur qu’ils m’avaient faite, c’était le moins que je puisse faire.

Les deux Seigneurs-Démons avaient hoché la tête et avaient continué leur repas.

« Père, regarde ces crevettes géantes ! Elles sont tellement délicieuses, mais c’est un peu difficile d’enlever leur coquille. » (Kuina)

Ce que Kuina tenait était une superbe crevette, qui ressemblait même à un homard.

Ces crevettes étaient pêchées quelque part dans la mer du Nord et elles nous étaient maintenant présentées frites — sans panure — et prêtes à être trempées dans une sauce épicée, amer-sucrée.

« Tu n’as pas besoin d’enlever la coquille, tu peux les manger tels quels. » (Procell)

J’avais dit cela en le lui montrant. J’en mâchais une en sentant la viande dans ma bouche. La combinaison de ses jus dans la bouche était tout simplement sublime. J’irais jusqu’à dire que c’était la meilleure chose que je n’avais jamais mangée.

Avec des étincelles dans les yeux, Kuina m’avait imité.

« Père ! C’est incroyable ! C’est croquant et le goût est si profond ! Kuina aime ça ! » (Kuina)

Le fait qu’il soit vivant jusqu’à ce matin avait certainement amplifié son goût.

Quant à savoir pourquoi la coquille était molle, les crevettes utilisées étaient celles qui venaient de la mue. La mue était quand les crevettes perdaient leur coquille pour pouvoir grandir. Cependant, au lieu de leurs vieilles coquilles, elles étaient encore minces et douces. Lorsqu’elles étaient frites, la coquille offrait une texture croquante et agréable ainsi qu’une bonne saveur. Et donc, pour mordre et mâcher ces crevettes étaient considérées comme luxueuses.

« Maître, essayez ces sashimis de bœuf. Je les aime beaucoup. C’est étrange cependant, il a l’air cru, mais ses jus chauds sont tout simplement étonnants. Sa sauce aussi est superbe. » (Rorono)

« Oh, ce ne sont pas des sashimis, ce sont des parties centrales découpées de viande grillée. » (Procell)

Ce que Rorono mangeait était une sorte de steak.

Dans ce monde, il y avait aussi des choses comme les vaches premium. Ces vaches, simplement parce qu’elles étaient très délicieuses à manger, étaient élevées, nourries. Élever de telles créatures était surtout un passe-temps pour les nobles, compte tenu du prix élevé qu’elle atteignait, mais le goût de leur viande justifiait leur prix.

Pour chaque grande coupe de 2 kg de viande cuite en entier, seulement environ 100 g de celle-ci — la partie centrale — nous avaient été servis. C’était un article très luxueux.

« Pour moi, j’adore cette paella aux huîtres. Le goût délicieux des coquillages imprègne tout le riz. Un tel bonheur. » (Aura)

Ce qu’Aura mangeait était une sorte de paella spéciale aux huîtres, plutôt que l’huître soit ajoutée à la paella, la paella était dans l’huître.

La paella avait été faite en mettant des grains de riz dans ces grosses huîtres ressemblant à des palourdes. Ils avaient ajouté du dashi qui était une sorte de varechs, puis ils avaient ajouté une petite quantité d’alcool et avaient fait cuire le tout à la vapeur.

Ce faisant, la saveur des huîtres était contenue dans le riz, rendant le plat délicieux.

En plus de ces plats, chacun des nombreux plats qui nous étaient servis était exotique et luxueux.

« Ce Conanna y est vraiment allé à fond, hein. » (Procell)

Conformément à mes instructions de ne pas tenir compte du coût, Conanna avait organisé de nombreux plats scandaleux.

Tout le monde était étonné.

Plus que les ingrédients, ce qui rendrait ces plats étonnants était l’énorme variété. Les recettes les plus merveilleuses du monde entier étaient arrangées pour ce festin et nous avions nous-mêmes l’agréable occasion de vivre cela.

Il va sans dire que la nourriture délicieuse et le bon alcool rendaient tout le monde heureux, remplissant l’endroit de nos sourires et du son de nos rires.

*

Après un moment, le thé noir et les desserts avaient été mis en évidence. Notre dessert final était une tarte aux pommes. J’avais d’abord pensé que c’était un peu décevant d’avoir quelque chose de si commun en tant que dernier élément de notre festin, mais lorsque je l’avais goûté, j’avais constaté que c’était outrageusement bon.

La tarte aux pommes utilisait des pommes dorées, donc c’était délicieux, mais même alors, les étonnantes compétences du pâtissier rendaient cela encore meilleur. Chaque technique utilisée et chaque ingrédient choisi — autre que les pommes — étaient parfaits, ce qui en faisait la tarte aux pommes ultimes.

Sa croûte était croustillante, son sirop avait un goût subtil, et la saveur des pommes était vive. Avec tout cela, la tarte m’avait grandement enchanté.

Je vois, c’est pourquoi Conanna a dit de regarder tout particulièrement ce dessert.

Apparemment, ces desserts avaient été faits par un noble venant d’un lointain village pionnier. Cet homme, bien que loué comme la fierté de la nation, était un excentrique qui avait choisi de rester dans son village. Et même lorsqu’on lui demandait, il refusait les demandes de fabrication des pâtisseries.

Cependant, j’ai entendu qu’après avoir vu les pommes et avoir entendu parler d’une variété supérieure, il avait envisagé de créer des desserts en utilisant les meilleurs ingrédients, puis avait accepté notre demande. Comme c’était les pommes dorées, il avait probablement décidé qu’il était préférable de faire une simple pâtisserie pour en extraire complètement la saveur.

J’aimerais le rencontrer une fois.

Il ne semblait pas que je sois le seul à avoir apprécié sa réalisation. En fait, je dirais que quiconque la goûtait sera à court de mots.

Après un moment, nous avions tous fini avec les desserts.

« Procell, le repas d’aujourd’hui était magnifique. Même pour moi, c’était la première fois que je mangeais une si bonne nourriture. » (Astaroth)

« En tant que Seigneur-Démon de haut rang, cela me contrarie de le dire, mais je suis d’accord. Tu as surpassé mon donjon en termes de culture, Procell. Il semble que ta décision de construire une ville à de très bons mérites. » (Dantalian)

Les Seigneurs-Démons Dragon et Temps avaient chacun fait des louanges envers le repas.

« Ceux qui sont vraiment incroyables sont les humains qui ont fait tout cela. Je les ai simplement rassemblés. » (Procell)

Techniquement, même cela avait été fait par les marchands humains. Pour avoir un réseau atteignant tous les coins du monde, pas même un Seigneur-Démon ne pouvait avoir cela.

« Moi aussi je suis satisfaite. Procell, il n’y a pas beaucoup de Seigneur-Démon pouvant habillement utiliser les humains comme ça, tu sais. Il n’y a pas de mal à te féliciter pour cela. En plus de ça, hé, laisse-moi manger à nouveau ces choses délicieuses un autre jour, d’accord ? » (March)

March avait demandé cela en plaisantant. En réaction, j’avais juste souri ironiquement.

Avec nos ventres pleins et l’humeur joyeuse, c’était génial.

À ce moment, cependant, l’expression sur le visage de March était devenue sérieuse et elle avait alors décidé de continuer la discussion précédant le repas.

« Revenons au sujet. Quant à la question de savoir pourquoi j’ai accepté la Renaissance de Procell, c’est qu’il m’a dit quand j’étais sur le point de mourir qu’il allait me faire oublier l’homme que j’aimais autrefois. Il a dit cela tout en pleurant et a enlacé mon corps blessé. C’est alors que j’ai pensé que je ne pouvais pas laisser ce garçon derrière, pas après avoir été touché par son dévouement. Alors oui, je suis tombée amoureuse de lui. Et je voulais rester plus longtemps avec lui. » (March)

March expliqua cela et fit un sourire heureux.

Voyant cela, le Seigneur-Démon Dragon avait un peu ri alors que Stolas gonflait ses joues.

Quant au Seigneur-Démon du Temps…

« Je vois. Cela me contrarie que je ne sois pas le seul à dire que je vais te le faire oublier. J’étais tellement préoccupé à essayer de le rattraper que cette idée ne m’est même pas venue à l’esprit. Vraiment frustrant. » (Dantalian)

« Hmm, Dan, es-tu en colère ? Ce n’est peut-être pas mon affaire, mais arracher la femme que tu aimes à celui qu’elle aime est stupide. Mon conseil est de simplement abandonner. » (Astaroth)

« Ast, tu ne comprends pas quelque chose. Je ne peux pas ne pas aimer March. Bien sûr, en ce moment, elle aime Procell, mais c’est tout. Cela n’affecte pas mes sentiments pour elle. Plains-moi si tu le veux, mais je me suis habitué à aimer quelqu’un qui ne m’aime pas et qui aime quelqu’un d’autre. Mon amour pour elle depuis des siècles n’est pas une chose insignifiante… Si tout cela pouvait me faire renoncer à mon amour pour elle, je serai allé chercher une autre femme il y a longtemps. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps fit une pause puis prit une profonde inspiration pour pouvoir dire les prochains mots du fond de son cœur.

« Donc, pour répondre à ta question, Ast, je ne suis pas en colère et je ne prévois pas de l’être. À la place, les mots que je veux dire à Procell merci d’avoir rempli notre accord. Après ça, je déclare ici et maintenant que je vais faire que March tombe amoureuse de moi et que je l’emmènerai loin de lui. » (Dantalian)

Ses mots étaient emplis de conviction et n’étaient définitivement pas du bluff. Il s’agissait de ses vrais sentiments.

Cela étant dit, je n’avais aucune intention de rendre cela facile pour lui.

« Je ne vous la laisserai pas. » (Procell)

Avais-je fortement déclaré. L’amour de March était mien.

« Bien. Maintenant que cela est fait, il y a autre chose que j’aimerais que tu me dises. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps avait dit ça puis avait souri froidement.

« Depuis un moment, chaque fois que tu dis que tu aimes March, ma précieuse Fel a une expression triste sur le visage. C’est comme si elle était complètement aussi amoureuse de toi. Alors, dis-moi, pourquoi est-ce le cas ? Que lui as-tu fait ? » (Dantalian)

Il m’avait alors jeté un coup d’œil qui en lui-même pourrait tuer.

Il n’y a pas d’échappatoire, avais-je réalisé. Et ainsi je m’étais préparé et avais parlé.

***

Chapitre 8 : Le choix de Fel

Le Seigneur-Démon du Temps avait posé des questions sur Fel.

Il était possible de mentir, mais je préférais ne pas le faire face au Seigneur-Démon qui avait honnêtement déclaré ses sentiments envers March.

Je devais me préparer.

« J’ai posé mes mains sur elle. J’ai joué avec sa queue et l’ai embrassée. Et puis, l’autre jour, pour la discipliner, je l’ai fait se déshabiller et lui ai donné une fessée. Je suis désolé, » j’avais dit cela en inclinant la tête.

Le baiser et le moment où j’avais joué avec sa queue étaient lors de mon Éveil dans le donjon de March. Et puis, l’autre jour, à la demande de Fel, j’avais à nouveau utilisé l’Éveil. Lors de ce second événement, j’avais encore joué avec sa queue puis lui avais donné une fessée… quand je l’avais fait, je me sentais heureux, mais évidemment, ce n’était pas une chose à faire.

Après m’avoir entendu, le Seigneur-Démon du Temps avait souri.

« Je vois, tu as fait cela à Fel, hein… maintenant, meurs. » (Dantalian)

Le monde était devenu plus lent. Ou plus, devrais-je dire pour être plus précis que le temps avait cessé de s’écouler pour moi.

Tel était la capacité appelée Temps. Si les choses restaient comme ça, j’allais mourir sans pouvoir ne rien faire, sans parler de résister.

Mais alors, ma conscience m’était revenue.

À ce moment, j’avais vu une queue blanche se trouvant devant moi.

« Fel, ne te mets pas dans le chemin. Je dois donner à cet homme son dû. » (Dantalian)

« Père, s-s’il vous plaît, attendez. » (Fel)

Fel me protégeait.

Les seuls pouvant se déplacer dans un espace contrôler par le pouvoir du temps étaient le Seigneur-Démon du Temps ainsi que les démons ayant cette capacité.

Les deux subordonnés du Seigneur-Démon du Temps — le Qilin et le mystérieux vieil homme — n’avaient aucune envie de me protéger, si ce n’était pour Fel, je serai probablement mort.

« Chef, faisons-le. Si tu ne veux pas le faire, je le ferai. » Le Qilin déclara cela tout en revêtant des flammes noires comme sorties des enfers. Il s’agissait de la flamme incarnant l’incinération elle-même. Ces flammes non liées par les lois de la physique continueraient à brûler même sous l’eau.

« M-Ma petite Fel, ma petite Fel a été souillée. Grand-père va détruire cette ville ! »

C’était seulement le visage d’un vieil homme, mais il s’était transformé en un dragon furieux. Des moustaches de dragons apparurent et ses yeux se changèrent en yeux reptiliens enflammés.

« Non, arrêtez ! Ne faites pas de mal au maître ! » (Fel)

Fel plaidait désespérément pour moi.

Cependant, le Seigneur-Démon du Temps me regardait comme si j’étais un déchet.

« Éloigne-toi, Fel. Laisse-moi tuer cet homme… ou est-ce que, par son autorité de Seigneur-Démon, il t’a ordonné de faire ça ? » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps était furieux. Il ne pouvait absolument pas me pardonner et, honnêtement, je méritais ça. Me perdre dans l’Éveil n’était pas une excuse. Pour aggraver les choses, connaissant les risques, j’avais utilisé une nouvelle fois l’Éveil à la demande de Fel.

« Je n’ai pas reçu d’ordre pour cela. » (Fel)

Fel secoua la tête pour dire non.

« Ce qu’il a fait est impardonnable ! » (Dantalian)

« Même si c’était le cas, s’il vous plaît, ne le faites pas ! Moi, je... » (Fel)

Les larmes de Fel se mirent à couler.

Fel, tu peux arrêter maintenant.

C’était douloureux de la laisser continuer à me protéger comme ça, en allant à l’encontre de son père.

« … Felsias, ça suffit. Je t’ordonne de t’écarter. » (Dantalian)

Par l’autorité d’un Seigneur-Démon sur un démon, un ordre donné par le Seigneur-Démon devait être exécuté sans exception.

En ce moment, elle ne pouvait pas me désobéir.

Le Seigneur-Démon du temps en était parfaitement conscient, même si son ordre n’avait pas d’effets contraignants, si Fel décidait de lui désobéir, cela signifiait qu’ils se sépareraient pour de bon.

« Je-Je ne suis peut-être pas capable de vous désobéir, mais si vous maintenez cet ordre, sachez que j'obéirai. Je vous détesterai, Père, Nef-niisama, et aussi Ragna-jii. Je vous détesterai tous. » (Fel)

Voyant Fel agir aussi durement que possible, le groupe du Seigneur-Démon du temps devint confus.

Étant donné que je m’étais relevé, j’avais attrapé Fel par l’épaule et l’avais cachée derrière moi. Je ne pouvais la laisser plus longtemps agir comme bouclier.

« Seigneur-Démon du Temps, Dantalian, laisse-moi te rendre Fel. Tue-moi après cela si tu le souhaites. Si tu me tues tout de suite, je ne pourrai pas te rendre Fel. » (Procell)

Et donc, j’avais commencé le transfert de l’autorité sur Fel.

J’avais ensuite tendu ma main. En la saisissant, le Seigneur-Démon du Temps achèverait le processus.

« Procell, si tu me rends Fel — qui peut manipuler le temps —, il n’y aura rien que tu puisses faire pour m’arrêter. Si tu as l’intention d’utiliser les démons derrière toi, tu verras que c’est un effort inutile. Le temps est une force impossible à contrer. » (Dantalian)

« Même ainsi, j’en suis sûr. J’ai cependant une demande, s’il vous plaît, ne brisez pas mon cristal. Ces enfants sont innocents dans cette affaire. » (Procell)

Même si j’étais tué, tant que Wight et March seraient là, Avalon serait en sécurité.

« Bonne résolution. Maintenant, rends-moi Fel. » (Dantalian)

Avec cela, le transfert était complet. Voyant cela, Fel laissa échapper un soupir triste.

« Maintenant, il n’y a plus rien pour m’arrêter. Avant que je ne tue Procell, Fel, dis-moi, pourquoi es-tu prête à aller aussi loin pour cet homme, ce lolicon qui a posé ses mains sur toi ? » (Dantalian)

Des larmes aux yeux, Fel regarda sans crainte le Seigneur-Démon du Temps.

« Parce que j’aime le maître. C’était mon souhait, je voulais qu’il fasse ces choses. Il écoutait seulement mon égoïsme, il n’est pas en tort ! » (Fel)

« Est-ce vrai ? » (Dantalian)

« Ça l’est ! Alors, s’il vous plaît, pardonnez-le ! S’il vous plaît ! Je ferai n’importe quoi, s’il vous plaît ! » (Fel)

Fel avait dit cela en baissant la tête.

Pendant ce temps, le Seigneur-Démon du temps laissa échapper un long, long soupir.

Après un moment, il sourit légèrement.

« Pour que tu me mentes — pour la première fois — cela doit prouver à quel point tu l’aimes. Je comprends parfaitement cela. Mon désir de le tuer n’a pas changé, mais je préfère me retenir plutôt que de me faire détester par toi. » (Dantalian)

Ce que Fel avait dit était en effet un mensonge.

Elle avait juste demandé que j’utilise à nouveau l’Éveil, j’avais simplement fait ce que je voulais après cela, peu importe ce qu’elle pouvait dire.

En réalisant qu’elle mentait, le Seigneur-Démon du Temps avait compris ce qu’elle ressentait. Il avait ensuite mis une main sur son épaule et lui avait demandé quelque chose.

« Fel, je vais te donner un choix à faire. Reviens à mes côtés ou sois le démon de cet homme. Quel que soit ton choix, je donne ma parole que je ne lui ferai rien d’horrible. » (Dantalian)

Fel commença alors à trembler.

Pour une jeune fille comme elle, ça devait être le choix le plus difficile d’une vie.

« J-J’ai décidé. J’aime le maître. Ainsi que Kuina qui est comme une grande sœur pour moi. Je me suis aussi fait beaucoup d’amis dans la ville amusante du maître. La nourriture ici est très savoureuse. » (Fel)

Récemment, Fel s’était familiarisée avec Avalon.

Elle adorait Kuina comme si elle était vraiment une sœur, était amie avec tous les autres démons, et s’était amusée dans Avalon.

« Je vois. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps murmura ainsi en soupirant.

« Mais celui que j’aime le plus est Père. Je prends exemple sur Tef-niisama. Même si Ragna-jii est agaçant, il n’est pas déplaisant. J’aime tout le monde dans les chevaliers de chronos. C’est à ce groupe que j’appartiens. Je t’aime maître, mais je choisis d’être avec Père. » (Fel)

Fel avait déclaré cela avec force.

Sa décision n’était pas impulsive, mais plutôt une décision réfléchit.

Le Seigneur-Démon du Temps avait ensuite brossé la tête de Fel avec sa main rassurante et paternelle.

« Je vois. Ensuite, Seigneur-Démon de la Création, je te pardonne. Ma fille a dit qu’elle t’aime et qu’elle m’aime encore plus. Je sais ce que ça fait de perdre quelqu’un que l’on aime. Plus que tout, chaque Père souhaite plus que jamais le bonheur de sa fille. » (Dantalian)

« Vous allez vraiment me pardonner ? » (Procell)

« Sous deux conditions. » (Dantalian)

Le Seigneur-Démon du Temps m’avait lancé un regard perçant et leva un doigt.

« D’abord, ce serait horrible de ma part de séparer Fel des gens qu’elle aime. Et ainsi, de temps en temps, permets-lui de visiter cet endroit. Kuina, je crois que tu as été nommée. On dirait que tu es devenue comme une grande sœur pour Fel, je la laisse à tes soins. » (Dantalian)

« Laissez cela à Kuina ! Kuina noiera Fel avec son amour ! » (Kuina)

Temps regarda Kuina et l’avait remerciée.

« Pour le second… je serai clair, j’ai été vexé. J’essayais d’agir calmement, mais, qu’est-ce que c’est que ça ? Tu m’as dit que tes sentiments pour March n’étaient pas comme de l’amour romantique et pourtant tu l’as séduite. Bien sûr, il se peut que cela ait été nécessaire pour faire la Renaissance, mais… bordel de merde ! Ne te joue pas de moi ! Et puis, en plus de tout ça, tu as mis la main sur Fel. Es-tu fou ?! Comprends-tu même comment un homme qui a à la fois sa fille et la personne pour laquelle il aspire tomber pour quelqu’un d’autre ? C’est la première fois en trois siècles que je suis si agité. » (Dantalian)

« Je suis sincèrement désolé. » (Procell)

S’excuser était tout ce que je pouvais faire.

Il devait avoir l’impression d’être cocu deux fois de suite.

« Ce qui m’agace le plus, c’est que March et Fel soient heureuses avec toi. Elles t’aiment. Donc, si je te tue, les deux que j’aime seront tristes. Et il n’y a pas moyen que je fasse cela délibérément… hah, vraiment agaçant. Et donc, j’ai décidé de tout oublier avec de l’alcool. En d’autres termes, ma seconde condition est que des bouteilles de vin à base de pomme dorée me soient livrées chaque semaine. Je vais faire venir Fel chaque semaine pour récupérer le vin. Avons-nous un accord ? » (Dantalian)

« Êtes-vous vraiment d’accord avec cela ? » (Procell)

« Ne te méprends pas. Je fais cela pour March et Fel. » (Dantalian)

« Je suis vraiment désolé. » (Procell)

« Si tu es sincèrement désolé, alors ne fais pas cela en premier lieu. Aussi, si cela t’aide à accepter, considère cela comme une faveur que tu me dois. » (Dantalian)

J’étais d’accord.

Je lui devais une grande dette que je devais rembourser un jour.

À ce moment-là, ses démons avaient commencé à provoquer un tollé.

« Chef, est-ce que ça suffit vraiment ? »

« … Telflare est respecté en tant que grand frère et je ne suis pas détesté, je suis ennuyeux ? Une telle différence ! Grand-père corrigera ceci, grand-père s’occupera des trois filles avec des bonbons ! »

Le vieil homme était totalement hors sujet.

« C’est suffisant. J’ai décidé cela après avoir vu la résolution de Fel. Ou est-ce que tu veux qu’elle soit malheureuse ? » (Dantalian)

« … j’ai compris, chef. Mais si ce Seigneur-Démon l’a fait pleurer, je jure de le battre à mort. »

« Plus important encore, Fel-tan, mange ces bonbons. Tiens, tu verras que ton grand-père est plus gentil et est plus beau que ce démon. »

Il me semblait que les démons de Temps étaient eux aussi prêts à me laisser en vie.

Avec ça, j’avais pensé que je pouvais enfin reprendre mon souffle et me détendre, mais j’avais entendu les Seigneurs-Démons dire des choses troublantes.

« Je ne sais plus rien. Est-ce quelqu’un qui aime les femmes plus âgées, mais qui prétend être un lolicon qui prétend être autre chose… A-t-il des goûts si variés ? Y a-t-il de la place pour quelque chose entre les deux ? Je ne le comprends plus. » (Stolas)

« Stolas, va-t-il vraiment bien ? Je commence à m’inquiéter. » (Astaroth)

« Procell est un fantastique Seigneur-Démon ! C'est un lolicon avec un complexe d'Œdipe, il est inconstant ! » (Stolas)

« Tu vois, c’est pourquoi je m’inquiète. » (Astaroth)

La Seigneur-Démon du Vent Stolas et le Seigneur-Démon Dragon Astaroth parlaient avec excitation.

C’était mieux que je ne m’immisce pas dans la conversation.

Pendant ce temps, mes démons aussi étaient excités.

« Père, si tu le souhaites, tu peux faire à Kuina ce que tu as fait à Fel. » (Kuina)

« Mhm. Nous devons vérifier à quel point c’est sûr. Je ne sais pas si je vais aimer la fesser, mais la responsabilité de le faire me plaît. » (Rorono)

« Oui, n’est-ce pas ? Alors, qu’en est-il ? » (Aura)

Je ne pouvais que sentir de mauvaises choses.

Qu’est-ce que les filles sont en train de demander ?

Mais alors…

« Pro~cell~. » (March)

March s’accrocha à moi.

« Tu t’es proposé à moi et pourtant je découvre que tu fais ce que tu veux. Je suppose que je vais devoir t’éduquer dans la chambre pour que tu ne regardes personne d’autre que moi. » (March)

March murmura cela dans mon oreille. Quand je l’avais entendue parler de la chambre, de multitudes de pensées bizarres m’étais venues à l’esprit les unes après les autres.

À ce moment-là, Kuina et Rorono s’étaient aussi approchées.

« Non ! Vous ne pouvez changer la journée de Père ! » (Kuina)

« Mhm. L’ordre des tours ne doit pas être changé. » (Rorono)

« Alors, je suppose que je vais m’inclure dans ces tours. » (March)

Les choses devenaient progressivement hors de contrôle. Penser aux graines que j’avais semées et à leurs conséquences me donnait mal à la tête.

Et donc, j’avais décidé d’y aller et d’annoncer quelque chose avec force.

« Tout le monde, ce n’est pas seulement de la nourriture qui a été préparée aujourd’hui. Nous avons des choses à regarder, une source chaude à apprécier, ainsi que d’autres choses un peu partout pour faire du shopping. Je veux que vous puissiez apprécier tout Avalon. Alors, passons à la suite. » (Procell)

Peu importe quelle partie de ce que j’avais dit, cela avait eu un effet, et le groupe était intéressé.

Il y avait plusieurs obstacles, mais, à la fin, nous avions terminé paisiblement le repas.

Comme ils étaient, je pensais qu’il était bon qu’ils puissent apprécier ma ville, mon Avalon.

En pensant cela, j’avais guidé tout le monde vers notre prochain lieu, pour une pièce de théâtre.

*

Nous passions un merveilleux moment.

Nous avions regardé une pièce de théâtre, avions siroté un peu de thé en faisant une pause, et avions fait du shopping dans le quartier commercial d'Avalon. Bien sûr, j’avais pris soin de l’argent pour qu’ils puissent s’amuser autant que possible.

En ce moment, nous nous relaxions à la source chaude qui nous était réservée. Les hommes et les femmes se baignant dans des bains séparés, trois Seigneurs-Démons et un démon ressemblant à un vieil homme étaient ensemble. Tous des épines, mais pas de fleurs.

Kuina et les filles prenaient toujours un bain avec moi, mais, pour cette fois, j’avais dû les convaincre de ne pas le faire. Il avait fallu toute ma volonté pour le faire, mais grâce à l’eau excellente de la source, la fatigue de mon corps avait été emportée.

Pourtant, je préférerais être dans l’endroit où beaucoup de belles filles étaient rassemblées.

« Dan, tu es si mature maintenant. Le simple fait que tu ne l’as pas tué plus tôt m’a surpris. » (Astaroth)

« Je ne suis plus mon ancien moi. Ce n’est probablement qu’un peu, mais j’ai réussi à sympathiser avec les autres… Mais au fond, je veux toujours le tuer. » (Dantalian)

« Je n’ai rien à dire pour ma défense. » (Procell)

Je m’étais senti plus petit.

« Fuhahaha, c’est assez juste. Hey, Dan, tu as vraiment été astucieux pour obtenir cet alcool. Pourquoi n’allons-nous pas boire de temps en temps ? » (Astaroth)

« Okay, faisons ça. Nous avons gaspillé une grande partie de notre vie à ne pas se voir, même si c'est un peu, j’aimais que l’on revienne à notre ancienne relation. Ast, même maintenant, ne veux-tu pas rallonger ta durée de vie ? » (Dantalian)

« Oui, je ne le ferai pas. Après tout, j’ai trouvé un successeur. Je prévois de tout laisser à Stolas. Alors, Procell, si tu fais pleurer cette enfant, alors sache que je te poursuivrai depuis ma tombe. » (Astaroth)

« Je garderai cela à l’esprit. » (Procell)

Quand j’avais répondu ainsi, le Seigneur-Démon Dragon me tapa l’épaule.

Tout en étant submergé dans l’eau et intoxiqué par l’alcool, j’avais levé les yeux et admiré la lune. De telles choses merveilleuses surpassaient tout le reste.

En pensant cela, j’avais tendu la main pour attraper la lune.

Après ça, pour une raison quelconque, nous avons parlé de choses sales. Nous étions peut-être des Seigneurs-Démons, mais nous restions des hommes. C’était la première fois que j’avais une innocente conversation perverse et je l’ai plutôt apprécié.

Nous avons continué à boire. Comme ça nous avons passé le temps d’une manière agréable.

*

Après la source chaude, nous nous étions reposés un moment et nous étions dirigés vers les portes d’Avalon.

« Eh bien, je rentre. Stolas, vas-tu rester ici ? »

« Oui. Le jour de ma Guerre approche, j’aimerais entendre divers conseils. » (Stolas)

« C’est bien. Il a réussi à gagner contre six anciens Seigneurs-Démons, donc je suis sûr que tu apprendras beaucoup. » (Astaroth)

Le Seigneur-Démon Dragon avait dit cela. Après ça, il était monté sur son dragon, et il était parti.

« Nous irons aussi bien. Je ne me plaindrai pas au sujet de March et Fel, mais je maintiens ce que j’ai dit plus tôt, je n’abandonnerai pas March. Un jour, je vais la faire tomber pour moi et l’emmener. Aussi, si tu fais pleurer Fel, souviens-toi que je te tuerai. » (Dantalian)

« Je garderai ça à l’esprit. » (Procell)

À la fin de notre au revoir, le Seigneur-Démon Temps avait souri.

Et puis, Fel qui était à côté de lui avait aussi parlé.

« Maître, Kuina, tout le monde, au revoir ! Nous nous reverrons donc ce n’est pas vraiment un adieu ! » (Fel)

« Fel-chan, nous nous reverrons absolument ! Tout le monde attend ton retour ! » avait dit Kuina en agitant énergiquement la main.

Fel et Kuina avaient des larmes aux yeux. Ce n’était que peu de temps, mais les deux étaient devenus assez proches.

Et puis, quand le Seigneur-Démon du Temps avait agité la main, ils avaient disparu.

« Kuina, ne sois pas triste, d’accord, » (Procell)

« Oui, notre temps ensemble a été court, mais je suis contente d’avoir une nouvelle petite sœur. » (Kuina)

Fel était une bonne enfant.

Elle était devenue irremplaçable pour Avalon plus qu’elle ne l’imaginait.

« Revenons à la maison. » (Procell)

Le fait de rester là pour toujours ne m’aiderait pas tant que ça.

Avec tout ça, j’avais fini de remercier tous ceux qui avaient aidé à sauver March.

Les choses à partir de maintenant étaient un pas vers un nouvel objectif.

Et la première étape était de nommer Wight.

***

Chapitre 9 : La récompense de Rorono

Il s’était passé beaucoup de choses, mais nous avions réussi le festin.

Les invités avaient pu goûter aux charmes de l’Avalon que j’avais construite.

… J’avais aussi été pardonné par le Seigneur-Démon du Temps pour la chose traître que je lui avais faite.

Tout cela grâce à sa gentillesse. Cependant, comme il l’avait suggéré, j’avais l’intention de rembourser cette dette un jour.

« C’est à peu près tout. Était-ce utile ? As-tu appris quelque chose ? » (Procell)

À ce moment-là, j’étais dans une chambre d’amis pour raconter à Stolas mes expériences de guerre que j’avais acquise jusqu’à présent.

Il avait été demandé aux nouveaux Seigneurs-Démons de faire au moins une guerre dans l’année.

J’avais déjà accompli cette tâche, mais Stolas était sur le point de faire l’expérience de sa première et était donc venue demander conseil.

Il y avait actuellement trois personnes dans la pièce : moi, Stolas et Rozelitte, le démon de type ange que m’avait prêté Stolas.

« Oui, merci, Procell, c’était très utile. » (Stolas)

Stolas avait dit cela puis s’était étirée.

Quand elle l’avait fait, mes yeux avaient été attirés vers sa nuque inhabituellement blanche.

Elle portait actuellement un pyjama de soie qu’elle avait acheté ici à Avalon. Sa texture était géniale et c’était indéniablement un élément de première classe. Elle l’avait essayé et l’avait tellement aimé qu’elle en avait acheté plusieurs.

« Tout le plaisir est pour moi. » (Procell)

En disant cela, une renarde mythologique servant de gouvernante apporta le thé.

« Ce sont de bonnes feuilles de thé. C’est vraiment calmant. » (Stolas)

« C’est en fait mes préférées. Après tout, beaucoup de choses peuvent troubler un Seigneur-Démon. Je vais t’en faire préparer comme cadeau. » (Procell)

« Merci, fufu, tu es si gentil, Procell. » (Stolas)

C’était la première fois que nous avions une petite conversation ainsi et je me sentais étrangement tendu.

« Eh bien, c’est la seule façon pour moi de te rendre la faveur que je te dois. J’aimerais que tu sois plus heureuse, ne serait-ce qu’un peu. » (Procell)

Quand j’étais dans ma guerre contre les trois Seigneurs-Démons, Stolas avait agi comme assurance en protégeant mon cristal.

Et à un moment crucial où j’avais décidé de faire une guerre pour sauver March, elle m’avait prêté Rozelitte qui était l’un de ses démons du Pacte Démoniaque — l’un de ses atouts — indépendamment du risque de la perdre si je venais à perdre.

« Hey, Procell, je... » (Stolas)

Stolas avait commencé à dire quelque chose, mais s’était arrêtée.

Pour masquer le fait qu’elle l’ait fait, elle avait fait semblant de boire son thé.

En regardant Stolas ainsi, Rozelitte haussa les épaules et soupira.

« C’est parce que tu fais tout à moitié que Procell-sama a été pris par quelqu’un d’autre. Maintenant, vas-y, et sors avec lui. » (Rozelitte)

« Pfff, d-d-d-de quoi parles-tu ? » (Stolas)

Avec un visage rouge, Stolas cracha son thé et déclara cela.

« C’est de cela que je parle, maître. Eh bien, c’est mignon aussi. » (Rozelitte)

Les deux agissaient comme des sœurs.

En le pensant, je me mis inconsciemment à sourire.

« Rozelitte, c’est un au revoir. Notre temps aura été court, mais c’était amusant. » (Procell)

« Je devrais être celle disant cela, j’ai beaucoup appris. J’ai en fait pris des leçons de Wight et ai l’intention d’utiliser mes nouvelles connaissances pour rendre Stolas encore plus puissante. » (Rozelitte)

Elle est sûrement audacieuse. Tant qu’elle est là, Stolas devrait aller bien.

Tout en pensant ainsi, j’avais fait les procédures nécessaires pour transférer un démon et avais tendu la main vers Stolas. Quand Stolas l’avait saisi, le transfert sera terminé et le contrôle de Rozelitte lui serait rendu.

Tout comme Fel, j’étais sur le point de me séparer de Rozelitte.

« Procell, merci d’avoir entraîné Rozelitte. Bien que tu puisses regretter un jour de rendre ta rivale plus forte. » (Stolas)

Ne pas se sentir endetté envers l’autre était l’un de ses bons traits.

« Je ferai attention à ce que cela ne se produise pas. Je souhaiterais que nous continuions à être rivaux, Stolas. Concourir l’un contre l’autre pour être un Seigneur-Démon de première classe et autres joyeusetés. Je préférerais qu’il n’y ait pas d’effusion de sang entre nous. » (Procell)

Je voulais éviter un combat à mort avec elle, car gagner ou perdre me laisserait un arrière-goût amer dans la bouche.

« Ouais, je souhaite aussi que nous soyons en compétition l’un contre l’autre, mais sans nous entre-tuer... Oh, je vais prendre ta main, maintenant. » (Stolas)

Stolas et moi avions les mêmes sentiments.

Elle avait alors saisi ma main tendue et ainsi avait achevé le transfert de Rozelitte.

« Stolas-sama, je suis de retour. » (Rozelitte)

« Bon retour, Rozelitte. » (Stolas)

Les deux avaient dit ainsi puis s’étaient enlacés.

Se séparer de Rozelitte pourrait l’avoir rendue solitaire, mais, comme on pouvait s’y attendre, du côté de Stolas, c’était l’endroit auquel elle appartenait.

« Procell, je retourne dans ma chambre. J’ai vraiment apprécié cette journée. » (Stolas)

« Oh, Stolas-sama, tu ne vas pas dormir dans la chambre de Procell-sama ce soir ? » (Rozelitte)

« C’est trop tôt pour ça. Pas que cela n’arrivera jamais. De toute façon, nous y allons. » (Stolas)

« À demain, Procell-sama ! Vous devriez faire un mouvement vers Stolas-sama. Elle est la candidate idéale pour vous guérir de vos étranges fétiches en un rien de temps ! » (Rozelitte)

« « Ce n’est pas ton affaire ! » » (Procell/Stolas)

Stolas et moi avions répondu ainsi.

Nous n’avions pas ce genre de relation.

« Dis, Procell ! Je me demandais, si tu as le temps, veux-tu regarder ma guerre ? Il n’y a aucun moyen que je puisse perdre en combat, mais ton soutien moral serait apprécié. » (Stolas)

« Sûr. Je suppose que je devrai te regarder combattre dans ta salle au cristal, comme tu l’as fait lors de ma guerre. Mais cela ne me mettrait pas dans une position très avantageuse ? Comme voir en direct ta force de combat, etc. ? » (Procell)

Je lui retournais les mots qu’elles m’avaient dit à l’époque pour qu’elle ne se sente pas trop reconnaissante.

En m’entendant, elle sourit ironiquement.

En plus de faire partie des nouveaux Seigneurs-Démons, elle possédait une médaille de rang A. Il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse perdre.

Je pouvais lui prêter l’un de mes démons pour être sûr de sa victoire, mais je savais que sa fierté ne le permettrait pas. Et donc, c’était ma décision que je la regarde se battre et d’agir uniquement si ses adversaires essayaient de participer de la même manière que lors de ma guerre. À cette fin, j’avais des préparatifs à faire.

*

Stolas et Rozelitte étaient parties, me laissant seul dans la pièce.

J’étais allongé sur le lit, totalement épuisé. Épuisé mentalement et non physiquement.

« Maître, j’arrive. » (Rorono)

« Ouais, entre. » (Procell)

Rorono l’Ancienne Naine avait demandé cela puis était entrée dans la pièce.

Chaque nuit, un de mes démons du Pacte Démoniaque venait dormir avec moi. Elles avaient surnommé cette journée, la journée de Père.

Bien sûr, quand j’avais dit qu’elles dormaient avec moi, c’était au sens littéral. Je n’étais pas un lolicon et ces filles étaient mes filles. Je n’avais aucun fétichisme anormal.

« Ma récompense commence maintenant. Jusqu’à demain soir, Père sera avec moi. Aussi, à partir de maintenant jusqu’à la fin de ma récompense, je continuerai a appelé Père, Père. » (Rorono)

Rorono avait dit cela en faisant son sourire habituel réservé. En voyant ce sourire, toute ma fatigue s’était évanouie.

« Compris, promis, une fois que Stolas sera partie, nous partirons tous les deux. » (Procell)

Ce que Rorono demandait comme récompense était mon temps.

Pour être plus précis, une journée complète.

Si je devais donner son nom à Wight, je perdrais mon pouvoir magique pendant longtemps. Alors que dans cet état, sortir à l’extérieur était déconseillé et donc, j’avais décidé d’accorder en premier la récompense de Rorono.

« Mhm, je suis impatiente d’y être. » (Rorono)

« Cela étant dit, cela te va vraiment de voyager à cet endroit ? » (Procell)

« Oui. Les voyageurs ont dit que les techniques de forges sont incroyables. » (Rorono)

La destination de notre voyage était aussi décidée par elle.

Dû au fait que ce soit situé au pied d’une mine et que les matériaux étaient faciles à obtenir, c’était devenu une terre sacrée pour les forgerons — ainsi que pour ceux voulant le devenir — pour perfectionner leur métier.

« Mais même si tu vois leurs techniques, je ne crois pas que tu puisses en obtenir beaucoup de bénéfices. » (Procell)

« Les humains ont en effet des techniques non raffinées, mais pour compenser cela, ils ont toutes sortes d’idées. Parfois, ils ont même de nouvelles approches. Je suis excitée à ce propos. » (Rorono)

Même lors d’un voyage pour le plaisir, elle pensait encore à la forge, elle aimait vraiment cela.

Elle était allongée sur le lit avec moi alors j’avais décidé de la serrer dans mes bras. Faire un câlin à mes filles comme si elles étaient des oreillers pour faire des câlins était ma plus grande source de satisfaction. Leur température corporelle chaude et leur odeur parfumée effacent simplement ma fatigue.

« Dis, Père. » (Rorono)

« Qu’est-ce qu’il y a ? » (Procell)

« Pourquoi ne me fais-tu pas ce que tu as fait à Fel ? Est-ce parce que tu aimes plus Fel que moi ? » (Rorono)

En entendant cela, j’avais inconsciemment laissé échapper une voix étrange.

Je dois me calmer et la regarder bien en face.

« Non, ce n’est pas ça. Mais plutôt parce que tu es ma fille et je t’aime trop pour cela. Aussi, en premier lieu, je ne voulais pas faire ce que j’ai fait à Fel. » (Procell)

« Mhm, d’accord. Ensuite, entre tes filles, ton épouse et tout le reste, qu’est-ce qui selon toi est le plus important ? » (Rorono)

« Je pense que c’est vous les filles. Mais, il n’y a personne de plus important pour moi que toi maintenant. » (Procell)

Après que je l’avais dit, elle avait caché son visage dans ma poitrine.

« Je suis soulagée d’entendre cela. Dernièrement, Kuina était inquiète en disant des choses comme que tu seras volé par le charme de March et de Fel et que tu allais nous oublier. » (Rorono)

« Kuina pensait cela ? Mais il n’y a aucun moyen que cela se produise. » (Procell)

« À moins que tu ne fasses un geste, nous n’avons aucun moyen de le savoir. En fait, quand elle a dit cela, je me suis un peu inquiétée. Pour ces raisons, rattrape-toi en nous montrant beaucoup d’amour. » (Rorono)

Rorono avait dit cela d’une manière qui indiquait qu’elle voulait être gâtée. En réponse, je lui avais brossé la tête.

Ce n’était que maintenant qu’elle m’en parle que je me rendis compte de telles choses. Certes, j’avais passé moins de temps avec les filles par rapport à avant, il était donc parfaitement compréhensible pour elles de s’inquiéter.

« Oui, je le ferai. Merci de m’avoir dit cela. » (Procell)

« Mhm. Mais il est bon de montrer ton affection à Kuina par tes actions, il pourrait être trop tôt de lui dire directement. » (Rorono)

« Pourquoi ça ? » (Procell)

« Kuina a l’impression que tu l’aimes plus pour sa force. Cependant, maintenant que Marchosias-sama — quelqu’un de plus fort qu’elle — est apparue, cette confiance en elle s’est effondrée. Pour la retrouver, elle suit une formation spéciale qui profitera non seulement à elle, mais aussi à son père. Et je veux l’aider à combattre ses points faibles. » (Rorono)

« Ses points faibles ? » (Procell)

« Mhm. Si c’était juste sa prouesse physique et sa quantité de pouvoir magique, il n’y a pas de problème, mes armes peuvent aider. Même ainsi, son point fort est ses flammes et pourtant elle ne les utilise presque jamais. Et donc, je veux faire une arme pour elle qui incorporera aussi l’usage de ses flammes. » (Rorono)

C’était en effet un gâchis pour Kuina de ne pas utiliser ses flammes en dépit d’être une utilisatrice des flammes de haut rang. Si elle pouvait pleinement utiliser ses flammes, elle deviendrait sûrement encore plus forte. Tant et si bien qu’elle pourrait peut-être égaler March.

« C’est censé être ta journée, mais tout ce qu’on a fait est de parler de Kuina. » (Procell)

C’était un peu réconfortant. Même si Rorono ne se comportait pas souvent de la même manière devant Kuina, Rorono l’avait considérée comme sa sœur aînée.

« Oui, mais quand Kuina est triste, je le suis aussi. Eh bien, assez de cela. Père, à propos de cette arme spéciale dont nous avons parlé l’autre jour, je suis curieuse de cet amusant mécanisme. » (Rorono)

« Oh, d’accord, je vais utiliser ma Création pour le faire avant de donner son nom à Wight. » (Procell)

Pour un Seigneur-Démon, nommer ses trois premiers démons était différent de nommer les démons suivants. Pour les trois premiers démons le Seigneur-Démon était lié par une connexion qui les unissait, rendant ainsi la procédure de donner un nom sans contre coût.

Pour la dénomination des démons après les trois premiers, le Seigneur-Démon devait compenser l’absence de cette connexion spéciale en dépensant unilatéralement une quantité de puissance magique dépassant de loin la leur, ce qui les rendait incapables de récupérer ce pouvoir magique en un peu près un mois.

Évidemment, sans aucun pouvoir magique, je ne serais pas capable d’utiliser ma Création.

Malgré tous les risques que cela impliquait, j’étais toujours plus qu’heureux de donner à Wight, qui m’avait toujours soutenu, son nom.

Après cela, Rorono et moi avions parlé de choses triviales et nous nous étions endormis.

Son petit corps et sa chaleur étaient très agréables. Il semble que l’on puisse bien dormir ce soir.

*

Le jour suivant, après avoir vu Stolas, nous avions commencé notre promenade vers la ville connue de tous les forgerons.

Rorono semblait de bonne humeur, j’avais pu le remarquer pendant le voyage.

« Père, regarde cette épée. Elle a subi un processus particulier lors de la fonte. Je veux travailler avec ça. Oh, et la peau tannée utilisée pour l’armure là-bas est jolie aussi. » (Rorono)

Elle avait dit cela en faisant éloge de l’ingéniosité des humains.

Même si des vêtements et des accessoires étaient achetés pour elle, elle ne serait pas enthousiaste à ce sujet, mais en lui achetant des armures sur lesquelles ses recherches pouvaient avancer, elle serait sur la lune.

« Achetons-la alors. Si cela t’aide à améliorer tes techniques, alors c’est essentiel pour Avalon. » (Procell)

« Merci, Père ! » (Rorono)

Mes Démons du Pacte Démoniaque avaient chacun différentes choses les rendant heureux.

Kuina aimait avant tout la nourriture. À part cela, elle aimait les vêtements et accessoires mignons. Cependant, parce que son corps avait grandi récemment, elle ne pouvait plus porter ces vêtements et cela la rendait évidemment triste. Je lui achèterai beaucoup de vêtements la prochaine fois.

Pour Rorono, elle aimait les armes et armures particulières. Le mot clé étant particulier. Si l’équipement était jugé banal, elle serait mécontente. Les choses qu’elle aimait aussi étaient les minerais, et enfin, la nourriture.

En ce qui concerne Aura, elle serait contente de tout, mais elle adorait faire des choses de filles comme se faire maquiller.

Quoi qu’il en soit, si faire du shopping pouvait la rendre heureuse, j’en ferais autant qu’elle le souhaitera.
Après avoir observé les forgerons de la ville, nous avions pris un repas au crépuscule.

Transportant une grande quantité de bagages, nous étions retournés à Avalon.

Rorono était heureuse, et le fait de voir son visage ainsi en valait le voyage.

*

Après notre arrivée à Avalon, nous avions apprécié un bon thé.

Bien sûr, c’était encore juste nous deux.

Rorono avait joyeusement parlé de choses. 70 % de celles-ci concernaient les armes en cours de développement, 20 % de Kuina et Aura, et environ 10 % de ses subalternes, les Naines forgeronnes.

Elle avait un million d’autres choses à me dire quand l’horloge sonna.

« … C’est déjà ce moment. C’est dommage, mais mon temps avec toi de récompense est fini. » (Rorono)

Rorono déclara cela d’une manière un peu triste.

En réponse, je lui avais caressé la tête, presque inconsciemment.

« Rorono, même s’il est vrai que ta récompense est terminée, j’ai apprécié cette journée, donc je pense que nous devrions recommencer un jour. Je vais à coup sûr prendre à nouveau du temps pour cela. » (Procell)

Quand j’avais dit cela, Rorono s’était mise à sourire.

Je voulais me libérer du temps non seulement pour Rorono, mais aussi pour Kuina et Aura.

« Eh bien, je vais dans le sous-sol du donjon. L’heure de nommer Wight arrive bientôt. » (Procell)

« J’y vais aussi. » (Rorono)

Rorono attrapait habituellement seulement ma manche, mais cette fois, elle tenait ma main.

Un mouvement de cœur ?

Quoi qu’il en soit, à partir de ce moment-là, Wight allait être nommée à l’étage inférieur du donjon.

Par précaution, j’avais prévenu mes démons qu’ils étaient libres d’y venir. Voyant que Wight était populaire, j’étais presque certain que tous mes démons viendraient.

J’espère que Wight aimera le nom que je vais lui donner.

Tout en me demandant cela, Rorono et moi nous étions dirigés vers l’étage inférieur d’Avalon

***

Chapitre 10 : Le nom de Wight

Rorono et moi, nous nous étions dirigés vers l’étage inférieur de mon donjon pour pouvoir nommer Wight.

Le nom de Wight avait déjà été décidé. En fait, c’était un nom que je voulais lui donner depuis longtemps.

Le lieu de la dénomination était la zone du cimetière à l’étage inférieur du donjon. J’avais donné des instructions pour le préparer avant mon départ avec Rorono, et ces préparatifs devraient déjà être terminés.

Après avoir marché un moment, Rorono et moi étions arrivés sur les lieux.

« Tous les démons d’Avalon sont là, hein. » (Procell)

« C’est après tout l’événement clef pour Wight. » (Rorono)

Comme Rorono l’avait dit, Wight était en effet plutôt bien aimé.

À notre arrivée, j’avais remarqué plusieurs choses. Le lieu était plus décoré que ce que j’avais demandé, et il y avait plus de nourritures apportées par des volontaires. Les Naines-forgeronnes avaient construit plusieurs structures. R’lyeh et les Chanteurs des profondeurs interprétaient leur musique et chanson. Aura et les Hautes Elfes avaient préparé des plats en utilisant leurs précieux fruits et légumes, et Kuina ainsi que les Renardes mythologiques faisaient les serveuses.

De plus, les squelettes sous le commandement direct de Wight se déplaçaient activement tandis que les Dragons des Ténèbres étaient assis majestueusement comme s’ils étaient Hachiko, le chien fidèle.

Une foule s’était formée et, au centre, Wight parlait timidement aux autres.

En le voyant, je m’étais dirigé vers lui.

« Wight, cette agitation, c'est comme lors d’un festival, n’est-ce pas ? » (Procell)

« Oh, c’est vous, mon Seigneur. Je ne peux suffisamment vous remercier d’une si grande célébration. » (Wight)

« Ne te méprends pas, ce n’est pas mon fait. Mes ordres ne prenaient en compte que le strict minimum des préparatifs. Tout ce qui est en plus, c’est grâce aux efforts volontaires de tout le monde. » (Procell)

C’était parce que Wight était populaire que mes bien-aimés démons avaient fait tant d’efforts.

Quand j’avais dit cela, Wight avait souri.

« Est-ce vrai ? Alors, je devrais tous les remercier plus tard. » (Wight)

Sa courtoisie et son attention étaient les raisons pour lesquelles Wight était si aimé.

Wight était un excellent démon en soi, mais sa capacité à rassembler et inspirer les autres démons le rendait encore meilleur.

C’est grâce à sa présence que j’avais pu aller me promener avec Rorono.

« Wight, félicitation pour être bientôt un démon nommé. Je l’ai choisi de mon mieux. J’espère que tu l’accepteras. » (Procell)

Rorono, qui était venue avec moi, tendit à Wight une boîte joliment emballée, longue et étroite.

Quand a-t-elle pu préparer une telle chose ? Mais en tout cas, pour que ma fille prépare un cadeau de son propre chef… Je suis vraiment fier d’elle.

« De recevoir un chef-d’œuvre de Rorono-sama, maître forgeronne du plus haut niveau, je suis extrêmement ravi. » (Wight)

« Ne soyez pas si modeste. Vous méritez au moins cela. Wight, félicitation à nouveau. Vous êtes un démon digne d’être nommé. À partir de maintenant, continuons à protéger le Maître et à améliorer Avalon. » (Rorono)

« Bien sûr ! C’est mon désir même de soutenir et de protéger mon Seigneur, ainsi que de me battre et vaincre avec lui. Rorono-sama, devrais-je l’ouvrir ici. » (Wight)

« Mhm. » (Rorono)

Quand Rorono hocha la tête, Wight ouvrit la boîte.

Ce qui se trouvait à l’intérieur était un beau collier.

Sa chaîne sophistiquée était un alliage composé d’orichalque et de mithril. Il y avait également un joyau violet incrusté dans un pendentif en or. Le pendentif en or n’était pas criard, mais plutôt modeste, tout en étant capable de tirer le charme du joyau violet.

« C’est… C’est si beau. Et, je sens un puissant pouvoir magique qui en émane. » (Wight)

Quand Rorono avait reçu son nom et était ainsi devenue l’une de mes démones du Pacte démoniaque, une nouvelle capacité s’était éveillée en elle.

Cette capacité était la matérialisation du pouvoir magique. Chaque objet matérialisé était imprégné d’une magie unique qu’elle devait elle-même pouvoir utiliser. Elle avait des limites et avait besoin d’ingéniosité, mais avec cela, elle pouvait matérialiser des choses n’existant pas dans ce monde. Le collier qu’elle venait de donner à Wight était également fabriqué avec ce pouvoir.

« C’est un outil magique créé en utilisant mon pouvoir magique. Gardez-le près de vous parce qu’il vous protégera sûrement. » (Rorono)

« Je le chérirai. » (Wight)

« Si quelque chose vous arrive, cette enfant sera attristée. Alors, prenez soin de vous. » (Rorono)

Par cette enfant, elle parlait probablement de la Naine-forgeronne qui était en relation avec lui.

Après avoir dit de telles choses, Rorono se retourna et partit.

Après cela, Kuina s’approcha et présenta de grosses brochettes, qu’elle devait avoir achetées dans les boutiques d’Avalon, avant de dire à Wight : mange-les et deviens plus fort.

La suivante à s’approcher fut Aura. Elle avait donné des fleurs spéciales multicolores que je n’avais jamais vues auparavant. Elle devait avoir fait une reproduction sélective sur celles-ci en utilisant sa magie.

Et puis, l’un après l’autre, mes démons avaient offert leurs cadeaux à Wight. Ils avaient dû prendre le collier de Rorono comme le signal pour donner leurs propres cadeaux.

Par coïncidence, quand les choses avaient commencé à se calmer, le temps fixé était proche.

« Eh bien, Wight, commençons. » (Procell)

« Certainement, mon Seigneur. » (Wight)

Wight et moi étions ensuite montés sur une scène surélevée qui avait été construite.

Tous les yeux de mes démons étaient rassemblés sur nous. Quand j’avais jeté un coup d’œil du haut de la scène, ils avaient compris que la dénomination allait commencer et qu’ils devaient cesser leurs conversations.

Juste à ce moment, R’lyeh envoya un message aux Chanteurs des Profondeurs pour changer de musique et commencer à jouer une musique majestueuse.

Avec cela, la scène était prête. Il ne me restait plus qu’à le nommer.

« Wight, merci pour tout le soutien que tu as apporté jusqu’ici. La raison pour laquelle moi, un Seigneur-Démon incompétent continue de gagner est parce que je t’ai toi, un excellent chef. Je t’en suis très reconnaissant. » (Procell)

« Je ne suis pas digne de vos remerciements. J’ai été capable de faire tout ce dont j’ai fait grâce à vous, mon Seigneur. On pourrait dire que je vous retourne vos mots, mais vous êtes la raison pour laquelle je suis capable d’utiliser mon plein potentiel. » (Wight)

Le bon parleur qu’il était, Wight avait utilisé les mêmes mots que j’avais utilisés contre moi.

« Wight, pour te récompenser de tes services et réalisations, tu auras dorénavant un nom. » (Procell)

J’avais dit cela puis m’étais concentré.

Au moment où j’avais décidé de commencer à le nommer, j’avais senti quelque chose en moi s’activer. J’avais ressenti mon pouvoir magique et ma puissance en tant que Seigneur-Démon chauffer dans mon corps.

« Le nom que je te donne est… Duke. » (Procell)

Au moment où j’avais dit ce nom, mon pouvoir magique et mes pouvoirs de Seigneur-Démon étaient entrés en Wight comme des lumières noires.

J’avais senti que j’avais perdu une quantité énorme de moi. Tant et si bien que je pouvais à peine tenir debout.

Il faisait froid, ou plutôt, j’avais froid. Je sentais ma force être continuellement drainée.

Je comprenais maintenant ce que signifiait vraiment le fait de nommer un démon autre que ceux du Pacte démoniaque. Plus celui étant nommé était puissant, plus le prix l’était. Et Wight étant un dragon noir de la mort Siegwurm, un démon de Rang S. La force qu’il avait consumée en moi était inimaginable.

Mes genoux vacillaient, mais parce que je savais que je ne devais absolument pas tomber lors d’un événement aussi important pour Wight, je m’étais durci.

Je ne peux pas le déranger maintenant, plus qu’à tout autre moment.

Un moment plus tard, les lumières noires cessèrent de s’écouler. Enfin, le processus de dénomination était terminé. Wight était maintenant officiellement Duke.

Forçant mon corps instable à se tenir debout par ma seule volonté, je l’avais directement regardé.

Avec un visage heureux, il m’avait aussi regardé, puis avait hoché la tête.

« Duke… C’est mon nom. » (Duke)

« Oui, ça l’est. À partir de maintenant, tu ne seras plus Wight. Tu seras connu sous le nom de Duke. À partir de maintenant, vous devez vous adresser à lui sous le nom de Duke. » (Procell)

Quand je m’étais adressé à l’audience, ils avaient commencé à chanter son nom.

Chaque fois qu’il était prononcé, plus Duke devenait triomphant et plus le fait d’avoir un nom lui paraissait réel.

« Ton nom est un mot d’une langue perdue qui signifie le plus haut rang de la noblesse après le monarque. C’était un noble influent qui pouvait rivaliser avec le pouvoir du monarque lui-même. En échange de ce pouvoir, le poste offrait aussi des devoirs et des responsabilités qui doivent être supportées. Et ce que je te demande, c’est non seulement de rassembler et organiser les démons, mais aussi de leur servir de modèle. Être le démon idéal, peux-tu faire ça ? » (Procell)

« Tant que mon Seigneur le souhaite, ce sera fait. Je continuerai de l’être jusqu’à ce que ce corps pourrisse, je resterai à vos côtés, mon Seigneur. » (Wight)

Wight maintenant Duke s’était ainsi engagé en s’agenouillant.

Comme d’habitude, sa conduite gracieuse était digne d’un portrait.

« J’attends beaucoup de toi, Duke. Beaucoup plus qu’avant maintenant que tu fais partie de mes meilleurs démons tant par le nom que par tes actions. » (Procell)

« Oui, mon Seigneur ! » (Duke)

Bonne réponse.

Avec cela, la nomination était terminée.

Mes démons avaient applaudi et félicité Duke.

« Maintenant, descendons de cette scène. Il y a de la nourriture et des boissons qui nous attendent. Cela fait un moment que nous avons partagé une boisson tranquillement. Parle-moi donc de ce qui s’est passé récemment. » (Procell)

« Mon Seigneur… ça ne vous dérangerait pas même si je parlais de mon coup de cœur ? » (Duke)

En entendant cela, j’avais un regard vide.

Et puis, je m’étais rappelé qu’il était dans une relation avec une Naine-forgeronne et que celle-ci était enceinte.

« Ouais, parle d’elle autant que tu le veux, Duke, tu dois faire de ton mieux pour ton enfant, d’accord ? » (Procell)

« Oui, je veux être un père dont cet enfant pourra être fier. » (Duke)

Duke avait dit cela en souriant. Ce n’était pas son sourire habituel, mais plutôt le doux sourire d’un père qui pensait à son enfant.

« Très bien, aujourd’hui, nous buvons ! » (Procell)

« Jusqu’à la dernière goutte ! » (Duke)

Et ainsi, nous avions bu toute la nuit.

L'alcool était super, il avait meilleur goût que d’habitude.

J’avais finalement donné son nom à Duke et je croyais que nous serions plus proches après cela.

La fête s’était poursuivie jusqu’au matin, pleine de rires de mes démons.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Les commentaires sont fermés