Le Dilemme d’un Archidémon – Tome 14

***

Prologue

Partie 1

« Hmm, je n’ai jamais vu ça avant. Est-ce du gâteau… ou du pain ? » Zagan avait gémi en regardant la nourriture disposée devant lui.

« Ça s’appelle un maritozzo. C’est une brioche sucrée faite de pain et remplie de crème fraîche. J’ai entendu dire que c’était très populaire à Raziel, alors j’ai essayé d’en faire moi-même. »

Il y avait beaucoup de crème au milieu, peut-être même assez pour dépasser le volume du pain lui-même, tandis que l’extérieur était saupoudré de sucre en poudre qui ressemblait à de la neige.

« Tu es incroyable, Néphy, » dit Zagan. « As-tu reproduit cette recette après en avoir seulement entendu parler ? »

« N-Non, Lilith et Selphy ont aussi aidé, » répondit Néphy avec un sourire, ses oreilles devenant rouges jusqu’au bout.

« Euhhh, alors comment fait-on exactement pour manger ça ? »

« Oh, c’est vrai. On dirait que tu le prends simplement et que tu mords dedans. »

C’était un objet étrange qui ne convenait pas vraiment à une fête, mais c’était une fête de sorciers. Ceux qui avaient de bonnes manières à table étaient rares ici.

Si Néphy était comme d’habitude, elle aurait utilisé un couteau pour le couper…

Même avec cette pensée en tête, Zagan fit ce qu’on lui demandait et prit la grosse boule de pain. Le volume de crème l’avait presque fait reculer, mais après avoir pris une bouchée, il avait trouvé que ce n’était pas trop riche. Le pain duveteux semblait agir comme un coussin pour équilibrer la crème. Et pourtant, il y avait toujours une douceur explosive qui se répandait dans sa bouche.

« Je vois… Il y a une note douce dans cela, » dit Zagan.

« Je suis contente qu’il te convienne, » répondit Néphy avec une certaine modestie. « J’ai voulu faire quelque chose qui resterait dans tes souvenirs lié à tes anniversaires, même si ce n’est pas grand-chose. »

Le jour où tout avait été réglé avec les Archidémons Shere Khan et Bifrons, après être rentré au Palais de l’Archidémon, on avait appris que c’était aussi l’anniversaire de Zagan. Néphy et une partie des autres l’avaient su, aussi les préparatifs pour une fête avaient-ils déjà été faits. La célébration était peut-être un peu modeste pour l’anniversaire d’un Archidémon, mais ils voulaient que les subalternes qui avaient travaillé en cuisine pendant la bataille s’amusent aussi, donc la fête avait pris la forme d’un buffet où les serveurs n’étaient pas nécessaires.

Plusieurs bougies et lanternes illuminent le hall d’entrée du Palais de l’Archidémon, tandis que le golem de Gremory dominait les lieux tel un gardien. Normalement, seule une trentaine de sorciers s’affairaient dans ces couloirs. Aujourd’hui, cependant, les sorciers et les chevaliers angéliques partageaient une conversation joyeuse.

Pourtant, la bataille venait juste de se terminer, et les participants n’étaient pas vraiment habillés pour un bal. Il y avait ceux qui étaient enveloppés dans des bandages sanglants, ceux qui avaient les bras en écharpe, et même ceux qui étaient en béquilles.

Les principales vedettes de la fête d’aujourd’hui, Zagan et Néphy, ne portaient plus de vêtements sales, mais ils ne s’étaient pas non plus vraiment habillés pour une telle occasion. Ils étaient plutôt habillés comme des civils ordinaires se promenant en ville.

Ce sont les vêtements que j’ai achetés en ville avec Néphy !

Cette pensée était tout ce qui comptait pour lui.

« Comment pourrais-je oublier une fête que tu as préparée pour moi, Néphy ? » demanda Zagan, hochant la tête en regardant la pièce. Il n’avait même pas su quand était son anniversaire avant cette fête, et pourtant elle avait fait tant d’efforts pour lui. La fête avait eu lieu juste après cette bataille intense, alors il était sûr que cela resterait dans ses souvenirs pour toujours.

« C’est embarrassant, maître Zagan…, » marmonna Néphy, portant un maritozzo à sa bouche comme pour cacher ses joues rougies. « Ah… »

Au moment où elle avait pris une bouchée, la crème s’était écoulée et s’était collée à son nez.

Pourquoi es-tu si ridiculement mignonne ?

Zagan était déjà sur un nuage, alors cela suffisait à faire monter son moral en flèche. Les oreilles pointues de Néphy frémirent tandis que son visage devenait encore plus rouge. Elle essaya de secouer la crème, mais réalisa rapidement que cela ne servirait à rien. Cela dit, ses mains étaient également tachées de crème par son maritozzo débordant. Ses yeux s’agitaient en panique, ne sachant pas quoi faire. Elle était tout à fait adorable.

« J’y vais, Néphy, » dit Zagan en essuyant la crème sur son nez avec son doigt.

« Fwah !? »

Néphy s’était figée, levant les yeux vers Zagan. Un instant plus tard, il réalisa ce qu’il avait fait.

« T-Tu te fais une fausse idée ! » s’exclama-t-il. Il n’avait pas vraiment réfléchi quand il avait agi, sa main avait simplement fait ce qui était naturel en voyant Néphy paniquer.

Qu’est-ce que je fais ? Je ne peux pas juste lécher ça, hein !?

Il savait qu’il ne pouvait pas l’enlever en le léchant, mais il ne voulait pas non plus essuyer quelque chose qu’il avait pris sur le visage de Néphy avec un mouchoir ou autre. Zagan paniqua, mais Néphy paniquait bien plus encore.

« Hmm ! » Elle grogna en se jetant sur le doigt couvert de crème de Zagan. Dans son esprit, ses lèvres roses semblaient encore plus douces que la crème. Et figées dans cette position, les oreilles de Néphy devinrent si rouges qu’on aurait dit que de la vapeur allait en sortir.

« Hwaaah !? »

 

 

Incapables de supporter le choc du moment, les deux Archidémons s’étaient écroulés à genoux. Oui, les deux Archidémons. Un emblème semblable à celui de Zagan était présent sur la main droite de Néphy.

Néphy et Orias avaient combattu Azazel pour sauver Nephteros, et pendant la bataille, Néphy avait hérité de l’Emblème d’Archidémon de sa mère, Orias. Depuis lors, Néphy faisait également partie des Archidémons. Mais il y avait aussi un autre nouvel Archidémon présent à la fête.

« Alshiera, pourquoi te caches-tu dans le coin ? »

Deux petites filles se tenaient ensemble, l’une avec une montagne de gâteaux et de bonbons à la main, l’autre avec un verre de vin. Elles étaient dans le coin de la pièce opposée à celle où se trouvaient Zagan et Néphy. Celle qui avait une assiette de nourriture était la fille de Zagan, Foll. Sa main droite, qui tenait une fourchette, brillait de la lumière d’un Emblème d’Archidémon. C’était l’emblème de l’ennemi redoutable de Zagan, Bifrons.

L’Archidémon Naberius lui avait livré l’Emblème, apparemment à la demande de Bifrons. Foll était la fille biologique du Dragon Sage Orobas, ainsi que la fille adoptive de l’Archidémon Zagan et de Néphy. De plus, Zagan l’avait personnellement recommandée, reconnaissant qu’elle avait le pouvoir d’être le prochain Archidémon. C’était donc une issue naturelle.

« Quelle tête dois-je maintenant quand je parle au Roi aux yeux d’argent… ? » murmura la vampire Alshiera.

« Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. Vous êtes mère et fils. En tout cas, Zagan et Néphy ne l’ont jamais fait avec moi. »

« Tu es toujours aussi sévère. »

La vampire était une fille qui savait tout, mais ne parlait de rien, et sa véritable identité était la mère biologique de Zagan. Cependant, elle ne semblait pas plus âgée que Foll, et de plus, Zagan n’avait pas une très bonne impression d’elle à cause de son comportement jusqu’à présent. Et pourtant, il savait aussi qu’elle n’avait plus beaucoup de temps à vivre dans ce monde… et qu’elle avait essayé de le protéger. Avec tout cela en tête, elle n’avait vraiment aucune idée de comment interagir avec lui. Et honnêtement, Zagan était pareil à cet égard.

« Alshiera, tu n’es qu’une lâche, » dit Foll avec un sourire omniscient sur son visage.

« Tu es la seule à dire ça de moi. »

Pourtant, c’était agréable d’avoir une amie qui la réprimandait. Alshiera prit une gorgée de son vin, semblant plus satisfaite qu’elle ne voulait le faire croire.

Il y avait un autre sorcier qui avait succédé à un Archidémon dans la bataille contre Shere Khan. Zagan lui avait dit de se reposer, mais il y avait encore de nombreux patients gravement blessés qui avaient besoin de soins. Il n’était pas présent à la célébration pour cette raison, et alors que Zagan se demandait où il se trouvait, une voix résonna dans le hall d’entrée.

« Allez, je t’ai dit de rester au lit. Je t’en supplie, écoute-moi. »

Le dernier nouvel Archidémon était entré dans la pièce dans un état de grande perplexité. C’était Shax. C’était un spécialiste de la sorcellerie médicale qui possédait un esprit vif. Foll avait le plus de pouvoir parmi les nouveaux Archidémons, mais cet homme était le plus savant. Honnêtement, Zagan l’évaluait comme quelqu’un dont il ne voudrait jamais se faire un ennemi, alors franchement, il était perplexe qu’il n’ait pas de surnom. Cependant, malgré tous ses traits positifs, Shax était terriblement mauvais pour lire l’ambiance. Il était techniquement une autre star de la fête d’aujourd’hui. Zagan lui avait dit de s’amuser, mais…

« Je le ferai dès que Kurosuke sera de retour. »

La fille que cet homme souhaitait protéger était actuellement à l’église, il avait donc insisté pour s’occuper des blessés jusqu’à son retour. Ses patients comprenaient Orias et Aristella, mais aucun d’eux n’était responsable de ses pleurs et de ses supplications. Au lieu de cela, une belle jeune sorcière se tenait là, à savoir l’enchanteresse Gremory. Zagan lui avait confié une mission d’infiltration il y a dix jours, au cours de laquelle elle s’était fait prendre dans un piège. Il l’avait sauvée en éliminant Shere Khan, mais elle avait subi de graves blessures qui l’avaient conduite aux portes de la mort.

Gremory était maintenant assise dans un fauteuil roulant, un sac d’élixir suspendu au-dessus d’elle. Il s’agissait apparemment d’un dispositif qui continuait à lui fournir le médicament. Zagan et Shax avaient soigné ses blessures, mais l’épuisement considérable de son mana avait rendu difficile le maintien de sa vie sans une telle mesure.

« Quelle drôle de chose à dire ! Regarde bien. Ce lieu est rempli à ras bord d’un vortex du pouvoir de l’amour ! »

« Je ne vois rien… »

Gremory avait fait tourner les roues de son fauteuil roulant et s’était glissée devant Shax, se dirigeant rapidement vers le hall d’entrée.

« J’ai besoin d’une grande quantité de puissance de l’amour en ce moment ! Regarde notre souverain ! Il libère une formidable puissance d’amour comme s’il anticipait mon arrivée ! »

Zagan et Néphy détournèrent les yeux, suppliant silencieusement tout le monde de ne pas les regarder. Gremory jeta alors son dévolu sur le couple assis près de l’escalier. La naissance de trois nouveaux Archidémons était un grand changement parmi les sorciers, mais ces deux-là étaient un grand changement parmi les chevaliers angéliques.

La femme était Nephteros. Elle avait été créée en tant que clone de Néphy, mais son corps avait été perdu dans la bataille contre Shere Khan, alors maintenant elle était une Nephilim. Elle était infiniment proche de l’humain, mais possédait un corps bien plus puissant que n’importe quel humain. Et plus important encore, elle était la petite sœur de Néphy.

L’homme s’appelait Richard. Il était plutôt doué avec une épée, étant donné qu’il n’avait que vingt ans, mais il avait quand même été un chevalier angélique moyen. Pourtant, maintenant, il avait une épée sacrée accrochée à sa taille, ce qui était très inconvenant pour un chevalier moyen.

La voix tapageuse de Gremory résonnait dans le hall d’entrée, mais les deux individus avaient leur attention attirée ailleurs. Ils n’avaient tout simplement pas le loisir de lui prêter attention.

« Comment va votre corps, Lady Nephteros ? » demanda Richard. « Ne devriez-vous pas vous reposer un peu plus ? »

« Bon sang. Je te dis que je vais bien. Plutôt, Richard… »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

Nephteros avait picoré une tranche de jambon avec sa fourchette et lui avait jeté un regard timide, les oreilles frémissantes, avant de demander : « Combien de temps comptes-tu continuer à te référer à moi de cette façon ? »

« Que voulez-vous dire… ? »

En entendant cette question, Nephteros laissa tomber sa fourchette et tira impatiemment sur la manche de Richard.

« Nous ne sommes pas une dame et son valet… n’est-ce pas ? » dit-elle, incapable de le regarder droit dans les yeux.

« Oh ! Alors, hum…, » marmonna-t-il en s’interrompant. Cependant, même si Richard sursautait et écarquillait les yeux, il restait un parfait gentleman. « Nephteros. »

Il parlait nerveusement, mais clairement, faisant danser les oreilles pointues de Nephteros comme jamais auparavant.

« Hmm… »

Ayant écouté sans le vouloir, Zagan et Néphy avaient été amenés à pleurer.

« Elle est arrivée à un point où elle peut le flatter comme ça…, » murmura Néphy.

« En effet. Je suppose que Richard mérite aussi des éloges, » murmura Zagan en retour.

***

Partie 2

Zagan avait autrefois désapprouvé le fait que Richard courtise Nephteros à cause de son manque de force, mais maintenant le chevalier avait obtenu une épée sacrée et avait ramené Nephteros de l’intérieur d’Azazel. Refuser de le reconnaître, tant du point de vue d’un roi que de celui d’un homme, aurait été le comble de la mesquinerie.

Malheureusement, avec un tel spectacle devant elle, la mamie ne pouvait pas se taire. Son fauteuil roulant dérapa sur le sol, volant pour ainsi dire vers eux.

« Quel spectacle pour les yeux ! » s’exclama Gremory. « Est-ce qu’une nouvelle pousse de pouvoir de l’amour a commencé à bourgeonner !? »

« Eep ! » Nephteros cria. Elle fit un bond en arrière sous le choc et s’accrocha au bras de Richard. Le sourire de gentleman de Richard, qu’il avait gardé pour essayer de feindre le calme, s’effondra magnifiquement alors qu’il commençait à paniquer. Il était maintenant avec un visage rougi, comme n’importe quel autre jeune homme inexpérimenté.

« N-Nephteros, hum, tu es vraiment… proche. »

« Hwuh… ? »

C’était probablement la première fois qu’elle obtenait une telle réaction de sa part. La bouche de Nephteros s’était ouverte, mais ses oreilles avaient frémi joyeusement.

« Hmm… Cette satanée Gremory. Je dois admettre que c’était merveilleusement bien fait. »

« Maître Zagan, arrête de rire et arrête-la. La bonne humeur régnait enfin entre eux deux… »

Laisser la mamie en liberté plus longtemps aurait causé des problèmes de toutes sortes, il décida donc d’intervenir à la demande de Néphy. Zagan voulait passer un peu plus de temps seul avec son épouse, mais il se leva et commença à se diriger vers Gremory. Avant qu’il n’y arrive, quelqu’un leva son fauteuil roulant du sol.

« Mlle Gremory. S’il vous plaît, ne dérangez pas tout le monde. »

C’était Kimaris. Il était également enveloppé de bandages, il était donc difficile de dire s’il était de nouveau en bonne santé, mais il était au moins assez bien pour se déplacer. Il avait échangé des coups avec Zagan puis il avait arrêté quelques milliers de Nephilims à lui tout seul, c’était donc un homme extrêmement robuste. Il s’agissait d’une entreprise plutôt téméraire, ce qui n’était que logique.

« Je vous en dois une, chef, » dit Shax avec un soupir de soulagement. « Je ne peux pas arrêter Gremory tout seul. »

« Je dois m’excuser pour le dérangement. Cependant, Seigneur Shax, vous êtes déjà un Archidémon dont le statut est bien plus élevé que le mien en tant que sorcier. Vous ne devez pas baisser la tête si facilement. C’est une leçon importante que vous devez apprendre si vous voulez protéger ceux qui vous sont chers. »

Les mots durs de Kimaris avaient résonné chez Shax.

« Vous n’avez pas tort », avait-il répondu, en redressant son dos voûté et en hochant la tête avec fierté. « Merci, Kimaris. »

« Vous êtes le bienvenu. »

« Kimaris », dit Shax en se redressant un peu. « Il y a une chose sur laquelle j’aimerais avoir votre avis. »

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? »

« Redescends ! Moi ! »

Kimaris inclina la tête, ignorant Gremory qui gémissait dans le fauteuil roulant qu’il tenait toujours en l’air.

« Maintenant que je suis un Archidémon, il semble que je doive prendre un surnom. »

La même chose s’était appliquée à Zagan. On lui avait donné un surnom lorsqu’il avait été nommé Archidémon.

« Je pense hériter du nom de Roi Tigre, » dit Shax avec détermination.

Ces mots avaient fait écarquiller les yeux de tout le monde dans la salle.

« Pourquoi me dites-vous cela ? » demanda Kimaris.

« Vous étiez l’ancien copain de mon professeur, non ? C’est pourquoi je veux votre permission. »

« Aaah… »

Il semblerait que Shax y ait beaucoup réfléchi. Au lieu de répondre, Kimaris tourna un regard hésitant vers Zagan.

« C’est bien, non ? » demanda Zagan en hochant la tête. « Shere Khan était un Archidémon qui a commis de nombreuses atrocités, mais c’était aussi un homme bon qui voulait seulement faire revivre sa bien-aimée. Il n’y a aucun mal à ce que quelqu’un s’occupe de cette dernière partie. »

« Une autre façon de lui donner une seconde chance, pas vrai, patron ? » dit Shax d’un ton taquin.

Zagan haussa les épaules. Cela pouvait aussi être considéré comme un cadeau d’adieu à l’homme qu’il avait appelé un ami.

« Je pense aussi… que c’est bien, » ajouta Gremory, de façon inattendue. « Tu es le seul à avoir hérité des pouvoirs qu’ils ont développés il y a huit cents ans, un pouvoir qui était destiné à sauver le monde. Donc, en réalité, tu es le seul à pouvoir hériter de son nom. »

Son ton était très sérieux, loin de ses clameurs habituelles sur le pouvoir de l’amour.

« Gremory, sais-tu quelque chose sur le passé de Shere Khan ? » demanda Zagan.

« Eh bien… Je vous ferai un rapport plus tard. »

La bataille venait à peine de se terminer que Zagan n’avait pas encore fini de gérer les conséquences, dont certaines étaient les informations substantielles que Gremory avait rapportées de sa mission.

« Je n’ai pas non plus d’objection, » dit Kimaris en hochant la tête. « Monsieur Shax, je ne pense pas que vous ferez la même erreur que Shere Khan. Veuillez utiliser son nom. »

« Alors c’est décidé, » déclara Zagan après avoir confirmé que Shax avait fait un signe de tête de son côté. « À partir de maintenant, le surnom de l’Archidémon Shax sera Roi Tigre ! »

Les sorciers et les chevaliers angéliques levèrent leurs verres et applaudirent. Et parmi tous ces applaudissements, Zagan entendit une voix qu’il ne souhaitait pas entendre du tout.

« Hnnngh ! C’est tellement émouvant. Ça fait vraiment monter une larme aux yeux de ce vieil homme. »

Les personnes présentes dans la pièce n’avaient pas réagi par la peur ou la colère à cette voix soudaine, mais au contraire, tout le monde semblait ennuyé. Zagan n’avait pas d’autre choix que de chasser le nouvel arrivant de lui-même, alors il s’était adressé à lui avec amertume, en disant : « Andrealphus. Je ne me rappelle pas t’avoir invité. »

L’ancien Archidémon Andrealphus était l’ancien propriétaire de l’Emblème qui était maintenant en possession de Shax. Il ne portait pas son Armure Sacrée et était plutôt habillé d’une chemise et d’un pantalon très normaux. Il n’y avait pas un seul fragment de majesté en lui. C’est en partie parce qu’il avait été abondamment découpé par Kuroka lorsqu’il était contrôlé comme une marionnette. Il y avait en tout cas plus de cicatrices sur son visage qu’avant à cause de cela.

Bien qu’il ait été totalement inutile en tant qu’allié, il avait été un énorme problème en tant qu’ennemi. Ainsi, la réaction des personnes présentes dans la pièce était parfaitement raisonnable.

« Oh mec, tu as vraiment des compétences impressionnantes, » dit Andrealphus en tapant sur l’épaule de Shax. « Je n’aurais jamais cru pouvoir me remettre de cet état. C’est bien approprié pour l’homme qui a hérité de mon Emblème ! »

« Hein ? Eh bien, je veux dire, vous étiez contrôlé, mais vous n’étiez pas vraiment mort ou autre… »

Après la bataille, Shax avait couru partout pour soigner tous les survivants, qu’ils soient amis ou ennemis. Et parmi eux se trouvait Andrealphus.

Kimaris abaissa le fauteuil roulant de Gremory, puis s’inclina devant l’ancien Archidémon effronté et déclara : « C’est un plaisir de vous rencontrer. Vous êtes l’ancien Archidémon Andrealphus, n’est-ce pas ? Mon nom est Kimaris. »

« Aaah… J’ai aussi entendu parler de toi. »

« Je suis honoré. Eh bien, en l’honneur de notre première rencontre, permettez-moi cette simple discourtoisie. »

Kimaris avait fait un sourire des plus courtois et des plus calmes, puis il avait saisi l’épaule d’Andrealphus.

« Hein ? »

« Graaah ! »

Il avait ensuite plongé son poing dans le visage d’Andrealphus.

« Je comprends que vous ne l’avez pas fait par votre propre volonté, mais cela ne change rien au fait que vous ayez blessé Mlle Gremory. Je suis désolé, mais je devais vous frapper au moins une fois. »

Andrealphus était recroquevillé sur le sol, face contre terre, et ne bougeait même pas pendant que Kimaris parlait.

Hmph, je parie qu’il s’est laissé frapper exprès.

Zagan pensait que l’homme avait prévu de se faire frapper, puis d’en rire et de dire qu’il était quitte ou quelque chose comme ça. Cependant, Kimaris était le seul et unique homme à avoir forcé Zagan à utiliser son Emblème dans un combat à mains nues. De plus, Andrealphus n’avait aucun de ses équipements magiques habituels. Ainsi, le poing de Kimaris avait largement dépassé les attentes de l’ancien Archidémon.

« K-Kimry, » dit Gremory d’une voix inhabituellement secouée. « Je vais bien, donc tu n’as pas besoin de t’énerver… »

« Ça ne suffira pas. Vos blessures étaient assez profondes pour que vous ne soyez pas en vie si Sire Zagan n’était pas arrivé à temps. »

« Bon sang… Tu l’as déjà frappé, n’est-ce pas suffisant ? Courage. »

Gremory avait tiré sur la manche de Kimaris. Elle n’était pas dans sa forme habituelle de belle femme. Elle avait plutôt l’air d’avoir seize ou dix-sept ans, à peu près l’âge de Néphy. Il y avait encore une certaine puérilité dans son visage, mais il exprimait à la fois la dignité et la beauté. Zagan avait du mal à se faire à l’idée qu’il s’agissait de la même personne que la grand-mère. Kimaris la regarda d’un air choqué, puis jeta ses bras autour d’elle comme pour la cacher.

« Hwah !? »

« Mlle Gremory. Votre âge est inversé. »

« Hein ? O-Oh. J’ai compris. J’ai déjà compris, alors calme-toi ! »

Être vue sous cette forme était apparemment un gros problème… ou plutôt, Kimaris ne voulait pas qu’on la voie comme ça.

Je vois. Elle s’est épuisée au point que sa sorcellerie de manipulation de l’âge a été annulée.

Zagan pensait qu’il valait mieux qu’elle se repose tranquillement pour retrouver son contrôle, mais c’était Gremory. Comme une démonstration minimale de pitié, tout le monde détourna les yeux. C’est alors qu’un bruit de déglutition retentit bruyamment.

« Hmm ! Très bien, camarade Gremory ! Tu es l’incarnation même de la jeune fille en ce moment ! »

C’était Manuela, qui, venant de vider sa chope, l’avait remise sur la table, puis elle avait dirigé vigoureusement son doigt vers sa cible. Non pas vers Gremory… mais vers Selphy, qui cuisinait toute seule, hébétée.

« Selphy ! Mon verre est vide. Où est le prochain ? »

« Hwuh ? Vide ? Je viens juste de vous en donner un nouveau ! » cria Selphy.

« J’ai l’habitude de boire à volonté ici, alors je ne peux pas m’en empêcher. Je vais boire comme jamais auparavant ! »

Zagan avait eu un mal de tête en voyant l’horrible ivrogne parmi eux.

« Désolé, quelqu’un peut aller chercher plus à boire ? » demande-t-il. « Il devrait y en avoir dans la cuisine. »

« Laisse-moi faire, mon frère ! » Furcas avait immédiatement répondu. Il était le dernier Archidémon du camp de Zagan. Cela dit, il n’avait pas de tels souvenirs et n’était pas plus qu’un sorcier novice à l’heure actuelle. Pourtant, malgré son combat contre le zombie Orobas, il était plein d’énergie.

« Bon sang, tu ne peux même pas le porter tout seul, hein ? »

La succube Lilith l’avait accompagné, comme si elle faisait une corvée. Les deux avaient apparemment mangé ensemble.

« Aaah… Une autre source inconnue de pouvoir de l’amour ! » Gremory hurla en tendant le bras de frustration, toujours coincée dans l’emprise de Kimaris. Elle n’était pas non plus la seule à regarder ces deux-là partir en courant.

« Est-ce bien de les laisser comme ça ? » demanda Zagan à Selphy, qui était restée immobile, hébétée.

« Bon… Juste pour aujourd’hui, je peux lui prêter Lilith, » répondit-elle.

Zagan ne déclara rien et il se tient simplement à ses côtés.

Après un court moment, Selphy prit la parole une fois de plus, disant : « Monsieur Zagan, vous avez dit qu’un dragon pourrait attaquer Kianoides, oui ? »

Zagan avait envisagé la possibilité qu’un Orobas mort-vivant apparaisse sur le champ de bataille près de Kianoides. Il avait donc ordonné à Selphy et Lilith de s’en occuper au cas où une attaque serait lancée contre la ville.

« Quand il l’a fait, une seule attaque s’est dirigée vers nous », poursuivit Selphy. « Le fait de la bloquer de loin m’a fait défaillir et m’a fait peur, mais il a arrêté les autres de plein fouet. »

Selphy s’était mordu la lèvre inférieure comme si elle retenait quelque chose, puis elle s’était mise à sourire comme elle le faisait toujours.

« Et donc, j’ai décidé de céder, juste pour aujourd’hui. »

« Tu t’es bien débrouillée aussi », dit Zagan sans regarder son visage en posant sa main sur sa tête.

« Merci… »

***

Partie 3

Plus tard, à peu près au moment où Furcas et Lilith étaient revenus en portant un tonneau, la porte du hall d’entrée s’était ouverte en grand.

« Je suis de retour, » dit Kuroka, ses deux queues s’agitant dans tous les sens alors qu’elle courait aux côtés de Shax. Elle aussi avait été gravement blessée, mais grâce au traitement prioritaire du nouveau Roi Tigre, elle s’était remise sur pied avant tout le monde. C’est pourquoi elle était allée faire un rapport à l’église en surface.

« Bienvenue, Kurosuke. »

« Oui, je suis de retour. »

Il semblerait que Raphaël ait finalement approuvé leur relation… ou peut-être était-il préférable de dire que Shax avait finalement cédé. Quoi qu’il en soit, Kuroka rapprocha sans mot dire sa tête de lui, et Shax la caressa avec des manières familières. Zagan aurait aimé les laisser tranquilles, mais il voulait savoir comment les choses se passaient à l’église.

« Bon travail. Comment ça se passe là-haut ? »

« Bien. Père a pris les choses en main, donc il n’y a pas vraiment de… hummm, il n’y a pas de chaos majeur, du moins. Je ne connais pas le nombre exact de chevaliers blessés, mais il n’y a pas encore eu de victimes. »

Le serviteur le plus fidèle de Zagan, son majordome Raphaël, n’était pas au Palais de l’Archidémon pour le moment. On lui avait confié le commandement de la bataille contre les Nephilims, et il était donc également chargé de s’occuper des affaires après coup. Zagan pensait que c’était bien d’accorder à l’homme et à Kuroka un peu de temps pour des vacances en famille ou autre chose une fois qu’il aurait terminé, étant donné tout le travail qu’il fournissait. Quelqu’un d’autre était censé assumer ce rôle, alors il était vraiment surchargé de travail. Kuroka jeta maladroitement un regard sur les coupables, un couple dans le coin du hall d’entrée faisant des grimaces comme si c’était la fin du monde.

« C’est fini. Je ne pourrai jamais retourner à l’église… »

« J’étais sûr que je deviendrais un Archidémon cette fois-ci… »

La fille qui sanglotait de façon incontrôlable était Chastille. À côté d’elle se trouvait un sorcier lugubre qui avait l’air complètement déprimé et avait les larmes aux yeux, Barbatos. Même Zagan se sentait un peu mal à l’aise en les voyant tous les deux.

« Euhhh, je suppose que les choses sont devenues assez sérieuses à l’église ? » demanda Zagan.

Kuroka hocha discrètement la tête et répondit : « On dit que… que Lady Chastille s’est enfuie avec un sorcier en pleine bataille… »

Chastille avait pris la difficile décision de quitter Kianoides pour aider à libérer Nephteros d’Azazel. Zagan lui en était reconnaissant, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle disparaisse au milieu de l’affrontement avec l’armée des Nephilims. De plus, elle s’était disputée avec Barbatos au sujet de leur départ, si bien que tout le monde autour d’eux avait cru voir des amoureux qui s’enfuyaient au loin.

« Vous avez tout faux ! Je ne m’enfuyais pas avec quelqu’un ! Je voulais juste aller sauver mon amie ! » s’écria Chastille en se levant en larmes.

« Allez au diable ! Qui pense que je voudrais m’enfuir !? Ce n’est pas comme si j’avais besoin de m’enfuir pour me marier ! »

« Hein ? »

« Quoi ? »

Barbatos s’était finalement rendu compte de ce qu’il venait de dire, et son visage était devenu sensiblement rouge tandis qu’il marmonnait : « Ce n’est pas ce que je veux dire ! C’est, hum… Aaargh ! Je me casse d’ici ! »

« Hein ? Tu pars déjà… ? »

Barbatos essaya de s’enfuir alors qu’il venait de dire qu’il n’en avait pas besoin, et Chastille le regarda comme un chiot abandonné. Il avait déjà fait la moitié du chemin dans l’ombre avant de ressortir, l’air d’avoir tout perdu.

Tu aurais pu la traîner avec toi, alors pourquoi tu rampes pour sortir ? pensa Zagan. Mais maintenant qu’il y pensait, il réalisait qu’il n’avait jamais vu Barbatos emmener Chastille dans l’ombre sans son consentement. Et dans ce cas, s’il avait essayé d’obtenir son consentement, il aurait dû expliquer son comportement.

« Merde ! De l’alcool ! Je m’en fous de quoi ! Trouvez-moi juste de l’alcool ! »

« Ici… »

Zagan ne pouvait plus supporter de les regarder, alors il avait tendu une bouteille de spiritueux particulièrement forte. Et alors que les célébrations atteignaient le summum du chaos, une claque résonna dans la pièce.

« Tout le monde, » dit Néphy avec un sourire. « Même si c’est un moment de répit, où vous êtes tous libres de vous lâcher, n’oubliez pas qu’il y a des limites, d’accord ? »

« Oui, madame… », répondirent tous les participants à l’unisson, calmant le chaos en un instant.

Maintenant que les choses s’étaient calmées, d’autres personnes étaient venues parler à Zagan.

« Les choses sont plus vivantes que jamais autour de vous, patron. »

« Behemoth… et Léviathan. Vous deux, bon travail là-bas. »

Deux sorciers se tenaient devant l’Archidémon Zagan. L’homme avait des ceintures de cuir couvrant son visage, tandis que la femme portait une camisole de force. Zagan les cherchait justement, il avait donc apprécié le fait qu’ils soient venus le voir en premier.

« J’ai entendu dire que tu avais fait quelque chose de déraisonnable. Mais d’après ce que je vois, tu vas bien. »

« Mhm. Shax est très doué, » répondit Levia alors que Behemoth la nourrissait avec des mouvements familiers. « En plus, cette fille a aidé à me soigner. »

Les yeux de Levia s’étaient tournés vers Selphy. Et en remarquant son regard, Selphy lui avait retourné un sourire insouciant. Ces deux filles étaient des sirènes aux cheveux bleus.

« Vous parlez-vous souvent toutes les deux ? » demanda Zagan.

« Seulement de temps en temps. Essentiellement, quand on se voit au palais de l’Archidémon. »

Levia était probablement curieuse de la connaître en tant que collègue sirène… ou plutôt, en tant que parent de sang. Zagan regarda de plus près les deux sorciers, et voyant où il voulait en venir, Behemoth haussa les épaules.

« Malheureusement, la malédiction ne s’est pas levée avec la mort de Shere Khan. »

Behemoth se transformait en un monstre grotesque la nuit, tandis que Levia se transformait en un dragon de mer insensé le jour. C’était la malédiction que Shere Khan avait jetée sur eux.

« Ne vous inquiétez pas pour ça, » ajouta Levia. « Grâce aux contraintes que vous nous avez façonnées, j’ai pu rencontrer Behemoth après si longtemps. »

Les entraves qui recouvraient leurs corps avaient été tissées à partir de l’écaille céleste de Zagan. Elles bloquaient toute source externe de mana, leur permettant de conserver une forme humaine.

« Ne me rabaisse pas », déclara Zagan. « Ces contraintes ne sont qu’un pis-aller. Je vais certainement défaire cette satanée malédiction un jour. »

Un sourire était naturellement venu à Behemoth et à Levia lorsqu’ils avaient entendu cette déclaration.

« Heh heh. Nous comptons sur vous, patron. »

« Merci. Mais honnêtement, je préfère que vous la protégiez plutôt que nous, » dit Levia en jetant un autre regard à Selphy.

« Madame Gremory… ou, je suppose, Mlle Gremory maintenant ? » dit Selphy avec sa bonne humeur habituelle. « Bon retour parmi nous. Il y a beaucoup de choses dont j’aimerais parler. »

« Kee hee. En effet. C’est exactement la raison pour laquelle je suis venue te voir. N’est-ce pas, camarade Manuela ? »

Manuela se leva immédiatement, une autre chope de bière à la main.

« Commençons la réunion d’appréciation du pouvoir de l’amour de Kianoides ! »

« Ouiii ! » Selphy s’était réjouie, applaudissant sans réfléchir.

Elle est vraiment devenue plus forte.

Si Selphy se comportait mal, Lilith s’inquiétait sans cesse pour elle, et dans ce cas, elle finirait par gêner Furcas, bien qu’elle ait déclaré qu’elle céderait sa place pour la journée. C’est pour cela qu’elle gardait une façade joyeuse. Mais même ainsi, Zagan pouvait sentir en elle une volonté terrifiante de rattraper définitivement le temps perdu plus tard.

Manuela et Gremory avaient apporté une table et des chaises sorties de nulle part, puis elles avaient commencé leur propre petite convention de sorcières dans un coin de la pièce. Ceux qui ne voulaient pas s’impliquer s’étaient rapidement dispersés de la zone. Kuu n’avait cependant pas eu le choix en la matière.

« Chef ! Pourquoi entraînes-tu Kuu dans cette histoire !? » protesta Kuu.

« Hee hee. Ça ne sert à rien de feindre l’ignorance, » répondit Manuela. « Kuu, tu es déjà l’un des nôtres, non ? »

Aaah… donc elle est fichue.

Zagan avait réalisé que Kuu avait déjà été infecté par ces deux-là.

« Non, ce n’est pas ça. Kuu ne va pas le nier après tout ce temps… » dit Kuu en secouant lentement la tête. « Kuu a une amie apprentie nonne dans l’église, et elle a beaucoup plus de talent pour cela. »

« Hmm… ? Comme c’est intéressant. Amène-la la prochaine fois, d’accord ? »

Il y en a d’autres là dehors ? pensa Zagan, se trouvant soudainement incapable de cacher une grimace.

Gremory était apparemment la présidente de cette réunion. Après avoir pris le siège d’honneur, Manuela s’était assise à ses côtés et Kuu avait pris place en face d’elles. Selphy avait ensuite apporté une grande assiette couverte de nourriture et de sucreries au groupe.

« Alors, laissez-moi entendre toutes les histoires d’amour que j’ai manquées en mon absence ! » s’exclama Gremory.

« Je préférerais en savoir plus sur ton apparence actuelle, camarade Gremory. »

Même si elle avait été séparée de Kimaris, Gremory avait conservé sa forme d’adolescente. Eh bien, avec son mana épuisé, il n’y avait aucune chance que cela change de sitôt.

« Qui se soucie de moi ? » demande Gremory en détournant les yeux. « Plus important encore, camarade Manuela, tu dois nous raconter au moins une histoire d’amour de ton cru. »

« Je n’en ai pas ! Je me demande pourquoi… ? Tout le monde s’enfuit quand je commence à jouer avec eux… »

Zagan se demandait s’il y avait quelqu’un qui pouvait accepter les désirs étranges de Manuela. C’était extrêmement improbable, mais c’était la seule façon pour quelqu’un de devenir son partenaire romantique.

« À ce stade, une fille me conviendrait parfaitement. »

« Ne regarde pas Kuu, Chef. »

Kuu était en effet un spécimen rare qui avait été continuellement manipulé par Manuela et avait réussi à le surmonter.

« Eh bien, attends un peu, » dit Gremory en toussant. « Notre réunion n’aboutira à rien si nous nous disputons entre nous. Voyons voir… C’est moi qui ai proposé cette réunion, alors permettez-moi de commencer par un rapport de mon cru. »

Ses yeux se tournèrent ensuite vers Chastille et Barbatos. Ces deux-là ne pouvaient même pas se regarder dans les yeux, mais ils avaient quand même réussi à manger dans la même assiette.

« Ah oui, tu n’as rien à boire ? » lui demanda Barbatos.

« Je suis encore mineure, tu sais ? Bien que j’aie dix-huit ans le mois prochain. »

« H-Hmmm. Eh bien, ce n’est pas si loin. Je peux au moins t’apprendre une chose ou deux sur la boisson, si tu veux. »

« Hmmm… Je ne te fais pas vraiment confiance quand il s’agit de nourriture… »

« Huuuh ? Pourquoi pas !? Je parie que je pourrais faire de bien meilleurs machins rajoutant que toi ! »

« C’est la partie qui m’inspire le moins confiance… »

Il semblerait que les deux se soient suffisamment calmés pour avoir une conversation correcte.

Manuela et Kuu avaient corrigé leurs postures, des expressions sérieuses sur leurs visages, et elles avaient dit à l’unisson, « Nous t’écoutons. »

Gremory leur raconta ensuite ce qui s’était passé un peu avant la guerre totale avec Shere Khan, quelques jours après la soirée où Zagan avait affronté Azazel à la fin du grand bain dans son château.

***

Chapitre I : Le Doppelganger de la maison hantée

Partie 1

« Merde. Ce n’est pas bon. Ça ne se stabilise pas, » jura un sorcier dans l’obscurité. Il n’y avait pas la moindre lumière dans son environnement. On ne pouvait même pas dire si cet espace était large ou étroit, si c’était une grotte ou un bâtiment, ou même si les concepts de haut, bas, gauche et droite existaient dans cet espace.

La voix du sorcier n’avait même pas résonné. Elle avait simplement été engloutie par les ténèbres. Si quelqu’un d’autre était là, il aurait été impossible d’évaluer par le son la distance à laquelle se trouvait le sorcier. C’est ainsi que ce monde avait été créé.

Il s’appelait Purgatoire — le sous-espace appartenant au sorcier qui portait ce mot comme surnom. Malgré le manque de lumière, tout sorcier serait au moins capable de saisir ce qui s’y trouvait. Des tubes à essai et des grimoires sales étaient éparpillés sur une table de recherche négligée. Les étagères étaient couvertes de suie et des objets tels que des crânes vieux de plusieurs dizaines d’années et des instruments de torture rouillés étaient éparpillés sur le sol, comme s’ils avaient été brutalement renversés des étagères à un moment donné.

Le sorcier faisait les cent pas avant de marcher sur un vieux sandwich. Il grimaça d’irritation, le décolla de son talon et le jeta dans un coin de la pièce. Il était sûr de le piétiner à nouveau quelques jours plus tard.

« Ça ne va pas marcher à ce rythme, » marmonna-t-il en laissant échapper un soupir et en s’affalant sur une chaise. Les nombreux cercles magiques établissant cet espace criaient en signe de protestation, signalant un danger imminent. Si on le laissait faire, le Purgatoire s’effondrerait en quelques heures, détruisant entièrement l’espace.

Normalement, une centaine de sorciers moyens pourraient consacrer tous leurs efforts à essayer de le réparer, mais ils ne seraient toujours pas capables de tenir un seul jour. Cependant, le Purgatoire était dans cet état depuis trois jours déjà. En d’autres termes, ce sorcier avait continué à passer du temps ici tout seul, assumant la tâche décourageante de réparer constamment ce monde, l’équilibrant dans un état critique où le moindre faux pas causerait son anéantissement. Une telle force mentale dépassait le domaine de l’humanité, mais une telle puissance, même si elle était concentrée dans des domaines différents, était une évidence parmi les candidats Archidémons qui avaient été sélectionnés il y a un an.

« Est-ce que le truc de l’autre jour est la cause de toute cette merde ? »

C’était arrivé il y a trois nuits. Le sorcier et son ami indésirable avaient combattu une calamité terrifiante. C’était un monstre au-delà des Archidémons et quelque chose que son ami indésirable devrait un jour vaincre. Cela aurait été une grande cause de célébration si les deux s’étaient tués dans le processus, mais cela n’était pas arrivé. Ainsi, il n’y avait aucun intérêt à rejoindre la mêlée. Et pourtant, lorsque le sorcier avait été sur le point de s’enfuir, le visage de cette fille stupidement honnête et maladroite lui était revenu en mémoire.

Elle ne se serait pas enfuie dans cette situation. Elle aurait sûrement pris son épée… et elle serait sûrement morte dans le processus. Et cette fille était juste dans l’autre pièce derrière le sorcier à ce moment-là.

Avant qu’il ne s’en rende compte, il avait prêté main forte et rejoint la bataille. Le simple fait d’y penser maintenant provoquait une étrange sensation de serrement quelque part dans sa poitrine. Il se sentait impuissant. Il se tapa la poitrine plusieurs fois avec le poing pour essayer d’arranger ça.

« Mec, j’ai fait quelque chose de vraiment stupide, hein ? »

Et voici le résultat. Le sorcier avait, bien sûr, utilisé cet espace pendant la bataille contre la calamité. C’était une forteresse chargée de nombreux types de sorcellerie. S’il lançait une attaque sur l’extérieur depuis ici, même la capacité de son ami indésirable à dévorer la sorcellerie serait inutile. Selon la façon dont il l’utilisait, c’était un atout qui pouvait même tuer un Archidémon.

Malgré cela, lorsqu’il avait lancé une attaque depuis le Purgatoire, la calamité avait été la seule à empiéter sur son territoire. Il avait essayé tout ce qu’il pouvait pour y faire face, mais rien ne fonctionnait. Même lorsque tout semblait aller bien, plusieurs heures plus tard, la corrosion recommençait et les alarmes de danger sonnaient.

Ce n’est pas simple de porter un coup à cet espace.

On disait qu’un pouvoir bien trop immense pouvait même déformer le temps et l’espace. En vérité, on disait que les étoiles dans le ciel nocturne possédaient une telle masse qu’elles déformaient l’espace, permettant de voir des étoiles qui auraient dû être obscurcies. Il était possible que le pouvoir de cette calamité puisse dépasser les dimensions, déformer les lignes de ley du monde, ou même le flux du temps lui-même. Maintenant que nous en sommes arrivés là, il était probablement impossible de contenir le Purgatoire dans le sous-espace. En tant que tel, il n’y avait qu’une seule option.

« Ah bon… Je suppose que je vais sortir un peu. »

Et juste comme ça, le petit monde connu sous le nom de Purgatoire avait été baigné dans la lumière du soleil pour la première fois depuis environ dix ans.

***

« Zagan, je veux essayer d’aller dans une maison hantée », demanda Foll en début d’après-midi dans le château de Zagan. Elle était allée faire des courses avec Néphy dans la matinée. Ces derniers temps, du commerce avait été établi avec le château, donc la plupart des marchandises étaient livrées directement, mais le temps passé à réfléchir à ce qu’il y avait pour le dîner était précieux pour ces deux-là. Et pendant qu’elles faisaient cela, Foll avait apparemment entendu quelque chose en ville.

« Une maison hantée… ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Zagan en fronçant les sourcils.

« Écoute ça, » répondit Foll en bombant le torse. « C’est apparemment un endroit où un tas de fantômes poursuivent tout le monde. C’est ce qu’a dit Manuela. »

« Encore cette femme… »

À l’extérieur du château, il y avait Manuela, tandis qu’à l’intérieur, il y avait Gremory. Ces deux-là causaient toujours une certaine sorte de grabuge. Zagan se demandait ce qu’elles avaient à gagner à perturber sa tranquillité. Il préférait qu’elles cessent d’enseigner des choses étranges à sa fille. Il sentit un mal de tête lui venir, puis rencontra un certain doute.

« Hm ? Les fantômes ne sont-ils pas dangereux pour les gens normaux ? »

« Le sont-ils ? » demanda Foll, penchant la tête et clignant des yeux en signe de confusion. Ils ne représentaient pas une grande menace pour le sorcier moyen, mais les civils ordinaires n’avaient aucun moyen de les repousser. En fait, même les sorciers n’avaient pas une très bonne impression des fantômes. Ils ne s’intéressaient pas vraiment au mystère de ce phénomène magique ou autre. Pour eux, les fantômes étaient plutôt des nuisibles qui s’introduisaient dans leur demeure.

Alors comment ceci a-t-il pu devenir un jeu populaire ? Non, attends, comment peut-on même jouer à ça ? Zagan réfléchit. Peut-être qu’un sorcier l’utilisait comme un moyen de faire du profit ? Quoi qu’il en soit, c’était plutôt déconcertant.

Hélas, il n’y avait personne ici pour leur faire remarquer leur malentendu. L’un était un Archidémon qui avait passé son enfance à craindre les humains par-dessus tout — en particulier les adultes furieux qui l’avaient pourchassé pour avoir volé du pain. L’autre était un jeune dragon qui n’avait pénétré dans les colonies humaines que pour la toute première fois il y a un an. Néphy avait également passé son enfance pratiquement emprisonnée dans un village caché. Aucun d’entre eux ne pouvait être familier avec le concept culturel d’un test de courage.

Après y avoir réfléchi, Zagan hocha la tête et dit : « Hmm. Très bien. Est-ce que c’est à Kianoides ? »

« Peut-on y aller ? »

« Nous n’avons pas vraiment eu beaucoup d’occasions de jouer ces derniers temps à cause de Shere Khan et de Bifrons. De plus, le grand bain est maintenant terminé, donc c’est à peu près le bon moment pour faire une pause. »

Foll lui avait alors adressé un sourire radieux.

Eh bien, ce n’est pas bon. On dirait que j’ai beaucoup trop utilisé les pouvoirs de Foll ces derniers temps.

L’un des objectifs de Zagan était de permettre à sa fille de vivre comme un enfant normal. Quel genre de père était-il pour négliger cela ?

« Est-ce que Néphy peut se joindre à nous ? » demanda Foll, en sautant et en plaçant ses mains sur les genoux de Zagan.

« Oui. Si tu vas la chercher maintenant, on devrait pouvoir aller visiter ça dans la soirée. »

« Je vais aller faire ça ! »

Zagan regarda sa fille s’enfuir joyeusement sans se rendre compte qu’il souriait. Mais quand elle fut hors de vue, il fronça soudainement les sourcils.

« Mais… les fantômes ? Sérieusement ? Je devrais me préparer. »

Si les fantômes étaient utilisés par un établissement pour le plaisir, il devait s’assurer de ne pas les éradiquer accidentellement. Quel que soit le niveau de compétence d’une personne, lorsqu’elle reçoit le mana d’un Archidémon, un simple fantôme peut être effacé avec facilité. Zagan, Foll et Néphy devaient tous faire attention à ne pas laisser fuir leur mana, sans parler de celui de leurs sceaux d’Archidémon.

Foll avait personnellement montré de l’intérêt pour cette attraction, Zagan devait donc la laisser s’amuser autant que possible. De ce fait, l’espoir de Manuela de voir « Foll et Néphy prendre peur et faire une scène amusante » s’était envolé. Au lieu de cela, quelqu’un d’autre allait souffrir, mais c’est une autre histoire.

***

Partie 2

« Qu’est-ce qui ne va pas, Chastille ?

Dans son bureau de l’église de Kianoides, Chastille avait ses cheveux écarlates attachés sur le côté comme toujours, un ornement papillon les retenant. Elle était au milieu de ses fonctions officielles, et il n’y avait pas la moindre trace de son côté pleurnichard. Au lieu de cela, elle avait la dignité d’un splendide évêque. Celle qui lui parlait était une elfe à la peau sombre, Nephteros, qui travaillait comme son assistant. Il n’y a pas si longtemps, l’état de Nephteros avait l’air plutôt mauvais, mais maintenant son teint était excellent. Grâce à cela, Chastille n’avait aucun scrupule à compter sur elle pour travailler.

Sans même s’en rendre compte, l’écriture de Chastille s’était arrêtée, laissant la montagne de documents intacte pendant plusieurs minutes. Non, la montagne avait, en fait, grossi. En temps normal, elle était juste un peu négligente, mais en mode travail, il était très rare qu’elle fasse de telles erreurs.

« Je viens de ressentir un étrange frisson pour une raison inconnue… Peu importe, ce n’est rien. Je vais bien. »

Eh bien, ce froid l’avait aussi ramenée à la raison. Cependant, Nephteros s’était manifestement inquiétée du fait qu’elle ne travaille pas. Et donc, Chastille s’était tapé les joues pour se recentrer.

« T’inquiètes-tu de quelque chose ? » demanda Nephteros avec prévenance. « Si tu le souhaites, je peux t’écouter. »

« Non, je ne dirais pas vraiment que c’est quelque chose qui m’inquiète…, » marmonna Chastille d’un ton évasif, en regardant ses pieds, ou plus précisément son ombre. « Barbatos ne s’est pas montré ces derniers jours. Ce n’est pas qu’il soit complètement insensible, mais… »

Quand elle essayait de lui parler, il répondait rarement. Et même quand il le faisait, il était inattentif. Il n’avait pas disparu de son ombre, mais elle avait l’impression qu’il était loin. En fait, elle avait l’impression qu’il agissait bizarrement depuis le jour où Zagan avait construit le grand bain dans son château.

Malgré ce que son comportement pouvait laisser penser, Barbatos était un sorcier capable de se battre à armes égales avec l’Archidémon Zagan. Elle ne pensait pas qu’il était en danger, mais elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter.

« Il n’est pas mort ou quoi que ce soit, n’est-ce pas ? » demanda Nephteros avec un froncement de sourcils dubitatif.

« N-Non. Eh bien, il répond de temps en temps, et du moins, il ne semble pas être blessé ou malade. »

« Alors ça ne sert à rien de s’en inquiéter. N’est-ce pas en fait une bonne chose du point de vue de l’église ? »

« M-Mais… »

« Chastille. Je ne sais pas ce que tu penses de lui, mais c’est le genre de sorcier avec lequel il vaut mieux ne pas s’engager. »

Le fait qu’on lui lance directement un argument aussi solide avait fait gémir Chastille. Kuroka lui avait fait remarquer la même chose une fois auparavant.

« Je veux dire, en de très rares occasions, il montre aussi son bon côté, tu sais ? »

« Par exemple… ? »

« Hein ? Euh… »

Nephteros affichait un regard de pitié vers elle, comme si elle regardait quelqu’un qui croyait à la fantaisie totale.

Si je ne peux pas prouver qu’il a un bon côté, qui au monde le peut ? Chastille mit désespérément ses pensées en mouvement comme pour défier le plus difficile des calculs.

« Euh, oh ! Bien ! Quand j’ai renversé une tasse de thé à la maison, il a réparé la tasse cassée pour moi et a ensuite nettoyé le sol tout gentiment ! »

C’était au milieu de la nuit, alors Chastille avait commencé à paniquer quand Barbatos était sorti de l’ombre et avait dit : « Bon sang, qu’est-ce que tu fais, pleurnicharde ? », avant de s’occuper de tout. Cela aurait dû prouver qu’il était un homme bon dans l’âme, et pourtant, Nephteros avait l’air encore plus exaspérée par elle.

« Tu sais que ça veut dire que tu l’as laissé entrer dans ta chambre comme si de rien n’était, n’est-ce pas ? Es-tu vraiment d’accord avec ça ? »

« Hein… ? »

Maintenant qu’elle le disait comme ça, Chastille avait l’impression que la situation était en fait assez précaire, ce qui fit couler de la sueur sur son front.

« Ce n’est pas… Hum, mais… »

« Hé, vas-tu vraiment bien ? »

Et juste au moment où Nephteros commençait à perdre son calme à cause de la remarque imprudente de Chastille…

« Tee hee hee. Lady Nephteros, vous ne devez pas vous mêler de la vie privée des autres. »

Avant que quiconque ne s’en rende compte, une petite fille était assise sur l’un des canapés du bureau. Elle avait des yeux et des cheveux dorés, et une poupée en peluche effrayante était placée sur ses genoux. Elle s’était même servi une tasse de thé qui était destinée aux visiteurs.

« Alshiera… ? Pourquoi es-tu là ? » demanda Nephteros.

« Oh là là, maintenant vous demandez ? Je suis ici depuis trois jours… »

Chastille ne l’avait pas remarqué non plus, aussi se raidit-elle spectaculairement à cette idée.

La vampire qui a battu Lord Michael… ou devrais-je l’appeler Archidémon Andrealphus ?

Honnêtement, si cette fille était sérieuse, Chastille n’aurait rien pu faire du tout sans son Armure Sacrée. On pouvait même se demander si elle pouvait laisser à Nephteros le temps de s’échapper. Pourquoi Alshiera était-elle ici au lieu de rester au château de Zagan ? Et comment était-elle passée inaperçue pendant trois jours entiers ?

Chastille pensait avoir déjà compris à quel point cette vampire était terrifiante, mais elle se rendit compte de la légèreté avec laquelle elle avait pris les choses. Elle fut soudainement en alerte, mais Nephteros lui serra la main calmement.

« C’est bon, » chuchota Nephteros. « Si elle avait prévu quelque chose, elle l’aurait déjà fait. Et si Grand Frère la laisse vivre, alors elle n’est pas notre ennemie… Tant que tu crois ce que Néphy dit, bien sûr. »

« Aaah… Je sais. Merci, Nephteros. »

Pour une raison quelconque, c’est Alshiera qui avait l’air terriblement désemparée.

« Hum, qu’est-ce que c’est ? » demanda Chastille timidement.

Alshiera plaça sa main sur son front comme si elle était profondément troublée par quelque chose, puis dit : « Ce n’est rien… Je n’ai pas eu cette réaction depuis un certain temps, alors c’était plutôt nostalgique. Je ne sais pas moi-même trop comment réagir. »

« Aaah… »

Chastille et Nephteros avaient sympathisé avec cela. Elles avaient compris à partir de cette simple explication. Passer trois mois dans le château de Zagan aurait donné à n’importe qui l’impression d’être manipulé.

J’ai compris ! Tous ceux qui vont chez Zagan sont réduits à être des pleurnichards ! Ce n’est pas seulement moi !

Le groupe de Chastille à l’Église n’était pas très familier avec Alshiera, mais comme Néphy l’avait dit, il semblerait qu’elle ne soit pas une mauvaise personne.

« Hum, alors puis-je demander ce qui vous amène ici ? » demanda Chastille.

« Oh, oui… Il y a quelque chose que j’aimerais confirmer. Mais je ne veux faire de mal à personne, alors ne faites pas attention à moi. »

« Mais… c’est mon bureau. »

Les gens du château de Zagan agissaient vraiment beaucoup trop librement. Chastille n’arrivait pas à les suivre. Elle laissa échapper un soupir d’exaspération alors qu’Alshiera gloussait à nouveau.

« Plus important encore, ne parlions-nous pas de vos inquiétudes ? » dit Alshiera.

« Hein ? Euh… savez-vous ce qui se passe avec Barbatos ? »

« Je sais au moins où il est et ce qu’il fait. »

Ça ne veut-il pas dire que tu sais tout ?

Pourquoi cette vampire s’y prend-elle de manière aussi détournée ? Chastille sentait venir le mal de tête, mais pour l’instant, elle était en mode travail. Alors, elle s’était ressaisie et avait fait avancer la conversation.

« Est-ce que quelque chose lui est arrivé ? Hum, il m’aide habituellement, donc si quelque chose le perturbe, j’aimerais être utile… »

Alshiera prit une gorgée de thé avant de répondre : « Il n’y a pas lieu de s’alarmer. Un problème est survenu dans son laboratoire de recherche, et il est simplement submergé de travail pour essayer de le régler. En tant que chevalier, vous ne seriez d’aucune utilité même si vous vous rendiez sur place… Je suppose que vous pourriez au moins le réconforter. »

« R-R-Réconforter !? »

Est-ce qu’elle veut dire ce que je pense qu’elle veut dire ? pensa Chastille, son visage devint rouge vif tandis qu’Alshiera laissait échapper un rire amusé.

« Oh là là. Et qu’est-ce que vous venez d’imaginer exactement, je me le demande ? Pour votre gouverne, je voulais dire qu’il se réjouirait probablement s’il voyait votre visage. »

« O-Oh ! C’est vrai ! Cela ! Qu’est-ce que ça peut vouloir dire d’autre !? » La voix de Chastille s’était brisée, laissant Nephteros complètement désorientée.

« Y a-t-il un autre sens à ce mot ? » demanda-t-elle en hochant la tête.

« Hwuh !? U-U-U-U-Ummm… »

Nephteros était-elle simplement ignorante ? Ou bien était-elle au courant et n’arrivait-elle pas à faire le lien entre deux choses ? Sa réaction innocente laissa Chastille encore plus perplexe.

« Eh bien, il y a beaucoup de choses dont une jeune fille ne peut pas parler. Vous ne devriez pas être indiscrète, » dit Alshiera.

« Vraiment ? »

C’était un acte si impitoyable que d’être sauvée par quelqu’un qui la regardait comme si elle était pitoyable.

Chastille s’était raclé la gorge, puis elle avait remis les choses en place en demandant : « Hum, est-ce dans le coin ? Je suis un peu curieuse. Je pense que je devrais au moins lui rendre une visite de courtoisie une fois que j’aurai fini mon travail. »

« Oui. C’est même accessible à pied. »

Au moment où Chastille s’apprêtait à demander l’emplacement exact, Nephteros avait eu une expression troublée.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Nephteros ? » demanda Chastille.

« Oh, ce n’est rien, vraiment. Ce rapport a simplement attiré mon attention, mais je peux l’examiner moi-même. Cela ne devrait pas être un problème si Richard m’accompagne. »

« Y a-t-il eu un incident ? Que s’est-il passé ? » demanda Chastille en jetant un coup d’œil au document que Nephteros fixait, qui détaillait des informations sur un manoir à la périphérie de la ville.

« Une maison hantée… ? »

« Oui. Il semblerait que les fantômes apparaissent même dans le domaine d’un Archidémon. Je suis presque sûre que n’importe quel Chevalier Angélique peut s’en occuper, mais il y a des cas où les sorciers asservissent les fantômes. Il semblerait aussi que les enfants du quartier se soient faufilés, alors au cas où, je vais aller jeter un coup d’œil. »

« Attends, si des enfants se promènent, alors je vais… »

« N’es-tu pas mauvaise avec les fantômes ? »

« Qu-Qu’est-ce que tu en sais !? » s’exclama Chastille. Elle était sans voix d’avoir été percée à jour si minutieusement. Sur ce, Alshiera se leva à moitié de son siège pour jeter elle-même un coup d’œil au document.

« Oh… Oh mon dieu, maintenant c’est…, » elle s’interrompit, souriant comme si elle voyait quelque chose d’amusant. « Cela ne me regarde peut-être pas, mais je crois qu’il serait préférable que Lady Chastille s’en occupe personnellement. »

« Hein ? » Chastille marmonna et se figea, ce qui incita Alshiera à détourner maladroitement les yeux.

« Eh bien, les gens sont faits pour des choses différentes. Je ne vais pas forcer les choses, mais je crois que si vous y allez, vous obtiendrez de meilleurs résultats. »

Honnêtement, Chastille ne savait toujours pas ce qui se passait dans la tête de cette fille, mais elle ne sentait pas de malice derrière ces mots.

« Bon… Je vais y aller. »

« Es-tu sûre ? » demanda Nephteros. « Même si tu ne te forces pas à y aller, je peux m’en occuper. »

« Non, elle doit avoir une raison de dire ça. J’aimerais y aller, ne serait-ce que pour vérifier son tempérament. »

« Est-ce ainsi… ? Eh bien, ne te force pas trop. »

Nephteros ne semblait pas entièrement satisfaite de cette conclusion, mais elle n’avait pas insisté sur la question. Elle regardait plutôt Alshiera et déclara : « Je ne comprends pas. Qu’est-ce que tu gagnes à aider Chastille ? Nous ne te connaissons pas assez bien pour croire que c’est par pure bonne volonté. »

« Je vois… Vous avez raison, » remarqua Alshiera, en réfléchissant un moment. « Eh bien, dans un sens, les problèmes qui sont arrivés à cet homme ont été causés par son implication avec moi. En tant que tel, j’aimerais donner un coup de main, même si ce n’est qu’un peu. »

« Cet homme… ? Je parlais de Chastille, pourtant… »

« C’est la même chose. »

Sur ce, Alshiera s’était rassise comme si elle se désintéressait de la conversation et elle prit une autre gorgée de thé.

Je ne sais pas ce qui m’attend là-bas, mais il faudra bien que j’aille jeter un coup d’œil… enfin, c’est ce que pensait Chastille, mais elle ne comprenait pas vraiment. Elle n’avait aucune idée du temps qui s’était écoulé depuis qu’elle n’avait pas connu la détresse de devoir se battre seule.

***

Partie 3

« Alors ? Qu’est-ce qui a provoqué ça ? C’est bizarre que vous me donniez un coup de main — Enchanteresse. »

À l’intérieur du Purgatoire — qui était maintenant à l’extérieur et n’était plus qu’un vieux manoir décrépit — Barbatos se tenait face à face avec une vieille fomorienne dans une pièce du deuxième étage. Elle s’appelait Gremory… et était l’une des anciennes candidates pour être Archidémon, ainsi que le bras gauche de confiance de Zagan.

« Kee hee hee ! Il n’y a pas besoin d’agir comme un étranger. Nous ne sommes pas si inconnus l’un de l’autre, n’est-ce pas ? Si vous avez un problème, je suis prête à vous donner un coup de main. »

La vieille femme avait souri, dévoilant des dents jaunes, ce à quoi Barbatos avait répondu par un sourire tordu.

« Haha ! Le seul idiot qui ferait confiance à un sorcier disant ça serait notre pleurnicharde. »

Pour une raison inconnue, Gremory avait reculé avant de sourire de satisfaction en levant un doigt.

« Kee hee ! Être salué par une telle puissance d’amour… ! Alors que je vous observe depuis un moment, je n’aurais pas pu prédire une telle croissance de votre part. »

« Je n’ai aucune idée de ce que vous dites. »

C’est donc la mamie qui cause toujours des problèmes à Zagan ?

Barbatos était déjà occupé jusqu’au cou à essayer de réparer le Purgatoire, alors il ne voulait pas être dérangé par un autre type de nuisance. Ce n’est que lorsqu’il avait semblé qu’il n’avait pas d’autre choix que de la chasser que le visage de la vieille femme était devenu sérieux.

« Eh bien, vous observer de près, vous et votre situation actuelle, me sera très bénéfique », dit-elle en levant un doigt osseux. « Tout d’abord, il y a l’incident qui s’est produit le jour où le grand bain a été construit. Mon suzerain m’a tout raconté, mais j’aimerais confirmer tout ce que je peux de mes propres yeux. »

En fait, cela avait du sens venant d’un des subordonnés de Zagan.

Non pas que ma compréhension soit si différente de celle de ce connard.

« Deuxièmement, » poursuivit Gremory en levant un autre doigt, « j’ai la possibilité de voir personnellement votre laboratoire de recherche. En soi, cela a de la valeur pour un sorcier, n’est-ce pas ? »

« Eh bien, vous avez raison. »

Barbatos était un ancien candidat Archidémon, et même les Archidémons ne pouvaient pas l’égaler lorsqu’il s’agissait de sauter dans l’interespace. Avoir l’opportunité de voler sa sorcellerie était une proposition alléchante, même pour un autre ancien candidat Archidémon. Et de son côté, Barbatos pourrait observer de près la sorcellerie de Gremory, ce qui était tout aussi lucratif à ses yeux.

« Et troisièmement, eh bien, vient la raison la plus importante, » dit Gremory en levant un troisième doigt. Elle plissa ensuite les yeux, manquant de faire sortir de la bouche de Barbatos un mot trop fort. Ainsi, la sorcière, qui n’avait d’égal que les Archidémons, déclara solennellement : « Mon instinct me dit que je vais pouvoir assister ici à un déferlement massif de pouvoir de l’amour ! »

Barbatos ne comprenait pas vraiment ce que cela signifiait, alors il demanda : « Hé… ce pouvoir de l’amour dont vous n’arrêtez pas de parler… Qu’est-ce que c’est ? »

« Kee hee ! Vous n’avez pas à vous inquiéter de cela. Vous pouvez simplement rester comme vous êtes. Je vais en profiter comme ça. »

Il ne comprenait toujours pas vraiment ce qu’elle disait, mais il avait l’impression qu’on jouait avec lui.

Oh, c’est ça. Cette chose que je ressens de la part de tout le monde autour de moi à chaque fois que je m’implique avec la pleurnicharde.

Leurs regards le mettaient toujours mal à l’aise, même s’il n’avait jamais ressenti d’hostilité à leur égard. Ce sorcier n’avait jamais cru que le phénomène déroutant d’« être aimé » le concernerait un jour. En tant que tel, il n’avait jamais pu comprendre.

« Eh bien, vous voyez maintenant que j’ai beaucoup de choses à gagner en vous aidant ? » demanda Gremory.

« Je suppose que oui… ? »

La vieille femme tendit sa main droite avec un sourire désagréable sur le visage. De toute façon, Barbatos était au bout du rouleau pour gérer cela tout seul. C’est donc à contrecœur qu’il lui serra la main.

« Alors, que dois-je faire ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, vous pouvez commencer par identifier toutes les anomalies dans le manoir. Je suis trop occupé à restaurer le Purgatoire pour m’en occuper. »

« Hmmm… ? Ce manoir n’est-il pas votre base ? Il semble… un peu sans défense. »

Gremory avait raison. Le manoir n’avait pratiquement aucune défense contre les intrus.

« À quoi vous attendez-vous ? L’intrusion est normalement impossible. »

Ce bâtiment existait généralement dans le sous-espace du Purgatoire. Ainsi, il était pratiquement impossible de l’envahir, et si quelqu’un le faisait par hasard, il pouvait simplement le jeter dehors. De ce fait, les défenses n’avaient aucun sens, d’autant plus que faire sortir le manoir n’était même pas censé être dans le domaine du possible.

C’est peut-être pour ça que le monstre a réussi à l’empiéter…

« L’intérieur a au moins été transformé en labyrinthe, » dit-il comme s’il inventait des excuses. « Bon… il vous faudra moins d’une seconde pour vous y frayer un chemin, cela dit. Il y a aussi un nombre raisonnable de fantômes dans le coin. Je les ai libérés ici sous le commandement d’une liche. Ils ont reçu l’ordre de chasser tous les intrus. »

Les liches étaient des morts-vivants de haut rang connus sous le nom de rois morts-vivants. Elles possédaient une intelligence considérable et pouvaient dominer les autres types de morts-vivants. En utilisant les esprits de sorciers morts comme base, il leur était même possible d’utiliser la sorcellerie. Et il était, bien sûr, également possible de leur faire obéir à des instructions détaillées.

La nécromancie n’était pas le domaine d’expertise de Barbatos, mais son professeur la connaissait bien, alors Barbatos pouvait au moins s’en servir. Le manoir venait à peine de sortir du purgatoire, mais les enfants du voisinage qui s’étaient égarés avaient déjà commencé à s’installer, aussi avait-il ordonné à la liche de s’occuper d’eux.

« Vous les jetez comme ça ? » demanda Gremory avec un regard de confusion bien visible sur son visage. « Quelle réponse douce pour celui qui est connu sous le nom de Purgatoire. »

« Hein ? Si je tue un tas d’enfants, la pleurnicharde… Je veux dire, ce trou du cul de Zagan ne la fermera jamais. »

« Je vois ! Un si beau pouvoir de l’am… Je veux dire, comme c’est logique ! »

« Vraiment !? »

On pouvait se demander s’ils se comprenaient vraiment, mais l’instinct de Barbatos l’avertit de ne pas trop s’attarder sur la question.

« Hrm ? Un intrus déjà… ? » Gremory murmura soudainement. « Hein ? Attendez, qu’est-ce que c’est… ? »

« Quoi ? Est-ce mauvais ? »

« Hum… Que pensez-vous de ça ? »

Barbatos avait reporté son attention sur sa barrière, puis s’était figé.

« Hé… qu’est-ce qui se passe ? »

Une anomalie à laquelle le propriétaire du manoir ne s’attendait pas du tout avait commencé à prendre forme.

***

« Hmm… Nous n’avons encore rien trouvé. Est-ce que les gens aiment vraiment ça ? »

Le groupe de Zagan fut le premier à mettre les pieds dans la maison hantée. L’intérieur sale était jonché de squelettes, d’outils d’expérimentation, d’appareils de torture rouillés et d’autres choses du genre.

« Hmm… On dit qu’on peut jouer au chat et à la souris avec les fantômes, » répondit Foll avec un hochement de tête rassurant, en serrant sa main devant sa poitrine.

« Eh bien, je suppose que l’environnement est parfait pour les fantômes. »

Comme ils ne possédaient aucune forme corporelle, les fantômes ne pouvaient toucher personne, mais ils pouvaient posséder des personnes et les manipuler pour attaquer d’autres personnes. Cela les rendait quelque peu gênants, mais en vérité, ils avaient des faiblesses plus flagrantes que le vampire moyen.

D’abord, ils ne pouvaient pas sortir à la lumière du jour. Il était également assez facile de les détruire en utilisant tout ce qui était chargé de mana. Il suffisait de les toucher avec le soi-disant pouvoir sacré de l’église — également connu sous le nom d’aura — pour les effacer entièrement. En tant que tel, un manoir sale comme celui-ci, où tout semblait être déconnecté du concept de la lumière du soleil, était très agréable pour les fantômes.

Je suppose que c’est pour ça que les sorciers les détestent vraiment.

Une maison hantée par des fantômes dégageait une impression de malpropreté. Zagan était indifférent à ce genre de choses, mais même lui essayait par réflexe d’écraser tous les fantômes qu’il trouvait près de lui. Même s’ils n’étaient pas dangereux, il était simplement désagréable de les avoir dans les parages. Avec de telles pensées en tête, Zagan commença à être un peu anxieux et se tourna vers Néphy.

« Vas-tu bien, Néphy ? Hum, les endroits comme celui-ci sont un peu… »

« Oui, je vais bien. Cela me rappelle ton château lors de notre première rencontre, Maître Zagan. »

« Hngh… ! Je… Est-ce comme ça !? Bien, alors. »

Maintenant qu’il y réfléchissait, son château était à peu près dans le même état à l’époque. En fait, c’était peut-être pire, vu qu’il y avait beaucoup plus d’espace. Les fantômes s’y étaient, bien sûr, aussi installés. Ils étaient tous errants, et n’étaient pas employés par Zagan. Cependant, une fois qu’ils avaient été exposés à l’aura d’une haute elfe, ils avaient tous été exorcisés par Néphy sans même qu’elle s’en rende compte.

Attendez, est-ce que ça ne rend pas extrêmement difficile pour nous de rencontrer des fantômes ?

Zagan pouvait sentir la présence de ce qui semblait être des fantômes à l’intérieur du bâtiment, mais ils s’étaient tous dispersés lorsque son groupe était entré. Il avait déjà dit à Néphy et Foll de supprimer leur mana, mais à ce rythme, il serait difficile de profiter de ces jeux dont Foll avait parlé.

Juste à ce moment, le pied de Zagan frappa quelque chose sur le sol.

« Hm… ? »

Il baissa les yeux et ramassa le livre qu’il avait vu sur le sol. C’était un grimoire.

N’était-ce pas volé dans mes archives… ?

Il n’y avait même pas cinq personnes dans le monde entier qui pouvaient voler un grimoire dans le château de Zagan. De plus, il n’y avait qu’un seul idiot pour tenter cette tâche. En regardant de plus près, il semblait que la couverture soit maculée du sang du coupable.

Zagan voulait se plaindre du fait qu’il ne traitait pas sa propriété avec soin, mais il savait que c’était probablement arrivé à cause du piège qu’il avait posé. Cet homme était un criminel invétéré à cet égard, aussi Zagan avait-il installé des pièges particulièrement diaboliques près des grimoires qu’il était susceptible d’essayer de dérober. Tout bien considéré, il était assez impressionnant qu’il ait continué à essayer malgré le fait qu’il ait été battu à mort à chaque fois.

Si c’était le manoir de Barbatos, alors ce n’était pas un endroit où les enfants pouvaient venir jouer. Zagan avait enfin compris qu’ils avaient fait une erreur. Cependant…

Néphy et Foll s’amusent, alors peu importe !

Quoi qu’il en soit, il décida de rester dans l’état d’esprit d’être ici pour jouer et profiter de leur temps ensemble.

***

Partie 4

« Eep… Pourquoi suis-je toute seule dans un endroit pareil ? » marmonna Chastille, qui avait peur.

Il était déjà minuit passé, et un voile de ténèbres enveloppait son environnement. L’enquête sur une maison hantée était, en fait, le devoir d’un Chevalier Angélique. De plus, cette fille vampire lui avait dit de venir ici, il devait donc y avoir une raison pour laquelle elle devait y aller à la place des autres chevaliers angéliques.

Mais les choses effrayantes sont toujours effrayantes !

Le manoir en question était plutôt vieux. Il y avait une terrasse près de la porte en bois, où une petite table était placée avec deux chaises. De grandes fenêtres bordaient ses murs, semblant accueillir la lumière du jour. Cette description donnait l’impression que la maison avait de la classe, mais en vérité, la majorité des murs en bois étaient noircis et couverts de mousse. Les fenêtres étaient fissurées, et le vent secouait les rideaux derrière elles. Ce qui ressemblait à des squelettes occupait les deux chaises, et les planches de la terrasse étaient décolorées et s’écaillaient.

Chastille pouvait tout à fait comprendre que les enfants qui recherchent le frisson de la peur soient attirés par cet endroit, mais elle voulait personnellement en sortir au plus vite.

Dame Alshiera a aussi disparu sans que je m’en aperçoive…

Chastille était actuellement vêtue d’une simple chemise et d’une jupe, comme tout civil ordinaire. Elle avait son épée sacrée avec elle, mais pas d’armure sacrée. L’heure du bureau étant passée, elle était en tenue décontractée, ce qui la rendait complètement en mode pleurnicharde.

Alshiera lui avait recommandé d’être ainsi. C’était une enquête, mais il n’y avait pas de charges retenues contre le propriétaire de la maison. Être habillé comme quelqu’un de l’Église ferait passer cela pour un abus de pouvoir. C’est ce qu’elle avait dit, en tout cas. Maintenant que Chastille y pense, elle avait été persuadée de le faire avec une excuse plutôt vague.

De plus, Alshiera avait parlé comme si elle avait prévu de l’accompagner, mais avant que Chastille ne s’en rende compte, la vampire n’était plus en vue. Même s’il n’était pas raisonnable de lui en vouloir pour cela, Chastille aurait préféré être prévenue si elle ne devait pas avoir de compagnie.

Elle jeta un autre coup d’œil au manoir. Il avait apparemment été construit ici il y a environ soixante-dix ans. Selon les registres de l’Église, son dernier propriétaire était un homme du nom de Randall Wells, qui était mort depuis plusieurs décennies maintenant. Il était mort de vieillesse et n’avait pas de famille, donc la maison avait été abandonnée, car il n’y avait personne pour en hériter. Ainsi, le bâtiment était resté là sans problème pendant des décennies. En repensant à ces détails, Chastille pencha la tête.

Hein ? J’ai l’impression que c’est plutôt propre, vu que c’est abandonné depuis si longtemps…

Elle était plutôt délabrée en raison d’un manque d’entretien, mais elle n’était pas aussi poussiéreuse ou pourrie qu’elle l’avait imaginé. Des décennies étaient plus que suffisantes pour qu’une maison abandonnée devienne délabrée. Les bâtiments avaient besoin d’un entretien régulier pour éviter qu’ils ne s’effondrent, après tout. Peut-être, comme Nephteros l’avait déduit, qu’un sorcier ou autre s’y était installé.

Dans ce cas… Je préférerais qu’ils gardent l’endroit un peu plus propre.

Maintenant qu’elle était arrivée jusqu’ici, elle ne pouvait pas revenir en arrière sans mener une enquête approfondie. Cela dit, elle devait avoir le courage d’entrer seule.

« Barbatooos… Hic… Tu n’es vraiment pas là ? » dit-elle en commençant à parler à sa propre ombre sans même s’en rendre compte. Cependant, elle n’avait pas eu de réponse. Normalement, il aurait au moins dit quelque chose, même s’il crachait des malédictions en même temps. Elle ne pensait pas que ce serait si décourageant de ne pas entendre sa voix.

Je suppose qu’il est au milieu de sa propre crise, non ?

Vu sa personnalité, il était trop têtu pour aller demander de l’aide à qui que ce soit. Et pourtant, elle avait aussi l’impression qu’il viendrait la sauver si elle était en danger. Ils n’avaient pas vraiment de relation spéciale, mais elle ne voulait pas non plus l’accabler.

« Hic… Ressaisis-toi, Chastille ! La sécurité du peuple repose sur tes épaules ! Quel genre de chevalier angélique serais-tu si tu ne te donnais pas un peu de mal ici !? » Chastille s’exclama, se ressaisissant tout en tremblant violemment au point que ses cheveux écarlates se balançaient sur le côté de sa tête.

« Excusez-moi… », murmura-t-elle en frappant à la porte. « Y a-t-il quelqu’un dans la maison ? »

D’après la façon dont Dame Alshiera a parlé, elle semble impliquer que quelqu’un vit ici…

C’était comme si Alshiera avait envoyé Chastille ici pour s’excuser d’avoir causé des problèmes à cette personne. Enfin, ça pouvait aussi être une façon pour Alshiera de la tromper. Néanmoins, Chastille espérait que la personne qui vivait ici soit une personne normale et droite.

Aucune réponse ne lui parvint, même si elle attendait. Et après être restée nerveusement sur place quelques minutes de plus, Chastille était entrée dans la maison hantée.

***

« C’est quoi ce bordel ? Pourquoi ce trou du cul de Zagan est-il ici ? Et maintenant, il y a aussi la pleurnicharde !? » Barbatos hurla depuis son bureau du deuxième étage.

Même pas une heure après que Gremory ait signalé la découverte d’un premier intrus, un troisième était entré. Avaient-ils pris cet endroit pour une sorte de parc à thème ?

Zagan était sûr de découvrir que c’était la base de Barbatos. Il était même possible qu’il l’ait déjà fait. Il n’était pas prêt à la détruire juste pour se faire valoir, mais son ami indésirable n’était pas non plus une âme tendre pour venir ici par considération. Et honnêtement, ce qui était particulièrement horrible dans tout ça, c’est que la fiancée et la fille de Zagan étaient avec lui.

Ce connard se transforme soudainement en un putain d’idiot dès que l’elfe et la gamine sont avec lui…

La méfiance de Zagan en tant que sorcier s’était tout simplement évaporée dans l’air lorsque cela les concernait. Il agissait en fonction de ses caprices, et dans la plupart des cas, cela portait malheur aux personnes concernées. Barbatos en avait été la plus grande victime. Il pouvait revendiquer ce titre avec facilité. En d’autres termes, Zagan était plus impitoyable que d’habitude dans ces cas-là. Il était peu probable que le manoir sorte indemne de cette tempête passagère.

« C’est mauvais, Purgatoire ! Mon souverain a commencé à éradiquer les fantômes ! »

« C’est pour ça que je le déteste ! »

Il avait vraiment choisi les meilleurs moments pour harceler Barbatos. Le surveillait-il vraiment ? Et puis il y avait Chastille. Elle avait son épée sacrée, mais pour une raison quelconque, elle était en tenue décontractée au lieu de son Armure Sacrée. Elle avait été si occupée par son travail ces derniers temps que cela lui donnait un air plutôt éblouissant… non, sans défense. Si elle était prise au dépourvu, même un fantôme peut être un danger pour elle. De plus, lorsque Barbatos avait écouté à travers les ombres, il avait entendu quelque chose d’assez pénible…

« Je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur… Hgggh, Barbatooos… Non ! Je vais bien ! Je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur… »

Elle marmonnait sans cesse, manifestement en proie à la panique. Barbatos ressentit un soudain sentiment de culpabilité pour l’avoir laissée seule dans un moment pareil, puis une autre émotion indescriptible le submergea en l’entendant appeler son nom. À cause de tout cela, il se cogna plusieurs fois la tête contre un pilier.

 

 

« Qu’est-ce qu’il y a, Purgatoire ! ? J’ai ressenti une soudaine poussée d’amour ! »

« Ce n’est rien ! Je suis parfaitement sain d’esprit ! » répondit Barbatos en secouant nonchalamment la tête, alors même que du sang dégoulinait sur son front.

« Merveilleux ! Le pouvoir de l’amour que je ressens de ta part rivalise avec celui de mon seigneur ! Oh ! Puis-je utiliser le Mémorandum pour enregistrer ce moment ? »

« Je n’ai pas la moindre idée de ce que vous racontez, mais n’osez pas ! »

Chaque fois qu’il se tourmentait pour quelque chose, cette stupide mamie devenait folle comme ça. Barbatos commençait à comprendre les difficultés quotidiennes de Zagan.

« Chacun et chacune de ces trous du cul… Putain ! De toute façon, celui-là, c’est le plus gros problème, hein ? » Barbatos murmura en fixant l’image dans sa boule de cristal. Elle reflétait le troisième intrus — celui que Gremory lui avait signalé en premier.

« Hmm… » Gremory marmonna avec intérêt, en jetant un coup d’œil au cristal. « Est-ce une variante d’un doppelganger ? »

Pour une raison quelconque, l’intrus ressemblait beaucoup à Barbatos. Il n’était pas identique, cependant. Il y avait un aspect qui les différenciait de manière décisive.

« Je suis sorcier depuis quelque cent cinquante ans, mais c’est la première fois que j’en vois un, » ajouta-t-elle.

« Comment pensez-vous que nous devrions nous en occuper ? »

Normalement, Barbatos n’aurait même pas envisagé de demander conseil à quelqu’un d’autre. Cependant, il n’avait que vingt et un ans. Il se targuait de rivaliser avec les Archidémons dans sa spécialité, mais Gremory le dépassait de loin dans tous les autres domaines. Et malgré son comportement ridicule, cette mamie était une sorcière de première classe, de la plus haute importance.

« Je me souviens avoir lu des exemples similaires dans un vieux livre, » dit-elle en hochant la tête.

« Et comment ont-ils été résolus ? » demanda Barbatos, une pointe d’espoir dans la voix.

« Ils ne l’ont pas fait, » répondit gravement Gremory. « Ils ont seulement documenté les conséquences. »

Barbatos était resté sans voix. La réponse était bien plus lourde que ce qu’il avait imaginé. Les sorciers du passé n’étaient pas tous incompétents. En fait, il y en avait peut-être même qui avaient été plus puissants que lui maintenant. Et pourtant, ce détail impliquait qu’il n’y avait pas eu de survivants.

« Dans un cas, cela s’est traduit par un combat à mort au moment où les deux individus se sont rencontrés. Les deux parties se sont frappées l’une l’autre. Dans un autre, même après avoir tué le doppelganger, des blessures identiques à celles infligées au doppelganger sont apparues sur leur corps, entraînant leur mort. »

« Donc c’est une mauvaise idée de le tuer… ? Pourquoi ne pas simplement le jeter ? »

« Il y a eu un cas où l’un d’eux a provoqué un incident à l’insu de l’original et a attiré la calamité sur eux. À la fin, ils ont attaqué le double pour essayer de l’arrêter, puis sont morts. »

Barbatos était sur le point de suggérer de le capturer ou de le sceller, mais il avait immédiatement réalisé que cela n’aurait aucun sens. Si le double mourait, il mourrait aussi. Il serait extrêmement difficile d’en sceller un et de le garder en vie pendant une longue période. De plus, étant donné que le sosie possédait la même puissance que lui, le sceau finirait par être brisé. Le capturer ne ferait que gagner du temps, rien de plus.

« Bon sang ! Est-ce une des raisons pour lesquelles les choses se détraquent ici ? »

« Hmm… Je ne peux pas nier la possibilité que le double soit responsable de la distorsion de l’espace-temps. Cela dit, nous n’avons pas de moyen d’y faire face. »

Gremory était complètement désemparée. Barbatos n’avait aucun moyen de gérer la situation telle qu’elle était, et voilà que Zagan et Chastille traînaient dans les parages. Si l’un d’entre eux rencontrait le sosie, rien de bon n’en sortirait.

Dans ce cas, il envisageait d’envoyer Gremory à sa poursuite. Cependant, en prenant en compte son comportement d’il y a quelques instants, cela ressemblait à une recette pour un désastre. Quelque chose d’encore pire était susceptible de se produire.

Sérieusement, qu’est-ce que je fais ici… ?

Après avoir ruminé la question pendant quelques minutes, la lumière de la raison avait soudainement disparu de ses yeux.

« Aaah, peu importe. Faisons juste exploser ce putain de manoir. »

Il avait décidé d’ordonner à la liche de s’autodétruire et de faire exploser l’endroit. Il avait donné à la chose assez de pouvoir pour contrôler tous les fantômes, donc si la liche s’autodétruisait, tout ce qui était un tant soit peu magique serait anéanti. Après cela, il pourrait simplement créer un nouveau Purgatoire.

Le groupe de Zagan pourrait éviter une explosion de cette ampleur d’une manière ou d’une autre sans aucune aide. Quant à Chastille, Barbatos pourrait l’éloigner par l’ombre. Si le manoir était responsable du double, alors peut-être que la chose disparaîtrait en même temps que lui. Dans le pire des cas, cela tuerait Barbatos aussi, mais à ce rythme, il ne s’en souciait plus vraiment.

« Gremory. Faites en sorte que la liche… »

« Oh. La liche vient de se faire tuer. »

Barbatos s’était effondré à genoux.

« Comment peut-on être aussi cruel après avoir fait irruption dans la maison d’un autre… ? »

Eh bien, ces mots auraient pu lui être retournés, vu son comportement habituel. Quoi qu’il en soit, au moment où Barbatos était enfin réduit en larmes, Gremory lui lança soudain un pouce levé.

« Belle puissance de l’amour ! »

« Fermez votre clapet ! »

***

Partie 5

« Haaah… Haaah… Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi ma maison est-elle pleine de putains de fantômes !? »

Un jeune garçon, d’un peu plus de dix ans, se cachait dans la peur, tremblant en maudissant sa chance. Il avait quelques connaissances en sorcellerie, et son professeur l’avait même félicité pour son talent.

Mais c’est dingue !

Il était assez capable de s’occuper d’un fantôme ou deux tout seul, mais il y en avait beaucoup trop dans cet endroit. Il avait déjà croisé plus de dix de ces choses. Le manoir entier était probablement rempli de plus d’une centaine d’entre eux. Quelle sorte d’accumulation de péchés pourrait appeler autant d’esprits maléfiques ? Pourtant, avec un peu de patience, il était possible de s’occuper d’eux tous. Le problème était le spécimen parmi eux qui se trouvait à un niveau totalement différent.

Le garçon avait senti une présence derrière lui et avait mis ses mains sur sa bouche, retenant sa respiration. Immédiatement après, une ombre sinistre était apparue derrière lui, se balançant dans le couloir. Elle portait une robe de sorcier, mais les bras qui dépassaient de ses manches étaient des os blancs comme de l’eau de Javel. L’aspect le plus effrayant était que son visage n’avait pas de peau, mais était toujours couvert de viande. Ses orbites grandes ouvertes ressemblaient à des portails vers les profondeurs de l’enfer. C’était comme si son visage avait été pelé. Sa transformation squelettique avait progressé vers sa moitié inférieure. Il n’y avait même plus d’os à partir de ses genoux.

Une liche — un monstre mort-vivant de haut niveau qui se basait sur un sorcier — était apparue devant lui. Le garçon n’avait aucune chance contre elle.

Professeur…

Le garçon avait désespérément tué toutes ces pensées. Son professeur ne le sauverait pas. Peut-être qu’il protégerait le garçon, mais pas qu’il le sauverait. Il n’avait plus de professeur sur qui compter. Il était tout seul, il tremblait violemment quand soudain, il entendit une voix inquiétante.

« Hic… Il y a quelqu’un… ? Sniff… Je veux rentrer chez moi… »

La voix avait fait que le garçon s’était redressé d’un coup, renversant quelque chose à proximité. La liche qui était passée derrière lui s’était soudainement tournée vers lui. Il savait que ces orbites noires se tournaient parfaitement vers sa silhouette.

« Eek… Reste en arrière. Que quelqu’un me sauve… »

Et au moment où un cri pitoyable s’échappait de ses lèvres…

« Brille ! Azrael ! »

Un rayon de lumière avait coupé en deux la terrifiante liche. Et ce n’était pas seulement la liche. C’était comme si l’atmosphère lugubre qui enveloppait tout le manoir avait été déchirée. Une brise rafraîchissante avait soufflé à travers la fenêtre brisée, permettant à la faible lumière de la lune de se répandre. La lumière avait illuminé une fille brandissant une épée. Elle était un peu plus âgée que le garçon et était habillée comme la fille d’une famille aisée. En revanche, la grande épée qu’elle tenait dans ses mains était tout à fait inappropriée. Un Chevalier Angélique… Eh bien, elle n’en avait pas vraiment l’air, mais elle ne ressemblait pas non plus à un sorcier.

Si jolie… Une femme… ?

Le garçon avait senti un élancement soudain dans sa poitrine. Elle avait abattu la liche d’un seul coup, la lumière de la lune illuminant sa noble silhouette. Elle était comme une jeune fille de guerre. Cependant, cette noble image n’avait duré qu’un instant. Le garçon aperçut ses mains tremblantes et les larmes qui remplissaient ses yeux.

Comme c’est nul… pensa-t-il, son évaluation d’elle chutant immédiatement.

« Un enfant… ? » dit la fille en courant dans sa direction. « Vas-tu bien ? »

Sur ce, le garçon avait finalement remarqué qu’il était honteusement tombé sur ses fesses.

« Ce n’est rien ! »

Il s’étonna un peu d’avoir agi de manière hautaine alors qu’il devait être sauvé, mais la jeune fille souriait sans avoir l’air de se vexer.

« Hmm… On dirait que tu as beaucoup d’énergie en toi, » dit-elle en tendant la main. « Cet endroit est un peu dangereux. Veux-tu venir avec moi ? »

« O-Ouais… »

Était-ce cela que les gens appelaient la magnanimité ? Le garçon n’avait jamais eu quelqu’un comme ça dans sa vie. Il prit timidement sa main. Elle était incroyablement douce et chaude pour une main qui pouvait manier une si grande épée. Et pourtant, elle tremblait aussi très légèrement.

Hein ? N’a-t-elle pas aussi peur que moi ?

Malgré cela, elle avait tenu tête à cette liche terrifiante et l’avait sauvé, alors qu’il n’avait pu que tomber en arrière et crier à l’aide.

Mec… Je suis le plus nul ici…

Le garçon s’était redressé, et la fille lui avait adressé un sourire soulagé.

« Je suis Chastille. »

« Je suis… Wells. »

« Wells ? » répéta la jeune fille d’un ton surpris. « Es-tu un parent de Randall Wells ? »

« Huh ? Uhhh, ouais. Je suppose qu’on est lié… »

« Lié » n’était pas vraiment le mot juste. C’était l’un des noms que son professeur lui avait donnés. Mais peut-être était-ce en fait le nom de quelqu’un du passé. Quoi qu’il en soit, le garçon n’avait pas entendu les détails.

« Un sorcier ne révèle pas si négligemment son vrai nom. »

C’est ce que son professeur avait dit en donnant ce nom au garçon. Le garçon respectait… avait respecté l’homme.

Le garçon — Randall Wells — avait fait un signe de tête à la fille.

« D’accord, Wells. Pour l’instant, partons d’ici, » dit Chastille en marchant à contresens.

« Pas par là. La sortie est par là. »

« Hein ? Mais… »

Les choses avaient quelque peu dégénéré, mais cette maison était toujours son foyer. Wells retira sa main et marcha dans le couloir, tombant immédiatement sur la porte du hall d’entrée. Il l’avait ouverte, puis il s’était soudainement figé.

« Hein… ? »

Il n’y avait pas de hall d’entrée. Au lieu de cela, une pièce sale couverte d’appareils de torture et d’outils d’expérimentation effrayants était entrée dans son champ de vision.

« Pas question ! C’est censé être la sortie ! »

« En es-tu sûr ? »

« Je ne mens pas ! » avait spontanément crié Wells.

« Je suis sûre que non, » dit Chastille, ignorant gentiment son emportement et lui brossant la tête. « J’ai entendu dire qu’il existait une sorcellerie capable de tordre l’espace. N’est-ce pas quelque chose comme ça ? »

« Ce genre de sorcellerie n’est-elle pas stupidement compliquée ? C’est suffisant pour que quelqu’un soit choisi comme candidat pour être le prochain Archidémon. »

Le professeur de Wells l’avait un jour amené à une audience avec l’Archidémon qui régnait sur cette ville, Marchosias. L’Archidémon possédait une présence terrifiante, et Wells n’avait pas été capable de le regarder droit dans les yeux. Pourquoi un sorcier assez puissant pour se tenir à ce niveau serait-il dans sa maison ?

« Je vois, un candidat Archidémon, » répéta Chastille avec un hochement de tête sérieux. « Ça va être un peu difficile sans armure sacrée. »

« Vous… ne doutez pas de moi ? »

Même en considérant l’anormalité de ce qui se passait, il aurait été juste de le ridiculiser en pensant qu’un candidat Archidémon était impliqué. Et pourtant, il n’y avait pas l’ombre d’un doute dans les yeux de Chastille.

« Je connais un sorcier qui peut manipuler l’espace, » dit-elle. « Tu n’as certainement pas tort. »

Quelle femme bizarre… !

En la voyant prendre pour argent comptant les paroles d’un enfant, Wells avait senti ses joues s’échauffer.

« La sorcellerie peut ressembler à une absurdité désordonnée, mais on m’a dit qu’il y avait des lois qui la régissaient », dit Chastille, en fouillant le sol d’un air inquiet. « Donc, il doit y avoir quelque chose ici qui régit l’anomalie. »

« C’est inutile. N’importe quel sorcier de premier ordre le rendrait impossible à trouver. Quelqu’un qui peut courber l’espace ne va pas laisser une trace aussi simple. »

« Es-tu peut-être toi-même un sorcier ? » demanda Chastille avec curiosité.

« Qui sait… ? »

Wells avait détourné les yeux, et Chastille lui avait de nouveau souri.

« Jetons un coup d’œil, » dit-elle d’un ton réconfortant. « Nous pourrions trouver un indice de quelque sorte. »

Elle avait essayé d’ouvrir quelques portes, mais elles menaient toutes à des pièces similaires. Évidemment, aucune d’entre elles ne menait à l’extérieur, et il n’y avait même pas non plus d’escalier menant au deuxième étage. Elle avait essayé de chercher une fenêtre ou quelque chose par laquelle ils pourraient se glisser, mais aucune ne semblait pouvoir être ouverte. Ils avaient l’impression de tourner en rond.

Chastille courut jusqu’à une autre porte, l’ouvrit, puis affaissa ses épaules, dépitée.

« Je pensais être venue par cette porte… C’est aussi une impasse. »

Elle avait déclaré qu’elle était entrée par l’extérieur. Néanmoins, la porte qu’elle avait utilisée menait ailleurs. À ce moment-là, ils avaient entendu le bruit d’une porte qui se fermait derrière eux.

« Hm !? Tu as entendu ça ? » demanda Chastille en sortant dans le couloir, son épée prête à l’emploi.

« O-Ouais. »

Les fantômes ne pouvaient pas ouvrir les portes. Alors, qui d’autre qu’eux se trouvait dans ce manoir ? Et juste quand Wells avait lui-même essayé de jeter un coup d’œil dans le couloir...

« Cache-toi ! » Chastille s’exclama en jetant soudain ses bras autour de lui et en le repoussant dans la pièce. Il s’était retrouvé le visage enfoui dans sa poitrine. Elle était vraiment douce. Il pouvait sentir son cœur battre comme un marteau. Elle avait l’air svelte, alors les gros bourrelets inattendus qui couvraient son visage l’avaient d’autant plus troublé.

 

 

« Q-Quoi — !? »

« Shhhhhh ! »

Un instant plus tard, une nuée de fantômes était passée devant eux.

Qu’est-ce que c’est que ça !?

Il n’avait jamais entendu parler de fantômes travaillant en groupe. Le seul cas où ils pouvaient le faire était quand quelque chose les dominait, mais Chastille avait tué la liche.

Pas possible… Y a-t-il quelque chose ici qui dépasse le pouvoir d’une liche ?

Il est vrai que l’anomalie dans ce manoir ne pouvait s’expliquer que par un acte de sorcellerie. Cependant, un sorcier si puissant qu’il était capable de manipuler l’espace lui-même pouvait-il vraiment être impliqué ? Wells frissonna à cette pensée alors que la nuée de fantômes passait rapidement.

« On dirait qu’ils sont partis…, » dit Chastille en laissant la force s’échapper de ses bras.

« Qu’est-ce que c’était que ça ? »

« Je ne suis pas sûre, mais ils semblaient fuir quelque chose… »

« Fuir… ? »

Wells était horrifié. Les fantômes dominés par une liche ou un sorcier ne possédaient pas de conscience de soi. Les fantômes n’étaient que des esprits qui s’accrochaient au monde à cause d’une rancune ou d’un regret, après tout. La seule chose dont ils étaient vraiment capables était de posséder les vivants pour essayer de tuer quelqu’un. Mais alors, quel genre de monstre pourrait leur faire ignorer complètement les vivants et les faire s’enfuir ? Chastille semblait comprendre cela aussi. Elle se tenait donc debout avec une expression sévère et pointait un regard acéré vers le couloir.

L’une des portes s’ouvrait et se fermait sans cesse toute seule. Et ce n’était pas comme si la poignée de porte était cassée et que le vent la poussait ou autre chose. Quelqu’un était clairement responsable de ce phénomène. Wells déglutit et leva les yeux vers Chastille, visiblement bouleversé.

« Allons jeter un coup d’œil, » dit-elle. « Reste derrière moi. »

« D-D’accord. »

Chastille tenait son épée d’une main et prenait la main de Well dans l’autre en marchant lentement dans le couloir. Debout devant la porte en question, elle éleva la voix avec perplexité.

« Qu-Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Wells jeta un coup d’œil à l’intérieur après elle et vit une pièce propre qu’il n’avait jamais vue auparavant. La dernière fois qu’ils l’avaient visitée, elle était remplie de squelettes blancs et d’appareils de torture. Pas même une sorcellerie capable de manipuler l’espace ne pouvait expliquer ce changement. Les anomalies à l’intérieur du manoir avaient déjà largement dépassé l’entendement de Wells.

***

Partie 6

« Hmm… Faire soi-même le ménage de temps en temps, ça fait du bien. »

L’Archidémon Zagan essuyait la sueur de son front avec un sourire joyeux, un chiffon et un plumeau à la main. Il s’essayait au nettoyage comme une personne normale le ferait sans compter sur la sorcellerie.

« Oui. C’est merveilleux de mettre de l’ordre dans une pièce, » répondit Néphy en souriant avant de pencher la tête. « Mais doit-on vraiment faire ça ? On dit que c’est une maison hantée… »

« Les fantômes ne se montrent pas du tout…, » ajouta Foll, en gonflant les joues en signe de déception.

Zagan posa sa main sur sa tête, puis continua à la caresser pendant un moment. N’étant plus capable de tenir le coup, Foll laissa la force s’échapper de ses joues.

Eh bien, avec un Archidémon, une haute elfe et un dragon ici, les fantômes vont nous éviter comme la peste.

Leur objectif initial d’explorer une maison hantée était impossible dès le départ. Ainsi, ils avaient fini par nettoyer à la place.

Grâce à cela, nous avons au moins récupéré certains de mes grimoires volés.

Après avoir traversé plusieurs pièces, ils avaient récupéré environ une centaine de livres. Zagan pensait que sa collection s’amenuisait de temps à autre, mais il ne pensait pas qu’elle atteignait cette ampleur. Il était du genre à ne pas s’attacher à un livre particulier qu’il avait déjà lu, mais ils étaient toujours utiles pour ses subordonnés. Ainsi, il envisagea de resserrer la gestion de ses archives à la suite de cette révélation choquante. La raison pour laquelle il avait soudainement commencé à nettoyer était aussi une forme de punition pour lui-même.

« Néphy, tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça, » dit Zagan avec un sourire éclatant. « Les fantômes ne sortent pas, et nous sommes même allés jusqu’à nettoyer l’endroit. Nous devrions être remerciés pour cela, si tant est que ce soit le cas. »

« Je vois. Je suppose que tu as raison. »

La jeune fille vertueuse n’avait pas l’air pleinement satisfaite de son explication, mais elle n’avait pas non plus objecté.

« Au moins, cet endroit fonctionne comme un labyrinthe, » dit Foll. « Cette porte va ailleurs à chaque fois que tu l’ouvres. »

Elle avait bruyamment ouvert et fermé la porte à plusieurs reprises pour s’amuser à démontrer ce point.

 

 

Cela était probablement dû à une barrière que Barbatos avait mise en place pour transformer l’endroit en labyrinthe. S’ils étaient séparés, il serait extrêmement difficile de se retrouver. Lorsqu’il s’agissait de manipuler l’espace, cet homme avait vraiment de magnifiques compétences. La construction d’un circuit aussi complexe était fascinante. Zagan pouvait le maîtriser et le détruire en dévorant la sorcellerie ou en utilisant le Phosphore Céleste, mais le percer avec des moyens appropriés aurait été un travail éreintant, même pour lui.

« Mais quel est l’intérêt de transformer une maison hantée en labyrinthe ? » demanda Néphy avec un autre mouvement de tête. Puisqu’elle était venue ici pour en profiter comme d’un lieu de divertissement, c’était une question évidente.

« Peut-être que c’est amusant de se perdre en fuyant les fantômes ? » suggéra Foll.

« Comment s’amuser à se perdre ? » demanda Néphy en frissonnant comme s’il se rappelait un mauvais souvenir.

« T’es-tu déjà perdu auparavant ? » demanda Zagan.

« Hum… Oui. Quand j’étais petite, j’ai essayé de m’enfuir, car je ne supportais plus mon traitement au village. Mais je n’ai pas réussi à trouver la sortie de la forêt, alors je suis revenue au village. Quand je suis revenue, tout le monde m’a regardée avec des yeux haineux, » répondit Néphy, souriant amèrement comme s’il parlait de l’erreur stupide d’un enfant avant de continuer. « En y repensant maintenant, peut-être que les esprits de la forêt étaient inquiets et m’ont guidé là-bas. Cependant, à ce moment-là, j’ai eu l’impression que la réalité où je ne pourrais jamais m’enfuir du village s’imposait à moi, alors j’ai renoncé à essayer de m’échapper à nouveau. »

Comme elle avait la capacité de parler aux esprits de la nature, Néphy aurait pu leur demander son chemin, mais il aurait été difficile pour un enfant de survivre seul dans la forêt. Les gens les appelaient les terres saintes du nord, mais ces forêts étaient toujours remplies d’une faune diabolique, et il y avait aussi le problème de trouver de la nourriture. Ainsi, les esprits lui avaient montré le chemin du retour.

« Je vois. J’ai vécu une expérience similaire, » dit Zagan, un regard nostalgique dans les yeux. « J’étais en train de m’enfuir après avoir volé de la nourriture, mais je me suis perdu dans les égouts de la ville. Il faisait nuit noire. J’ai passé quelques jours à errer sans distinguer la gauche de la droite. »

De plus, quand il était fatigué et qu’il essayait de dormir, les rats sortaient en rampant et se jetaient sur lui, le prenant pour une proie. Il n’avait pas eu à manger ou à boire les eaux usées, mais il avait dû se contenter de gouttes d’eau tombant du plafond et de ce qui semblait être de la viande jetée par les tavernes locales. Cependant, cela l’avait laissé sur le point de mourir d’une intoxication alimentaire la semaine suivante.

« De mon point de vue, il faut avoir à la fois de la sagesse et de la force pour aimer se perdre », avait-il déclaré, profondément admiratif.

« Oui », dit Néphy. « Si j’avais été plus intelligente, j’aurais peut-être pu m’amuser davantage à l’époque. »

« Vous avez eu la vie tellement dure… »

Zagan avait l’impression que sa fille les regardait à nouveau avec étonnement, mais il l’avait ignorée et avait hoché la tête avec sérieux. Après cela, Néphy s’accroupit devant Foll et lui effleura doucement la tête.

« Pourtant, en voyant comment tu es capable de t’amuser à te perdre, je suis sûre que tu deviendras un sorcier bien plus étonnant que même Maître Zagan. »

« Heh heh heh heh heh… »

Zagan regarda sa fille adorée, qui plissait les yeux de plaisir, lorsqu’une pensée soudaine lui vint à l’esprit.

« Oh, c’est vrai. On dit que les labyrinthes gardent souvent des trésors. Pour l’instant, je suppose que nous pouvons dire que ce grimoire est le trésor. »

Les yeux de Foll avaient brillé lorsqu’il avait tendu le livre devant elle.

« Je ne l’ai jamais lu avant, » dit-elle.

« Alors je vais te donner ça. »

« Super ! »

La vue de sa fille levant les mains en l’air et sautant de joie avait fait naître un sourire sur le visage de Zagan.

« Es-tu sûr que c’est bien de le prendre ? » demanda Néphy.

« Bien sûr. Il a dû être placé ici comme une sorte de prix. Il n’est pas piégé de quelque façon que ce soit. Si le perdre dérangeait son propriétaire, quelque chose aurait été mis en place, non ? »

« Tu… as peut-être raison. »

En fait, ils avaient tous été volés dans le château de Zagan, il était donc plus approprié de dire qu’il récupérait simplement sa propriété. En regardant dans les piles de grimoires récupérés, Zagan en trouva un qui semblait pouvoir intéresser Néphy.

« Aimes-tu celui-là ? C’est un grimoire écrit dans les dernières années de la vie du Fastidieux Cao Lainen qui traite du séchage des vêtements mouillés. »

« C’est… ! Merci beaucoup ! »

C’était une scène de douce félicité. Tous trois ne pouvaient pas savoir que Chastille et le garçon tremblaient de peur dans la pièce voisine.

« Eh bien, il est temps d’y aller, » dit Zagan. « Il se fait tard avec tout le nettoyage que nous avons fait. »

« Oui. Il faut aussi ranger après le repas, » ajouta Néphy.

« C’était amusant », déclara Foll.

Ainsi, après avoir nettoyé le manoir sale et récupéré les affaires volées de Zagan, les rideaux étaient tombés sur l’invasion sans fin de l’Archidémon.

***

« Donne-moi une seconde… Je vais aller massacrer ce putain de morveux. »

Au même moment, Barbatos tremblait de colère au deuxième étage du manoir. Le double qui se reflétait dans sa boule de cristal tenait la main de Chastille depuis le début. Selon les circonstances, il avait même enfoui sa tête dans sa poitrine lorsqu’elle l’avait attrapée. Lorsque cela se produisait, le double était tout penaud et rougissait, l’air terriblement satisfait de la situation malgré ses efforts. Comment Barbatos pourrait-il pardonner une telle transgression ?

Ce connard ! Ne fais pas le fier juste parce que tu es mon sosie !

Peu importe qu’il en meure, il devait simplement jouer sa vie pour tuer cette chose.

« Calmez-vous, Purgatoire. N’oubliez pas que vous allez très probablement mourir si vous le tuez. »

« Et alors ? Il y a des fois où un homme a juste besoin de tuer quelque chose. »

Le sosie avait la forme d’un Barbatos de dix ans. C’était apparemment trop sombre pour que Chastille s’en rende compte, ce qui l’avait amenée à essayer de le réconforter et à le laisser s’accrocher à elle. Même sans l’utilisation du Purgatoire, Barbatos était un sorcier réputé qui avait été choisi comme candidat Archidémon. Il avait immédiatement tenté de transpercer ce double irritant avec une Aiguille de l’Ombre, obligeant Gremory à le retenir.

« Je vous dis d’arrêter ! Si vous le tuez devant Lady Chastille, ça va la marquer à vie ! »

« Argh… Attends, non… Si elle est en mode travail, elle pourrait être assez forte pour le gérer. »

« Hors de question. »

En entendant la ferme déclaration de Gremory, Barbatos avait finalement cédé.

« Bon sang… Pourquoi dois-je supporter cette merde ? »

« Détestez-vous à ce point ce qu’il fait ? »

« Bien sûr que oui… Attends, est-ce que je… ? Pourquoi est-ce que je me sens comme ça ? Qu’est-ce que… ? »

Maintenant qu’il y pense, il n’aurait pas dû se soucier de savoir avec qui Chastille était gentille ou s’accrochait. Cela aurait dû être le cas, mais il trouvait tout simplement impardonnable le spectacle qui s’offrait à ses yeux. Le fait qu’il soit lui-même, mais pas tout à fait lui-même, rendait la chose encore plus difficile à accepter.

« Hmm… Je vous comprends, Purgatoire. Telle est la manifestation du pouvoir caché de l’amour. »

« Essayez-vous de me réconforter ou pas ? »

Barbatos s’était effondré sur ses genoux, puis il avait soudainement senti quelque chose de déplacé.

« Ah oui, quand vous avez rencontré la pleurnicheuse, ne l’avez-vous pas détestée ? »

Pourtant, elle était là, à essayer de protéger Chastille d’un traumatisme.

« Haaah… J’étais si immature à l’époque, » dit Gremory en regardant au loin. « Peu importe le pouvoir de l’amour qu’il possédait, je pensais qu’un joyau brut dont je n’avais rien appris au cours de mes études n’avait aucune valeur, mais en voici un qui brille plus que tout autre… Même mes yeux embrumés peuvent le voir maintenant. »

Barbatos n’avait toujours pas compris où elle voulait en venir.

« En bref, je pensais qu’elle était un objet destiné uniquement à être adulé, » poursuit Gremory sans qu’on le lui demande. « Mais en y regardant de plus près, j’ai réalisé que c’était une travailleuse acharnée qui a grandi et mis en valeur sa vraie valeur par ses propres efforts. »

« Uhhh, je suppose que j’ai compris ? La pleureuse est toujours une pleureuse, mais elle fait plus d’efforts que les autres, donc votre opinion d’elle s’est améliorée ? »

Barbatos se moquait bien de la façon dont Gremory voyait Chastille, mais pour une raison inconnue, il s’était soudain senti mieux, comme si c’était lui qui était loué.

« En effet. De manière assez terrifiante, elle a en fait un pouvoir de l’amour qui peut ramener un démon sur le chemin de la droiture. Si cela a été fait inconsciemment, alors c’est un génie. »

Rien de ce qu’elle disait n’avait de sens, mais le fait de pouvoir reformuler ses mots d’une manière un peu compréhensible améliorait leur conversation.

« Oh, » dit soudainement Gremory en levant la tête, « Il semble que le groupe de mon seigneur s’en va. »

« Enfin… Il n’a rien cassé, hein ? »

« Au contraire, on dirait qu’il a nettoyé l’endroit ? »

« Quoi ? Il nettoie pour quoi faire ? Je ne saurai pas où sont les choses ! Est-ce qu’il se prend pour ma putain de mère !? »

« Une mère ? » répéta Gremory, en plissant les yeux avec intérêt. « En avez-vous eu une ? »

« Vous pensez que je suis tombé d’un arbre ou quelque chose comme ça ? » Barbatos soupira et secoua la tête. « Si vous pouvez appeler maman une salope qui m’a vendu à mon professeur pour une bouchée de pain, alors oui, je crois que c’est le cas. »

« Bon sang. Eh bien, je suppose qu’à peu près tous les sorciers ont des histoires similaires. »

Très peu de sorciers menaient une vie correcte et heureuse. Par exemple, l’ami indésirable de Barbatos ne savait pas à quoi ressemblaient ses parents, et même Néphy ne savait rien des siens jusqu’à très récemment. Cette petite dragonne effrontée avait un père, mais Barbatos n’avait pas entendu parler d’une mère.

« Et vous ? » demanda Barbatos.

« Moi ? Je ne me souviens pas vraiment des jours qui ont précédé l’incendie de mon village. Je suppose que la seule personne que je pourrais considérer comme une mère est mon professeur. »

Eh bien, il n’avait pas vraiment envie de creuser davantage. En tout cas, une épine dans son pied était partie après avoir nettoyé sans qu’on le lui demande, mais une autre était toujours en liberté.

« Un sosie… » Barbatos marmonna en portant ses mains à son visage. « N’y a-t-il rien que nous puissions faire d’ici ? »

« Hmm… Les Doppelgangers sont considérés comme un horrible présage pour les sorciers. Tout ce que nous pouvons vraiment faire, c’est le surveiller. »

« Haaah… On dirait qu’il n’a pas l’intention de blesser la pleurnicharde. Je suppose que c’est le seul point positif ici. »

« Hmm… ! Je suis tellement contente d’être venue ici aujourd’hui. Je n’ai pas pu courir après les filles ces derniers temps à cause de mon professeur, mais cela m’a donné beaucoup d’énergie ! »

« Est-ce si amusant de me voir souffrir ? »

Gremory ignora les cris de Barbatos, pencha la tête et demanda : « Ah oui, n’ai-je pas entendu dire tout à l’heure que vous étiez plus intéressé par les femmes plus âgées ? »

« Hein ? Eh bien, oui. Quand il s’agit de femmes, une beauté mûre est bien mieux qu’une petite morveuse plate, non ? »

« Je suis surprise que vous soyez tombé amoureux de Lady Chastille avec des goûts pareils. »

« Quoi ? Je… je… je… je ne suis pas tombé amoureux ! »

Cela dit, il ne savait toujours pas pourquoi Chastille pesait si lourdement dans son esprit.

Elle n’est pas mon type. C’est vraiment une sorte d’erreur.

Son type de femme était bien plus généreux, gentil et doux.

***

Partie 7

Je n’ai jamais pensé que les femmes pouvaient être si généreuses, gentilles et douces…

Cette maison hantée était entourée d’une liche et d’un « quelque chose » non identifié, mais avant même de s’en rendre compte, Wells s’était retrouvé incapable de réprimer le battement de sa poitrine à cause de la fille qui lui tenait la main.

En franchissant la porte, ils l’avaient trouvée complètement transformée en une chambre d’amis parfaitement propre. En tant que novice, Wells n’avait aucune idée de ce que cela signifiait, mais c’était clairement au-delà du travail d’un humain. Cela dit, il ne voyait pas l’intention d’utiliser la sorcellerie pour faire cela. Qu’est-ce qui pourrait être accompli en leur montrant cette pièce ? Il y avait tant de choses à penser, mais la tête de Wells était remplie de pensées sur Chastille.

Chastille jeta un coup d’œil attentif à la pièce, puis s’avança lentement à l’intérieur.

« H-Hey. Cela pourrait être dangereux, » dit Wells.

« Non. Je ne sens rien de suspect. D’ailleurs, n’es-tu pas fatigué ? Il vaudrait mieux te reposer. Ne t’inquiète pas, je combattrai tout ce qui se présentera. »

Chastille sourit doucement, et Wells put sentir ses joues se réchauffer en réponse.

« Qu… Qu’est-ce que tu es, stupide ? Je ne suis pas faible au point d’avoir besoin d’une femme pour me protéger ! »

« Hee hee… Comme c’est fiable. »

Cela dit, il était plutôt fatigué. Wells s’allongea sur un canapé propre et sentit soudain son corps s’alourdir. Il pouvait compenser son endurance par la sorcellerie, mais il n’y avait pas grand-chose à faire contre l’épuisement mental. Son professeur lui avait dit qu’il avait du talent, mais aussi inexpérimenté que soit Wells, il avait atteint ses limites. La lumière de la bougie qui éclairait faiblement la pièce le berça. Il commençait à s’assoupir lorsque les mots de son professeur lui étaient soudainement revenus en mémoire.

« Tu as bien plus de talent que n’importe quel autre de mon sang. Étudie la sorcellerie avec moi. »

Il avait six ans à l’époque. À l’époque, Wells était un enfant désespéré qui échouait en tout. De plus, il avait une personnalité sombre et était prompt à se battre. Chaque fois qu’il s’était battu avec les enfants du quartier, sa mère l’avait battu. Ainsi, son professeur était la première personne à le féliciter.

Chaque fois qu’il apprenait une nouvelle sorcellerie, son professeur lui effleurait la tête et applaudissait ses efforts. Ainsi, Wells s’était consacré à ses études, désireux de recevoir plus d’éloges. Il avait terminé ses études de sorcellerie élémentaire en un an. Et l’année suivante, il avait pu mettre en pratique ses connaissances et créer sa propre sorcellerie. Maintenant qu’il avait dix ans, Wells avait commencé à s’intéresser à la sorcellerie qui lui permettrait de faire des bonds dans l’espace.

Cependant, les archives de son professeur ne contenaient aucun grimoire permettant d’apprendre cette capacité. C’est pourquoi il avait établi les théories tout seul. Quand Wells avait mis sa sorcellerie dans un état convenable et était allé la montrer à son professeur… il avait vu quelque chose qu’il n’aurait jamais dû voir — la thèse de son professeur. C’était une sorcellerie qui transplantait l’âme d’une personne dans le corps d’une autre. Elle permettait à une personne de transférer ses connaissances et techniques accumulées dans un nouveau corps. Si elle était réalisée, elle le rendrait effectivement immortel. Cependant, la sorcellerie que son maître avait créée ne pouvait transplanter son âme que dans le corps d’un parent de sang.

Dans ce cas, il suffisait de créer un réceptacle idéal à partir d’un parent de sang. C’était la conclusion de son professeur. Ainsi, celui sur lequel son maître avait placé tous ses grands espoirs dans ce but… était Wells.

Il ne m’a jamais aimé… Il souhaitait juste m’élever pour être son corps.

Une fois qu’il réalisa cette dure vérité, Wells s’était enfui. Cependant, son professeur était un sorcier avec un surnom, donc il n’avait aucun moyen de s’échapper. Et donc, pour survivre, Wells savait qu’il devait se battre. La sorcellerie qui lui permettait de sauter dans l’espace, celle qu’il n’avait pas encore montrée à son professeur, était son atout. C’était la raison pour laquelle il s’était réfugié dans ce manoir, se préparant à la bataille à venir, lorsqu’il s’était retrouvé pris dans cette anomalie.

« … lls. Wells… Wells ! »

Les yeux de Wells s’étaient soudainement ouverts en entendant quelqu’un appeler son nom. Et bientôt, il rencontra le visage d’une fille inquiète.

« Hein ? Qu… à… ? »

« Vas-tu bien ? Tu te tortillais pas mal. »

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, Wells réalisa qu’il était trempé de sueur.

« As-tu fait un mauvais rêve ? » demanda Chastille.

« Bien sûr que non ! » avait-il répondu en grognant.

« Je suppose que tu vas bien si tu as autant d’énergie, » dit-elle avec un soupir de soulagement, prenant un siège à côté de lui.

« … Hé. Pourquoi n’es-tu pas en colère ? »

« As-tu fait quelque chose qui devrait me mettre en colère ? »

Elle parlait comme si le protéger était son devoir juré. Wells serra les genoux en voyant à quel point il se sentait pathétique.

« En vérité… je suis un fugitif. »

« Oh… »

« J’ai fait de mon mieux pour que mon professeur me félicite, mais il ne m’a jamais vu que comme un outil. »

« Hm… »

« Mais je ne suis pas un outil ! Je voulais juste qu’il me reconnaisse, et pourtant… ! »

Même Wells pouvait voir qu’il criait de façon incohérente, mais Chastille ne riait pas et ne le méprisait pas pour autant. Au lieu de cela, elle l’avait attiré dans une étreinte serrée.

« Tu sais, d’une certaine manière, tu ressembles à quelqu’un que je connais. Je ne le respecte pas vraiment en tant qu’humain, mais il est très fort et fiable, alors je suis sûre que tu deviendras un splendide sorcier. »

« Comment peux-tu dire ça… ? »

Elle ne savait pas la moindre chose sur lui.

« Je sais », répondit Chastille en souriant. « Je sais au moins que tu n’es pas cruel au point de me laisser derrière toi pour tenter de t’enfuir. Je sais que tu as des aspirations si élevées que tu en pleures et en souffres. Donc, avec cela en tête, je suis sûre que tes efforts porteront leurs fruits. Je te le garantis. »

Ces quelques mots avaient été pour lui comme un salut.

« Quelle bizarrerie… ! »

« On me le dit souvent », dit Chastille en remettant Wells sur pied. « Maintenant, il est temps pour nous de commencer. »

« … »

Wells s’était retrouvé incapable de répondre.

Même si je sors d’ici, je ne peux pas échapper à l’emprise de mon professeur.

Maintenant que Wells connaissait l’objectif de son professeur, ce dernier allait sûrement le tuer. Après cela, son corps lui serait volé.

Puis-je vraiment gagner ? Wells avait senti une vague de désespoir l’envahir alors que de telles pensées traversaient son esprit.

« Tout va bien », dit Chastille en lui saisissant l’épaule avec confiance. « Je suis là avec toi. Et puis, je suis plutôt forte, tu sais ? »

Il le savait, vu comment elle avait tué la liche d’un seul coup.

Pourtant, il n’y a aucune chance qu’elle survive à une attaque de mon professeur.

Avant de s’en rendre compte, Wells s’était retrouvé à s’inquiéter de sa sécurité plus que de son propre avenir.

« Wells, courage, » dit Chastille d’un air sérieux.

« Courage… ? »

« Oui, le courage. Tu es déjà intelligent et perspicace. Je ne connais personne de ton âge qui soit aussi capable que toi. Tant que tu as du courage, il n’y a rien que tu ne puisses faire. »

Pour une raison quelconque, ces mots avaient fait couler des larmes sur ses joues.

Elle vient juste de me rencontrer, mais elle me reconnaît correctement…

En tant que tel, il ne pouvait pas faire quelque chose d’aussi nul que de s’enfuir devant elle.

Wells essuya ses larmes, hocha la tête et répondit : « Ouais ! Mon professeur n’est rien du tout ! Je vais lui casser la gueule ! »

Qu’est-ce qu’il avait à craindre exactement ? Wells possédait le pouvoir maintenant. Aussi, fort de son nouveau courage, il prit la main de Chastille et quitta la pièce.

« Hein ? Aaah, je comprends maintenant…, » Chastille marmonnait pour elle-même. « Wells, par ici. »

On aurait dit qu’elle murmurait à ses propres pieds — vers l’ombre sous elle. Elle conduisit Wells par la main dans le couloir lugubre, et mystérieusement, une porte s’ouvrit, comme si le labyrinthe leur révélait sa sortie de lui-même. Après avoir franchi quelques portes, ils se retrouvèrent dans le hall d’entrée. La porte menant à l’extérieur était également légèrement entrouverte, laissant entrer un faible rayon de lumière.

« On peut s’en sortir ! On l’a fait ! Allons-y, Chastille ! »

« Oui. »

Et puis, juste au moment où ils passaient la porte, la sensation dans la main de Wells avait disparu.

« Hein… ? »

Il s’était retourné, mais tout ce qu’il avait vu, c’est le hall d’entrée lugubre. La fille qui lui tenait la main était introuvable.

« Hé ! Où es-tu allée — !? »

Il avait essayé d’appeler son nom, mais n’avait pas pu. Pourquoi ça ? Il l’avait dit juste quelques secondes plus tôt. Les souvenirs qu’il avait d’elle lui glissaient entre les mains. Même l’expression douce qu’elle avait devenait de plus en plus floue, et finalement, il ne se souvenait plus du tout de qui elle était. C’est à ce moment-là qu’il comprit. Le manoir était rempli de fantômes et d’une liche qui les commandait. Et puis, il y avait une femme. N’était-elle pas quelque chose de similaire, alors ?

« Tu as dit que tu serais avec moi… »

Ses larmes coulèrent de façon incontrôlable tandis qu’un sentiment d’impuissance commence à dominer son esprit. Néanmoins, il n’était pas resté immobile longtemps.

« Aie du courage. »

La femme dont il ne se souvenait même pas du visage avait à tous les coups, dit cela, donc il n’y avait aucune chance qu’il se fasse tuer en s’arrêtant ici.

Si je ne peux pas gagner dans un combat direct, alors je dois l’assassiner.

C’était un scénario tout à fait possible s’il maîtrisait la sorcellerie permettant de sauter dans l’espace. Mais il n’avait qu’une seule chance, il devait donc achever son professeur d’un seul coup avant qu’il ne comprenne.

Cependant, Wells n’avait pas remarqué quelque chose. Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis qu’il avait commencé à errer dans la maison hantée. Pour être plus précis, les coordonnées auxquelles il était revenu avaient glissé de quelques jours en avant. Après avoir utilisé sa sorcellerie pour tenter d’assassiner son professeur, Wells avait trouvé l’homme déjà mort. Il avait ensuite découvert que cela avait été fait par un garçon encore plus jeune que lui.

***

Partie 8

« Wells ? Où es-tu allé ? Wells ? Hein… ? Pas possible… Était-ce… un fantôme ? »

Barbatos avait entendu la voix déconcertée de Chastille à travers sa boule de cristal. Après avoir réfléchi, il réalisa que son ombre était toujours connectée à elle. Et donc, lui donner des instructions à travers elle était un jeu d’enfant. Après l’avoir fait sortir du manoir comme ça, sans aucune raison, le double s’était volatilisé.

Chastille paniqua parce que le garçon dont elle tenait la main avait soudainement disparu, mais pour l’instant, il semblerait que la crise soit terminée.

« Haaah… Alors, euh, c’était quoi ce bordel ? » demanda Barbatos en s’asseyant sur une chaise.

« Hmm… Vu qu’il a disparu dès qu’il a quitté le bâtiment, je suppose que nous pouvons conclure que la cause était le manoir lui-même. Comme c’est intéressant. »

Le pouvoir de cette calamité appelée Azazel semblait même affecter le temps et l’espace.

« Alors… mon moi passé s’est perdu ici ? »

« Je pense que c’est assez probable. Avez-vous de tels souvenirs, Purgatoire ? »

Barbatos porta sa main à sa tête. Le sosie avait l’air d’avoir une dizaine d’années. C’était à peu près l’époque où Barbatos avait commencé à nourrir l’ambition de tuer son propre professeur, et où Zagan l’avait tué avant qu’il ne le fasse.

« Aucune idée… J’ai l’impression d’avoir peut-être rencontré quelqu’un, mais je ne me souviens pas. »

Il y avait très peu de sorciers qui étudiaient le temps. Et même parmi eux, ceux qui avaient obtenu des résultats n’avaient réussi qu’à ralentir l’écoulement du temps. Dans tous les cas, il n’y avait pas eu de cas de personnes ayant réussi à sauter à travers le temps. La raison principale en était apparemment que le temps se réparait automatiquement.

Même si quelqu’un réussissait, la réalité se réaffirmerait pour qu’il n’ait jamais existé. Dans le pire des cas, cela pourrait effacer complètement l’existence du lanceur. Si ce sosie avait été le passé de Barbatos, de tels souvenirs auraient été effacés par la restauration du temps.

« Nous pouvons émettre des théories, mais il sera impossible de prouver quoi que ce soit », déclara Gremory avec un gémissement.

Barbatos se tourna vers la boule de cristal et vit que Chastille s’était évanouie pendant qu’ils ne regardaient pas. Dans son esprit, le sosie de Barbatos avait été un fantôme.

« Désolé, Gremory. Pouvez-vous jeter la pleurnicharde dans l’église ou quelque chose comme ça ? »

En raison de l’énorme quantité d’intrus, il n’avait pas pu effectuer de réparations au Purgatoire. Et pourtant, il se sentait déjà épuisé.

« Kee hee hee… Très bien, » répondit Gremory en hochant la tête. « J’ai déjà profité d’un pot-pourri complet du pouvoir de l’amour aujourd’hui. »

Finalement, la mamie était partie avec une expression de satisfaction sur le visage, n’ayant rien fait d’autre que de faire du bruit. Eh bien, si Barbatos avait été seul, il aurait tué le sosie. L’arrêter avait été, en un sens, une contribution utile.

Après s’être adossé à sa chaise pendant un moment, Barbatos avait soudainement senti une présence s’approcher de lui.

« Et qu’est-ce que tu veux ? » Il grogna sans se retourner. « Je suis sûr que tu peux dire qu’il n’y a rien d’intéressant ici aujourd’hui. »

« C’est ce qu’on dirait. »

Il n’avait pas eu besoin de vérifier pour savoir qui c’était. Son ami indésirable était à tous les coups dans la pièce.

« Alors ? » grogna Barbatos.

« C’est simple, j’ai réussi à profiter de ta maison hantée, alors je suis passé pour te donner une récompense convenable. »

« Haha ! Dépense autant que tu veux. »

Avec cela, Zagan avait silencieusement commencé à manipuler la barrière du manoir.

« Hé. Qu’est-ce que tu fais ? »

« Azazel l’a cassée, non ? Je suis sûr que ce problème a été causé par le pouvoir de cette chose qui a corrodé la barrière. En brûlant ses traces, ça devrait régler le problème. Avec ça, tu pourras remettre cette maison crasseuse dans le sous-espace le plus tôt possible. »

« Hmph ! Je n’avais pas besoin de ton aide, » cracha Barbatos, puis se leva d’un bond. « Ne touche pas à ce dont tu n’as pas besoin, compris ? »

« Et tu devras me rendre les grimoires que tu as volés. J’en ai déjà récupéré quelques-uns, mais je parie que tu en as d’autres cachés quelque part. »

« Oh, allez, j’ai seulement pris ce qui m’était dû pour toutes les foutues corvées que j’ai faites pour toi. »

« Ne dis pas de connerie. Je t’ai déjà payé correctement pour ça. »

Les deux amis réticents avaient continué leur travail tout en continuant à se chamailler. Le temps que la rosée du matin mouille les mauvaises herbes à l’extérieur, la nuisance publique d’une maison hantée avait disparu dans le sous-espace.

La disparition soudaine de la maison hantée avait fait paniquer Chastille comme jamais auparavant, mais c’est une histoire pour une autre fois.

***

Interlude 1

« Donc, pour résumer, est-ce pour ça que Monsieur Barbatos aime les femmes plus âgées ? »

« C’est bien le cas. »

« Hnnngh ! C’est vraiment une bonne idée ! »

Incapable de continuer à regarder ces quatre-là faire du grabuge, Kuroka s’était approchée de la convention des sorcières.

« Allez, au moins, ne mêlez pas Kuu et Selphy à vos réunions bizarres. »

« Oh, Kuroka. Kuu a entendu dire que tu as réussi à décrocher ce gars plus âgé que tu aimes bien ? Félicitations ! »

« P-P-Pour-Pourquoi tu sais ça, Kuu !? »

« Oh ! C’est moi ! Je lui ai dit ! »

« Pourquoi as-tu fait ça, Selphy !? »

« Hee hee… Shax, c’est ça ? » dit Manuela, en tirant une chaise pour Kuroka. « Dire qu’il est devenu un Archidémon. Kuroka, tu as un bon œil pour les hommes. »

Kuroka pouvait sentir un sourire se former sur son visage en entendant Shax se faire complimenter de la sorte.

« Ce n’est pas vrai. Monsieur Shax a simplement fait de son mieux. »

« Oh ? Je suis sûre que ton soutien a joué un grand rôle. Laisse-moi aussi te féliciter. Dis-moi, tu as maintenant l’âge de boire, non ? »

Manuela posa une tasse devant elle sans attendre de réponse et lui versa du vin de Liucaon.

« Eh bien… Juste un peu, d’accord ? »

Et donc, Kuroka avait tragiquement capitulé.

« Arrête, Kurosuke ! Si tu les rejoins, tu ne reviendras jamais ! » s’exclama Shax en essayant de la rappeler. Cependant, il était impuissant devant ces quatre-là.

« Dame Kuroka, l’ambiance était plutôt bonne avec Shax pendant votre voyage, » ajouta Gremory. « Pourquoi ne pas nous en parler ? »

« Ouaip, ouaip. Monsieur Zagan a également dit que Monsieur Shax avait du cran. »

« O-Oh, d’accord, très bien ! »

Maintenant assise à la table, Kuroka avait été facilement persuadée de parler de ce qui s’était passé pendant ses voyages avec Shax.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire