Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 7

***

Prologue

« L’Été ! La plage ! Les maillots de bain ! Aujourd’hui, le monde est rempli de la PUISSSSANCEEEEE DE L’AMOUUUUUUUURRRRR ! »

Zagan n’avait aucune idée de la raison pour laquelle Gremory criait, mais sa voix était extrêmement problématique. Son groupe se trouvait actuellement sur une petite île inhabitée. Elle était à peu près assez grande pour convenir parfaitement à une ville de la taille de Kianoides qui serait posée sur le dessus. Le centre de l’île était rempli de verdure luxuriante et exotique que l’on ne voyait pas sur le continent. Le soleil chaud et la brise de mer fraîche feraient sûrement de cette île une bonne île à développer. Même de loin, les arbres avaient évidemment beaucoup de fruits sur eux. C’était l’endroit idéal pour faire une pause, mais…

« … Attends, pourquoi es-tu là, Gremory ? Non, attends, avant ça, n’est-ce pas l’hiver maintenant ? » demanda Zagan.

L’Archidémon Zagan n’avait pas pu s’empêcher de laisser entendre une voix emplie d’étonnement. Gremory était de bonne humeur, comme si le paradis était juste devant elle. Il ne savait pas d’où elle tenait ça, mais la grand-mère qui était devenue une belle femme portait un maillot de bain noir glamour. Même s’il savait qu’elle était Gremory en vérité, quand elle courait comme ça… beaucoup de choses se balançaient, alors il était profondément troublé.

Où est Kimaris ? Je veux qu’il vienne emmener cette grand-mère au loin ! Zagan pria pensivement pour que son subordonné vienne le sauver, et Néphy fit un sourire tendu à ses côtés.

« Il semble que Mlle Gremory ait préparé ce maillot de bain depuis un bon moment, » déclara Néphy.

Comme toujours, les cheveux de Néphy étaient d’un beau blanc comme neige et ses yeux d’un bleu azur. Ses oreilles pointues frémissaient d’une manière un peu amusée et ses lèvres réservées souriaient faiblement. Ce n’était certainement pas l’imagination de Zagan que son expression s’était adoucie encore plus dernièrement. Elle ne portait pas aujourd’hui sa robe monobloc d’un bleu habituelle, mais plutôt un maillot de bain plutôt libéral, qui ne couvrait que ses parties intimes comme des sous-vêtements. Elle avait aussi un paréo autour de la taille, ce qui lui donnait une mystérieuse impression de propreté et d’ordre. La façon dont elle se tortillait vu qu’elle n’était pas habituée était si adorable que Zagan ne pouvait pas la quitter des yeux.

« Je pensais sérieusement que j’allais mourir après avoir échappé à la surveillance de mon professeur, contacté la camarade Manuela, reçu ces maillots de bain, et fui jusqu’à Liucaon, vous savez ? » dit Gremory en se peignant les cheveux longs et en regardant au loin.

« Pourquoi fallait-il faire tout cela pour venir ici… ? » demanda Zagan.

« Vous dites des choses si étranges bien que vous soyez mon seigneur. C’est une conférence où les races du monde entier se rassemblent. C’est peut-être ma seule et unique chance d’avoir tant de jeunes filles variées qui m’émerveillent de leur allure ! Cela ne vaut-il pas la peine de risquer ma vie pour ça ? »

La grand-mère criait avec une expression affreuse, ce qui affligeait énormément Zagan.

Si elle continue à risquer sa vie pour de telles conneries, le corps de Kimaris ne tiendra pas ici… Celui qui servait habituellement de frein à Gremory était le Léonin Kimaris, mais il était resté pour s’occuper du château pendant que Zagan était absent.

Et à ce moment-là, Zagan avait soudain remarqué quelque chose. Néphy regarda sa propre poitrine, puis celle de Gremory, et poussa un soupir un peu soulagé. Était-ce possible qu’elle s’inquiète de la taille de ses propres seins ? Il est vrai que le corps de jeune adulte de Gremory avait des seins plus gros que ceux de Néphy, mais…

Hein ? Pourquoi est-elle soulagée quand ceux de Gremory sont plus grands ? Zagan avait été surpris par cela.

Cela faisait six mois que Zagan avait rencontré Néphy. Et jusque-là, Néphy ne recevait pas de repas convenables au village elfique. Quand elle avait commencé à vivre avec Zagan, la qualité de ses repas s’était considérablement améliorée. Cependant, les habitudes alimentaires de Zagan étaient si misérables que c’était elle qui avait fini par préparer les repas. Et donc, il était possible que son corps grandît encore plus.

Je vois… Néphy s’inquiète ainsi pour ça, hein ? Zagan sentit son visage se relâcher en découvrant une nouvelle facette de Néphy.

« Hm ? J’ai juste senti une forte poussée d’amour…, » Gremory se retourna pour les regarder avec un regard sérieusement effrayant.

Si seulement cette grand-mère pouvait se taire… Et alors que Zagan se grattait la tête, une autre voix avait retenti.

« Hein ? C’est Gremory. Quand es-tu venu ? »

Celle qui s’était précipitée avec un seau et une pelle à la main comme si elle avait hâte de commencer était la fille de Zagan, Foll. Elle portait un maillot d’une pièce décorée d’une jupe à volants. Il y a à peine un demi-mois, elle avait une belle silhouette qui rivalisait avec celle de Gremory, mais elle était depuis revenue à sa forme originale alors qu’elle était petite fille.

« Hmm ! C’est un niveau sournois du pouvoir de l’amour ! Merci beaucoup de m’avoir envoyée au paradis ! » déclara Gremory.

Alors que Gremory s’effondrait sur la plage de sable, elle avait utilisé ses deux mains pour former une case en utilisant le sable et y avait posé Foll.

« Mon seigneur ! Je viens d’inventer une sorcellerie incroyable ! Que pensez-vous d’utiliser quelque chose comme un miroir comme support pour préserver l’image d’une scène pour l’éternité ! Ne suis-je pas un génie ? » demanda Gremory.

« Oh, si vous cherchez à accomplir cela, Maître Zagan m’a enseigné une sorcellerie similaire une fois, » dit Néphy en tapant dans ses mains, car elle s’en souvenait avec nostalgie.

Aah, maintenant que j’y pense, j’ai créé une sorcellerie comme ça, hein ? Zagan se souvint également de ce fait et hocha la tête, amenant Gremory à se lever et à se rapprocher de lui.

« Quoi !?? Keeheeheehee, comme on pourrait s’y attendre de mon seigneur ! Vous avez donc déjà réalisé quelque chose que je viens à peine d’y penser ? Alors, partagez vos doux souvenirs avec moi ! » déclara Gremory.

« … Malheureusement, il est défectueux, car c’est quelque chose que j’ai monté sur place. Après avoir enseigné à Néphy, je ne l’ai jamais utilisé une seule fois, » déclara Zagan.

« Huuuuuuuuh !? POURQUOI !? Quel gaspillage ! N’avez-vous jamais pensé à enregistrer la rare expression que Lady Néphy montre en ce moment ? Ou la façon dont elle montre soudain un comportement si charmant !? Si j’étais vous, j’invoquerais la sorcellerie sans arrêt et je remplirais un mur entier… Non, ce n’est pas assez, tout le château avec de telles images, vous savez ? » déclara Gremory.

« Si éhontée… Non, hmm. J’ai compris, » déclara Zagan.

Après mûre réflexion, cela m’a semblé être une merveilleuse proposition. Il était hors de question d’en remplir tout le château, mais la sorcellerie de Zagan utilisait le papier comme support. Ce ne serait pas une mauvaise idée de tout garder dans un livre.

« Maître Zagan, c’est troublant si tu y réfléchis si sérieusement, » déclara Néphy.

Le bout des oreilles de Néphy devint rouge lorsqu’elle protesta timidement.

« Hnnngh ! Si satisfaisant… Quelle expression vraiment satisfaisante, Lady Néphy ! » déclara Gremory.

Gremory avait ensuite formé un cadre avec ses pouces et ses index et y avait jeté un coup d’œil comme pour capturer l’expression de Néphy.

« … Hm ? Maintenant que j’y pense, quel genre de défaut y a-t-il dans la sorcellerie que vous avez faite, mon seigneur ? » demanda Gremory.

« C’est la sorcellerie qui projette une scène à laquelle vous pensez fortement. Mais il semble qu’il ne projette pas vos pensées sur la surface, mais une pensée dont vous êtes vraiment conscient au plus profond de vous. Vous ne pouvez pas sélectionner le sujet, » déclara Zagan.

« Hein ? Alors qu’est-ce que vous avez projeté ? » demanda Gremory.

Cette fois, tout le visage de Néphy était devenu rouge. Et voyant cela, Gremory se contracta sur elle comme une bête affamée.

« Lady Néphy, dites-moi en détail. Si c’est moi, un tel pouvoir de l’amour… non, je veux dire, je peux porter ce défaut à ses plus grands extrêmes… Je veux dire… Je peux peut-être l’améliorer ! » déclara Gremory.

Zagan n’avait même pas envie de répliquer, car les intentions cachées de Gremory s’échappaient facilement. Et peu de temps après, Néphy marmonna, complètement anéantie par sa persistance.

« … Peu importe combien de fois je l’ai utilisé… la seule chose qui l’a montré… était Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Hnnngh ! Joli pouvoir de l’amour ! » cria Gremory en se serrant la poitrine et en se tortillant. Puis elle dit. « Keeheeheehee, je me demande quelle sorte d’image de mon seigneur a été projetée par vous, Lady Néphy. J’aurais aimé le voir. »

« Vous ne pouvez pas ! C’est trop gênant à montrer, » Néphy avait nié avec force, quelque chose d’inhabituel pour elle. Cependant, précisément à cause de cela, Gremory avait réalisé quelque chose.

« Hein ? L’avez-vous toujours ? » demanda Gremory.

« Euh, c’est, eh bien…, » murmura Néphy.

Zagan lui avait dit de les jeter, mais Néphy avait gardé plusieurs dizaines de ces projections de lui avec grand soin. Et, alors qu’elle leur expliquait cela… une explosion rouge sang s’était épanouie dans l’air comme une fleur.

« Eek... Mlle Gremory ? » demanda Néphy.

« Zagan, Gremory l’a encore fait…, » murmura Foll. La plage blanche était couverte de sang. Et allongée dans une mare de son propre sang, Gremory avait un sourire incroyable sur son visage.

« Dire que je ne pourrais pas tout capturer… un tel... pouvoir de l’amour…, » murmura Gremory.

Et, alors que la grand-mère poussait un soupir, Zagan repensa à ce qui s’était passé le matin précédent.

***

Chapitre 1 : De toute façon, nous étions au bord de l’océan, alors nous avons décidé d’utiliser la plage.

Partie 1

« Comment te sens-tu, Foll ? » demanda Zagan à sa fille alitée. Elle le regarda avec un regard de mécontentement dans ses yeux d’ambre. Ses mains molles et moelleuses étaient celles d’une fillette de moins de dix ans, et bien que les deux cornes qui sortaient de ses cheveux verts appartenaient à la race des anciens et honorables dragons, à la fois dragon et humain, le fait qu’elle était jeune était assez évident.

Assis à son chevet, Zagan portait sa robe habituelle avec un manteau cramoisi alors qu’il caressait la tête de la jeune fille. Ses yeux argentés fixaient sa fille et se balançaient naturellement avec un sentiment de gentillesse indigne d’un Archidémon.

Ils se trouvaient actuellement dans la ville d’Atlastia, qui existait au fond de l’océan qui divisait le continent et Liucaon. C’était une ville sous-marine, mais grâce à la puissance des sirènes, ils avaient pu respirer comme s’ils étaient au-dessus de l’eau et traverser à pied le fond marin.

Cette terre était maintenant sous la domination de Zagan, alors ils avaient pu emprunter une chambre individuelle pour Foll. C’était une très belle pièce, et bien qu’ils soient dans l’océan, la pièce était remplie d’air.

Bien que nous ayons passé trois semaines sans même voir le soleil… Trois semaines s’étaient écoulées depuis l’incident où les âges de Zagan et de Foll avaient été échangés. Et en incluant le temps qu’il avait fallu pour résoudre l’incident, ils étaient là depuis un demi-mois.

Zagan avait complètement retrouvé sa forme adulte habituelle et Foll avait pu reprendre la forme d’une petite fille. Ils avaient réussi à dissiper la malédiction qui rongeait leur corps, mais en raison de la perte excessive de mana à l’époque, Foll était encore clouée au lit.

« Je te dis que je vais bien…, » dit Foll en se gonflant les joues alors qu’elle était allongée sur son lit. Ses vêtements étaient éparpillés dans le désarroi alors qu’elle se reposait dans son lit, portant un pyjama plutôt que sa robe de natif habituelle. Ses cheveux verts étaient correctement noués avec des tresses, et elle insistait pour pouvoir se lever et aller jouer à tout moment. Sans autre choix, Zagan s’était cogné la tête.

« Même si tu penses que tu vas bien, tu n’as récupéré qu’environ la moitié de ton mana. Inutile de me dire de ne pas m’inquiéter, » déclara Zagan.

« Mais je m’ennuie, » répliqua Foll.

« Hm… Il n’y a rien à y faire. Je te lirai un livre plus tard, alors ne boude pas comme ça, » déclara Zagan.

« Tu m’en liras au moins trois ? » demanda Foll.

« Ouais, bien sûr, » répondit Zagan.

Foll semblait toujours mécontente, mais son humeur semblait s’être rétablie.

Mais je suppose que c’est la limite pour pouvoir la tromper… En tant que fille du Dragon sage Orobas, le mana de Foll était extraordinaire. Son mana n’avait pas seulement été dépensé, il avait été perdu à cause d’une malédiction. Ce n’était pas quelque chose que l’on pouvait récupérer simplement en se reposant, alors elle se rétablissait en étant alimentée en mana par la forme du Dragon de l’Écaille des Cieux qui était chargée de protéger la ville océanique.

C’est pourquoi ils n’avaient pas pu partir. Le problème n’était pas le traitement, mais le fait qu’à ce rythme, son rétablissement prendrait encore deux semaines.

Foll était relativement docile, mais il était déraisonnable de demander à un enfant de dix ans de rester immobile et de s’enfermer dans une pièce pendant un mois entier. Un changement de rythme s’imposait immédiatement. Et, alors que Zagan se creusait la tête, un petit coup s’était fait entendre sur la porte.

« Foll, es-tu réveillée ? »

C’était Néphy. Quand ils étaient arrivés dans la ville de l’océan, Néphy portait une robe élégante, mais maintenant qu’ils avaient été obligés de rester pour un certain temps, elle portait sa robe d’un bleu d’outremer en une pièce avec un tablier blanc pur, comme au château de Zagan. Il semble aussi qu’elle aidait aux tâches ménagères au temple comme ils vivaient ici.

D’ailleurs, Zagan essaya d’aider aussi parce qu’il voulait passer du temps avec Néphy, mais les citoyens d’Atlastia refusèrent avec véhémence.

Tandis que Zagan regardait le visage de Néphy, son regard était naturellement attiré par ses lèvres roses.

On s’est embrassés… hein… ? Zagan était couvert de sang à ce moment-là. En plus de ça, il était tout petit à l’époque. De plus, c’était dans le but de créer un lien pour le mana, donc ce n’était pas comme si c’était vraiment romantique, mais la sensation de ses lèvres douces pressées contre les siennes n’était pas une sensation qu’il oublierait un jour.

Après avoir peut-être remarqué son regard, le bout des oreilles de Néphy devint rouge vif et se tortilla.

« Donc tu es là aussi, Maître Zagan… Euh, il y a quelque chose dont j’aimerais… te consulter, » dit Néphy, essayant de garder son sang-froid malgré l’agitation.

D’une certaine façon, c’est aussi rafraîchissant… Zagan l’avait souvent vue bouleversée lorsqu’elle essayait de lui faire une demande, mais il n’y avait pas beaucoup de situations où elle voulait dire quelque chose avec sa propre gêne comme ça. Cependant, Néphy jetait des coups d’œil vers Foll pendant qu’elle parlait.

Qu’est-ce que c’est ? Est-ce quelque chose qu’elle ne veut pas que Foll entende ? Le visage troublé de Néphy était l’un de ses plats préférés, mais il ne voulait pas le perdre. Alors, Zagan avait tapoté la tête de Foll une fois de plus, puis s’était levé et s’était dirigé vers Néphy.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

« Euh, prête-moi l’oreille…, » Néphy le lui demanda, et Zagan le rapprocha d’elle.

Je me demande ce que c’est ? Elle sent bon malgré le fait d’être dans la mer… Cette pièce et la zone qui l’entourait étaient remplies d’air, mais elles étaient toujours dans l’océan. En tant que tel, il sentait tout simplement l’eau de mer partout. Après avoir passé plusieurs semaines ici, son odorat avait été pratiquement engourdi par ce fait, mais cette odeur douce et fleurie ressemblait à une oasis dans le désert, étreignant son cœur desséché.

Néphy porta ses deux mains à l’oreille de Zagan, puis lui murmura à l’oreille.

« En vérité, Mlle Lilith et les autres nous ont suggéré de faire une promenade sur une île voisine pour nous détendre. » Une sensation un peu chatouilleuse avait fait frissonner Zagan. Son visage se détachait du bonheur avec cela, mais le sens de ce qu’elle disait lui avait tout de suite traversé l’esprit.

« Une île ? » demanda Zagan en un murmure.

« Oui. Une île inhabitée. C’est apparemment très beau même pendant cette saison. Je me le demande si nous pouvions y aller avec Foll ? » demanda Néphy.

« Je vois, » répondit Zagan. Il pensait que Foll avait besoin d’un changement de rythme, mais il semble que Lilith avait aussi cela en tête. Ce n’était pas une sorcière, mais c’était une fille tout à fait capable. Cependant, il était possible que Zagan saute à une conclusion hâtive, alors il avait chuchoté en retour qu’il voulait discuter de la question plus avant.

« Est-ce proche ? » demanda-t-il.

« Je me demande ? Il semble qu’il s’agisse d’une distance qui peut être parcourue par bateau en peu de temps, » répondit Néphy.

« Hm… Eh bien, à cette distance, l’approvisionnement en mana de la forme du Dragon devrait encore l’atteindre. Foll s’ennuie aussi beaucoup, alors je pense que c’est une bonne idée, » déclara Zagan.

Et après cela, l’expression de Néphy s’était illuminée en un clin d’œil.

« Pourrais-je en informer Foll immédiatement ? » demanda Néphy.

Après que Zagan ait hoché la tête, Néphy était allée au chevet de Foll.

« Foll, veux-tu aller jouer sur une île dehors ? » demanda Néphy.

« Une île ? Est-ce que je peux ? » demanda Foll.

« Oui. Maître Zagan a aussi dit que tout irait bien, » répondit Néphy.

Foll déplaça son regard vers Zagan comme si elle n’arrivait pas à le croire, ce à quoi Zagan acquiesça en retour.

« … Si heureuse, » déclara Foll.

Incapable de le supporter, Foll enlaça Néphy.

« Oh mon Dieu, » s’exclama Néphy.

Et pendant qu’elle caressait sa tête en souriant, Néphy l’enlaça dans le dos.

◇◇◇

« D’après ce que je vois, ça va être un bon changement de rythme pour elle, » déclara Zagan.

Puisqu’ils sortaient, il fallait se préparer. Eh bien, Zagan n’avait rien contre les vêtements sur son dos, mais ce n’était pas suffisant pour des filles comme Néphy et Foll. C’est ainsi que Zagan avait quitté la pièce par considération pour elles et qu’il avait trouvé une fille qui l’y attendait. Ses cheveux roux étaient attachés sur le côté de sa tête, et ses yeux écarlates le regardaient avec douceur. Elle ne portait pas actuellement son armure sacrée, mais plutôt une robe de cérémonie bleu foncé avec une épée sacrée à la taille. Elle était l’alliée jurée de Zagan et un Archange de l’Église, Chastille.

« Quoi, tu es toujours là ? » demanda Zagan.

Il était plutôt impoli, mais Chastille avait simplement poussé un seul soupir et n’avait pas du tout perdu son sang-froid.

« … Bon sang de bonsoir. Tu es le même que d’habitude, » répliqua Chastille.

Voyant sa réaction calme, Zagan s’était rendu compte que Chastille était en mode travail. Chastille était une pleurnicheuse sans pareille dans sa vie privée, mais elle avait beaucoup de talent autrement. Zagan et Chastille avaient des raisons différentes d’être ici, mais ils étaient alliés. Il semblait qu’elle soit venue lui demander quelque chose qu’elle avait en tête.

« Cette conférence ou quoi que ce soit d’autre, a-t-elle duré si longtemps ? » demanda Zagan.

Bien qu’ils aient été invités, un Archidémon et un archange avaient beaucoup à faire. Cela faisait environ un demi-mois qu’ils n’avaient pas pu se rencontrer face à face comme ça.

« Non, il n’est pas possible de garder les représentants de toutes les races ici aussi longtemps. La conférence elle-même a pris fin, mais l’Église a de nombreuses tâches à accomplir, depuis le tri des plaintes et des rapports de chacune des races jusqu’à la consultation en privé avec elles. C’est pourquoi je n’ai pas encore pu y retourner, » répondit Chastille.

« N’est-ce pas bien de laisser ces affaires aux fonctionnaires civils ? » demanda Zagan.

« Kuroka et Richard m’aident… et Nephteros aussi, » répondit Chastille.

En d’autres termes, elle ne se contentait pas de faire tout le travail toute seule. Cependant, dans ce cas, il lui semblait d’autant plus pratique pour elle de retourner à Kianoides…

Il y a donc des questions qu’elle ne peut pas laisser aux fonctionnaires civils, alors… Et ce qui lui était venu immédiatement à l’esprit était…

« Enquêtes-tu sur l’incident impliquant Foll ? » demanda Zagan.

Alors que Zagan l’avait fait remarquer, les yeux de Chastille s’étaient écarquillés.

« … Je vois que je ne peux rien te cacher, hein ? » répliqua Chastille en se trémoussant avec ses cheveux. « Il y a beaucoup trop d’aspects inexplicables dans cet incident, » poursuit-elle. « D’après vous tous, cette personne appelée Alshiera est la principale suspecte, mais elle a complètement disparu et nous n’avons pas été en mesure de la retrouver. Même si c’était elle la coupable, quel était son but ? A-t-elle échoué ? Ou bien l’a-t-elle accompli ? »

Il parlait de la vampire désagréable Alshiera. Il semblait qu’elle était profondément impliquée dans la cause profonde du déchaînement de Foll, mais en même temps, elle montrait des signes pour aider le groupe de Zagan à y faire face. Alors, c’était quoi au juste ? Zagan lui-même voulait rapidement la poursuivre et l’achever, mais…

Néphy semble penser qu’elle n’est pas une ennemie… Dans ce cas, il avait des réserves sur le fait de la tuer carrément, même si ce n’était pas vraiment le terme approprié à utiliser avec un membre du Clan de la nuit. Quoi qu’il en soit, puisqu’il n’avait pas pu rencontrer directement Alshiera, essayer de recueillir des informations était aussi inutile que d’essayer de saisir un nuage. Toutefois, comme il y avait une forte probabilité qu’elle interagisse à nouveau avec Foll, Zagan avait prévu de coopérer avec Chastille à ce sujet.

« Son caractère nous est après tout complètement inconnu. Cependant, elle a mentionné un nom qui me dérange, » déclara Zagan.

« Azazel... ? » demanda Chastille.

Zagan hocha la tête en réponse. Il n’était pas clair s’il existait vraiment, mais c’était le nom de la treizième épée sacrée. Au moins, l’Église ne la possédait pas. Il y avait une organisation dans l’Église qui partageait le même nom, mais cela n’indiquait pas nécessairement l’existence d’Azazel.

Cependant, cela semble vraiment être quelque chose de très spécial... De toute façon, cela ne ressemblait pas à une épée sacrée que l’Église avait tout simplement perdue.

« Elle sait quelque chose sur Azazel. Si nous continuons, elle se montrera sûrement une fois de plus, » déclara Zagan.

« C’est… probablement vrai. Je te laisse cette partie, » répondit Chastille.

« C’est ce que tu dis, mais je n’ai encore trouvé aucune piste, » répondit Zagan.

Il en allait probablement de même pour Chastille. Elle croisa les bras et poussa un gémissement, puis éleva la voix comme si elle se souvenait soudainement de quelque chose.

« Oh ouais, il y avait quelque chose dont je devais te parler. L’enquête semble prendre du temps, alors l’Église va envoyer des renforts, » déclara Chastille.

« Hmm, donc tu seras soulagée d’une partie du boulot ? » demanda Zagan.

« Ce serait sympa… Mais ce ne sont pas mes subordonnés. Et en vue de la situation ici, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de membres de la faction d’unification qui seraient envoyés à l’extérieur. Il vaudrait peut-être mieux que tu ne te montres pas, » déclara Chastille.

Il y avait toutes sortes de gens qui faisaient partie de l’Église. Chastille était très amicale, mais sa subordonnée Kuroka faisait partie à l’origine d’Azazel, la faction de l’Église qui détestait particulièrement les sorciers. De plus, l’organisation connue sous le nom de l’Église elle-même considérait les sorciers comme des ennemis, et ceux qui, au sein de l’Église, étaient amis avec des sorciers étaient sûrement en minorité.

***

Partie 2

Néanmoins, Zagan haussa les épaules.

« C’est déjà mon domaine. S’ils sont tellement idiots qu’ils ne comprennent pas ce que cela signifie de m’offenser dans cet endroit, je ne pense pas que de toute façon, ils vivront aussi longtemps, » répliqua Zagan.

« Les individus deviennent imprudents même quand ils ont peur. Les chevaliers angéliques sont aussi des individus. Il n’y a pas beaucoup d’individus qui peuvent regarder un Archidémon dans les yeux et rester calmes ici, » déclara Chastille.

« Hm… ? Est-ce que c’est vraiment le cas ? Cependant, j’ai l’impression que tes subordonnés sont tous relativement calmes…, » déclara Zagan.

Eh bien, quand Zagan s’était introduit dans l’Église parce qu’il avait des affaires à voir avec Chastille, ils avaient peur, mais, aucun d’eux n’avait perdu son calme et ne l’avait attaqué à cause de cette peur. Zagan admirait même à quel point l’entraînement de ses subordonnés était scrupuleux.

Et, alors qu’il inclinait la tête sur le côté, Chastille secoua la tête avec étonnement.

« C’est parce qu’ils sont stationnés à Kianoides. Même s’ils ne veulent pas, ils te verront s’ils traversent la ville, » répondit Chastille.

Même sans qu’un ennemi comme Bifrons ne cause d’incidents en ville, Zagan se rendait en ville une fois tous les trois jours pour faire du shopping ou pour visiter le palais de l’Archidémon. Lorsqu’il était devenu un Archidémon, il l’avait fait intentionnellement afin d’établir son autorité sur l’endroit, de sorte que son visage était même connu par des enfants comme Kuu qui n’avaient rien à voir avec la sorcellerie.

« C’est vrai que je n’y ai jamais rien fait de cruel, mais est-ce suffisant pour disperser des choses comme la peur et l’hostilité ? » demanda Zagan. Il n’y avait pas de raison d’effrayer les gens de façon insignifiante, mais c’était aussi troublant s’ils le regardaient de haut. Si c’était juste Zagan, il s’en fichait. Mais si la réputation de Zagan était atteinte, alors Néphy, Foll et ses autres subordonnés seraient également exposés au danger. Il valait peut-être mieux qu’il se montre arbitrairement en public. Et, comme il s’inquiétait de telles choses, Chastille se gratta la tête.

« Non… Si tu montres une vision aussi charmante avec Néphy si souvent, ou comment tu es si indulgent avec Foll tout le temps, il n’y a aucune chance que quelqu’un ait peur. C’est déjà un spectacle célèbre à Kianoides, tu sais ? » déclara Chastille.

« Qu-Quoi... ? Impossible… Impossible…, » déclara Zagan.

Zagan avait été frappé par un vertige.

Charmant… ? Attends… Est-ce qu’elle dit que les gens de la ville regardaient… ? Il avait compris qu’il se comportait d’une manière telle qu’il ne pouvait pas vraiment prendre l’initiative avec Néphy. Rien que pour l’inviter à un rendez-vous, il lui avait fallu toute une semaine à réfléchir dans la confusion. Quand il l’avait invitée et qu’il était parti, il n’avait pas encore préparé de vêtements et avait fini par rétrécir en taille. Tout ce qu’il avait fait, c’était de montrer son côté embarrassant.

Mais c’était quelque chose qu’il avait permis parce que c’était bien pour Néphy de le voir. Et pourtant, cela n’avait pas seulement été exposé à Chastille, mais cela avait même été un spectacle célèbre en ville. Alors que Zagan était frappé par un choc sans précédent, Chastille avait réalisé son erreur et avait commencé à paniquer.

« Ce n’est pas ça ! Je ne voulais pas me moquer de toi ! Comment puis-je le dire ? Cela a en soi une bonne influence sur ceux de la ville, c’est donc une grande aide pour moi ! » déclara Chastille.

L’esprit de Zagan avait été battu encore plus fort en étant consolé par Chastille, mais il était quand même un Archidémon. Il avait rassemblé sa volonté et s’était levé.

« H-Hmph… Un Archidémon ne se soucie pas de ces bagatelles, quoi qu’en pensent les masses, » déclara Zagan.

« Tu… Tu as raison, » Chastille était d’accord avec lui par pitié pour Zagan.

« Hyahyahyahyahyaah. T’as l’air vraiment merdique, Zagan. Si tu es plus une épave qu’une pleurnicharde, tu n’as plus rien sur quoi te tenir. »

Une voix grinçante vint des pieds de Chastille. Ou, plus précisément, de l’ombre à ses pieds. Et, alors que le visage de Zagan se contractait de spasmes, Chastille se gratta la tête comme si les choses devenaient de plus en plus pénibles.

« Barbatos, pourquoi continues-tu à dire des choses comme ça alors que tu sais que tu vas te faire frapper ? » demanda Chastille.

« Il me donne des coups de poing sans aucune raison du tout sur une base régulière. Autant avoir quelques résultats dans des moments comme ça, » répliqua Barbatos.

Et avec ça, le visage d’un sorcier aux cheveux frisés était sorti de l’ombre de Chastille. En raison de leur situation au fond de la mer, son visage malsain avec des ombres sous les yeux était encore plus sombre que d’habitude.

« Ne crois-tu pas que c’est pour ça qu’on te frappe ? » demanda Chastille.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Prends-tu le parti de Zagan même s’il se moque tout le temps de toi ? » demanda Barbatos.

« Je crois que c’est toi qui me traites le plus de pleurnicheuse ! » s’écria Chastille.

Même Chastille avait une veine sur le front, face à laquelle Barbatos pencha curieusement la tête sur le côté.

« Hein ? Pleurnicheuse n’est pas une insulte, n’est-ce pas ? » demanda Barbatos.

« Je sais qu’il est inévitable que le bon sens ne s’applique pas aux sorciers, mais c’est vraiment trop tiré par les cheveux, » déclara Chastille.

« Hein ? Si on t’enlevait la partie pleurnicheuse, tu ne serais qu’une chevalière ennuyeuse. Je ne te tiendrais pas compagnie si tu n’étais même pas une pleurnicharde, » déclara Barbatos.

« Hein ? »

« Hein ? »

Barbatos comprit enfin ce qu’il venait de dire. Et, après s’être enfoncé dans le silence, son visage était devenu à la fois rouge et blanc alors qu’il s’était mis à trembler.

Je suis surpris que tu puisses insulter quelqu’un comme ça… Zagan considérait aussi Chastille comme une pleurnicharde, mais comme elle était la bonne amie de Néphy, il ne l’avait jamais dit à haute voix. Barbatos avait alors commencé à paniquer alors qu’il agitait les deux mains devant lui et essayait de se faire oublier.

« Attendez ! Vous vous trompez ! C’est comme ça que ça se passe. Quand tu pleures, tu es plus faible que moi, alors je te protège ! Ou, euh, je suis un peu mieux que toi comme ça, alors c’est pour ça…, » déclara Barbatos.

Une claque aiguë avait retenti dans le couloir, et les yeux de Zagan s’ouvrirent en grand. Chastille avait giflé Barbatos de toute sa force sur la joue.

« Aïe… »

Ayant peut-être été repoussé hors de l’ombre par la force de sa gifle, Barbatos était maintenant assis sur le sol dans un étourdissement total, ignorant ce qui venait de se passer. Il semblerait que son comportement ait dépassé les bornes, même pour Chastille. La traiter de pleurnicheuse était tout à fait normal, mais c’était la première fois qu’elle montrait clairement à quel point cela la mettait en colère.

Ça n’aurait-il pas été bien s’il avait dit qu’être une pleurnicharde était l’un de ses charmes ? Pourquoi cela s’est-il avéré si compliqué ? Eh bien, Zagan n’était pas vraiment du genre à critiquer les autres quand il s’agissait de dire honnêtement ce qu’il avait en tête. Par ailleurs, Chastille faisait une expression surprenante à la hauteur de celui qui venait d’être giflé. C’était comme si elle venait d’être frappée elle-même.

C’est ce qu’ils veulent dire quand ils disent que deux personnes sont assez proches pour se battre… ? Ou peut-être qu’elle était juste en colère pour cacher sa gêne ?

Malgré les apparences, Chastille était plutôt réaliste. Elle avait compris qu’il y avait un côté clair et un côté sombre dans l’Église… C’était aussi une fille maladroite qui ne pouvait abandonner personne malgré le fait qu’elle connaissait ce fossé évident. En tout cas, elle n’était pas censée être du genre à s’énerver comme ça. Chastille avait tenu la main qu’elle avait utilisée pour frapper Barbatos, puis elle avait parlé d’une voix tremblante.

« Je ne voulais pas… Mais tu devrais arrêter de mépriser les autres comme ça, » déclara Chastille.

Incapable de supporter plus longtemps sa perplexité, Chastille les avait laissés là alors qu’elle partait. Et, incapable de comprendre ce qui s’était passé, Barbatos se frotta la joue en ouvrant la bouche. C’était comme si son âme l’avait quitté.

« … Aïe. »

Et il répéta la même chose qu’avant, face à laquelle Zagan hocha une tête exaspérée.

« Eh bien, tu as été touché, » déclara Zagan.

« Ça fait mal… bien plus que quand tu me frappes. Pourquoi ça ? » demanda Barbatos.

Cet homme avait reçu des coups de poing du poing de Zagan qui pouvaient creuser le substrat rocheux comme si c’était une chose de tous les jours. Comparé à cela, la gifle ouverte de Chastille aurait dû être comme une piqûre de moustique, mais Barbatos était resté extrêmement choqué.

Incapable de supporter la vue de son ami indésirable s’enfonçant dans cette tombe au fond de la mer, Zagan se gratta la tête.

« Ummmm... Ça me rappelle quelque chose. On dirait qu’il y a une île inhabitée tout près, Barbatos. J’y emmène Foll pour changer de rythme, alors appellent ceux de l’Église. Ils devraient aussi tous en avoir marre d’être au fond de la mer maintenant, » déclara Zagan.

Barbatos leva la tête, ressemblant toujours à un poisson mort.

« Une île… ? Pourquoi aller là-bas ? » demanda Barbatos.

« Tu ne le sais peut-être pas, mais quand tu mets quelqu’un en colère, tu dois t’excuser. Et quand tu t’excuses, c’est plus efficace pour eux d’être de bonne humeur, » déclara Zagan.

« S’excuser ? Pourquoi dois-je... » commença par demander Barbatos.

« Ne sais-tu vraiment pas pourquoi Chastille était en colère tout à l’heure ? » demanda Zagan.

« Dis-tu que c’est ma faute !? » Barbatos s’en était pris à Zagan par réflexe, mais même lui l’avait compris, et il s’était mis à genoux, complètement effondré.

« … M’excuser ? Moi ? Écoute, je ne me suis jamais excusé auprès de qui que ce soit dans ma vie… alors qu’est-ce que tu me dis de faire ici… !? » demanda Barbatos.

Zagan n’avait jamais pensé que Barbatos s’en préoccuperait avec autant de sérieux et avait été complètement déconcerté. Il avait ensuite essayé de donner à son ami indésirable une bonne claque dans le dos.

« Tant mieux pour toi. Ce sera une nouvelle expérience. Élargir son champ de vision est directement lié à l’élévation de sa vision de sorcier, » déclara Zagan.

« Arrête de déconner, Zagan. T’es-tu déjà excusé auprès de quelqu’un ? » demanda Barbatos.

« Hein ? Hmm, j’ai… probablement, » déclara Zagan.

Comme quand il avait jeté Néphy à l’écart et avait fini par lui faire du mal.

Hein ? Est-ce que je me suis excusé correctement cette fois-ci ? Il avait l’impression d’être dans la brume depuis le retour de Néphy à ses côtés, alors il ne s’en souvenait pas. Zagan et Barbatos avaient poussé un soupir involontaire. C’était vraiment des individus de la même espèce.

« En tout cas, tu avais tort. Si tu ne t’excuses pas correctement, ce sera trop gênant de la regarder en face, » déclara Zagan.

« Qu’est-ce que tu sais de nous ? Pleurnicheuse est un compliment ici ! » déclara Barbatos.

 

 

Hm. Je ne suis pas aussi mauvais que ce type, donc je vais bien… Ayant revu sa perception de lui-même, Zagan s’était accroupi à côté de Barbatos.

« Je ne pense pas que c’est pour ça qu’elle était en colère. Te souviens-tu avoir vu Chastille se fâcher parce qu’on l’a traitée de pleurnicheuse ? » demanda Zagan.

« J-Jamais. Alors, c’était quoi tout ça ? » demanda Barbatos.

Et au moment où Zagan était sur le point de répondre à son ami impuissant et indésirable…

« Maître Zagan. »

Il entendit soudain la voix de Néphy derrière lui.

« Néphy ? Tu regardais ? » demanda Zagan.

« … Oui. Toutes mes excuses. Mais… juste un peu, » déclara Néphy.

Tandis qu’elle lui faisait signe de venir, Zagan avait rapproché son visage de celui de Néphy.

« Maître Zagan, si tu lui dis pourquoi Chastille est en colère, ça aura l’effet contraire, » déclara Néphy.

« Pourquoi ? »

« Je veux dire, euh… Je pense que même Chastille pense qu’elle est allée trop loin et le regrette. Donc, si le Seigneur Barbatos allait s’excuser auprès d’elle parce que tu lui as dit de le faire, ne penses-tu pas que cela ne ferait que l’énerver davantage ? » demanda Néphy.

« Hmm… Est-ce comme ça que ça marche ? » demanda Zagan.

En vérité, Zagan ne comprenait pas vraiment, mais si Néphy y croyait, c’était sûrement vrai. Et ayant été convaincu, il se souvint soudain de quelque chose.

« Néphy, » déclara Zagan.

« Oui, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Néphy.

« Est-ce que… t’ai-je déjà mise en colère ? » demanda Zagan.

Les oreilles pointues de Néphy frémirent à la question, puis elle sourit d’une manière heureuse.

« Hmmm, je m’interroge à ce sujet…, » répondit Néphy.

« Hein, attends, Néphy ? » demanda Zagan.

Et laissant un Zagan déconcerté tel qu’il était, Néphy se retourna en riant.

« Je vais parler à Chastille. Seigneur Barbatos, je vous encouragerai en secret, alors faites de votre mieux, » déclara Néphy.

Sur ce, Néphy les avait laissés tous les deux.

« … La personnalité de ton elfe n’a-t-elle pas un peu changé ? » demanda Barbatos.

« Hmmm… euh. Eh bien, je me le demande ? » déclara Zagan.

Qu’est-ce que je fais ? C’était censé être une bonne pause pour Foll, mais j’ai l’impression que quelque chose va arriver.

Et c’est ainsi que les vacances de groupe de Zagan avaient commencé avec une atmosphère turbulente dans l’air.

***

Chapitre 2 : Une île inhabitée signifie la plage ! Maillot de bain ! Et…

Partie 1

« I-Impossible… »

Il y a quelques jours, dans le château de l’un des treize Archidémons, Andrealphus, qui était le plus vieux, et aussi considéré comme le plus fort sorcier parmi les Archidémons… était à genoux, crachant du sang. Tout autour de lui, il y avait du sang, du sang, du sang et des masses de viande qui ne pouvaient même pas être reconnus comme des animaux ou des chimères. L’Archidémon Andrealphus faisait partie de tout cela. Et dans cette scène désastreuse, il n’y avait qu’un homme tout seul.

« HEEHYAAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAAA ! Est-ce un Archidémon ? Le sommet de tous les sorciers !? La plus forte existence !? Celui qui règne sur tout !? Non ! Les Archidémons ne méritent pas une telle peur ! »

L’homme avait l’air bizarre. La moitié de son visage était couverte d’un cache-œil et il avait des bandages partout sur le corps. Les pansements étaient recouverts de symboles complexes comme une sorte de sceau. Son œil gauche exposé était ensanglanté par la folie, et il se réjouissait de voir l’Archidémon en sang.

« Tu as perdu la tête, Decarabia ? Se révolter contre moi, c’est… GHAAA !? » Le sorcier, Decarabia, donna un coup de pied désinvolte à l’Archidémon qui avait déjà disparu.

« Tu peux déjà arrêter ça, grand et tout-puissant Archidémon, » dit-il. Et, après s’être gratté l’oreille en raison de l’ennui, Decarabia s’était mis à rire, avant qu’il ne demande. « Hmmm, comment ça va ? Effacer tout ce que tu as connu, qu’il s’agisse de personnes, d’objets ou de tout ce qui pourrait laisser ton nom derrière toi, effaçant ainsi ton existence même. Telle est la rétribution d’un Archidémon… n’est-ce pas ? »

Decarabia écrasa le vieil Archidémon sous ses pieds, puis rapprocha son visage avec un sourire tordu.

« Qu’est-ce que tu vas faire à quelqu’un comme moi qui n’ai que de la force ? Vas-tu piétiner ma force ? Mais si un Archidémon est là, à ramper devant moi, qui va piétiner ma force, hein ? Allez, viens ! Dis-moi ! J’ai tellement envie d’entendre la réponse que ça me rend dingue ! » déclara Decarabia.

L’œil gauche de Decarabia scintilla d’un feu ardent alors qu’il attrapait le bras droit de l’Archidémon.

« Qu’est-ce que tu fais !? Sto… STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOGHYAAAAH !? » cria l’Archidémon.

Decarabia avait arraché le bras comme s’il arrachait une mauvaise herbe.

« Hmmmm ? C’est l’Emblème de l’Archidémon, hein ? Est-ce que je peux le garder parce que j’ai battu un Archidémon tout-puissant ? Est-ce que je vais devenir plus fort si j’utilise ça ? » demanda Decarabia.

Son œil brillait comme celui d’un enfant qui regardait un nouveau jouet, mais cela s’était immédiatement obscurci.

« Mais, je n’en ai pas besoin. Je ne prouverai pas que je suis le plus fort si j’utilise ces conneries. Je ne serais pas non plus plus fort avec ça, » déclara Decarabia.

Curieusement, son raisonnement était le même que celui de l’Archidémon Zagan nouvellement nommé. Ce qui diffère ici, c’était que Decarabia était désespérément tordu.

« AAAAAAAAH ! Ce n’est pas assez ! Même après avoir vaincu un Archidémon, cette douleur ne s’arrêtera pas ! L’œil que ce type a arraché est si douloureux et me démange tant que je vais devenir fou ! » cria Decarabia.

Son cache-œil semblait assez solide et les ongles de Decarabia avaient commencé à se déchirer en le grattant. Après être apparemment revenu à la raison, il baissa le regard vers l’Archidémon au bord de la mort.

« Oh ouais, grand et tout-puissant Archidémon. Un autre Archidémon est mort récemment, non ? Qui est le nouveau ? À quoi ressemble-t-il ? Est-il plus fort que toi ? » demanda Decarabia.

Et même en sifflant grossièrement, l’Archidémon répondit par des lèvres tremblantes. « Za… gan… »

Dès qu’il avait entendu ce nom, le sourire de Decarabia avait disparu. « Qu’est-ce que… tu as dit ? »

« Zagan… Le nouvel Archidémon s’appelle… Zagan… Guaaaah ! » L’Archidémon marmonnait en délire pendant que Decarabia lui écrasait la tête sous ses pieds.

« Zagan… » Il avait répété ce nom avec nostalgie, d’une manière irritée, mais avec nostalgie. « Zagan… Zagan… Zagan, ZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANANZAGANZAGANANZAGANZAGANANZAGANZAGANANZAGANZAGANANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGANZAGAN. ZAGAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !! » Decarabia cria au ciel. Il avait crié et soudain il s’était calmé. Son expression s’était calmée comme un bébé contre le sein de sa mère, puis il avait souri comme un petit garçon.

« Je vois. Il est donc devenu un Archidémon. Comme c’est incroyable. C’est exactement approprié pour Zagan. Après tout, c’était un enfant fort avant même de devenir sorcier, » déclara Decarabia.

Puis, après avoir souri et fait l’éloge comme si c’était son frère, son œil s’était détaché de façon répugnante.

« GYAAAHAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Je vois ! Alors c’est un Archidémon ! Le type qui m’a crevé l’œil ! Qui m’a écrasé le bras ! Qui m’a arraché le cœur ! C’est un Archidémon ! » cria Decarabia.

Et ainsi, Decarabia commença à marcher.

« Je dois aller le voir. C’est le seul qui puisse me sauver de cette douleur sans fin dans les yeux, » déclara Decarabia.

Après ça, le château de l’Archidémon s’écroula en morceaux derrière le fou.

 

◇◇◇

 

« La plage… est si belle… Si seulement j’étais née dans ce monde… »

Zagan était très perplexe. Après avoir invité Chastille et les autres convives sur une île inhabitée, il avait trouvé Gremory qui l’y attendait.

C’était censé être le moment décisif de l’hiver, où il était impossible d’aller se baigner, mais curieusement, la lumière du soleil qui descendait du ciel semblait faire penser que c’était l’été. Il semblait que c’était grâce à la puissance du Trésor sacré des sirènes. Si l’on devait altérer le climat par la sorcellerie, il faudrait un cercle magique qui couvrirait toute la surface du ciel de l’île avec le pouvoir de plusieurs dizaines de sorciers. C’était une puissance différente de la sorcellerie et des épées sacrées… Non… il différait même en termes de la façon dont son pouvoir existait en lui-même. En tout cas, c’était quelque chose d’impressionnant.

Quant à Gremory, qui était apparue sur une île si miraculeuse, elle était allongée sur la plage avec un sourire plâtré sur son visage en regardant les autres filles. Kuroka qui semblait sentir un danger pour son corps, avait sorti une courte épée de sa canne et fit un pas en avant.

Pourquoi cette idiote est-elle là ? J’ai juste décidé de venir ici il y a quelques instants, non ? Zagan avait quitté Gremory avec son professeur il y a trois semaines. Alors comment avait-elle fini par venir aujourd’hui, avec ce genre de timing impeccable ? Cette grand-mère était-elle peut-être prévoyante ? En pensant cela, il s’était rendu compte que c’était le contraire.

Il lui a fallu jusqu’à aujourd’hui pour s’échapper d’Orias… Et parce que Gremory avait apporté des maillots de bain en disant qu’ils devraient aller à la plage, Lilith avait recommandé que tout le monde aille sur cette île. Il était également possible que Lilith ait été guidée sans rencontrer directement Gremory. Cette grand-mère irait sûrement jusque-là pour satisfaire ses désirs, laissant Zagan à bout de souffle.

Zagan n’était actuellement vêtu que d’un maillot de bain en forme de short. Normalement, il avait une robe enroulée autour de lui, couverte d’innombrables barrières, donc c’était quelque peu troublant pour lui.

Le groupe de quatre personnes de Zagan, composé de lui-même, Néphy, Foll et Gremory, de six membres de l’Église dont Chastille, Kuroka, Nephteros et un jeune chevalier angélique nommé Richard, ainsi que les deux personnes qui les avaient invités ici, Lilith et Selphy étaient présents à la plage. Au total, ils étaient douze, tous en maillot de bain préparé par Gremory. Cependant, Barbatos n’était nulle part en vue. Il était probablement caché dans l’ombre quelque part, mais il ne se montrait pas.

« Votre Majesté ? » Lilith lui cria timidement. Elle avait des cornes torsadées qui sortaient de ses cheveux cramoisis attachés et qui étaient semblables à celles de Gremory. Ses yeux inébranlables étaient dorés comme la lune, et elle avait des ailes de chauve-souris qui sortaient de son dos. Elle portait un maillot de bain d’une seule pièce et, pour une raison ou une autre, elle avait aussi ce qui ressemblait à un tablier de servante sur elle. Après que Zagan l’ait prise comme subordonnée, elle avait commencé à l’appeler comme étant un membre de la royauté.

« Cette femme est… votre subordonnée, n’est-ce pas ? » demanda Lilith.

« Ouais, désolé. Je suppose que je ne l’ai pas encore présentée. Voici l’Enchanteresse Gremory. C’est une sorcière qui possède assez de pouvoir pour rivaliser pour la première ou la deuxième place en force parmi mes subordonnés… Je suis sûr qu’elle ne te semble pas comme ça, » déclara Zagan.

D’après sa réaction, Zagan était convaincu que Lilith avait été guidée ici sans s’en rendre compte. D’ailleurs, puisque Néphy et Foll étaient la famille de Zagan et non ses subordonnées, il ne les avait pas comptés dans ce classement de pouvoir. Barbatos n’était pas un subordonné, mais plutôt un collaborateur, ou peut-être qu’il n’était que de l’aide rémunérée, donc il n’était pas non plus compté.

Après avoir entendu de telles louanges, Gremory commença à se gratter le bout de son nez.

« Keeheeheehee, même moi, je suis gênée de voir mon seigneur me louer. Permettez-moi de me présenter. Je suis Gremory, ô princesse des succubes, » déclara Gremory.

Alors que Gremory s’inclinait et se présentait avec élégance, Zagan n’oubliait pas qu’elle était en train de baver.

« Gremory, voici ma nouvelle subordonnée, Lilith. Je lui ai donné l’autorité nécessaire pour qu’elle puisse jouer un rôle en tant que médiatrice pour moi auprès de Liucaon. Ne commence rien d’étrange, compris ? » déclara Zagan.

« Keehee, je m’en souviendrai. Je ne suis pas une femme si étroite d’esprit que je ne peux pas aimer sans toucher quelqu’un directement. Le vrai pouvoir de l’amour est quelque chose qui s’accumule à l’infini, même lorsque l’on regarde de loin, n’est-ce pas ? » déclara Gremory.

Le fait qu’elle était entourée de belles filles en maillot de bain avait dû éroder sa maîtrise de soi. Gremory n’était plus capable de cacher son excitation, laissant Lilith complètement décontenancée.

« H-Hey. Va-t-elle bien ? Je ne comprends rien à ce qu’elle dit, » déclara Lilith.

« Mieux vaut que tu ne comprennes pas, alors sois à l’aise. Oh… mais tant qu’elle est là, essaie de rester près de moi ou de Néphy. Elle ne te fera pas de mal, mais tu finiras un peu épuisée, » déclara Zagan.

« Vraiment… !? Eh bien, compris, » déclara Lilith.

Cette fille était clairement au goût de Gremory, donc l’ignorance était un bonheur dans ce cas. Les yeux de Gremory brillaient déjà de mille feux, mais Zagan décida d’ignorer cela. Il avait ensuite porté son attention sur Lilith.

« Au fait, c’est quoi cette tenue ? Est-ce aussi un maillot de bain ? » demanda Zagan.

Porter un tablier sur un maillot de bain avait merveilleusement bien caché le maillot, donnant l’impression qu’elle portait un tablier et rien d’autre, ce qui était quelque peu troublant. Lilith devint soudain rouge et se cacha le visage derrière un plateau qu’elle tenait dans sa main.

 

 

« C’est… C’est, euh ! Les anciens m’ont dit que je devrais servir l’Archidémon, et m’ont en quelque sorte forcée à…, » expliqua Lilith.

Lilith semblait prête à s’effondrer sur le sol, mais Gremory l’enlaça doucement dans ses épaules.

« Je vois qu’il y a des gens au Liucaon qui comprennent la raison. Mettez-vous à l’aise. Vous êtes comme une gemme éblouissante et aveuglante en ce moment, » déclara Gremory.

« C’est… C’est… et alors ? Je suppose que ça ne fait pas de mal de se faire dire ça ! » déclara Lilith.

Lilith s’était rétablie en un instant.

Eh bien, c’est très bien tant qu’elle est d’accord avec ça… S’il y pensait trop profondément, il commencerait à avoir pitié d’elle. De plus, la réaction de Lilith semblait apaiser Gremory, de sorte qu’il ne semblait pas qu’elle allait l’arracher et la manger de sitôt.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire