Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9

***

Prologue

La ville sainte de Raziel. Située au centre du continent, elle abritait le siège de l’Église, et était donc la métropole la plus hostile au monde pour les sorciers.

Zagan et Néphy s’étaient retrouvés dans le joyau de Raziel, le logement le plus luxueux de la ville, qui était normalement réservé aux nobles et aux VIP. Et juste devant eux… il y avait un grand lit avec deux oreillers.

Qu’est-ce qui se passe… ?

Il y avait d’autres chambres dans leur suite, mais celle-ci était la seule à disposer d’un lit. D’autres commodités, comme les vêtements de nuit et la vaisselle, avaient été préparées par lots de deux, ce qui prouve que l’établissement avait compris qu’il y avait en fait deux clients. Et cela signifiait que ce n’était pas une bavure de leur part.

Zagan regarda timidement sur le côté. Les oreilles pointues de Néphy… ou plus exactement, tout son visage était rouge vif. C’était la fille qui, à un moment donné, ne comprenait pas le vrai sens d’un homme et d’une femme couchant ensemble. Mais à en juger par sa réaction à l’instant, il était clair qu’elle avait dépassé cette phase. C’était probablement quelque chose que Manuela lui avait appris indirectement.

Après une pause tendue, Néphy regarda à nouveau Zagan, cherchant de l’aide.

« … »

Leurs regards s’étaient croisés, et ils avaient détourné leur regard dans la panique.

« H-Hehehe... »

« A-Ahaha... »

Ils avaient tous deux laissé échapper un rire sec, puis s’étaient à nouveau enfoncés dans le silence.

Qu’est-ce que je fais ici ? Foll et mes autres subordonnés ont été avec nous ces derniers temps, alors je n’ai aucune idée de comment passer du temps seul avec Néphy !

« C’est le genre de chambre utilisée… pour une lune de miel, n’est-ce pas… ? » Néphy marmonnait doucement ça. Elle était extrêmement nerveuse, mais sa voix ne montrait aucun signe de réticence.

Quoi… ? A-t-elle déjà accepté cette situation ?

Néphy était apparemment un cran au-dessus de lui en termes de détermination, alors Zagan avait pris une grande respiration et s’était préparé mentalement.

« N-Néphy ! »

« O-Oui !? »

Bien qu’il l’ait appelée, il ne savait pas quoi lui dire ensuite, alors une goutte de sueur froide lui avait coulé sur la joue.

Le début de cette histoire remontait maintenant à un matin, il y a plusieurs jours.

***

Chapitre 1 : Par miracle, nous avons passé un peu de temps seuls, et nous avons fini par partir en lune de miel

Partie 1

Il faisait sombre et froid. Mais malgré cela, l’air était sec au point de brûler les poumons. Le vent était censé être doux, mais il était assez fort pour déchirer la peau.

Il y avait plusieurs piliers de pierre alignés dans la région. Ils étaient recouverts de mousse verte, et chacun était suffisamment épais pour contenir en entier une petite maison. En levant les yeux pour essayer de voir ce que ces piliers soutenaient, on ne voyait rien, car ils étaient si hauts qu’on ne pouvait pas en voir les extrémités. Il n’y avait pas de plafond. Tout ce qui s’étendait au-dessus était une obscurité boueuse, comme si elle était coincée entre le crépuscule et la nuit.

Où suis-je ? Pourquoi suis-je ici ?

En revenant à elle, elle avait finalement réalisé qu’elle était étendue sur le sol. L’intérieur de sa tête était dans un brouillard complet, et le fait de secouer sa tête lui avait causé une douleur sourde. Aussi, pour une raison quelconque, cette douleur était nostalgique.

« Hein ? J’ai l’impression que… c’est déjà arrivé… »

Mais quand ? Elle n’en était pas sûre, mais elle savait qu’elle avait déjà vu ce décor exact ?

« À l’époque… Ouais… »

Il y avait quelqu’un d’autre avec elle à l’époque. Une belle personne avec des mèches si longues que cela avait atteint le sol. Et pourtant, cette personne semblait triste, mélancolique, et avait une expression qui faisait mal au cœur de tout spectateur. Sa voix ne s’était jamais vraiment fait entendre, et tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de la regarder.

« Et puis… ? »

Elle avait l’impression que cette personne regardait quelque chose. Mais qu’est-ce que c’était ? Quelque chose au bout de ce ciel boueux… quelque chose qui dépassait de loin ces piliers. C’était comme si elle regardait le bout du monde…

« Non… ce n’est pas juste. C’était quelque chose de bien plus terrifiant… »

Que regardait cette personne à l’époque ? Les piliers qui l’entouraient s’alignaient en deux rangées et formaient un chemin. Mais cela ne dégageait pas l’atmosphère solennelle d’un temple. Au lieu de cela, cela donnait un frisson de froid… comme un enterrement. Et, alors qu’elle se fatiguait les yeux pour essayer de voir ce qui se trouvait au bout du chemin, une petite main avait recouvert sa vision.

« Il ne faut pas regarder au-delà. »

Et juste à ce moment-là, Lilith s’était réveillée.

« Hein… ? »

En ouvrant les yeux, elle aperçut le plafond de pierre qui lui était désormais familier et une sirène aux cheveux bleus qui la regardait. C’était sa colocataire, Selphy.

« Ça va, Lilith ? Tu étais, genre, totalement en train de gémir dans ton sommeil, » déclara Selphy.

« Selphy… ? » marmonna Lilith. Puis, elle s’était rendu compte qu’elle était trempée de sueur après qu’on le lui ait fait remarquer. Son cœur battait comme un marteau, et elle avait aussi du mal à respirer.

« Un rêve… ? » demanda Lilith.

Le vent froid et perçant qui lui grattait la peau, la douleur qui lui secouait la tête et l’air sec qui lui brûlait la gorge étaient si vifs qu’ils ne ressemblaient pas du tout à un rêve. Et, par-dessus tout, il y avait la honte que Lilithiera, la princesse des succubes, n’ait pas pu contrôler son propre rêve.

Alors qu’elle essayait de se lever, ses cheveux roux ébouriffés couraient le long de sa poitrine. Selphy lui avait soutenu le dos avec des signes d’inquiétude.

« Es-tu sûre que tu vas bien ? Tu devrais prendre un jour de congé si tu ne te sens pas bien, » déclara Selphy.

La voix de Lilith refusant de quitter sa gorge immédiatement, elle lui serra la main et s’arrêta avant de répondre.

« Plus important encore… quelqu’un d’autre était-il ici ? » demanda Lilith.

« Hein ? Oh…, » marmonna Selphy en détournant son regard et continua. « Miss Alshiera était là, mais… elle m’a dit de ne pas le dire… »

L’amie d’enfance de Lilith s’était couvert la bouche en pleine panique, mais il était déjà bien trop tard pour cela. De toute façon, c’était plus la faute d’Alshiera d’avoir été repérée par la fille écervelée.

« Lady Alshiera ? » demanda Lilith.

Était-ce donc Alshiera qui lui avait montré ce terrible rêve ?

Non… C’est peut-être elle qui m’a sauvée…

On avait l’impression qu’elle était entrée d’une certaine façon dans le rêve de Lilith. Elle ne savait toujours pas ce que pensait Alshiera, mais curieusement, il était vrai qu’elle ne lui avait jamais fait de mal. Et si elle avait vraiment prévu de faire quelque chose, elle aurait sûrement chassé Selphy avant cela. Se faufiler sans se faire remarquer aurait dû être un jeu d’enfant pour une vampire comme elle.

Ce qui veut dire… qu’elle était tellement paniquée qu’elle n’avait pas le temps d’en faire plus… ?

La voix qu’elle avait entendue à la fin du rêve ressemblait à celle d’Alshiera.

Et, par-dessus tout, cette fille de l’époque pourrait bien être…

Le rêve qu’elle avait vu quand elle était enfant mettait en scène une personne aux cheveux longs, qui semblait partager une ressemblance passagère avec Alshiera. Lilith avait essayé de se rappeler les détails, mais un sentiment de peur intense lui avait soudain frappé le cœur. En réponse, elle s’était agrippée à ses propres épaules et avait frissonné.

« Désolée, Selphy… Je vais me reposer aujourd’hui…, » déclara Lilith.

« D’accord, d’accord. Mais d’abord…, » répondit Selphy en se penchant sur le lit de Lilith.

« Fweh ? »

Dès l’instant suivant, quelque chose de doux s’était enroulé autour de Lilith. Et avant qu’elle ne le sache, Selphy l’enlaça tout en caressant doucement ses cheveux.

« Ce n’est pas grave. Il n’y a rien d’effrayant ici…, » déclara Selphy.

« W-Wawawawa… »

Et alors que Lilith était encore dans tous ses états, Selphy appuya son front contre le sien.

« Hmmm, tu ne sembles pas avoir de fièvre ou quoi que ce soit d’autre. Reste au chaud quand même, d’accord ? » déclara Selphy

« Je… Je sais ! » répondit Lilith.

« De plus, tu es toute en sueur, alors dis-moi si tu as besoin d’un bain, » déclara Selphy en riant avec insouciance alors qu’elle laissait enfin partir Lilith.

« Ne me traite pas comme une enfant ! » s’écria Lilith.

« Oh, voyons ! Je suis juste inquiète, le comprends-tu ? » Selphy s’était plainte avant de laisser échapper un petit rire. Puis, elle avait poursuivi. « Dis-moi si quelque chose te dérange, d’accord ? Alshiere Imera est terminé, donc il n’y a pas de grande urgence ou quoi que ce soit d’important à faire dans la cuisine. »

« … Merci, » déclara Lilith.

Curieusement, la peur qui avait assailli Lilith il y a quelques instants à peine avait complètement disparu. C’était vraiment une chance que son amie d’enfance soit à ses côtés.

Après que Selphy ait quitté sa chambre, Lilith était sortie du lit et avait posé ses pieds au sol.

« Je devrais le signaler à Son Altesse, n’est-ce pas ? » se demanda Lilith.

Cette action avait le potentiel de nuire à Alshiera, mais elle pensait que l’Archidémon était capable de régler les choses de la meilleure façon possible, même en tenant compte de cela. Et ainsi, Lilith se gifla vigoureusement les deux joues et se leva de son lit.

 

◇◇◇

« Bonjour, Maître Zagan. »

Celle qui saluait Zagan, qui était assis sur son trône avec une expression confuse sur le visage, était une fille aux cheveux blancs qui descendaient jusqu’à la taille. Elle avait la peau lisse, comme de la neige, et ses minuscules traits sur son visage étaient accentués par ses yeux d’azur transparent. Elle portait sa robe bleue d’une pièce et un tablier blanc, comme toujours, et avait un collier rustre, mais familier autour du cou. Elle était aussi belle et charmante que d’habitude, alors cette vue avait fait que les lèvres de Zagan s’étaient relâchées en un sourire.

« Oh, bonjour, Néphy, » répondit Zagan d’une voix douce, oubliant complètement sa mélancolie antérieure.

Combien de mois avait-il fallu pour qu’il puisse répondre aussi facilement à un salut matinal, vous demandez-vous ? Cela faisait près de huit mois qu’il avait rencontré Néphy pour la première fois, et à l’époque, il n’arrivait pas vraiment à faire sortir les mots de sa gorge, encore moins à lui donner un salut normal.

Peut-être parce que son expression s’était adoucie, Néphy lui sourit à nouveau en soulagement. Et sans qu’il soit nécessaire de parler davantage, un silence agréable s’était répandu dans la salle du trône… Et bien, si son ami indésirable les voyait, il était sûr de dire quelque chose comme. « Wôw, vous, les idiots, vous pouvez vraiment vous faire des sourires vraiment stupides les uns aux autres, hein ? »

Mis à part cela, les deux individus débordaient de bonheur dès le matin. Après avoir gardé le silence pendant un certain temps, Néphy s’était tournée vers la main de Zagan.

« Oh, Maître Zagan, c’est…, » demanda Néphy.

« Hm ? Oh, oui, c’est la pipe que tu m’as donnée. Ça s’appelle un kiseru, non ? » demanda Zagan.

Néphy lui avait offert la pipe le soir de la fête de l’Église connue sous le nom d’Alshiere Imera. Il était normalement utilisé avec le tabac broyé qui était placé dans le fourneau de la pipe, mais actuellement, elle était vide. Zagan l’avait fait tourner dans sa main et l’avait frappée contre sa paume.

« Je ne fumais pas ou quoi que ce soit. Il se trouve que je l’ai sorti sans réfléchir, » déclara Zagan.

Il a un aspect agréable.

Il n’avait pas seulement un bon goût et une bonne odeur, mais il était aussi agréable au toucher. Bien que, naturellement, le goût et l’odeur de la pipe dépendaient de la qualité du tabac. Il ne connaissait pas très bien tout cela, mais ce qu’il utilisait actuellement était parfumé et assez amer. Le sentiment d’exaltation que procurait le fait de fumer était une chose, mais l’arôme et la saveur étaient également très satisfaisants.

« Je suis soulagée que cela te plaise, Maître Zagan, » déclara Néphy, les oreilles pointues qui lui sortaient tout droit en souriant.

« C’est quelque chose que tu m’as donné, Néphy. N’est-il pas évident que c’est maintenant mon trésor le plus précieux ? » demanda Zagan.

« Hwah ? »

Zagan répondit d’un ton grave, conduisant Néphy à devenir rouge vif jusqu’au bout des oreilles.

« Hum, c’est juste que… la seule fois où tu en as fumé, c’était cette nuit-là, celle de l’Alshiere Imera, alors j’ai pensé que peut-être… que ça ne te convenait pas…, » déclara Néphy.

« Hein ? Ce genre de choses n’est-il pas censé être caché et protégé ? » demanda Zagan.

Dans son esprit, c’était semblable en principe à laisser votre nourriture préférée pour la fin. Il ne l’utilisait que pour célébrer quelque chose… ou pour se récompenser.

« Ah… Je suis heureuse que tu en sois si satisfait…, » dit Néphy en se couvrant le visage de ses mains et en laissant son regard vagabonder. Et alors même qu’il agonisait en la regardant, incapable de maîtriser ses sentiments, Zagan s’était éclairci la gorge en toussant.

« Quoi qu’il en soit, j’ai quelque chose à te demander…, » déclara Zagan.

« O-Oui ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Néphy.

« Hum, comment dire… ? Eh bien… comment aimes-tu… les gants que je t’ai donnés ? » demanda Zagan.

En fait, Zagan ne l’avait vue les porter que le jour même où il les lui avait remises. Et cette fois, Néphy était redevenue rouge.

« Les broderies sont très jolies, et ils sont agréables à porter. Je m’assure de les utiliser tous les jours, » répondit Néphy.

« V-Vraiment ? Dans ce cas, il est bon que tu les portes plus régulièrement…, » déclara Zagan.

« Je ne peux pas ! Si je le fais, ils vont se salir ! » Néphy avait crié alors que ses yeux étaient grand ouverts, comme s’il était impensable de laisser entendre une telle chose.

« Vraiment ? » répondit Zagan, quelque peu déconcerté. Zagan lui-même gardait sa pipe de côté, donc il n’était pas vraiment du genre à en parler. Et maintenant qu’il y avait bien réfléchi, le port de gants destinés à l’hiver à l’intérieur serait assez bizarre. Il était un peu trop tard pour reconsidérer la question, mais s’il voulait qu’elle porte quelque chose de régulier, il aurait dû choisir des gants de soie.

***

Partie 2

Manuela est vraiment très douée pour ces choses-là… Elle avait toujours choisi des vêtements qui conviennent à la fois en termes de beauté et d’usage pratique. Bien que, pour sa défense, Zagan n’ait entendu parler d’Alshiere Imera que par Gremory le jour même. Et comme il essayait de choisir quelque chose de spécial, il voulait choisir quelque chose sans se fier à Manuela. Mais il n’était pas si sûr de son succès.

Et soudain, un certain doute était apparu.

« Hm ? Alors, comment les utilises-tu exactement ? » demanda Zagan.

Est-ce qu’elle les regardait en les tenant comme une décoration ? Zagan n’avait pas utilisé sa pipe sans raison, mais il s’était retrouvé à la regarder et à la tripoter tout le temps sans même s’en rendre compte.

« Hein ? Hum… C’est… Euh…, » balbutia Néphy.

« Hm ? Tu peux en parler, » proclama Zagan. Il avait été repéré alors qu’il tripotait sa pipe, et donc il voulait savoir comment Néphy utilisait ses gants.

En fait, je veux voir encore plus Néphy agir en étant toute gênée…

Néphy hésita nerveusement, mais la jeune fille était du genre à répondre sérieusement à ses demandes mesquines.

« Hum… me promets-tu de ne pas rire ? » demanda Néphy.

« Je le promets, » avait répondu Zagan sans hésiter. Le sourire ne comptait pas comme un rire de toute façon, donc c’était probablement bien.

Les épaules de Néphy s’affaissèrent comme si sa retraite était coupée, et après une courte pause, elle se mit à parler timidement.

« Je les utilise… avant de dormir, » déclara Néphy.

« Avant de dormir ? » demanda Zagan.

« O-Oui…, » répondit Néphy.

« Comment les utilises-tu ? » demanda Zagan.

« Hein ? C’est…, » balbutia Néphy.

Zagan voulait se crier dessus pour avoir posé une question aussi insensible, mais Néphy semblait avoir été perdue dans ses pensées à cause du choc, alors qu’elle commençait à répondre sur un ton sérieux.

« Je les mets et je les frotte contre mes joues ! » répondit Néphy.

Zagan avait été renvoyé en arrière après le choc extraordinaire subi par son système.

Pourquoi diable es-tu si mignonne ?

 

 

Le simple fait de penser à cette scène l’avait rendu essoufflé. Et Néphy elle-même semblait avoir réalisé exactement ce qu’elle venait de dire, alors que ses yeux se mirent à virevolter dans un tourbillon.

« A-Ah… Je veux dire, pas ça ! Euh… mettre ces gants me fait penser à toi, alors j’ai l’impression d’être touchée par toi… Non ! Je veux dire… ! » balbutia Néphy.

Je n’aurais jamais pensé qu’elle les aimerait autant… Zagan fut frappé d’un léger vertige en apprenant le secret le plus profond et le plus sombre de Néphy. D’autre part, Néphy était maintenant si rouge qu’on avait l’impression qu’elle allait s’évanouir à tout moment. Une Néphy coincée était adorable, mais il valait mieux arrêter de la pousser, alors Zagan avait mis de l’ordre dans sa propre respiration.

« M-Mmm… Je suis heureux que tu les gardes en réserve, » déclara Zagan.

« Ah… je vais… me retenir un peu, » répondit Néphy.

« Oh, non, je ne te forcerai pas la main, donc tu n’as pas à t’en faire…, » déclara Zagan, paniqué parce qu’il avait réalisé qu’il l’avait trop taquinée.

« Cela ne suffira pas. Je faisais attention à ne pas les salir, mais hier, j’ai fini par m’endormir en les portant, » déclara Néphy.

Elle a couché avec eux sur elle ? Zagan essaya d’imaginer Néphy frottant les gants contre ses joues et s’endormant en le faisant, ce qui le mena presque lui-même à un sommeil éternel. Heureusement, Néphy ne semblait pas se rendre compte de l’imprudence de sa déclaration, alors Zagan avait réussi à retrouver son calme.

« Ne t’inquiète pas, » répondit Zagan d’un signe de tête. Puis, il avait dit. « Tout dommage sera réparé et toute saleté sera immédiatement nettoyée d’elle-même. Je souhaite que tu les utilises comme tu le souhaites. »

« … Compris. Merci… beaucoup, » déclara Néphy.

Leur moral était aussi élevé que leur gêne à ce moment-là.

Néphy traite les siens avec tant de préciosité, c’est donc moi qui suis une déception ici… Zagan avait réfléchi à sa propre incompétence, et cela semblait se voir sur son visage.

« Hum, Maître Zagan ? Y a-t-il un problème ? » Néphy le lui avait demandé, ayant un regard inquiet tout le temps.

« Hm ? Oh, non, ce n’est pas vraiment un problème ou quoi que ce soit… Eh bien, c’est un peu un problème, mais comment dire… ? » demanda Zagan.

« Pourrais-tu m’en parler ? » demanda Néphy.

Zagan ne pouvait que regarder vers elle avec une expression troublée, comme sa bien-aimée le lui demandait.

Eh bien, j’ai mis Néphy dans l’embarras, alors je suppose qu’il est injuste que je garde le silence… Et ainsi, Zagan avait tenu sa pipe.

« Je crois qu’il y a une bonne étiquette et d’autres choses du même genre quand il s’agit de fumer et de tenir la pipe, mais même en cherchant dans les grimoires que j’avais sous la main, je n’ai pas trouvé d’informations. C’est pourquoi je ne sais pas comment l’utiliser correctement, » déclara Zagan.

« Même les grimoires ne possèdent pas ce savoir ? » demanda Néphy.

« Il semble que non, » répondit Zagan.

« C’est donc un sujet aussi profond… Je n’avais pas du tout réalisé que c’était une affaire si difficile… Qu’est-ce que j’ai fait ? » se demanda Néphy.

« Non, ce n’est pas ta faute, Néphy. J’ai simplement honte de ma propre ignorance…, » déclara Zagan.

Malheureusement pour ces deux-là, il n’y avait personne pour signaler la simple erreur qu’ils commettaient. Zagan s’en inquiétait trop, car fumer n’était qu’un passe-temps, mais c’est un cadeau qu’il avait reçu de Néphy. S’il l’utilisait de manière gênante, cela aurait une mauvaise image d’elle. C’est ce qu’il pensait. C’est pour cette raison qu’il s’était contenté de tripoter le tuyau.

« Oh ! Le magasin où j’ai acheté ceci n’aurait-il pas les informations dont tu as besoin ? » Néphy s’était exclamée en tapant des mains.

« Hm… Je vois ! Un magasin doit certainement savoir comment utiliser ses propres marchandises. Bravo, Néphy, » déclara Zagan.

« Tu m’honores, » répondit Néphy, les oreilles pointues frémissant de joie. Puis, elle lui avait souri timidement et avait poursuivi en disant. « Si cela te plaît, veux-tu que j’aille le leur demander ? »

« Quoi ? Vas-tu si loin pour moi ? N’es-tu pas occupée ? » demanda Zagan.

« C’est un cadeau que je t’ai fait, je dois donc confirmer moi-même ce genre de choses, » déclara Néphy.

La poitrine de Zagan était devenue chaude à force d’entendre des paroles aussi louables. Cependant, il n’était pas sûr qu’il soit juste d’accepter simplement la gentillesse de Néphy alors qu’il s’agissait de sa propre ignorance. Et, alors qu’il se creusait la tête pour résoudre l’énigme, Néphy le poussa encore plus loin dans le coin.

« En outre, j’aimerais être celle qui t’enseigne une fois dans un —, » déclara Néphy.

« D’accord, je te laisse faire, » déclara Zagan.

« Hwah ? » Néphy avait poussé un petit cri face à sa réponse immédiate.

Hmph ! Comme si je pouvais refuser que Néphy veuille concentrer toute son attention sur l’enseignement ! Elle n’en avait pas dit autant, mais c’était ainsi que Zagan l’avait interprété.

« E-En tout cas, la préparation du petit déjeuner est terminée, » déclara Néphy.

« O-Oh… D’accord, » déclara Zagan.

« Devrions-nous appeler Mlle Alshiera pour qu’elle se joigne à nous ? » Néphy s’interrogea en regardant le visage de Zagan. C’est le nom de la vampire qu’il avait rencontré près de l’île orientale de Liucaon il y a plusieurs mois. Elle était dans son château depuis l’incident de l’Alshiere Imera. Cependant, Zagan trouvait cette vampire extrêmement désagréable, et Néphy le savait très bien.

Je suppose que c’est moi qui l’ai invitée à rester… Il lui avait également été pénible de refuser la suggestion de Néphy. Et c’est ainsi que Zagan se leva.

« D’accord. Je vais la chercher, » déclara Zagan.

« Je pourrais l’appeler pour toi… si tu le souhaites, » déclara Néphy.

« Non, elle utilise cette pièce, alors j’y vais, » déclara Zagan.

C’était la seule pièce du château dans laquelle même Néphy n’avait pas le droit d’entrer.

 

◇◇◇

Zagan se dirigea vers une salle située directement sous son trône. C’était une grande grotte située à quelques dizaines de mètres sous terre. Toute sorcellerie faite à partir du Phosphore du Ciel était intrinsèquement dangereuse, c’est pourquoi il prépara un espace, sur le modèle du Palais des Archidémons, précisément dans ce but. Il y avait fait des recherches et des essais sur son sort interdit, de sorte que le risque qu’il se déchaîne ou qu’une malédiction se déclenche était assez élevé. Ainsi, même Néphy s’était vu interdire l’entrée sans autorisation.

C’est seulement assez dangereux parce que j’ai mal calculé au départ la quantité de retenue que je dois mettre dans le Phosphore des Cieux avant.

Cela s’était produit juste au moment où Gremory, Kimaris et les autres sorciers étaient tombés sous son emprise. À l’époque, la pièce n’avait que la taille d’un laboratoire un peu plus grand, mais après une libération accidentelle de la Grande Fleur de Phosphore des Cieux quintuple, elle avait fini par s’agrandir pour atteindre la taille d’un lac. Il avait les deux sorciers, Kimaris et Gremory, en réserve au cas où le pire se produirait, c’est pourquoi les deux sorciers étaient si effrayés pendant son combat avec Orias.

Il avait au moins installé des supports et autres pour s’assurer qu’il n’y aurait pas d’effondrement, mais il n’était pas certain de l’effet que la libération accidentelle du phosphore des cieux avait sur la couche inférieure ou sur l’air à l’intérieur de la grotte elle-même. Il n’y avait pas de signes visibles de danger maintenant, mais il ne savait pas comment ce serait après dix, vingt ou cent ans.

Une sonnerie claire avait retenti dans la dangereuse grotte. Cela ressemblait à une cloche, mais n’en était pas une. C’était un verre rempli de vin. En la secouant légèrement, il avait laissé échapper un son. Et celle qui se trouvait proche de la sonnerie était une petite fille.

Le verre à vin était soutenu par une longue et étroite construction en fer. Le morceau de fer rectangulaire avait une poignée semblable à celle d’une arbalète, et était à peu près de la même longueur que l’avant-bras d’un homme adulte. Et la petite fille tenait dans sa main un objet dont la construction était si grossière. C’était une arme appelée le chasseur de séraphins, construite il y a mille ans.

Curieusement, chaque fois que la sonnerie résonnait dans la grotte, la masse de fer passait du noir au blanc, et du blanc au noir. Zagan pouvait dire avec ses yeux qu’elle rangeait et sortait en fait des armes différentes de son fourreau — qu’elle appelait elle-même un holster — sous sa jupe.

Et à une vitesse terrifiante aussi…

Elle avait tenu la pointe de l’arme légèrement levée et avait équilibré le verre de vin en l’air. Et avant que la gravité ne puisse prendre le dessus, elle avait rangé son arme et avait dégainé l’autre, la ramenant juste sous le verre de vin. D’une certaine manière, c’est tout ce qui se passait, mais avec une masse de métal aussi importante qui entrait en collision avec un verre aussi fragile, elle se briserait normalement.

Ce qui était vraiment terrifiant, c’est que l’arme s’était complètement arrêtée juste avant de toucher le verre de vin, et le fait qu’elle répétait cela des centaines, voire des milliers de fois, sans que cela soit perceptible à l’œil nu.

Zagan lui-même avait été témoin de la puissance des chasseurs de séraphins. Serait-il même capable de gagner contre elle si elle les utilisait ?

Non, ce serait futile… du moins, pour l’instant.

Zagan avait déjà fait tomber trois Archidémons différents, mais il était capable de l’admettre honnêtement. Si sa préparation préalable était parfaite, il aurait été possible de la défier. Mais aller au combat en supposant que ses préparatifs étaient parfaits était un acte de fou. À cet instant précis, Zagan ne possédait aucun moyen de vaincre cette fille. C’est tout ce qu’il y avait à faire.

Le pouvoir des chasseurs de séraphins était certes menaçant, mais ce n’était pas en soi impossible à gérer. En fait, la gestion de pouvoirs aussi déraisonnables s’était avérée être la spécialité de Zagan. Le problème était leur manieur. Elle était plus rapide avec eux que Zagan ne l’était pour utiliser la sorcellerie.

***

Partie 3

Zagan était capable de reproduire un cercle magique en une fraction de seconde, et elle était même plus rapide que cela. Même avec la vitesse de réaction d’un sorcier, il ne serait pas capable d’activer l’Écaille des Cieux à temps. Elle avait été fondamentalement plus rapide que l’activation de la sorcellerie elle-même. La vitesse et la précision des mouvements d’un vampire dépassaient de loin le domaine de l’humanité. Zagan lui-même s’était spécialisé dans le renforcement de son propre corps, et même lui serait sûrement incapable de la suivre.

En d’autres termes, c’était un art martial, pour ainsi dire. Même parmi tous les Archidémons, il n’y en avait probablement pas un seul qui pouvait y faire face. Même Andrealphus, qui pourrait arrêter le temps, ne pourrait rien faire avant que sa sorcellerie ne s’active.

Archidémons, démons, épées sacrées et mysticisme céleste. De tous les pouvoirs auxquels Zagan s’opposait, ils utilisaient tous des techniques qui manipulaient une quantité massive de mana et d’auras. C’est pourquoi il ne possédait aucun moyen de surmonter un art martial aussi pur.

Pour commencer, je n’ai jamais eu d’adversaire qui exerce de tels pouvoirs.

Zagan était capable d’utiliser les arts martiaux simples dans une certaine mesure, mais ce n’était qu’un jeu d’enfant comparé à ce qui se trouvait sous ses yeux. Par-dessus tout, s’appuyer sur les arts martiaux en tant que sorcier ayant déjà acquis un pouvoir était pour lui le comble de la honte.

Néanmoins, si jamais elle s’opposait à lui, il lui fallait un moyen de se battre. Il s’était bien rendu compte qu’il lui manquait encore le pouvoir de dominer le monde. Et en même temps, une certaine pensée lui traversa l’esprit.

Le perfectionnement des arts martiaux à un tel degré est digne d’admiration.

Il s’agit d’une accumulation de dizaines, de centaines et de milliers d’années de discipline. C’était impossible à réaliser dans une vie normale. Cela semblait bizarre, même si elle ne paraissait qu’un peu plus âgée que Foll, du moins à l’extérieur.

Soudain, les yeux de la fille s’ouvrirent en grand. Quelque chose semblait avoir attiré son attention, et le vin dans le verre avait fortement bousculé. Même si le verre lui-même n’était pas tombé, le vin s’était renversé sur le sol.

« Je suis honorée d’avoir attiré votre regard, mon Roi aux yeux d’argent. »

La voix de la vampire Alshiera déclarait sans vergogne. « Je l’ai remarqué et cela a fini par me déconcentrer, » mais c’était son comportement habituel. Il y a deux mois, elle était une ennemie à Liucaon, et par un caprice quelconque, elle était maintenant abritée dans le château de Zagan.

Les vampires ne transpiraient pas et ne respiraient pas, mais la voir si calme après un exercice aussi intense avait vraiment fait réaliser à Zagan qu’elle était un monstre. Ses cheveux dorés se balançaient en l’air alors qu’elle prenait le verre de vin sur le dessus de son arme et léchait une partie du vin renversé. Quant à sa main qui tenait le chasseur de séraphins, elle s’accrochait soudain à sa poupée en peluche habituelle effrayante. Zagan n’avait pas négligé le fait que son ombre s’était détachée et avait glissé sous ses pieds tout en continuant ses mouvements théâtraux.

Est-elle capable de se séparer de son corps ?

Elle parlait auparavant comme si les vêtements que portait Kuroka étaient une partie de son corps. Bien qu’elle ne lui soit pas hostile actuellement, il devenait de plus en plus évident qu’il ne pouvait pas être négligent avec elle. Zagan avait gardé le coin de ses yeux sur l’ombre, puis il avait ouvert la bouche pour parler.

« Le Clan de la Nuit exige-t-il même une telle formation ? » demanda-t-il.

Les vampires existaient dans une tout autre dimension que les autres morts-vivants comme les zombies et les squelettes. Dans un sens, ils étaient la forme idéale que tous les sorciers aspiraient à être. Et c’est précisément pour cette raison que les sorciers les appelaient le Clan de la Nuit par respect.

Alshiera n’avait pas répondu immédiatement, mais avait plutôt affiché un sourire autodérisoire.

« Après tout, je ne les ai pas tenues depuis plusieurs centaines d’années. Mes compétences se sont au moins atténuées au point que je paniquerais un peu, » déclara-t-elle.

En y regardant de plus près, le verre présentait des fissures à sa base et laissait couler un liquide constamment. Au dernier moment, bien que sa concentration ait été perturbée, il semblerait qu’elle ait frappé légèrement le verre.

Est-ce émoussé ? Zagan pensait ça avec une grimace.

Les chasseurs de séraphins ressemblaient beaucoup au Phosphore des Cieux de Zagan, en ce sens qu’ils étaient dotés de pouvoirs inouïs qui pouvaient effacer leur cible avec un simple contact. Et là, elle disait qu’il lui était possible de les utiliser avec encore plus de rapidité et de précision. La raison pour laquelle Alshiera était maintenant obligée de demander l’aide de Zagan était qu’elle était blessée au point d’être au bord de la « mort ».

« Shere Khan est-il un ennemi aussi redoutable ? » demanda Zagan tout en restant pleinement sur ses gardes.

Celui qui visait Alshiera était l’un des Archidémons, Shere Khan. Il était classé juste après le plus ancien, Marchosias, de son vivant, et on disait qu’il surpassait même l’actuel chef des Archidémons, Andrealphus. C’était le cas, mais Alshiera se tenait là, clignant des yeux.

« Shere Khan… ? » Elle avait basculé sa tête sur le côté avec un « qui est-ce ? » regardant son visage sans montrer d’émotions. « Oh, maintenant que vous le dites, nous devons arrêter ce garçon, n’est-ce pas ? »

Cela avait laissé Zagan perplexe.

Que se passe-t-il ? L’ennemi contre qui elle se prépare n’est-il pas Shere Khan ?

À en juger par sa réaction, non seulement elle n’avait pas vraiment envisagé son existence, mais elle l’avait complètement oubliée. Elle était entièrement concentrée sur son entraînement, mais il y avait un dicton qui disait qu’il fallait penser à ses ennemis quand on se préparait au combat. En d’autres termes, l’ennemi dans les yeux de cette fille était une existence telle que même Shere Khan méritait d’être totalement ignoré.

Zagan croisa les bras et fixa la vampire du regard.

« Si Shere Khan n’est pas ton ennemi, alors pourquoi es-tu si sur tes gardes ? Avec tes pouvoirs tels qu’ils sont, même dans ton état actuel, un ou deux Archidémons ne seraient rien pour toi, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

C’est ainsi que Zagan évaluait son pouvoir, pour le moins. Et pourtant, la vampire avait simplement répondu en plissant légèrement les sourcils.

« Veux-tu dire que je ne peux pas non plus poser de questions à ce sujet ? » demanda Zagan.

« Oui. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mon Roi aux yeux d’argent. Je ne vous causerai aucun problème. C’est mon problème que je dois traiter, » déclara-t-elle.

Elle était vraiment difficile à gérer. Zagan s’était peigné les cheveux en poussant un soupir.

« Peu importe. C’est mon principe de traiter les questions gênantes par moi-même. Je ne suis pas du genre à me reposer sur les épaules des autres, » déclara Zagan.

« Et c’est précisément ce qui fait de vous le roi aux yeux d’argent, » répondit Alshiera en riant.

Cependant, Zagan la regardait d’un air menaçant.

« Mais je ne suis pas si capricieux que je puisse héberger quelqu’un sans compensation, » déclara Zagan.

Ce n’était pas un avis d’expulsion. Alshiera avait besoin des installations du Palais de l’Archidémon pour entretenir ses chasseurs de séraphins ou pour fabriquer des munitions ou autre chose. Pourtant, il était contraire aux principes de Zagan de jeter quelqu’un dehors après l’avoir sauvé. S’il l’avait fait, il ne l’aurait pas sauvé en premier lieu.

Mais je dois tenir compte du point de vue de mes subordonnés.

Ce n’était sûrement pas amusant pour les subordonnés de Zagan, qui s’épuisaient pour lui, de voir un visiteur soudain recevoir le traitement VIP sans avoir à faire quoi que ce soit en retour. En d’autres termes, c’était lui qui lui avait dit : « Si tu ne me donnes pas d’informations, compense-moi avec autre chose. » Elle avait aussi sûrement compris cela. Son visage s’était raidi et elle avait brandi son verre de vin fêlé.

« Quelle énigme ! Ai-je même quelque chose pour vous dédommager, je me le demande ? » demanda-t-elle.

« Oui, c’est vrai. Si tu ne veux pas parler, tu peux utiliser ton corps, non ? » demanda Zagan.

Alshiera ne semblait pas s’attendre à une telle réponse, et elle s’était raidie. « Ce qui signifie… ? »

« Tu ne comprendras donc même pas ces choses sans qu’on te l’explique ? » dit Zagan avec un soupir d’étonnement. Il avait alors pointé son doigt vers elle. « N’est-il pas évident que je te dis d’aider Néphy dans ses tâches ? »

C’était fondamentalement le travail de tous les résidents de ce château qui n’étaient pas des sorciers. En y repensant, c’était aussi la première punition de Foll, mais elle avait été d’une utilité inattendue pour Néphy. C’était également le chemin qu’avait emprunté l’archange Chastille lorsqu’elle avait séjourné temporairement au château. Selphy avait également reçu le même travail. Tout comme Lilith, qui avait également servi de médiateur à Liucaon.

Alshiera avait simplement regardé en réponse, les yeux écarquillés, sans savoir ce qu’on lui disait.

« Hein ? Les tâches… ? Vous voulez dire… la cuisine, le nettoyage, etc., » demanda-t-elle.

« Exactement. Cela dit, la cuisine a suffisamment de mains. Il te restera donc à faire le ménage, » déclara Zagan.

La vampire avait encore du mal à avaler la situation, et se tenait toujours là, clignant des yeux et le fixant du regard. Son expression correspondait vraiment à son apparence d’enfant.

« Qu’est-ce qu’il y a ? N’as-tu pas l’intention de prétendre qu’une personne aussi noble que toi est incapable de faire le ménage, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

C’est ainsi que Lilith avait résisté au début.

« Non, ce n’est pas le cas, mais… hum, est-ce suffisant ? » demanda-t-elle.

« Tu ne me diras rien. Tu ne possèdes aucune connaissance en sorcellerie. Alors que peux-tu faire d’autre ? » demanda Zagan.

« C’est… certainement vrai. Mais… n’êtes-vous pas un Archidémon ? » demanda-t-elle.

« Est-ce si étrange qu’un Archidémon t’ordonne de nettoyer ? » demanda Zagan.

« Selon mon intuition, tout à fait…, » déclara Alshiera, mais elle avait secoué la tête en y réfléchissant. « Non, je suppose que c’est étrange pour un Archidémon, mais pas pour le roi aux yeux d’argent. C’est exactement ce que je voudrais que vous disiez. »

Elle sourit avec une expression quelque peu nostalgique, laissant Zagan avec un étrange sentiment de malaise.

C’est la même chose qu’à l’époque de l’Alshiere Imera.

On avait l’impression que cette fille fusionnait volontairement dans son esprit quelqu’un connu sous le nom de roi aux yeux d’argent avec Zagan, et avait tendance à le formuler comme si elle espérait qu’il devienne comme quelqu’un d’autre.

« Hmmm, » dit Zagan d’un signe de tête, « laisse-moi te demander une chose. Combien de personnes as-tu appelées “roi aux yeux d’argent” ? »

L’expression qu’elle avait faite à l’époque n’était pas de celles qu’il oublierait aussi facilement. Elle était heureuse, triste, ébranlée, pleine de désespoir, et pourtant, elle semblait avoir été sauvée. Son expression était remplie d’émotions. Il n’avait vu cette expression qu’une seule fois auparavant, lorsqu’il lui avait posé des questions sur Azazel. Sa réaction à l’époque était un peu différente, mais son expression était tout aussi différente de son attitude normalement désinvolte.

Je suppose que c’est vraiment une question à laquelle elle ne veut pas répondre ?

Zagan n’était pas si insensible qu’il continuait à s’immiscer avec force dans la vie privée des autres, même s’il les détestait. Eh bien, c’était un peu risible pour un sorcier entre toutes choses de s’inquiéter d’être sensible.

« Cela ne me dérange pas vraiment si tu ne veux pas répondre, » déclara Zagan.

Au moment où Zagan proposait de se retirer, Alshiera serra sa poupée en peluche et secoua la tête.

« … Non. C’est quelque chose… que j’aimerais que vous entendiez, » déclara-t-elle.

C’était la première fois qu’elle disait quelque chose comme ça. C’était également inattendu pour Zagan, qui lui avait fait un signe de tête en la regardant fixement, émerveillé.

« Jusqu’à présent, il y a eu trois personnes qui méritent d’être appelées par moi en tant que Roi aux yeux d’argent, » déclara-t-elle.

« Trois ? » demanda Zagan.

L’un serait Zagan, et un autre serait le roi aux yeux d’argent transmis dans les légendes de Liucaon.

Alors, qui est le dernier ?

Cette vampire vivait depuis des centaines d’années maintenant. Il était tout à fait naturel de penser qu’il y en avait une autre à l’époque entre le roi de légende aux yeux d’argent et Zagan. En tout cas, ce dernier roi aux yeux d’argent avait-il été la source du malaise ressenti par Zagan ? Alshiera avait simplement souri de façon solitaire, et n’avait pas parlé plus loin.

« Peu importe, » répondit Zagan en secouant la tête, « Je m’en souviendrai. En tout cas, c’est l’heure du petit déjeuner. »

Il s’était écoulé pas mal de temps depuis que Néphy était venue chercher Zagan. S’ils s’attardaient plus longtemps, la nourriture refroidirait. De plus, Zagan avait d’autres affaires à régler aujourd’hui. Et avec cela, Alshiera avait fait une révérence en tenant le bas de sa jupe.

« Tout est comme vous le voulez, mon Roi aux yeux d’argent, » déclara-t-elle.

Et en lui jetant un regard de côté, Zagan s’était souvenu d’un autre individu.

Marc possède-t-il aussi ce niveau de pouvoir ?

Il était autrefois l’ami d’enfance de Zagan, celui qui lui avait enseigné les arts martiaux ainsi que tout ce dont il avait besoin pour survivre. Il était également l’homme qu’Alshiera avait identifié comme celui qui le mènerait à Azazel. Zagan avait entendu dire qu’il avait autrefois possédé les Chasseurs de séraphins. Il avait simplement reçu cet indice, et n’avait pas encore obtenu plus de détails de l’homme qui les connaissait le mieux.

***

Partie 4

Alshiera avait vraiment semblé apprécier son repas bien que Raphaël ait eu un regard un peu sévère parce qu’elle demandait constamment encore plus de vin, ce qui avait eu une mauvaise influence sur l’éducation de Foll. Le majordome faisait l’expression d’un mangeur d’hommes, mais les habitants du château s’y étaient déjà assez habitués. Quant à la petite fille en question, Foll ne faisait que fixer Raphaël et l’observer.

Et ainsi, après avoir pris un agréable petit déjeuner avec cela en guise de spectacle, Zagan était retourné dans la salle du trône, où une fille l’attendait oisivement.

« Hum, Votre Altesse ? » demanda la fille.

« Lilith ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

Elle avait les cheveux roux attachés des deux côtés de la tête, ainsi que des cornes noires torsadées. Son visage raffiné était accentué par ses yeux dorés, et elle avait des ailes de chauve-souris qui jaillissaient de son dos. C’était Lilith, la princesse des succubes.

Ses yeux dorés et ses cornes tordues étaient des caractéristiques que l’on pouvait voir sur des fomoriens comme Gremory. Les succubes avaient le pouvoir de voir les rêves, tandis que les fomoriens avaient le pouvoir de détruire tout ce qu’ils regardaient. Il avait été établi qu’il y a longtemps, les deux étaient des races très étroitement liées qui possédaient toutes deux des yeux magiques.

 

 

En y repensant, il ne l’avait pas vue pendant le petit déjeuner.

Oh oui, cette fille ressemble aussi à Alshiera, n’est-ce pas ? Il était curieux de voir comment, même si Gremory et Alshiera ne se ressemblaient pas le moins du monde, cette fille avait des traits communs à l’une ou l’autre. Il n’avait recommencé à y penser qu’à cause de son petit échange avec la vampire ce matin, mais il avait soudain réalisé que l’état de Lilith avait quelque chose d’étrange. Son visage habituel empli d’une forte volonté était maintenant complètement pâle. Il semblait qu’elle n’avait pas seulement peur, mais qu’elle était aussi en mauvaise santé.

Eh bien, je suppose que tout le monde autour d’elle est un sorcier ou apparenté. Elle avait bien sa meilleure amie Selphy avec elle, mais en tant que lui-même sorcier, Zagan ne comprenait pas grand-chose aux angoisses d’un roturier mêlé au milieu d’une bande de sorciers.

Il avait continué à marcher vers son trône et avait claqué des doigts. L’une des chaises le long du mur avait glissé toute seule sur le sol et s’était placée derrière Lilith. Elle était restée là, les yeux écarquillés pendant un moment, et Zagan lui avait fait un léger signe de la main.

« Assois-toi. Je ne peux pas te laisser t’effondrer au milieu de notre conversation, » déclara Zagan.

« Merci, » déclara Lilith.

« Alors, de quoi as-tu besoin ? » demanda Zagan.

Lilith s’était posée sur la chaise et n’avait pas vraiment pu pendant un court instant faire bouger sa bouche sans laisser sortir sa voix.

Elle est terriblement timide pour une fille si forte… Même maintenant, il semblait qu’elle avait peur de parler en tête-à-tête avec un Archidémon. Néanmoins, c’était elle qui avait pris la décision, alors elle allait sûrement commencer à parler toute seule. Zagan s’était simplement assis là à la fixer sans la presser de se dépêcher et avait attendu qu’elle parle.

Et peu de temps après, après avoir mis de l’ordre dans ses pensées, Lilith avait timidement ouvert la bouche.

« En fait… ce matin… J’ai vu un rêve effrayant… A-Attendez ! Ce n’est pas ce que je veux dire ! Hum, je suppose que ça l’est un peu, mais ce n’est pas…, » déclara Lilith.

« J’ai compris, alors calme-toi et essaie de m’en parler, » déclara Zagan.

Zagan fit de son mieux pour ne pas lui faire plus peur qu’elle ne l’était déjà, et Lilith agissait avec suffisamment de timidité pour qu’il semble que de la vapeur commence à sortir de sa tête.

« Vous pouvez en rire en disant que ce n’était qu’un rêve… mais j’ai vu quelque chose d’étrange. J’étais dans un endroit qui ressemblait à un temple, mais il n’y avait pas de plafond, et pourtant pas de ciel. Il n’y avait personne, et pourtant je pouvais dire que quelque chose d’affreux était là…, » Lilith se remémora le paysage particulier qu’elle avait vu lorsque ses molaires s’étaient entrechoquées. « C’était… comme si… » Elle avait hésité. Comme si elle avait peur de le mettre en mots. Mais malgré cela, elle avait su rassembler son courage. « Le monde s’est arrêté là. C’est ce que j’ai ressenti. »

Cela avait laissé Zagan assez surpris. En tant que sorcier, il était normal de penser que les rêves ne possédaient aucun pouvoir. Cependant, voir l’avenir en eux était considéré comme un miracle depuis les temps anciens. Il était difficile d’en rire comme d’une superstition quand la princesse des succubes parlait de telles choses. Zagan avait donc commencé à lui poser des questions précises à ce sujet.

« La fin du monde est une façon terriblement inquiétante de le décrire, on peut le dire. Était-ce une sorte de vision prophétique ? » demanda Zagan.

« Je me le demande… ? Peut-être, mais je ne pense pas que ce soit le cas, » déclara Lilith.

« Hmmm. Écoutons donc la base de ton raisonnement, » déclara Zagan.

Il semble que le choix de mots de Zagan soit un peu erroné, alors que Lilith commença à hésiter et regarda autour d’elle dans la pièce.

Mais on ne dirait pas que ce n’est que son imagination. C’est pourquoi il voulait lui demander si elle avait une idée de ce que c’était.

« La base… ? Oh, c’est vrai. » Lilith avait soudain levé les yeux vers Zagan. « Je ne sais pas si c’est une base aussi solide, mais j’avais été sauvé par Ma Dame dans ce rêve. »

« Votre Dame ? Alshiera ? » demanda Zagan.

« Oui… Oh, mais je n’ai pas vu son visage. Je pense juste que c’était probablement elle qui l’a fait, » déclara Lilith.

Zagan s’était souvenu de ce qui s’était passé le matin.

Maintenant que j’y pense, elle a été étrangement perturbée pendant un instant au milieu de son entraînement… Et à ce moment, Zagan avait vu une ombre s’envoler loin d’elle. Il ne savait pas exactement quand Lilith s’était réveillée, mais la probabilité qu’Alshiera ait utilisé son ombre pour intervenir d’une manière ou d’une autre était assez élevée.

« Si c’était elle, alors plutôt qu’un rêve prophétique, c’était plus comme si j’étais dans le “maintenant”. Comme si c’était un endroit plus proche de la réalité…, » déclara Lilith.

« Je vois…, » Zagan acquiesça, et en même temps, un nouveau doute se fit jour. « Alshiera est donc capable d’intervenir dans les rêves ? »

Il voulait seulement marmonner cela à lui-même, mais Lilith avait quand même répondu timidement.

« À ce propos… Votre Altesse, l’avez-vous déjà vue avec ses cheveux défaits ? » demanda Lilith.

Zagan avait réfléchi afin de répondre à cette question inattendue.

« Non, je ne l’ai pas fait, » déclara Zagan.

Même quand il l’avait vue sur l’île inhabitée près de Liucaon, ses cheveux ébouriffés étaient encore attachés. Il ne l’avait jamais vraiment remise en question, mais la voix de Lilith semblait totalement convaincue de quelque chose.

« En fait, j’ai l’impression d’avoir déjà vu un rêve similaire. À l’époque, il y avait une autre personne qui avait les mêmes cornes que moi… » Elle hésita un peu, ne sachant pas si elle pouvait en parler davantage, mais son silence ne dura pas longtemps. « Je pense que c’était peut-être Ma Dame, avec ses cheveux défaits… »

Ce qui signifiait qu’Alshiera était à l’origine une succube, et que ses cheveux et ses rubans cachaient peut-être ses cornes. Il était cependant difficile d’imaginer comment des cornes de cette taille pouvaient être cachées. C’était plutôt inattendu, mais Zagan s’était trouvé étrangement convaincu de ce fait.

« Vraiment ? Je suppose que ce n’est pas si étrange pour elle d’être une succube qui est devenue une vampire, » déclara Zagan.

Le nombre de succubes devenues sorcières au cours de l’histoire n’était pas si insignifiant. Zagan avait également vu Alshiera manipuler des ailes faites d’ombres pendant qu’elle combattait. Il pensait à l’époque que c’était une capacité caractéristique du Clan de la Nuit.

Mais qu’est-ce que cela signifie ? Alshiera était du genre à tout cacher sur elle-même à tout prix. C’est par hasard qu’il avait trouvé des informations sur sa véritable identité, mais il ne pouvait pas deviner la signification de ces informations. Et une fois de plus, un point avait été placé en territoire totalement inconnu. À quoi ce point était-il relié au juste ?

Zagan avait plié les bras et avait laissé échapper un gémissement.

« Je ne peux pas vraiment dire grand-chose sur la seule base de ces informations, mais l’endroit que tu as vu dans ton rêve n’était probablement pas un rêve. Cela en ferait-il quelque chose comme l’espace d’Alshiera… ? » demanda Zagan.

Parmi les sorciers, il y avait ceux qui étaient capables de créer leur propre sorte de sous-espace. Il se trouve que c’était le domaine de spécialité de Barbatos. Dans ce cas, les succubes pourraient peut-être créer un espace privé similaire dans les rêves.

Lilith avait touché ses propres lèvres comme si elle s’inquiétait de la question.

« Son propre espace… Non, si je devais en dire plus alors, c’était plutôt comme si elle protégeait cet endroit…, » et après avoir sombré dans le silence pendant un moment, Lilith avait continué sur un ton clair. « Pour moi, c’était plutôt comme si elle était la gardienne de ce lieu. »

« La gardienne… ? » Ce mot avait laissé Zagan quelque peu décontenancé.

Non, attends… ce n’est pas impossible quand il s’agit d’elle…

Zagan continuait à mettre de l’ordre dans ses pensées en répondant.

« Ton hypothèse est peut-être juste, » déclara Zagan.

« Comment cela se fait-il ? » demanda Lilith.

« Voyons voir… Tu ne le sais peut-être pas, n’ayant quitté Liucaon que récemment, mais as-tu déjà ressenti le fait que ce monde est terriblement confiné ? » demanda Zagan.

« Hein ? Confiné… ? Y a-t-il quelque chose de l’autre côté de l’océan ? » demanda Lilith.

C’était exactement cela. La seule grande masse terrestre était celle qu’on appelait le continent. Tout le reste était de l’océan. La seule exception était Liucaon. Aucun autre continent ou pays n’avait jamais été confirmé.

« Hmm, commençons par le début. Lilith, as-tu déjà entendu parler de la théorie selon laquelle ce monde existe au sommet d’une sphère ? » demanda Zagan.

« Oui. C’est la théorie selon laquelle le monde est rond et tourne en rond, non ? » demanda Lilith.

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un membre de la famille royale, elle possédait au moins ce niveau d’éducation. Cela avait aidé à ce que son explication puisse se faire plus rapidement.

« Exactement. Les sorciers voulaient donc savoir quelle était la taille exacte de cette sphère. Et plusieurs sorciers ont donc calculé la taille du monde, » déclara Zagan.

« Pouvez-vous même comprendre ce genre de choses grâce à la sorcellerie ? » demanda Lilith.

« Ce n’est pas si compliqué. Si vous examinez le temps que mettent le soleil et la lune à passer au-dessus de vous en deux points distincts, vous pouvez mesurer la distance en vous basant sur la différence. Il est possible de le faire même si vous n’êtes pas sorcier, à condition d’être suffisamment motivé. Mais cela demande beaucoup de temps et d’efforts, » expliqua Zagan.

***

Partie 5

La sorcellerie elle-même était quelque chose que n’importe qui pouvait utiliser tant qu’il possédait le savoir, donc Zagan ne la considérait pas comme particulièrement spéciale.

« Selon leurs calculs, le continent n’est apparemment pas plus grand qu’un dixième du monde entier. C’est comme ça qu’est le monde. Il y a des erreurs de mesure qui proviennent des estimations faites avec cette méthode, mais apparemment, le résultat n’est pas si loin, » déclara Zagan.

Après de multiples calculs, une valeur moyenne devait apparaître. Et tous ces calculs ne s’écartaient pas beaucoup de la valeur moyenne.

Lilith était assise là, clignant des yeux, surprise.

« Un dixième ? Les 90 % restants sont-ils entièrement constitués d’océan ? » demanda Lilith.

« Qui sait ? Mais il est vrai que personne n’a jamais découvert d’autre terre, » déclara Zagan en regardant Lilith. « N’est-ce pas étrange ? Penses-tu vraiment que les sorciers ne s’intéressaient pas au monde extérieur loin de ce continent, bien qu’ils aient vécu pendant des centaines d’années ? Il ne devait pas y avoir qu’un ou deux sorciers qui utiliseraient pleinement leur sorcellerie et partiraient sur des bateaux à la recherche d’autres choses dans le monde. Et pourtant, personne n’a jamais rien trouvé. »

C’est pourquoi le monde lui semblait trop confiné. Pourtant, Lilith s’était penchée, incapable de saisir ce qu’on lui disait.

« Mais la sorcellerie est capable de sauter dans l’espace, non ? Il y a ce malsain parmi vos amis qui peut faire ça, n’est-ce pas ? » demanda Lilith.

Elle était sur la bonne voie. C’était précisément le domaine d’expertise de Barbatos. En théorie, cet homme était capable d’aller n’importe où dans le monde. Il y avait cependant un risque de sauter dans l’inconnu, il ne pouvait donc pas le faire.

Cependant, Zagan avait secoué la tête.

« Apparemment, cela ne fonctionne pas. Certains y sont peut-être parvenus, mais aucun n’est revenu. Ou peut-être ont-ils échoué et ont-ils été contraints de revenir sur le continent avant de pouvoir en sortir, » déclara Zagan.

« Cela signifie…, » commença Lilith.

Zagan acquiesça. « Il semble que le continent soit enfermé dans une sorte de petite cage. »

Peut-être que ce qui se trouvait au-delà était l’autre monde, où les dragons et les anciens dieux étaient allés. C’est pourquoi il s’agissait d’un sujet sur lequel les sorciers s’étaient creusé la tête pendant de nombreuses années. Mais après avoir entendu l’histoire de Lilith, Zagan avait trouvé une réponse différente à cette question.

Lilith était restée assise, abasourdie, et Zagan avait poursuivi son explication.

« Nous avons un peu dérapé. Revenons à l’endroit que tu as vu dans ton rêve. Après avoir entendu parler de cela, j’ai l’impression que l’endroit que tu as vu est quelque chose comme “le bord du monde”, » déclara Zagan.

Ou peut-être était-ce quelque chose comme la clé de voûte qui avait scellé la cage.

« Le bord… du monde…, » murmura Lilith.

Ayant peut-être pris conscience d’une chose, Lilith avait serré sa maigre poitrine. Si Alshiera protégeait cet endroit, cela pourrait expliquer la nécessité pour elle de quitter Liucaon malgré son immense pouvoir. Cela avait également donné un indice sur la raison pour laquelle une telle cage avait été construite dans le monde entier.

Zagan avait regardé de haut sa propre main droite, l’Emblème de l’Archidémon.

Il est logique que le Seigneur-Démon, ou même les démons eux-mêmes soient tous enfermés avec ce monde.

Il y a mille ans, il y avait eu un incident qui avait vu l’extinction de nombreuses races. Celui qui avait provoqué cela est probablement le Seigneur-Démon. Aussi, ses pensées résiduelles, ainsi que les démons, pourraient facilement être amenées ici. Et surtout, il y avait le fait que le Seigneur-Démon était scellé dans les Emblèmes de l’Archidémon.

Et cela avait peut-être été jugé insuffisant pour sceller une calamité qui pourrait détruire le monde lui-même. C’est probablement pour cela qu’ils avaient choisi un endroit spécial, comme un rêve, pour servir de clé ou de porte à ce sceau.

Si c’était le cas, cela expliquerait la fixation particulière d’Alshiera sur Lilith parmi ces trois filles de Liucaon. Et si tout cela était vrai, alors tout cela mènerait à une seule conclusion.

En bref, Alshiera est-elle un moyen de dissuasion contre le Seigneur-Démon… ?

Avec les chasseurs de séraphins en main, les pouvoirs d’Alshiera dépassaient déjà largement l’intellect humain. Même dans son état actuel, il serait extrêmement difficile pour Zagan de la vaincre dans une confrontation frontale. Et pourtant, elle paniquait.

Peut-être… qu’il ne reste pas beaucoup de temps. Alshiera avait déjà subi une blessure mortelle. Le moindre fragment de vie lui avait été accordé — bien que l’on puisse se demander si un tel terme était approprié — en raison du sang d’un Archidémon qu’elle avait bu. Mais elle ne disposait sûrement pas de beaucoup plus de temps. Dans le pire des cas, Zagan devait au moins devenir aussi fort qu’Alshiera pour s’opposer au Seigneur-Démon.

Si cela concerne une façon simple de tuer Alshiera, alors il y a des moyens d’y parvenir. S’il n’était pas si pointilleux sur ses moyens, alors c’était effectivement possible. Mais il y avait une priorité à tout. La priorité numéro un de Zagan était de protéger la vie tranquille de Néphy et Foll. Il se débarrasserait volontiers du peu de fierté qu’il avait pour une telle cause. Il y avait simplement un conflit de priorités, donc il ne l’avait pas tuée. Si le moment arrivait où il n’y avait plus aucun avantage à la garder en vie, il le ferait.

Cependant, Néphy ne souhaiterait sûrement pas cela. C’est pourquoi il avait cherché une solution plus amiable. En fin de compte, gagner lui-même plus de force était le moyen le plus rapide et le plus facile de tout résoudre.

Mais il est sans doute préférable de disposer d’une assurance.

Zagan avait rassemblé les informations dans sa tête et s’était adressé à Lilith une fois de plus.

« Lilith. Si jamais tu revois le même rêve, enquête de ton mieux sur l’endroit. Tout est bon. Indique-moi simplement toutes les informations que tu peux obtenir, » déclara Zagan.

« … Compris. » Et alors même que le sang s’écoulait d’une manière splendide de son visage, Lilith acquiesça fermement.

« Cependant, cela s’accompagnera sûrement d’un danger approprié. Si c’est vraiment le bord du monde, cela signifie qu’il y a quelque chose qui serait très gênant si elle traversait. Alors…, » continua Zagan sur un ton grave. « Ce que tu dois prioriser par-dessus tout, c’est ta propre survie. »

Lilith le fixa en silence. « Hein ? La survie… ? »

« Oui, je me fiche de savoir comment. Peu importe ce que tu sacrifies, tu dois le faire. Moi, ou l’un de mes subordonnés viendrons certainement te sauver. Donc, tu dois survivre même une seconde de plus à n’importe quel prix. Après tout, les morts ne peuvent pas être sauvés, » déclara Zagan.

Zagan avait essayé de transmettre cela d’une manière facile à comprendre, mais Lilith avait toujours l’air complètement étonnée.

« Allez-vous… venir me sauver ? » demanda Lilith.

« Bien sûr. Qui suivrait un roi qui ne peut pas protéger ses propres subordonnés ? » demanda Zagan en réponse.

Et avec cela, Lilith avait finalement fait un signe de tête vigoureux.

« … OK. Compris. Je survivrai, quoi qu’il arrive, » déclara Lilith.

« Hm. Très bien. » Zagan acquiesça et Lilith avait souri d’un air soulagé.

« Hé, Votre Altesse ? » demanda Lilith.

« Quoi ? » demanda Zagan.

« Hmm… Merci de m’avoir écoutée sérieusement. Honnêtement… Je pensais que vous vous moqueriez de moi, » déclara Lilith.

Zagan était curieux de savoir ce qui l’avait rendue si anxieuse jusqu’à présent, et il poussa un soupir exaspéré.

« Je peux au moins dire d’un coup d’œil si tu essaies ou non de m’embêter. Ne t’inquiète pas de ces questions insignifiantes. S’il t’arrive autre chose d’étrange, signale-le dans les moindres détails, » déclara Zagan.

« Hm. C’est exactement ce que je vais faire. » Elle sourit à nouveau, puis se souvient soudain d’autre chose. « Hé, Votre Altesse ? »

« Quoi ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai jamais rencontré auparavant, mais Lord Marchosias était-il comme vous ? » demanda Lilith.

Zagan plissa ses sourcils, se demandant pourquoi le nom de Marchosias apparaissait.

Oh oui. Marchosias était également le protecteur de Liucaon. C’était une information importante, mais pour une raison inconnue, l’aîné n’avait laissé aucune trace de lui. Même Zagan, qui avait hérité de tout son héritage, n’avait toujours pas la moindre idée du genre de personne qu’il était. Et pourtant, il était mystérieux de voir comment il entendait ce nom partout où il allait. Ce n’était pas si étrange en soi, étant donné qu’il s’agissait d’un Archidémon qui avait vécu pendant mille ans.

Zagan secoua la tête. « Comme si je le savais. Je ne l’ai jamais rencontré. »

« Est-ce que c’est si… ? C’est un peu décevant. Eh bien, il y a beaucoup de sorciers ici, alors certains d’entre eux n’auraient-ils pas fait connaissance ? » demanda Lilith.

« Veux-tu chercher ça ? Abandonne. S’immiscer dans la vie des sorciers, c’est s’attirer des ennuis, » déclara Zagan.

Les sorciers étaient après tout des êtres méchants. Ils se ressaisissaient immédiatement s’ils étaient soupçonnés de quelque chose sans raison. Cette fille était sous la protection de Zagan, mais quelqu’un qui se mettait la tête dans les ennuis tout seul ne pouvait pas être protégé.

« D’accord, » déclara Lilith.

Ce n’était pas comme si Lilith avait l’intention de fouiner sérieusement. Elle s’était retirée sans aucune plainte et était retournée dans sa chambre.

Mais… Je suppose que j’aimerais aussi enquêter un peu sur Marchosias. Même depuis qu’il avait commencé à courir après le nom d’Azazel, on avait l’impression que le nom de Marchosias le suivait partout. Il n’avait fait aucun progrès jusqu’à présent, mais il aurait peut-être valu la peine de jeter un autre coup d’œil sur le palais de l’Archidémon.

À cette époque, c’était encore tout ce qu’il pensait vraiment de cette affaire.

***

Partie 6

Il y a quelques jours, pendant l’Alshiere Imera, la cait sith Kuroka était devenue un chat, et un incident avait eu lieu où un flot de morts-vivants en folie s’était déversé dans la ville. Le premier à réaliser qui était le coupable de l’incident était un sorcier nommé Shax. Il était un ancien disciple de l’Archidémon Shere Khan, et actuellement le subordonné de Zagan.

On ne savait pas très bien ce qu’il trouvait chez Shere Khan, mais la sorcellerie de guérison qu’il utilisait était quelque chose qu’il avait étudié à l’origine sous la direction de cet Archidémon. Et alors qu’il croyait pouvoir sauver quelqu’un avec, Shere Khan avait attaqué la patrie de Kuroka.

Il s’agissait de la chasse aux espèces rares, l’incident que Shere Khan avait perpétré il y a cinq ans. Par la suite, Shax avait guidé le subordonné de l’ancien Archidémon Marchosias qui avait pris des mesures pour purger Shere Khan. Et ainsi, Shere Khan avait été réduit à un infirme qui ne pouvait pas se rétablir. Le pouvoir qui avait réduit l’Archidémon à un tel état était les chasseurs de séraphins.

Lors de l’incident de l’autre jour, Shax avait pris des mesures pour protéger Kuroka et Alshiera afin que la tragédie d’il y a cinq ans ne se répète pas.

« — Et c’est à peu près tout ce que j’ai pu rapporter. »

Peu après le retour de Lilith dans sa chambre, le prochain à rendre visite à Zagan sur son trône pour rapporter de tels détails fut un jeune sorcier. Son apparence était celle d’un homme d’une vingtaine d’années, mais il restait un sorcier de talent, juste en dessous du niveau d’un candidat Archidémon. Il avait les cheveux longs et négligés et une barbe hirsutes. Il était en fait assez grand, mais sa posture affaissée lui enlevait toute dignité et tout impact. Il ressemblait à un jeune homme battu, mais Zagan l’avait classé parmi les cinq meilleurs sorciers du continent pour ce qui est de la sorcellerie de guérison. C’était le subordonné de Zagan, Shax, qui était normalement en poste à l’église.

Cet homme détenait le plus gros indice sur les allées et venues de Marc, mais en raison de quelques problèmes en cours, Zagan n’avait pas eu la chance de lui poser des questions à ce sujet lorsqu’il avait découvert cela. L’une des raisons était que ce subordonné de confiance voulait être placé aux côtés de Kuroka à l’église, vu que c’était elle qui était visée. L’autre raison était que, comme ces deux-là se rapprochaient, son père adoptif Raphaël avait montré une colère inhabituelle à son égard.

Lors de l’incident de l’Alshiere Imera, c’est comme si toutes les parties concernées par la chasse aux espèces rares d’il y a cinq ans avaient à nouveau été réunies en ville.

Il est naturel de penser qu’ils ont été réunis par la volonté de quelqu’un… Mais Zagan croyait que tout cela était en fait une coïncidence. Il pensait que c’était peut-être la chance qui avait amené ici ceux qui avaient besoin d’être sauvés pour qu’ils puissent l’être.

La raison en était que la fille au centre de l’incident était une cait sith, dont on disait qu’elles étaient les fées les plus bénies du monde. C’est pourquoi il pensait que peut-être sa prière pour aller de l’avant et s’affirmer avait rassemblé tout le monde. C’était parce que, par rapport à il y a cinq ans, il fallait que toutes les personnes concernées se réunissent pour qu’elle puisse faire ce pas en avant.

Si c’est le cas, alors je suppose que c’est une autre forme de mysticisme.

Le mysticisme était capable de manifester des miracles par rien d’autre qu’une prière. Seuls les hauts elfes pouvaient utiliser correctement cette capacité, mais les cait siths possédaient un pouvoir similaire qui était beaucoup plus instable. Dans un sens, c’était un peu comme une malédiction.

Ou peut-être était-ce, en fait, une malédiction. Kuroka n’avait pratiquement aucun rapport avec la chance dans sa vie quotidienne. Cela pourrait s’expliquer par le fait que le pouvoir était trop important pour son propre corps, ce qui provoquait un contrecoup.

C’est probablement le pouvoir que Shere Khan visait… C’est pourquoi Zagan ne pouvait permettre à personne de le savoir. Il n’aurait pas fait autant attention à un parfait étranger, mais Kuroka était la fille adoptive de Raphaël. Et on pourrait dire que la fille de ce fidèle majordome était une personne tout aussi importante à protéger que Néphy et Foll. Zagan avait donc une personne très importante sous sa garde.

« Shere Khan… »

Un Archidémon de la race des hommes-tigres.

Si je me souviens bien, à l’époque où j’ai hérité de l’Emblème de l’Archidémon, un sorcier thérianthrope était assis dans un fauteuil roulant.

Les Archidémons portaient tous des robes, il était donc difficile de voir leurs visages. Mais les thérianthropes se distinguaient très facilement. Il n’était pas sûr que ce soit le visage d’un tigre, mais il n’y a pas vu d’autres thérianthropes.

Zagan avait fait un signe de tête.

« Hmm, j’ai aussi entendu dire que Shere Khan a été purgé par Marchosias, » déclara Zagan.

C’était quelque chose qui s’était passé quand Zagan avait environ 13 ans, juste au moment où il avait commencé à gagner du pouvoir en tant que sorcier. Après avoir assommé Barbatos, qui était venu pour se battre, n’ayant pas appris sa leçon malgré le fait que cela se produisait tous les mois, il en avait été informé pendant qu’ils partageaient des boissons.

À l’époque, toutes pensées sur les Archidémons étaient loin d’eux deux, de sorte qu’il ne la considérait pas comme pertinente pour lui à l’époque.

Zagan avait sorti une paire de lunettes usagées de sa poche. Shax avait dit qu’il ne se souvenait pas du visage ou du nom de cette personne, mais la vague impression laissée dans son esprit était celle d’un homme portant des lunettes rondes. C’était des antiquités avec une lentille fissurée et une monture rouillée, mais les yeux de Shax s’étaient ouverts en grand quand Zagan les lui avait montrés.

« Le subalterne de Marchosias que tu as guidé il y a cinq ans portait donc cela ? » demanda Zagan.

« Oui, je suis sûr… Du moins, je pense que c’est le cas, » répondit l’autre.

Sa réponse impliquait que ses souvenirs de l’époque étaient plutôt vagues, mais la réaction qu’il avait eue en les voyant avait fait croire à Zagan qu’il les reconnaissait vraiment.

« Pourquoi le cherchez-vous, patron ? » demanda-t-il.

« … Parce que c’était un homme que je considérais autrement comme mon ami, » déclara Zagan.

Bien qu’il soit plutôt impitoyable que Zagan n’y ait même pas pensé jusqu’à récemment.

Non, ce n’est pas tout à fait juste…

Il pensait qu’il les chassait inconsciemment de son esprit à cause de l’incident avec son autre amie d’enfance Stella, mais ce n’était peut-être pas le cas. Toutes les personnes qu’il avait rencontrées et qui avaient pu connaître Marc avaient dit la même chose, comme si l’histoire avait été arrangée à l’avance.

« J’ai l’impression de le connaître, mais c’est peut-être mon imagination. »

Il y avait même des candidats Archidémon qui disaient la même chose, donc c’était assez anormal. C’était particulièrement impensable pour Shax, qui avait passé les cinq dernières années à regretter d’avoir rencontré cet homme. C’était comme si le monde lui-même essayait d’oublier l’existence de Marc.

Je parie que c’est vraiment ça.

C’était une malédiction. Bien qu’il soit quelque peu insignifiant, Zagan souffrait lui-même d’une malédiction, ce qui permettait de le savoir. C’était une variante d’une malédiction à laquelle la sorcellerie ne pouvait rien et qui pouvait contourner les lois mêmes du monde.

Zagan avait regardé Shax une fois de plus.

« Permets-moi de te poser une nouvelle fois la question. Que lui est-il arrivé à la fin ? » demanda Zagan.

On lui avait déjà annoncé le résultat. Le rapport de Shax avait fait le tri entre les principaux points. Tout sorcier serait capable de comprendre pleinement tout ce qu’il disait après l’avoir entendu une fois.

Cependant, Zagan s’était senti obligé de le confirmer une fois de plus. Son expression était sûrement assez sévère. Shax avait reculé de peur, mais il avait néanmoins ouvert la bouche pour parler.

« Il a échangé des coups avec Shere Khan… et ils se sont battus. C’est ce que je crois avoir vu, » déclara Shax.

C’est pourquoi les chasseurs de séraphins qu’il possédait étaient entre les mains d’Alshiera.

Zagan serra les dents.

C’est Marc qui a purgé Shere Khan… Et après avoir échangé des coups avec l’Archidémon, il est mort. Zagan avait pensé à cette possibilité dès qu’on lui avait remis les lunettes. Il savait que Marc n’était peut-être plus en vie. Mais même ainsi, après avoir retrouvé Stella, il avait l’espoir de pouvoir rencontrer Marc une fois de plus. Et cet espoir fragile s’était effondré en morceaux. Il avait l’impression que sa tête allait bouillir de rage, mais il avait pris une profonde respiration et s’était calmé.

« J’ai une idée de ce qui est arrivé à Marc, » déclara Zagan.

« … Laquelle est-ce ? » demanda Shax.

« On dit que ceux qui encourent la colère d’un Archidémon voient leur existence même effacée. Si cela ne se limite pas à l’anéantissement de toute la lignée d’une personne, cela signifie qu’il existe une sorte de sorcellerie… ou de malédiction, qui peut justement faire cela, » déclara Zagan.

C’était peut-être un savoir que seuls les Archidémons possédaient.

Shax avait mis la main au menton et avait ruminé lui-même sur cette hypothèse.

« C’est-à-dire qu’il y a de la sorcellerie… ou, à votre avis, une malédiction, qui est capable d’effacer l’existence de quelqu’un de la mémoire des autres… ou peut-être de la mémoire du monde ? » demanda Shax.

« C’est ce que je suppose, mais cela semble approprié, » déclara Zagan.

« Mais les malédictions ne peuvent pas être gérées par la sorcellerie, n’est-ce pas ? Pouvez-vous vraiment accomplir cela en étant un Archidémon ? » demanda Shax.

Comme il l’avait dit, les malédictions étaient une calamité à laquelle même la sorcellerie ne pouvait rien. C’est pourquoi Zagan et Andrealphus avaient tous deux cherché un autre moyen de traiter avec Liucaon. Et pourtant, Zagan secoua la tête.

« Les malédictions sont infectieuses. Si l’on pense que le fondement de la malédiction se trouve dans l’Emblème, alors il serait facile d’infecter Marc avec, » déclara Zagan.

Cela dépassait déjà largement le domaine des simples sorciers, mais avec le pouvoir d’un Archidémon, c’était tout à fait possible. Shax n’avait pas l’air totalement convaincu, mais il avait quand même acquiescé.

« Si vous le dites, patron. Vous avez une raison de le penser, n’est-ce pas ? » demanda Shax.

Ce type est un idiot, mais il a toujours du talent à mon avis. Il était terriblement faible pour lire l’atmosphère et entretenir ses relations, mais il était rapide sur ses pieds. Il ne s’était pas contenté de digérer les propos de Zagan, il avait élaboré une théorie en plus et était arrivé à sa propre conclusion.

Zagan s’était appuyé contre sa chaise et avait regardé le plafond.

« Kimaris m’a rapporté quelque chose… Tu as vu les Chasseurs de séraphins, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

« Oui, » répondit Shax.

« Selon lui, trois personnes ont travaillé ensemble pour les fabriquer. Alshiera, l’ancien, Marchosias, et une autre personne, » déclara Zagan.

Shax s’émerveillait de la mention de ce nom.

« Attendez une seconde, Marchosias… ? Qui est cette fille exactement ? » demanda Shax.

Maintenant qu’il y avait pensé, Zagan avait seulement présenté Alshiera comme une invitée qui se trouvait être une vampire. Shax était censé avoir coopéré avec elle pendant un certain temps, mais il ne semblait toujours pas savoir qui elle était.

« Eh bien, je te dirai un jour si le besoin s’en fait sentir. Cette troisième personne est la question importante en ce moment, » déclara Zagan.

« La petite demoiselle n’a-t-elle pas dit qui c’était ? » demanda Shax.

« Apparemment, elle l’a dit à Kimaris. Et il l’a bien entendue. » Zagan s’arrêta brièvement et fixa Shax une fois de plus. « Et pourtant, il ne s’en souvient pas. »

« Et cela signifie quoi ? » demanda Shax.

« Cela ne ressemble-t-il pas au phénomène qui entoure Marc ? » demanda Zagan.

La source est-elle la malédiction de Shere Khan ? Ou peut-être…

Cette troisième personne est-elle Marc lui-même… ?

Si c’était le cas, ce jeune homme aurait été en vie pendant plusieurs centaines d’années au moment où il avait rencontré Zagan. Il ne voulait pas vraiment envisager cette possibilité, mais elle ne pouvait pas non plus être écartée à ce stade.

***

Partie 7

Au moins, il y avait un lien évident entre Marchosias et Marc. C’est d’ailleurs lui qui avait été envoyé pour exécuter la purge de Marchosias.

Si Marc était la troisième personne à participer à la création des chasseurs de séraphins, cela pourrait expliquer son lien avec Marchosias.

Les points commencent à se relier…

D’après ce qu’Alshiera avait dit, toute la vie de Marc était liée à Azazel. Et ce même homme possédait les chasseurs de séraphins et avait peut-être contribué à leur création. Dans cette optique, il était tout à fait possible qu’Azazel ait été l’un des séraphins que Marchosias avait fait disparaître.

Les séraphins. Un nom qui n’existait plus dans le monde. Une autre existence amenée à la ruine par un Archidémon. De plus, quand Zagan avait interrogé Alshiera à ce sujet…

« Ce n’est pas “je ne répondrai pas” ou “je ne veux pas répondre”. Je ne peux pas vous répondre. »

Si la réponse était liée à la malédiction jetée sur Marc, alors il pouvait comprendre pourquoi elle ne pouvait pas répondre à ce moment-là. Mais il ne savait toujours pas comment tout cela était lié à lui et à Néphy.

Non… Je suppose que nous sommes déjà impliqués.

C’est pourquoi cette vampire lui avait demandé de ne pas le poursuivre.

« Mais dans ce cas…, » marmonnait Zagan à lui-même.

Je ne pourrai pas faire avec Néphy les choses que font les amoureux normaux, peu importe le temps qui passe !

Leurs discussions sur Marc le touchaient naturellement, mais c’était toujours lui qui avait appris à Zagan comment survivre. Ce n’était pas comme s’il avait été tué par des moyens lâches alors qu’il était rempli de regrets. Il avait défié un Archidémon. Il avait dû avoir la volonté et la détermination de le faire. Se venger dans un tel cas, c’était faire fausse route.

Cette affaire avec Néphy était bien plus impardonnable. Quand l’avait-il embrassée pour la dernière fois ? Il voulait l’embrasser de tout son cœur ce soir-là, pendant l’Alshiere Imera, lorsqu’ils s’échangeaient des cadeaux, mais cela ne s’était pas passé comme il l’avait prévu.

Depuis lors, Néphy était occupée à cause de la demande de Kuroka de faire soigner ses yeux, et Zagan lui-même avait dû faire face au fait de devenir la cible de Shere Khan. Il était donc difficile d’avoir un peu de temps privé entre eux. Il avait pu, bien sûr, avoir une conversation frivole avec elle comme il l’avait fait le matin. Mais ce n’était pas ce que Zagan voulait faire avec elle comme amoureux.

Je veux passer mes doigts dans ses cheveux soyeux et toucher ses oreilles et la voir être tout embarrassée. Je veux la voir s’asseoir sur mes genoux, frotter mes joues contre elle et l’enlacer. Je veux absolument faire une promenade dans un parc tout en lui tenant la main, me promener en ville, la voir me nourrir, dormir ensemble et avoir un autre baiser !

Sa colère pure avait rendu sa vision rouge, et il avait eu l’impression que le sang dans ses yeux allait éclater en larmes de sang. Il pensait que puisqu’il n’avait pas trouvé d’indices sur Marc, les choses se calmeraient et qu’il pourrait aller à un autre rendez-vous, mais Shere Khan était apparu à ce moment-là, et maintenant les choses étaient à nouveau occupées.

En effet. Tout cela est de la faute de Shere Khan.

Zagan ne se souciait pas de savoir s’il était le deuxième plus fort, ou s’il s’échappa de la mort la dernière, ou quoi que ce soit d’autre. Ce sorcier se trouvait maintenant juste à côté de Bifrons comme ennemi juré de Zagan, une némésis qui devait être anéantie même au prix de sa propre vie.

« Sois maudit, Shere Khan… Je ne te pardonnerai jamais ! Je te poursuivrai jusqu’au bout du monde et te ferais maudire ton malheur pour avoir survécu il y a cinq ans… ! » déclara Zagan.

En fait, ce n’était pas vraiment la faute de Shere Khan, mais en raison de la personnalité de Zagan, c’était une conclusion inévitable. Il avait involontairement mis toute sa force dans ses mains et avait écrasé les accoudoirs en pierre de son trône.

Et ayant senti une telle colère brute de sa part, Shax avait dégluti bruyamment.

« Euh… Hé, patron ? En fait…, » déclara Shax.

« … Quoi ? » demanda Zagan.

Shax avait encore quelque chose à dire. Ce n’était pas vraiment sa faute ou quoi que ce soit d’autre, et Zagan essayait d’être aussi doux que possible, mais sa voix tremblait encore de rage.

« N-Non, ce n’est rien. Pas besoin de vous ennuyer avec ça, patron…, » déclara Shax.

« … Hm ? Vraiment ? » demanda Zagan.

Il n’avait pas vraiment compris, mais il avait réalisé qu’il avait peut-être rendu les choses un peu difficiles pour Shax.

Eh bien, si c’est vraiment un problème, je suppose qu’il viendra m’en parler plus tard.

Cet homme n’était pas assez fou pour se taire quand il valait mieux qu’il cherche de l’aide.

Ainsi, son talentueux subordonné avait laissé Zagan au sommet de son trône en ruine.

 

◇◇◇

Après avoir quitté la salle du trône, Shax était soudainement tombé à genoux, transpirant abondamment.

Je ne pensais pas que le patron serait aussi énervé…

Mais cela n’avait pas empêché que la raison soit là. Même s’il était l’ancien professeur de Shax, les actions de Shere Khan étaient impardonnables. C’est pourquoi Shax avait trahi son professeur et avait guidé la purge de Marchosias sur lui. Il le savait, c’est pourquoi il n’avait pas pu aller droit au but en ce qui concerne le sujet pour lequel il voulait vraiment consulter Zagan.

Shax avait sorti une carte de sa poche de poitrine. Ou plus précisément, il avait sorti un « certain quelque chose » en forme de carte.

« Que dois-je faire des vêtements de Blacky… ? » demanda-t-il.

Lors de l’incident sur l’Alshiere Imera, Shax avait fini par ramasser Kuroka, qui s’était transformée en chat. À l’époque, il pensait seulement qu’elle était un chat, alors il avait ramassé les vêtements qu’il avait trouvés en même temps, pensant qu’ils pouvaient être un indice pour trouver sa propriétaire.

C’était pourtant irréfléchi de sa part. Un sorcier portant secrètement les vêtements d’une jeune femme, qui présentaient des traces d’utilisation, était la preuve évidente d’un crime que tout le monde pouvait identifier.

Je suis mort si le vieux Raphaël découvre que j’ai ces…

Il serait certainement tué. Sans aucun doute. Il était possible que Raphaël entende au moins sa dernière volonté, mais sa mort serait déterminée. Même s’il courait jusqu’au bout du monde, il se ferait tuer. Même Zagan n’aurait pas pu le protéger.

L’idée de remettre secrètement les vêtements de Kuroka dans sa chambre lui avait traversé l’esprit.

Ça ne fera pas l’affaire, elle va à coup sûr remarquer mon odeur.

Ses sens de l’odorat et de l’ouïe étaient terriblement aiguisés, précisément parce qu’elle avait perdu la vue. Même s’il utilisait la sorcellerie pour effacer toute trace d’odeur, il y avait toujours un risque qu’il laisse derrière lui une sorte de trace qu’elle pourrait suivre.

Il était possible qu’elle comprenne la situation de Shax, mais cette fille avait aussi une colocataire nommée Kuu. Celle-là était sans aucun doute une bavarde. Il était évident qu’elle en parlerait à tout le monde avant que Kuroka et elle ne parviennent à un accord.

Parier sur la capacité de Kuroka à lire la situation était un risque bien trop important. Il était en fait plus normal pour une fille de se replier sur elle-même ou d’avoir peur d’un homme qu’elle venait de rencontrer et tenait ses vêtements, y compris ses sous-vêtements.

C’était quelqu’un que Shax devait protéger même s’il devait mettre sa vie en jeu. Il ne pouvait pas la laisser vivre une telle expérience. Mais surtout, si Kuroka le découvrait, il y avait une probabilité assez élevée que Raphaël en entende parler.

Néanmoins, ce n’était pas comme s’il pouvait simplement s’en débarrasser. Il se rappelait vaguement avoir entendu dire que ces vêtements étaient quelque chose de précieux qu’elle avait reçu de son bienfaiteur. À quel point serait-elle triste si elle découvrait qu’ils avaient été jetés ? Il était nécessaire de les lui rendre d’une manière ou d’une autre.

C’est pourquoi il avait voulu consulter Zagan à ce sujet, considérant qu’il avait probablement la capacité de régler les choses pacifiquement. Cependant, étant donné sa rage, cela semblait inapproprié à l’époque.

Et tandis que Shax se creusait la tête pour ça…

« Monsieur Shax ? Quelque chose ne va pas ? » Une jeune fille aux oreilles de chat le regardait avec curiosité. Elle ne regardait pas vraiment. Elle avait juste rapproché son visage. Rien ne se reflétait réellement dans ses yeux.

Elle avait les cheveux noirs et des oreilles triangulaires de la même couleur. Et pourtant, elle avait aussi des oreilles humaines sur le côté. Ses yeux creux étaient cramoisis, et elle portait toujours la robe noire qu’elle avait eue pendant l’Alshiere Imera. Ce n’était nul autre que Kuroka, qui était censée être à l’église.

Shax avait caché ses vêtements dans la panique.

« B-Blacky ? Pourquoi es-tu ici ? » demanda Shax.

« Pourquoi ? Ne t’ai-je pas dit que j’allais me faire soigner les yeux ? Alors, je suis venue ici pour que Lady Néphy y jette un coup d’œil, » déclara Kuroka.

Son commentaire avait remué sa mémoire. Les yeux de Kuroka étaient impossibles à guérir par la sorcellerie. Cependant, c’était entièrement grâce à Néphy, l’amoureuse de Zagan, que Kuroka avait finalement pris la résolution de recevoir un tel traitement.

« Es-tu venue la voir ? Toute seule ? N’est-ce pas un peu dangereux ? Ce château est plein de sorciers, n’est-ce pas ? » demanda Shax.

« Je suis une amie du seigneur ici, donc je ne pense pas que ce soit si dangereux…, » répondit Kuroka.

« Ne sois pas si naïve. C’est peut-être un peu difficile pour toi de le demander, mais la prochaine fois, demande à quelqu’un de m’appeler. Je viendrais avec toi…, » déclara Shax.

Et pour une raison quelconque, Kuroka avait gonflé ses joues de mécontentement.

« … Qu’est-ce que tu dis ? J’ai pensé à t’appeler, mais c’est toi qui m’évitais, n’est-ce pas ? » demanda Kuroka.

Le corps de Shax s’était raidi d’un coup.

Oh oui, j’étais tellement désespéré à cacher ses vêtements que j’aurais pu m’assurer qu’on ne se voit pas…

Kuroka plissa ses yeux rouges et renifla l’air.

« Et aussi, n’as-tu pas caché quelque chose à l’instant ? » demanda Kuroka.

Ses sens étaient bien plus aiguisés que les siens. Elle avait réussi à trouver les vêtements par la seule odeur.

« Uhh, umm, de toute façon, tu portes toujours cette robe, huh !? Je pense que cela te convient ! » déclara Shax.

« V-Vraiment… ? » demanda Kuroka.

Il avait changé de sujet de force et l’expression de Kuroka s’était adoucie un peu plus. Elle avait timidement tripatouillé l’ourlet de ses vêtements pendant quelques secondes, mais avait ensuite fait une allure un peu complexe.

« On m’a dit de les porter autant que possible pour une raison inconnue. Je ne comprends pas vraiment, mais est-ce qu’il y a peut-être une sorte de sorcellerie dessus ? » demanda Kuroka.

« Est-ce le patron qui a dit ça ? Je me demande de quoi il s’agit. Mais il ne semble pas qu’il y ait de sorcellerie dessus, » déclara Shax.

Shax avait plissé ses yeux pour regarder de plus près, et le mignon petit visage de Kuroka était devenu rouge vif.

« Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Shax.

« Qu-Qu-Qu-Quoi ? Um..., » balbutia Kuroka.

Après avoir secoué sa tête, il avait remarqué qu’il était assez près de son visage en observant ses vêtements. Son instinct de sorcier l’avait poussé à vouloir sonder plus avant le secret, puisque c’était Zagan qui avait fait une fixation sur ce sujet. Après tout, les sorts de cet Archidémon étaient d’une délicatesse à couper le souffle et d’une précision extrême.

Oh merde. N’ai-je pas l’air d’essayer de voir ses seins ?

Objectivement, il avait l’air complètement coupable d’avoir jeté un coup d’œil à la poitrine d’une fille aveugle. Et au moment où il avait remarqué son action imprudente, il avait pu entendre le cliquetis du métal derrière lui.

***

Partie 8

« Hmm. Je te présente mes excuses. Je voulais venir te recevoir, mais il semble que ce soit trop tard. »

Shax se retourna et trouva un vieux majordome qui lui souriait comme un gentil vieillard. Cet homme était déjà dans la cinquantaine avec des cheveux blancs, mais malgré cela, il avait le dos bien cambré. Sa posture et son comportement donnaient l’impression de ne pas avoir pris une ride. Il avait une horrible cicatrice sur le visage, et son bras gauche était un bras artificiel d’aspect rustre fait d’une armure. C’était Raphaël, un ancien archange, l’actuel majordome de Zagan, et le père adoptif de Kuroka. La paume de son bras artificiel était fendue et on pouvait voir la poignée d’une épée en sortir.

« Eek ! Attendez une seconde, chef ! C’est un malentendu ! Je n’étais pas, euh, c’est…, » s’écria Shax.

« Ne t’inquiète pas. Il n’y a pas besoin d’excuses pour ce que je m’apprête à faire. Je me contenterai de la punition de mon suzerain, alors n’hésite pas à partir en voyage, » déclara Raphaël.

« Devez-vous vraiment vous résoudre à tuer quelqu’un comme moi !? » s’écria Shax.

Shax pleurait à chaudes larmes et Kuroka se plaça entre lui et le vieil homme.

« C’est vraiment un malentendu, Père. J’ai fait venir Monsieur Shax ici aujourd’hui pour être mon chaperon. Ce serait troublant s’il disparaissait, » déclara Kuroka.

« Argh… »

Il semble qu’il n’ait pas été capable de faire front avec sa fille adoptive qui disait cela. Sa main droite tremblait tout en saisissant la poignée de son épée, mais après un court instant, il abandonna et poussa un profond soupir.

« … Tu es devenue une adulte depuis que je ne t’ai pas vue, » déclara Raphaël.

Raphaël avait rendu son bras artificiel normal, ému aux larmes par la croissance de sa fille. Il avait ensuite pointé un formidable sourire vers Shax.

« Shax. Tu ferais bien de passer dans ma chambre plus tard. Je vais te permettre de profiter de ton DERNIER repas, » déclara Raphaël.

Oh, non. Il n’a vraiment pas l’intention de me laisser sortir de là vivant.

Shax se mit à trembler, et Kuroka laissa échapper un rire curieux.

« D’accord. Parle-lui bien, c’est une personne honnête, » déclara Kuroka.

« Franchement Blacky. Comment en es-tu arrivée à la conclusion que nous allons avoir une petite discussion agréable ? » demanda Shax.

Quand est-elle devenue si optimiste ? Et maintenant que Shax était étourdi à l’idée que sa vie était finie, Raphaël avait laissé échapper un soupire.

« Hmph. J’admets que tu as un esprit chevaleresque. Cependant, c’est une autre affaire que de permettre un comportement aussi éhonté, » déclara Raphaël.

« C’est… eh bien… c’est un peu gênant…, » déclara Kuroka.

Kuroka avait forcé un sourire face au départ de Raphaël.

Suis-je… sauvé ? Pour l’instant ? Je suppose ? Shax était resté là, abasourdi, tandis que Kuroka essayait de lui remonter le moral.

« Allons. Nous nous rendons chez Lady Néphy, alors lève-toi s’il te plaît. Tu m’escorteras, n’est-ce pas ? » demanda Kuroka.

« D-D’accord…, » déclara Shax.

Après s’être remise sur pied, Kuroka avait plissé les yeux comme pour le regarder fixement.

« Mais je n’ai pas l’intention d’être protégée par quelqu’un qui n’a aucune valeur en étant tué, tu comprends ? » demanda Kuroka.

« Hein ? De quoi s’agit-il ? » Shax lui avait fait un signe de la tête, et Kuroka avait mis sa main sur son front, épuisée.

« … Eh bien, même s’il n’y a pas eu cet incident d’il y a cinq ans, je suppose que c’est exactement le genre d’individu que tu es, » déclara Kuroka.

« De quoi parles-tu ? » demanda Shax.

« Cela signifie simplement que je dois aussi faire des efforts, » déclara Kuroka.

« Hein… ? Et alors ? Si tu as quelque chose en tête, n’hésite pas à m’en parler. Je te donnerai volontiers tous les conseils possibles. » Le fait que cette fille puisse vivre sa vie avec un sourire était la forme d’expiation de Shax. On pourrait même dire que c’est le sens même de sa vie. « … Haaah. Je pense que je comprends au moins que j’ai beaucoup de travail à faire. »

« Il semblerait que Lady Néphy soit dans la cuisine en ce moment, » déclara Kuroka.

Shax l’avait suivie dans la cuisine, quelque peu incrédule à propos de cette information, et avait trouvé Néphy à l’endroit exact où Kuroka prétendait qu’elle se trouvait. En jetant un coup d’œil, il avait pu voir Raphaël et une sirène portant des vêtements de servante aux côtés de l’elfe qui transportait de la vaisselle. Il y avait même une jeune fille avec des cornes de dragon et un sorcier à face de lion qui courait partout. En y regardant de plus près, la vampire Alshiera se trouvait également dans le coin de la cuisine.

Hein ? C’est Kimaris et la fille du patron, non ? N’est-ce pas la cuisine ? Qu’est-ce qui se passe ?

Pourquoi la femme, la fille et un candidat Archidémon travaillaient-ils tous en cuisine ? Mais avant tout cela, un ancien Archange, les ennemis jurés des sorciers, travaillant comme majordome était plus qu’étrange. Shax travaillait toujours à l’église, il ne pouvait donc pas comprendre ce qui se passait ici.

« Oh, pardonnez-moi Kuroka. J’ai perdu la notion du temps. » Néphy avait remarqué Kuroka et l’avait appelée.

« Lady Néphy, on peut se débrouiller ici, vas-y. » Raphaël l’avait encouragée, et Néphy avait baissé la tête vers lui en sortant de la cuisine. Elle avait ensuite tendu la main droite à Kuroka.

« S’il vous plaît, par ici… Oh. » Au moment où elle avait commencé à parler, elle avait regardé Shax avec ses yeux d’azur, comme si elle venait de se rappeler quelque chose. « Hmmm, Sire Shax. Pourriez-vous guider Kuroka, s’il vous plaît ? »

« Bien sûr, c’est pour cela que je suis venu, » répondit Shax.

Le visage de Kuroka était devenu tout rouge à sa réponse.

« Hein ? Euh, euh…, » balbutia Kuroka.

« Veuillez prendre sa main et l’escorter correctement, » déclara Néphy.

Et à cet instant, Raphaël pointa une fois de plus vers lui un sourire sanguinaire.

Hé ! N’est-ce pas mauvais de faire ça ici ?

Se tenir la main ne le dérangeait pas beaucoup, mais le faire devant Raphaël était dangereux. Il avait échappé de justesse à la mort il y a quelques instants. Il n’était pas certain que Kuroka puisse arrêter le majordome cette fois-ci.

« Hein… ? »

Et pourtant, lorsque Néphy se retourna, la tête penchée sur le côté, la soif sanguinaire disparut complètement.

« Lady Néphy. Prends soin de Kuroka, s’il te plaît, » déclara Raphaël.

« Bien sûr. Je vous en prie, laissez-la-moi, » déclara Néphy.

Raphaël grinçait clairement des dents derrière sa douce expression, mais il semblait qu’il n’allait pas faire un geste pour dégainer son épée.

Hein ? Est-ce que ça veut dire que cette petite princesse est plus puissante… ?

Elle avait scellé la soif de sang de Raphaël, qu’elle l’ait faite délibérée ou non. Elle était vraiment l’épouse d’un Archidémon.

Et avec son espoir en la vie retrouvé, Shax était devenu quelque peu gêné de tenir la main de Kuroka. Elle rougissait aussi abondamment, ce qui le laissait assez perplexe quant à ce qu’il devait faire. Cependant, alors que les deux hésitaient, Néphy leur avait pris les deux mains et les avait mis ensemble.

« Je ne connais peut-être pas toutes les circonstances, mais Kuroka a besoin de votre aide. N’est-ce pas quelque chose d’assez important pour vous aussi ? » demanda Néphy.

Les yeux de Shax s’étaient ouverts en grand quand on lui avait fait remarquer ce fait.

Je n’ai pratiquement jamais parlé à cette petite princesse, n’est-ce pas… ? Et pourtant, elle avait vu clair en lui. La raison pour laquelle Shax pouvait faire face à l’avenir et continuer à vivre était que Kuroka était toujours vivante et c’était parce qu’elle était la seule survivante qui avait réussi à s’échapper de cet enfer il y a cinq ans.

Si elle était capable de sourire, alors cela donnerait un sens à la vie pleine d’erreurs et de bêtises de Shax. Il voulait la soutenir pour qu’elle puisse mener une vie droite. Il lui avait fallu beaucoup de temps pour réaliser ses propres sentiments, et là, Néphy avait tout vu d’un seul regard.

Comparée à Shax, qui pouvait presque se vanter d’être inférieur à tout le monde lorsqu’il s’agissait d’être capable de lire les autres, sa capacité à le faire dépassait largement le domaine de la sorcellerie, et constituait à peu près un miracle.

Shax, sous le choc, entendit des chuchotements venant de la cuisine.

« Aah, donc Kuroka est vraiment comme ça avec ce vieux type ? » murmura Selphy.

« Selphy, même si c’est clair, ne dit pas ça devant Raphaël, » déclara Foll.

« Une telle considération est inutile. La mort de cet être a déjà été réglée, » déclara Raphaël.

« Keeheehee, il n’y a pas besoin d’être aussi en colère. N’est-ce pas quelque chose dont on peut se réjouir ? Ces derniers jours, j’ai senti la douce odeur du pouvoir de l’amour qui sort de l’église et qui m’attire vers elle. »

« Quand es-tu arrivée ici, Miss Gremory… ? Attends. Je croyais ne pas t’avoir vue l’après-midi ces derniers temps, est-ce là que tu étais ? » demanda l’homme-lion.

Et ayant peut-être senti le danger pour Shax si on laissait faire, Néphy avait crié alors que ses oreilles devenaient rouges. « Ça suffit, tout le monde ! Retournez au travail ! »

Et comme prévu, avec Néphy qui leur criait dessus, tout le monde dans la cuisine s’était dispersé et était retourné au travail, laissant Shax complètement abasourdi.

« Uhh, hey, princesse ? » demanda Shax.

« Néphy va bien. »

« OK, hé Néphy ? Est-ce toujours comme ça ici ? »

« Ummm, oui. Plus ou moins, » répondit Néphy.

« Ça doit être dur, » déclara Shax.

Shax avait esquissé un sourire, et Néphy l’avait regardé d’un air froid, insinuant pleinement « N’êtes-vous pas celui qui aura la vie dure à partir de maintenant ? » Non pas qu’il l’ait remarqué. Quant à Kuroka, elle était bien au-delà d’avoir la capacité de penser, et ses yeux tremblaient violemment.

« Eh bien, nous ne pourrons pas parler tranquillement ici, alors, suivez-moi dans ma chambre, » déclara Néphy.

Il semblait vraiment que cela se produisait fréquemment. Bien que son visage soit rouge à force de crier, Néphy ne montra aucun signe particulier de perturbation et marcha devant eux.

« Aah... Peux-tu marcher Blacky ? » demanda Shax.

« Oh, oui… » Kuroka était clairement déconcertée par tout cela et était très instable sur ses pieds.

« Tiens, » déclara Shax.

« … Merci, » déclara Kuroka.

Shax avait serré sa main, et elle l’avait timidement accepté.

Cette réaction à l’instant… J’espère qu’elle n’aura pas d’idées bizarres…

Après qu’on lui ait dit « Tu l’aimes, n’est-ce pas ? » par quelqu’un, les humains étaient du genre à avoir l’impression que c’était vrai. En raison de l’événement d’il y a cinq ans, Kuroka avait pensé à Shax comme son sauveur, et il l’avait bien compris. Il avait également pu constater, lors de leur échange précédent, qu’elle avait une sorte de désir ardent pour lui. Et vu que cela venait d’un tel incident, son désir était quelque chose comme l’admiration pour un voisin plus âgé.

Si elle devait ressentir de l’amour pour quelqu’un, il y aurait dû y avoir une personne bien plus appropriée pour elle. Même si Raphaël n’était pas là, Shax n’était pas non plus si dépravé qu’il mette la main sur une mineure.

Mais même ainsi, sa main était si fine et si douce qu’on ne pourrait pas penser qu’elle appartenait à un maître épéiste.

Pour faire une légère digression, Shax aimait les chats au point que s’il n’était pas devenu sorcier, il envisagerait de passer toute sa vie à faire des recherches sur le folklore des chats et à s’amuser avec eux toute la journée.

***

Partie 9

« Veuillez vous asseoir et vous détendre, » déclara Néphy.

« Merci, je serai à vos soins, » déclara Kuroka.

Après son arrivée dans la salle du trône, Néphy commença à examiner les yeux de Kuroka. Cela dit, elle ne bougeait pas du tout et se contentait de toucher les joues de Kuroka en regardant droit dans ses pupilles. Contrairement à la sorcellerie, qui était une accumulation de connaissances et de techniques précises, le mysticisme se manifestait par la prière vers « quelque chose » comme des esprits et des fées qu’on ne pouvait pas voir.

Et Néphy croyait que ce « quelque chose » était un flux d’une puissance similaire au mana ou à la force vitale qui coulait à travers la terre. Zagan pensait que c’était une manifestation de pouvoir destinée à détruire quelque chose à l’extérieur, mais il se demandait si ceux qui se trouvaient dans le flux n’étaient pas des êtres ayant une volonté avec laquelle on pouvait converser. Bref, Néphy cherchait un pouvoir qu’elle pourrait emprunter pour pouvoir soigner les yeux de Kuroka.

Hmm… Néphy a une expression si grave sur le visage, c’est à la fois inhabituel et mignon ! Zagan contemplait Néphy avec audace et sans hésitation, ce qui faisait que Néphy le regarda avec malaise.

« Euh, Maître Zagan, c’est gênant si tu me fixes autant, » se plaignit Néphy.

« Hein ? Oh ! Désolé…, » déclara Zagan.

Il en faisait vraiment trop. En fait, Néphy savait probablement que c’était exactement ce qui allait se passer, c’est pourquoi elle avait prévu d’utiliser sa chambre. Tel était son plan, mais il était inévitable qu’elle doive passer par la salle du trône pour l’atteindre. Et ce faisant, Zagan l’avait appelée pour qu’elle s’y arrête.

Même moi, je n’ai pas été dans la chambre de Néphy. Kuroka serait à la limite de l’acceptable, mais elle avait demandé à Shax de l’accompagner. C’était au-delà de ce qui était permis, alors il avait fini à la place par leur prêter la salle du trône. Soit dit en passant, Kuroka et Shax semblaient l’avoir senti et avaient simplement hoché la tête lorsqu’il leur avait dit de rester.

Zagan avait commencé à regarder autour de lui avec impatience pour mesurer comment les choses se passaient, car le simple fait de regarder Néphy lui causait des ennuis. Il leur avait préparé une table, de sorte que Néphy et Kuroka étaient assises en face l’une de l’autre. Quant à Shax, il était assis à côté de Kuroka et lui tenait la main.

Argh… ! Qu’il soit maudit ! Ils ne se sont rencontrés que récemment et se tiennent déjà naturellement la main !? Combien de temps avait-il fallu à Zagan pour atteindre ce stade ? Il lui arrivait de tenir la main de Néphy sans en avoir l’intention, mais il lui fallait un mois en entier pour pouvoir le faire de son plein gré. Il ne pouvait vraiment pas prendre cet homme à la légère bien qu’il soit le subordonné de Zagan.

Oh, mais, Shax va probablement se faire tuer si je ne donne pas d’avertissement à Raphaël… C’était un subordonné plutôt gênant, mais Zagan ne pouvait pas se résoudre à le haïr. Par ailleurs, Zagan souhaitait également le bonheur de Kuroka.

Il continua à les regarder de son trône pendant un certain temps lorsqu’il remarqua que l’expression de Néphy se raidissait soudainement.

Est-ce que l’état de ses yeux est si mauvais… ? Zagan avait entendu dire que le problème dépassait largement les capacités de Shax et qu’il ne pouvait pas être résolu par la sorcellerie. C’est pourquoi ils avaient essayé de s’appuyer sur le mysticisme de Néphy, mais il semblait qu’il était peut-être aussi hors de sa portée.

Les autres avaient également remarqué les subtilités de l’expression de Néphy, et Shax l’avait interrogée sur un ton hésitant.

« Est-ce que ça vous semble trop dur pour vous aussi ? » demanda Shax.

« Oh, non, je crois qu’il est possible de les guérir. Mais…, » répondit Néphy.

Néphy s’était arrêtée comme si elle ne voulait pas le dire devant Kuroka. Cependant, Shax l’avait compris et avait quand même hoché la tête.

« Je vois. Il y a donc toujours un risque, même si nous utilisons le mysticisme. Est-ce quelque chose comme ça ? » demanda Shax.

« … Oui, » répondit Néphy.

« Ce n’est pas grave. Dites-moi, s’il vous plaît, Lady Néphy. Je suis venue ici après m’être bien résolue à ça, » déclara Kuroka.

C’est pourquoi Shax était avec elle. Néphy avait levé les yeux vers Zagan avec un regard troublé.

Ah… Qu’elle compte sur moi comme ça me rend un peu heureux… C’était peut-être impudent de sa part, mais le fait qu’on lui ait fait confiance alors qu’elle était perplexe ne lui avait pas fait de mal du tout. Alors Zagan se leva de son trône et marcha vers Néphy.

« Dis-leur Néphy. Kuroka et Shax sont forts. Ils peuvent accepter la vérité, » déclara Zagan.

Néphy avait saisi la main de Zagan en la pressant, puis elle prit une grande inspiration avant de parler.

« Il est possible de guérir vos yeux. Cependant, cette blessure est très profonde. Il y a un risque que la guérison ait des effets secondaires, » déclara Néphy.

Le corps de Kuroka se raidit légèrement, mais elle acquiesça immédiatement.

« Quels types d’effets secondaires en particulier ? » demanda Kuroka.

« Je ne peux pas en dire autant…, » Néphy répondit et secoua la tête.

« S’il y a un effet secondaire, ce sera probablement à ta mémoire, » dit Shax à sa place.

« Ma mémoire…, » Kuroka avait mis sa main sur sa poitrine.

« Oui. Même maintenant, la structure du cerveau n’a pas été complètement clarifiée par la sorcellerie. Mais nous savons que les nerfs optiques du cerveau sont adjacents à l’endroit où les souvenirs sont stockés. C’est pourquoi il est possible de reproduire des visions de souvenirs… Mais je suppose que tout cela n’est pas vraiment pertinent en ce moment, » répondit Shax.

L’explication de Shax était hors du champ d’expertise de Zagan, mais il avait compris qu’il sous-entendait qu’il y avait d’autres façons d’aborder le problème.

Même si c’était temporaire, il a réussi à rendre la vue à Kuroka. Si cette sorcellerie était menée à bien, Kuroka pourrait voir même si ses yeux n’étaient pas guéris. Kuroka l’avait probablement aussi compris, et elle était la seule à pouvoir décider de ce qu’il fallait faire. Tous les regards convergeaient vers elle alors qu’elle déglutissait.

Et incapable de regarder cela continuer, Shax se grattait la joue et marmonnait comme s’il se parlait à lui-même. « Ah… Il n’y a pas vraiment besoin de se décider tout de suite… »

« Non. J’ai décidé de me faire soigner les yeux, » avait répondu Kuroka avec résolution.

Shax lui avait mis la main sur la tête comme pour louer sa détermination.

« D’accord. Même si quelque chose arrive, je le gérerai d’une manière ou d’une autre. Alors, détends-toi et soigne-toi, » déclara Shax.

« … Oui ! » répondit Kuroka.

Même Zagan s’était senti soulagé de les voir tous les deux comme ça.

On dirait que Kuroka va vraiment bien maintenant. Kuroka avait appartenu à une équipe d’assassins de l’Église destinée à la chasse aux sorciers. Ainsi, même s’ils lui avaient donné une place dans le monde, elle n’avait jamais compté sur Zagan ou Chastille. Et maintenant, elle pouvait compter sur quelqu’un de façon si évidente.

Qu’il s’agisse de son caractère malheureux, de son passé turbulent ou de sa cécité, cette fille n’était qu’un faisceau d’anxiété pour les autres. Et il pouvait enfin ressentir un certain soulagement à son sujet. Tous deux pouvaient certainement surmonter tout ce que Kuroka ne pouvait pas gérer par ses propres moyens. C’est précisément ce que Néphy était pour Zagan, il avait donc estimé que c’était vrai pour eux aussi.

Le problème est-il vraiment Néphy ? Elle avait fondamentalement essayé de garder ses distances avec le mysticisme, et la blessure de Kuroka était plus profonde qu’on ne l’imaginait. Zagan avait pu voir que cela avait ébranlé sa confiance.

Néanmoins, Néphy était une fille forte. Elle avait pris une petite inspiration, puis avait répondu d’un ton clair.

« Donnez-moi un peu plus de temps, s’il vous plaît. Je trouverai un moyen plus définitif de guérir vos yeux. »

« Compris. Je serai sous votre garde, » Kuroka s’inclina et répondit à Néphy sans montrer le moindre signe de peur.

◇◇◇

Shax avait mené Kuroka par la main et les deux individus avaient quitté la salle du trône. Après les avoir vus partir, Zagan s’était tourné vers Néphy.

« Ça va Néphy ? » demanda Zagan.

« Oui. Je vais leur montrer que je peux la guérir, » déclara Néphy.

« Ce n’est pas ce dont je parle…, » déclara Zagan.

Je suis plus inquiet du fait que Néphy se sente mal à l’aise à ce sujet. Et alors qu’il s’inquiétait de la façon de lui faire comprendre cela, Néphy sourit un tout petit peu.

« Ce n’est pas grave. Je comprends parfaitement ton inquiétude à mon égard, Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Est-ce que c’est si… ? » demanda Zagan.

« Oui. Mais je ne veux pas céder, » déclara Néphy.

« … J’ai compris. Alors je ne dirai rien, » déclara Zagan.

Néphy avait rarement fait preuve d’une telle affirmation de soi, alors Zagan n’avait rien voulu dire pour l’arrêter. Au bout d’un moment, Néphy s’était calmée et avait secoué sa tête.

« Ensuite, je reprendrai le travail. Je ne peux pas laisser la cuisine et le linge à tout le monde, » déclara Néphy.

« Hmm… »

Zagan avait regardé Néphy quitter la salle du trône à grands pas, puis il avait plissé ses yeux.

Mais ce n’est pas comme si je pouvais rester sans rien faire… La détresse d’essayer de guérir quelqu’un était la même que celle d’avoir sa vie entre vos mains, ce qui signifiait que Néphy était sous une énorme pression en ce moment. C’est pourquoi, dans son esprit, il était hors de question de choisir de ne rien faire. Et donc, après y avoir réfléchi un peu, Zagan s’était rendu au jardin.

Elle devrait être par ici… Après avoir quitté le château et être sorti dans le jardin, Zagan avait trouvé ses subordonnés en train de courir partout. En effet, il leur avait ordonné de poursuivre leurs activités habituelles tout en recueillant des informations sur Shere Khan. Après être passé par les sorciers occupés, il avait trouvé une grand-mère à l’air suspect, toute seule, respirant difficilement tout en se cachant dans un fourré.

« Keeheehee, quel pouvoir d’amour aigre-doux ! Voyons voir combien de temps ce Shax pourra tenir en faisant désespérément semblant de ne pas remarquer la bravoure de Lady Kuroka ! Il possède une innocence différente de celle de mon suzerain que personne ne peut arrêter. »

Son regard était fixé sur le dos de Kuroka et de Shax alors qu’ils retournaient à l’église main dans la main. À en juger par la pâleur de Shax, il espérait sans doute revenir rapidement avant de provoquer la colère de Raphaël.

Et ainsi, Zagan appela la vieille voyeuse. « Gremory, désolé de te déranger pendant que tu es occupée, mais j’ai du travail pour toi. »

« Ah, attendez encore un peu ! Lady Kuroka vient de trébucher et elle s’accroche à son bras ! » répondit Gremory.

« Quoi !? Hmm, il la soutient par la taille, je vois… Pas mal, » déclara Zagan.

« Keeheehee, il semble que Lady Kuroka ne puisse pas le supporter. La façon dont elle est complètement secouée et résiste en le frappant avec ses poings ne semble pas avoir une once de force en elle ! » déclara Gremory.

« Ce n’est pas différent de simples ébats. Bien que je suppose que c’est exactement cela, » déclara Zagan.

« Oh mon Dieu ! Maintenant qu’elle est finalement tombée à genoux, ce maudit Shax la porte dans ses bras ! » déclara Gremory.

« … Cet idiot. Il se fera tuer par Raphaël s’il est vu comme ça, » déclara Zagan.

« Ne vous inquiétez pas, mon seigneur. Cela sera bientôt terminé, » déclara Gremory.

Après que Zagan ait rejoint la grand-mère dans le fourré contre son gré, un majordome les avait dépassés de plein fouet avec la douce expression d’un père affectueux.

« Ah… Attends. Je comprends tes sentiments, mais attends. Je t’en supplie, ne le tue pas, » déclara Zagan.

Zagan avait saisi l’arrière du cou de Raphaël alors qu’il passait, et sentant la soif de sang dans la région, Shax commença à s’enfuir aussi vite qu’il le pouvait.

 

 

« Mon seigneur ! Accorde-moi ta bienveillance ! Je dois abattre ce salaud ! » s’écria le majordome.

Donc même Raphaël finit comme ça… Zagan avait également une fille, Foll. Il ne pouvait pas considérer cela comme le problème de quelqu’un d’autre. Et, laissant de côté son majordome, qui continuait à donner de violents coups de pied, Zagan se tourna vers Gremory.

« Alors, as-tu fini maintenant Gremory ? » demanda Zagan.

« Keehee ! Que désirez-vous donc, mon seigneur ? » demanda Gremory.

Les doigts de Gremory s’agitaient comme s’ils s’attendaient à ce qu’un nouveau jouet soit à sa portée, et Zagan s’était lancé sur le prochain sujet sans émotion.

« Je vais voir Orias. Guide-moi vers —, » déclara Zagan.

« — Argh ! Je ne veux pas encore mourir ! » Gremory commença à utiliser sa sorcellerie pour s’échapper avant même que Zagan n’ait pu finir de parler.

Eh bien, je suppose que c’est à peu près ce à quoi on devait s’attendre. Environ un mois s’était écoulé depuis, mais Gremory s’était enfuie de chez son professeur Orias malgré sa colère. Il était assez facile d’imaginer le genre de réprimande qu’elle allait recevoir si elles se réunissaient. C’est pourquoi on peut dire que sa réaction de tout à l’heure était assez naturelle.

***

Partie 10

Ainsi, Zagan pouvait prévoir sa réaction. Il avait immédiatement tendu sa main libre pour saisir Gremory par le cou.

« Mrrr ! Alors, tu ne me laisseras vraiment pas m’en sortir ? » Raphaël avait dit ça en se tortillant.

« Ah, idiot, si tu fais ça —, » commença Zagan.

La posture de Zagan s’était effondrée parce que Raphaël était encore en train de donner des coups de pied. Même avec cela, il aurait dû être capable de saisir Gremory si elle se déplaçait comme il l’attendait.

« Je vais vivre ! Je dois encore aimer et voir tant de jeunes filles ! » s’écria Gremory.

Les capacités d’évasion de Gremory, lorsqu’elle avait rassemblé toutes ses forces dans le désespoir, avaient dépassé les attentes de Zagan. Sa main l’avait manquée, et la grand-mère s’était échappée dans la forêt avec des mouvements agiles auxquels on ne s’attendrait pas pour une femme aussi âgée.

« Elle m’a échappé… ? Qu’elle soit maudite… Elle est devenue encore plus douée pour la fuite, » déclara Zagan.

Mis à part sa personnalité, Gremory était assez talentueuse, et Zagan lui avait donc donné beaucoup de « récompenses ». Et maintenant, il se demande si elle avait utilisé tout ce qu’il lui avait donné pour renforcer sa capacité à s’enfuir.

« Kimaris, es-tu là ? » demanda Zagan avec un soupir.

« Vous m’avez appelé, Sire Zagan ? »

Un sorcier géant était apparu quelques secondes seulement après que Zagan l’ait appelé.

« Gremory s’est enfuie. Pourrais-tu l’attraper pour moi ? » demanda Zagan.

« Je me le demande… Il est possible de la poursuivre, mais Miss Gremory a récemment amélioré sa capacité à effacer à nouveau sa présence, donc je pense que cela prendra un certain temps, » déclara Kimaris.

« Alors même toi, tu aurais du mal… ? » Zagan demanda, complètement abasourdi. Cependant, il avait ensuite secoué la tête et avait dit. « Peu importe. Je sais où se trouve Orias, donc je me débrouillerai sans doute tout seul. »

« Que faire pour Miss Gremory ? » demanda Kimaris.

« S’il te plaît, va l’attraper pour l’instant afin qu’elle soit punie. Elle a trop taquiné Kuroka et Shax ces derniers temps, » déclara Zagan.

« Laissez-moi faire, » déclara Kimaris.

Zagan avait regardé son bras droit fiable se lancer immédiatement à la poursuite de Gremory, puis avait regardé son majordome, désormais maladroitement silencieux.

« Il faut faire preuve de modération, » déclara Zagan.

« Ne me condamneras-tu pas ? » demanda Raphaël.

Le fait que Gremory se soit échappée était en partie dû à ce majordome. Raphaël faisait une expression inhabituellement surprise, et Zagan lui répondit sur un ton sérieux.

« Je ne crois pas qu’un homme qui force un subordonné à faire quelque chose qu’il est incapable de faire lui-même puisse s’appeler un roi, » déclara Zagan.

Dans l’éventualité où Foll trouverait un amoureux, la réaction de Zagan dépasserait probablement celle de Raphaël. En fait, si elle n’en trouvait pas, ce serait une tout autre source de préoccupation, mais ce qu’on appelle l’émotion humaine ne pourrait pas s’expliquer par une logique aussi simple.

Raphaël croisa les bras et gémit.

« Si ce moment venait à arriver, j’agirais sûrement de la même manière, » déclara Zagan.

« Je vois. Alors il faudra que celui qu’elle choisira devienne assez fort, » déclara Raphaël.

Il était difficile d’imaginer quelqu’un capable de résister à la colère d’un Archidémon et d’un ancien archange, mais Zagan ne pouvait pas laisser sa fille à un homme inférieur. Mais malheureusement, personne n’était présent pour reprocher aux deux hommes leur manque de maturité.

« Maintenant, je vais m’absenter un moment, » déclara Zagan.

Zagan ne l’avait pas informé de tous les détails, mais Raphaël avait sûrement déjà entendu le nom d’Orias. Le majordome avait tourné un regard aiguisé vers son roi.

« Hmm. Orias est le nom d’un Archidémon, n’est-ce pas ? » demanda Raphaël.

« Oui. Son pouvoir est devenu une nécessité. Je vais la voir, » répondit Zagan.

C’est elle qui sera la plus utile à Néphy… Cet Archidémon était probablement la seule personne au monde qui était plus versé dans le mysticisme et la mystique céleste que Nephteros. De plus, Orias était la mère de Néphy.

Je l’ai repoussé un peu, mais le jour est venu de présenter Néphy à Orias. Néphy sera peut-être ébranlée par une telle rencontre, mais il avait néanmoins voulu qu’elles se rencontrent. Zagan lui-même n’avait personne qu’il pouvait appeler ses parents, donc il ne pouvait pas vraiment l’imaginer. Cependant, il pensait qu’un parent était celui qui protégerait et soutiendrait inconditionnellement son enfant. C’est du moins ce qu’il ressentait pour Foll.

C’est pourquoi Orias soutiendrait sûrement Néphy. Il avait déjà indirectement mentionné ces choses à Raphaël auparavant, mais il n’en avait pas fondamentalement parlé. Tel était le cas, mais le fidèle majordome avait répondu par une expression inquiète.

« Pourrais-tu me permettre de t’accompagner ? » demanda Raphaël.

Zagan trouva cette demande plutôt inattendue, alors il regarda simplement le majordome avec émerveillement pendant un court moment.

« Hmm ? Et pourquoi cela ? » demanda Zagan.

Raphaël avait tendu son bras gauche blindé.

« Il y a une autre étape de l’épée sacrée. Cet Archidémon pourrait me donner un indice pour l’atteindre, » répondit Raphaël.

La capacité que l’Archidémon Andrealphus… non, que Michael a utilisée. On disait que c’était la forme finale de l’épée sacrée, réalisée en libérant le séraphin qui y était scellée.

Il y eut une fois une bataille où l’Archidémon Marchosias, le Dragon sage Orobas et plusieurs Archanges perdirent tous la vie. C’était probablement une bataille contre des démons, ou peut-être contre le Seigneur-Démon. Raphaël était l’un des rares survivants de cette bataille. Cet homme était allé jusqu’à boire le sang du Dragon sage et à lancer la Faction d’unification dans l’Église pour coopérer avec les sorciers afin que la victoire puisse être saisie la prochaine fois que ces ennemis devront se présenter. Sa bataille était loin d’être terminée.

Zagan avait appris l’existence d’Azazel et les noms de toutes les épées sacrées grâce au journal qu’il avait trouvés dans la ville natale de Néphy. Il y avait une probabilité assez élevée qu’Orias connaisse quelque chose comme quelqu’un qui venait du même village caché.

Zagan hésita un instant. Il n’y avait aucun inconvénient à ce que les Orias rencontrent Raphaël.

Mais les défenses du château vont s’affaiblir. Ceux à qui il avait accordé le Phosphore des Cieux, Gremory et Kimaris, étaient actuellement indisposés. Il ne pouvait pas compter sur son invitée Alshiera. C’est-à-dire que les seules qui restaient au château pour protéger ses subordonnés étaient Néphy et Foll.

C’était le comble de la folie que d’affaiblir sa défense alors qu’un Archidémon, même infirme, prenait une position agressive contre lui. Et pourtant, Zagan acquiesça.

« … Très bien. Viens avec moi. Je ne sais pas si tu trouveras les réponses que tu cherches, mais je vais autoriser ta compagnie, » déclara Zagan.

Dans leurs états actuels, elles ne se laisseront pas vaincre, même par un Archidémon. C’était le domaine de Zagan. Les barrières autour de la zone avaient servi à protéger ses subordonnés et sa famille. Même si le tapis était arraché de sous ses pieds, elles pourraient sûrement tenir jusqu’à son retour.

« Tu as mes remerciements, » déclara Raphaël.

Et ainsi, les deux hommes maladroits avaient laissé le château derrière eux.

 

◇◇◇

« Super ! C’est fait. Tout le travail de la matinée est fini ! Il est temps de faire une pause ! »

Selphy avait levé les bras avec joie dans la cuisine du château. Le nettoyage après le petit-déjeuner et les préparatifs du déjeuner étaient maintenant terminés, ce qui avait permis aux trois filles de se détendre.

À ce moment-là de la journée, il y avait généralement plus de monde en cuisine, mais Néphy et Raphaël avaient apparemment des affaires à régler et ils étaient parti. Lilith était également absente parce qu’elle ne se sentait pas bien. Heureusement, Alshiera avait été ajoutée à l’équipe de cuisine, de sorte qu’ils avaient malgré tout suffisamment de personnes sur place pour s’occuper du travail. Foll avait admiré comment Selphy était capable d’exprimer pleinement ses émotions de cette manière alors qu’elles faisaient la même chose tous les jours.

C’est peut-être pour cela que Zagan a engagé Selphy au château. On ne peut pas dire que Néphy et Foll soient particulièrement douées pour exprimer leurs émotions. La présence de quelqu’un comme Selphy, qui réagissait à tout par simple réflexe, était pour eux une forme de stimulation. En vérité, Foll s’était parfois servie de Selphy comme base lorsqu’elle avait voulu exprimer ses sentiments à Zagan… Bien qu’il serait plutôt embarrassant de l’imiter exactement.

Et tandis que Foll continuait à observer Selphy, l’autre fille laissée dans la cuisine riait légèrement.

« Teehee, je vois que la jeune dragonne a appris à observer le monde. »

« Hein ? Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Foll.

« Je parle de Shax et Kuroka, » déclara Alshiera.

« Oh, » répondit Foll d’un signe de tête. « Tous ceux qui ont regardé Zagan et Néphy finiront comme ça. »

« Après tout, ces deux-là sont vraiment gênés, » ajouta Selphy.

« Hm. Mais ils sont toutefois beaucoup plus honnêtes qu’avant. Quand je suis arrivée ici, c’était bien pire, » déclara Foll.

« … Ce roi aux yeux d’argent… Que fait-il ? » demanda Alshiera.

« Mais tu sais, voir mon amie d’enfance être aussi maladroite est un peu irritant, hein ? » déclara Selphy.

Le fait qu’une fille qui était à peu près la définition de l’insouciance ait dit une telle chose signifiait que c’était assez sérieux, et Alshiera avait fait un signe de tête grave.

« On ne peut rien y faire. Il n’est pas possible que cette enfant ait eu le loisir de s’enticher de l’amour, en voyant la vie qu’elle a eue. Il semble qu’elle essaie de tirer cet homme obtus, mais il ne sait pas quoi faire quand il est tiré comme ça. » Alshiera avait alors tapé dans ses mains en réalisant quelque chose. « Oh, c’est très amusant. »

« Tu parles comme Gremory, » murmura Foll en soupirant.

Selphy avait alors levé la main vigoureusement. « Oh oui ! Mlle Alshiera ! Le thé vous convient-il ? Je vais en faire un peu. »

« Le vin fera l’affaire pour moi, » répondit la vampire.

« Euhhh ! Peut-être que vous devriez arrêter ça ? Monsieur Raphaël était un peu en colère ce matin, non ? Vous allez vous faire gronder quand il reviendra, vous savez ? » déclara Selphy.

« Oh, bien. Dans ce cas, je me contenterai d’un peu de thé, » déclara la vampire.

« Hehehe, même Monsieur Raphaël a déjà fait l’éloge de mon thé, alors attendez-vous à être étonné en le dégustant ! Maintenant, que faut-il manger pour le goûter…, » déclara Selphy.

Selphy avait placé avec une certaine joie une bouilloire sur le feu, puis s’était mise à la recherche de snacks. Et avant qu’elle ne le sache, Foll s’était retrouvée seule avec Alshiera.

« Oh ouais, je n’ai pas encore montré mes remerciements, » marmonna Foll à elle-même, et Alshiera se mit à baisser la tête avec curiosité.

« Merci ? Ai-je fait quelque chose pour mériter ta gratitude ? » demanda Alshiera.

Alshiera avait regardé au plafond comme si elle cherchait une réponse. Il semblait vraiment qu’elle ne faisait pas l’idiote et qu’elle ne se souvenait pas. Foll avait mis ses deux mains sur ses genoux et avait redressé sa posture, puis elle avait baissé la tête.

« C’est toi qui m’as sauvée à l’époque. Je te remercie, » déclara Foll.

Et après s’être souvenue de ce dont Foll parlait, Alshiera avait rétréci les yeux avec un air de reproche et avait mis le doigt sur ses lèvres.

« Donc, tu t’en souviens. Mais c’est quelque chose dont il ne faut pas parler. S’il te plaît, oublie ça si tu le peux. C’est une chose qui ne doit pas exister, » déclara Alshiera.

Quels sentiments se cachent derrière son avertissement ? Foll avait réfléchi en silence à la signification de ces mots, puis elle avait fait un léger signe de tête.

« J’ai compris. Alors je n’en parlerai pas, » déclara Foll.

« Quelle fille intelligente! » déclara Alshiera.

« Alors, laisse-moi te demander autre chose, » déclara Foll.

Alshiera avait souri d’une manière troublée. « Oh, mon Dieu, il y a beaucoup de choses auxquelles je ne peux pas répondre, tu sais ? »

« Je veux juste demander. C’est bien si tu ne réponds pas. Alshiera, pourquoi ne pas appeler Zagan par son prénom ? » demanda Foll.

C’était censé être une question parfaitement naturelle. Alshiera n’avait jamais appelé Zagan que sous le titre de Roi aux Yeux d’Argent. Selphy et Lilith y pensaient aussi, mais on aurait dit qu’elles avaient décidé qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher.

Cependant, la question de Foll n’était pas par simple curiosité. Cela venait d’une certaine conviction de sa part. Et les yeux d’Alshiera s’étaient largement ouverts.

« … Je n’en attendais pas moins de la fille bien-aimée du roi aux yeux d’argent. Tu as identifié la question exacte que je ne veux pas qu’on me pose, » chuchota Alshiera, puis sourit sans broncher en effleurant la tête de Foll.

Sa main n’était pas beaucoup plus grande que celle de Foll. Et en tant que vampire, il n’avait pas de chaleur corporelle et était froid au toucher.

Mais d’une certaine façon… c’est chaud. C’est le même sentiment qu’elle avait eu lorsque Zagan ou Néphy lui ont brossé la tête. Et après que Foll se soit contentée de cette sensation pendant un certain temps encore, Alshiera avait fini par lui répondre sur un ton résigné.

« La réponse à ta question est… Je n’ai pas les qualifications nécessaires pour prononcer le nom du Roi aux yeux d’argent, » déclara Alshiera.

Foll ne pensait pas qu’elle répondrait, et avait fixé le vampire en réponse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire