Kimi to Boku no Saigo no Senjo – Tome 1

Table des matières

***

Prologue : Les Dernières Forces de Ces Deux Pays

« Rendez-vous. »

« Rendez-vous. »

Un froid glacial d’un blanc pur brillait─

Dans un monde où une mer d’arbres et de terre pouvait être vue, peu importe où vous regardiez, et où tout ce qui s’étendait à perte de vue était scellé dans de la glace, un jeune homme tenant fermement son épée et une jeune femme portant des vêtements royaux de couleurs vives venaient de faire ces déclarations.

« ... Épéiste de l’Empire, puis-je entendre votre nom !? » demanda la jeune femme.

« Iska, » répondit le jeune homme.

Le jeune homme tenant une épée avait rapidement répondu. Il possédait des cheveux brun-noirâtre et un corps qui avaient été entièrement forgé par l’entraînement rigoureux qu’il avait subi depuis qu’il était un très jeune enfant. Ses traits étaient encore insuffisants pour qu’on puisse véritablement l’appeler un adulte, mais, avec une paire d’épées ─ des épées en acier noir et blanc à la main, son regard était rempli d’une lumière vive telle une lame mise à nue.

« Et vous ? » demanda Iska.

« Aliceliese Lou Nebulis IX. Vous devriez déjà l’avoir réalisé, n’est-ce pas ? La Mage des Étoiles que l’Empire a surnommée la “Sorcière de la Glace de la Calamité” n’est autre que ma personne, » répondit-elle.

La jeune femme se tenait debout sur d’énormes cristaux de glace. Ce qui recouvrait sa tête était incrusté de lapis-lazuli et cachait totalement son visage. Mais la voix qui résonnait à travers la mer d’arbres était digne et claire, et était remplie d’un sentiment de pureté et d’intégrité qui lui donnait l’air d’être une noble. Et puis, encore une fois─.

« Et donc..., avez-vous acculé tout seul cette Unité des Esprits des Étoiles de Nébulis ? » demanda Alice.

« Et donc..., dites-vous que vous avez détruit le Réacteur de Puissance d’Armement de l’Empire toute seule ? » demanda Iska.

Le jeune homme et la jeune femme s’étaient exprimés en même temps.

« ... Vous avez raison. » Le premier à hocher la tête fut le jeune épéiste.

Derrière le jeune homme se trouvaient des soldats portant des armures pare-balles par-dessus leurs robes. Chacun d’entre eux, à l’aide d’une seule attaque ─ un unique coup d’épée ayant une précision et une vitesse transcendantale ─ avait perdu connaissance et ils semblaient profondément endormis.

« Qui êtes-vous ? » demanda Alice. « Comment un soldat qui ne fait pas partie de l’unité des “Saints-Apôtres” sous la supervision directe de l’Empereur, et qui en plus n’est même pas un haut gradé peut-il totalement submerger une Unité entière des Esprits des Étoiles de Nébulis ? Dites-le-moi ! »

« C’est ce que j’aimerais bien vous dire, » répondit-il.

Voici ce qu’avaient déclaré la jeune femme connue sous le nom de la Sorcière de la Glace de la Calamité et le jeune épéiste qui se regardaient tous deux et qui répliquaient l’un envers l’autre.

« En plus de vous rendre toute seule jusqu’à la base de l’Empire, vous avez franchi les défenses et vous avez détruit le Réacteur de Puissance..., ce n’est nullement quelque chose qu’un Mage des Étoiles de puissance moyenne puisse faire, » déclara Iska.

La mer d’arbres était gelée par la neige et la glace dégageait un froid qui faisait penser à l’âge de glace des temps anciens. Et à l’arrière, il y avait un énorme noyau de Réacteur de Puissance d’Armement qui était incapable de conserver sa forme originale après avoir été écrasé alors qu’il était complètement congelé. Et celle qui possédait une puissance si formidable, comparable à un cataclysme, n’était autre que cette jeune femme.

« Qui êtes-vous ? »

« Qui êtes-vous ? »

L’Utopie Mécanisée, la carte maîtresse en acier trempé de l’Empire — le Successeur de l’Acier Noir, Iska.

Le Paradis des Sorcières, la sorcière la plus remarquable de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis — la Sorcière de la Glace de la Calamité, Alice.

Les héros de ces deux nations s’étaient affrontés.

Et ainsi, la rencontre entre ces deux personnes avait fait que leurs destins s’étaient dès lors entrelacés. Et tout cela avait commencé en ce jour bien connu des générations futures.

***

Chapitre 1 : Le Garçon et la Sorcière

Partie 1

Une prison sombre et froide.

Sans aucune fenêtre, il n’y avait absolument aucun rayon de soleil qui rentrait dans la pièce.

La seule source d’éclairage se trouvait être la maigre lumière émise par des bougies. Un espace malicieux où la puanteur du fer rouillé et de la poussière stagnait indéfiniment dans l’air... il s’agissait de la prison où était confinée une jeune fille.

*Tap*, *Tap*. Ainsi étaient venus les échos de pas.

« Qui est là ? » demanda la fille.

Par réflexe, la fille avait sauté hors de son lit se trouvant dans sa cellule.

Il n’y avait aucune chance qu’elle puisse entendre des pas dans un tel endroit. Car après tout, il n’y avait pas de geôliers dans cette prison.

Une prison sans personnel... bien sûr, il y avait une raison derrière tout cela.

Tout d’abord, grâce à un système triple de surveillance à distance, la surveillance de l’intérieur de la prison était parfaite. Et deuxièmement, chaque détenu dans cette prison, y compris cette fille, était des existences taboues appelées « sorcières » et « sorciers ».

─ Même lorsqu’ils étaient en cage, le degré de dangerosité qu’ils représentaient était trop élevé.

─ S’ils avaient mis en place des geôliers, il n’y avait aucun moyen de garantir la sécurité de ces geôliers. Ainsi, cette prison était une prison sans personnel.

Et pourtant, à qui appartenaient ces pas ? Qui était-ce ? Et quelle intention avait-il en se rapprochant d’ici ?

« ... »

Par réflexe, la jeune fille s’était mise sur ses gardes. Elle était une humaine née avec l’énergie non analysable des étoiles, « l’Esprit des Étoiles », et elle était dénigrée et crainte en tant que sorcière. Il n’y avait aucune chance que quelqu’un qui se rapprochait d’elle soit là pour lui apporter de bonnes nouvelles.

Était-ce pour satisfaire une revanche personnelle ? Ou peut-être un avis d’exécution ? Une moitié de la fille était effrayée, et l’autre moitié cachait une forte résolution alors qu’elle entendait les pas qui s’approchaient d’elle...

« Chut ! Restez silencieuse ! » Déclara la voix d’un homme.

« Hein !? » s’exclama-t-elle.

Sans même rencontrer ses yeux, « cela » avait simplement déclaré cette phrase courte, laissant la fille pantoise, avec ses yeux grands ouverts en raison de sa surprise.

« Parce que je vais vous laisser sortir de là, » continua-t-il.

Ce qui était alors apparu fut un jeune homme. Un garçon avec des cheveux brun-noirâtre coupés de manière désordonnée et se trouvant quelque part dans l’adolescence. Il était habillé avec les vêtements de combat d’un soldat impérial, et il portait des épées qui pendaient à sa ceinture... Deux épées enveloppées dans des fourreaux d’acier noir et blanc.

... Mais allait-il vraiment la libérer ?

Puisque la fille se trouvait être le seul être présent dans cette cellule, elle ne pouvait pas rapidement comprendre ce qu’il lui disait.

« Ne bougez pas. Ce sera dangereux si vous vous approchez des barreaux à ce moment-là, » déclara le jeune homme.

Une frappe. Une lumière fut présente pendant un seul instant. Il s’agissait d’un spectacle que les yeux de la fille ne pouvaient en aucun cas capturer. Les barreaux de la prison avaient été découpés par ce seul acte.

Et c’était seulement à ce moment-là qu’elle réalisa ce qui s’était réellement produit. Et ce moment fut l’instant où elle entendit le bruit des fragments de métal qui entraient en collision avec le sol du couloir et qu’elle les voyait également à l’aide de ses propres yeux.

« ... Est-ce une plaisanterie ? » s’interrogea-t-elle.

Elle disait ça, car il s’agissait d’un acier synthétisé qui ne pouvait même pas être égratigné en utilisant les Sortilèges d’Étoile d’une sorcière. Les barreaux d’acier qui ne pouvaient pas être coupés même avec de la machinerie lourde spécialisée pour la découpe de métal, avaient été tranchés si facilement devant les yeux par ce garçon. Pour couronner le tout, cela avait été fait avec une simple épée. Cependant, ce qui avait surpris la fille plus que cet exploit était le fait que les barreaux qui la scellaient avaient maintenant disparu.

« ... Pourquoi ? » demanda-t-elle.

« Même si vous me demandez pourquoi... He bien ! Si je n’avais pas découpé les barreaux, alors vous ne pourriez pas vous évader d’ici, » répondit-il.

« ... Vous êtes... en train de me laisser m’échapper... ? » demanda la jeune fille.

En regardant fixement le trou ayant la taille d’un humain qui se trouvait dans les barreaux, les yeux de la jeune fille brillèrent.

« N’êtes-vous pas un épéiste de l’Empire ? De plus, vous portez le brassard des Saints-Apôtres sur votre bras gauche... Qu’est-ce qu’un membre de la plus importante force de l’Empire fait ici ? » demanda-t-elle.

« Je suis surpris que vous le sachiez, » déclara-t-il.

Tout en rengainant son épée, le garçon fit un signe de tête qui pouvait être qualifié d’insouciant alors qu’il parlait une fois de plus.

« Les Mages des Étoiles de Nébulis connaissent-ils même les rangs de l’Empire ? » demanda-t-il.

« ... Je veux dire..., » répondit-elle.

La fille jeta un coup d’œil vers le sol. Il s’agissait d’un regard mêlé d’anxiété et de perplexité.

« Vous et moi sommes supposés être des ennemis. Il est évident que nous connaissons l’Empire... Et pourtant, pourquoi me laissez-vous m’échapper ? » demanda-t-elle.

Et alors que la fille demanda cela avec les yeux levés vers lui, la réponse du garçon fut...

« Vous avez encore treize ou quatorze ans, n’est-ce pas ? Ou peut-être plus jeune ? » demanda-t-il.

« ... Hein !? » s’exclama-t-elle.

« Si vous avez douze ans, alors cela fera que vous avez trois ans de moins que moi. Ah, ça va presque faire quatre ans plus jeune que moi, » déclara-t-il.

Les pays du garçon et de la fille étaient dans un état de guerre continu depuis plus de cent ans. L’Empire n’avait montré aucune compassion pour les sorciers en prison et cela indépendamment de l’âge ou du sexe.

C’était ainsi que cela devait être, cependant...

« De temps en temps, je vous vois là, retenue dans cette cellule, et je suis devenu curieux, » expliqua-t-il.

« ... ? » la fille resta sans voix.

« Je pense juste que c’est mal d’emprisonner inconditionnellement une enfant telle que vous juste parce que vous êtes une Mage des Étoiles, et encore vu que la réponse à l’Esprit des Étoiles est faible en vous, » déclara-t-il.

« ... N’est-ce pas la façon de faire de l’Empire ? » demanda-t-elle.

« Exact. Voilà pourquoi, la seule chose que je peux faire est de vous laisser vous évader d’ici. C’est la première fois que je fais ça, mais si cela se déroule bien, je pensais également laisser les autres enfants s’échapper hors d’ici, » déclara-t-il.

Et il lui avait alors fait signe vers l’extérieur de sa cellule.

« Dépêchez-vous. Le système de surveillance a été arrêté, mais il sera probablement restauré dans peu de temps, » dit-il.

« Ah..., » alors qu’il lui attrapait la main, la jeune fille laissa échapper un petit cri. N’avait-il pas peur de toucher celle qui était abhorrée et appelée une sorcière ? Et même s’il n’y avait pas de peur, ne se sentait-il pas dégoûté ?

« Plus vite. Nous allons courir pendant tout le trajet jusqu’au prochain passage, » déclara-t-il.

Tout en saisissant sa main, le garçon avait couru dans le couloir sans personnel. Alors qu’elle progressait dans le couloir tout en étant guidée par le garçon, la fille arriva finalement à la sortie de secours de la prison.

« Une fois que vous aurez passé par ici, vous atteindrez la périphérie de la Capitale Impériale, » déclara-t-il. « Après cela, allez selon le flux des habitants et vous finirez dans le quartier commercial. Il suffit de se déplacer en suivant les panneaux électriques qui vous guideront afin de vous permettre de trouver votre chemin. Je pense que ça ira si vous vous dirigez vers le bus qui va jusqu’à une ville neutre. Prenez ça. Ce n’est vraiment pas grand-chose... »

Le garçon avait alors remis une galette qui servait de rations d’urgence militaires et des pièces d’argent impériales. Après qu’il les ait placées de force dans sa main, elle ne pouvait même pas le remercier. Tout semblait trop beau pour être vrai, et cela lui faisait croire que tout cela n’était finalement qu’un piège. Elle n’avait jamais entendu parler d’un soldat impérial qui faisait sortir d’une prison un prisonnier impérial, et encore moins leur fournissant de la nourriture et de l’argent.

« Franchement. Allez-y, » ordonna-t-il.

« ... »

Même si elle était anxieuse, ses sentiments qui lui criaient de « s’enfuir » l’incitaient à se mettre à courir. En passant par la sortie de secours, elle avait émergé à l’extérieur de la prison.

À la porte de la capitale, elle alla dans un bus qui quittait le territoire de l’Empire. Et de là, elle se dirigea vers la base se trouvant un peu plus loin où ses camarades étaient présents. Après ça, elle retourna dans sa ville natale dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Alors qu’elle sentait l’air familier à son propre pays...

« ... C’était donc vraiment la vérité, » déclara-t-elle.

La fille réalisa désormais que le discours et la conduite de ce jeune homme n’étaient pas un piège. Cependant, le lendemain, un scandale sans précédent dans l’Empire s’était même étendu jusqu’à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. « Le plus jeune Saint-Apôtre de l'histoire, Iska, a été arrêté pour le crime de trahison envers la nation alors qu'il a été découvert en train de préparé l'évasion d'une sorcière. Un jugement d'emprisonnement à perpétuité a été rendu sans perdre de temps. »

« Est-ce une plaisanterie... ? » Se demanda-t-elle.

Tenant dans ses mains un magazine d’informations, la fille tremblait légèrement. Pourquoi ? Pourquoi avait-il fait ça pour elle alors qu’elle était censée être son ennemie ? Qu’est-ce qui l’avait secoué jusqu’à ce point ? Ne sachant pas la raison derrière tout cela, la fille restait immobile là où elle se tenait complètement stupéfaite.

... Tout cela s’était déroulé à peu près un an avant l’histoire présente.

Cela faisait un an que le scandale sans précédent de l’évasion d’une sorcière s’était produit.

Et une fois de plus, le monde se souviendra du nom de ce jeune homme. Et tout ceci fut déclenché par la rencontre fortuite entre le Successeur de l’Acier Noir, Iska et la Sorcière de la Glace de la Calamité, Alice...

***

Partie 2

« Aujourd’hui. Nous avons décidé de commuer la peine de prison d’Iska. »

La Diète Impériale — le plus haut organe décisionnaire de l’Empire qui se vantait de détenir le plus grand territoire du monde — n’avait pris qu’une seule décision au cours de toute cette journée.

« Iska, levez la tête. Depuis un an, il s’agit de la première saveur en provenance du monde extérieur. Quel effet a le soleil alors qu’il se déverse sur vous ? » demanda une voix d’homme en provenance d’un écran.

« ... C’est éblouissant, » répondit Iska.

Tout en ayant ses deux mains et pieds attachés, le jeune homme... Iska plissa les yeux alors qu’il levait les yeux vers le soleil qui passait à travers la lucarne. Il se trouvait dans le vaste bâtiment du parlement. Tout en se tenant sur un podium au centre de la pièce, Iska regarda les huit hommes et femmes qui l’observaient.

Les Huit Grands-Apôtres.

Ils étaient les huit chefs suprêmes qui avaient toujours supervisé la Diète Impériale. Ces personnes elles-mêmes n’avaient nullement montré leur visage au parlement, et seule une vague silhouette de leurs visages pouvait être vue sur un écran installé sur le mur se trouvant devant lui.

« Pourtant, vous n’avez pas une expression du visage très revigorée, » déclara l’un des membres.

« ... c’est que je ne crois qu’à moitié à tout cela. Avez-vous vraiment dit que je suis acquitté ? » demanda Iska.

« C’est bien le cas. Il semble que vous soyez conscient du poids du crime que vous avez commis. Cet incident où vous avez libéré une sorcière que nous avions capturée a été un sérieux coup pour nous, » dit-il.

« Cette fois, nous vous avons préparé une occasion afin de pouvoir expier ce crime aussi grave, » déclara un autre membre de la Diète.

« Que voulez-vous dire ? » demanda Iska.

Iska fronça par réflexe ses sourcils. Il y a un an, il avait été emprisonné après avoir été reconnu coupable d’avoir fait sortir une sorcière de prison. Il avait été déchu de son statut de Saint-Apôtre et avait été condamné à la réclusion à perpétuité.

... Alors pourquoi avait-il été libéré de là ?

Être acquitté après seulement une année était une histoire bien trop belle. Les Huit Grands-Apôtres visibles sur le moniteur se trouvant devant ses yeux n’étaient certainement pas des personnes avec une telle compassion.

« En échange d’un pardon, vous dites que je dois participer à une certaine mission... ? », demanda Iska.

« Il s’agit d’une bonne évaluation. Cela s’applique également aux préparatifs que vous aviez effectués pour l’évasion de la sorcière. Il semblerait donc que votre esprit ne soit pas si mauvais en ce qui concerne la réflexion, » déclara l’un des membres.

Les Huit Grands-Apôtres avaient laissé échapper un petit rire à la suite de ces paroles emplies d’ironie.

« Je suis une personne qui peut seulement utiliser une épée, » déclara Iska.

« Une telle évaluation non fondée n’est pas tout à fait exacte, » répondit le même homme. « Vous devriez le voir d’une autre manière. Ce n’est pas que vous ne pouvez utiliser qu’une épée, c’est que tant que vous avez une épée, cela vous suffit largement à régler tous vos problèmes. »

Mais ce n’était nullement du sarcasme. La raison pour laquelle les plus grandes autorités de la plus grande nation du monde avaient fait appeler au parlement ce garçon unique afin de transmettre un ordre direct n’était nul autre que cela.

« Concernant le sujet principal qui est parfaitement à votre portée, » déclara-t-il. « Ce que nous vous ordonnons de faire n’est pas une chose si considérable. Nous allons simplement vous faire faire ce que vous devez faire pour votre propre bien. En d’autres termes, abattre une sorcière. »

« Une sorcière ? » demanda Iska.

« Ceci est une information en provenance de nos espions cachés dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, » répondit-il. « Il a été déterminé qu’une seule sorcière ait été envoyée par la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis vers une base de l’Empire. »

« C’est... J’ai l’impression que c’est vraiment un événement quotidien sur la ligne de front, » répondit Iska.

« Ce n’est pas n’importe quelle sorcière, » expliqua-t-il. « Il s’agit d’une descendante directe de la Grande Sorcière, une Pure Race. »

« Une pure race !? » demanda Iska.

Entendant ces mots venus des Huit Grands Apôtres, Iska ouvrit involontairement les yeux dus à la surprise.

« ... Il s’agit d’une ennemie redoutable, » déclara Iska.

« C’est exactement pourquoi vous êtes acquitté, » expliqua le membre de la Diète.

Les Huit Grands-Apôtres avaient continué à parler pendant tout ce temps avec indifférence.

« La Grande Sorcière Nébulis qui a transformé une fois dans le passé notre empire en une mer de flammes. Vous savez que sa lignée de sang est appelée “Pure Race”, et qu’ils sont tous dotés d’un puissant Esprit des Étoiles, n’est-ce pas ? » demanda la Diète.

« Oui. Je me suis déjà battu contre eux à plusieurs reprises, » répondit Iska.

« Cette fois-ci, votre adversaire est particulièrement puissante même parmi ceux-là, » annonça la Diète. « La Sorcière de la Glace de la Calamité. L’année dernière, pendant que vous avez été emprisonné, elle a traversé toute seule la ligne de front dans le nord d’Yubel. Même nos nouvelles armes que nous avions stationnées là-bas ont été volées par la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. »

« ... la ligne de front d’Yubel, toute seule ? » murmura Iska.

Alors qu’Iska était emprisonné, il avait au moins entendu des rumeurs selon lesquelles une sorcière chargée d’un incroyable Esprit des Étoiles était apparue.

« Au plein cœur de la bataille, même les Saints-Apôtres ont forcés à effectuer un combat difficile, » déclara la Diète. « Cela dit, l’unité actuellement stationnée sur la ligne de front n’était pas vraiment fiable. Et c’est là que vous intervenez. »

« Vous, le plus jeune Apôtre de tous les temps, Iska, nous avons de grandes attentes envers vous, » déclara un autre membre.

« ... Saint Apôtre, il s’agit là d’une histoire ancienne. J’ai été rétrogradé il y a un an en raison de l’incident, » déclara Iska.

À l’âge de quinze ans, il avait atteint les rangs de l’unité que l’Empereur lui-même supervisait en tant que sa garde rapprochée. Il avait été salué comme étant un héros qui avait gravi les échelons d’une manière sans précédent... Ou plutôt, c’est ce qui aurait dû être.

« Si vous le désirez, alors vous pouvez reprendre votre siège parmi les Saints-Apôtres, » déclara l’un des membres de la Diète. « Dans tous les cas, vous avez étudié sous la supervision de cet homme connu comme étant le plus fort, et avez hérité de l’épée d’étoile, le “Successeur de l’Acier Noir”. »

Le sol aux pieds d’Iska se fendit, et un mécanisme amena un piédestal juste devant lui.

... Une paire d’épées.

Une épée gainée à l’intérieur d’un fourreau en acier noir. Et une épée gainée dans un fourreau d’acier blanc.

« Ce sont les épées d’étoiles que vous avez héritées de cet homme. Prenez-les, » ordonna la Diète.

« Vraiment !? » demanda Iska.

« Ces épées ne peuvent faire ressortir leurs pouvoirs que lorsqu’une personne qualifiée les manipule. Ce sont des épées que vous seul pouvez utiliser à leur plein potentiel, » déclara la Diète.

Et à ce moment-là, les menottes qui liaient les mains et les pieds d’Iska se disloquèrent.

« Iska, à partir de maintenant, vous êtes un homme libre, » déclara l’une des personnes de la Diète. « Un convoi vers la ligne de front a été préparé pour vous pour dix-sept heures. Faites vos préparatifs jusqu’à votre départ. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, alors il sera préparé pour vous. Armements, personnel, fonds, nourriture, traitement médical, tout ce dont vous avez besoin, nous vous le fournirons. »

Ils fourniraient tout. Comme il leur avait proposé des mesures aussi extraordinaires, Iska avait alors donné une réponse immédiate ne présentant aucune hésitation.

« Il y a trois personnes que j’aimerais avoir dans mon unité, » déclara Iska.

« Laissez-nous entendre leurs noms, » déclara la Diète.

« La capitaine Mismis Klass. Le tireur d’élite, Jhin Syulargun. Et l’ingénieur Néné Alkastone. Je voudrais que ces trois personnes soient réunies ici, » demanda Iska.

***

Partie 3

Dans le deuxième secteur de la Capitale Impériale.

Se trouvant dans la Capitale Impériale entourée de murailles en acier massives, il s’agissait d’un secteur qui contenait les entreprises les plus prospères. Dans le restaurant « Base de Poudre » situé dans un coin en face de la place...

« Néné-chan, où pouvons-nous nous asseoir ? »

« Néné-chan, le repas que nous avons commandé n’est toujours pas arrivé. »

« Néné-chan ─ »

« Oui ! Oui ! J’arrive tout de suite ! » déclara Néné.

Tout en avalant un peu de pain qu’elle avait récupéré pour son déjeuner, Néné se leva en un éclair. Elle se trouvait alors dans un coin de la cuisine. Levant un peu le tablier de son employeur afin de pouvoir se dépêcher, elle courut vers les nombreux clients se trouvant dans le restaurant florissant.

Néné Alkastone ─

Elle avait des cheveux rouges volumineux attachés en queue de cheval, une paire de grands yeux bleus ainsi qu’un sourire joyeux et gai. Elle était une fille de quinze ans qui dégageait une impression joyeuse.

Englobant ce corps en pleine santé se trouvait un débardeur utilisé pour l’entraînement et des pantalons sexy qui révélaient le haut de ses cuisses. Ce genre de vêtements sportifs lui convenait à merveille.

« Oui ! Ouiiii ! Cher client, êtes-vous sûr... ah ! » déclara Néné.

Un garçon aux cheveux d’argent se tenait à l’entrée du restaurant. En voyant sa silhouette, Néné était devenue pleine de vie et s’était précipitée vers lui.

« Jhin-nii-chan !? Wowwww, ça me rend si heureuse. Es-tu venu voir ta Néné ? » demanda-t-elle.

« Nous nous sommes vus il y a quelques jours, » déclara-t-il froidement.

« Eeeh? Alors es-tu venu ici en tant que client ? » demanda Néné. « Si c’est le cas, alors tu devais attendre une heure ou deux. Ainsi, le nombre de clients devrait s’amincir et ce sera moins encombré. Cela donnerait une sensation bien plus agréable à ses lieux. La spécialité du jour est, Hummm. »

« Malheureusement, j’ai déjà mangé, » répondit-il.

En réponse aux yeux tournés vers le haut de Néné, le jeune homme répondit d’un ton indifférent et sans émotion.

Jhin Syulargun.

Il s’agissait d’un jeune homme aux cheveux argentés. Il possédait une paire d’yeux gris tranchants et des traits bien masculins. Il portait des vêtements de combat gris tissés avec des fibres optiques et avait en bandoulière un étui à fusil avec un fusil de tireur d’élite à l’intérieur.

« Alors, pourquoi es-tu venu ici aujourd’hui ? » demanda Néné.

« Pour un message, » répondit-il.

« Hein !? » s’exclama Néné.

« Ce type a été acquitté. À l’heure actuelle, il est retourné au dortoir pour la première fois depuis un an et il s’occupe en urgence de préparatifs, » déclara Jhin.

Après avoir entendu les paroles de Jhin, Néné laissa son regard errer dans les airs pendant un moment, puis...

« ... AH ! » cria-t-elle.

Ses yeux commencèrent à étinceler alors qu’elle pensait à quelqu’un.

« Tu ne veux quand même pas dire que..., » commença Néné.

« Bien entendu que je parle d’Iska, » répondit-il.

« Est-ce que tu plaisantes ou quoi ? Hein, vraiment !? Tu n’es pas en train de mentir, pas vrai ? » demanda-t-elle.

Oubliant que sa voix résonnerait dans le restaurant, Néné laissa échapper un cri.

« Si tu as le temps d’être heureuse, alors prépare-toi également, » déclara-t-il.

« Je vois. Mais quand tu parles de préparatifs, tu veux dire qu’il fait ça pour la fête, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

Néné avait commencé à sauter de joie, mais le ton de Jhin était resté tout ce temps complètement bridé.

« Nous partirons à minuit et prendrons un véhicule de transport jusqu’à la ligne de front, » déclara-t-il.

« Hein ? Un véhicule de transport ? La ligne de front ? » demanda Néné.

« Nous sommes envoyés là-bas, » dit-il.

« Hein !? Attends une seconde, Jhin-nii-chan ! » déclara Néné. « Tu sais bien que Néné a son travail à temps partiel au cours de la soirée ! »

« Laisse tomber. C’est au-delà de tes rêves les plus fous de travailler dans un honorable travail, » répliqua-t-il.

Alors qu’il laissait échapper un soupir qui ressemblait à une lamentation, Jhin lui tourna le dos.

« Tant que durera cette guerre sans valeur entre l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, ce sera ainsi, » déclara-t-il.

***

La porte militaire de la Capitale Impériale.

Alors qu’un voile de ténèbres descendait sur la Capitale Impériale et finissait par faire mourir les activités en raison de cette encre noire, l’illumination en provenance des miradors brillait d’une manière éblouissante au niveau de la grande porte frontale. En regardant le ciel depuis le sol de cette zone, on pouvait voir scintiller au loin la faible lumière des étoiles.

« Froid, » murmura Iska.

Le vent froid de la nuit s’infiltrait au niveau de sa nuque.

« ... Cela s’appliquait également au soleil du matin, mais ça fait un an que je n’ai pas vu ce genre de ciel étoilé, Hmm, » tirant sur le col de son coupe-vent utilisé pour la bataille, Iska grommela ça avec un sourire légèrement amer. Il avait pensé qu’il ne verrait plus jamais le soleil du matin ni les étoiles. « Mais au moment où je sors de là, je me dirige déjà vers une bataille de vie ou de mort. Je pourrais même commencer à regretter le fait qu’il soit plus sûr de rester en prison pour le restant de ma vie... n’est-ce pas ? »

Iska avait alors soulevé le sac à dos qu’il transportait, puis le posa ensuite à l’arrière du véhicule de transport. Bien que le sac à dos laissa échapper un bruit sourd, les bagages d’Iska avaient été classés dans la catégorie des charges légères. Les seules armes qu’il apportait étaient les épées se trouvant à sa taille. À part cela, il y avait des fournitures médicales et du petit équipement de communication. Un tireur d’élite devrait ajouter de l’équipement pour maintenir son arme ainsi qu’une grande quantité de munitions, et un agent de renseignements devrait apporter de l’équipement de communication à grande échelle.

« Voyons, l’heure est..., » murmura-t-il.

« Il reste quatre minutes et trente secondes avant l’heure fixée pour la réunion, » déclara une voix d’homme.

Alors qu’Iska regardait par-dessus son épaule, il vit la silhouette d’un jeune homme aux cheveux argenté illuminé par un réverbère. Il s’agissait d’un tireur d’élite portant un fusil sur son épaule gauche.

« Hé, Jhin. Tu m’as permis d’économiser cet après-midi en contactant toi-même Néné et la capitaine Mismis, » déclara Iska.

« Je suis habitué à tes demandes si soudaines, » répondit Jhin. « Tout comme quand il y a un an, quand tu as provoqué de façon exagérée cet incident dans la prison des sorcières. »

« Heu... C-c’est pourquoi ce matin je me suis excusé pour ça, » répondit Iska.

« Ton résonnement est trop naïf, » déclara Jhin. « “Peu importe ce que vous faites, faites-le en ayant une certitude absolue. Si vous ne vous attendez pas à ce que ce soit absolument sûr, attendez le moment propice.” Tu n’agis pas ainsi alors même que le Maître te l’avais si souvent répété... »

Tout en lâchant un énorme soupir, Jhin souleva ses bagages pour les poser dans la voiture.

« La façon dont ces deux personnes ont été ébranlées quand tu as été arrêté était tout simplement hors du commun, » déclara Jhin.

« Parles-tu de Néné et du Capitaine Mismis ? » demanda Iska.

« Elles étaient également tout aussi heureuses d’entendre parler de ta libération, » déclara Jhin. « Eh bien ! Quand on parle du loup. »

Dans la direction que Jhin indiquait avec ses yeux, l’éclat des phares se rapprochait avec une vitesse terrifiante. Il s’agissait d’un buggy qui soulevait un dense nuage de sable et de poussière. Et puis les bruits d’un brusque freinage avaient résonné dans l’air de la nuit où de nombreux soldats auraient dû être profondément endormis.

« ISKA-NII, FÉLICITATION POUR TA LIBÉR... ... ... ... ! »

Juste au moment où le buggy s’arrêta, une jeune femme ayant une queue de cheval rouge attachée derrière et sauta hors de la voiture.

« FÉLICITATION... FÉLICITATION... FÉLICITATION... ... ! »

« Néné !? » Iska attrapa Néné alors qu’elle plongeait dans sa direction avant de s’accrocher à lui.

« Tu n’as pas à être si contente à propos de ça... Eh bien ! Je suis également désolé de t’avoir tant inquiétée, » déclara Iska.

« Non ! Ce n’est pas de ta faute, Iska-nii. Plus important encore, Dieu merci, » Néné renifla en levant les yeux vers lui avec des yeux larmoyants. « Comprends-tu à quel point Néné était inquiète pour son Iska-nii !? Je n’ai même pas pu avaler correctement de la nourriture pendant un mois. J’ai même perdu trois kilos, tu t’en rends compte ? »

« Et pourtant, en tant que réaction secondaire, tu as gagné cinq kilos en mangeant des viandes grillées, » déclara Jhin.

« Comment est ce que toi, Jhin-nii-chan, tu es au courant de ça !? » demanda Néné.

Alors que Jhin parlait d’un ton distrait, Néné tourna la tête par-dessus son épaule.

« ... Ah, on dirait que la Capitaine est là également. Hoooo, Capitaine ! Par ici ! Par ici ! » déclara Néné.

Néné agita la main en direction du quartier commercial. Bien qu’il soit déjà la nuit, les lumières éblouissantes de la ville servaient de toile de fond alors qu’une jeune femme portant l’uniforme impérial de combat descendait les rues et se dirigeait dans leur direction.

« T-Tout le monde... Haa... Haa... Désolée d’être arrivée si tard..., » déclara Mismis.

« ... Hmm ! Comme toujours, tu cours si lentement, » déclara Jhin avant de laisser échapper un soupir d’exaspération.

Son sac à dos était-il si lourd ou son endurance était tout simplement inexistante en elle ? Les pas de la jeune fille alors qu’elle courait étaient titubants au point où elle semblait pouvoir s’effondrer à tout moment.

« Jhin, la capitaine est comme toujours la même, n’est-ce pas !? » déclara Iska.

« Rien n’a changé chez elle. Dans le mauvais sens du terme, » répliqua Jhin.

*Bruit sourd.*

« Ah ! Elle est tombée, » Néné murmura à toute vitesse.

Sur un sol parfaitement uniforme, sans même le moindre caillou présent en ces lieux, elle s’écroula sur place. Mais même ainsi, elle se redressa... ou alors, c’était ce qu’ils pensaient qu’il allait arriver. Mais pour une raison inconnue, elle se mit simplement en boule là où elle se trouvait, se blottissant sur elle-même.

« ... *sniff*. Désolée... Pourquoi suis-je si maladroite, je me le demande moi-même ? Même mes subordonnés et mes supérieurs se mettent toujours en colère contre moi. Peut-être que je ne suis pas apte à être dans l’armée ? N’est-ce pas ? Monsieur Éclairage Public ? Est-ce que monsieur Éclairage Public le pense-t-il également ? »

Pour une raison inconnue, la fille parlait au réverbère se trouvant juste en face d’elle.

« ... Peut-être que je devrais quitter... » déclara Mismis.

« Ne nous quitttteeeeesss pas !? » s’exclama Iska.

Alors que la jeune fille avait fait avec résignation cette turbulente déclaration, Iska avait couru vers elle dans une course folle.

« Capitaine, tu ne pourras pas revenir en arrière après ça ! En fait, il est tout à fait normal de se décourager après être arrivé si loin ! » déclara Iska.

« Ha, c’est toi, Iska-kun, » déclara-t-elle.

En entendant l’appel d’Iska, l’expression de la petite fille s’illumina brusquement. Avec une plus petite taille que Néné, son sourire débordait d’un charme enfantin. Elle avait les cheveux bleu pâle attachés en une tresse avec une frange ondulée. Son teint était mignon et elle avait une belle petite bouche. Elle donnait vraiment l’impression d’être une très adorable enfant.

« Wôw, ça fait longtemps. N’as-tu pas un peu plus grandi ? » s’exclama Mismis.

« V-Vraiment ? » demanda Iska.

« Hmm. Moi, je bois du lait tous les jours pour que je puisse grandir, mais je suppose qu’à la fin une petite fille telle que moi ne peut pas gagner dans le département des tailles, n’est-ce pas ? » déclara Mismis.

« Qu’est-ce qui se passe avec la petite fille ? En dépit d’avoir depuis longtemps passé cet âge, » déclara Jhin.

« Qu-Qu’est-ce que tu dis, Jhin-kun !? » demanda Mismis.

Jhin coupa nonchalamment leur conversation en levant un sourcil vers la petite fille... Non, la femme.

La capitaine Mismis Klass... elle avait l’air encore plus jeune que Néné, qui était âgée de quinze ans, mais en réalité, elle était la plus âgée d’entre elles.

« Tu sais, j’ai déjà vingt-deux ans ~. Et justement l’autre jour, je suis même entrée dans le cinéma en payant le tarif enfant ! » déclara Mismis.

« ... Capitaine, dans ce cas, par honnêteté, ne devrais-tu pas payer le tarif adulte ? » demanda Iska.

« Haaa ! Mais ça m’a fait un petit peu plaisir de faire ça ainsi, » répondit Mismis.

Mismis essuya du bout de son doigt ses larmes qui s’étaient répandues.

« Iska-kun, comme toujours, tu es un enfant honnête et bon, » déclara Mismis. « Néné-chan est devenue encore plus mignonne et plus adorable. Et même la bouche fétide de Jhin-kun est en quelque sorte quelque chose de nostalgique, du moins, aujourd’hui. »

« Ho, attendez une sec..., » déclara Jhin.

« Après une année, ce jour est la réformation de l’Unité 907 de la 3e Division de Défense ! » déclara Mismis.

Ne réalisant pas que Jhin avait quelque chose qu’il voulait lui dire, la capitaine Mismis avait énergiquement levé son poing en l’air.

« Alors ? Alors ? J’ai entendu parler de l’ordre d’envoi en urgence, mais cette fois-ci, quel genre de mission est-ce ? » demanda Mismis.

« Il s’agit de la neutralisation d’une sorcière. N’est-ce pas tout ce que fait la 3e Division de Défense ? » déclara Jhin.

« Hein !? » Face à la réponse concise de Jhin, Mismis avait soudainement cessé de bouger.

« La cible est la descendante directe de la Grande Sorcière Nébulis, une “Pure Race”, » annonça Jhin. « Si je dis qu’il s’agit de la Sorcière de la Glace de la Calamité, alors la Capitaine devrait le comprendre. C’est le gros coup qui est apparu ici récemment. »

« La Sorcière de la Glace de la Calamité !? » s’exclama Mismis.

Mais à la place de lâcher un cri, son visage devint blanc comme une feuille et elle commença à trembler alors que ses dents claquaient.

« I-I-I-I-Iska-kun, est-ce la vérité !? » demanda-t-elle.

« Tout à fait. Il semble que la raison pour laquelle j’ai été libéré soit afin de capturer cette Mage des Étoiles, » déclara Iska.

« ... Achaa... » La jeune capitaine avait été laissée quasi inconsciente par cette révélation. « Iska-kun, ça, est-ce un coup monté effectué par les Huit Grands-Apôtres... ? »

Avec une expression extrêmement tendue, Mismis avait continué à parler. « En premier lieu, la Sorcière de la Glace de la Calamité est une Mage des Étoiles qui est apparue après que tu as été emprisonnée, donc il est évident que tu ne sais rien à son sujet. »

Elle prit quelques secondes avant de poursuivre. « Je pense que la première fois qu’elle est apparue devait être sur la ligne de front au nord d’Yubel. Elle a franchi cette ligne de front avec sa seule adresse et est revenue sans aucune blessure. Il y a trois mois, quand elle est apparue dans les plaines de Vuiril, les Saints Apôtres ont été dépêchés là-bas. Mais malgré cela, ils n’ont pas pu la capturer. Il n’y a toujours pas beaucoup d’informations la concernant, mais les rumeurs disent que même à travers toute l’histoire, elle est la plus forte des Mages des Étoiles qu’il ait existé. N’est-ce pas ça Jhin-kun ? »

« Mais à l’inverse, ils ne connaissent pas non plus le soldat connu sous le nom d’Iska, » annonça simplement Jhin. Il se leva et corrigea la sangle qui retenait son étui de fusil sur son épaule. « Que ce soit une bonne ou une mauvaise fortune, mais peu d’informations à ton sujet ont été transmises à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Après t’être élevé parmi les Saints-Apôtres, tu n’as jamais été présent sur le champ de bataille. Et tu as été rétrogradé à un soldat de grade inférieur juste après cela. De leur point de vue, ils te voient comme un simple soldat. Ainsi, au moment où ils sortiront de leur cachette afin de regarder, ils finiront par être attaqués avec une force du niveau des Saints-Apôtres. En d’autres termes... »

« On peut les prendre au dépourvu ? » demanda Mismis.

« C’est probablement ce que les Huit Grands Apôtres ont prédit, » déclara Jhin. « Cela dit, puisqu’ils doivent dépendre de toi après t’avoir emprisonné, cela veut dire que même les grands dirigeants sont probablement très sérieusement désemparés quant à ce qu’il faut faire face à ça. »

« Hmm. Sorcière de la Glace de la Calamité..., » murmura Iska

Tout en ayant un vent violent qui poussait dans son dos, Iska entra à l’arrière du véhicule de transport.

« Iska-nii, on part déjà ? » demanda Néné.

Celle qui était assise avec un grand enthousiasme dans le siège du conducteur était bien entendu Néné. Elle avait une main serrant fermement les commandes et son autre main saisissait déjà le dispositif de communication.

« Ceci est un message de l’Unité 907 de la 3e Division. Nous allons partir ! Viens ici, Capitaine Mismis. Viens ! Par ici ! » cria Néné.

« Wwoowww. Attends une minute Néné-chan ! » cria Mismis. Le capitaine de l’équipe avait alors sauté en pleine panique dans le véhicule de transport qui avait soudainement pris vie.

« I-Iska-kun acceptes-tu vraiment cette mission... ? » demanda Mismis.

« Bien sûr. Car après tout pour moi, c’est la seule possibilité que j’ai..., » répondit Iska.

Franchissant la sortie du territoire Impérial tout en ayant une monstrueuse vitesse, la voiture blindée descendit le long de la route sablonneuse. En regardant les lumières tamisées de la Capitale Impériale à travers les fenêtres en verre à deux couches, Iska fit un léger, mais résolu signe de tête.

« ... Iska-kun, est-ce que tu pourrais retourner en prison si tu échouais dans cette mission ? » demanda faiblement Mismis.

« Je fais en sorte de ne pas penser à ça, » répondit Iska.

Iska retourna un sourire doux-amer à la question murmuré par Mismis.

« Pour mettre un terme à cette guerre sans valeur... Il y a un an et même encore maintenant, c’est tout ce à quoi je dois réfléchir, » annonça Iska.

***

Partie 4

Il y a environ cent ans.

Dans le domaine fortifié de « l’Empire des Cieux »...

Le grand pays communément appelé l’« Empire » avait saisi l’hégémonie du monde. L’Empire avait prospéré aux côtés d’une civilisation mécanique avancée, mais un jour, ils avaient abordé le « Secret des Étoiles ». Une équipe d’étude géologique avait découvert cela dans les profondeurs de la terre.

─ L’énergie non analysable qui était émise par les profondeurs des étoiles, l’« Esprit des Étoiles ».

Même maintenant, on ne savait pas pourquoi une telle chose sommeillait dans les étoiles. La seule chose qui était certaine, c’était que les humains avaient certaines dispositions qui leur permettaient d’être possédés par l’Esprit des Étoiles. Au début, il s’agissait de l’équipe géologique qui avait été submergée par cet Esprit des Étoiles. Et après cela, ce fut le tour des chercheurs qui l’étudièrent. Les personnes qui avaient cette disposition à recevoir l’Esprit des Étoiles avaient une marque de naissance non identifiable formée sur une partie de leur corps. Et avec ce simple fait, elles avaient dès lors acquis des pouvoirs semblables à la magie qui serait tout droit sortie d’un livre d’histoire fantastique. Une tache de naissance sinistre et des pouvoirs paranormaux.

« ... Des Monstres. »

Les femmes qui avaient été touchées par l’Esprit des Étoiles étaient appelées des « sorcières », les hommes étaient des « sorciers ».

La population de l’Empire craignait un tel pouvoir écrasant, et il ne fallut pas longtemps avant qu’ils commencent à persécuter ceux qui avaient été touchés par l’Esprit des Étoiles.

Un étendard de révolte se leva contre l’Empire.

La jeune femme qui avait été dotée de l’Esprit des Étoiles le plus puissant jusqu’à ce jour... la Grande Sorcière Nébulis transforma alors l’Empire en une mer de flammes. Après ça, elle décida de fonder une nation où ceux qui avaient été touchés par l’Esprit des Étoiles pouvaient y vivre en paix, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

Déclarant que l’Esprit des Étoiles fournirait de nouvelles possibilités pour l’humanité, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis devint obsédée par une vengeance implacable liée aux persécutions subies par leurs ancêtres. La guerre entre les deux puissances majeures du monde n’avait montré aucun signe d’apaisement et cela même cent ans plus tard.

« ... Mademoiselle Alice. »

Alors que sa suivante lui touchait modérément l’épaule, la jeune femme aux cheveux blonds revint soudainement à ses sens.

« Est-ce que vous allez bien ? Vous sentez-vous mal ? » demanda-t-elle.

« Non, désolée. Je pensais juste à quelque chose, » répondit Alice.

Replaçant ses cheveux envoyés sur le côté par de violentes bourrasques, la jeune fille tourna la tête vers sa suivante.

Aliceliese Lou Nébulis IX─

Elle était une belle fille portant des vêtements royaux. Ses cheveux blonds brillaient au soleil comme des fils de soie, et ses yeux rubis paraissaient élégants et emplis de vigueurs. Ses membres étaient d’un blanc transparent comme de la porcelaine, et ses traits faciaux, le teint clair de ses lèvres et le rougissement de ses joues, tout cela rayonnait d’une sensualité emplie d’élégance.

« Merci, Rin. Ce n’est pas bon si je ne me concentre pas correctement, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

« Non, ce n’est pas ça. Je suis sûre qu’il s’agit de quelque chose d’utile sur quoi vous réfléchissez, Mademoiselle Alice. Donc il n’y a pas de problèmes, » répondit Rin.

Celle qui répondait avec un sourire aigre-doux était une jeune femme avec des cheveux bruns brillants séparés et attachés à gauche et à droite... Rin.

Rin Vispose.

Elle était une fille qui appartenait à la famille qui servait de préposés à la famille impériale de Nébulis. Elle était l’aide rapprochée de la Princesse de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, Alice, et la seule personne avec qui elle pouvait parler d’aussi proche.

« Combien de temps faudra-t-il avant d’y arriver ? » demanda Alice.

« Nous avons franchi la frontière. Il ne reste plus qu’à se diriger un peu plus à l’intérieur. Cela ne devrait pas prendre plus d’une demi-heure, » répondit Rin.

Leur altitude actuelle était d’à peu près deux mille mètres. Alice et Rin étaient au sommet d’un énorme et étrange oiseau. Chaque fois que l’étrange oiseau battait des ailes, un coup de vent soufflait et faisait vibrer les cheveux et les vêtements royaux d’Alice.

« Nous ne savons pas quand les tireurs d’élite de l’Empire nous prendront pour cible. Soyez prudente, » déclara Rin.

« Ils nous visent déjà, » répondit Alice.

Contrairement à sa déclaration remplie de sang-froid, Alice mordit silencieusement ses lèvres.

« Je suis déjà habituée... être visé avec des fusils, et être maudit comme étant la “Sorcière de la Glace de la Calamité”, » déclara Alice.

La Grande Sorcière Nébulis avait fondé la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Alice était la deuxième fille de l’actuelle reine et était celle qui avait le plein droit d’hériter de la couronne. En même temps, elle avait été exaltée comme étant la carte maîtresse de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis dès l’âge de dix-sept ans. Dans l’Empire, ils utilisaient des mots désobligeants comme sorcière et sorcier, mais après que les ancêtres d’Alice eurent proclamé leur indépendance vis-à-vis de l’Empire, ils s’étaient donné le nom de Mage des Étoiles.

« Rin, ma cible est-elle la même que d’habitude ? » demanda Alice.

« Oui. Il s’agit de la destruction de la base de l’Empire qui a été établie en première ligne, » Rin parla alors que ses cheveux liés à gauche et à droite battaient vigoureusement à chacune de ses paroles. « Nous avons reçu des informations de nos camarades combattant sur la ligne de front vis-à-vis du fait que l’Empire est en train de construire un nouveau modèle de Réacteur de Puissance d’Armement. S’ils le complètent, ils seraient en mesure de livrer unilatéralement des armes de moyenne portée à cette base, et nous n’aurions pas d’autre choix que de battre en retraite. »

« C’est simple pour nous de le détruire avant qu’ils finissent de le construire, mais... serait-il mauvais pour nous de garder cet élan et de pousser un peu plus loin dans le territoire impérial ? Et cela même si cela serait facile pour moi et toi, » demanda Alice.

Il s’agissait d’une source de mécontentement pour Alice. Ayant été touchée par un Esprit des Étoiles particulièrement puissant parmi tous les Mages des Étoiles, elle avait assez de puissance pour influencer à elle seule la situation de cette guerre. Et pourtant, sa mère, la Reine, lui avait seulement ordonné de détruire la base, puis de revenir immédiatement après sa destruction.

« Pourquoi ma mère n’approuvera-t-elle pas que je charge plus en avant ? » demanda Alice. « Et cela même s’il y a un autre Mage des Étoiles avec moi... »

« Sa Majesté la Reine est sûrement extrêmement inquiète à propos de vous, » Rin avait mis sa main à sa bouche et avait soudainement commencé à rire. « Après tout, Mademoiselle Alice est la candidate pour être la future Reine. En vérité, plutôt que de charger dans le camp ennemi, vous devriez étudier comment être une bonne dirigeante. Ne dit-elle pas toujours qu’au lieu d’aller entre les batailles dans les pièces de théâtre et dans les concerts, qu’elle voudrait que vous étudiiez autant que possible dans le château ? »

« Tu vas devoir m’excuser devant un tel ennui. Je pourrais tout à fait étudier comment être une bonne dirigeante après que le monde soit en paix, » répliqua Alice.

« C’est vrai, je pense que vous marquez un point, » répondit Rin.

« Vraiment ? » demanda Alice.

Alice rendit un sourire à Rin alors qu’elle hochait la tête. Cependant, elle fit immédiatement disparaître ce sourire, et Alice se fit discrètement une déclaration avec une ferme résolution. « La première chose à faire est de renverser l’Empire. Je renverserai ce pays et créerai un monde où personne ne sera plus persécuté. »

La terre rouge s’étendait partout sur les plaines. Au-delà de ça apparut une forêt massive qui avait semblé ensevelir tout l’horizon.

***

Partie 5

Les bois de Nelka.

Ils étaient présents sur la ligne de démarcation entre l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. L’une de ses caractéristiques principales était que les arbres de Nelka avaient atteint une hauteur d’environ trente mètres. Il était dit partout qu’environ quinze pour cent des forêts dans le monde avaient été détruites par le feu à cause de ses cent années de guerre, mais il s’agissait de l’une des rares bandes de forêts qui n’avaient pas été détruites du tout par les ravages de la guerre.

« ... Fuwaa ! Ceux-là sont vraiment d’immenses arbres, » en regardant les arbres de Nelka qui semblaient s’étendre et se jeter dans les cieux, Mismis parla d’une manière qui montrait qu’elle était distraite. « C’est la première fois que je vois des arbres si énormes. »

« Capitaine Mismis, tu as déjà dû aller à cette base avec moi. Pour une autre mission, » déclara Iska.

« Hein !? Es-tu sûr ? » demanda Mismis.

Alors que la femme au visage d’enfant aux cheveux bleus inclinait la tête sur le côté, en face d’elle, Iska inclina également sa propre tête sur le côté.

« Me dis-tu que tu as déjà oublié ? Même si à l’époque nous avons traversé tant de problèmes avec cette mission, » déclara Iska.

« Hein !? Hahaha... Il n’y a aucune chance que cela arrive, » déclara Mismis. « Je me souviens au moins des endroits où je suis allée pour des missions. Haaa, comme ces plaines de Schwartz sont nostalgiques. »

« Le nom est faux !? Et comment cette forêt devient-elle une plaine ? » demanda Iska.

« C’est juste une blague ! Évidemment que je m’en souviens parfaitement ! » répondit Mismis.

« ... Je suis super inquiet, » répliqua Iska.

« C’est correct. C’est correct. Il suffit de me laisser m’en charger, » la bouche du capitaine était tendue alors qu’elle disait ça. « Au fait, Iska-kun, je suis actuellement curieuse à propos de cette chose. »

Au-delà de son regard tendu, un four mécanique produisait des sons perçants.

Un Réacteur de Puissance d’Armement.

En raison de sa coque extérieure, il ressemblait à un énorme incinérateur. Il s’agissait de la source d’énergie qui alimentait une grande partie des armes lourdes fabriquées par les forces de l’Empire. Elle permettait également d’alimenter les armes de destruction spécialement conçues et fabriquées par le laboratoire de la Capitale Impériale.

« Est-ce un nouveau modèle ? » demanda-t-elle.

« Je le pense. La dernière fois que nous sommes venus ici, il n’y avait rien de tel, » répondit Iska.

Debout à côté de Mismis, Iska leva les yeux et regarda le Réacteur de Puissance.

La base stratégique de Nelka.

Il s’agissait d’une base qui avait été construite en plein milieu de cette mer d’arbres. Elle était située à seulement trois kilomètres de la ligne de front où était stationnée l’unité des Mages des Étoiles de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, mais grâce aux grands arbres qui l’entouraient, l’Empire avait pu cacher l’existence de la base.

« Je me demande bien pourquoi c’est ainsi. Même s’il y a un si grand réacteur présent ici, la quantité de troupes stationnées ici est assez faible, n’est-ce pas ? » demanda Mismis.

Le Réacteur de Puissance avait maintenant continué à émettre de la vapeur. Autour de lui se trouvaient des tentes ainsi qu’une base avancée de communication. Vis-à-vis des bataillons qu’on pouvait voir courir à toute allure dans la zone, comme l’avait dit Mismis, il n’y avait pas assez de personnes pour protéger efficacement une base stratégique.

« Aah, c’est probablement..., » alors qu’Iska était sur le point de parler...

« Je suis de retouuuuuurrrr ! » Entre les grands arbres, une fille aux cheveux roux attachés était soudainement apparue.

« Attttt... ! C’était bien trop brusque... Néné-chan, ne me surprends pas comme ça, » déclara Mismis.

« J’ai fini de transférer le véhicule de transport, » répondit Néné. « En outre, j’ai réussi à trouver le commandant de cette base qui se trouve dans cette tente là-bas. Je suis allée le saluer et discuter un peu avec lui, mais il semblerait que ce réacteur soit encore incomplet. »

Néné pointa du doigt le côté du Réacteur de Puissance.

« Eh bien ! Il est encore dans sa phase expérimentale, et donc le son qu’il produit est bien plus important que la normale, » continua Néné. « En fait, il était censé avoir été terminé, mais comme ces derniers temps beaucoup d’attaques de Mage des Étoiles ont eu lieu, le personnel a été dédié à la défense de la ligne de front à la place d’être affecté à l’achèvement du Réacteur de Puissance. On dirait que c’est la raison pour laquelle il n’y a pas beaucoup de personnes dans la base elle-même. »

Derrière ses yeux innocents se reflétait l’éclat d’une intellectuelle. Néné était une ingénieur de première classe vraiment hors pair. Alors qu’elle était assignée à l’académie militaire, en raison de son esprit curieux qui ne connaissait pas de fin, elle avait publié thèse après thèse. Elle avait même été repérée par le Département de Développement de la Suprématie de l’Armement de la Capitale Impériale.

Si ce n’était pas à la suite de la demande de l’inclure dans l’unité avec Iska et Jhin, Néné travaillerait probablement à plein temps en tant qu’inventrice dans la Capitale Impériale.

« Je pensais que c’était étrange depuis le début. La force motrice de ce Réacteur de Puissance vibre bien trop. Le son de la force motrice est également discordant, » expliqua Néné.

« Hehe, comme attendu de ta part, Néné-chan, » répliqua Mismis.

« De plus, la vapeur qui s’en échappe est décolorée et elle pue. Même si le dispositif de pression fonctionne, l’anneau de contrôle est également fixé à sa limite supérieure, » expliqua Néné. « Il est également inhabituel que le numéro trois et le numéro sept des sept lampes témoins s’allument en même temps. Et pour couronner le tout... »

« ... N-Néné-chan, c’est assez, n’est-ce pas ? » Voyant que Néné ne savait pas comment s’arrêter, Mismis avait essayé de la réprimer.

Et à leurs côtés... « ... »

« Iska-nii, qu’est-ce qui ne va pas ? À me regarder de cette manière. » Voyant le comportement étrange d’Iska, Néné l’interrogea, et Iska désigna avec ses yeux le Réacteur de Puissance qui se trouvait devant lui.

« Quand cela sera terminé, je pensais juste que beaucoup de Mages des Étoiles vont encore être blessés à cause de ça..., » déclara-t-il.

Du point de vue d’une personne normale, le pouvoir de l’Esprit des Étoiles était semblable à la magie. Sa nature et les capacités qui en découlaient étaient extrêmement variées, mais avec un puissant Esprit des Étoiles, il n’était pas inhabituel que les armes légères utilisées par une unité impériale soient complètement inutiles. Iska savait qu’il s’agissait d’une arme pour pouvoir rivaliser avec de tels mages, mais...

« C’est un cercle vicieux, » le seul à le dire, était celui qui portait un fusil de tireur d’élite sur son épaule, Jhin. « L’Empire crée des Réacteurs de Puissance. La Théocratie de la Maison Impériale se charge de les détruire. Ce côté est donc vaincu. En représailles, ils développent des armes plus puissantes ainsi que des Réacteurs de Puissance plus performants. Les Mages des Étoiles sont ainsi vaincus. Le monde est constitué de ce cycle qui s’est répété au cours de ses cent dernières années... Cependant, c’est juste une opinion de seconde main en provenance du Maître. »

Puis il laissa échapper un gros soupir. « Peu importe ce qui a déclenché cette guerre, la seule raison pour laquelle cette guerre a traîné si longtemps en longueur est à cause de disputes sentimentales. Après avoir duré depuis si longtemps, personne ne pourra l’arrêter en utilisant simplement la raison. Même si quelqu’un prenait le rôle d’être l’offensé, il n’y a pas d’autre moyen que de faire rompre le cycle par la force. »

« Rompre, hein..., » répéta Néné.

« Il s’agit juste d’une méthode pour atteindre la paix qu’une certaine personne a imaginé. Que cela puisse ou non être fait est une question différente, » déclara Jhin.

Passant devant Néné, Jhin s’arrêta brusquement devant Iska.

« Ceci n’a pas vraiment besoin d’être dit après tout ce temps, mais la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis est un pays gouverné par les descendants de la Grande Sorcière Nébulis, » déclara Jhin. « Selon la théorie, la raison est que chaque membre de la lignée royale porte un Esprit des Étoiles extrêmement puissant en eux. »

Ceux considérés comme étant au sommet des Mages d’Étoiles étaient les descendants directs de la Grande Sorcière Nébulis. Il y avait beaucoup de descendants de Nébulis qui ne pouvaient même pas être comparés aux autres Mages des Étoiles. C’était pourquoi la Diète Impériale les avait étiquetés comme étant une « Pure Race » et qu’elle était particulièrement vigilante vis-à-vis de leurs existences.

« Et nous devons capturer l’une de ces Pures Races. Normalement, tu ne penserais même pas à faire ça, n’est-ce pas Capitaine ? » demanda Jhin.

« Hmm... C’est vraiment difficile, Hmm... Car après tout, c’est probablement plus difficile que de capturer dix autres Mages des Étoiles, » répondit Mismis.

« Plutôt que dix, c’est plus difficile que d’en capturer mille, » après que la capitaine ait timidement répondu à la question, le tireur d’élite avait rapidement secoué sa tête sur le côté tout en répondant ça. « Depuis les cent ans que dure cette guerre, il n’y a pas un seul rapport décrivant un être de Pure Race qui aurait été capturé. Il a déjà fallu une montagne d’efforts pour que les Saints-Apôtres puissent juste les repousser. Cela montre juste à quel point la lignée de Nébulis est à une échelle de force totalement différente du commun des mortels. »

« C’est exactement pourquoi..., » après l’explication de Jhin, Iska hocha rapidement la tête. « Si une Pure Race venait à être capturée, je pense que la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis serait obligée de respecter des pourparlers de paix. »

« J’ai déjà entendu ça mille fois, » la réponse qui sortit de son ami pendant dix ans, était un soupir mêlé d’exaspération. « À l’heure actuelle, l’Empire et la Nébulis ne pensent même pas à des pourparlers de paix. Dans ce cas, capturer une personne importante de l’autre côté et l’utiliser afin d’imposer des pourparlers de paix est uniquement l’idée d’Iska. »

« ... Mais Jhin-kun ? » La capitaine avait parlé d’un ton quelque peu anxieux. « Si une Pure Race est capturée, alors l’Empire sera probablement dans une position avantageuse. Je ne pense pas que les Huit Grands-Apôtres présenteraient une offre de négociation aussi généreuse. Plutôt que des pourparlers de paix égaux, il ne serait pas étrange s’ils menaçaient d’exécuter l’otage à moins qu’ils aient accepté une reddition inconditionnelle ? »

« C’est pourquoi Iska doit capturer la Pure Race de ses propres mains, » répondit Jhin.

C’était une condition indispensable pour que les deux pays puissent négocier des pourparlers de paix sur un terrain aussi équitable que possible. Si les Huit Grands-Apôtres suggéraient une telle chose, Iska relâcherait la Pure Race qu’il avait capturée.

« Après tout, il y a un an, il y a déjà un précédent avec cette affaire où il a fait évader une sorcière, » répondit Jhin. « Si Iska menace de relâcher une sorcière, ils ne peuvent pas le prendre comme une plaisanterie. Au contraire, combien de fois t’ai-je fait cette explication, capitaine ? »

« A-ahaha... Désolée, je suis mauvaise quand il s’agit de me souvenir de ce genre de choses, » face au regard tranchant de Jhin qui avait croisé les bras, la Capitaine Mismis essaya de régler la situation en riant.

« En tant que capitaine de l’escouade, je n’ai aucune objection quant à notre objectif de capturer une Mage des Étoiles de Pure Race... Cependant, je trouve quand même qu’une Pure Race est un peu effrayante, » répondit Mismis.

« Après tout, une fois qu’Iska-nii décide quelque chose, il est terriblement têtu concernant ça, » Néné s’accrocha alors fermement au dos d’Iska alors qu’elle déclara ça. « Mais ça va bien se passer. Car après tout, Néné va bien protéger son Iska-nii ! Et quand Iska-nii aura des ennuis, Néné le soutiendra correctement depuis l’arrière. »

« Franchement, Néné, viens par ici. Et laisse tes activités nuptiales avec Iska pour après notre retour à la Capitale Impériale, » déclara Jhin.

« Outch ! Attends un petit peu... Haa... Jhin-nii-chan ! » cria Néné.

Jhin avait alors attrapé le bout de la queue de cheval de Néné et avait tout simplement commencé à marcher.

« Tu vas arracher ma queue de cheval..., » cria Néné.

« Ça ne va pas déchirer. Les cheveux humains sont plus robustes que les fils de cuivre de la même largeur, » expliqua Jhin.

« Je n’ai jamais entendu parler d’un fait aussi inutile que celui-là ! » cria Néné.

***

Partie 6

Tout en attrapant le haut de sa tête, Néné commença à marcher à contrecœur. Le capitaine Mismis les avait ensuite appelés afin de les arrêter.

« Jhin-kun, attends une minute ! » déclara Mismis. « Nous n’avons toujours pas pris contact avec les troupes de la ligne de front. Si nous faisons des mouvements sans leur dire, ils vont se fâcher contre nous. »

« Je l’ai déjà fait. Alors qu’une certaine personne admirait simplement le Réacteur de Puissance d’Armement, » déclara Jhin.

« Si rapidement ? » demanda Mismis.

« Il n’y a pas eu de combats entre hier et aujourd’hui, » répondit Jhin. « Les équipes de tireurs d’élite ont repéré à plusieurs reprises des éclaireurs d’Unité des Esprits des Étoiles, mais d’après ce qu’ils disent, il ne semblerait pas y avoir de personne ressemblant à la Sorcière de la Glace de la Calamité. »

« ... Est-ce qu’elle va vraiment venir ici ? » demanda Mismis.

« Il y a la possibilité que dans peu de temps, elle effectue une attaque-surprise ciblant le Réacteur de Puissance, » répondit Jhin.

Jhin marcha un peu plus loin dans la mer d’arbres. Dans la direction où il marchait se trouvait une voiture militaire cachée dans les fourrés.

Il se tourna ensuite vers les autres membres et déclara. « Les troupes de première ligne ont dit : “Nous accueillons avec joie des renforts. Nous aimerions vous demander de nous rejoindre tout de suite.” Cela montre à quel point ils sont sur leur garde quant à l’apparition de la Sorcière de la Glace de la Calamité. Iska, tu as dit qu’elle était une Pure Race, n’est-ce pas ? »

« Je ne pense pas que ce soit une erreur, » répondit Iska. « Les Huit Grands-Apôtres m’ont affirmé ce fait. »

{Nous allons simplement vous faire faire ce que vous devez pour votre propre bien.}

{En d’autres termes, abattre une sorcière.}

{Ce n’est pas n’importe quelle sorcière. Il s’agit d’une descendante directe de la Grande Sorcière Nébulis, une « Pure Race ».}

« Je sais que cela sera extrêmement difficile à réaliser, » déclara Iska. « Mais si nous capturons la Sorcière de la Glace de la Calamité, cela devrait être suffisant pour pouvoir entamer des pourparlers de paix. »

« C’est comme ça. Néné, prépare la voiture. Nous sommes en liaison avec la ligne de front, » ordonna Jhin.

« Allons-y ! » déclara Néné.

Après avoir entendu les cris de Jhin, la fille assise sur le siège du conducteur avait saisi le levier de vitesses. En même temps, les pneus commencèrent à tourner à une vitesse infernale. La voiture à toit ouvert qui les transportait tous les quatre se précipita à travers le sentier de la forêt bondée d’arbres à une vitesse terrifiante.

« Kyaaun!? » Laissant échapper un cri ressemblant à celui d’un chien, le capitaine Mismis avait habilement dégringolé dans le siège du passager. « Néné-chan Néné-chan !? Conduits d’une manière plus sûre ! »

« C’est correct~, c’est correct~. Néné peut conduire comme ça avec les yeux fermés, » déclara Néné.

« Je t’en supplie. Gardes tes yeux ouverts... ! » cria Mismis.

En plus d’avoir une visibilité qui était faible en raison du passage entre les énormes arbres et les fourrés de la forêt de Nelka, les racines des arbres sortant hors du sol avaient rendu tout cela extrêmement inégal. On ne pouvait nullement blâmer le fait que Mismis paniquait après avoir constaté que la voiture était conduite d’une manière imprudente sur un tel chemin sans pavages ou champ de vision correct.

« Hehe, après tout, cela fait longtemps que je n’ai pas été aussi tendue... Peut-elle vraiment la garder sous contrôle ? » demanda Iska.

« On ne peut pas s’empêcher d’être rempli par de l’inquiétude, » depuis la banquette arrière, Jhin avait rapidement parlé. Et tout en regardant intensément dans les profondeurs de la mer des arbres...

« À cause de son emprisonnement, le corps d’Iska s’est émoussé. J’ai également été absent de l’équipe, et Néné était également à moitié en retraite, car elle a recueilli des fonds en faisant des emplois à temps partiel. Ainsi, nos sens du combat se sont émoussés. Avec un tel état de convalescence tout à fait naturel, peut-on vraiment se battre contre la Sorcière de la Glace de la Calamité... ? »

« ... Hm, » dit Mismis.

« Je compte sur toi. Car après tout, c’est exactement à ces moments que la capitaine peut afficher ses compétences, » Iska fit un fiable signe de tête vers l’officier féminin se trouvant sur le siège avant. « Jhin, Néné et moi-même n’avons pas l’habitude d’agir avec des escouades strictes, mais la Capitaine Mismis est différente, » déclara Iska. « Après tout, je crois en sa capacité d’avoir un bon jugement pour l’équipe tout en maintenant l’ordre. »

« C’est comme ça. Eh bien ! » déclara Jhin. « Attendons et voyons bien ce qui arrivera. Laisse-nous la bataille contre les Mages des Étoiles. Et tu auras juste besoin de nous donner des ordres depuis l’arrière. »

« Jhin-kun ! Iska-kun ! » Le capitaine essuya ses larmes tout en reniflant. « Je suis tellement heureuse. Vous deux êtes devenus de véritables adultes... Surtout toi, Jhin-kun, en une seule année, tu es devenu un enfant si gentil ! »

« Je ne fais que m’inquiéter du fait que la Capitaine s’enflamme et tire au hasard avec une arme à feu. Il est préférable que la capitaine donne des ordres depuis derrière plutôt que de prendre le risque de se faire tuer par quelqu’un qui est censé être un allié. »

« Mais Heuuu... ! » cria Mismis.

Le capitaine Mismis attaqua Jhin depuis le siège du passager. Regardant leur petit échange de côté, Néné se tourna vers eux depuis le siège du conducteur comme si elle appréciait cette scène.

« Jhin-nii-chan, même si tu dis ça, quand l’escouade a été démantelée et que la capitaine se sentait déprimée, Jhin-nii-chan n’est-il pas venu vers Néné et ne lui avez vous pas dit : “Sors avec cette idiote afin de faire un barbecue et essaye de lui remonter le moral ?” » déclara Néné.

Jhin voulait probablement lui dire de regarder devant elle pendant qu’elle conduisait, mais bien qu’il eut voulu dire ça, Jhin retint ses mots. Et alors...

« Sautez ! » crièrent Iska et Jhin en même temps.

Iska et Jhin qui étaient assis sur le siège arrière s’étaient levés alors qu’ils criaient ça.

« Hein !? Hein !? » s’exclama Mismis.

« Capitaine, tiens-toi bien, » déclara Néné.

Néné s’éloigna du siège du conducteur en s’accrochant fermement à Mismis. Jhin avait quitté la voiture depuis le siège du côté droit tout en portant son fusil de tireur d’élite. Et après avoir vérifié qu’ils avaient tous quitté le véhicule, Iska avait également sauté du siège du côté gauche. Immédiatement après cela, la robuste voiture militaire avait été avalée dans des flammes d’un rouge vif.

« Est-ce un membre de l’Unité des Esprits des Étoiles de Nébulis ? » demanda Mismis.

Se tordant et filant dans les airs, Iska tomba à genoux sur le sol tout en tirant les deux épées accrochées à l’arrière de sa ceinture. À la suite de cela, Néné et Mismis avaient finalement atterri à l’arrière de lui.

« Impossible !? Nous sommes encore dans un territoire Impérial, » déclara Néné.

« Le périmètre de défense de la première ligne a été violé. Il y a probablement un puissant Mage des Étoiles présent... Néné, » déclara Iska.

« Iska-nii, les communications sont en hausses ! » déclara Néné.

Néné pressa un appareil de communication de la taille de sa paume contre son oreille.

« Il y a une demande de renfort de toutes les forces vers l’équipe de communication du camp militaire de Nelka ! » déclara Néné.

« ... Nous sommes à court de temps, hein ! L’attaque-surprise est une chose, mais si nous ne rétablissons pas la ligne de front, alors une grande force armée composée de Mages des Étoiles se précipitera avec vigueur jusqu’ici, » déclara Iska.

Après Jhin eut atterri, il avait libéré le dispositif de sécurité se trouvant sur le fusil accroché à son épaule, et les fourrés derrière lui s’étaient mis à bouger avec force.

« Jhin, couche-toi ! » cria Iska.

Et en même temps qu’il cria ça, un énorme mur de flammes était venu de l’arrière de Jhin. Et en un instant, Iska utilisa son épée noire afin de diviser en deux le mur cramoisi...

« ... Il a coupé les flammes de l’Esprit des Étoiles !? »

Deux Mages des Étoiles avaient alors sauté hors des fourrés.

***

Partie 7

Des membres de l’Unité des Esprits des Étoiles

Ils portaient des tenues d’argent qui utilisait des fibres métalliques tissées. Pendant une courte période de temps, il s’agissait de vêtements qui pouvaient résister à une rafale de mitraillette. Les joints entre les parties blindées, où un fusil aurait pu percer, ne faisaient même pas un centimètre de large. S’il ratait les joints, même le fusil de tireur d’élite de Jhin n’aurait pas beaucoup d’effet.

« D-Deux, Deux Mages des Étoiles ! Tout le monde, faites attention ! » cria Mismis.

« Je peux dire juste en les regardant qu’il y en a que deux. Plutôt que de nous prévenir, inquiète-toi pour toi-même. Et aussi, ne donne pas des ordres à haute voix, tu révéleras en un instant qui est la capitaine ici. Et aussi..., » déclara Jhin.

« Tu sais, je n’ai nullement besoin d’une telle vague de plaisanteries !? » cria Mismis.

« Alors, reste tranquille et recule rapidement, » déclara Jhin.

Jhin jeta un coup d’œil oblique sur Mismis qui était à moitié au bord des larmes, tout en pointant son fusil vers les deux Mages des Étoiles devant lui qui n’étaient même pas à dix mètres de lui. Au lieu de continuer à réprimander Mismis, Jhin avait saisi sans hésitation la poignée de son fusil. Un coup de feu éclata à courte portée. Mais malgré cela, les deux Mages des Étoiles n’avaient même pas fait le moindre mouvement.

... La balle fut suspendue en plein air.

S’arrêtant en l’air comme si le temps lui-même s’était arrêté. Puis, quelques secondes plus tard, la balle qui avait épuisé toute son énergie cinétique qui lui avait été accordée au départ tomba doucement sur le sol.

« Comme je le pensais. Après tout, ils faisaient des expressions emplies de calme alors qu’ils avaient un fusil pointé sur eux, » Jhin grimaça face à l’homme qui n’avait pas bougé d’un pouce.

« Alors vous êtes le bouclier de votre ami, n’est-ce pas ? » demanda Jhin. « Une sous-espèce de l’Esprit des Étoiles du vent, n’est-ce pas ? La balle qui était suspendue en l’air était légèrement émoussée. Il s’agit du même phénomène que lorsqu’une balle est repoussée par un mur d’air comprimé. Et aussi, cette femme possède en elle l’Esprit des Étoiles de feu et c’était elle qui a réduit notre voiture à un tas de ferraille. »

Les deux Mages des Étoiles restèrent silencieux.

Oui, il s’agissait des êtres paranormaux que l’Empire craignait comme étant des « sorcières » et des « sorciers ». Ils étaient dotés d’Esprit des Étoiles qui possédait une monstrueuse force destructrice capable de détruire un bâtiment impérial, et pouvaient même créer un mur défensif qui pourrait rendre inefficace une volée de balles. Et même une seule Unité des Esprits des Étoiles de Nébulis avait le pouvoir d’écraser la ligne de front de l’Empire.

« Comment se sent-on si isolé ? Les renforts impériaux n’étaient-ils composés que de quatre personnes ? » La femme avec sa capuche regarda avec dédain les Impériaux tout en parlant avec un ton moqueur. « Et maintenant. Nettoyons rapidement ceux-là et allons jusqu’à l’unité suivante. »

Le terrain se mit alors à se tordre. Avec un bruit sourd, le sol se craquela de partout et les membres de l’Unité des Esprits des Étoiles surgirent les uns après les autres.

« Vous pouvez choisir librement si vous vous rendez ou si vous allez être tout simplement oblitérés, » déclara la même femme.

« Hein !? Po-Pourquoi... Comment peuvent-ils être si nombreux !? » s’exclama Mismis.

Il y en avait huit. Chacun d’eux se trouvait dans une direction différente. Et deux Mages se trouvant directement devant eux.

Alors que l’Unité au complet composée de dix personnes faisait son entrée, l’expression de Mismis se pâlit d’un coup.

« Jhin-kun, Iska-kun ! » déclara Mismis.

« Aaah... Un Esprit des Étoiles de la lignée de la Terre, n’est-ce pas ? » demanda Iska. « Je vois. Si vous creusez à travers le sol, nous ne pouvons pas sentir votre présence. Hmm. »

« Il s’agit là d’une technique ayant un grand rayon d’action. Il y a donc un puissant Mage des Étoiles parmi eux, » déclara Mismis.

« Pourquoi vous deux... pourquoi êtes-vous si calme ! » cria Mismis sur Jhin et Iska.

« Après tout ! Il s’agit simplement d’un événement que nous nous attendions à voir survenir... Iska, » Jhin avait simplement répondu cela alors qu’il croisa rapidement son regard avec Iska. « Ces Épées d’Étoile que les Huit Grands-Apôtres t’ont confisquées, est-ce qu’ils ne t’ont pas redonné des contrefaçons ? »

« Il s’agit des véritables armes. Je peux te le confirmer simplement en les touchant, » déclara Iska.

« Dans ce cas, peux-tu tous les découper ? » demanda Jhin.

« Dès que j’aurais repris mes sens. Mais en ce moment, cela pourrait être un peu difficile. C’est ainsi. Donc, tranquillement, prête-moi ta force, » répondit Iska.

Iska prépara son épée et fit un pas en arrière. Il s’était ensuite tourné vers la fille qui s’était avancée en réponse à ce qu’il disait avant de dire. « Néné. »

« Informations sur les positions..., transfert complet..., » répondit-elle.

La jeune fille avec une queue de cheval avait ouvert sa paume droit devant elle, directement dans l’espace vide se trouvant devant elle.

Une Bague Mécanique avait été placée sur son doigt. Et au moment où les membres de l’Unité des Esprits des Étoiles avaient réalisé cela, les coups de feu avaient déjà commencé.

« Satellite de l’Étoile de Tetra Byblos, grenades à feu Anti-Esprits des Étoiles, » déclara Néné.

Après ça, des grenades tombèrent du ciel. Les tirs venant du ciel avaient brisé les arbres de Nelka et avaient dispersé une puissante lumière et une onde de choc dans tous les environs, soulevant un grand nuage de poussière au niveau du sol.

« Quoi... !? » s’écria l’un des Mages des Étoiles.

Face à la soudaine attaque-surprise provenant des hauteurs, les Mages des Étoiles tombèrent à genoux. Ce satellite qui flottait dans le ciel était quelque chose que le Département de Développement de la Suprématie de l’Armement de la Capitale Impériale avait mis au point dans le passé, et son contrôle avait été donné à Néné. Elle agissait en tant qu’ingénieur de terrain pour une utilisation expérimentale de l’arme.

... Une Arme Anti-Esprits des Étoiles.

Utilisant une longueur d’onde afin de lancer un mouvement ondulatoire qui avait rendu inefficaces les Esprits des Étoiles pendant une durée de deux secondes, l’arme avait été déployée sur une distance d’environ trente mètres. Et pendant une période de temps de deux secondes, Iska avait effectué son déplacement.

« Les cinq à droite, » Jhin cria cela, et donc, Iska se déplaça sur la gauche.

Et en un seul souffle, il réduisit la distance entre lui et les Mages des Étoiles qui les avaient encerclés.

« Vous n’êtes qu’un soldat régulier de l’Empire... ! C’est uniquement parce que nous avons été pris par surprise ! » Faisant entendre un rugissement de fureur, un Mage des Étoiles avait sauté hors du nuage de poussière en suspension. Un symbole cramoisi apparaissait sur le coude exposé de l’homme.

***

Partie 8

Symbole d’Étoile ─, il s’agit de la preuve qu’on était doté de l’Esprit des Étoiles. La partie où le symbole était apparu différait selon les individus, et plus l’Esprit des Étoiles présent dans la personne était puissant, et plus la forme du symbole était grande et complexe. Cette marque de naissance sinistre était l’une des raisons pour lesquelles ils avaient été dénigrés comme des sorcières et des sorciers dans l’Empire.

« En plus de ça, as-tu au moins une arme à feu ? Es-tu sain d’esprit !? » déclara l’un des Mages des Étoiles.

Sans répondre, Iska avança davantage vers lui. Utilisant ses muscles et son équilibre trempés jusqu’à ses limites, il put ainsi s’avancer tout en gardant une position offensive et cela sans pour autant perdre sa vitesse. Et en plus, il pouvait malgré ça porter une épée dans chaque main.

« Enfoiré ! » cria l’un des Mages des Étoiles.

En un instant, Iska avait réduit la distance entre eux pour arriver à portée de ses épées. Quant à lui, le Mage des Étoiles s’était mis en garde. Il était incapable d’éviter la charge d’Iska. Et peut-être parce qu’il avait ressenti ce fait, il leva au-dessus de lui son bras droit avec le Symbole d’Étoile alors qu’il se préparait à intercepter l’attaque.

─ Le symbole cramoisi brillait vivement. Et autour de son bras droit, des étincelles rouges scintillantes étaient nées à cet instant.

« Oh ! Esprit des Étoiles de la flamme qui fait rage..., » déclara le mage qui se trouvait devant lui.

« La lignée des flammes, hein ? » déclara Iska, totalement calme.

« Salve ! » Le Mage acheva son incantation.

Les étincelles nées au-dessus d’Iska se condensèrent en un éclair. Ils s’étaient alors regroupés en une massive boule de feu avant de descendre vers le sol. Et, baigné dans ces flammes, Iska serait très certainement abattu, ─ cet avenir dessiné dans l’esprit du sorcier fut noyé par le cri d’une sorcière.

« Ce n’est pas bon ! Derrière─, » cria la coéquipière du premier Mage des Étoiles.

« ... Gu... » cria le premier Mage des Étoiles.

Cependant, son avertissement était arrivé trop tard. Le Mage des Étoiles s’effondra en silence.

« La lignée des Esprits des Étoiles des flammes est l’un des Esprits des Étoiles le plus menaçant envers l’Empire, » expliqua Iska, toujours d’un calme mortel. « En plus d’être capable de brûler notre armure, cela pourrait également enflammer la poudre et les armes se trouvant dans nos dépôts d’armes. Cependant, sa faiblesse est que “l’ampleur et la trajectoire de la flamme peuvent être prédites par les braises nées de la flamme”. Avant qu’elle puisse être pleinement invoquée, il est facile de s’échapper de sa trajectoire. »

Iska se tenait derrière l’homme abattu. Avant que le feu ne puisse provoquer son impact, il s’était placé au niveau du flanc de l’homme et le frappa violemment à l’arrière de la tête avec la poignée de son épée.

« Pour ressentir l’attaque avant qu’elle ne soit invoquée, vous dites... Il n’y a même pas une seconde de..., » déclara la Mage.

« Cela signifie simplement que je me suis entraîné à le faire, » compléta Iska.

« R-Restez loin de moi ! » cria la Mage.

La sorcière avec un Symbole d’Étoile vert sur la nuque ─ La Mage des Étoiles avait placé sa main vers l’avant avec une expression de colère.

L’Esprit des Étoiles du vent.

Même au sein des Esprits des Étoiles qui avaient été regroupés dans cette catégorie, ils variaient en fonction de la force de l’esprit de « brise douce » à une « tempête ». En outre, il existait diverses sous-espèces comme la « lame de vent ». Donc, jusqu’à ce que l’on reçoive une attaque de cet Esprit des Étoiles, on était incapable d’identifier la vraie nature de l’Esprit des Étoiles lui-même.

Cependant, pour Iska, tant qu’il savait qu’il s’agissait d’une sorcière du vent, c’était largement suffisant.

« Le vent créé par un Esprit des Étoiles du vent est invisible, » expliqua Iska. « Contrairement à la puissance de l’Esprit des Étoiles du feu qui est visible dés son activation, pour le vent, il est difficile de réagir contre ses attaques. Toutefois... »

Iska avait glissé, plaçant une main en avant tout en allant sur le côté. Dans le petit laps de temps créé par le clignement des yeux de la sorcière, Iska s’était baissé tout en continuant sa glissade.

« Il y a un court laps de temps avant que le vent ne naisse, » déclara Iska.

*Bruit sourd* la paume d’Iska avait alors visé la mâchoire complètement sans défense et avait frappé comme si l’attaque devenait floue.

« ──── »

Avant même que la rafale ne puisse prendre forme, la sorcière avait déjà perdu conscience. Puisque l’humain qui servait d’hôte ne transmettait plus aucun ordre, l’Esprit des Étoiles sous son contrôle avait également cessé toute action. Tout ce qui arriva jusqu’à Iska fut une douce brise apportée par les restes de son pouvoir. Les deux personnes qui étaient à peine capables de réagir étaient restées silencieuses. Il n’y en avait plus que trois, et tous furent forcés en un instant à s’évanouir en raison des compétences d’Iska.

« Jhin, comment c’est de ton côté ? » demanda Iska.

« C’est fait, » répondit Jhin.

Derrière lui, le tireur d’élite argenté posa son fusil sur le sol. Dans le nuage de poussière que Néné avait produit, tous les Mages des Étoiles qui étaient tombés à genoux du côté de Jhin avaient eu des trous creusés entre les plaques de leurs armures et ils s’étaient tous effondrés. Tout cela malgré une visibilité qui ne permettait pas de voir à plus de quelques mètres à cause du nuage qui obstruait la vision. Les failles dans leurs armures auraient dû être complètement masquées dans une si mauvaise visibilité. Donc, il ne serait pas exagéré de dire que l’art utilisé pour tirer précisément sur ces failles était déjà au-delà de la magie et pourrait juste être appelé un miracle.

« Fueeh... Franchement, comme toujours, hehe. Jhin-kun et Iska-kun, » déclara Mismis.

« C’est parce que nous étions en train d’avoir une dispute avec eux jusqu’à ce que les grenades de Néné soient tombées, » déclara Jhin. « Tout ce que je devais faire était de mémoriser où ils étaient quand le nuage de poussière est apparu et de tirer. Si tu le souhaites, cela ne serait pas un problème pour moi de fermer les yeux et de le faire de la même manière. »

Jhin rechargea son fusil et corrigea sa posture pendant que la Capitaine Mismis le regardait en étant tout simplement abasourdie.

« Hein !? Ce que je veux dire, c’est que cela a été fait dans l’écart entre leurs plaques de protection. Et cela même si c’est si fin..., » déclara Mismis.

« Je suis un tireur d’élite, » répondit Jhin. « Si je n’étais pas capable de faire une telle chose, alors ce serait hors de question pour moi d’être appelé ainsi. »

C’était le devoir de Jhin en tant que tireur d’élite de se servir de l’ouverture créée par l’attaque de zone de Néné qui avait mis l’ennemi hors d’état de nuire et de les finir. Le problème était survenu à l’instant où l’ennemi était devenu conscient de cette coopération qui existait entre eux.

Si en premier, ils avaient ciblé Néné ou Jhin, ou qu’ils avaient concentré l’attaque de feu sur la Capitaine Mismis, alors tout cela aurait été une histoire totalement différente. Ainsi, il était nécessaire d’attirer l’attention de l’ennemi en faisant usage d’un leurre. Il s’agissait bien entendu d’Iska ─, son rôle était d’assaillir l’Unité des Esprits des Étoiles et de diriger toutes les attaques des Esprits des Étoiles qui auraient dû viser les autres pour qu’ils arrivent sur lui dans une attaque irréfléchie.

« Si cela s’était produit il y a un an, nous aurions pu laisser ces types à Iska et aller prendre de l’avance, » déclara Jhin.

Jhin regarda les membres de l’Unité des Esprits des Étoiles effondrer.

« Un maniaque de la bataille détestant une bataille, n’est-ce pas ? » demanda Jhin.

« ... » Iska ne répliqua rien à face à ces paroles.

Même en recevant une contre-offensive de la part des deux Mages qui avaient été hors de portée de l’attaque de Néné, les cinq Mages des Étoiles avaient été vaincus et rendus inconscients par Iska. En outre, il l’avait fait sans utiliser les armes légères qui étaient essentiellement le symbole de l’Empire actuel.

L’Incarnation du Carnage, le Dieu de la Violence.

Il s’agissait des surnoms qui lui avaient été donnés par les Mages des Étoiles qui avaient été témoins de la façon dont Iska chargeait l’ennemi au cœur des combats sans jamais craindre la mort.

─ C’était pourquoi il était un maniaque des batailles qui haïssait les batailles.

Il voulait plus que quiconque que les combats s’arrêtent dès maintenant. C’était exactement pour cette raison qu’il se tenait bien plus à l’avant sur la ligne de front que n’importe qui d’autre quand il combattait, qu’il avait systématiquement attaqué les Mages des Étoiles afin de les capturer et non pas les tuer. Et c’était pourquoi s’il arrivait à capturer la Pure Race, il l’utiliserait comme otage pour faire accepter à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis d’entrer dans des pourparlers de paix.

« Car après tout, quelqu’un doit bien prendre le rôle de celui qui est détesté de toute part..., » déclara Iska.

L’échelon supérieur de l’Empire qui envisageait une domination totale risquait de lui faire un air renfrogné. Et naturellement, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis le traiterait dès lors comme son ennemi juré, la cible à abattre à tout prix.

« Eh bien, le Maître m’a déjà dit d’être prêt à être détesté par les deux côtés, » déclara Iska.

Rengainant son épée d’étoile noire dans son fourreau, Iska se retourna. Sa détermination avait été forgée dans l’acier depuis qu’il avait hérité de l’épée de son maître.

***

Partie 9

« Heuuu... Je voudrais tous les prendre avec nous, mais nous devons immédiatement nous dépêcher d’aller sur la ligne de front, » déclara la capitaine Mismis tout en regardant les Mages des Étoiles qui étaient étendus sur le sol. « Avons-nous un peloton en provenance de la base stratégique qui pourrait s’en occuper ? Néné-chan, occupe-toi de ça, s’il te plaît. »

« Roger ! » répondit Néné. « Alors, je vais les contacter, d’accord ? Les menottes pour pouvoir les attacher devraient être emballées à l’arrière de la voiture. Mais la voiture est quelque peu en feu, alors je me demande si nous pouvons les sortir de là~. »

Néné pointa le bout de son pied vers la voiture militaire en feu. L’ingénieur de terrain avait alors fait un pas en avant. Et devant ses pieds, un violent grondement l’avait alors agressé.

« Haaaa !? » Mismis laissa échapper un petit cri alors qu’elle basculait en arrière.

Le rugissement semblable au tonnerre avait dépassé en intensité même le bombardement effectué plus tôt par Néné. Et en une fraction de seconde, le sol commença à être projeté vers le haut.

... Un tremblement de terre, non, c’était toute autre chose.

... Qu’est-ce que c’était que ce mouvement irrégulier du sol ?

C’était comme si quelque chose rampait depuis dessous la terre.

« Il n’y a aucune chance que nous puissions vous permettre de les capturer, » la voix d’une femme entrelassée par la colère se frayait un chemin à travers les arbres. « Ces personnes sont de fiers camarades de Nébulis. Ne les touchez pas, vous, les chiens de l’Empire. »

Le sol de la forêt avait enflé alors qu’il s’élevait. Une grande quantité de terre et de sable s’était rassemblée comme si tout cela avait l’intention de fusionner. Et en un instant, cette masse compacte prit la forme d’un humanoïde qui s’abaissa comme si elle protégeait les Mages des Étoiles inconscients.

« Un Esprit des Étoiles de la Terre !? » cria Néné.

« ... Hum... un golem ? Et pour couronner le tout, sa vitesse de création est vraiment élevée, » murmura Jhin alors qu’il constatait tout ça.

« Comme c’est spécial, » déclara la Mage. « D’après vos apparences, vous n’êtes qu’un peloton régulier. Mais tous les membres d’une Unité des Esprits des Étoiles ont été complètement neutralisés avant que je puisse venir les aider, hum. »

Le golem de terre faucha les arbres après être apparu là. Debout sur son épaule se tenait une jeune femme avec des cheveux bruns vifs attachés à gauche et à droite en deux couettes. Elle ne portait pas l’uniforme d’un membre des Unités des Esprits des Étoiles de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. À la place, elle portait un tablier comme celui d’une femme de ménage, ainsi qu’une jupe qui semblait assez longue pour que ses ourlets atteignent le sol. D’un coup d’œil, il ne ressemblait pas à un vêtement approprié au combat, cependant...

« Insuffle la vie. » En accord avec sa voix, le sol se mit à trembler et la lumière du soleil qui se prélassait sur Iska devint d’un coup obstruée.

Un deuxième golem. Le poing du géant s’était alors abattu sur Iska.

« Je vais commencer par celui-là, » déclara Iska.

« Iska-kun !? » s’exclama la capitaine.

Le sol avait commencé à s’enfoncer. Dans leur champ de vision, les racines des arbres de Nelka avaient été arrachées. Le poing du golem avait occasionné tout ça tout en produisant un bruit sourd.

« ... Capitaine, » s’exclama Néné.

Le poing du golem s’était émietté, émettant un son sec. Au moment où le poignet du golem fut sectionné, Iska s’était élancé avec son épée noire à la main afin d’aller affronter le Mage des Étoiles qui se trouvait sur l’épaule de l’autre golem.

« Je vais m’occuper de ça, » déclara Iska. « Prends Jhin et Néné avec toi, et dirigez-vous tous les trois vers le point de rendez-vous. Veuillez donner la priorité au renforcement de la ligne de front. »

« Hein... Mais..., » déclara Mismis.

« Elle est une très puissante Mage des Étoiles, » déclara Iska. « Même si nous combattons tous les quatre faces à elle, cela prendra bien trop de temps. »

Tout en tournant le dos à ses trois coéquipiers, Iska fit croiser ses Épées d’étoile tout en se plaçant dans sa position offensive. La décision du capitaine vint rapidement après avoir vu ça.

« J-J’ai compris. Fais attention à toi ! » déclara Mismis.

Après ça, Mismis se précipita de toutes ses forces avec de petits pas alors que Néné et Jhin la suivaient de près. La Mage des Étoiles dotée d’un Esprit des Étoiles de la terre n’avait même pas regardé dans la direction des trois soldats qui quittait ce champ de bataille.

« Ne les poursuivez-vous pas ? » demanda Iska.

« Oh ! Bien sûr que je le ferai, » répondit-elle. « Après avoir fini de prendre soin de vous et d’avoir par la même occasion pu sauver mes camarades, je prendrai mon temps, et je m’occuperais également d’eux. »

Elle avait un regard froid et son timbre de voix était également glacial.

La façon dont elle avait fusillé du regard un soldat de l’Empire, était l’image même de l’existence connue sous le nom de sorcière qui avait été depuis longtemps ostracisée et craint par l’ensemble de l’Empire.

« Avec le talent nécessaire pour être capable de couper le poing d’un golem, » déclara-t-elle. « Je vois. C’est pourquoi vous pensiez être capable de me retenir assez longtemps en agissant seul ? »

« S’il le faut, je ferais ce qui est nécessaire, » répondit Iska.

« Ne soyez pas vaniteux, vous le simple fantassin, » déclara la Mage des Étoiles.

Une présence frétillante était apparue derrière lui. Au moment où Iska se retourna sur lui-même afin de voir ce que c’était, ce qu’il vit fut un poing. Il s’agissait du poing qui en ce moment aurait dû être brisé.

« Son poing a-t-il été restauré ? » demanda Iska.

« Il est fait avec de la terre, » déclara la Mage. « Tant que je lui ordonne de garder cette forme, il le fera. Vous feriez mieux de voir le golem comme étant un soldat immortel. »

Cependant, la raison pour laquelle Iska écarquilla ses yeux fut pour toute autre chose. La restauration était bien trop rapide. Il était normal qu’une partie du géant puisse être restauré en utilisant l’intervention d’un Esprit des Étoiles de la terre. Cependant, en réalité, ce n’était pas quelque chose qui aurait dû être accompli si simplement et rapidement.

... Une telle quantité de terre était contrôlée à distance avec une telle facilité.

... La force de l’Esprit des Étoiles lui-même, mais également les qualifications de ce Mage des Étoiles, n’étaient pas quelques choses dont il fallait se moquer en ce moment.

Le poing du géant avait frôlé la frange d’Iska alors que le poing lui avait passé devant. Face à une telle attaque, Iska avait bondi en arrière afin de l’éviter. Le voyant agir de cette manière, le visage calme de la Sorcière se déforma dû à l’irritation.

« Vos mouvements suggèrent que vous êtes assez familier avec les attaques des Esprits des Étoiles, » déclara la Mage. « Se pourrait-il que vous soyez un Saint-Apôtre... la force armée la plus puissante de l’Empire ? »

« Faux. Je suis un simple soldat, » répondit Iska.

***

Partie 10

En utilisant la force mise dans son saut, Iska frappa le tronc d’un arbre. Il essuya ensuite la boue qui s’était collée sur ses pieds.

« Je suis surpris. Vous avez été capable de changer le terrain en un bourbier en un si court laps de temps tout en effectuant le reste, » déclara Iska.

Elle n’agissait pas seulement sur le poing tranché du golem. Au même moment, elle avait également préparé un plan afin de sceller les mouvements d’Iska. Son plan était de transformer la terre sous ses pieds en un bourbier. Elle visait donc à paralyser son adversaire puis à l’achever en le frappant avec le poing du golem...

Son plan était splendide, mais sa seule erreur de calcul était le style inhabituel d’arts martiaux utilisé par Iska. Car en dépit d’avoir eu ses mouvements affectés par la boue entourant ses pieds, la vitesse d’Iska surpassait encore de beaucoup celle du golem.

« Laissez-moi vous demander une chose, » demanda Iska.

En dehors de la zone qui s’était transformée en un bourbier, Iska se replaça en position pour pouvoir affronter la Mage des Étoiles de terre.

« Je ne pense pas vraiment que ce soit le cas, mais pourriez-vous être la Mage des Étoiles connue sous le nom de la Sorcière de la Glace de la Calamité ? » demanda Iska.

« ... Ha, » sa réponse était un simple ricanement. « Croyez donc ce que vous voulez. »

Le sol se mit alors à se tortiller comme s’il était un être vivant. Était-ce un troisième golem ? Contrairement à la prémonition d’Iska qui s’était placée sur ces gardes, il s’agissait de quelque chose d’entièrement différent qui était sorti du sol avant de s’envoler vers lui.

... Une lance de terre.

Des dizaines de lances pointues étaient sorties du sol tout en ayant une terrifiante force et elles s’étaient toutes dirigées vers Iska.

« Fuu... »

D’un seul bond, Iska sauta à une hauteur supérieure à la taille du golem. Puis, avec son Épée d’Étoile droite, Iska fracassa les lances de terre qui venaient vers lui.

Et cela en une seule attaque.

Face au nombre incalculable de lances qui venaient vers lui afin de l’intercepter, il sélectionna uniquement celles qui étaient véritablement sur sa trajectoire afin de les détruire en un instant. Et avec une seule frappe de son épée noire, il les avait toutes détruites.

« ... Avez-vous vraiment tranché un Sortilège d’Étoile !? » s’exclama la mage. La confusion était mêlée à la voix de la sorcière.

Bien que les lances en terre créées avec l’Esprit des Étoiles puissent sembler primitives, en réalité, à la différence du golem fait de terre durcie, ces lances étaient faites de masses de métal ultra-durcies en provenance directe des profonds soubassements de la région. S’il avait supposé avec négligence que ces lances avaient la même puissance et conception que le golem, le corps d’Iska aurait probablement été facilement transpercé de toute part. Et pourtant, il les avait coupées avec une unique frappe de son épée. Pour couronner le tout, elles n’avaient pas simplement été détruites. Elles avaient séparé en deux d’une manière qu’on pouvait tout à fait décrire comme étant belle.

« Chien ! Qu’est-ce que c’est que cette épée !? » demanda la Mage.

« ... Une Épée d’Étoile, » répondit-il.

Il s’agissait de la raison pour laquelle la plus haute autorité de l’Empire, les Huit Grands-Apôtres, avait porté leur attention sur le soldat connu sous le nom d’Iska. Naturellement, le talent transcendantal qu’avait Iska en tant qu’épéiste avait également été remarqué, mais il y avait surtout cette paire d’épées qu’Iska avait héritée de son maître.

« L’Épée de l’Étoile Noire a le pouvoir d’“isoler les étoiles.”, » déclara Iska. « Tant que le minutage et la position d’attaque sont corrects, elle est capable d’isoler l’intervention de n’importe quel Esprit des Étoiles. »

« Isoler l’intervention des Esprits des Étoiles... ? » demanda-t-elle. « Franchement, pensez-vous vraiment que je puisse croire de tels mensonges ? Si une telle chose existait réellement, il y a longtemps qu’elle aurait été produite en masse par l’Empire. »

« Elle ne peut pas être fabriquée. Celle-ci est l’unique véritable arme de ce genre, » déclara Iska.

« Et un simple fantassin manie-t-il une telle arme ? » demanda la Mage, pleine de dédain.

« Elle n’a nullement été fournie par l’Empire. Je l’ai reçue en héritage directement de mon maître au maniement de l’épée, » répondit Iska.

« ... » elle ne répondit rien face à ça.

La fille regarda ensuite l’Épée d’Étoile avec un regard agacée. Même si elle avait du mal à le croire, elle savait déjà qu’il ne mentait pas. Elle pourrait probablement le confirmer simplement en voyant ce qui se trouvait dans les yeux d’Iska. De plus...

« Dans ce cas, quel genre d’effet l’épée blanche possède-t-elle quand elle est associée avec l’épée noire ? » demanda la jeune fille.

« Qu’est-ce que vous êtes perspicace ! » En entendant la perspicacité de la Mage des Étoiles, Iska l’avait félicitée en toute honnêteté. « Je n’ai aucune intention de vous le dire. Mais bon, cela serait différent si vous aviez une monnaie d’échange à me proposer en retour. Cela ne me dérange pas de vous le dire si vous me dites l’emplacement du Mage des Étoiles connu sous le nom de la Sorcière de la Glace de la Calamité. »

« ... Silence, chien de fantassin ! » L’un des sourcils de la fille se crispa vers le haut alors que sa petite bouche s’ouvrait largement pour pousser un rugissement. « Un bâtard comme vous ne serait jamais autorisé à simplement contempler sa silhouette ! »

« C’est bien ce que je pensais, » répondit-il.

Puis, après avoir retiré la terre collée sur son épée, Iska se précipita vers la Mage des Étoiles tout en disant. « Cependant, j’ai des affaires à régler avec la Sorcière de la Glace de la Calamité. »

« ... Ne vous moquez pas de moi ! » cria-t-elle.

Le sang-froid de la jeune fille s’était littéralement effondré en entendant les dernières paroles d’Iska.

« Combien de temps pensez-vous pouvoir me résister en utilisant seulement une épée !? » cria la Mage des Étoiles

Le corps du deuxième golem avait alors explosé en un nombre incalculable de morceaux. De plus, cette terre émiettée se condensa en air et en un instant, elle devint des lances de terre identique à celle créée avant. Sans perdre de temps, elles accélérèrent toutes en visant la tête d’Iska.

Cependant, sans même les regarder, Iska les repoussa avec son épée noire. Il ne les avait même pas coupées en deux. À la place, il avait choisi de les renvoyer en direction de la Mage des Étoiles elle-même.

« Impossible !? » s’écria la mage.

La fille reconnue comme étant une sorcière sauta en bas de l’épaule du golem. Pendant que l’attention de la jeune fille était attirée par la lance de terre qui effleurait sa joue, Iska diminua la distance les séparant.

« Trop lente, » dit-il.

Alors que la fille se retournait, une épée était déjà collée contre son cou.

« ... Qui êtes-vous vraiment !? » demanda-t-elle.

Le visage de la jeune fille était teint de rouge en raison de l’humiliation et du choc. Elle se mordit à ce moment-là les lèvres. Elle était légèrement plus petite qu’Iska. Et bien plus encore que lorsqu’on l’observait de loin, cette fille ressemblait à une servante délicate et mince.

Avait-elle à peu près le même âge que lui ? Cette pensée avait soudainement traversé son esprit.

Puis, faisant disparaître ses vaines pensées, Iska parla. « J’aimerais que vous me parliez de l’emplacement de votre camarade. »

« Que ferez-vous si je ne le fais pas ? » La sorcière ricana alors qu’elle faisait un sourire. « Tuez-moi. »

« ... Vous tuez ? » Alors qu’elle déversa de tels mots en dehors de ses attentes, Iska répéta involontairement ce qu’elle disait.

« Vous n’avez qu’à me tuer, » répéta la jeune fille. « Nous, les Mages des Étoiles sommes complètement différents de vous, les foutus chiens de l’Empire. Plutôt que de servir d’otage, nous sommes prêts à choisir la mort. »

« Ah... Hmm, non..., » déclara Iska.

« Vous pouvez bien essayer de me forcer à vous le révéler, à me torturer ou à m’emprisonner, tout ça ne servira à rien, » cria la mage.

Ce qu’il avait prévu ne correspondait nullement avec la présente situation. Il s’agissait de l’état mental totalement honnête d’Iska. Le seul objectif d’Iska était la Sorcière de la Glace de la Calamité. Même s’il capturait au hasard une sorcière différente, cela ne ferait probablement que mettre la Sorcière de la Glace de la Calamité sur la défensive.

« Quel est le problème ? Tuez-moi tout simplement !! » cria-t-elle.

« ..., »

Il n’était pas sûr de la façon dont il devrait procéder. Devrait-il la capturer puis la laisser ici ? Ou alors, devrait-il la rendre inconsciente et laisser une autre équipe s’occuper d’elle ? Et au moment où l’attention d’Iska s’était éloignée d’elle...

« Vous avez le courage de laisser votre attention errer alors que vous êtes devant un ennemi... Vous êtes vraiment plein d’ouvertures ! » La fille avait arraché sa jupe alors qu’elle disait ça.

Non. Dès le début, on pouvait supposer que sa tenue était une sorte de tenue de combat ayant un but bien particulier.

« Utilisez-vous ces habits comme un écran de fumée !? » demanda-t-il.

« Pensiez-vous vraiment que je serais effrayée au point d’être incapable de bouger si vous me menacez avec votre épée ? » demanda-t-elle.

La jupe déchirée visait l’épée d’Iska. Elle s’enroula autour d’elle tandis que le tissu restant fut utilisé afin de bloquer sa vision.

« Je suis la gardienne et la servante de Mademoiselle Alice. Je sais déjà tout ce qu’il faut concernant les batailles aux corps à corps, » déclara-t-elle.

Ayant arraché l’excès de tissu, la jeune fille portait maintenant une minijupe. Dans sa main, elle tenait le manche d’une courte dague. Et au-dessous de cette jupe extra longue qui semblait inutilisable pour les combats se trouvait une ceinture entourant sa cuisse où l’arme avait été cachée jusqu’à maintenant.

« Allez-vous-en ! » cria-t-elle tout en frappant avec la dague.

Cette dague très aiguisée avait tranché net le tissu qui avait été lancé sur le jeune homme

Et alors...

« ... !? »

La servante était maintenant allongée face contre terre et était clouée contre le sol.

« Impo... ssible!? » murmura-t-elle.

« J’avoue avoir été un peu dérouté face à cette technique, » déclara-t-il. « Vous avez enveloppé la lame de mon épée avec la fibre de votre jupe. De plus, vous avez bloqué ma vision avant de contre-attaquer avec une arme cachée, pas mal ! Je n’aurais jamais imaginé qu’il existait des soldats parmi les Mages des Étoiles qui eurent appris de telles techniques d’assassinat. »

Elle ne pouvait nullement comprendre comment elle avait fini clouée au sol. Tout en appliquant une très légère pression sur l’articulation d’épaule de la jeune fille étonnée, Iska poussa un profond soupir. « Je n’aurais pas imaginé qu’une Mage des Étoiles décide d’utiliser une arme. »

« ... Je vous ai amené à croire une telle chose. De plus, j’ai réussi à réaliser mon attaque-surprise sans accroc. Alors, qui donc êtes-vous pour avoir pu malgré tout m’attraper de la sorte ? » demanda-t-elle après avoir serré les dents dues à la frustration.

« Laissez-moi changer la question, » répliqua-t-il à la place. « Vous venez de me dire que vous étiez la servante de Mademoiselle Alice. Mais qui est Alice ? »

« ... ! » L’expression de la fille avait changé à la seule déclaration de ces mots.

« Se pourrait-il qu’elle soit la Sorcière de la Glace... ? » commença Iska.

« C’est très certainement mon nom. » Il ne s’agissait nullement de la voix de la jeune fille qui se trouvait sous lui. Alors, qui était-ce ? Et c’est alors qu’Iska se retourna dans la direction de la voix qui venait de retentir derrière lui...

***

Partie 11

Il s’agissait de quelque chose qu’il n’avait jamais expérimenté jusqu’à ce jour. Un frisson parcourut sa colonne vertébrale à tel point qu’il pouvait amplement faire une telle déclaration. Et Iska se débarrassa de toutes les autres pensées alors qu’il sautait en l’air afin de prendre une certaine distance.

« Je vous le ferai bientôt savoir. Goûtez-le à l’aide de votre corps, » déclara la nouvelle arrivante.

─ La Grande Calamité de la Glace ─

En un clin d’œil, l’atmosphère, les arbres, le sol, tout ce qui était visible furent enveloppés dans une brume blanche comme s’il s’agissait d’une illusion. La vision cinétique d’Iska avait été envahie par cet instant, et après ce spectacle, tout le « monde » se trouvant devant ses yeux avait été recouvert par l’éclat blafard de la glace.

« Wôw !? » s’exclama-t-il.

Une vague de froid intense avait parcouru son cou ainsi que son bras. La glace et la neige se mêlaient au vent, et en un instant sa main et ses pieds furent assaillis par un intense frisson.

... S’il sautait dans les airs, ressentirait-il toujours un tel froid !?

... Est-ce que ce froid se trouvait uniquement présent au niveau du sol !?

Les bruits de pas marchant sur la glace retentirent dans l’air glacial. Debout au sommet d’une montagne de glace se trouvant en dessus de la mer d’arbres se trouvait une jeune femme portant des vêtements royaux. Une coiffe luxueuse dissimulait son visage, et sa voix semblait étonnamment jeune.

« Rin, as-tu été blessée ? » demanda la nouvelle arrivante.

« Mademoiselle Alice ! » répondit Rin.

La sorcière en tenue de femme de ménage leva les yeux vers la fille nommée Alice. Elle avait une expression enjouée et lumineuse et une voix qui faisait penser qu’elle était une personne totalement différente de quand elle avait affronté Iska. Et probablement qu’elle ne montrerait pas une telle réaction si de simples renforts étaient arrivés afin de l’aider.

... Foi absolue et révérence.

... Peu importe la crise, peu importe la situation désespérée dans laquelle elle se trouvait, si cette femme se trouvait là, elle pourrait le surmonter. Voilà le genre d’expressions que la femme de ménage faisait en ce moment !

Entre temps, Iska avait atterri sur la glace.

« Est-ce une plaisanterie ? » Le long soupir d’Iska se transforma en un éclair en une brume blanche.

Tout le terrain à portée de vue était recouvert par de la neige et de la glace. Même les arbres et les buissons se trouvant dans les environs... tout ce qui se trouvait dans son champ de vision s’était uniformément transformé en glace.

Cela lui donnait l’impression de se retrouver en pleine ère glaciaire. Pour couronner le tout, tout cela s’était produit pendant l’instant où Iska avait bondi dans les airs. Quelle quantité d’air froid avait-elle libérée afin d’accomplir un tel exploit ?

... Et s’il n’avait pas immédiatement bondi à cet instant-là ?

... Iska serait également scellé dans un bloc de glace sans pouvoir résister face à la suite des événements.

« Mademoiselle Alice, veuillez faire attention. Je ne comprends pas comment cela fonctionne, mais l’épée maniée par cet homme semble être capable de couper et d’isoler les Sortilèges d’Étoile, » déclara Rin.

« Rin, merci beaucoup, » répondit Alice. « Cependant, ce n’est qu’un détail insignifiant, n’est-ce pas ? »

« Hein !? » s’exclama Rin.

« Si mon attaque venait à le toucher, alors cette épée, ou quoi que ce soit d’autre, ne serait d’aucune importance, » répliqua Alice. « Je suis surprise que vous ayez été capable d’esquiver ça. »

Caressant avec douceur la tête de la fille appelée Rin, la nouvelle sorcière tourna son attention vers Iska.

... Des vêtements royaux couverts de belles décorations.

... Le voile qui dissimulait son visage était également magnifique.

Dans un sens différent vis-à-vis de la fille nommée Rin, son apparence était également inadaptée pour le champ de bataille. Sa tenue se détachait comme le nez au milieu de la figure, et cela s’appliquait également au couvre-chef qu’elle utilisait pour masquer son visage. C’était comme si elle confessait clairement qu’elle était quelqu’un d’important dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

« Cependant, Rin, les résultats sont bien meilleurs que nous puissions le demander. Bon travail d’avoir été capable de me faire gagner du temps, » déclara Alice.

« Du temps ? » demanda Rin.

« Maintenant, je me demande juste ce qui se trouve derrière moi ? » demanda Alice.

La fille en vêtements royaux avait indiqué ce qui se trouvait derrière elle. Et derrière elle, au-delà du paysage gelé de la mer d’arbres...

« ... Le Réacteur de Puissance !? »

Ce qui était entré dans le champ de vision d’Iska fut le Réacteur de Puissance qui était actuellement gelé dans un énorme bloc de glace. Bien qu’étant assez éloigné pour que ce soit un peu flou, il pouvait clairement l’identifier à vue. Ce Réacteur de Puissance d’Armement qui avait une apparence non raffinée et imposante semblait comme renaître sous l’apparence d’un glaçon de cristal qui brillait sous la lumière du soleil. Et alors...

« Effondrement ! » Après que cet unique mot fut prononcé par la jeune fille portant des vêtements royaux, comme s’il avait été déformé par un piétinement, le glaçon s’était lui aussi déformé avant de se briser en d’innombrables morceaux tout en produisant un rugissement au cours de tout ce laps de temps.

« ... Ainsi, depuis le début, c’était votre but ? » demanda Iska avant de serrer fermement sa mâchoire.

Mismis, Jhin et Néné se dirigeaient vers la ligne de front où les soldats impériaux étaient engagés dans une bataille contre les Unités des Esprits des Étoiles. La zone où se trouvait Iska était à mi-chemin jusqu’à la ligne de front. Cependant, le but de l’ennemi était de pouvoir effectuer une attaque directe sur la base elle-même.

« Êtes-vous en train de dire que vous avez attaqué la base stratégique impériale toute seule ? » demanda Iska.

« Si c’est bien le cas, est-ce un problème ? » répliqua Alice.

Ses vêtements royaux n’avaient pas une seule tache sur eux, et encore moins la terre qui les maculait. Il aurait dû y avoir une unité en défense qui était restée afin de protéger la base impériale. Si une sorcière apparaissait là-bas, il ne serait pas étrange pour ces défenseurs de l’entourer et de faire pleuvoir une pluie de balles afin de la neutraliser. Mais tout de même...

« Aah, il y a un problème. Et c’est vous qui l’êtes, » alors qu’elle parlait à travers son masque, Iska pouvait sentir un regard rempli d’une froide hostilité. « En vérité, je comptais capturer une douzaine de prisonniers dans cette base. Mais maintenant, nous sommes incapables d’analyser les dernières armes conçues par l’Empire. De plus, si je ne m’étais pas immédiatement, Rin aurait été prisonnière. »

« ..., » Iska ne sut pas quoi dire face à ça.

« Mais maintenant, je me pose une question. Comment quelqu’un qui n’est même pas un Saint-Apôtre a-t-il pu ainsi dominer Rin... ? » demanda-t-elle.

En réponse à la question de la Mage des Étoiles, la réponse choisie par Iska fut une réponse qui pourrait être considérée comme une déclaration de guerre. « Je suis venu ici afin de vous capturer. »

« Me capturer ? Je me demande bien qui vous êtes pour dire ce genre de chose. Si vous ne voulez pas goûter la douleur de la glace et de la neige bien plus terrifiante que la mort, alors c’est vous qui devriez... »

« Rendez-vous, » déclara Iska.

« Rendez-vous, » déclara Alice.

Dans ce monde d’un blanc brillant, le jeune homme brandissant une épée et la jeune femme en tenue royale avaient tous deux fait la même déclaration.

« ... Épéiste de l’Empire, pourrais-je entendre votre nom ? » demanda Alice.

« Iska, » répondit Iska.

Tout en agrippant ses deux épées, Iska avait répondu en toute honnêteté. Il y avait la possibilité qu’elle puisse connaître son identité en tant qu’ancien Saint Apôtre à partir des données de ses précédents combats. Cependant, Iska ne s’inquiétait pas vraiment à ce propos.

« Et vous ? » demanda Iska.

« Aliceliese Lou Nebulis IX. Vous devriez déjà l’avoir réalisé, n’est-ce pas ? La Mage des Étoiles que l’Empire a surnommée la “Sorcière de la Glace de la Calamité” n’est autre que ma personne. » Répondit Alice.

La jeune femme se tenait debout sur d’énormes cristaux de glace. Son couvre-chef incrusté de lapis-lazuli cachait totalement son visage. Mais la voix qui resonnait à travers la mer d’arbres était digne et claire, et était remplie d’un sentiment de pureté et d’intégrité qui lui donnait l’air d’être une noble.

« Et donc..., avez-vous acculé tout seul cette Unité des Esprits des Étoiles de Nébulis ? » demanda Alice.

« Et donc..., dites-vous que vous avez détruit le Réacteur de Puissance d’Armement de l’Empire toute seule ? » demanda Iska.

Le jeune homme et la jeune femme s’étaient exprimés en même temps.

« ... Vous avez raison, » le premier à hocher la tête fut le jeune épéiste.

À une petite distance de l’endroit où Iska se tenait se trouvaient deux Mages des Étoiles portants des armures pare-balles par-dessus leurs robes. Ils semblaient profondément endormis.

« Qui êtes-vous ? » demanda Alice. « Comment un soldat qui ne fait pas partie de l’unité des “Saints-Apôtres” sous la supervision directe de l’Empereur, et qui en plus n’est même pas un haut gradé peut-il totalement submerger une Unité entière des Esprits des Étoiles de Nébulis ? Dites-le-moi ! »

« C’est ce que j’aimerais bien vous dire. Mais avant ça..., » commença à dire Iska. « En plus de vous rendre toute seule jusqu’à la base de l’Empire, vous avez franchi les défenses et vous avez détruit le Réacteur de Puissance..., ce n’est nullement quelque chose qu’un Mage des Étoiles de puissance moyenne puisse faire. »

Voici ce qu’avaient déclaré la jeune femme connue sous le nom de la Sorcière de la Glace de la Calamité et le jeune épéiste qui se regardaient tous deux et qui répliquaient l’un envers l’autre.

La mer d’arbres était gelée par la neige et la glace dégageant un froid qui faisait penser à l’âge de glace des temps anciens. Loin à l’arrière d’eux se trouvait le Réacteur de Puissance d’Armement qui avait été brisé en morceaux. L’armure en acier avait été incapable de résister à la pression provoquée par les températures extrêmement basses qui approchait du zéro absolu et elle s’était émiettée en petits fragments. Il avait été incapable de conserver sa forme originale après avoir été écrasé alors qu’il était complètement congelé.

... Et c’était l’œuvre de la Sorcière de la Glace de la Calamité.

... En plus, c’était peut-être la première fois qu’Iska voyait un Sortilège d’Étoile d’une telle ampleur.

Elle était dans une dimension totalement différente des autres Mages des Étoiles. Même si l’on avait mis ensemble dix Mages des Étoiles qui utilisaient tous le même système de glace, ils seraient probablement incapables de créer de l’air glacial sur une région si répandue et avec une telle intensité.

Cependant, c’était exactement pourquoi Iska était convaincu de ce qu’on lui avait dit. Si la Sorcière de la Glace de la Calamité était dotée d’un si monstrueux Esprit des Étoiles, alors elle faisait sans aucun doute partie de la lignée de Nébulis. Elle était sans aucun doute très proche de la lignée actuelle de la reine Nébulis.

« Qui êtes-vous ? »

« Qui êtes-vous ? »

Demandèrent les deux opposants.

L’Utopie Mécanisée, la carte maîtresse en acier trempé de l’Empire — le Successeur de l’Acier Noir, Iska.

Le Paradis des Sorcières, la sorcière la plus remarquable de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis — la Sorcière de la Glace de la Calamité, Alice.

Les deux protagonistes de ce combat avaient agi au même instant.

***

Partie 12

« Oh muraille ! Écrase-le ! » À la suite des paroles d’Alice, une fissure s’était formée dans la glace aux pieds d’Iska.

La glace semblait s’arracher du sol blanc avant de former des murs tout autour d’Iska. Puis la glace se referma sur lui avec apparemment l’intention de l’écraser.

« ... Complètement encerclé, hum, » déclara Iska.

Ces murs étaient bien trop grands pour être simplement découpé avec son épée. Après avoir pris une décision, Iska courut vers le mur qui se rapprochait le plus rapidement de lui.

« Il a bondi vers le mur de glace de lui-même !? » déclara Rin.

Tandis que Rin, la servante d’Alice, ouvrait les yeux à cause de la surprise qui l’assaillait, Iska se baissa tel un patineur et il glissa sur la glace.

─ L’écart entre les parois de glace.

Avant que les quatre murs de glace puissent le sceller complètement...

« C’est ce que je pensais. Si vous pouvez submerger Rin, alors vous devriez au moins être capable de faire face à ce genre d’attaque, » déclara Alice.

Sous le voile cachant son visage, la Sorcière de la Glace de la Calamité laissa échapper un sourire intrépide.

« La Calamité de Glace, les Mille Épines du Blizzard, » déclara la sorcière, invoquant ainsi son prochain sortilège.

« Une épée de glace ? » s’exclama Iska.

Avait-elle créé intentionnellement un passage facile à traverser afin de le guider jusque là ? Iska avait réalisé ce fait alors que des centaines d’épées brillantes apparaissaient dans la direction vers laquelle il glissait. Tout était fait en glace. Cela provenait de l’atmosphère. Cela venait aussi depuis les troncs gelés des arbres. Des épées de glace continuaient à apparaître les unes après les autres. Quand Iska s’était échappé face aux lances de terre de Rin, il l’avait fait en fuyant dans le ciel. Cependant, ces épées de glace avaient été positionnées dans toutes les directions possibles. Il n’y avait nul endroit où il pouvait aller afin de les éviter.

« Un millier d’épées provenant de toutes les directions possibles ! Si vous pouvez y échapper, alors, allez-y et montrez-le-moi, » La Mage des Étoiles leva la main au-dessus de sa tête. « Percez-le de toute part. »

Du haut, des côtés, d’en bas, les lames de glace se déversaient sur Iska comme s’il s’agissait d’une averse soudaine. Les éviter ou se défendre face à ça était impossible. Alors, que devrait-il faire dans une situation sans issue ?

─ Sans réflexion inutile, il se faufila directement vers l’avant.

Tout en ayant ses deux Épées d’Étoiles prêtes, Iska courut à travers la glace.

« HAA ! » cria Iska.

Saisissant avec fermeté son Épée de l’Étoile Noire, il se faufila entre les lames qui volaient depuis ses flancs. Puis, immédiatement après avoir commencé à courir, il avait fait tourner son corps telle une toupie.

Tout en percevant les lames qui venaient de dessous et qui transperçaient les revers de son uniforme de combat, il s’était glissé à travers ces attaques en les esquivant avec une marge de l’épaisseur d’un cheveu.

Malgré tout, il avait continué à avancer. D’une seule frappe d’épée se trouvant dans la main gauche, il repoussa les lames qui venaient depuis le ciel. Les lames repoussées avaient croisé dans les airs d’autres lames et les avaient interceptées. Et même dans cet intervalle, il avait fauché les lames au bord de sa vision périphérique avec l’épée se trouvant dans sa main droite. Quant aux lames qui venaient directement depuis derrière lui, il les esquiva en utilisant seulement la sensation contre sa peau.

« ─ Au-dessus ! »

Des lames étaient créées dans les airs au niveau de chacun de ses angles morts, et Iska utilisait tous ses sens pour pouvoir les neutraliser. Le laps de temps qu’il avait afin de les intercepter était inférieur à une seconde. Et il ne regarda jamais derrière lui alors qu’il effectuait cela. Le flux de l’air était légèrement perturbé lors de la formation des épées de lames. En plus de cette information acquise au moment de leur formation, il pouvait ressentir un froid provenant des lames de glace directement sur sa peau et donc, il pouvait ainsi réagir en un instant.

« ... Comme c’est effrayant !! » Celle qui parlait avec une expression légèrement étonnée n’était autre que la Sorcière de la Glace de la Calamité, Alice. « Mais ce n’est toujours pas bon. Les Esprits des Étoiles sont la volonté même des Étoiles. Il n’y a aucun moyen qu’un soldat impérial qui les rejette soit capable de riposter contre moi ou mon Esprit des Étoiles. »

Iska n’avait pas encore pu neutraliser plus d’une centaine de lames glaciaires. Le simple fait de les détruire était déjà sa limite. Il était donc hors de question pour lui d’atteindre la montagne de glace sur laquelle Alice se tenait. Car actuellement, il était repoussé de plus en plus loin d’elle sous l’assaut furieux des lames.

« Guu... »

Une seule attaque... une lame qu’Iska n’avait pas réussi à intercepter le blessa au niveau de son bras droit. Pendant un instant, sa concentration fut perturbée par la douleur, et dans ce court laps de temps, ses cuisses, son torse, et ses épaules... toutes les zones possibles de son corps furent touchées par des lames.

« Ainsi, c’est donc votre limite ! » déclara Alice.

« Nullement, » déclara Iska.

L’épée en acier blanche qu’Iska tenait dans sa main s’était alors entourée d’une vive lumière. Rin avait déjà pu constater que l’Épée de l’Étoile Noire avait le pouvoir d’isoler la puissance de n’importe quel Esprit des Étoiles. Quant à l’autre arme qui formait la paire...

« Réveille-toi, » déclara Iska.

Une épée de glace...

Dans l’espace vide se trouvant directement au-dessus d’Iska, une arme exactement identique à celles créées par la Sorcière de la Glace de la Calamité après qu’elle utilisa son Esprit des Étoiles fut créée.

« S’agit-il du même Sortilège d’Étoile que celui de Mademoiselle Alice !? » demanda Rin. « Sale Chien... Quel est donc ce pouvoir !? »

« Cela ne provient pas de moi. Il s’agit d’une capacité que possède cette Épée de l’Étoile Blanche, » déclara Iska.

La capacité présente au sein de l’Épée de l’Étoile Blanche était de « libérer l’étoile ».

─ L’Épée de l’Étoile Noire pouvait couper n’importe quel Sortilège d’Étoile.

─ L’Épée de l’Étoile Blanche pouvait « répliquer » les Sortilèges d’Étoile que l’Épée de l’Étoile Noire avait neutralisés au moins une fois.

Une lumière azur brillait au-dessus d’Iska.

Ce n’était pas quelque chose qu’Alice produisait. L’Épée de l’Étoile Noire d’Iska l’avait isolée, et son Épée de l’Étoile Blanche avait reproduit le sortilège.

« Quatre-vingt-dix-sept. Ces sortilèges qui ont été isolés par l’Épée de l’Étoile Noire vont maintenant être libérés par l’Épée de l’Étoile Blanche, » expliqua Iska.

« Et qu’est-ce que vous pouvez faire avec ce nombre ? » demanda Alice. « À ce niveau-là, vous êtes loin d’être capable de pouvoir contrebalancer mon Sortilège d’Étoile. »

« Contrebalancer ? Vous n’avez pas bien compris ce que je voulais faire. C’est..., » déclara Iska.

Iska essuya avec le dos de sa main la plaie se trouvant sur sa joue, puis il poignarda dans le sol l’Épée de l’Étoile Blanche.

« Je fais tout cela uniquement dans le but de pouvoir vous atteindre, » déclara-t-il.

Quatre-vingt-dix-sept épées de glace. Ces épées qui étaient identiques à celles d’Alice avaient alors intercepté les épées qui se dirigeaient vers Iska.

─ Et en même temps que cela se produisait, Iska se mit à courir.

Un monde de glace.

Et au centre de tout cela, il effectua une ligne droite afin de s’approcher de la Sorcière de la Glace de la Calamité. Les lames de glace qu’Iska avait projetées ne pouvaient nullement contrebalancer le sortilège d’Alice, mais pendant quelques secondes, cela permit de lui faire gagner assez de temps pour pouvoir sprinter à toute vitesse sans devoir se soucier des attaques qui l’assaillaient.

« Mademoiselle Alice !! » Comme Rin avait parfaitement compris le but d’Iska, elle appela par réflexe le nom de son maître.

Iska avait couru avant de commencer à progresser le long de la montagne de glace et de neige. Face à cette terrifiante accélération d’Iska utilisée afin de mener à bien sa charge, Alice, qui avait été parfaitement calme pendant tout ce temps, s’était finalement pour la première fois mise en garde.

« C’est un bon plan... voilà ce que je voulais vous dire, mais c’est totalement inefficace face à moi, » déclara-t-elle en préparant sa défense.

Elle avait placé son bras droit vers l’avant et avait écarté ses doigts. Et en un clin d’œil, un bouclier-miroir extrêmement beau était apparu à ses pieds.

« Fleur de Glace, » dit-elle.

Le bruit de quelque chose tranchant quelque chose de solide avait résonné à travers la mer d’arbres.

« Comme c’est solide !? » s’exclama Iska.

Tout en tenant son épée dans une attaque descendante, Iska eut son expression qui se tordit involontairement. La grande fleur de glace se trouvant devant Alice avait bloqué son Épée d’Étoile. Elle avait été capable de bloquer cette lame d’acier noire qui pouvait isoler n’importe quel Sortilège d’Étoile.

« Il s’agit d’un bouclier totalement indestructible. Il peut même bloquer les armes impériales de destructions massives. »

« ... Votre attaque et votre défense sont vraiment absolues, n’est-ce pas ? » demanda Iska.

« Tout à fait. C’est pourquoi il est temps que vous abandonniez ! » répondit Alice.

L’air froid produit par l’énorme fleur de glace avait envoyé Iska dans les airs. Alice, après avoir calculé avec exactitude la trajectoire de chute d’Iska, mit en place un nombre incalculable d’épées de glace. Cependant... c’était sans oublier le fait qu’il y avait une raison pour laquelle les Huit Grands Apôtres avaient confié à Iska la seule paire d’Épées d’Étoile du monde. Et Alice n’avait pas encore fait la lumière sur cette réalité. Il s’agissait de la « ténacité » légendaire d’un jeune homme qui avait été surnommé le « Successeur de l’Acier Noir ».

« ... Aband... onnez, dites-vous ? » Bien qu’il ait été soufflé au loin, Iska murmura tout en serrant les dents. « Si j’abandonnais maintenant, qui mettrait fin à cette fichue guerre !? »

« ─Hein !? » s’exclama Alice.

Tandis qu’Alice et Rin avaient pendant un instant porté leurs attentions sur lui, Iska poignarda ses deux épées dans un grand arbre se trouvant devant lui. Les deux épées percèrent profondément dans le tronc gelé de l’arbre. Iska sembla atterrir sur le tronc alors qu’il posa ses deux pieds dessus, puis il bondit sur l’arbre suivant à très vive allure. Et au moment où Alice perdit de vue la silhouette d’Iska à cause de sa vitesse de mouvement surhumaine, Iska sauta par-dessus l’invincible fleur du bouclier de glace et atterrit juste derrière Alice.

« Quoi !? » s’exclama Alice.

La Sorcière de la Glace de la Calamité, la fille crainte sous ce nom avait crié en raison du choc alors qu’elle se retournait.

« Oh, vignes ! Restreignez-la ! » déclara Alice.

Alors qu’Iska tenait ses épées en l’air, des vignes de glace s’enroulaient autour de ses chevilles. Il s’agissait de vignes qui s’étendaient depuis la glace sur laquelle Iska avait atterri.

« Quelle ténacité... ! Abandonner tout simplement, vous avez déjà perdu ! » s’exclama Alice.

« C’est ma phrase ça ! » répliqua Iska.

Avant que les vignes de glace ne puissent s’enrouler autour de l’intégralité de son corps, Iska coupa les vignes. Et pendant qu’il faisait ça, la Mage des Étoiles grimpa plus haut sur la montagne de glace et de neige et elle augmenta ainsi la distance entre Iska et elle.

« ... Mademoiselle Alice est obligée de reculer ? » s’interrogea Rin.

Rin regardait cette scène comme si elle ne pouvait pas croire ce qui se passait juste devant ses yeux. Alors qu’Iska était en train de couper les vignes de glace, il aurait dû exister un nombre incalculable de méthodes afin de l’attaquer. Cependant, Alice avait abandonné cette opportunité qu’elle avait pu créer et avait préféré se distancer de lui.

─ Elle le craignait.

─ Elle craint sa contre-attaque.

Une attaque portée sans conviction ne fonctionnerait certainement pas sur cet épéiste. En utilisant ses mouvements inhumains, il pouvait esquiver une attaque et utiliser ce laps de temps gagné pour mordre à la gorge. C’était exactement pourquoi elle avait choisi de prendre du recul.

« Comme c’est absurde ! » Ce soupir accompagné d’une brume blanche était venu de la bouche se trouvant au-dessous du voile.

« Absurde ? » demanda-t-il.

« Je parle de vous, » déclara Alice. Elle regardait Iska avec dédain depuis le sommet de la montagne de glace et de neige. « Chaque fois que je pense avoir obtenu la victoire, vous persistez à me résister et me poursuivre telle une bête... C’est pourquoi je dis que tout cela est absurde. En dépit du fait que vous nous rabaissez en tant que sorciers et sorcières, n’êtes-vous pas une bête beaucoup plus inhumaine que nous ? » demanda Alice.

« ... Regardez qui parle, » Répondit Iska en essuyant la sueur de son front.

Un froid qui pouvait geler toute une forêt et d’innombrables épées de glace qui pourraient anéantir tout un bataillon impérial. Tout en possédant assez de puissance destructrice afin de démolir avec facilité une ville, elle possédait également un bouclier invincible qui pouvait même repousser les attaques d’Iska.

« Vous êtes également comme ça, n’est-ce pas ? » déclara-t-il.

« Je vais prendre cela comme un compliment, » répondit Alice. « Cependant, je n’ai pas l’intention de me retirer. Je vais vous vaincre et je ne permettrais à personne de faire obstacle à mon ambition d’unifier le monde. »

« ... Unifier le monde ? » demanda-t-il.

« Un monde de paix perpétuelle sans agression ni persécution. Je me demande si vous pouvez comprendre cela, » demanda Alice.

Peut-être parce que la réaction d’Iska était en dehors de ses attentes, la jeune fille bomba sa poitrine avec fierté comme si elle pensait que ce n’était pas si grave.

« C’est vrai. C’est exactement ce qui me donne l’autorité de succéder au trône royal de la Maison Impériale Nébulis, Aliceliese─quoii, HAAAAAAAAAAAA ! » cria-t-elle. Au moment où elle bomba sa poitrine tout en avançant d’un pas, son pied heurta un monticule de glace. Puis la sorcière poussa un long cri alors qu’elle glissait vers le bas de la montagne. « AAAAAAAAAAAAAAAAAAH!? »

« Hein !? »

La Mage des Étoiles glissa le long de la montagne de glace alors qu’elle tombait à haute vitesse. Quant à Iska...

« ... Owowow. »

« A-Allez-vous bien ? » demanda-t-il.

Il avait attrapé par réflexe la fille qui glissait en bas de montagne de glace.

« O-Oui, merci beaucoup... Mais je me demande,qu-qu-qu-qu’est-ce que vous faites là !? » s’exclama-t-elle.

« ... je pense que j’ai agi de manière instinctive ! » déclara-t-il.

Il s’agissait d’un réflexe conditionné qui l’avait fait agir si rapidement. Iska avait été rendu incapable de continuer à parler. Et la raison était qu’il portait dans ses bras la Sorcière de la Glace de la Calamité, et son voile qui cachait son visage était tombé à la suite de l’impact.

« ─Hein !? » s’exclama-t-elle alors qu’elle se demandait ce qui se passait.

Puis, peut-être parce qu’elle venait réaliser ce fait, Alice toucha son visage avec sa main. Son visage avait été exposé à la vue de tous. Il s’agissait d’un visage qui était rempli d’une fantastique beauté. Avec des traits du visage parfaitement disposés, elle présentait une expression pleine de dignité. Elle avait de longs cils brillants et des lèvres d’un rouge pâle. Même une princesse dessinée dans un conte de fées serait largement éclipsée par cette jeune fille. Il s’agissait du genre de visage qui présentait aussi bien de la douceur et du charme.

« ... »

Dans ce monde glacé, c’était comme si le temps s’était complètement figé alors qu’ils se regardaient...

« A-Avez-vous vu !? » La première à retrouver ses sens fut la Mage des Étoiles.

Elle attrapa la main d’Iska et en reculant, elle poussa brusquement sa main alors qu’elle arborait une expression menaçante.

« Mon visage ne peut pas être connu par l’Empire ! Désormais, je ne peux plus me retenir. » La Mage des Étoiles grinçait des dents alors qu’elle fusillait du regard Iska. « Nous allons finir cela ici. »

« Iska-nii ! » Et à ce moment-là, la voix d’une amie retentit au loin.

« Néné !? » demanda Iska.

« Iska-kun ! C’est quoi toute cette glace !? » Après cela, ce fut la voix du Capitaine Mismis qui put être entendue. « Se pourrait-il que la Sorcière de la Glace de la Calamité se trouve à proximité ? Jhin-kun, Néné-chan, faites attention. Nous ne savons pas où l’ennemi peut se cacher ! »

« Si vous courez sur la glace, vous allez très certainement glisser. Quoi que la capitaine glisse même sans cela..., » la voix de Jhin pouvait être entendue avec un ton exaspéré. Puis le son de leurs parts put être perçu.

En raison de la mer d’arbres gelés, ils ne pouvaient pas encore être vus, mais l’équipe d’Iska serait bientôt de retour. Il pouvait le dire par les sons qu’ils faisaient.

« ... Rin, nous nous retirons, » déclara Alice.

« M-Mais Mademoiselle Alice !? Que diriez-vous avant ça d’en finir avec cet homme !? » demanda Rin.

« Nous avons détruit le Réacteur de Puissance. Il serait dangereux de rester ici alors que nous savons que des renforts ennemis arrivent sur les lieux, » déclara Alice.

Les deux sorcières dévalèrent alors la montagne de glace et de neige. Le golem de Rin fait de terre avait emporté par la même occasion les autres Mages des Étoiles, et les deux filles sautèrent après ça sur un oiseau d’allure étrange qui était posé sur le dessus de la mer d’arbres.

« Vous avez dit que vous vous appeliez Iska, n’est-ce pas ? » Alors que son visage était teint de rouge à cause de l’échec de n’avoir put garder masqué son visage face à quiconque de l’Empire, la princesse de la Maison Impériale de Nébulis tourna la tête par-dessus son épaule avant de déclarer. « Spécialement pour cette fois-ci, je vais vous laisser partir ! Mais ne pensez pas que vous aurez une autre chance ! »

Le battement des ailes de l’oiseau résonna à travers les arbres, et l’oiseau étrange disparut dans le ciel avec les Mages des Étoiles sur son dos.

« Iska-kuuuuuuuuun. Merci mon dieu. Vas-tu bien ? » demanda Mismis.

« Quoiii, Capitaine ? » demanda Iska.

La capitaine très enfantine avait sauté sur Iska au moment où il était apparu devant elle.

« J’étais très inquiète. Vas-tu bien ? Es-tu blessé ? » demanda Mismis.

« ... J’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui ne va pas quand je constate que tu sautes sur quelqu’un que tu penses être blessé ! » répliqua Iska.

Un peu plus loin, Néné et Jhin regardaient la montagne de neige et de glace alors qu’ils soupiraient tous deux.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Hé Jhin-nii-chan ! Est-ce vraiment un Sortilège d’Étoile qui a causé ça ? » demanda Néné.

« On dirait qu’elle est bien une Mage des Étoiles bien en haut de la norme, tout comme les rumeurs l’indiquaient, » déclara Jhin. « C’est comme si toute la région était retournée à l’ère glaciaire. La glace est même allée jusqu’au voisinage de la ligne de front où nous avons rejoint les autres troupes. »

« ... c’est comme tu peux le voir. » Tout en regardant la mer d’arbres gelés, Iska haussa les épaules.

« Comment t’es-tu exactement battu ? » demanda Jhin. « Pour qu’un Mage des Étoiles soit capable de te blesser... Je vais désinfecter tes blessures. »

« O-Oui, c’est vrai, Iska-kun. Si on ne soigne pas tes blessures, elles vont s’infecter, » rajouta Mismis.

« D’accord, » *Boum* *Boum* alors qu’Iska sentait son cœur battre avec vigueur, il fit un signe de tête.

... Mais, qu’est-ce que c’était que ce battement de cœur inhabituel ?

... Était-ce causé par la tension du combat ? Mais pourquoi ? Cela ne s’était jamais produit auparavant.

Était-ce vraiment une sensation persistante due à la tension du combat ? Ou était-ce une chose entièrement différente ? Iska n’avait tout simplement pas compris ce qui se passait en ce moment.

***

Chapitre 2 : La personne qu’il et elle ont rencontrée est…

Partie 1

Dans le domaine fortifié de « l’Empire des Cieux ».

Se trouvant dans un pays communément appelée l’Empire, sa capitale Yunmerungen se vantait partout dans le monde d’avoir la plus grande population présente dans une seule ville. La ville elle-même était divisée en trois grands secteurs.

Le premier secteur était celui où se trouvaient les institutions gouvernementales et de recherche. Le principal bâtiment du Parlement des Huit Grands-Apôtres qui avaient l’autorité sur toutes les questions politiques dans le pays se trouvait là. Il s’agissait du secteur où tout était décidé dans l’Empire.

Le secteur deux était la zone résidentielle. C’était là que vivaient soixante-dix pour cent de la population de la Capitale Impériale et il y avait un quartier commerçant de premier plan à côté de la zone d’habitation. Chaque jour, de nombreux touristes provenant de la « ville neutre » voisine visitaient ce secteur.

Et puis le secteur trois était une base militaire. Il contenait également les usines de fabrication des armes développées par les institutions de recherche du premier secteur ainsi que les vastes terrains d’essai utilisés pour les tester. Il y avait également les casernes pour les soldats impériaux présents à l’intérieur de ce secteur.

« J’ai oublié ce que c’était de dormir dans cette pièce..., » murmura Iska.

Dans le coin le plus profond du premier étage du Baraquement Impérial 03, Iska était allongé sur le sol depuis le milieu de la journée, regardant le plafond de la chambre particulière dans laquelle il vivait depuis l’âge de douze ans. Peut-être à cause de l’effet d’avoir passé autant de temps à camper à l’extérieur, il avait trouvé plus facile de dormir sur un sol dur que sur un lit moelleux.

« ... Mais je ne peux pas du tout dormir, » continua-t-il.

Il était somnolent, mais contrairement à son corps fatigué, son esprit était en pleine effervescence. Cela faisait deux jours depuis son retour de la forêt de Nelka. Cela aurait dû être le bref moment de repos qu’il avait entre les missions, mais même ainsi, il ne pouvait pas dormir.

« La Mage des Étoiles que l’Empire a surnommée la “Sorcière de la Glace de la Calamité” n’est autre que ma personne, » répéta-t-il.

La seule chose qui lui venait à l’esprit était la Sorcière de la Glace de la Calamité, Aliceliese. Chacun de ses Sortilèges d’Étoile était comparable à une calamité. Par le fait qu’elle avait envahi une base impériale à elle toute seule, Iska était maintenant en plein accord avec les précautions prises envers elle par les Huit Grands Apôtres.

« ... C’est pourquoi ? » murmura-t-il.

Il était incapable d’effacer ce visage de son esprit qui avait été révélé quand son voile était tombé. Elle était une Mage des Étoiles ayant la force convenable pour être appelée l’atout de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Et par-dessus tout, elle avait un visage avec un fantastique charme. Son âge semblait aussi être autour de l’âge d’Iska.

« Pas bon. Vraiment pas bon. J’ai besoin de penser à autre chose ! » déclara-t-il.

Les pensées oisives émousseraient son esprit. Les ordres pour sa prochaine mission ne viendront sûrement pas avant un moment. Pour qu’il puisse se concentrer sur ça, il devait reposer son corps.

« Iska-kun, es-tu ici ? »

Une sonnerie. Et en même temps que cette sonnerie, il pouvait entendre une voix enfantine de l’autre côté de la porte.

« Capitaine Mismis ? » demanda-t-il.

Alors qu’il répondait à la voix, il avait ouvert la porte. Et comme il s’y attendait, la femme capitaine avec une petite carrure se tenait là.

« Je me demandais vraiment comment tu faisais... je veux dire par là que tu es resté enfermé dans cette seule pièce tout ce temps, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle. « Tu n’es pas sortie du tout, alors Néné-chan s’inquiétait, tu sais ? »

« Je vais bien, » répondit-il. « J’ai juste du mal à m’endormir, c’est tout. »

« Mais je te connais Iska-kun. Tu as fait une expression comme si tu t’inquiétais de quelque chose depuis que nous sommes revenus, » répondit Mismis. « N’as-tu pas regardé fixement le mur en étant complètement déconnecté de la réalité ? »

Mismis le regarda avec une expression inquiète et des yeux tournés vers le bas.

« Hmm ! Disons. Je... En général, je ne fais pas les choses que devrait faire un Capitaine, donc au moins je veux que mes subordonnés puissent me consulter quand ils ont un problème, » continua Mismis. « Je pense que si tu en parles, ça te fera du bien. »

« As-tu fait tout ce chemin jusqu’ici pour cela ? » demanda-t-il.

Iska baissa les yeux sur le spectacle rare d’une Mismis en civil. Elle portait une chemise avec un joli imprimé de chaton et une jupe à froufrous enfantine. Il s’agissait d’un vêtement très décontracté, mais c’était probablement parce que cette journée était censée être son précieux jour de congé. Et malgré cela, elle était venue lui rendre visite.

... Sérieusement.

... Il était vraiment incapable de lui correspondre.

Son talent de soldat n’était définitivement pas génial. Ses résultats pour se qualifier pour un poste d’officier étaient également au ras des paquerettes. Mais la raison pour laquelle Iska et les autres l’appréciaient grandement en tant que capitaine était sa considération délicate envers les autres. Ils voulaient suivre un capitaine comme ça. Elle avait ce genre de charme en elle.

« Regarde !? Comme je le pensais. Iska-kun, tu fais une expression un peu compliquée comme je m’y attendais ! » s’exclama Mismis.

« Le fais-je vraiment ? » demanda-t-il.

« Tu le fais ! Oui, tu le fais là ! » s’exclama Mismis. « Maintenant, dis tout à ta grande sœur ! Mais... eh bien, je ne pense pas que cela puisse être autre chose que ce qui s’est passé lors de la mission dans la forêt de Nelka. »

La capitaine le regardait maintenant tout en plissant les yeux.

« Quelque chose est-il arrivé ? » demanda-t-elle.

« ... Je ne peux pas sortir ce combat de ma tête, » avoua-t-il.

« Celui contre la Sorcière de la Glace de la Calamité ? Le combat n’a-t-il pas fini sur une égalité ? » demanda-t-elle.

« ... Je me suis perdu dans mes pensées quand je me le remémore, » répondit-il.

Il ne savait pas lequel des deux avait eu la supériorité dans cette bataille. Il était clair que dans un simple concours de puissance, aucun d’entre eux n’était capable de faire tomber l’autre, et il semblait qu’ils avaient une approche tactique similaire en créant une ouverture dans les défenses de leur adversaire. Il avait la même sensation de guerre psychologique que l’on pouvait voir au sommet d’un jeu d’échecs de première classe.

Même quand Iska pensait qu’il avait l’avantage, il était anxieux que l’ouverture en elle-même ne fût pas un piège créé par son adversaire. C’était la première fois qu’Iska devait faire face à un Mage des Étoiles comme ça. Toutefois... Était-ce vraiment la cause de son insomnie ?

« Et aussi..., » commença-t-il.

« Aussi !? » demanda-t-elle.

« ... Non. Ce n’est rien, » répondit-il.

Iska avait avalé de force les mots qu’il était sur le point de prononcé. « La Sorcière de la Glace de la Calamité est une femme extrêmement belle ».

... Comme on pouvait s’y attendre, ça ne pouvait pas être la raison de son insomnie... Ou ça n’aurait pas dû être le cas.

... Cela aurait aussi été embarrassant pour le capitaine Mismis de le regarder étrangement s’il disait une telle chose.

« Iska-kun. Ça pourrait être un traumatisme émotionnel, » déclara Mismis.

« Un traumatisme ? » demanda Iska.

« Oui. Après avoir vécu une bataille difficile, la douleur de tes blessures ou quelque chose comme la peur de la bataille pourrait finir par blesser ton cœur, » déclara Mismis. « Même au sein des forces impériales, il y a quelques personnes qui en font l’expérience. Puisque tu as combattu cette Sorcière de la Glace de la Calamité, il ne serait pas étrange que tu le deviennes aussi... »

Il était possible qu’il ne gagne jamais. C’était sa première rencontre avec un ennemi redoutable qui lui avait fait penser ça. Cela avait peut-être été une bataille qui avait semé la peur dans son cœur. En y regardant objectivement, l’analyse de Mismis était certainement valable. Mais était-ce vraiment ça ? Était-ce vraiment la raison ? Cela frustrait Iska qu’il soit incapable d’identifier la source des émotions enfouies dans son cœur.

« Hmmm. Mais je me demande quelque chose. Comment pouvons-nous résoudre cela ? » se demanda Mismis. « Si les symptômes sont graves alors nous pourrions consulter un docteur ou quelque chose du genre. »

La petite capitaine avait plié ses bras avec une expression troublée clairement visible.

« Dans mon cas, même quand j’ai des problèmes, si je fais un barbecue et que je dors bien, je retrouve mon moral, hein ~. Veux-tu avoir un barbecue ? » lui demanda Mismis.

« Non, je ne pense pas que ce soit ce genre de..., » commença-t-il.

« C’est vrai ~, » répondit Mismis. « Je pense que ça ira mieux naturellement avec le temps, mais je pense aussi que ça serait toujours bien d’avoir un changement de rythme... Aah, c’est vrai ! Iska-kun, viens ici, viens ici ! »

Debout dans la porte, Mismis se retourna brusquement et commença à courir.

« J’ai quelque chose de sympa à te donner, Iska-kun. Suis-moi, » dit-elle.

Dans la Caserne Impériale 01, Iska regardait fixement une porte avec un adorable autocollant en forme de lapin.

« N’est-ce pas ta chambre ? » demanda-t-il.

« Oui Oui. C’est ma chambre, c’est un peu fouillis, mais viens dedans, » répondit-elle.

Il y avait des animaux en peluche étalés sur la moquette chaude et colorée du salon et la tasse posée sur la table avait également l’image enfantine d’un chiot imprimé dessus.

« Ta collection d’animaux a encore grandi, n’est-ce pas ? » demanda-t-il.

« Hehe. Qu’en penses-tu ? Ne sont-ils pas trop mignons ? » demanda-t-elle.

« Oui. Hmm... Mais, comment dois-je le dire, ça..., » déclara Iska.

Suspendu au plafond et magnifiquement exposé au centre de la pièce, il y avait le spectacle des sous-vêtements de Mismis accroché là et Iska avait fait fuir ses yeux loin de ça.

« C’est du poison pour les yeux, » déclara-t-il.

« Hein !? Qu’est-ce qui est un poison pour ... NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !? » cria-t-elle.

La femme ayant l’âge nubile avait complètement oublié que ses sous-vêtements séchaient dans sa chambre et, paniquée, elle tenta de sceller la vision d’Iska en levant les mains au-dessus de sa tête.

« T-tu as tort Iska-kun ! » cria-t-elle. « Ce n’est pas ça. Il s’agit juste d’un peu de curiosité ! Comme toutes mes amies ont eu des petits amis, alors j’ai essayé de me forcer un peu pour ça. Le fait d’avoir des sous-vêtements avec une allure un peu adulte pour relever un défi fait partie du fait d’être une femme. Ne te méprends donc pas sur mes intentions ! »

« Je ne comprends pas du tout ce que tu me dis, » répondit Iska.

« ... Hein !? Quoi qu’il en soit..., » déclara Mismis.

Mismis rangea rapidement les sous-vêtements qui avaient été laissés à sécher.

« Revenons à ce dont nous parlions avant, d’accord ? » demanda Mismis. « J’ai l’impression que ce n’est pas bon de rester dans ta chambre toute la journée. Je pense que tu devrais hardiment sortir et t’amuser. Donc pour ce faire, tadaaah ! »

Mismis avait attrapé un petit billet qui était sur la table et l’avait élevé haut en dessus d’elle et avec force.

« Ici. Va regarder ça et amuse-toi bien, » déclara Mismis.

« ... Un billet d’opéra ? “L’Amour Brisé de la Chevalière Beatrix” ? » demanda Iska.

« Tout à fait. C’est un spectacle qu’ils mettent en place dans la Cité Neutre chaque année, » répondit Mismis. « J’aime vraiment cet opéra et donc j’ai acheté un carnet avec dix billets et je l’ai déjà regardé neuf fois. Mais je pensais que c’est peut-être assez pour cette année. Alors je vais te le donner, Iska-kun. »

« Hein !? Mais quand..., » commença Iska.

« Je pense que cela ne pose pas de problèmes que tu le fasses avant la prochaine mission, » répondit Mismis. « Dans ce cas, n’est-ce pas bien d’aller demain ? »

La capitaine avait gonflé sa poitrine pleine de fierté et de confiance en soi.

« Il s’agit d’un opéra merveilleux. Je pense que ce sera un bon changement de rythme pour toi. Ceci est un ordre de ton capitaine, » déclara Mismis.

« ... Un ordre, hein ? » s’exclama Iska.

Puis, alors qu’il regardait le billet qu’il avait reçu, Iska avait fait un unique signe de tête.

***

De la vapeur blanche.

De l’eau chaude d’un blanc laiteux s’échappait de la bouche d’un robinet modelé d’après la tête d’un lion. La baignoire était remplie au point où elle débordait. Et ce qui flottait au-dessus de la surface de l’eau se trouvait être des fleurs et des herbes de toutes les couleurs.

On pourrait dire que la grande baignoire qui avait de la vapeur qui s’en dégageait pouvait contenir une vingtaine de personnes à l’intérieur. À côté de celle-ci, un bain chaud-froid avait été préparé, et plus profondément à l’intérieur de la pièce, il y avait un sauna qui était rempli de vapeur brûlante.

... *Goutte*.

Ce qui s’avançait le long des carreaux humides se trouvait être une jeune femme portant des vêtements de femme de ménage.

« Mademoiselle Alice, allez-vous rester dans le bain encore longtemps ? »

Le Palais Royal de Nébulis.

En réponse à la voix digne qui résonnait dans le bain, Alice ouvrit ses paupières fermées jusque là et elle souleva son visage hors de l’eau.

« Que diriez-vous de sortir maintenant ? Il est grand temps de se retirer pour la nuit. »

« ... Je ne suis pas fatiguée, » répondit Alice.

« Vous m’avez dit la même chose la nuit dernière, » répondit Rin. « Même si, normalement, quand vous revenez d’une bataille, vous ne prenez même pas de repas et que vous allez directement dormir. »

« Mais tu sais, je ne suis pas du tout fatiguée ~, » répondit Alice.

Tout en soufflant des bulles, elle avait coulé sous la surface de l’eau. Il s’agissait de ce qui s’était passé dans la forêt de Nelka. Elle était partie avec Rin pour détruire le Réacteur de Puissance d’Armement impérial à la suite des ordres de sa mère. La mission elle-même avait été parfaitement exécutée. Il n’y avait pas eu la moindre erreur.

... Mais même ainsi, qu’est-ce que c’était alors ?

... Pourquoi était-elle incapable de sortir cet épéiste de son esprit ? Elle était bien consciente que c’était l’une des raisons pour lesquelles elle était incapable de dormir.

« Est-ce à propos de ce soldat qui a déclaré se nommer Iska ? » demanda Rin.

Debout au bord de la baignoire, Rin portait comme d’habitude sa tenue de femme de chambre et avait les pieds nus.

« Vous voyez, je me posais des questions à propos de l’histoire de cet épéiste avant même que nous soyons revenues à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, » déclara Rin.

« ... Je me demande simplement qui il est, » répondit Alice.

Il se trouvait être un jeune homme qui avait à peu près son âge. Elle pouvait voir par son apparence et sa conduite qu’il débordait de jeunesse, mais quand le moment du combat était venu, il ne pouvait être décrit comme quelque chose de bestial.

Avec sa concentration terrifiante et ses capacités physiques inhumaines, il avait pu se rapprocher d’Alice tout en faisant face à ses attaques. Quand elle s’était battue contre les Saints-Apôtres, elle avait senti qu’ils étaient de redoutables ennemis. Cependant, c’était la première fois qu’elle ressentait un sentiment d’effroi que quelque chose pourrait frappé son cou à tout moment.

« Je vais commencer une enquête sur le passé de cet épéiste. Cependant, au mieux, il faudra encore quelques jours pour avoir une réponse, » déclara Rin.

« C’est plus que suffisant. Merci beaucoup, Rin, » répondit Alice.

Tout en regardant fixement les pétales flottant au-dessus de l’eau, elle hocha la tête...

« Cette épée, » murmura-t-elle.

... Il n’y avait aucune chance... Les épées avaient seulement semblé pareilles...

... Son bienfaiteur ne pouvait pas faire partie de l’Empire.

« C’est tout, c’est juste une coïncidence..., » déclara Alice.

« Hein !? » s’exclama Rin.

« Non, ce n’est rien ! » répondit Alice.

Le murmure débordant de son cœur qu’elle laissa inconsciemment sortir fut repris par Rin, et Alice agita les mains dans une panique.

« Es-tu blessé ? Je n’aurais jamais imaginé qu’une arme impériale serait devenue hors de contrôle si près de la Cité Neutre... »

« Mais ça va, j’ai coupé la force motrice de l’unité de mobilité. Ce machin ne peut plus bouger. »

Un souvenir coloré dans le sable.

Une pluie d’étincelles et un épais nuage de sable suspendu au-dessus d’eux.

Un épéiste l’avait sauvée d’une arme impériale qui avait perdu le contrôle et qui l’avait attaquée. À cause du nuage de sable, sa silhouette et sa voix étaient floues. Mais même ainsi, elle se souvenait parfaitement de la lueur qu’il tenait dans chacune de ses mains. Acier noir et blanc. Ces lames brillantes qui ressemblaient aux antipodes l’une de l’autre ressemblaient aux épées que brandissait le jeune épéiste.

« ... »

Toujours dans sa baignoire, Alice poussa sur sa poitrine avec sa main. Ce qui se passait à travers sa précoce ─ comme Rin la décrirait avec jalousie ─ poitrine féminine et très bien développée, était son cœur qui battait à un rythme bien plus rapide qu’elle ne pouvait le croire.

*boum boum* *boum boum*

Mais même maintenant, plutôt que de montrer des signes de vouloir se calmer, il semblerait que c’était de plus en plus fort.

« Aaaah, bon sang ! Ce n’est pas bien ! J’ai besoin d’un changement de rythme ! » s’exclama Alice.

« Attendez une minute Mademoiselle Alice. L’eau !? » s’exclama Rin. « Mon Dieu... S’il vous plaît, ne vous levez pas avec une telle vigueur. Regardez, même mes vêtements ont été mouillés. »

« Tout à fait. Changeons de rythme ! Rin, maintenant que tout est réglé, prépare-toi pour demain ! » s’exclama Alice.

« ... Mes vêtements..., » murmura Rin.

Poussant une Rin qui gonflait les joues, Alice se dirigea rapidement vers le vestiaire. Le long de l’un des murs se trouvait un miroir sur lequel elle se précipita en étendant ses mains vers un étui à accessoires.

« Oui, celui-ci fera l’affaire, » déclara Alice.

« Mademoiselle Alice, s’il vous plaît, ne marchez pas ainsi avant de vous sécher le corps, » répliqua Rin. « Vous allez glisser et tomber si vous continuez ainsi. »

« Je ne vais pas tomber. Je ne suis pas une enfant, » répondit Alice.

« Je vous dis ça, car vous courrez là telle une enfant, » répliqua Rin. « Venez ici ! Si vous ne vous faites pas sécher, vous allez attraper un rhume. »

Rin prit une serviette avec ses deux mains et sécha soigneusement les cheveux blonds dégoulinants d’Alice.

« Hé, Rin, regarde ça, regarde, » demanda Alice.

« “L’Amour Brisé de la Chevalière Beatrix”... ? Oh, Mon Dieu. Avez-vous effectué des réservations pour un opéra tout en gardant le secret pour moi ? » demanda Rin.

Après avoir essuyé ses cheveux, Rin descendit vers le cou et le dos d’Alice. Sa servante essuya les gouttes d’eau qui tombaient de la nuque et qui descendaient dans le dos. Rin était née d’une lignée qui servait de gouvernante pour la famille royale de Nébulis depuis des générations. Tout en étant un an plus jeune qu’Alice, elle avait le devoir de s’occuper d’elle. Pour Alice, elle était la seule bonne amie avec qui elle pouvait plaisanter librement.

« Tu sais, c’était difficile d’obtenir ces tickets, » déclara Alice. « Pour m’assurer d’avoir des sièges côte à côte, j’ai dû faire quatre fois des tentatives en allant au magasin. »

« ... Compris. Je vous accompagnerai, » répondit Rin.

Après avoir essuyé le corps d’Alice, Rin laissa échapper un grandiose soupir.

« Mais est-ce vraiment correct de faire ça ? » demanda Rin. « Même si vous venez d’avoir votre visage vu par cet épéiste ? »

L’épéiste impérial qui s’était baptisé Iska... Pendant la bataille avec lui, son masque était tombé, et le visage qu’elle avait caché derrière avait été révélé. Si l’Empire connaissait son visage, il était possible qu’ils envoient des assassins après elle. Pendant un certain temps, Alice avait aussi paniqué à cette possibilité, mais...

« C’est correct, » répondit Alice. « En y réfléchissant correctement, il n’y a pas de problème à ce qu’il ait vu mon visage. »

Contrairement à l’Empire qui considérait les Esprits des Étoiles comme quelque chose de maléfique, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis qui les avait adoptés avait fait des recherches beaucoup plus approfondies sur ces esprits.

Et l’un de ces détails était les différences individuelles entre les Esprits des Étoiles.

Bien que les Esprits des Étoiles habitant à l’intérieur des humains étaient larges et variés, l’Esprit des Étoiles d’Alice avait un sens particulièrement aigu du danger. Lorsque le danger l’atteindrait, il prendrait automatiquement des mesures pour la défendre. Puisqu’elle avait un Esprit des Étoiles qui était capable de repousser une attaque d’une arme impériale de destruction à grande échelle, il n’y avait aucun besoin réel de craindre un ou deux assassins.

« Je n’ai pas peur des assassins impériaux, » répondit Alice. « J’ai mon Esprit des Étoiles, et surtout Rin, tu seras aussi avec moi. »

« ... Quel compliment pratique ! » répliqua Rin.

« C’est la vérité, » répondit Alice. « D’ailleurs, chaque fois que je me rendais à la Cité Neutre, je ne portais pas ma coiffe spéciale, n’est-ce pas ? Sortons simplement hardiment dans nos tenues habituelles. »

Alice avait agité autour d’elle les billets qu’elle tenait dans sa main pendant qu’elle parlait.

« Les rideaux se lèvent juste avant midi, donc je veux quitter le palais royal au lever du soleil, » déclara Alice.

« Dans ce cas, je vais préparer l’oiseau de sable, » annonça Rin. « Comme nous partirons le matin, revenez dans votre chambre et allez dormir pour la nuit. Je vais garder les billets en attendant. »

« Aah, attends, Rin !? » s’écria Alice.

« Mademoiselle Alice. Je fais ça pour que vous ne les perdiez pas, » expliqua Rin. « En outre, s’il vous plaît mettez déjà vos sous-vêtements. Essayiez-vous de vous vanter afin de me rendre jalouse en me les montrant ainsi ? »

« Je-je ne me vante pas ! » s’écria Alice.

Après que Rin ait regardé avec envie la poitrine d’Alice alors qu’elle se balançait avec vigueur, Alice devint en pleine panique.

« Eh aussi, informez la Reine de vos projets, » déclara Rin. « Car après tout, tout récemment, il y avait tout un tumulte quand vous êtes partie sans autorisation. »

« ... Que c’est ennuyeux ! » s’exclama Alice.

« Votre réponse alors ? » demanda Rin.

« ... D’acccccoooordddd ! » répliqua Alice.

En réponse au ton strict de sa servante, Alice laissa échapper un petit soupir.

***

Partie 2

Il y a deux ans...

Son assignation dans un peloton avait été déterminée. Au lendemain de cette annonce, son maître avait disparu sous ses yeux. Non, il serait plus correct de dire que son maître avait hardiment pris congé juste devant lui.

« Ceux qui ne pouvaient pas m’enfuir, c’était juste toi et Jhin, n’est-ce pas ? » Lors de son départ, il avait laissé ces mots cyniques derrière lui. « Mais... eh bien, je suppose qu’il vaut mieux que vous soyez deux. »

L’épéiste le plus fort de l’Empire, Crosswell Ness Livergate — également connu sous le nom de l’« Acier Noir ».

Après avoir servi comme chef des Saints-Apôtres dans la Capitale Impériale, il avait repéré des garçons et des filles de tout l’Empire et les avait entraînés dans l’espoir de se trouver un successeur. Non, il serait plus correct de le décrire comme leur faisant subir un enfer afin de les tester. Après seulement une demi-journée de formation, environ la moitié des personnes sélectionnées avaient déjà abandonné. À la fin de la journée, quatre-vingt-dix pour cent des participants avaient jeté l’éponge. Trois jours plus tard, la moitié des membres restants avaient déclaré forfait. Après ça, un, puis trois, puis cinq ans s’étaient écoulés, et il ne restait plus que Jhin et Iska.

« Iska, tu étais le dernier des candidats que j’ai choisis et éduqués. Était-ce bien ça ? » demanda Crosswell.

« Oui, » répondit Iska.

« Franchement, parmi tous les candidats que j’ai choisis, tu étais le plus..., » déclara Crosswell.

« O-Oui, » s’exclama Iska.

« Désespéré parmi eux, » finissait par dire Crosswell.

« Il y a une limite quant à la franchise. Non !? » s’exclama Iska.

Devant le jeune homme qui s’épuisait en s’entraînant de toutes ses forces, l’homme aux cheveux noirs habillé tout en noir parlait comme si c’était tout à fait naturel.

« Je suis allé à la recherche de personnes en fonction de la quantité d’espoir que j’avais en eux, » dit-il. « Dans ce cas, n’est-il pas naturel que l’individu que j’ai choisi en dernier soit celui dont je m’attendais le moins ? »

« ... Eh bien ! Cela a du sens, mais..., » balbutia Iska.

Le jeune homme gonfla ses joues d’insatisfaction. Il avait ensuite regardé ses mains qui venaient de recevoir une paire d’épées de son maître.

« Mais tu sais, il y a une meilleure façon de le dire, » déclara Iska.

« Tu étais celui qui était le plus comme moi. Voilà pourquoi je m’attendais le moins à ce que ce soit toi, » expliqua Crosswell.

« ... »

C’était un fait qu’Iska avait entendu pour la première fois. Son maître était généralement silencieux et sans émotion, jetant toujours un regard apathique sur lui. C’était la première fois qu’il entendait les « véritables pensées » de son maître.

« Ne lâche pas ces Épées d’Étoile, » déclara Crosswell.

« Bien sûr. C’est après tout un précieux souvenir de mon maître... Oh !! » s’exclama Iska.

Il avait été frappé. « Ne considère pas un souvenir par toi-même. Ne déclare pas ça ainsi comme si tu venais de tuer ton maître. » Après ça, il avait finalement déclaré ça... « Ces épées sont le seul espoir pour sauver le monde, » déclara Crosswell.

« ... Hein !? » s’exclama Iska.

« Les Épées d’Étoile t’obéiront. Juste en les touchant, tu peux les contrôler, et personne d’autre ne pourra les utiliser. Alors je te les laisse ainsi que..., » déclara son maître.

Après quelques secondes...

« Le devoir de mettre fin à cette guerre entre les hommes et les sorcières qui dure depuis cent ans t’incombe désormais, toi le ─ successeur de l’Acier Noire, » ainsi avait déclaré son Maître.

***

Partie 3

La terre brûlante était craquelée par la chaleur incessante qui s’y déversait. Il s’agissait d’un désert où l’on voyait seulement quelques mauvaises herbes qui poussaient ici et là. Si l’on marchait pieds nus ici, il était probable que les pieds seraient brûlés avant même qu’une seconde puisse s’écouler.

Les terres désolées de Vuishada.

Un buggy tout seul avait parcouru ce chemin à travers ces immenses terres désolées à une vitesse intense.

« Iska-nii, lève-toi, lève-toi. Nous sommes presque à Ayin. »

« Hm, déjà ? » demanda Iska.

Après avoir été bousculé par Néné depuis le siège du conducteur, Iska frotta ses paupières alors qu’il se trouvait dans le siège du passager. Il se souvenait de tout jusqu’au moment où ils avaient quitté la Capitale Impériale avant le lever du soleil, mais il ne se souvenait de rien après cela.

« Il est déjà près de midi, » déclara Néné. « Ce type a dormi pendant six bonnes heures. Franchement, Iska-nii, peu importe le nombre de fois où je t’ai parlé, tu as dormi comme une souche. »

« Désolé..., » répondit Iska.

« Hmm. Mais, Néné a aussi pu voir le visage endormi d’Iska-nii pour la première fois depuis très longtemps, » déclara Néné avec une voie gaie et animée. « Tu m’as aussi dit que tu avais du mal à dormir depuis ton retour de la forêt de Nelka. »

« Tout à fait..., » répondit Iska. « J’ai vu, un rêve de mon maître pour la première fois depuis si longtemps. Un souvenir de quand Jhin et moi avions travaillé jusqu’à l’épuisement. Au contraire, c’était plutôt un cauchemar. »

« Un rêve du Maître Noir ? » Néné parla en agrippant le volant de la voiture.

« Comme c’est nostalgique... tu n’as pas fait de rêve avec Maître Noir depuis tout ce temps, n’est-ce pas ? » demanda Néné.

« C’est probablement parce que je n’ai pas utilisé les Épées d’Étoile depuis si longtemps, » répondit Iska. « Même s’il m’a dit de les traiter avec précaution, elles avaient été confisquées par les Huit Grands-Apôtres. Je suis soulagé qu’ils me les aient rendues. »

Iska baissa les yeux sur les deux épées appuyées contre son siège.

La terre que traversait le buggy n’était affiliée ni à l’Empire ni à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Les terres désolées avaient même été désignées par le monde entier comme une zone naturelle où seules les bêtes sauvages résidaient. C’était une terre où il y avait même eu une fois un rapport concernant un énorme dragon qui avait été vu il y a longtemps. La route elle-même avait été classée comme sûre, mais dans tous les cas ce n’était pas un endroit où l’on devrait somnoler.

« Aaaaah, quel échec ~. Pourquoi ai-je dû m’inscrire à un travail à temps partiel juste au moment où Iska-nii se décidait à sortir ? » Avec un soupir remarquablement insatisfait, Néné lâcha le volant.

« Jhin donne un coup de main à l’armurier, et la capitaine Mismis fait du shopping, n’est-ce pas ? » demanda Iska.

« C’est vrai, mais ~, même Néné veut aller jouer dans la Cité Neutre avec Iska-nii, tu sais ? » déclara-t-elle.

La jeune femme à la queue de cheval avait posé sa tête sur les genoux d’Iska. Et tout cela, pendant que la voiture filait sur la route avec une terrifiante vitesse. Mais même ainsi, la jeune femme qui ne pouvait plus voir devant le véhicule manipulait parfaitement le véhicule en contrôlant le volant avec sa jambe.

« Néné, c’est dangereux si tu ne regardes pas pendant que tu conduis. Conduire avec ta jambe est un peu..., » déclara Iska.

« Mais ça fait si longtemps que je veux être avec mon Iska-nii, » déclara-t-elle.

« Est-ce que ça a été vraiment si long ? » demanda Iska.

Une fois de plus, Iska regarda négligemment Néné se trouvant en partie sur le siège du conducteur.

... Mais, elle est certainement devenue un peu plus adulte, non ? pensa-t-il. Elle était devenue plus grande à tous les niveaux, et on sentait que ses expressions étaient plus féminines.

C’était une année de puberté qui s’était écoulée pour elle.

Pendant qu’Iska était emprisonné, cette fille enfantine était devenue plus grande, et sa silhouette était devenue de plus en plus féminine. Il se posait la question quant à savoir si ces cheveux qui étaient retenus dans une queue de cheval étaient relâchés pour être libres, elle n’aurait pas eu l’air encore plus adulte.

« Hep. »

Néné avait soudainement corrigé sa posture et sa queue de cheval avait rebondi dans l’air alors qu’elle parlait avec insatisfaction. « Aaah... Nous sommes déjà arrivés. J’aurais dû rouler plus lentement. »

La Cité Neutre d’Ayin.

La ville construite sur une oasis au milieu des terres désolées était apparue alors qu’ils se dirigeaient vers la porte perçant les énormes murailles qui entouraient la ville.

« Merci Néné. Je vais prendre le bus régulier pour revenir, » déclara Iska.

« D’accord, d’accord. À plus tard, Iska-nii ! » déclara Néné.

« ... Oui. Hmm, en y pensant, où est le théâtre ? » se demanda Iska.

Après avoir vu le buggy roulé en produisant un nuage de poussière, Iska se tourna vers les rues de la ville.

La Cité Neutre... en réponse aux cent ans de conflit qui divisèrent l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, c’était le nom générique donné à la ville qui ne participait à aucun camp.

« La Cité Neutre, hmmm, ça fait longtemps, » déclara Iska. « Depuis combien d’années ne suis-je pas venu ici ? »

Iska jeta un coup d’œil à la rue principale où étaient alignés les impressionnants théâtres. À côté de la majestueuse et noble salle de concert en bois se trouvait un magnifique opéra avec un design moderne.

« Mais, comme d’habitude, c’est vraiment la foule, » déclara-t-il.

Il s’agissait de la terre où la culture et les arts fleurissaient. Tous les artistes qui détestaient la guerre entre l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avaient été acceptés ici. Il s’agissait d’une terre où la peinture, la musique, la poésie et la sculpture parmi tous les autres types d’arts s’étaient hautement développées.

La Cité Neutre d’Ayin était la capitale de l’opéra. Les musiciens ambulants se trouvant dans la rue chantaient des chansons tous à leur guise, et les touristes remplissaient les rues partout où Iska regardait et ils étaient tous à écouter attentivement ces musiciens.

« ... Attends, c’est mauvais. Il est déjà temps que les rideaux se lèvent ! » s’exclama Iska.

Iska se précipita dans la rue principale tout en tenant fermement son ticket.

« C’est censé être le troisième bâtiment sur la rue principale, n’est-ce pas ? Merde, cela a déjà dû commencer ! » s’exclama Iska.

Iska se dirigea vers la vitrine d’un opéra avec un design moderne, utilisant des motifs blancs.

« Puis-je encore entrer ? C’était de peu... Merci, beaucoup ! » déclara-t-il.

Après cela, il avait continué à traverser tranquillement le chemin qui le menait vers la salle de spectacle.

« ... Excusez-moi. Je dois entrer, » ouvrant précautionneusement la porte, Iska entra dans la salle.

Comme le spectacle n’avait pas vraiment débuté, l’intérieur de la salle était noir. Tout en s’appuyant sur l’éclairage faible provenant des lumières d’urgence, il partit à la recherche de son siège assigné.

« La première rangée à l’étage supérieur, hein, » murmura Iska. « Comme on pouvait s’y attendre de la Capitaine Mismis, elle houspille même sur le siège des opéras. »

À cause de l’obscurité, il ne pouvait pas voir les visages de ceux qui l’entouraient, mais il pouvait dire qu’il s’agissait surtout des femmes en robes plutôt aisées et des nobles voyageant incognito en provenance d’autres territoires qui amenaient leurs familles avec eux.

« Maintenant, s’il vous plaît, profitez de L’Amour Brisé de la Chevalière Beatrix ! » Cette annonce avait pu être entendue dans toute la salle.

Les rideaux sur le pourtour de la scène s’étaient alors tous levés en même temps, et l’opéra avait commencé devant les centaines de spectateurs présents.

***

Partie 4

« Adieu, Beatrix, je ne peux plus vivre avec toi ! »

« ... Oui. Adieu, Ahzel. Je crois que la prochaine fois que nous nous rencontrerons ne sera pas dans une église, mais sur les champs de bataille. »

Nous nous trouvions au milieu de l’opéra. La performance émotionnelle de l’actrice jouant l’héroïne de l’histoire mélangée avec l’accompagnement musical de l’orchestre avait coloré la scène dans le chagrin et la passion.

« ... Aaah. J’ai maintenant compris. Je comprends maintenant pourquoi la capitaine Mismis aime tellement ce spectacle. » Mélangé avec les autres spectateurs passionnés par le spectacle, Iska murmura.

Touchés par la dignité et le mode de vie de la chevalière, ils avaient tous ressenti les émotions venant de son amour brisé. Actuellement, eux aussi étaient touchés par les circonstances douloureuses affectant Beatrix, et Iska pouvait sentir d’autres spectateurs qui étaient émus aux larmes et qui retenaient leur souffle. Pendant ce temps, pour une raison inconnue, il pouvait ressentir une sorte de sensation de froid juste autour de lui.

« Aah Beatrix ! Tomber amoureux d’un chevalier d’une nation ennemie... Peu importe combien tu l’aimes, il s’agit d’un amour qui ne pourrait jamais être comblé. Est-ce que c’est bien d’avoir un tel amour si douloureux ? C’est beaucoup trop cruel ! Pourquoi Dieu accorde-t-il... un sort si cruel... ? Uuu ! »

Dans tous les cas, il semblerait que la jeune femme assise à côté de lui était facilement émue aux larmes. Submergée par les émotions ressenties en raison de l’histoire, elle pleurait à chaudes larmes et elle semblait incapable d’essuyer toutes ses larmes, peu importe combien de fois elle s’essuyait le visage avec un mouchoir─, et Iska ne pouvait plus se concentrer pleinement sur la scène.

« Ce stupide Ahzel ! Pourquoi un homme comme lui vous aime-t-il !? »

« Chut, votre voix est trop forte, Mademoiselle Alice. Tout le monde regarde cela tranquillement. »

« M-mais... »

« Mon Dieu ! Qu’est-il arrivé au mouchoir ? Même si le vôtre était trempé de larmes, je vous ai également remis le mien. »

« ... Celui-là est aussi complètement trempé ! »

« Avez-vous autant pleuré !? »

La jeune femme essuyait ses yeux avec le dos de ses mains. Iska ne pouvait pas la voir clairement à cause de l’obscurité, mais à en juger par sa voix, il pouvait dire qu’elle était probablement dans son adolescence. Sa compagne dans le siège à côté d’elle semblait également être dans la même catégorie d’âge.

« Hum, vous pouvez le prendre si vous le voulez, » déclara Iska à la jeune femme à côté de lui.

« Hein !? » s’exclama la fille qui pleurait à chaude larme.

D’une voix calme, Iska avait sorti son propre mouchoir et l’avait proposé à celle qui se tenait sur le siège suivant.

Remettre un mouchoir à une dame dont on ne connaissait même pas le nom est une scène que les nobles aiment depuis très longtemps, pensa Iska... Mais cet acte n’est en vérité pas censé être quelque chose de particulier.

C’était vraiment sans arrières-pensées qu’il faisait ça. Mais cela s’était produit en partie, car Iska était incapable de rester là pendant que quelqu’un était troublé juste à côté de lui. Mais en vérité, il avait également le motif pragmatique qu’il ne pouvait pas se concentrer sur le spectacle alors qu’elle sanglotait comme ça à côté de lui.

« Je ne l’ai pas du tout utilisé et il est propre. Alors, euh, je pensais juste que vous seriez encore plus troublée si l’on vous laissait seule sans que personne vous propose son aide, » déclara Iska.

« ... » Elle devait avoir une certaine réticence à accepter un mouchoir de quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, mais même ainsi, elle semblait incapable d’arrêter ses larmes débordantes de ses yeux, alors, elle étira timidement sa main. « Merci beaucoup. »

Hmm !? À ce propos, où ai-je entendu cette voix avant aujourd’hui ? Se demanda-t-il.

Iska avait l’impression d’avoir trouvé cette voix familière, mais parce que sa voix était déformée par ses pleurs, il ne pouvait pas l’identifier avec précision. Cela avait dû être son imagination. En mettant rapidement cela de côté, Iska avait décidé de concentrer son attention sur les derniers instants de la pièce. Et ainsi le rideau tomba...

Les applaudissements du public avaient rempli le théâtre alors que les lumières avaient commencé à revenir.

« Uuu... * renifle *, comme c’est pitoyable, Béatrix ! »

« Mademoiselle Alice, regardez, c’est déjà fini. Avant que les lumières ne s’allument, s’il vous plaît, au moins finissez d’essuyer vos larmes. »

« M-Mais... »

La jeune femme se leva en essuyant son visage avec le mouchoir. Elle s’était ensuite inclinée vers Iska qui était toujours assis à côté d’elle.

« H-Hmm... Désolée d’avoir trempé votre mouchoir. Je vais vous rembourser pour cela. Rin, s’il te plaît, prend des dispositions pour lui présenter un cadeau fait du velours le plus fin. »

« Hein !? N -non, ce n’est pas nécessaire ! Ce mouchoir est quelque chose de bon marché, alors c’est correct ainsi, » déclara Iska.

« Non, ça ne va pas. C’est quelque chose qui m’a été accordé après avoir exposé un côté si embarrassant de ma personne. Ce n’est pas un problème quant à savoir si c’était bon marché ou non, » répondit la jeune femme.

Tout en agrippant le mouchoir avec ses deux mains, elle secoua la tête.

« Euh, permettez-moi une fois de plus d’exprimer mes remerciements, » après avoir murmuré cela avec sincérité, la jeune femme avait fait un pas en avant...

Et juste à ce moment-là, les lumières s’allumèrent complètement.

« Merci pour le... »

Sous le lustre brillant et lumineux, les cheveux blonds brillants de la jeune femme et ses jolis traits étaient apparus.

La Sorcière de la Glace de la Calamité Aliceliese.

Celui qui agrippait le mouchoir devant lui était l’auteur de la féroce bataille qu’Iska avait traversée il y a trois jours dans la forêt de Nelka.

« ... Hein !? » s’exclama-t-il.

« Pou... Pou-Pou-Pou-Pou-Pou-Pou-Pou-Pou-Pourquoi êtes-vous ici !? »

La jupe de la princesse Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avait volé avec un bruit sourd. Elle ne portait pas les vêtements royaux de grande classe qu’elle avait sur les champs de bataille. À la place, elle portait plutôt une robe en une pièce que l’on pouvait trouver en vente dans n’importe quel magasin de vêtements dans n’importe quelle ville. Une aura totalement différente était dégagée par cette jeune femme qui voyageait incognito.

« Je vois, vous me surveillez depuis l’ombre. Très bien, permettez-moi de régler une fois pour toutes notre conflit, prêt... Ahhh ! » cria Alice.

« Mademoiselle Alice, vous ne pouvez pas faire ça ! Nous sommes dans la Cité Neutre ! » Celle qui avait bloqué les bras d’Alice par-derrière était sa préposée, Rin. « Dans cette ville, toutes formes de conflit sont strictement interdites. C’est la loi de la Cité Neutre. Même s’il s’agit de votre ennemi ancestral ou d’un général impérial, si vous lui mettez la main dessus... »

─ Loi Une, tout conflit dans la Cité Neutre est strictement interdit.

─ Loi Deux, en préambule de la précédente déclaration, celui qui a posé la main sur l’autre partie en premier est la partie violatrice.

─ Loi Trois, toutes les cultures sont acceptées, et le but premier de la ville est de s’amuser à l’aide des arts.

Il s’agissait des règles qui s’appliquaient à la Cité Neutre.

« ... Je le sais déjà. Si je faisais quelque chose ici, tous les territoires neutres le considéraient comme une violation des règles et cela se retournerait contre nous. Si cela arrivait, ce serait plutôt sérieux, » déclara Alice.

Rin relâcha les bras alors qu’elle se mordait les lèvres.

« Cependant, je n’aurais jamais imaginé que vous seriez venu apprécier l’opéra en vous tenant juste à côté de moi, » déclara Alice. « Pas étonnant que je ne pouvais pas me calmer. »

« Et ce n’est pas ça du tout. Vous sembliez tellement concentrée sur la pièce que vous n’avez pas arrêté de pleurer, » répliqua Iska.

« ~~~~~~~ !? C-C’était juste de la sueur qui provenait de mes yeux ! » répondit Alice. « Oubliez tout ce que vous avez vu aujourd’hui, vous m’entendez !? »

Alice recula d’un pas en frappant des pieds.

« Mademoiselle Alice, si vous parlez avec tant de force, vous attirerez bien trop de l’attention, » déclara Rin.

« Ahh !! Bon sang ! » s’exclama Alice.

Constatant enfin que le public environnant la regardait fixement, la jeune femme aux cheveux blonds qui avait les larmes aux yeux s’était mise à rougir encore plus qu’auparavant.

« Je vais me retirer d’ici. Je vous dis adieu, Iska ! » s’exclama Alice.

« ... D’accord. Prenez soin de vous, » répondit Iska.

Alice s’inclina gracieusement alors qu’elle soulevait sa jupe des deux mains d’une manière serait approprié à la cour.

« Mademoiselle Alice, qu’est-ce que vous faites ? » demanda Rin.

« Hein !? Ah... T-tu te trompes, Rin ! C’était la force de l’habitude ! » s’exclama Alice.

Après que la jeune femme avait semblé lui faire ses adieux comme elle le faisait au palais royal, elle s’était mise à rougir jusqu’à l’oreille alors qu’elle sortait du hall de l’opéra. Iska avait été laissé seul là où il se trouvait.

« Je suis celui qui a été choqué ici..., » murmura-t-il.

Puis, posant la main sur sa poitrine qui battait tel un marteau, Iska laissa échapper tout son souffle d’un coup.

***

Partie 5

« ... Je pensais que mon cœur allait s’arrêter de battre, » déclara Alice.

« Voilà ce que je voulais également dire. Mademoiselle Alice, qu’aurions-nous fait si vous vous étiez déchaînée en pleine salle ? » demanda Rin.

Laissant derrière eux la salle, elles passèrent devant la foule et arrivèrent à l’extérieur. Alice ressentit enfin un sentiment de soulagement au moment où elle arriva dans la rue principale,

« Sommes-nous suivies ? » demanda Alice.

« Nous ne sommes pas suivies. Jusqu’à ce que nous soyons sorties de la salle, cet épéiste n’a pas bougé d’un iota, » répondit Rin. « Cependant, nous devrions probablement faire l’hypothèse qu’il agira bientôt contre nous. »

La Cité Neutre ne faisait aucune distinction entre l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Et comme les citoyens de l’un ou l’autre pays pouvaient librement venir ici, la possibilité de rencontrer quelqu’un de connu existait.

« ... Mais quand même, de penser qu’il était assis juste à côté de moi, » déclara Alice.

« En premier lieu, cet homme a déjà vu votre visage, » déclara Rin. « Tout autre soldat ne serait pas capable de vous reconnaître. Rencontrer des alliés ou des ennemis dans la Cité Neutre est quelque chose qui ne peut vraiment pas être évité en raison de la nature même de cette cité. »

« C-C’est vrai... ! » répondit Alice. « Allons prendre quelque chose à manger afin de nous ressaisir un peu. »

Après avoir fermé les yeux et secoué ses pensées oisives, Alice avait commencé à marcher dans la rue principale d’un pas décidé.

« Si je me souviens bien, il y a un célèbre restaurant de pâtes ici, » déclara Alice. « Après tout, mes préparatifs sont parfaits ! »

« Mademoiselle Alice, vous aimez vraiment les pâtes, hehe, » répliqua Rin.

« Je pourrais tout à fait n’avoir rien d’autre que des pâtes pendant un mois entier et cela ne me gênerait pas du tout, » répondit Alice.

« Que vous le puissiez ou non, vous ne devriez pas le faire, » répondit Rin.

« Ne sois pas si obstinée. Dans tous les cas, viens avec moi, » déclara Alice.

Puis, saisissant la main de Rin, elle se dirigea vers le nord de la rue. En arrivant au bout de la rue qui donnait sur la place, une pancarte pour un célèbre restaurant de pâtes apparut devant leurs yeux.

« Toutes mes excuses. La foule du midi vient juste d’arriver dans notre restaurant, » en regardant les deux filles qui venaient d’arriver, une serveuse portant un tablier avait baissé la tête et s’était excusée auprès d’elles. « Si vous avez une réservation ou si vous acceptez de partager une table, alors je pourrais tout de suite vous guider... »

« Cela ne nous dérange pas. Maintenant, Rin, allons-y, » déclara Alice.

Les deux filles s’étaient retrouvées placées sur le côté d’une table qui pouvait accueillir quatre personnes.

« Tenez Mademoiselle Alice, un peu d’eau pour vous, » déclara Rin en lui tendant un verre d’eau.

« Merci, Rin. Je viens de me rendre compte que j’avais vraiment très soif, » répondit Alice.

Peut-être parce qu’elle avait tellement pleuré lors de l’opéra, sa gorge était vraiment très desséchée. Elle avait immédiatement apporté le verre d’eau que Rin lui avait donné jusqu’à sa bouche. Et alors qu’elle venait de le faire, la serveuse avait guidé un autre client jusqu’à un siège libre de leur table.

« Monsieur Iska, nous avons bien confirmé votre réservation. S’il vous plaît, venez par ici, » déclara la serveuse.

« Buuu !? »

Et il était arrivé d’un coup devant elles. Pour la première fois de sa vie, Alice avait projeté l’eau qui était dans sa bouche avec la force d’un pistolet à eau.

« Wôw !? » En panique, le jeune homme avait reculé de quelques pas afin de s’éloigner de la table. « Qu’est-ce que vous faites ? »

« C’est ce que je voulais ─ * tousse *... E-eau, dans ma gorge... Que faites-vous ici !? » demanda Alice tout en toussant.

Avec une main à sa bouche, elle fronça les sourcils devant le jeune épéiste de l’Empire.

« Salaud, pas seulement une fois, mais déjà deux fois ! Comme je le pensais, vous suivez Mademoiselle Alice ! » Comme on pouvait s’y attendre, cette fois-ci, Rin fut incapable de se taire. Alors que Rin se levait de son siège, elle posa sa main sur le poignard caché sous sa jupe.

À ce rythme, elle va violer le tabou consistant à dégainer une arme dans la Cité Neutre.

Non. La clause interdisant le conflit stipule que « celui qui met la main sur l’autre est en faute. »

Si l’épéiste impérial attaquait en premier, Alice et Rin pourraient contre-attaquer affirmant carrément qu’il s’agissait d’autodéfense.

« Hmm ! N’êtes-vous pas encore en train de mal comprendre quelque chose ici ? » demanda Iska.

« Comment pouvez-vous être si effronté ? » demanda Rin. « Il n’y a plus de place pour le moindre doute. »

Iska leva les deux mains pour montrer qu’il n’avait aucune intention de résister. Et en réponse, Rin le pointa du doigt.

« Après notre séparation à l’opéra, n’alliez-vous pas faire vos propres activités ? Alors pourquoi êtes-vous venu dans ce restaurant ? Si vous avez une excuse à nous sortir, alors écoutons là ! »

« Je ne sais pas si vous le saviez, mais il s’agit du restaurant le plus proche de l’opéra. C’est également un lieu assez célèbre. D’ailleurs, c’est moi qui ai fait une réservation ici pour cette table. Quant à vous, n’êtes-vous pas celle qui vous êtes incrustées ici à ma table ? » demanda Iska.

« ... » Rin fut celle qui se figea en réponse à la réponse sans appel d’Iska. « ... Qu’en pensez-vous, Mademoiselle Alice ? »

« Il marque un point. Mais tu ne peux pas baisser la garde, Rin. Reste vigilante, » déclara Alice.

« Eh bien ! Vous savez, je peux vous entendre vous consulter ? » déclara Iska. « D’ailleurs, comme vous pouvez le voir, je ne suis pas armé. Après tout, j’ai laissé mes épées au poste de garde de la porte. »

Tout en levant les mains, Iska tourna sur lui-même. Rien qui ressemblait à une arme ne pouvait être vu sur sa personne.

Il semblait insister afin de bien montrer qu’il n’avait pas l’intention de se battre.

« ... J’ai compris. Pour l’instant, je vais vous croire, » déclara Alice.

Alice et Rin étaient assises côte à côte, et le jeune homme s’était assis en face d’elles.

« Mademoiselle Alice, est-ce vraiment correct ainsi ? » demanda Rin. « Même si nous sommes dans la Cité Neutre, siéger à la même table qu’un soldat impérial afin de prendre un repas est un peu... »

« Si nous nous retirons d’ici, ne semblera-t-il pas que nous aurions été intimidées par lui ? » demanda Alice.

La Sorcière de la Glace de la Calamité s’est enfuie. Si ce genre de rumeur se répandait, cela renforcerait le moral des troupes impériales, tout en rendant difficile pour elle de montrer son visage à ses subordonnés au sein de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

« D-Dans tous les cas, voyons ce que nous allons manger..., » déclara Alice.

Alice tendit délicatement la main afin d’attraper le menu posé sur la table. Et alors qu’elle avait fait ça, ses doigts touchèrent les bouts des doigts d’Iska alors qu’il était lui aussi allé chercher le menu posé sur la table.

« Kyaa !? D-Désolée ! » s’exclama Alice.

« ... Ah, non, je devrais aussi... Désolé, » déclara Iska.

Iska retira immédiatement sa main.

« ... S’il vous plaît, A-allez-y en première, » déclara Iska.

« ... Vous devriez aller de l’avant et décider en premier. Je vais vous céder sur ça. Vous avez tendu la main, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

« ... j’ai tendu la main en pensant que je vous donnerais le menu, » déclara Iska.

« ... Je-j’avais également l’intention de faire ça ! » répliqua Alice.

À la suite de leurs négociations, le menu avait été laissé ouvert au milieu de la table, et il avait été décidé qu’Alice et Iska le liraient de gauche à droite tout en se tenant chacun d’un côté opposé de la table.

Il y a un défaut dans le fait que nos visages soient si proches.

Attends, à quoi est-ce que je pense ? Nous regardons seulement un menu, Alice détourna instinctivement son regard alors qu’elle pensait ça.

Ce n’était pas comme si elle n’avait pas d’hommes parmi ses proches dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, mais de retour au palais royal, elle ne connaissait pas un seul homme qui soit à un moment ou à un autre si proche d’elle. Elle n’y était pas du tout habituée.

« Hmm, » commença Iska.

Alors qu’il commençait soudainement à lui parler, Alice se mit instinctivement sur ses gardes.

« A-Avez-vous besoin de quelque chose ? » demanda Alice.

« Avez-vous décidé de quelque chose ? » demanda Iska.

Sale chienne, j’ai décidé de t’arracher l’un après l’autre tous tes membres ! Il s’agissait d’un soldat impérial donc il n’aurait pas été si étrange pour lui de faire une telle déclaration, mais à la place, il l’interrogea avec des yeux tournés vers elle.

« ... J’ai trouvé. Je voudrais passer commande, » déclara Alice.

« D’accord. C’est bon pour passer commande ici ! » annonça Iska en haussant un peu la voix pour se faire entendre de la serveuse.

Une serveuse toute souriante était venue vers eux depuis l’intérieur du restaurant.

« Que désirez-vous ? » demanda la serveuse.

« « Je voudrais avoir le saumon avec les pâtes fraîches à la crème et des courgettes. Je voudrais qu’elles soient cuites “ben cotta [1]” et je voudrais que la taille des portions soit petite. Après le repas, s’il vous plaît, je voudrais du thé noir avec un sucre. » »

Alice et Iska. Ils avaient tous deux déclaré exactement la même phrase au même moment. Leurs paroles étaient prononcées au même rythme et à la même intonation et c’était si harmonieux que cela pourrait être décrit comme charmant.

« ... Euh ? »

« ... Hein !? »

Ai-je vraiment dit ça ? Parce qu’ils avaient parlé d’une manière si fluide, même Alice elle-même pouvait penser qu’il avait été le seul à parler. Effectivement, de l’autre côté de la table, Iska avait également une expression perplexe.

« Chers clients, vous vous entendez vraiment très bien, hehe ! Êtes-vous ensemble ~ ? » demanda la serveuse.

« « Vous vous trompez ! » » Une fois de plus, leurs réponses étaient magnifiquement synchronisées.

« Mademoiselle Alice, calmez-vous, » déclara Rin.

« Ne dis rien, Rin. Je sais, c’est juste pour aujourd’hui. C’est tout simplement qu’une coïncidence d’une coïncidence d’une coïncidence ! » déclara Alice.

Alice prit une profonde inspiration d’une manière qui fit que le jeune homme devant elle ne serait pas capable de prévoir qu’elle le ferait.

... Tout va bien. Je suis calme... Il semble que ses goûts en matière de théâtre et de nourriture soient alignés avec les miens, mais ce n’est pas pertinent de penser à ça, pensa Alice.

Jusqu’à ce que la nourriture arrive, ils avaient enduré l’atmosphère inconfortable dans un silence complet.

« Dans tous les cas, la nourriture est arrivée. Mangeons pendant que c’est encore chaud, » déclara Alice.

Alice posa sa fourchette dans l’assiette de pâtes se trouvant devant elle et elle commença à la faire tourner pour enrouler les pâtes ─ elle s’arrêta alors et releva soudainement la tête. Un éclair de curiosité était soudainement apparu dans son esprit. Après avoir accumulé tant de coïncidences, il y avait une chose qu’elle voulait confirmer avec le soldat impérial se trouvant devant elle.

« Aimez-vous les pâtes ? » demanda-t-elle.

« ... Moi ? » demanda Iska.

Peut-être parce qu’il n’avait jamais pensé qu’elle lui parlerait au cours du repas, sa réaction avait été légèrement retardée.

« Il n’y a personne d’autre que vous en face de moi, non ? » demanda Alice.

« J’aime ça, » répondit Iska. « Non, je pourrais plutôt dire qu’il s’agit là de mon plat préféré. Je l’aime comme ça avec de la crème, mais c’est aussi délicieux quand elles sont seulement assaisonnées avec du sel et du poivre. »

« Oh mon Dieu ! Vous avez parfaitement saisi ce plat. C’est assez simpliste, mais également assez savoureux, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

Chaque fois qu’elle en parlait à Rin, la seule réponse qu’elle avait reçue était : « S’il vous plaît, mangez de tout sans être pointilleuse sur ce qui est bon ou mauvais. » Et quand Alice avait parlé aux serviteurs travaillant dans le palais royal, ils n’avaient fait que répondre assez sèchement. « C’est bien, » et ils avaient coupé court à la conversation.

Et ainsi la réponse du jeune homme de l’Empire était une nouvelle sensation de fraîcheur pour Alice.

C’était amusant.

Et donc elle avait naturellement fini par être excitée en parlant à Iska.

« Mais pour moi, quand il fait chaud dehors, je ne peux pas laisser passer un bon plat de pâtes froides aux légumes, » déclara Alice.

Ce à quoi l’épéiste avait répondu. « Aah, les pâtes froides aux légumes sont assez agréables, non ? Chaque fois qu’ils vendent des tomates bien sucrées sur le marché, je prépare une telle recette avec. »

« Tout à fait d’accord ! » répondit la jeune femme. « Les pâtes froides avec des légumes et des tomates ne sont-elles pas délicieuses ? Moi aussi ! Moi aussi ! Quand il fait si chaud dehors, même si c’est tous les jours... »

« Mademoiselle Alice, vous avez arrêté de manger, » interrompit Rin.

« ... Ah, » après avoir été sermonnée par Rin qui s’éclaircissait la gorge, Alice laissa échapper une voix calme.

Le jeune homme devant ses yeux était un soldat de l’Empire. Il avait vu son visage. Il était également un combattant qui valait au moins un millier d’hommes et qui était largement au niveau des Saints-Apôtres. Elle avait complètement oublié tout cela.

« D-Désolé. J’ai interrompu votre repas..., » murmura Iska.

« Je-je dois également m’excuser..., » déclara Alice.

Les deux opposants s’étaient inclinés en même temps tout en s’excusant.

Et une fois de plus, la scène d’un repas tranquille était revenue. Du moins, c’était ce que pensait Alice jusqu’à ce que sa servante qui avait déjà fini de manger commençait à marmonner d’une voix calme. « C’est le bon sens que les pâtes doivent être cuites “al dente” [2]. C’est pourquoi les amateurs sont si... »

« « Absolument pas d’accord. Elles doivent absolument être “ben cotta !” » »

Alors que Rin laissait échapper un soupir, Alice et Iska criaient ensemble avec une parfaite synchronisation quant à leurs paroles et à leurs rythmes.

Notes

  • 1 ben cotta : Bien cuit en italien. En italien dans le texte.
  • 2 al dente : La traduction française du terme italien « al dente » est « à la dent », sous-entendu « qui soit ferme sous la dent ».

***

Partie 6

Dans la sphère céleste noire du paradis, les étoiles dans le ciel brillaient telle une boîte à bijoux.

Tout en ayant un nombre incalculable de constellations, une étoile filante était apparue dans le ciel. Il s’agissait d’un ciel nocturne visible depuis le palais royal qui faisait qu’Alice ne douterait pas que cela soit la plus belle vue du monde. Cependant, elle ne la regardait même pas en ce moment.

« Mademoiselle Alice, s’il vous plaît, gardez ce qui s’est produit au cours de cette journée strictement pour vous, » demanda Rin.

« ... » Alice écoutait Rin alors qu’elle était allongée sur son lit.

« Bien sûr, je devrais signaler tout cela à Sa Majesté la Reine. Après tout, même si ce n’était pas un champ de bataille, vous avez rencontré un soldat impérial, » déclara Rin.

« Vous ne pouvez pas combattre dans la Cité Neutre, » répliqua Alice. « Rin, n’as-tu pas dit quelque chose comme ça ? »

« Je n’aurais jamais imaginé qu’après l’opéra, nous allions nous asseoir avec lui pour prendre un repas, » répondit Rin.

Dans la chambre personnelle d’Alice dans le palais royal de Nébulis, la « Boîte à Bijoux à Clochettes », Rin se tenait près du mur alors qu’elle parlait d’une voix inhabituellement émue.

« Heureusement, d’après la conversation que nous avons eue aujourd’hui avec lui, il semblerait qu’il ne parlera pas du secret de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, » continua Rin. « Si je n’avais pas confiance en ce fait, c’est quelque chose qui devrait être signalé à Sa Majesté la Reine, peu importe ce qui se passera après ça. »

« ... Je le sais déjà, » répondit Alice.

L’autre partie était un chien de compagnie du vil Empire. Il faisait partie de ceux qui avaient persécuté ses ancêtres en tant que sorcières et sorciers. Iska était l’un d’entre eux. Cependant, qu’était-ce que cette sensation d’insatisfaction gonflant en elle ?

« Ceci, » murmura Alice.

À côté de son oreiller se trouvait un mouchoir tout à fait ordinaire. Il avait dit que c’était quelque chose qui pourrait être acheté partout où vous pouviez trouver ce genre d’article.

« J’ai raté ma chance de le lui redonner..., » murmura Alice.

Il s’agissait du mouchoir qu’elle avait emprunté à l’opéra. Parce que c’était quelque chose qu’elle avait utilisé afin d’essuyer ses larmes, elle ne pouvait pas le retourner dans l’état où il était actuellement. D’un autre côté, elle ne savait pas quoi faire avec et elle avait fini par le prendre avec elle.

« Il s’agit là d’un effet personnel d’un soldat impérial, » déclara Rin. « Il devrait n’y avoir aucun problème à le jeter à la poubelle. »

« ... Mais... » murmura Alice.

« Je l’ai dit déjà. Alors, s’il vous plaît, oubliez tout ce qui s’est produit aujourd’hui, » continua Rin. « L’épéiste connu sous le nom d’Iska est un ennemi. Il n’est pas seulement l’ennemi votre ennemi, Mademoiselle Alice, mais il est également l’ennemi de toutes les personnes qui sont vos camarades. »

Rin releva sa jupe. Et au moment où Alice pensait cela, Rin avait saisi à deux mains les dagues qu’elle avait dissimulées là afin de se défendre.

Cela n’avait pris qu’un instant.

Des aiguilles minces en métal, du fil d’acier et même de petites bombes étaient également cachés sous sa jupe. Il y avait un grand nombre de sombres outils cachés dans ces vêtements de femme de chambre dont Alice ne connaissait même pas de nom approprié pour eux.

Elle était un génie qui maîtrisait tous les arts martiaux. Il s’agissait de l’autre visage de la jeune femme connue sous le nom de Rin.

« Le vieux maître de la tour d’entraînement était assez déçu, » déclara Alice. « Comme une élève qu’il avait entraînée pour maîtriser l’épée, la lance, le tir à l’arc, la torture et tout ce qu’il savait s’est retrouvée, être une simple préposée. Même si cette petite fille a eu le talent pour devenir la plus grande artiste martiale de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. »

« Il s’agit d’une sale habitude du vieux maître de devenir bavard quand il est en état d’ébriété, » répliqua Rin. « Mais même ainsi, je ne peux pas imaginer une scène annonçant ma victoire dans la bataille contre l’épéiste connu sous le nom Iska. Que ce soit avec une épée ou dans les arts martiaux, ou même en utilisant mon Esprit des Étoiles à son effet maximum. »

« Même pour toi ? » demanda Alice.

« Oui. Selon la bataille, je pense que même le vieux maître serait en danger face à lui, » répondit Rin.

Tout en produisant un bruit, Rin rengaina les dagues dans leurs fourreaux.

« Mademoiselle Alice, vous devriez faire de votre mieux pour le comprendre. Vous avez révélé à un simple soldat la “Fleur de Glace” dont vous avions même cachée l’existence aux Apôtres... Cet épéiste est un monstre. À un moment donné, quand vous devrez défier l’Empire, celui qui se poserait comme le plus grand obstacle pourrait très bien être cet épéiste. »

L’expression de Rin alors qu’elle disait ça semblait être mélangé avec de la vexation. En dépit d’être l’escorte d’Alice, elle savait maintenant qu’il y avait un adversaire dans l’Empire contre qui elle ne pouvait pas gagner. Elle avait probablement ressenti sa propre dévalorisation.

« Et bien, même si vous avez quelque chose en tête aujourd’hui, s’il vous plaît, oubliez tout ça. Cet épéiste est la plus grande composante de la gêne occasionnée à la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. »

Les conseils de Rin étaient raisonnables. La force d’Iska était quelque chose qu’Alice elle-même voyait comme inhumain. Basée sur le fait qu’il était encore dans son adolescence, elle ne pouvait même pas imaginer à quel point il deviendrait un adversaire terrifiant après avoir accumulé encore plus d’expérience et d’entraînement.

... Cependant, de l’atmosphère présente pendant la journée.

... Elle ne pouvait pas sentir un seul indice de cet effroi à vous glacer le sang.

Rin avait dit qu’il était naturel qu’il réfrène son esprit combatif dans la Cité Neutre, mais Alice avait un autre point de vue. À ce moment-là, il n’avait absolument aucune soif de sang présente en lui. Ce n’était pas qu’il réprimait ou effaçait son esprit combatif, il n’avait vraiment pas l’intention de se battre.

... De plus, son Esprit des Étoiles n’avait pas même réagi une fois au cours de ce laps de temps.

... Alors même que ce même esprit lui disait quand ses subordonnés avaient le moindre mécontentement envers elle en eux.

Son Esprit des Étoiles ne le considérait pas à ce moment-là comme un ennemi.

Et pour couronner le tout, ils avaient regardé ensemble un opéra, ils avaient pris ensemble un repas, et pendant un instant, elle avait baissé la garde. Le fait qu’elle était consciente de cela était probablement le plus gros problème.

Elle ne pouvait pas devenir complètement impitoyable envers lui. Et elle se souvint de son hésitation à jeter le mouchoir qu’il lui avait donné avant ça.

« ... Mais je crois que Rin, tu es également responsable, » déclara Alice.

« Dans quel sens ? » demanda Rin.

« Parce que tu as dit quelque chose comme : “C’est le bon sens que les pâtes soient cuites ‘al dente’” que je me suis retrouvée étrangement en accord parfait avec Iska, » répondit Alice.

« Tout ce que j’ai dit était la vérité. Les pâtes sont à leur maximum quand elles sont “al dente”. Je ne reconnaîtrai aucune objection, » répliqua Rin.

« Andouille ! » riposta Alice.

Elle jeta son oreiller sur sa préposée qui se tenait au loin, puis Alice s’enveloppa sous sa couverture.

***

Dans le secteur 3 de la Capitale Impériale, au premier étage du Baraquement Impérial 03.

Dans sa chambre, Iska était couché de tout son long sur le sol, fixant le plafonnier.

« Je ne peux pas dormir, » murmura-t-il.

Même si ses paupières étaient lourdes, et même quand il fermait les yeux pendant plusieurs heures, sa conscience refusait de s’estomper.

Était-ce de la nervosité ? Ou peut-être de l’exaltation ?

... Les deux étaient faux.

... C’était sûrement parce qu’il l’avait vue.

Le visage d’Alice, que tout l’empire craignait comme la Sorcière de la Glace de la Calamité, appréciait exactement le même opéra que quelqu’un de l’Empire, prenait un repas avec lui et se réjouissait de tout ce qu’elle voyait dans la Cité Neutre.

« Rien que des mensonges, » ce qui était sorti de sa bouche n’était qu’un petit murmure semblable à une douce brise. « L’Empire a propagé des rumeurs comme quoi la Sorcière de la Glace de la Calamité était un monstre insensible. Pourtant, elle a tellement pleuré au cours de l’opéra. Comme je le pensais, les Mages des Étoiles ne sont-ils pas que des individus tout à fait comme les autres ? »

Ce visage qu’elle lui avait montré ce jour-là...

Dans l’Empire, combien de personnes qui abhorraient les Mages des Étoiles pourraient conclure qu’Alice était la Sorcière de la Glace de la Calamité en la voyant sangloter comme ça ? Cette fille qui était si délicate et sensible.

Lui de l’Empire, et Alice de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis... pas une seule chose n’était différente entre eux. Ils étaient juste des êtres humains tout à fait normaux...

« ... Aaaah, zut ! Je ne peux pas m’endormir ! » s’écria Iska.

***

« ... Aaaah, zut ! Je ne peux pas m’endormir ! » s’écria Alice.

Et en même temps, séparés par la grande distance présente entre l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, un jeune homme et une femme se plaignaient tous les deux de la même manière.

***

Chapitre 3 : Ceux liés par le destin

Partie 1

Avec un éclat bleu vif, cela fut gelé par de la glace.

Ce jeune homme ne savait pas l’endroit dans le monde où cet événement s’était déroulé. Aux côtés du plus grand épéiste de l’Empire, l’« Homme de l’acier noir » Crosswell, il parcourait toutes les terres du continent.

« L’Empire n’est pas tout ce qu’il y a dans le monde. Regarde bien tout ce qui est autour de toi. »

« Dans dix ans, voire vingt, il s’agira d’une expérience qui deviendra nécessaire pour toi, » telles furent les paroles de son maître.

Au cours de leur voyage, Iska s’était retrouvé séparé de son maître en raison de certaines circonstances. En se focalisant sur la lointaine lumière annonçant la distance qui le séparait de la Cité Neutre, il avançait pendant la nuit dans des terres désolées à bord d’un train. Et le train dans lequel se trouvait Iska avait été attaqué par une meute de bêtes qui dominaient cette terre.

Il avait été pris dans un dilemme à partir du moment où la petite lame présente dans sa main s’était brisée. Et celle qui avait sauvé la vie d’Iska à cette époque fut une unique sorcière. Un mur de lumière bleu en glace le protégeait, et des pics de glace abattaient les bêtes.

Une sorcière m’a sauvé ?

Moi, qui suis de l’Empire ?

Une sorcière de glace.

Il ne pouvait pas voir le visage de la sorcière alors qu’un voile d’obscurité la recouvrait. Elle était probablement une passagère présente dans le même train dans lequel il était monté.

Il n’y avait aucun doute que la sorcière ne pensait absolument pas que le garçon qui voyageait dans un train depuis une terre si loin de la Capitale Impériale soit quelqu’un de l’Empire. C’était également un fait que les bêtes attaquaient la sorcière comme toutes les autres personnes présentes au sein du wagon. Elle avait vaincu les bêtes pour se protéger, et il se pouvait qu’Iska ait été protégé simplement à cause de cela.

Cependant, peu importe la raison, le fait qu’il ait été « sauvé » était resté présent.

Même si l’on m’a enseigné dans l’Empire que les sorcières étaient de cruels monstres.

A-t-elle agi afin de me sauver moi ainsi que les personnes autour de moi ?

Ce n’était que le commencement.

Il s’agissait de l’événement qui avait repeint la perception d’Iska vis-à-vis des sorcières.

Les sorcières... Non, les Mages des Étoiles pouvaient tout à fait ne pas être de mauvaises personnes. S’il était possible de discuter avec eux, il serait alors possible de tous s’entendre.

Tout en faisant partie de l’Empire, Iska croyait en cette intuition et cela encore de nos jours.

***

Dans la zone d’entraînement du secteur 3 de la Capitale Impériale.

Une chaleur meurtrière se déversait d’en haut, dégageant un vent chaud qui dépassait facilement les cinquante degrés Celsius.

─ Le Terrain d’Entraînement du Désert.

Comme son nom l’indiquait, il s’agissait d’une configuration présente dans les terrains d’entraînement utilisé afin de simuler une bataille dans un gigantesque désert. Le sable à leurs pieds était extrêmement fin, le rendant encore plus efficace quant à l’absorption de la chaleur du soleil, et dans cette installation, la température ne descendait pas au-dessous de quarante degrés et cela même pendant l’hiver.

« Haa... Haa. A-auuuu... E-Eau...! »

Quatre personnes couraient sur les pourtours du terrain.

En courant à l’arrière de la formation, Mismis avait fait une expression pitoyable comme si le monde se terminait alors qu’elle avait crié. « EAUUUUUU ! »

« Veux-tu boire un peu ? Après tout, il s’agit d’un entraînement pour savoir se réhydrater tout en voyageant, » Jhin se retourna en courant avant de dire cela.

Les sacs à dos qu’ils transportaient étaient équipés d’une réserve en eau, et il était possible tout en courant de s’abreuver à l’aide d’une paille.

« Au lieu de transporter des armes, la règle de cet exercice d’entraînement est de pouvoir à la place boire l’eau que tu transportes. Ne portes-tu pas une tonne d’eau sur ton dos ? » demanda Jhin.

« J’ai déjà tout bu ~. Jhin-kun, de l’eau, juste une gorgée... partagez-la avec moi ! » demanda Mismis.

« Tu vas être gonflée si tu continues ainsi, » répliqua Jhin.

« Jhin-kun, sale brute ! » s’exclama Mismis.

Alors qu’elle était complètement épuisée, elle semblait assez énergique pour laisser échapper un cri.

« Ce terrain d’entraînement est tout simplement trop bizarre ! » s’exclama Mismis. « Il y a une lampe représentant le soleil qui nous brûle d’en haut, et un ventilateur à haute température qui souffle de l’air chaud sur notre dos... Nous ne sommes pas du linge dans une laverie, moi je vous le dis ! »

« Il s’agit là de deux magnifiques armes à chaleur. Néné se souvient de les avoir vues avant aujourd’hui, » Néné désigna le ventilateur géant présent derrière eux. « Comme elles peuvent parfaitement reproduire les conditions d’un désert, elles peuvent être utilisées pour notre entraînement. Et les chercheurs du secteur 1 sont en mesure d’utiliser les données des tests effectués sur des cobayes humains afin d’améliorer l’arme. C’est une bonne affaire pour tous ! »

« Néné-chan, tu es effrayante de pouvoir penser ainsi, tu le sais !? » La capitaine criait à propos de l’utilisation de l’expression « tests effectués sur des cobayes humains. »

« Ah, aaah... R-Regarde, Iska-kun... Là-bas... je vois, une oasis... Les anges m’appellent afin que je vienne auprès d’eux... Plus... ? » déclara Mismis.

« Capitaine, attends ! Cet ange n’est probablement pas une bonne personne ! » s’exclama Iska.

Mismis s’était mise à courir en pleine panique pendant qu’Iska essayait de l’arrêter alors qu’elle poursuivait avec zèle le pays imaginaire de l’eau.

« Hourra ! E-Enfin, ma première victoire sur le Terrain d’Entraînement du Désert ! » Mismis avait jeté les bagages présentant sur son dos alors qu’elle sautait sur place.

« Capitaine, tu avais l’habitude d’appeler un brancard arrivé seulement à mi-chemin, » déclara Iska.

« Vraiment ? Après tout, j’ai quand même réussi à désespérément augmenter mon endurance au cours de la dernière année ! » répondit Mismis.

Mismis leva son poing en l’air en signe de victoire alors que la sueur coulait comme une cascade depuis son front et sa nuque. Elle avait fait surgir un sentiment de joie qui avait dissipé sa fatigue.

Mais c’est vraiment incroyable.

D’une façon ou d’une autre, le capitaine Mismis a fait de gros efforts pendant que nous ne la regardions pas.

Tout en essuyant rapidement la sueur dégoulinant de ses cheveux, Iska jeta un coup d’œil à Mismis qui se trouvait derrière lui.

Elle avait une petite silhouette et un visage enfantin qui ne pouvait être vu que vers les treize ans, peut-être quatorze ans tout au plus. Parce qu’elle avait l’air d’une enfant, même les soldats les plus jeunes la regardaient de haut, mais Mismis continuait à faire des efforts sans se décourager. Et cela était pleinement visible dans les résultats obtenus lors de leur entraînement de tout à l’heure.

« Aaah. Iska-nii, tu regardes vraiment beaucoup la Captaine Mismis, » Néné gonfla ses joues. « Iska-nii aime donc ce genre de chose ~ !? »

« ... Quelle sorte de chose ? » demanda Iska.

« Une dame sexy, » répliqua Néné.

Mismis avait enlevé sa veste et n’était plus que légèrement habillée. Ses bras exposés s’étaient empourprés en raison de la chaleur causée par l’activité physique et la météo et ses vêtements s’étaient collés à son corps à cause de la grande quantité de sueur qui sortait d’elle, rendant les lignes de son corps bien distinctes.

Ses deux seins poussaient sa chemise vers l’extérieur et elle avait de charmantes courbes visibles au niveau de ses hanches. Son corps voluptueux qui suintait de sueur créait un mélange entre sa silhouette et son visage enfantin, et c’était assez sensationnel pour faire prendre conscience à quiconque qu’elle était en vérité une « adulte ».

« ... Comme c’est mignon ~. La Capitaine, en dépit d’être petite, possède des endroits qui dépassent largement sa silhouette, hein ? » avec un regard d’envie présent dans ses yeux, Néné fronça les sourcils alors qu’elle disait ça.

« Hein !? Quel endroit, Néné-chan ? » demanda Mismis.

« Comme je le disais avant, Iska-nii regarde la capitaine d’un air suspect... Hmm ? » répondit Néné.

« Je n’ai pas fait de telle chose ! » Puis, scellant la bouche de Néné, Iska secoua la tête de toutes ses forces tout en répondant. « Néné, je te dis que ce n’est qu’un malentendu. »

« ... Vraiment ? » demanda Néné.

« Vraiment. Je voulais juste..., » commença-t-il.

Alors qu’Iska était sur le point de continuer à parler, le vent qui rugissait depuis le ventilateur à haute température avait varié. Le vent chaud auquel ils avaient été exposés jusque là et qui risquait de transformer un œuf cru en un œuf cuit avait totalement changé pour devenir un vent agréable, frais et doux.

« ... Oh mon Dieu ! Comme c’est rafraîchissant. C’est aussi rafraîchissant qu’un ventilateur électrique, » Mismis pencha la tête sur le côté en raison de sa curiosité. « Un dysfonctionnement ? »

« Il n’y a aucune chance que je puisse te répondre ~, » répondit une voix inconnue. « Bon d’accord, je l’ai passé en mode refroidissement juste pour ton bien-être, Mismis. »

« Kya!? »

Celle qui venait de saisir les épaules de la capitaine assise sur le banc était une autre femme.

« Quoi-quoi !? Alors c’était toi, Lishia-chan ? » demanda Mismis.

« Yaaaho! Iska-chi, Néné-tan, Jhin-jhin, ça fait environ un an depuis la dernière fois, n’est-ce pas ? Vous souvenez-vous de moi ? » demanda Lishia.

La fille que Mismis avait appelée Lishia-chan avait fait un salut exagéré. Il s’agissait d’une femme qui avait des traits élégants et gracieux qui correspondaient bien à ses lunettes noires. Couplée avec sa grande taille, même quand elle portait des vêtements de combat, son apparence était bonne. Cette femme avec une apparence exceptionnelle était quelqu’un qu’Iska connaissait bien.

« As-tu besoin de demander une telle chose ? Il n’y a pas de soldats qui ne connaissent pas les Saints-Apôtres en service actif, » répliqua Mismis.

« Exact et après tout, Iska-chi n’était-il pas mon collègue jusqu’à il y a un an ? » déclara Lishia.

Lishia cligna des yeux à travers les verres de ses lunettes.

Lishia Ean Empire ─

Pour la décrire en une seule phrase, elle était un « génie omnipotent » inégalé vanté dans tout l’Empire. Que cela soit les compétences universitaires, les arts martiaux, les techniques de tir, les compétences de survie et même le commandement stratégique... Ayant démontré son talent dans tous les domaines, elle était diplômée avec le plus haut rang de l’académie militaire. Ayant remporté la victoire lors de l’examen compétitif, elle était passée de commandant à Saint Apôtre en un clin d’œil.

« Maintenant... N’es-tu pas une invitée spéciale du quartier général de la force de défense ? » demanda Mismis. « C’est incroyable. »

« Ce n’est vraiment pas grand-chose tout ça. Iska-chi était également un Saint Apôtre jusqu’à l’année dernière, » Lishia avait légèrement ri. Et derrière ça...

« Même s’il était le plus jeune à avoir le statut de Saint Apôtre, Iska avait le siège le plus bas. Toi, tu es sur le cinquième siège, tu es pour ainsi dire l’une des mains de l’Empereur. Même parmi les Saints-Apôtres, tu es à un niveau totalement différent de lui, » répliqua Mismis.

Jhin, qui s’était refroidi à l’ombre d’un arbre, se leva avec une expression montrant son ennui.

« Alors, quel genre de rôle gênant êtes-vous venue nous pousser sur nous ? » demanda Jhin.

« C’est simplement une petite requête, » répondit Lishia. « Et c’est comme ça, donc Mismis... »

Tout en faisant dépasser sa langue comme pour montrer qu’elle plaisantait, Lishia posa son doigt sur Mismis.

« Pour votre prochaine mission, l’équipe de Mismis travaillera sous mes ordres. Et donc, bien que ce soit après les faits, je suis contente de vous rencontrer ! » déclara Lishia.

« Eeeeh... » s’exclama Mismis.

« Ohh, insatisfaite ? » demanda Lishia.

« Mais tu sais, Lishia-chan, tu es trop intelligente, alors je me demande si je peux bien comprendre tes stratégies, c’est tout..., » répondit Mismis.

« C’est correctttttt. Après tout, ce n’est que moi et toi, Mismis, » répondit Lishia.

Mismis regarda Lishia avec un froncement de sourcils. Quant à Lishia, elle avait commencé à frotter la tête de son ancienne camarade de classe.

« Je vais obtenir un fascicule sur les stratégies juste pour ton usage Mismis, » rajouta Lishia. « Tu ne peux pas le perdre, tu me comprends bien ? »

« Vraiment ? Alors c’est parfait ! » répondit Mismis.

« Alors c’est comme ça, je vais vous laisser la création du fascicule stratégique, d’accord Jhin ? » demanda Lishia.

« Vais-je devoir le faire ? » demanda Jhin.

« Je n’ai pas dit que je le ferais moi-même, » répliqua Lishia. « En tout cas, je suis venue ici aujourd’hui afin de saluer tout le monde. Tout le monde ici, sauf la capitaine sont après tous, des personnes de l’élite. »

« ... Lishia-chan ? » demanda Mismis.

« Ahahah, c’est une blague, juste une blague. Mismis, tu es également splendide. Je suis celle qui te le dit, donc il n’y a pas de doute à avoir ! » répondit Lishia.

Mismis avait gonflé ses joues pendant que Lishia se frottait la tête. Était-ce parce qu’elles étaient des camarades de classe ayant une relation amicale ? Un Saint Apôtre sous le commandement direct de l’Empereur agissant de telle manière avec une capitaine d’escouade n’était probablement pas quelque chose que l’on pouvait voir si souvent.

─Une doctrine stricte basée sur la suprématie des compétences.

Pour un jeune capitaine comme Mismis, un Saint Apôtre était une « cible formidable à abattre un jour ». Pour un Saint Apôtre, on disait que quelqu’un au niveau d’un capitaine était « quelqu’un qu’il avait déjà vaincu et qui était en dessous d’eux ».

La raison pour laquelle Lishia-san et le capitaine Mismis s’entendent si bien.

Est parce que notre capitaine avait un caractère qui ne regardait jamais de haut la moindre personne ou elle n’avait pas la moindre envie de compétitions face aux autres.

Lorsqu’elle était venue par la suite dans leur équipe sans réel but, à ce moment-là, sans discuter de stratégie, il se rappelait qu’elle avait gonflé à bloc tout le monde présent en parlant de choses telles que faire du shopping. Mais ce genre d’attitude était également venu de la confiance en soi de Lishia. Précisément parce qu’elle avait une confiance inébranlable dans son propre talent et ses compétences qu’elle pouvait s’en tirer avec une attitude si décontractée.

« Mais êtes-vous sûre de pouvoir rapidement vous déplacer ? » Faisant face à quelqu’un qui occupait une position beaucoup plus élevée que lui, Jhin parla avec un sourire audacieux d’une manière qui pouvait être appelée provocatrice.

« Dix-sept heures après la libération d’Iska, nous avons mené une expédition dans la forêt de Nelka, » continua Jhin. « Au cours de l’année écoulée, cela aura été la seule mission à laquelle nous avons participé. Malgré cela, je suis surpris que vous ayez fait un tel jugement avant de nous placer sous votre commandement. Si j’étais vous, je nous laisserais reprendre nos marques un peu plus longtemps. »

« Est-ce que ça ne vous permet pas d’évaluer un peu mieux vos capacités ? » demanda Lishia. « Hmmmm, bien sûr que j’ai cette intention. Mais de toute façon, je pense que j’ai déjà une bonne compréhension de vous, les gars. »

Derrière ces lunettes, les yeux du Saint Apôtre se plissèrent tel un croissant de lune.

« Le rapport de bataille de la forêt de Nelka était bien écrit, n’est-ce pas ? » demanda Lishia. « Précis et bref. Bien sûr, il n’y avait pas une seule faute de frappe ou omission. Jhin est celui qui l’a écrit, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr, » répondit Jhin.

« Juste à la lecture de tout ça, je peux dire que vos sens ne se sont pas du tout émoussés, » répliqua Lishia.

En leur laissant un clin d’œil, Lishia se retourna et fit face à Iska.

« Au fait Iska-chi, est-ce que je peux un peu t’interroger ? » demanda Lishia.

« M’interroger ? » demanda Iska.

« Comment va ton état physique et mental ? » demanda Lishia. « Tu vois, j’ai entendu parler de ça de la part de Mis-chi. Après l’expédition dans la forêt de Nelka, tu ne dors pas bien, n’est-ce pas ? »

« ... Je n’ai pas dormi beaucoup, » répondit Iska.

C’était le devoir d’un soldat de rapporter ce genre de fait à son capitaine. Tant que c’était quelque chose transmis à Mismis, en tant que Saint Apôtre, Lishia serait en mesure de le savoir. Cependant, Iska lui-même ne savait pas pourquoi il était incapable de bien dormir ces derniers temps.

La Sorcière de la Glace de la Calamité, Alice

Pour une raison inconnue, son visage était présent en tout temps dans son esprit et il était incapable de dormir.

« Eh bien, il s’agit là d’une réponse imparfaite que tu m’as donnée, hein. J’ai entendu dire de Mis-chi que tu étais allé voir un opéra, mais est-ce que le changement de rythme de l’autre jour n’a pas arrangé ton état ? » demanda Lishia.

« C’était agréable. Hummm, et cela faisait un moment depuis que j’étais allé dans la Cité Neutre, » Iska secoua la tête tout en répondant.

Dire que j’ai rencontré Alice dans la Cité Neutre.

... est vraiment quelque chose que je ne peux pas dire ici, hein.

« Ah oui, c’est vrai. Capitaine Mismis, merci beaucoup. L’opéra était très intéressant, » déclara Iska.

« N’est-ce pas ? N’est-ce pas super ? Ce genre d’amour brisé n’est-il pas également agréable une fois de temps en temps ? C’est douloureux pour le cœur, mais n’est-ce pas plutôt satisfaisant ? » Mismis posa sa main sur son cœur avec ravissement alors qu’elle demandait ça. « Lishia-chan a dit que c’était ennuyeux comme spectacle. »

« Je suis une personne qui n’a aucun goût pour ce genre de chose artistique, » répondit Lishia. « Quand il s’agit d’Iska-chi, il appréciait après tout la musique et la peinture depuis le commencement. »

« Tout à fait. Mais Lishia-san, est-ce que je vous ai déjà parlé de mes passe-temps ? » demanda Iska.

« Ce genre de collecte de renseignements est mon hobby, » répondit Lishia. « La vie amoureuse et les potins de mes subordonnés sont mes repas préférés. »

Lishia avait alors mis son doigt dans sa poche de poitrine.

« Iska-chi, connais-tu Vibran Salil ? » demanda Lishia.

« Il était un peintre de la cour pour l’Empire, n’est-ce pas ? » demanda Iska. « Si je me souviens bien..., il y a environ cent cinquante ans, il était un peintre à l’huile qui était actif avant la guerre de cent ans. »

« Comme prévu de ta part. Franchement, on dirait que tu m’as enlevé les mots de la bouche, » répondit Lishia.

Cet officier supérieur avait alors fait un sourire espiègle. Et ce qu’elle avait sorti de sa poche de poitrine était un seul et unique petit billet.

« Il semblerait qu’il y aura prochainement une exposition, » déclara-t-elle.

« ... Des tableaux de Vibran ? Dans la Cité Neutre ? » demanda Iska.

« Tout à fait. Je l’ai gagné d’un subalterne au cours d’un jeu, mais il semblerait que le fait d’aller voir Vibran profiterait davantage à Iska que si c’était moi qui y allais, » déclara Lishia.

« Mais je viens de passer un jour de congé l’autre jour..., » déclara Iska.

« Je vais te faire travailler en proportion du temps que tu te seras reposé, alors c’est bon, » répondit Lishia. « Après tout, Iska-chi, tu es important pour la prochaine mission. »

Lishia avait frotté la tête de Mismis, et contrairement aux attentes, elle s’était arrêtée et s’était retournée sur place.

« C’est comme ça. Alors l’équipe de Mismis travaillera maintenant avec bonheur sous mon commandement, » déclara-t-elle. « Nous nous réunirons la semaine prochaine et je me joindrai à l’entraînement le mois prochain. Donc c’est bien pour toi de continuer à t’entraîner jusque là, ou tout comme Iska-chi, c’est aussi bien pour Jhin-jhin et Néné-tan de faire une pause. »

« Et moi ? Ne puis-je pas faire une pause ? » demanda Mismis.

« Mismis, tu es un officier donc ne peux pas faire ça ~. De plus, tu vas avoir des réunions stratégiques avec moi, » répondit Lishia.

« Pingre ! » s’écria Mismis.

Mismis se gonfla les joues comme une enfant alors que Lishia la taquina gaiement. Et en mettant les deux de côté...

« De retour à Ayin, hein..., » murmura Iska.

Ce qui était arrivé dans les pensées d’Iska, c’était la rencontre qu’il avait eue il y a juste deux jours. Comme on pouvait s’y attendre, une autre coïncidence ne se reproduirait plus jamais. Cette fois, il se rendait seul à l’exposition de l’artiste impérial Vibran. C’était également plus tard dans la journée. Il n’y avait aucune raison pour lui de la rencontrer à nouveau dans un tel endroit.

Finalement, Alice a toujours mon mouchoir.

Attends, à quoi je pense là ?

Comme pour chasser de sa tête ces pensées oiseuses, Iska secoua la tête.

***

Partie 2

Dans le Palais Royal de Nébulis.

Il s’agissait du château situé dans la partie la plus profonde de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis fondée par des Mages des Étoiles. Le château était divisé en trois tours pointues, et chaque tour était ouverte au public toute l’année. En d’autres termes, la population pourrait inspecter l’ensemble du château. C’était un signe de la confiance établie entre la famille royale et les citoyens.

─ Il n’y a rien à cacher.

─ Nous sommes tous des camarades qui combattons l’Empire.

Cependant, il y avait une place dans le palais royal qui n’était pas ouverte au public. C’était une zone qui était limitée à ceux du palais à moins d’avoir la permission expresse de la royauté.

« Désolée je suis en retard, Rin. As-tu attendu longtemps ? » demanda Alice.

« Non. Je viens aussi d’arriver, » répondit Rin.

Alors que Rin se tenait dans l’obscurité éclairée par la lumière des bougies, Alice vint vers elle en courant.

« Chaque fois que je regarde cet endroit, c’est assez étrange, n’est-ce pas ? »

Il s’agissait d’un passage souterrain qui utilisait une grotte naturelle de calcaire. L’air était humide et tiède. Un vent venant d’un endroit inconnu circulait sur les contours de la grotte de calcaire. Il brossait doucement la nuque d’Alice. Chaque fois que c’était le cas, elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était le frisson causé comme par une sorte de malédiction.

« ... Rin, sauve-moi, » déclara Alice.

« Mademoiselle Alice, s’il vous plaît, ne vous collez pas si timidement à moi. Après tout, vous n’êtes plus une enfant, » déclara Rin.

« M-mais, qu’est-ce que je fais si un fantôme sort... ? » demanda Alice.

« Votre Esprit des Étoiles est probablement bien plus puissant qu’un fantôme. En outre..., » commença Rin.

Alors que Rin marchait à côté d’elle, elle continua de parler comme si elle disait. « Pourquoi, après tout ce temps ? »

« Ceux qui dorment ici ne sont pas encore morts, » déclara Rin.

« ... Je sais déjà ça, » répondit Alice.

Alors qu’elles progressaient en silence sur le chemin accidenté, une faible lumière dorée apparut.

─ L’Autel Doré

Un tapis cramoisi était étalé sur la surface de la roche, et sur ce trésor se trouvait un chandelier en laiton à sept pointes, des textes écrits avec des mots anciens et de nombreuses urnes saintes à la place des personnes dont Alice ne connaissait pas le nom.

« Je suis arrivée en retard, mère, » déclara Alice.

« Vous êtes juste à l’heure. »

La femme portant des vêtements royaux se retourna. Ses cheveux éclairés par la lueur des bougies étaient colorés avec une teinte brune. Ses yeux couleur rubis avaient affiché à la fois la gentillesse et la rigueur, ainsi que sa fierté de noble.

Il s’agissait de Mirabelle Lou Nébulis XIII ─ la mère d’Alice et l’actuelle reine de Nébulis.

Cependant, c’était étrange pour sa mère de l’appeler ailleurs que dans la salle d’audience.

« Alice, à propos de l’autre jour, vous avez dit que vous avez combattu avec un épéiste de l’Empire, n’est-ce pas ? Bien qu’il n’était pas un Saint Apôtre, il avait la force qui s’approchait celle d’un Saint Apôtre, est-ce bien ça ? » demanda la Reine.

« Tout à fait, » répondit Alice.

C’était à propos d’Iska. Alice avait fait ce rapport sur la bataille ce jour-là dans la Forêt de Nelka. Mirabelle, la mère d’Alice, était aussi une Mage des Étoiles avec un long service militaire. Elle avait l’expérience de la lutte contre les Saints Apôtres, et elle était très familière avec l’organisation de l’Armée Impériale. Si c’était elle, il était possible qu’elle connût son identité. Toutefois. Même sa mère ne semblait pas sûre de qui était l’escrimeur connu sous le nom d’Iska.

« ... Est-ce vrai ? » demanda la Reine.

« Mère ? Quelque chose ne va pas ? » demanda Alice.

La reine s’était déplacée derrière l’autel.

« S’il vous plaît, vous deux, venez ici, » déclara la Reine.

« C’est... Les reliures de l’honorable Fondatrice... !? » Dans la grotte de calcaire, la voix de Rin qui approchait d’un cri résonnait à plusieurs reprises.

Puis, regardant le pilier noir qui se tenait devant elle, la jeune servante recula comme si elle avait peur.

─ La Fondatrice Nébulis.

Le pilier noir sur lequel cette Grande Sorcière avait été crucifiée était là.

Sa peau bronzée et ses cheveux gris perle ondulée étaient impressionnants. En tant que fondatrice du paradis des Mages des Étoiles, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, elle était une ancienne Mage des Étoiles dotée de l’Esprit des Étoiles ultime. Son apparence ne semblait pas plus vieille qu’une femme dans la trentaine ou la quarantaine.

« Il y a cent ans, notre honorable Fondatrice se tenait toute seule face à l’Armée Impériale qui comptait des dizaines de milliers de personnes. Et même maintenant, elle est toujours en vie, » la reine actuelle de Nébulis parlait d’un ton doux.

« La fondatrice avait une sœur jumelle. C’était Nébulis la Première, » continua-t-elle. « Tout en nous incluant moi et Alice, elle était le début de la lignée royale. L’Empire ne savait pas que la Fondatrice qu’ils craignaient en tant que “Grande Sorcière” avait une petite sœur. C’est pourquoi, lorsque Nébulis la Première fut couronnée, l’Empire se réjouit que la Grande Sorcière ait disparu. »

La Grande Sorcière Nébulis était vivante. C’était un fait qui était seulement connu par la famille royale, et la lignée de Rin qui avait servi la famille royale depuis des temps immémoriaux. La jeune sœur jumelle avait servi comme la reine pour la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, avait eu un enfant, et avait été plus tard appelée Nébulis la Première.

Cependant, la sœur aînée était différente. La fondatrice qui avait en elle l’Esprit des Étoiles qui était considéré comme le plus ancien au monde était même capable de s’isoler de l’écoulement du temps avec son pouvoir. Et même maintenant, elle attendait l’occasion de se venger de l’Empire.

« Mademoiselle Alice, les fermoirs de l’honorable Fondatrice ont été endommagés ! » s’exclama Rin.

Ce qui soutenait le corps de la femme endormie dans l’air était des loquets en forme de chaînes attachées au pilier. Et ils avaient été quelque peu ébréchés.

« Le changement présent chez notre honorable Fondatrice, Alice, est arrivé en même temps que vous avez combattu l’épéiste impérial dans la Forêt de Nelka, » déclara la Reine.

« ... Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Alice.

« Les Esprits des Étoiles réagissent au danger qui menace leur hôte, » répondit la Reine. « Par exemple, quand l’Armée Impériale avait déjà atteint la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, il est dit que de nombreux Esprits des Étoiles avaient tous réagi en même temps. C’est la même chose pour l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice. »

La reine de Nébulis se rapprocha du pilier noir. Il allait jusqu’au plafond de la grotte de calcaire, et la femme connue sous le nom de Fondatrice était dans une position crucifiée à plus de dix mètres dans les airs.

« C’est comme un présage de son éveil. Ne le pensez-vous pas ? » déclara la Reine.

En entendant les paroles de la reine, Alice et Rin échangèrent des regards tout en restant silencieuses. Ce phénomène ne s’était pas produit toutes les fois qu’elle avait combattu sur la scène impériale. Cependant, la Fondatrice avait seulement réagi quand elle avait combattu contre Iska.

« Même maintenant, nous n’avons pas déterminé les conditions pour que l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice réagisse, » déclara la Reine.

La Reine secoua la tête sur les côtés.

« Cependant, on dit que les Esprits des Étoiles résonnent avec les autres Esprits des Étoiles, » continua la Reine. « Alice, parce que l’Esprit des Étoiles dans votre corps est puissant, il est question de savoir si l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice est influencé lorsque ce pouvoir s’est manifesté — c’est l’hypothèse des chercheurs de l’Institut des Esprits des Étoiles. »

« Il est vrai que c’était la première fois que Mademoiselle Alice manifestait son pouvoir à ce niveau, » déclara Rin.

Nébulis XIII et Rin s’étaient parlé. En écoutant leur conversation, Alice leva les yeux vers la Mage des Étoiles connue comme étant la Fondatrice.

Cela a réagi à mon pouvoir ?

Il n’y a aucune chance que ce soit vrai. Je veux dire...

Pour déterminer les limites de son Esprit des Étoiles, Alice avait secrètement répété des expériences dans une arène abandonnée à la périphérie de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Naturellement, elle avait également libéré son pouvoir au niveau qu’elle avait dû faire ressortir dans sa lutte contre Iska.

Mais, à ce moment-là, la fondatrice n’avait pas réagi. En d’autres termes, elle avait seulement réagi quand Alice avait combattu contre Iska. C’était la seule chose à laquelle elle pouvait penser.

« ... Iska, qui est-il ? » murmura Alice.

« Avez-vous dit quelque chose, Alice ? » demanda la Reine.

« N-Non ! Rien du tout ! » s’exclama Alice.

Elle avait essayé de faire passer ça sur le fait qu’elle pensait sérieusement au combat avec Iska.

Je ne peux certainement pas dire que ce que je veux.

Comme le fait que je viens de le rencontrer l’autre jour dans la Cité Neutre.

Non seulement cela, elle avait fini par être vue alors qu’elle pleurait en appréciant un opéra, et qu’elle avait même partagé un repas à la même table. Cela ne pouvait être considéré que comme une blague du destin... Il vaudrait mieux l’oublier. Elle aurait dû l’oublier. Mais même ainsi, pourquoi plus elle pensait qu’elle devait l’oublier, plus son visage lui venait à l’esprit ?

« En tout cas... » Nébulis VIII croisa les bras. « Il y a beaucoup de points qui nous sont encore inconnus au sujet de l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice. Pendant que les chercheurs de l’Institut des Esprits des Étoiles se dépêchent de mener leurs investigations, Alice, vous devez vous abstenir d’aller sur les champs de bataille. Au moins jusqu’à ce que l’identité de l’épéiste impérial soit découverte. »

« D’accord. Alors, s’il vous plaît, veuillez m’excuser, » déclara Alice.

─Allons-y, Rin.

Tout en transmettant cela avec ses yeux, elle tourna le dos à la Fondatrice Nébulis.

La Grande Sorcière crucifiée sur le pilier noir semblait imiter une énorme épée. C’était comme si, une unique épée noire perçait le sol.

Éveil

Les sorts qui ont été isolés par l’Épée de l’Étoile Noire seront libérés par l’Épée de l’Étoile Blanche.

« ... “Éveille”, était ça ? » Elle s’était soudainement retournée.

Le pilier noir sur lequel dormait la Fondatrice était comme une épée qui perçait le sol. Était-ce juste une coïncidence que la couleur de la pierre ressemblait à celle de l’épée d’Iska ?

La Fondatrice en sommeil.

Les paroles qu’Iska avait prononcées quand il avait déchaîné ce pouvoir, « Réveille-toi. »

Et si les paroles de sa mère étaient correctes, en même temps qu’elle combattait Iska, l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice Nébulis avait réagi et elle avait tenté de briser les liens qui la retenaient.

« Mademoiselle Alice, il y a quelque chose qui ne va pas ? » demanda Rin.

« ... ! Hmm, » murmura Alice.

Elle s’arrêta. Alice effaça l’image qu’elle se représentait dans sa tête qui n’était même pas une conjecture, mais juste une idée obtenue après avoir laissé sauvages ses pensées. Pour l’instant, elle devrait tout oublier quant au fait de l’avoir rencontré ce jour-là. À cause de lui, elle avait été récemment incapable de bien dormir. Elle avait dû se bourrer la tête avec des pensées sur d’autres sujets.

« Si je me souviens bien, il y avait une exposition d’art en cours en ce moment, » murmura Alice.

« Mademoiselle Alice, est-ce que vous étiez en train de réfléchir à faire une expédition dans la Cité Neutre... ? » demanda Rin.

Comme Rin avait entendu le murmure d’Alice, elle avait fait une expression exaspérée.

« Si par hasard, quelque chose comme l’autre jour devait se produire..., » déclara Rin.

« C’était juste une coïncidence, » répondit Alice. « Juste au cas où j’éviterais l’opéra. L’autre jour, je n’ai pas eu beaucoup de distractions, alors cette fois-ci, je devrais profiter de mes loisirs autant que possible. »

Alice murmura d’une manière que sa mère derrière elle n’entendit pas. Et en remontant le sentier dans la grotte de calcaire jusqu’à la surface...

« Dans la Cité Neutre Ayin, il se trouve qu’il y a une exposition pour le peintre impressionniste Vibran, » déclara Alice.

« Vibran ? » demanda Rin.

« ... Ce n’est rien, je me parlais à moi-même, » déclara Alice.

Si elle avait mentionné qu’il était un peintre de la cour impériale, Rin serait certainement opposée à ça. Même si l’Empire était son ennemi, il s’agissait d’une vérité indubitable qu’ils avaient une profonde influence sur le monde des beaux-arts et de la musique. Surtout quant à l’utilisation douce et délicate des couleurs du peintre de la cour, Vibran.

« Rin, tu m’attendras ici dans le palais. C’est juste dans la ville voisine, donc tout ira bien, » déclara Alice.

Il était temps pour elle d’apprécier les peintures autant qu’elle le voulait pendant une période de repos. Tout en étant excitée face à une telle perspective, Alice avait quitté le sanctuaire de la Fondatrice en sommeil.

« C’est sûr. Cela devrait définitivement faire disparaître l’hésitation présente dans mon cœur, » déclara-t-elle.

***

Partie 3

Le jour suivant.

« Fr-anch-ement, POURQUOI ÊTES-VOUS ICIIIIIIIIIIIIIIII !? »

Dans la place centrale de la Cité Neutre Ayin─

Montrant le jeune homme qu’elle repéra par coïncidence, Alice cria de toutes ses forces.

« Iska !? » demanda Alice.

« ... Alice !? Pourquoi êtes-vous ici !? » demanda Iska.

En même temps, ses mouvements s’arrêtèrent complètement comme s’il avait été gelé. De plus, dans sa main, il tenait un billet pour l’exposition vers laquelle Alice se dirigeait également.

« Pour que même votre destination soit la même... Quelle est la signification de tout ça !? » demanda Alice. « Pourquoi un soldat impérial comme vous vient-il si souvent dans la Cité Neutre ? Qu’est-il arrivé à votre devoir de protéger l’Empire !? »

« Même si vous dites ça, Vibran est un peintre impressionniste impérial, » répliqua Iska. « Ce n’est pas si étrange pour moi de venir voir ça. D’un autre côté, est-ce que cela vous est permis d’aller voir les peintures d’un peintre impérial ? »

« Les beaux-arts n’ont pas de frontières, » répliqua Alice.

« Je suis d’accord. Même moi, je suis venu ici parce qu’il s’agit d’un peintre que j’aime, » répondit Iska.

Et ainsi, tous deux se fâchèrent l’un sur l’autre, sans même remarquer que ceux qui passaient par la place commençaient à les regarder.

« Je n’aurais jamais pensé que vous, Alice, vous viendriez voir des peintures d’un peintre impérial, » déclara Iska.

« N-N’est-ce pas bon !? » s’exclama Alice. « La cité dans la brume du soir et dans le matin brillant que Vibran a peint, alors même que je ne me peins pas, j’aime les regarder. Est-ce si mal que j’aime ça ? »

« Heee! » s’exclama Iska.

« ... Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Alice.

« Je pensais tout simplement que c’était pareil pour moi, » répondit Iska.

Iska regarda le billet se trouvant dans sa main, puis indiqua la rue principale qui sortait de la place.

« La galerie d’art est probablement sur cette route. Venez-vous ? » demanda Iska.

« Oui... Attendez, non ! » cria Alice.

Même s’ils se trouvaient dans la Cité Neutre, si la princesse de la Maison Impériale Nébulis accompagnait un épéiste impérial, cela deviendrait un énorme tumulte.

Même la famille royale de Nébulis n’est pas un monolithe.

Si je causais un problème, cela causerait des problèmes à ma mère la reine.

Dans le passé, la famille royale de Nébulis s’était souvent affrontée pour obtenir le trône de la reine. Même s’ils étaient parents, afin de gagner le trône de la reine, c’était un fait de tous les jours, certains avaient fabriqué des menaces et avaient manipulé l’information en répandant de fausses rumeurs. Alice elle-même avait déjà reçu un mépris immérité un nombre incalculable de fois. Et c’était la même chose envers ses trois sœurs.

En vérité, j’étais troublée parce que je ne savais pas où se trouvait la galerie d’art.

Hmm. Mais je ne peux pas. Montre donc ta volonté, Alice !

Rin n’était pas avec elle en ce moment. Si quelqu’un la voyait avec Iska, il était possible qu’ils répandent des rumeurs imaginaires d’une rencontre clandestine entre une princesse et un épéiste de nations ennemies.

« Vous descendez cette rue principale. Je vais... U-utilisez ce chemin-là ! » déclara Alice.

Avec force, Alice avait indiqué un chemin qu’elle vient juste d’arriver à repérer.

« Allez-vous utiliser ce chemin étroit ? » demanda Iska.

« C-C’est bien ça, » répondit Alice.

« Peu importe comment vous le regardez, c’est un chemin qui ne mène qu’à des ruelles, si vous allez par là, je pense que vous finirez par vous perdre, » déclara Iska.

« Je ne vais pas me perdre ! Attendez et regardez ! » s’exclama Alice.

« Ah, attendez, Alice..., » déclara Iska.

Sans attendre la réponse d’Iska, elle se retourna. Elle pouvait dire qu’il criait quelque chose derrière elle, mais Alice continuait simplement à marcher sans l’écouter et se dirigeait vers un étroit passage perpendiculaire à la rue principale qu’Iska désignait. Et plusieurs minutes après avoir marché sur ce chemin...

« ... Où est-ce... ? » murmura Alice.

Alice avait rapidement eu envie d’abandonner. Il faisait sombre. Même si c’était censé être le moment de la journée où le soleil brillait de mille feux, plutôt que d’un passage étroit, c’était plus un fossé entre les bâtiments. Parce que la lumière du soleil était bloquée par les bâtiments, il faisait aussi sombre que la nuit.

« Non seulement ça, avec toutes ces saletés. Il y a des ordures partout et elles n’ont jamais été nettoyées, et ça pue..., » déclara Alice.

Il y avait des substances à l’air menaçant le long des murs. Ce qui semblait être des taches de sang fanées était probablement le résultat d’un combat entre ivrognes ou quelque chose du genre.

« Je ne peux pas le croire, » déclara Alice. « Si j’étais la princesse de ce pays, j’ordonnerais à tous les citoyens de faire un nettoyage majeur... Bon, parce que c’est la ville des beaux-arts, ça ne veut pas dire que c’est correct de garder seulement la rue principale jolie. »

Alice continuait à marcher dans la ruelle avec inquiétude. Elle ne savait pas où elle était actuellement, et elle faisait entièrement confiance à son intuition pour la guider vers la galerie d’art. Et encore dix minutes plus tard...

« ... Rin, s’il te plaît, sauve-moi, » murmura Alice.

Alice s’était complètement perdue. À la suite de la descente du chemin obscur continuellement rempli de déchets, elle avait même perdu de vue le chemin qui la ramenait à l’endroit où elle était tombée sur Iska.

« Même si j’ai demandé le chemin de la galerie d’art à mi-chemin..., » déclara Alice.

Elle ne savait pas si elle avait mal demandé ou si l’autre partie l’avait mal entendue, mais elle s’était retrouvée sur une place complètement différente où la galerie d’art n’était pas située.

« Q-Qu’est-ce qu’il y a avec cette ville... ? » demanda Alice pour elle-même. « Faites vos rues pour qu’elles soient plus conviviales pour les touristes, pouvez-vous le faire... ? »

Avec une fontaine dans le dos, Alice trouva un banc et s’y laissa tomber. Alors qu’elle était laissée seule à la recherche de la galerie d’art, juste après avoir traversé cette ruelle sale, ses pieds avaient été entièrement alourdis par la fatigue.

Avant qu’elle ne le remarque, la soirée s’approchait déjà. Alors qu’un rideau gris descendait à l’horizon, les touristes qui s’étaient rassemblés sur la place revenaient peu à peu à leur logement.

« ... »

Les éclaboussures de la fontaine reflétaient le soleil couchant et scintillaient d’un éclat ambré. Plus loin sur la place, deux enfants couraient l’un à côté de l’autre tout en s’amusant.

« ... Je ne suis pas seule ou quoi que ce soit... » Alice se parla d’une voix usée. « Si je retourne au château, Rin sera là, même si je ne passe qu’une journée comme aujourd’hui... »

« Alice ? » Et juste à ce moment-là, elle entendit une voix familière se trouvant derrière elle.

« Juste comme je le pensais, c’est bien vous, Alice. »

« Hein !? Qui voudriez-vous... Ou pas, Iska !? » demanda Alice.

Alors qu’elle voyait la silhouette du jeune homme debout derrière elle, Alice cria et elle se leva d’un bond. Parce qu’elle avait haussé si soudainement sa voix, le choc de tout cela avait fait accélérer son rythme cardiaque au point où cela lui faisait mal.

« Pourquoi êtes-vous ici ? Qu’est-il arrivé dans la galerie d’art ? » demanda Alice.

« Je suis allé la voir brièvement, » répondit Iska. « Mais parce que je ne vous y ai pas vu, j’ai pensé que peut-être vous aviez fini par vous perdre ou qu’il vous était arrivé quelque chose. Ce passage étroit vous a, après tout, fait marcher dans la direction opposée de la galerie d’art. »

« Uu... » Voyant qu’il avait deviné correctement, elle n’avait aucun moyen d’objecter.

« Voulez-vous que je vous guide ? » demanda Iska.

« Hein !? » s’exclama Alice.

« C’est déjà le soir. La galerie d’art se fermera bientôt si vous ne vous dépêchez pas. Alors, le voulez-vous ? » Iska lui avait demandé ça dans un ton décontracté.

« M-mais, comme je pensais, je ne peux pas. Nous sommes des ennemis, n’est-ce pas !? Je suis une princesse de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, et vous êtes un épéiste de l’Empire, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

« Êtes-vous une princesse ? » demanda Iska.

« Ah... ! » s’exclama Alice.

Ayant révélé sa propre identité, Alice se raidit sur place. Elle se souvenait d’avoir dit qu’elle avait le droit d’hériter du trône, mais elle ne l’avait jamais informé de son statut social exact. Et tout à l’heure, elle avait laissé entendre qu’elle était la fille de la reine actuelle, Nébulis VIII.

« Eh bien, je m’attendais à ça, » déclara Iska.

« ... Vraiment !? Ce n’était donc pas nécessaire de vous le cacher après tout ce temps, » déclara Alice.

Alice enleva le chapeau qu’elle portait sur ses yeux, et son visage fut révélé par le soleil du soir.

« Nous sommes des ennemis, il est évident que nous ne pouvons pas aller ensemble dans quelque chose comme une galerie d’art, » déclara Alice.

« Nous sommes des ennemis, mais..., » commença Iska.

Avec un regard sérieux, Iska pencha la tête sur le côté.

« Les beaux-arts n’ont pas de frontières. Alice, n’êtes-vous pas celle qui le disait avant ça ? » demanda Iska.

« ... »

Alice était instinctivement restée silencieuse. Afin d’oublier toutes les querelles et profiter des arts. Voilà ce qu’était l’idéal de la Cité Neutre. Et ce que Alice était venue voir était les peintures d’un peintre de la cour impériale. Il n’y avait pas une seule chose qui était étrange d’être tout à fait par hasard en présence des touristes de l’Empire si elle était allée là.

« ... C’est vrai. Je l’ai bien dit, » déclara Alice.

Alice avait mis le chapeau se trouvant dans sa main sur sa tête. Ce n’était pas de façon à couvrir son visage, mais ce n’était que légèrement enfoncé. Il avait été placé juste au-dessus de sa tête.

« S’il vous plaît, montrez-moi la voie, » déclara Alice.

« Alors, venez par ici, » répondit Iska.

Alice suivit Iska alors qu’il commençait à marcher.

Aah, finalement, je dois encore marcher...

Qu’il ait ou non senti qu’Alice pensait cela, les pieds d’Iska s’arrêtèrent.

« Nous sommes arrivés, » annonça Iska.

« Hmm, ça pourrait être..., » murmura Alice.

L’exposition de Vibran — comme Iska l’avait indiqué, il y avait un panneau d’affichage qui indiquait cela. Les deux personnes avaient alors regardé en arrière à l’endroit qu’ils venaient de quitter.

« La place où je me suis perdue était en fait juste derrière la galerie d’art ? » demanda Alice.

« Oui, » répondit Iska. « C’est parce que c’était la place juste derrière la galerie d’art que je vous ai trouvée si rapidement, Alice. En mettant cela de côté, dépêchons-nous. Il n’y a que trente minutes jusqu’à ce que cela se ferme. »

Iska leva les yeux vers l’horloge placée à l’entrée.

« Il peut être difficile de tout voir. Y a-t-il quelque chose que vous vouliez voir ? » demanda Iska.

« U-umm... Um... Alors la “Ville Colorée au Crépuscule” serait un bon départ, » déclara Alice. « Il s’agit de la peinture d’un paysage faite à partir du toit d’une grande chapelle qui représente la Capitale Impériale pendant l’hiver alors que la journée touchait à sa fin ! »

« Alors c’est par ici, » déclara Iska.

Iska se dirigea rapidement vers la file de personnes qui sortaient du bâtiment. En opposition à la circulation des touristes qu’ils passaient, seulement elle et Iska se dirigeaient plus dans les profondeurs de la galerie d’art.

« Est-ce bien elle ? Je parle de la peinture que vous vouliez voir ? » demanda Iska.

Les pieds d’Iska s’étaient arrêtés. Alors que le jeune homme se retournait, le tableau qu’Alice avait vu plusieurs fois depuis qu’elle était enfant dans un livre de photos était apparu devant elle. L’article authentique était plusieurs fois la taille de celui qu’elle avait vu dans le livre photo.

« ... Ah... » Sa voix jaillit des profondeurs de sa gorge. Ce n’était pas pour exprimer ses pensées, mais simplement une impulsion née d’émotions débordantes hors d’elle. « ... je voulais vraiment le voir. »

Alice se rapprocha de la grande toile qui était tout aussi grande qu’elle, et elle fit un autre pas de plus. Une cité était couverte de neige. Une peinture unique qui montrait ce spectacle comme un voile d’obscurité. Il n’était pas très coloré, mais utilisait un ton gris pour se colorer. Cependant, les lumières chaudes qui venaient des fenêtres des bâtiments débordaient.

─ Ni froid ni chaud.

Depuis son enfance, elle était fascinée par cette merveilleuse scène. Même si c’était une cité remplie de ses ennemis haineux. Elle ne pouvait s’empêcher de se sentir comme si toute sa colère était simplement réduite au silence par son pouvoir.

« Iska ? » demanda Alice.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda en retour Iska.

« Pourquoi, aimez-vous ce peintre ? » demanda Alice.

« ... C’est..., » commença Iska.

Juste à côté d’elle, à peu près à la même hauteur, il regardait la toile se trouvant juste devant eux. Et il avait alors pointé un point exact présent sur la toile.

« Les couleurs sont légèrement empilées ici, » déclara Iska.

« Qu’en est-il de ça ? » demanda Alice.

« Ce n’est peut-être que mon imagination, mais quand il a utilisé le couteau pour peindre les couleurs ici, j’ai l’impression qu’un instant, il a repensé à la façon dont il allait peindre, » expliqua Iska. « Au moment où il pensait à la scène qu’il voulait peindre sur la toile, il pensait à une meilleure façon de le faire. Et là, il a arrêté sa main. »

« ... D’accord, » répondit Alice.

« Et ici aussi, » continua Iska. « Une couleur complètement différente a été repeinte sur cette zone. Le paysage qu’il voulait peindre a changé dans sa tête. Avec une couleur plus forte, avec plus de passion, comme ça. »

Alors que les pas des autres touristes sonnaient dans les airs, Alice ne pouvait entendre que la voix à côté d’elle.

« Alice, vous pouvez peut-être aussi être consciente de cela, mais le peintre connu sous le nom de Vibran n’a peint que des paysages de villes, de routes et de ports, » continua Iska. « Non seulement cela, mais pas une seule personne n’est présente dans ses peintures. Le sujet principal de ses peintures était toujours inorganique, et l’usage de la couleur était sombre, mais... »

« N’est-ce pas incroyablement passionné d’avoir agi ainsi ? » demanda Alice.

« Tout à fait, » répondit Iska. « C’est très calme, mais à l’intérieur, il était probablement une personne extrêmement passionnée. Juste en regardant ses peintures, la personnalité du peintre est transmise, c’est probablement ce que j’aime chez lui. »

« Je comprends. Moi aussi..., » commença Alice.

Alors qu’elle s’apprêtait à parler, la princesse de Théocratie de la Maison Impériale Nébulis remarqua soudainement quelque chose. Elle ne regardait pas la peinture, mais le profil du visage à côté d’elle.

Avant aujourd’hui, elle avait appris les fondements de la peinture par un artiste de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, mais Alice était incapable de comprendre les sentiments de ce peintre. C’était probablement parce qu’il s’agissait d’un peintre de l’Empire. L’artiste avec qui elle avait parlé avait pensé qu’ils étaient meilleurs en tant qu’artistes que ceux de l’Empire. C’était tout ce dont ils avaient parlé. C’était la première fois qu’on lui parlait avec tant de passion et de détails d’une peinture qu’elle aimait tant.

« Alice, qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Iska.

« ... Ce n’est rien, » répondit Alice.

Alice répondit d’une telle manière que c’était comme si elle était restée silencieuse quant à ce qui était en elle. Elle devait faire semblant d’être calme...

Parce qu’elle avait le sentiment que si elle ne le faisait pas, quelque chose en elle changerait alors elle devait le faire.

***

Partie 4

Dans la soirée.

En tant que derniers visiteurs dans le bâtiment au moment de la fermeture, Alice et Iska avaient quitté la galerie d’art en dernier. Sur la place derrière la galerie d’art, devant le banc où Alice s’était assise après s’être perdue, Alice lança une bouteille en verre à Iska.

« ... Tenez. C’est pour vous remercier de m’avoir guidée, » déclara Alice. « Votre gorge doit vraiment être desséchée d’avoir dû parler pendant tout ce temps. »

« Il n’est pas nécessaire de me remercier, » répondit Iska.

Iska avait attrapé en plein air la bouteille de verre remplie de jus de fruits. Se tournant vers lui, Alice leva le jus de fruits qu’elle avait acheté pour elle.

« Je n’aime pas avoir de dettes. Surtout vis-à-vis de vous, » répondit Alice.

« Ce n’était pas quelque chose d’important. Même moi, je peux au moins payer pour... hm ? » déclara Iska.

Alors qu’Iska fouillait ses poches, il arrêta de bouger.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Alice.

« ... J’ai peut-être oublié mon argent, » déclara Iska.

« Avez-vous oublié votre argent ? » demanda Alice.

« Possible, hm... Ma tête était entièrement occupée à ne pas oublier le billet pour la galerie d’art, alors..., » répondit Iska.

« Alors comment êtes-vous arrivé ici depuis l’Empire ? » demanda Alice.

« J’ai un carnet de tickets pour le bus régulier, » répondit Iska.

« Ainsi, vous avez oublié votre argent parce que vous n’en aviez pas réellement besoin, » déclara Alice.

Le jeune homme s’excusa tout en restant silencieux. Après avoir regardé la bouteille de verre contenant du jus se trouvant dans sa main, il regarda dans la direction Alice et il ouvrit la bouche en un éclair. « Ah, mais le prix de ce jus est... »

« Idiot ! » Alice avait fait un sourire aigre-doux. Peu importe combien il était petit, c’était la première fois qu’Alice souriait naturellement à un soldat impérial. « Je dis que je vous l’ai offerte en cadeau, ne vous inquiétez donc pas pour ça. »

La fontaine avait été teinte par le soleil du soir. Sans se sentir gênés de s’asseoir sur le même banc, ils s’étaient tous deux installés près du bord de la fontaine.

« ... Maintenant que j’y pense, » tout en tenant la bouteille vide dans sa main, Alice regarda le jeune homme à côté d’elle. « Quel âge avez-vous ? »

« J’ai seize ans. Cette année, j’aurai dix-sept ans, » répondit Iska.

« ... Oh ? Ainsi, j’ai un an de plus que vous, » déclara Alice.

Elle se demandait avant ça s’ils avaient à peu près le même âge.

« Alors vous êtes plus jeune que moi, » déclara Alice. « Puisque je suis la plus vieille, il est bon pour vous de montrer un peu de respect pour moi, vous savez ? »

« Je ne veux pas qu’on me le dise par quelqu’un de plus âgé qui s’est perdu dans la ville, » répliqua Iska.

« V-Vous avez tort ! Je voulais tout simplement dire que j’étais juste en train de visiter la Cité Neutre ! » répondit Alice.

Il s’agissait bel et bien d’une conversation frivole qu’ils avaient eue après ça. Ils avaient parlé à propos de peintres qu’ils aimaient autres que Vibran. Il y avait aussi eu le sujet des pâtes qui avaient déjà goûté auparavant. Et pendant qu’ils parlaient de telles choses, sans que l’un ou l’autre mette fin à la conversation...

Elle s’était assoupie.

Au moment où Alice avait remarqué qu’elle s’était endormie pendant un instant, le soleil du soir était sur le point de disparaître à l’horizon.

« Qu-qu-qu’est-ce que je suis... !? » commença-t-elle.

Même si elle avait eu des problèmes dernièrement pour trouver le sommeil, le fait de s’endormir là où se tenant un épéiste impérial qui pouvait la voir agir ainsi était bien trop stupide. Et alors qu’elle regardait par réflexe de son côté...

« ... Iska ? » murmura-t-elle.

Assis près du bord de la fontaine se trouvait le corps du jeune homme qui penchait légèrement alors qu’il s’endormait. Ses yeux étaient fermés et elle pouvait entendre le souffle tranquille provenant de son sommeil.

« Êtes-vous endormi ? » murmura-t-elle.

Selon elle, il était juste en train de faire semblant. Et alors qu’Alice se penchait afin de confirmer ses doutes...

« ... »

Le jeune homme endormi s’affaissa contre elle tout en enfouissant son visage contre la poitrine de la jeune femme.

« Kya!? »

Son corps s’était raidi par réflexe.

« Qu’est-ce que vous faites !? » s’écria-t-elle.

« ... »

« ... Bon sang, comment pouvez-vous dormir si profondément ? » demanda Alice. « N’êtes-vous donc qu’un enfant... ? Bien que je me sois également un petit peu assoupie. »

Le jeune homme qui dormait trop profondément était sans défense face à elle. Il se pouvait que, tout comme elle, il eût été incapable de dormir depuis un moment. Tout en l’écoutant calmement respirer pendant son sommeil, elle avait eu cette impression.

« Nous sommes des ennemis, vous vous en souvenez ? Même si nous sommes dans la Cité Neutre, ne pensez-vous pas que vous êtes bien trop sans défense ? » demanda Alice. « Si je... Si je... me sentais ainsi, avec la manière dont vous êtes maintenant, avec une seule frappe... »

Il n’y avait pas eu de réponse à ce qu’elle disait. Alors qu’elle voyait cette silhouette pleine d’ouvertures, Alice leva les yeux vers le ciel et laissa échapper un profond soupir.

« Idiot ! Si vous vous endormez dans un endroit comme celui-ci, vous attraperez tout simplement un rhume, » Alice garda soigneusement Iska dans son bras et l’étendit à plat. Et encore une fois, elle confirma qu’il était profondément endormi...

« Excusez-moi, » Alice héla un taxi qui se déplaçait sur la route devant elle.

« Pourriez-vous, s’il vous plaît, transporter cette personne jusqu’à l’Empire ? L’emmener jusqu’à la porte de la Capitale Impériale serait parfait, » déclara Alice.

« Euhh ! » De l’autre côté de la fenêtre, le conducteur fronçait les sourcils. « C’est un peu un problème, petite dame. En ce moment ? Peu importe à quelle vitesse vous allez, il faudra six heures pour arriver en territoire impérial. Les portes de la Capitale Impériale ne s’ouvrent qu’à l’aube. Combien pensez-vous que cela vous coûtera ? Non seulement il s’agit d’une super longue distance, mais c’est en dehors des heures régulières, alors ce sera stupidement cher. Est-ce que vous vous en rendez compte ? »

« Je paierai le tarif à l’avance, » déclara Alice.

« Haa? Payer à l’avance vous dites, savez-vous combien ça va..., » commença le chauffeur.

« Voilà ! » Avant qu’il puisse finir de parler, Alice jeta un paquet de billets de son sac vers le conducteur. Il s’agissait de billets qui pouvaient être utilisés dans le monde entier. Tous les pays les acceptaient. En y pensant, c’était probablement assez pour acheter le véhicule entier.

« S’il vous plaît, utilisez le surplus comme vous le souhaitez, » déclara Alice.

« ... Merci pour votre parrainage, » répondit le conducteur.

« S’il vous plaît, transportez-le délicatement, » demanda Alice.

« Très certainement ! » répondit-il.

En courant vers la fontaine à pleine vitesse, le chauffeur avait délicatement porté Iska et l’avait déposé sur le siège du passager. Après s’être assis sur le siège du conducteur, le taxi se dirigea rapidement vers la sortie de la ville.

« Ne vous méprenez pas. Ceci est juste pour vous remercier de me guider dans la galerie d’art. C’est tout ce que c’est et ce n’est rien de plus, » murmura Alice comme si elle parlait à Iska qui était parti.

Elle resta là à regarder jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus voir la voiture, puis Alice lui tourna le dos et décida de rentrer chez elle.

Mais pourquoi ?

Jusqu’à aujourd’hui, je ne me suis jamais sentie agressée par une telle somnolence.

Depuis le jour où elle s’était battue contre Iska dans la forêt de Nelka, jusqu’à maintenant. Le visage d’Iska avait été gravé dans son esprit et elle n’avait pas pu obtenir un instant de sommeil réparateur. Rin avait dit qu’elle était incapable de soulager la tension qu’elle ressentait après ce combat, mais si c’était vraiment le cas, elle ne pourrait en aucun cas s’endormir quand la personne en question était juste à côté d’elle.

« Bon sang, que se passe-t-il !? » se demanda-t-elle.

Plutôt que de disparaître, le flou dans sa tête s’était épaissi, Alice avait lancé un caillou sur le bord de la route aussi fort qu’elle le pouvait.

***

Chapitre 4 : Le limite entre le devoir et les sentiments

Partie 1

Dans le secteur 3 de la Capitale Impériale.

« Uuuuuuuuuu... »

Au deuxième étage de la base, dans la salle de planification stratégique utilisée par les escouades.

Dans la pièce parfaitement insonorisée, devant la montagne de documents posée sur la table devant elle, la petite capitaine aux cheveux bleus laissa échapper un gémissement. Assis à côté d’elle se trouvant Iska qui lui avait remis une bouteille de jus.

« Capitaine Mismis. Tiens, j’ai acheté le jus gazéifié que tu aimes, » déclara Iska.

« Super ! Du soda au gingembre ! » L’expression de Mismis s’était éclaircie en un instant. Et aussi vite qu’un carnivore qui se jette sur sa proie, elle attrapa la bouteille avec ses deux mains.

« Venez, Néné et Jhin, faisons une petite pause, » déclara Iska.

« C’est inhabituel, » déclara Jhin.

« Hein !? » s’exclama Iska.

« C’est étrange que tu achètes du jus dans une bouteille en verre au lieu d’une canette, » déclara Jhin.

Assis sur une chaise à travers la table, Jhin croisa les bras et pointa un regard perplexe dans la direction d’Iska. « Est-ce qu’ils ont manqué de jus en canette ? » demanda Jhin.

« Non, je ne faisais vraiment pas attention à ça, » répondit Iska. « Je me sentais comme si... je préférais cela. »

Jusqu’à ce que Jhin l’indique, même Iska lui-même ne s’en était pas rendu compte. Une bouteille de verre pour le jus, c’était...

« ... Tenez. C’est pour vous remercier de m’avoir guidée. Votre gorge doit vraiment être desséchée d’avoir dû parler pendant tout ce temps. »

« ... Maintenant que j’y pense, c’est qu’on m’a donné du jus dans une bouteille de verre, » murmura Iska.

« Donné ? Par qui ? » demanda Jhin.

« Ah, non non non ! Ce n’est pas ça, pas du tout, » s’exclama Iska. « C’est juste que je suis allé en acheter, et c’est ce que le commerçant m’a donné. C’était quand je suis allé à la Cité Neutre, voilà. »

Voyant que Jhin fronçait les sourcils, Iska secoua la tête. Il ne pouvait absolument pas dire que cela lui avait été donné par la Sorcière de la Glace de la Calamité, et même si c’était le cas, il était évident que cela rendrait les choses encore plus confuses.

Maintenant que j’y pense, comment suis-je rentré ?

Avant de m’en rendre compte, j’étais dans un taxi et j’étais déjà arrivé à la Capitale Impériale.

Le chauffeur avait dit que le coût de la course avait été payé d’avance. Et ainsi, avec juste ces informations, Iska ne pouvait pas tout de suite saisir la situation. Même s’il montait à bord d’un taxi, il n’avait aucun moyen de payer le billet puisqu’il avait oublié son portefeuille. Dans ce cas, celle qui avait payé le somme en avance était...

« Aah, c’est inutile ! » Mismis avait sauté de son siège en produisant un bruit sourd. « Il y a trop de choses à mémoriser ! Qu’est-ce que c’est ça ? Tout ce que nous savons au sujet de la mission spéciale que Lishia-chan nous a annoncé, c’est que nous nous rencontrerons la semaine prochaine et que nous commencerons à nous entraîner le mois prochain, n’est-ce pas ? Alors pourquoi y a-t-il autant de documents que j’ai reçus à l’avance... ? »

La montagne de documents sur la table mesurait environ un mètre de haut. Non seulement cela, il y avait bien plus que ça. Derrière la première montagne, il y avait une chaîne de montagnes de la même taille qui les attendait.

« Arg. Dire qu’il n’y a aucune garantie que nous reviendrons en vie si nous ne fourrons pas le contenu de toute la mission dans nos têtes, c’est bien trop d’informations là ! » s’exclama Mismis.

« Mais elle a également dit que même si tu mémorisais tout cela, il n’y avait aucune garantie que tu reviendras vivante, n’est-ce pas ? ~ » déclara Néné.

« Néné-chan, je n’ai pas besoin de ce genre de commentaire ! » s’exclama Mismis.

Mismis se laissa tomber sur sa chaise. Et maintenant, elle avait la tête appuyée contre la table.

« Après s’être épuisé avec toutes ces lectures, c’est entraînement physique sur le terrain, » continua Mismis. « Une fois que le corps est fatigué par l’entraînement, cela sera l’étude des documents qui suivra. Après s’être épuisé en étudiant, c’est de retour à l’entraînement... Elle ne nous dira même pas quel genre de mission c’est, il n’y a pas de fin à l’angoisse quant à ce que nous allons faire, hein. »

« Je peux au moins prédire que ce ne sera pas une mission louable, » en disant cela, Jhin retourna à la lecture de la montagne de documents à un rythme terrifiant.

« Maintenant que j’y pense, Iska, » commença Jhin.

« Salut, vous ~. Mismis, où es-tu maintenant ? » Une diffusion avait interrompu Jhin qui parlait. La voix qu’ils avaient entendue était celle de Lishia. C’était probablement une communication de la base centrale où sa salle des opérations se trouvait.

« Comment ça va ? Est-ce que Jhin-jhin est fatigué de tous tes reproches d’avoir à mémoriser tous ces documents ? » continua la voix dans l’interphone.

« *Gloups*... »

« En plus de ça, n’aurais-tu pas demandé à Iska-chi d’aller t’acheter du jus ? » continua Lishia. « Tu ne peux pas faire cela, car c’est une violation des règles pour un officier de donner des ordres à leurs subordonnés sans rapport avec leurs fonctions. Aah, mais s’il reste encore du soda au gingembre, j’aimerais bien en avoir. »

« Tu regardes, n’est-ce pas ! Allez, montre-toi ! » La capitaine regarda frénétiquement dans la pièce où il n’y avait aucun moyen que des caméras de surveillance soient en place.

« Bon, mettrons cela de côté. Iska-chi, est-ce acceptable de te demander de faire une petite course quelque part ? » demanda Lishia.

« Jusqu’à votre position ? » demanda Iska.

« Non, jusqu’à la Diète Impériale, » répondit Lishia.

Le cinquième siège des Saints-Apôtres ne cachait pas son amertume.

« Tu es peut-être sur le point de l’oublier, mais Iska-chi a été prisonnier jusqu’à il y a quelques jours, » continua Lishia. « Et as-tu oublié grâce à qui il a été libéré ? »

« ... Je me souviens parfaitement de ça, » déclara Mismis.

Les Huit Grands-Apôtres. En tant qu’autorité suprême au sommet de la Diète Impériale, ils étaient ceux qui détenaient un pouvoir réel sur l’ensemble de l’Empire à la place de l’Empereur.

« Il semblerait qu’ils ont fini de le lire le rapport qui vous avez écrit quand vous êtes allé dans la forêt de Nelka. Et ainsi, ils ont exigé une réunion dès que possible, » déclara Lishia.

« ... Ça ne pouvait pas être, qu’ils en ont déjà fini avec Iska-nii et qu’ils comptent à nouveau le jeter ! » s’écria Néné.

« Allons, allons ! Calme-toi, Néné-tan. Je viens à peine d’en entendre parler, » répondit Lishia.

Néné regarda Iska d’un air inquiet. Et en revanche, la voix de Lishia qui résonnait dans la pièce était insouciante, mêlée à un bâillement.

« Quoi qu’il en soit, allez voir ce qui en est. La réunion est à quatre heures de l’après-midi à l’endroit habituel, » déclara Lishia.

« Une autre discussion suspecte, hein ? » Jhin parla en se penchant sur sa chaise. « Les Huit Grands-Apôtres n’ont rien de bon à dire. En tout cas, ce sont ces gars que le Maître a appelés les plus sournois entre tous. Cela ne serait pas bizarre, peu importe ce qui se passerait après ça. »

« ... Voyons comment cela va se passer, » déclara Iska.

L’Homme d’Acier Noir Crosswell ─ l’homme connu comme l’épéiste le plus fort de l’Empire avait considéré que son adversaire le plus détesté n’était pas la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis ni les Mages des Étoiles. Il n’a jamais baissé sa garde face aux Huit Grands-Apôtres. Ce maître qui servait d’escorte personnelle à l’Empereur disait cela de l’autorité ultime de l’Empire.

« En tout cas, je m’en vais, » déclara Iska.

« Iska-kun ! Si-Si quelque chose t’arrivait, je viendrais en courant en tant que capitaine, d’accord !? » Mismis avait crié cela d’un ton fiable et sérieux.

Iska quitta la pièce après avoir hoché face à la capitaine en train de faire la grimace d’une mère qui surveillait son enfant.

***

Partie 2

La Diète Impérial.

Aussi connu sous le nom de « L’Invisible Volonté ».

L’origine de ce deuxième nom était liée au fait que le bâtiment de la diète n’apparaissait sur aucune carte. Son emplacement était transmis oralement d’un supérieur à son subordonné. Sa position n’avait jamais été écrite quelque part. Il y avait un tel niveau de confidentialité qu’Iska n’en avait été informé pour la première fois que quand il accéda au statut de Saint Apôtre.

« Cinq mille mètres sous la Capitale Impériale, hmm..., » murmura Iska.

La température ambiante était réellement à cent cinquante degrés.

Nous nous trouvions dans les abîmes de la planète où les microbes souterrains pouvaient à peine survivre. C’était seulement en utilisant un énorme ascenseur qui était situé dans la base centrale que l’on pouvait atteindre L’Invisible Volonté.

Tout ça afin de se cacher des yeux de la Maison Impériale de Nébulis.

Comme c’est méticuleux de leur part.

Même si tout l’Empire était brûlé jusqu’au sol par des Mages des Étoiles de Nébulis, eux-mêmes s’en sortiraient complètement indemnes. Il s’agissait d’un endroit où l’on avait l’impression qu’on pouvait entendre en permanence les ricanements des Huit Grands-Apôtres.

« Nous vous avons fait attendre. »

Iska leva les yeux sur l’écran posé juste sur mur devant lui et qui venait de s’allumer. Il y avait là l’image pâle de sept hommes et d’une femme. Les Huit Grands-Apôtres. Tout en étant les huit personnes qui avaient entre leurs mains le destin de l’empire, seules leurs silhouettes avaient été montrées sur ce moniteur.

« Alors, Successeur de l’Acier Noir, Iska, nous avons analysé le contenu de votre rapport. »

« Vous avez été capable de combattre contre la Sorcière de la Glace de la Calamité et vous l’avez même repoussée. Comme nous l’avions prévu, vous avez un talent exceptionnel. »

Le ton présentait de la joie mêlée à d’autres sentiments. En voyant que les Huit Grands-Apôtres étaient de bonne humeur, Iska ressentait secrètement un sentiment de soulagement. Il était tout à fait exact de dire qu’il était tendu d’avoir été appelé ici par ceux du rang supérieur, mais les Huit Grands-Apôtres étaient aussi inquiétants dans le sens où il n’avait jamais pu percer leurs pensées.

« Cependant, j’ai été incapable de protéger le Réacteur de Puissance d’Armement, » déclara Iska.

« Le devoir qui vous avait été confié était de vous battre contre la Sorcière de la Glace de la Calamité et non pas de protéger le Réacteur de Puissance d’Armement, » répondit l’un des Huit Grands-Apôtres.

« L’Empire a désormais un moyen de s’opposer à la Sorcière de la Glace de la Calamité, » déclara un autre Grand-Apôtre. « Le simple fait d’avoir pu valider ce fait vous a permis d’obtenir des gains militaires largement suffisants pour nous. Ce mérite suffit pour que nous envisagions votre réintégration dans les rangs des Saints Apôtres. »

Les Saints Apôtres — le fait d’entre ces mots par la bouche même des Huit Grands Apôtres avait fait qu’Iska avait levé son visage par réflexe.

C’était bien trop hâtif. L’Empire avait une doctrine de suprématie des compétences... Il y avait des cas où un soldat régulier ayant un talent exceptionnel était propulsé dans un rang d’officier... Mais, même en prenant cela en considération, y avait-il vraiment un cas où quelqu’un comme Iska qui avait été emprisonné pour trahison contre l’État avait été nommé si rapidement au rang de Saint-Apôtre ?

« Nous comprenons vos sentiments de vouloir la paix, » continua un Grand Apôtre. « En tant que Saint Apôtre, vous seriez en mesure d’obtenir une audience avec Sa Majesté l’Empereur. Cependant, pour atteindre ce statut, il est naturellement nécessaire de faire taire tous les autres candidats au poste de Saint Apôtre. Surtout que tout le monde connaît votre casier judiciaire. »

Un rire profond avait été entendu à travers le moniteur. La voix d’un homme dans la force de l’âge, ainsi que celle d’un vieil homme et d’une jeune femme pouvaient être entendues.

« Ainsi, nous vous présentons les conditions pour votre réintégration dans les Saints-Apôtres. Il s’agit..., » commença l’un des Grands-Apôtres.

« La capture de la Sorcière de la Glace de la Calamité, » acheva un autre Grand-Apôtre.

« ... ! La capture d’Al..., » alors qu’Iska était sur le point de prononcer par réflexe le nom d’Alice, il avait réussi à arrêter de justesse.

Même il ne savait pas pourquoi il gardait son nom secret sous l’impulsion du moment. Inconsciemment, il détestait l’idée d’informer les Huit Grands-Apôtres du nom Aliceliese Lou Nébulis IX. Il avait compris qu’ils étaient des ennemis. Mais, pourrait-il vraiment le faire ?

Avec mes mains.

Remettre Alice au quartier général de l’armée... C’est...

« Quel âge avez-vous ? »

« ... Oh ? Ainsi, j’ai un an de plus que vous. »

Un sourire insouciant était présent ce jour-là. La fille qui était censée être son ennemie avait montré un instant que son cœur n’était nullement fait de glace. Ce souvenir illuminait son esprit cynique pendant un instant.

« Il n’y a pas de limite de temps. Cependant, faites vite si vous souhaitez protéger l’Empire comme il est maintenant, » déclara l’un des hommes de l’autre côté de l’écran.

« Me dépêcher ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Iska.

Les Huit Grands-Apôtres avaient parlé comme s’ils prédisaient un avenir sombre. Comme une menace contre Iska, l’ampleur de la façon dont ils l’avaient annoncé était beaucoup trop importante.

« Je me demande si vous avez entendu parler de cette légende. “La Grande Sorcière Nébulis est toujours vivante”. Est-ce le cas ? » demanda l’un des Grands-Apôtres.

« Si c’est à propos de ça, alors je l’ai entendue plusieurs fois quand j’étais enfant, » répondit Iska.

Il s’agissait d’une simple histoire de fantôme que toute personne qui vivait dans l’Empire connaissait. Cependant, cela n’était jamais quelque chose à considérer sérieusement. Par exemple, c’était semblable à la pensée que « le monde se terminera dans une année. »

« Mais y a-t-il quelque chose à propos de..., » commença Iska.

« Fufu, il semblerait que vous ne le sachiez pas, » un rire un peu ravi retentit. « Celui qui répandit cette légende dans tout l’Empire n’était autre que votre Maître. »

« Mon Maître !? » s’exclama Iska.

« De notre côté, nous pensons qu’il s’agit de la vérité, » continua l’homme.

« Cet homme, l’Homme de l’Acier Noir, nous a caché des secrets, » reprit un autre des Grands-Apôtres. « Nous avons pensé qu’il n’y avait aucune chance que vous ne le sauriez pas étant donné que vous êtes son successeur, mais je vois que nous nous sommes trompés... Alors c’est bien. »

« Oubliez que nous en avons parlé, » ordonna un autre Saint-Apôtre.

Ils s’étaient déjà désintéressés d’Iska comme s’ils le considéraient maintenant comme simple soldat.

Le ton des Huit Grands-Apôtres était vite devenu froid et sec.

« Tout ce que vous avez à faire est de pourchasser la Sorcière de la Glace de la Calamité. Et après avoir réalisé ça, vous serez réintégré auprès des Saints Apôtres. Cela sera bien sûr tant que vous ne fomentez pas une évasion de prison comme vous l’avez fait auparavant, » déclara l’un des Grands-Apôtres.

« Nous attendons beaucoup de vous, » déclara un autre.

« Sortez d’ici maintenant. Il n’y a plus rien à se dire, Lishia Ean Empire vous donnera les détails de votre prochaine mission. Tout ce que vous devez faire est de suivre scrupuleusement ses instructions, » déclara un autre Grand-Apôtre.

« ... » Iska fait un salut silencieux. Alors qu’il était incapable de dire quoi que ce soit, Iska tourna le dos aux Huit Grands-Apôtres.

***

Partie 3

Il était à moitié endormi, à moitié éveillé.

Alors que la nuit s’éternisait...

Sa vision et ses pensées étaient confuses, et il avait l’impression d’être pris dans une illusion. Après être retournée à la base où la capitaine Mismis, Jhin et Néné l’attendaient, alors même qu’ils continuaient tranquillement à parcourir les documents dans la salle stratégique, pas une seule information contenue dans ces documents ne s’était gravée dans l’esprit d’Iska. Il ne se souvenait de rien depuis son retour à la caserne après être revenu de la base centrale. Au moment où il s’en était rendu compte, il était assis dans sa chambre avec les lumières éteintes, et Iska réfléchissait simplement à la nuit qui s’écoulait.

« Pourquoi, aimez-vous ce peintre ? »

Alice était une ennemie.

Elle était une descendante directe de la Grande Sorcière Nébulis qui s’était révoltée contre l’Empire, la fille de l’actuelle reine de Nébulis, et la Sorcière de la Glace de la Calamité qui constituait une menace majeure pour l’Empire. Il n’y avait probablement pas de meilleur exemple d’un ennemi parfaitement défini.

En outre, elle était probablement l’ennemie la plus redoutable qu’il avait jamais rencontrée. S’il devait la capturer, l’équilibre entre les nations s’effondrerait probablement en un instant. S’il utilisait Alice comme otage, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis n’aurait d’autre choix que de se conformer aux pourparlers de paix. En ce sens, le but des Huit Grands Apôtres était indubitablement approprié. Cependant...

« ... Cela peut également être faux, » tout en regardant la lumière des étoiles qui passait par sa fenêtre, Iska murmura ça pour lui-même. « Ne pouvons-nous pas nous passer de pourparlers de paix ou d’otages ? »

À moins que la sorcière ne soit capturée, les pourparlers de paix n’auraient jamais lieu. Iska lui-même pensait ça jusqu’à récemment. Parce qu’il croyait ça, il combattait l’Unité des Esprits des Étoiles de Nébulis et avait pris des mesures afin de combattre la sorcière du sang pur dans le but de la capturer.

Mais c’est faux.

Même sans pourparlers de paix, Alice m’a souri.

Iska et Alice. Même si l’on disait qu’ils n’étaient pas en bons termes, ils avaient pu passer le temps dans la Cité Neutre en douceur et tout à fait d’une manière agréable. De la même manière, l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis n’auraient-ils pas pu faire pareil ? N’aurait-il pas été possible de trouver une voie qui n’impliquait pas de conflits sans exiger de négociations de paix ?

« ... »

Alors qu’Iska était assis, il étira l’une de ses jambes. Puis, alors qu’il avait posé une main sur son genou, Iska prit un appareil de communication avec son autre main. La lumière de la communication vacillait et Iska attendit silencieusement que l’autre réponde.

« F-fwaaaa... I-Iska-kun... Qu’est-ce qui... va... Hmm... Si tard dans la nuit ? » demanda Mismis.

« Capitaine, désolé de te contacter si tard dans la nuit, » répondit Iska.

Mismis avait parlé d’une voix endormie. Et après avoir attendu qu’elle se réveille complètement...

« D’accord, Iska-kun. Tout va bien maintenant, » déclara Mismis.

« Je suis désolé de te dire cela si soudainement, mais s’il te plaît, excuse-moi d’avance vis-à-vis de l’entraînement de demain, » déclara Iska.

« Hein !? Q-Qu’est-ce qui ne va pas !? » demanda Mismis.

De l’autre côté de l’appareil de communication, il pouvait entendre la voix enflammée de sa capitaine surprise.

« Est-ce parce que tu ne te sens pas bien que tu ne seras donc pas présent pour l’entraînement de demain ? Ou peut-être es-tu insatisfait de mon commandement... ? D-Désolée Iska-kun, je suis une capitaine si inutile... » déclara Mismis.

« Ce n’est pas ça, ce n’est pas du tout ça, » déclara Iska.

« Ha !? Ça ne peut quand même pas être parce que je me suis faufilée toute seule pour faire un barbecue ? » demanda Mismis. « Désolée Iska-kun, je ne savais pas que tu voulais toi aussi avoir de la viande. »

« Je te dis que ce n’est pas ça !? » s’exclama Iska.

Iska s’éclaircit la gorge en toussant. Et tout en se sentant comme la main qui tenait le récepteur se raidissait, Iska rassembla ses forces avant de parler. « J’ai quelque chose à faire, dans la Cité Neutre. »

« La Cité Neutre ? » demanda Mismis. « Eh. Mais ne viens-tu pas d’utiliser le billet de Lishia-chan pour l’exposition d’art ? Et avant ça, c’était le billet d’opéra que je t’avais donné. »

« Ce n’est pas comme si j’avais quelque chose à voir là-bas. C’est plutôt qu’il y a quelqu’un que je veux rencontrer et avec qui je dois absolument parler, » répondit Iska.

« Qui est-ce ? » demanda Mismis.

« C’est... Hmm. Cela va probablement finir par être une conversation très gênante et cela prendra un peu de temps... et cela peut même se transformer en une bataille, » tout en faisant un sourire amer, Iska parla d’un ton désapprobateur. « Je prévois de partir tôt le matin, mais à cause de la distance avec la Capitale Impériale, cela prendrait environ dix heures juste pour l’aller-retour. Je ne sais pas quand je serai en mesure de revenir. »

« Alors tu veux pouvoir faire une pause quant à ton entraînement, n’est-ce pas ? » demanda Mismis.

« Tout à fait, » répondit Iska.

Le lendemain, ils allaient tous les quatre s’entraîner. Si Iska était le seul à sauter l’entraînement, l’horaire de la journée devait être retravaillé. Sans parler de Mismis, cela causerait probablement également des problèmes à Jhin et Néné.

« Est-ce important ? » demanda Mismis.

« ... Oui. S’il te plaît, permets-moi d’y aller, » répondit Iska.

La capitaine de l’autre côté de la ligne était alors restée silencieuse. Et après avoir attendu près d’une minute, un grand soupir était venu à travers le communicateur.

« On ne peut pas y faire grand-chose. Après tout, Iska-kun, tu t’en vas si loin d’ici, » déclara Mismis.

« Merci beaucoup, » répondit Iska.

« Mais j’ai une condition. Je pars avec toi demain, » annonça Mismis.

« Hein !? » s’exclama Iska.

Pourquoi voulait-elle ça ? Avec un moment de silence entre eux alors qu’Iska hésitait à lui demander ses motifs, celle qui avait parlé le premier fut Mismis.

« Essaye de te regarder dans un miroir, » déclara Mismis.

« Un miroir ? » demanda Iska.

« Iska-kun, en ce moment tu fais un regard froid, non ? » demanda Mismis.

« ... »

En entendant cette seule phrase, les yeux mi-ouverts d’Iska s’ouvrirent de surprise.

« Tu vois ? C’était comme je le pensais. Cette information est passée par ta respiration, le savais-tu ? » demanda Mismis.

Le rire de Mismis était venu à travers la ligne de communication.

« Après toi, ta voix était raide dès le début, » continua Mismis. « D’ailleurs, tu me contactes si tard dans la nuit. Tu as beaucoup réfléchi à tout cela, n’est-ce pas ? »

« ... il n’y a rien que je puisse dire contre ça, » déclara Iska.

Puis, posant sa main sur son front, Iska prit une profonde inspiration. Normalement, Mismis ne pouvait pas être décrite comme ayant un esprit vif, et sa mémoire était vraiment mauvaise. Cependant, seule sa capacité à percevoir les changements dans les émotions de ses subordonnés était terriblement efficace.

« Tu m’as bien eue. Comme prévu de notre capitaine, » déclara Iska.

« Heheheeh. Ben ouais. Mais comme je l’ai dit, Iska-kun, je suis contre que tu te débrouilles seul, » répondit Mismis. « Je veux dire par là que la façon dont tu parles est différente de la normale. En tant que capitaine, je ne peux pas approuver de laisser un subordonné aller faire quelque chose par lui-même dans ce genre de situation, n’est-ce pas ? »

« ... Je comprends, » déclara Iska alors qu’il hochait la tête.

Peu importe comment les choses s’étaient passées, il y avait de toute façon un besoin de finalement le signaler. Comme il devait lui en parler de toute façon, même si elle ne connaissait pas ses intentions exactes, le fait que sa supérieure vienne avec lui serait probablement une bonne chose.

« Capitaine Mismis, veux-tu bien m’accompagner ? » demanda Iska.

« Bien reçu ! Au fait, que vas-tu porter ? Si nous y allons en tant que civils, je dois rapidement choisir des vêtements ! » s’exclama Mismis.

« Ça va aller si nous sommes dans nos vêtements de combat normaux, » annonça Iska.

Ils étaient des combattants de l’Empire. C’était un fait indispensable vis-à-vis de ce qu’il voulait accomplir le lendemain.

« Alors demain, nous nous retrouverons devant le garage à six heures du matin, » déclara Iska.

Après avoir coupé la connexion, sa conscience était beaucoup plus dégrisée qu’il ne le pensait possible. Iska avait continué à lever les yeux vers le ciel nocturne de la Capitale Impériale présente derrière sa fenêtre.

***

Partie 4

« Mademoiselle Alice. »

Dans un couloir débordant de lumière, Alice fut appelée en rentrant dans ses appartements privés alors qu’elle venait du grand bain public du palais royal, et fit demi-tour.

« Rin, où étais-tu ? Je pensais que nous allions entrer dans le bain ensemble ? » demanda Alice.

« ... » Rin ne répondit rien.

« Rin ? » demanda Alice.

Sa jeune servante resta silencieuse avec sa bouche fermée alors qu’elle regardait Alice avec ses yeux d’ambre. Il n’y avait pas un sentiment clair de colère ou d’anxiété dans son regard, ce qui était transmis était une émotion différente, quelque chose comme une profonde peur.

« J’ai quelque chose à vous dire, » déclara finalement Rin.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Alice.

La servante avait alors répondu avec un ton qui indiquait qu’elle tentait de se contrôler. « Nous avons fini de recueillir des informations sur l’épéiste de l’Empire. »

« Parles-tu d’Iska ? » demanda Alice.

Elle parlait du passé d’Iska qui l’intéressait depuis le début.

Bien que je l’ai rencontré deux fois dans la Cité Neutre, ce n’est pas comme si je pouvais lui demander directement.

Il avait probablement la force de rivaliser même face aux Saints-Apôtres qui étaient la plus grande force de combat de l’Empire. Cependant, il était un soldat des troupes régulières qui n’était même pas un officier, et d’ailleurs, quand il était loin du champ de bataille, la férocité qu’il avait en tant qu’épéiste semblait être un mensonge. Elle ne pouvait le voir que comme un jeune homme doux. Quelqu’un de tout à fait normal.

« Écoutons donc ça, » déclara Alice.

« D’accord. C’est juste que dans ce passage..., » commença Rin.

« Bien sûr, allons dans ma chambre, » déclara Alice.

Dans le couloir, ils ne savaient pas si quelqu’un les rencontrerait. Et surtout parce que Rin et Alice gardaient le secret même à la reine qu’elles avaient rencontrée Iska dans la Cité Neutre d’Ayin, ce serait mauvais si quelqu’un les entendait en parler.

« Cependant, ça a vraiment pris du temps, hein ? » commenta Alice.

Dans les quartiers privés d’Alice, le Boîte à Bijoux à Clochettes, Alice avait parlé à Rin après avoir fermé la porte à double tour. « Après t’avoir demandé ça, je pensais bien que cela serait compliqué si cela concernait les informations sur les Saints-Apôtres. Mais je pensais que nos espions seraient en mesure de recueillir des informations sur l’historique d’un soldat de l’armée régulière en seulement quelques jours. »

Elle ne pensait pas non plus qu’elle rencontrerait la personne en question deux fois pendant cette période. Sa nourriture préférée était des pâtes. Ses hobbies comprennent une adoration pour l’opéra et les peintures. Elle avait appris de telles informations que leurs espions seraient incapables de découvrir si facilement.

Et aussi, son visage endormi est plutôt mignon.

Attends, à quoi est-ce que je pense !? C’est le moment d’y faire face avec sérieux !

« Je suis prête à entendre ton rapport, » après avoir repoussé son conflit interne, Alice acquiesça dans la direction de Rin.

« ... Juste qui est-il ? » demanda Alice.

« Un Saint Apôtre, » avec ces trois mots, sa préposée l’avait informée de son identité avant de continuer. « Non seulement cela, mais il semblerait qu’il soit la personne la plus jeune à avoir atteint le statut de Saint Apôtre dans toute l’histoire. Il n’y a aucun doute qu’il porte l’influence comme l’un des épéistes les plus éminents dans l’Empire. »

« Un Saint Apôtre !? » s’exclama Alice. « Attends Rin, n’est-ce pas étrange ? »

Au total, les Saints-Apôtres de l’Empire étaient onze personnes. Puisque chacun d’entre eux représentait un danger suffisant pour anéantir toute une Unité des Esprits des Étoiles, depuis plusieurs décennies, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis concentrait ses efforts sur la collecte de renseignements à leur sujet. Alice elle-même avait des informations sur les onze Saints Apôtres ancrées dans sa tête.

« Je n’ai jamais entendu parler d’un Saint Apôtre nommé Iska..., » déclara Alice.

« C’est parce qu’il n’y a jamais eu de bataille contre une Unité des Esprits des Étoiles dans nos archives. Après avoir été promu, et cela sans être envoyé une seule fois en première ligne, il a été privé de son statut et emprisonné dans les prisons impériales, » expliqua Rin.

« Emprisonné ? » demanda Alice.

Alice se frotta les sourcils face à cette soudaine et étrange annonce. Pourquoi quelqu’un avec le talent exceptionnel pour s’élever à la position d’un Saint Apôtre avait-il été emprisonné ?

« Quelles étaient les circonstances de son emprisonnement ? » demanda Alice.

« ... Je ne sais pas comment l’exprimer, » répondit Rin.

Avec une expression inhabituellement légère, Rin tendit un magazine jauni en provenance de l’Empire.

{Le plus jeune Saint-Apôtre de l’histoire, Iska, a été arrêté pour le crime de trahison envers la nation alors qu’il a été découvert en train de préparer l’évasion d’une sorcière. Un jugement de réclusion à perpétuité a été rendu sans perdre de temps.}

... Condamné à la réclusion à perpétuité.

... Mais attends, qu’est-ce que c’est que ce truc à propos de l’évasion d’une sorcière ?

La date de publication du magazine était il y a environ un an.

« En raison de l’évasion d’une sorcière qui avait été capturée sur le territoire impérial, en d’autres termes, pour avoir laissé partir une Mage des Étoiles, il a été dépouillé de son statut d’apôtre. Juste au cas où, j’ai regardé d’autres sources d’information, mais le contenu de ce magazine ne semble pas être une erreur, » déclara Rin.

« Il est devenu un Saint-Apôtre, mais a été immédiatement dépouillé de ce rang. Est-ce la raison qui fait que je ne savais rien de lui ? » demanda Alice.

« Ce n’est pas seulement ça, Mademoiselle Alice. Les espions qui l’ont découvert ont également été surpris, » répondit Rin.

Cependant — alors que Rin lui disait, elle avait commencé à faire bouger les cheveux qui étaient descendus des deux côtés de son visage. C’était une habitude qu’elle avait depuis longtemps. Chaque fois qu’elle était plongée dans ses pensées, elle bougeait inconsciemment ses cheveux.

« Mademoiselle Alice, tout comme vous le savez, il a été relâché, » continua Rin.

« Je le sais bien, » répondit Alice.

« Il a été relâché il y a onze jours. C’était juste le jour avant que vous vous soyez battue avec cet épéiste dans la forêt de Nelka, » annonça Rin.

Iska avait été relâché dans le but de combattre la Sorcière de la Glace de la Calamité. Et c’était certain qu’avec son niveau de force, elle pouvait être d’accord avec la décision de l’Empire qu’il avait le pouvoir de défier une sorcière de sang pur tout seul.

« Mais, plus j’y pense, moins cela a du sens, » Alice regarda le magazine se trouvant dans ses mains. « En mettant de côté le moment où il était dans la Cité Neutre, quand nous l’avons rencontré dans la forêt, Iska cherchait à se battre avec moi. Rin, ne t’a-t-il pas également demandé “Êtes-vous la Sorcière de la Glace de la Calamité” ? »

« Tout à fait, bien que ce soit un échec que je ne souhaite pas me remémorer..., » répondit Rin.

Peut-être parce qu’elle se souvenait qu’elle avait commencé l’attaque, mais que le match avait été avec une victoire de son adversaire, Rin parlait d’un ton négatif...

« Cependant, c’est comme vous le dites, » continua Rin. « Cet épéiste connu sous le nom d’Iska avait vraiment la volonté de lutter contre la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Au contraire, je pense que son but était de se battre contre la Sorcière de la Glace de la Calamité... donc contre vous, Mademoiselle Alice. »

« Alors, je me demande, pourquoi il a libéré l’une de nos camarades de prison il y a un an ? » demanda Alice.

Elle ne pouvait pas s’empêcher de sentir qu’il y avait une contradiction. D’un côté, il prenait des mesures pour libérer une sorcière, de l’autre il avait défié Alice et Rin avec l’intention de les capturer.

Même si pour l’Empire, nous sommes tous juste des sorcières ?

Qu’est-ce qui est différent avec la sorcière qu’il a libérée ?

« À propos de l’incident de l’évasion de la sorcière, nous pensons que ce peut être un piège pour essayer de nous tromper, » déclara Rin.

« Rin, cherche et trouve la Mage des Étoiles qui a été libérée il y a un an par cet homme, » demanda Alice.

« J’ai déjà pris des dispositions pour ça. Cela prendra encore quelques jours, » répondit Rin.

« Comme prévu, tu travailles vite, » répondit Alice.

Tout en hochant avec satisfaction, Alice s’était assise sur un coin de son lit.

C’est suffisant pour cette journée. Il est temps de dormir.

Ayant été la servante d’Alice pendant dix ans, il s’agissait d’un signal tout à fait naturel pour Rin. Quand elle regardait les tasses de thé placé dans le placard, c’était l’heure du thé. Quand Rin pinçait son tablier, cela signifiait qu’elle avait d’autres affaires dont elle devait s’occuper. Il y avait ce genre de compréhension tacite entre elles. Et ainsi, Rin avait quitté la pièce sans un mot. S’assurant que les pas du couloir s’étaient éloignés, Alice tendit les bras vers son oreiller.

« Ne l’a-t-elle donc pas remarqué... ? » murmura Alice pour elle-même.

Elle parlait bien entendu du mouchoir. C’était celui qu’elle lui avait emprunté dans la Cité Neutre d’Ayin. Elle avait dit à Rin qu’elle l’avait déjà brûlé. Quand Rin lui avait dit qu’il appartenait à quelqu’un de l’Empire, et qu’elle devrait donc absolument s’en débarrasser, Alice avait répondu dans ce sens, mais en vérité, elle l’avait cachée sous son oreiller.

« ... Après tout, je peux m’en débarrasser à tout moment, » Alice était consciente que ce qu’elle murmurait n’était juste qu’une excuse.

Mais dans tous les cas, elle devait encore demander quels étaient les véritables sentiments d’Iska.

« Les beaux-arts n’ont pas de frontières. Alice, n’êtes-vous pas celle qui le disait avant ça ? »

Je ne comprends vraiment pas ce qui se passe.

Il lui avait prêté son mouchoir pour qu’elle puisse essuyer ses larmes. Il l’avait guidée jusqu’à la galerie d’art ainsi que dedans la galerie, et lui avaient enseigné beaucoup de choses à propos de cette peinture qui était présente dans son cœur. Était-ce tout comme Rin le disait ? Tout cela n’était qu’un piège créé afin de tromper son ennemi ? Tout ce qu’il lui avait montré quand ils étaient dans la Citée Neutre était-il juste un jeu d’acteur ? Il n’était pas trop tard pour agir vis-à-vis du mouchoir après avoir vérifié tout cela.

« Vous semblez être très préoccupée par ce soldat impérial à ce que je vois, » déclara une voix féminine.

« Mère !? » s’exclama Alice.

La porte s’était ouverte sans même avoir frappé à la porte au préalable. En dépit d’être tard dans la nuit, sa mère était apparue portant ses vêtements royaux habituels. Après avoir terminé ses fonctions officielles, elle était peut-être tout simplement en train de retourner dans sa propre chambre.

« P-Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Alice.

Alice cacha le mouchoir derrière elle en toute hâte.

« J’ai entendu dire que vous avez ordonné à Rin d’enquêter sur un soldat ennemi, » déclara la Reine. « Cependant, j’en ai parlé avec notre agence de renseignement. Alice, ce n’est pas à vous de le lire ce genre de chose. »

« ... »

« ... Ou est-ce que vous avez une autre raison d’être si concerné par cet homme ? » demanda la Reine.

« Je suis d’accord. Je me suis moi-même fixé des objectifs trop ambitieux, » répondit Alice.

Il semblerait qu’elle n’avait pas été vue lorsqu’elle avait rencontré Iska dans la Cité Neutre. À en juger par la façon dont sa mère lui parlait, elle en était sûre et ainsi, Alice laissa échapper un soupir de soulagement.

« Mais je fais ça en tant qu’une observation générale du plan de l’ennemi..., » commença Alice.

« Je comprends que vous avez des soucis de votre côté à ce sujet. Cependant, si vous vous engagez trop là-dedans, vos sœurs vont vous lancer un regard furieux, » déclara la Reine.

Elle parlait de la sœur aînée d’Alice, Ellitia, et sa jeune sœur Cybelle. Alice était bien consciente que tous deux étaient des Mages des Étoiles dignes du nom de sang pur, et les deux étaient des femmes talentueuses qui étaient des pierres angulaires de la politique de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Et il y avait le fait qu’elles concouraient pour pouvoir accéder au trône...

Les yeux de ses sœurs s’étendaient sur le palais en entier, et la seule fois où Alice se sentait à l’aise était quand elle était dans sa propre chambre avec Rin.

« Et encore une chose. Il semble que vous collectionniez de nouveau des peintures d’un artiste impérial ? » demanda la Reine.

Sa mère avait regardé avec un regard exaspéré les livres emplies de photo alignée sur l’étagère supérieure de la bibliothèque appuyée contre le mur. Bien que ce genre d’objets n’était pas en circulation dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, il s’agissait d’une collection qu’Alice avait pris soin de construire petit à petit.

« L’Empire est notre ennemi, » déclara sa mère.

Alice avait entendu ces mots de sa mère un nombre incalculable de fois.

« Ils nous appellent sorcières et sorciers... il s’agit là de l’antre de ceux qui nous abhorrent et nous persécutent, » continua sa mère. « Les atroces chasses aux sorcières effectuées dans le passé par l’Empire étaient l’incarnation de ce qu’ils sont. Combien de Mages des Étoiles ont été victimes d’eux ? C’est le vœu le plus cher de tous les Mages des Étoiles de vaincre l’Empire et de les forcer à céder. »

« ... »

« La même chose s’applique à l’art de l’Empire, » continua la reine. « Je suis sûre que vous connaissez les nombreuses peintures de “chasses aux sorcières” et “procès de sorcières” peintes par des artistes de l’Empire. Ils sont aussi des pions de l’Empire. Ce sont les mêmes que ceux de vos albums photo. »

« ... Oui, mère, » répondit Alice.

« C’est tout ce que j’avais à vous dire, » finassa-t-elle. « Je ne vous prendrais pas plus de votre temps à une heure tardive. »

Après ça, sa mère avait quitté sa chambre. Et une fois de plus, toute seule dans sa chambre, Alice restait là où elle se tenait sans rien faire de plus.

Est-ce vraiment comme le dit ma mère ?

Chaque citoyen dans le territoire impérial est-il impardonnable, et cela sans exception ?

« Qui êtes-vous ? »

« En plus de vous rendre toute seule jusqu’à la base de l’Empire, vous avez franchi les défenses et vous avez détruit le Réacteur de Puissance..., ce n’est nullement quelque chose qu’un Mage des Étoiles de puissance moyenne puisse faire. »

Iska était différent. Quand il se tenait devant elle dans la forêt de Nelka, il avait choisi de ne pas l’appeler par le nom désobligeant de sorcière, mais de « Mage des Étoiles ». D’autre part, sa mère a déclaré que tous les citoyens de l’Empire étaient des sauvages qui les appelaient sorcières et sorciers. Et donc, qui était discriminatoire l’un contre l’autre... ?

Alice ramena sur ses genoux le mouchoir qu’elle dissimulait avant ça derrière elle. Et après l’avoir regardé comme si elle pouvait percer un trou à travers elle...

« D’accord, j’ai décidé ! » s’exclama Alice.

Après avoir pris une profonde inspiration, Alice sauta hors de sa chambre. Elle se déplaça à grandes enjambées dans le couloir lors de cette nuit tranquille, avant de s’arrêter devant la chambre d’à côté.

« Rin ! Rin, es-tu encore réveillée !? » demanda Alice.

Alice avait claqué la porte avec un bruit sourd.

« Prépare-toi à partir, » annonça Alice.

« Po-pourquoi si soudainement !? » demanda Rin, surprise de cette arrivée soudaine.

Rin se retourna en tenant son bonnet de nuit et portant son pyjama. Elle avait actuellement ses cheveux tressés relâchés tout droit, et elle semblait légèrement plus mature que d’habitude.

« Nous quittons le palais dès la première lueur de l’aube demain matin, » annonça Alice. « Nous allons à la Cité Neutre, alors tu dois faire les préparatifs nécessaires. »

« Encore !? » Rin avait haussé sa voix presque au point que c’était devenu un cri. « Mais, si nous devions rencontrer cet épéiste connu sous le nom d’Iska... ! »

« On y va justement pour qu’on le rencontre, » répliqua Alice.

« ... Quoi !? » s’exclama Rin.

« Je veux le confirmer pour moi-même... ses vrais sentiments, » annonça Alice.

En se mordant la lèvre inférieure, Alice tourna le dos à sa servante. « C’est pourquoi cela sera très certainement la dernière fois. »

***

Partie 5

Un chemin couvert de brume de chaleur.

À un moment où le soleil à l’horizon s’élevait vers le ciel...

Il s’agissait d’une terre désolée où toute l’humidité s’était évaporée depuis longtemps, laissant derrière elle des fissures dans le sol, et on ne voyait que quelques herbes qui poussaient ici et là.

« La Cité Neutre d’Ayin, hein. Ça fait longtemps que je n’y suis pas allée en voiture, » déclara Mismis.

Un buggy faisait la course à travers les terres désolées. Mismis agrippait le volant en plissant les yeux face à la lumière éblouissante du soleil.

« J’ai informé Jhin-kun et Néné-chan que tous les deux peuvent faire une formation indépendante aujourd’hui, » continua Mismis.

« Merci beaucoup, » répondit Iska.

« À ce propos, la météo est vraiment super, hehe. Il s’agit là d’un ciel parfaitement clair sans le moindre nuage à l’horizon, » déclara Mismis.

Le vent soufflait sur la voiture sans toit. Laissant ses cheveux lâches dans le vent, la capitaine avait alors appuyé sur l’accélérateur.

« Et alors, Iska-kun, n’est-il pas temps de me dire qui tu prévois de rencontrer aujourd’hui ? » demanda Mismis.

« Qui penses-tu que cela peut être ? » demanda Iska.

« Un gros ponte de l’Empire ? » demanda en retour Mismis. « Peut-être que c’est un Saint Apôtre autre que Lishia-chan ? Iska-kun, tu viens d’être appelé par les huit Grands-Apôtres l’autre jour, n’est-ce pas ? Peut-être est-ce une conversation secrète en dehors de l’Empire ? »

« Je ne suis pas une personne si incroyable que ça, » répondit Iska.

L’ombre de la Cité Neutre d’Ayin pouvait être vue à l’horizon. Tout en se remémorant les rues de la célèbre capitale de l’opéra et des arts, Iska avait affiché face à sa capitaine un sourire amer.

« Je n’ai pas d’autres connaissances dans les Saints-Apôtres. Ce qui est normal vu qu’après tout, j’ai été rétrogradé tout de suite après ma promotion, » déclara Iska.

« Il y a des rumeurs selon lesquelles ces onze personnes sont super compétitives, n’est-ce pas... ? » demanda Mismis. « Hmmm ? Mais si c’est le cas, j’arrive encore moins à comprendre avec qui tu as pris rendez-vous aujourd’hui. »

« Je n’ai pas pris de rendez-vous, » répondit Iska.

« Que veux-tu dire par là ? » demanda Mismis.

« Je pensais juste “qu’elles viendraient”, d’une manière ou d’une autre..., » répondit Iska. « Je n’ai jamais cru en des choses comme le destin ou la destinée avant aujourd’hui, mais... mais... j’ai l’impression que je les rencontrerais à nouveau... »

« Qu’entends-tu par là ? » demanda Mismis.

« Je ne le saurai pas avant d’aller voir là-bas, » répondit Iska.

Alors que Mismis faisait toujours une expression extrêmement perplexe, Iska haussa les épaules. La Cité Neutre d’Ayin pouvait maintenant être clairement visible à travers le pare-brise de la voiture.

« À ce propos, capitaine, vois-tu quelque chose qui vole dans le ciel ? » demanda Iska.

Une ombre noire volait à travers le ciel bleu clair. De leur point de vue, il venait du nord-est — de la même direction que le soleil, approchant la Cité Neutre d’Ayin.

« ... C’est un oiseau. Capitaine, c’est un très gros oiseau, » continua Iska.

Il s’agissait d’un oiseau étrange qui avait l’air d’avoir volé hors du monde des légendes. La forme de son corps ressemblait à celui d’un aigle, mais sa longue queue ressemblant à un serpent flottait dans le vent. Ses plumes étaient un mélange de blanc et de bleu dans un motif de marbre. C’était comme un nuage suspendu dans le ciel bleu. C’était comme si le paysage était imprimé sur l’oiseau. Non seulement cela, mais la créature était grande. Ils étaient capables de le percevoir distinctement depuis le buggy présent sur le sol, donc si elle atterrissait à côté d’eux, elle aurait probablement une carrure assez grande pour éclipser un humain.

« Oooh, comme c’est inhabituel ! C’est un albatros ! Une sorte de fossile vivant, » Mismis laissa échapper un petit cri de joie depuis le siège du conducteur.

« Il s’agit là du grand ancêtre des oiseaux, » Mismis commença l’explication. « Ils ne vivent pratiquement pas en territoire impérial. Nous utilisons beaucoup d’armes dans les terrains d’entraînement, n’est-ce pas ? Ils détestent le bruit des coups de feu et donc ils sont tous partis hors de nos terres. »

« Loin de l’Empire ? » demanda Iska.

« Tout à fait, » répondit Mismis. « Mais les albatros sont intelligents, donc quand ils sont nourris, ils peuvent être transformés en chiens de garde, et avec un peu d’entraînement, il est possible que les humains montent sur leur dos pendant qu’ils volent. Voilà pourquoi il semble que dans les villages éloignés de l’Empire, ils les entraînent même encore maintenant. »

En suivant l’oiseau avec ses yeux, Mismis avait continué son explication. « Ils en gardent plusieurs même dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, j’ai vu un rapport qui disait cela. »

« ... Nébulis ? » demanda Iska.

Iska leva les yeux vers l’albatros tout en regardant à travers la lumière du soleil. Il venait du nord-est. C’était comme Mismis l’avait dit, il venait du territoire de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. C’était peut-être juste une hallucination, mais Iska avait l’impression de voir quelque chose chevauchant le dos de l’oiseau alors qu’il battait des ailes.

« ... Est-ce que ça pourrait être ? » murmura Iska.

« Iska-kun ? » demanda Mismis.

« Capitaine, continuez comme ça jusqu’à l’entrée et arrêtez la voiture là-bas, » demanda Iska.

L’albatros avait passé les murs de la ville et avait commencé à descendre. Comme s’il le chassait, le buggy dans lequel ils étaient était également arrivé aux murs d’Ayin.

« Hé hé, Iska-kun, alors à propos de cette personne que tu voudrais rencontrer, que vas-tu faire à ce sujet ? » demanda Mismis.

« Elles sont probablement également arrivées, » répondit Iska.

Depuis le ciel... Comme s’il était aspiré par la lumière du soleil qui se déversait au-dessus, l’albatros remontait dans le ciel. Ayant terminé son rôle de livrer son maître dans la Cité Neutre, il était probable qu’il retournât jusqu’à son nid dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

« Par là, » demanda Iska.

« O-Oui !? » s’exclama Mismis.

En échangeant des regards avec Mismis, Iska avait marché dans les rues de la Cité Neutre d’Ayin, la ville où les arts avaient fleuri. Tout comme lorsqu’il était venu voir l’opéra, malgré la canicule, les musiciens faisaient de la musique à l’extérieur, les peintres peignaient leurs toiles et les touristes les observaient avec joie. Ce fut un moment de paix qui faisait oublier l’époque sombre dans laquelle ils vivaient. Alors que l’Empire et la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avaient mené de violentes batailles tous les jours, en vérité, les personnes avaient pu vivre ici une vie sans rapport avec ces batailles. C’était un spectacle qui donnait cette impression.

« ... » Debout devant une place centrale, Iska s’était arrêté net.

« Nous avons vraiment eu les mêmes pensées au même moment, n’est-ce pas ? Je me demande sous quelles étoiles nous sommes tous deux nés, » fut déclarée par une voix féminine se trouvant devant eux.

Une belle jeune femme portant un parasol se trouvait devant eux. Elle ne portait pas de vêtements pour voyager incognito. Tout comme la première fois qu’il l’avait rencontrée, elle portait des vêtements royaux colorés.

« Et cet albatros qui était là juste avant ? » demanda Iska.

« Nous lui avons demandé de retourner à la maison. Quand il était un poussin, il était assez petit pour tenir dans ma main, mais après quatre ans, il est devenu si grand. Et après tout, il vole beaucoup plus vite qu’une voiture impériale, » déclara Alice.

« Mademoiselle Alice, même si vous dites ça ainsi, n’avez-vous pas dit sans arrêt au cours du trajet “Rin, plus vite. Encore plus vite. C’est une course ! Dépêche-toi pour que nous puissions y arriver avant cette voiture, peu importe ce que tu dois faire !” ? » demanda Rin.

« Rin, » dit Alice.

« ... Oups, ce n’était qu’un simple lapsus, » répliqua Rin.

Rin recula d’un pas. Tout en lui jetant un coup d’œil oblique, Alice ferma son parasol avec des mouvements gracieux.

« C’est vrai. À propos du taxi de dernière fois..., » commença Iska.

« De quoi parlez-vous, je me le demande ? » répliqua Alice.

La princesse de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avait fait apparaître un sourire d’amusement pendant l’espace d’un instant. Mais immédiatement après ça, elle resserra sa bouche et plissa légèrement les yeux. Ce qu’elle regardait n’était pas Iska, mais la petite capitaine aux cheveux bleus à côté de lui.

« À ce propos, qui est cette fille à vos côtés ? » demanda Alice.

« Ma supérieure, la Capitaine Mismis, » répondit Iska.

« ... Je vois. Vous avez également eu de telles circonstances, » marmonna Alice tout en donnant son parasol à Rin.

« Hmm, Iska-kun ? Qui est cette jolie fille ? » demanda Mismis.

« Elle est..., » commença Iska.

« C’est bon ! Je vais moi-même me présenter, » interrompant Iska, Alice posa sa main sur sa poitrine.

Et d’une voix calme, mais faible pour que ceux qui se promenaient dans la zone ne puissent pas l’entendre... « C’est un plaisir de vous rencontrer, Capitaine de l’Empire. Je m’appelle Alice... Aliceliese Lou Nébulis IX. »

« Alice-san ? Eh, mais... N-Nébulis ? » s’exclama Mismis.

« Comprendriez-vous mieux si je me présentais à vous sous le surnom de la “Sorcière de la Glace de la Calamité” comme vous le dites dans l’Empire ? » demanda Alice.

« ~~~~ !? » Tout le corps de Mismis s’était contracté. « H-Hmmm ? Est-ce une blague... Iska-kun ? »

« C’est la vérité, » répondit Iska.

« Que-que-que-que-que se passe-t-il !!? » cria Mismis.

« J’ai quelque chose dont je dois discuter avec lui, » comme Alice l’avait dit, son regard était fixé seulement sur Iska. « Allons ailleurs. Suivez-moi. »

« D’accord ! Capitaine, allons-y, » déclara Iska.

« ... Que se passe-t-il... ? » demanda Mismis.

Prenant avec lui sa capitaine qui était quelque peu abasourdie, Iska suivit après les deux autres personnes qui avaient commencé à marcher. Alice regardait directement en face d’elle. Quant à Rin qui était positionnée derrière elle, elle se retournait fréquemment pour regarder Iska.

« Je ne vais pas fuir. Et il n’y a personne d’autre que nous deux, » déclara Iska.

« Ta-taisez-vous ! » répliqua Rin. « Je suis la préposée de Mademoiselle Alice. Quel est donc le problème si je vous regarde afin d’avoir un œil sur vous deux qui êtes ses ennemis ? Au contraire, ne me parlez pas si librement ! »

Rin se retourna rapidement. Voyant qu’elle rapprochait par réflexe sa main de sa jupe, il n’y avait aucun doute qu’il y avait un grand nombre d’outils sombres cachés dessous.

« Comme c’est mystérieux, » déclara Alice.

Ce qu’Alice avait souligné avec son regard se trouvait être sur le côté droit de la rue. Il y avait un peintre avec sa toile face à la rue, et un parent et un enfant ayant leur portrait dessiné par l’artiste.

« Même s’il existe une ville si heureuse, je me demande pourquoi nous devons nous détester, » déclara Alice.

Ces paroles n’étaient pas dirigées vers Iska ou Mismis. Le murmure d’Alice avait peut-être plutôt été pointé vers elle-même. Alors qu’ils faisaient un pas hors des murs de la ville, tout ce qu’ils pouvaient voir sous leurs yeux, c’était une colline brûlée par le soleil qui s’étendait dans toutes les directions.

« Il fait chaud, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

« Mademoiselle Alice, votre parasol, » déclara Rin.

« ... Je vais bien ainsi, » La Sorcière de la Glace de la Calamité avait tendu son doigt. « J’ai juste besoin de congeler convenablement tout cela et tout ira bien. »

L’air froid avait jailli depuis le sol qui était touché par les pieds d’Alice. Le sable à leurs pieds qui était assez chaud pour brûler la peau nue avait été refroidi en un instant, et le sol avait commencé à geler sur plusieurs centaines de mètres dans la direction où ils marchaient. C’était comme si un tapis de glace s’était formé devant eux.

« Qu’est-ce qui se passe là... Même les armes les plus récentes de l’Empire ne peuvent pas faire ce genre de froid... » Mismis marchait timidement le long du chemin gelé. « E-Elle est vraiment la Sorcière de la Glace de la Calamité... »

« Je crois moi-même l’avoir dit, » répliqua Alice.

Le capitaine de l’Empire semblait enfin comprendre exactement qui elle était. Il n’y avait probablement pas de meilleure force de persuasion que ce genre de méthode.

« Cela devrait être bon après avoir marché sur cette distance. Ici, personne ne devrait pouvoir nous entendre. Et en plus, il semblerait qu’aucun de nous ne soit suivi, » la princesse de Nébulis s’était arrêtée.

Ils marchaient le long du tapis de glace depuis une dizaine de minutes. À une distance où la Cité Neutre ne pouvait être considérée que comme une lointaine brume, Alice se retourna.

***

Partie 6

« Vous avez probablement une idée de ce que j’ai à vous dire, » commença Alice. « À vous, le soldat impérial qui a été arrêté pour trahison contre l’État il y a un an. Le Saint Apôtre excentrique qui aurait permis l’évasion d’une Mage des Étoiles capturée et emprisonné une prison impériale. »

« ... »

« J’ai enquêté sur vous. Vous savez qui je suis. Donc, n’est-ce pas quelque chose de tout à fait normal ? » demanda Alice.

Alice regarda Iska du haut d’une colline de glace.

« Eh bien, oui, » répondit Iska.

« D’ailleurs, il n’y a aucune chance pour qu’un épéiste avec votre force soit un soldat de rang inférieur, » continua Alice. « Bien que ce soit une histoire différente si vous me dites que la capitaine à côté de vous est plus forte que vous. »

« Hein !? Ce-ce-ce-ce n’est pas le cas !? » alors que la Sorcière de la Glace de la Calamité avait tourné son regard vers Mismis, Mismis se mit à bafouiller et à trembler. « Plus important encore... Qu-Quelle affaire avez-vous avec nous à traiter ? Une grosse ponte parmi les gros pontes comme vous, attendant Iska-kun ici, je ne comprends pas du tout ! »

« J’ai quelque chose que je voudrais lui demander, » déclara Alice.

Alice avait échangé des regards avec Rin. En lui renvoyant son regard, la servante avait sorti un magazine jauni. C’était quelque chose de familier pour eux. Après tout, c’était un magazine qu’on avait montré à Iska à plusieurs reprises pendant qu’il était emprisonné.

« Pour commencer. Est-ce que ce qui est écrit là dedans est la vérité ? » demanda Alice.

« Totalement, » répondit Iska.

« Vous avez donc participé à l’évasion d’une Mage des Étoiles, et à cause de ça, vous avez passé une année en prison ? » demanda Alice.

Iska hocha la tête tout en restant silencieux.

« Je me demande bien, pourquoi l’avez-vous fait ? » demanda Alice.

« ... Elle était encore une petite fille. Elle était âgée de douze ou treize ans, elle n’avait qu’un faible Esprit des Étoiles en elle, » répondit Iska. « C’est tout simplement que l’Empire arrête les Mages des Étoiles sans aucun lien avec ça, et je n’ai pas du tout aimé ça. »

« Votre discours et votre conduite se contredisent, » répliqua Alice.

Il y avait un ton mordant dans la voix de la jeune femme connue sous le nom de la Sorcière de la Glace de la Calamité.

« Vous m’attendiez dans la forêt de Nelka, » continua Alice. « Ne m’avez-vous pas attaquée dans le but de me capturer ? Quand cela m’était venu à l’esprit, vous essayez de capturer une Mage des Étoiles, je ne crois nullement à votre raisonnement quant au fait d’en avoir laissé une fuir il y a un an parce que vous l’avez trouvée pitoyable. »

« ... »

« Vous restez silencieux ? Quel est le problème, soldat impérial ? » La jeune servante avait haussé la voix. « Êtes-vous incapable de parler après avoir vu les points faibles de votre histoire soulignée par Mademoiselle Alice ? Je me souviens bien quand vous m’avez demandé : “Êtes-vous la Sorcière de la Glace de la Calamité ?” Dans tous les cas, l’évasion de la sorcière il y a un an n’était qu’une astuce pour... »

« Je ne me contredis nullement, » coupa Iska.

Peut-être parce qu’elle sentait la force des émotions présentes dans ses mots, Rin garda le silence après avoir été interrompue.

« Il y a un an, et maintenant encore, mon objectif n’a jamais changé, » continua Iska.

« Cela a-t-il quelque chose à voir avec l’article de ce magazine ? » demanda Alice.

« Des pourparlers de paix, » déclara Iska.

Iska avait prononcé que ces quatre mots alors qu’il se tenait devant Alice. C’était la première fois qu’il avait transmis son vœu le plus cher devant un Mage des Étoiles de Nébulis.

« Je veux mettre fin aux combats, » continua Iska. « Mais peu importe ce que je dirais, il n’y a pas moyen que l’Empereur m’écoute, et je ne crois pas que la reine de la Maison Impériale Nébulis m’écoute non plus. »

« Évidemment, » Alice hocha la tête tout en répondant ça avec un ton glacial. « Vous dites que vous désirez la paix ? C’est inutile. Jusqu’à quel point pensez-vous que nos nations se détestent ? La guerre ne s’achèvera pas tant que l’un des protagonistes ne capitulera pas. »

« C’est exact, » répondit Iska. « Voilà pourquoi ce que je pensais à l’époque à capturer une descendante directe de Nébulis. Pour capturer une puissante Mage des Étoiles que l’Empire appelle du sang pur. »

« La famille royale ? » demanda Alice.

« Je pensais que cela secouerait grandement la famille royale de Nébulis si l’un des leurs était en danger, » continua Iska. « Et même les citoyens de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis seraient probablement anxieux. Voilà pourquoi ils seraient en mesure de se conformer à la participation aux pourparlers de paix, même si elles détesteraient le faire. »

« ... Êtes-vous en train de dire que, tout seul, vous prévoyez d’ouvrir la voie aux pourparlers de paix ? » demanda Alice. Elle croisa les bras en fronçant les sourcils, puis posa son doigt sur sa charmante bouche. « Si vous me capturez et faites de moi un otage, même la reine serait obligée de venir à la table des pourparlers de paix. Cependant, l’enfant que vous avez laissé partir il y a un an était juste une faible Mage des Étoiles. Elle n’a eu aucun rôle dans les pourparlers de paix que vous envisagez. Alors, avez-vous pensé que ce serait une bonne chose de la laisser partir ? »

Et puis, après un moment de silence.

« ... Certes, il n’y a pas de contradiction. Au contraire, tout est cohérent, » quand Alice avait dit ça, sa bouche avait presque l’air de faire un rire d’étonnement.

« Ce n’est probablement pas un mensonge, hmm, » continua Alice. « D’une manière ou d’une autre, cela ressemble vraiment à l’idée à laquelle vous penseriez... Mais, ça ne marchera pas. Rien ne changera de cette façon. »

« Pourquoi ? » demanda Iska.

« Même si vous me faites prisonnière, ma mère ne bougera pas, » répondit Alice. « Voilà pourquoi il n’y aura pas de place pour les négociations. Les pourparlers de paix ne sont qu’une chimère. Vous n’avez probablement jamais été dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Donc, vous ne savez pas à quels points les habitants de notre pays détestent l’Empire. »

Les racines de la guerre qui avait continué pendant une centaine d’années étaient profondes. Même avec une sorcière de sang pur, une unique otage n’amènerait pas des pourparlers de paix. Après tout, les habitants de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis ne le permettraient pas.

« ... Toutefois, » Alice déplia ses bras alors qu’elle se remit à parler. « Je ne savais pas non plus qu’il y avait des personnes comme vous dans l’Empire. Parmi les soldats impériaux sauvages et autoritaires, je ne pensais pas qu’il y en avait un qui voulait se battre pour “mettre fin aux combats”. De plus... Je crois que j’ai bien saisi votre caractère lorsque je vous ai rencontré ici dans la Cité Neutre. »

Le doigt la Sorcière de la Glace de la Calamité était pointé vers Iska. Au sommet d’une colline de glace, Aliceliese Lou Nebulis IX avait alors fait une déclaration à haute voix. « Vous, vous devriez devenir mon subordonné. »

« Quoi !? » Celle qui laissa échapper un cri fut Rin. « Attendez, Mademoiselle Alice ! Qu-Qu-Qu-Qu-Qu’est-ce qui se passe !? Ce n’est pas ce que vous avez dit avant ça. Vous n’avez rien mentionné à ce sujet quand nous nous préparions hier soir ! »

« Je viens d’y penser maintenant..., » répondit Alice.

« C’est bien trop erratique ! » s’exclama Rin. « En premier lieu, en prenant un soldat impérial en tant que subordonné, sans parler de la reine, vos sœurs estimées ne pourront pas le permettre ! »

« Je peux toujours penser à ce genre de chose plus tard, » répliqua Alice.

Tais-toi ─ tenant sa main sur le côté, elle fit taire Rin.

« Je vous garantis votre position sociale. Vous deviendriez un exilé de l’Empire, » continua Alice.

La princesse avait continué à parler d’une voix fluide. « La Théocratie de la Maison Impériale Nébulis accepte tout le monde tant qu’ils ne font pas de discrimination contre les Mages des Étoiles. Ceci s’applique encore plus à celui qui connaît les affaires intérieures de l’Empire et qui a assez de force pour accéder au statut d’un Saint Apôtre et qui désire aussi créer un monde sans combat. »

Elle lui avait envoyé alors un regard direct. Pendant que son ton ordonnait, il y avait aussi un sincère zèle et de l’espoir dans sa voix. Toutefois...

« I-Iska-kun... ? » murmura Mismis.

Un doigt mince et tremblant était pressé contre son dos. S’il avait regardé légèrement sur le côté, ce qu’il aurait pu voir était la petite capitaine, contractant ses épaules en raison de l’anxiété, et sur le bord des larmes alors qu’elle levait ses yeux vers lui.

« Hm-Hmm, tu sais... Hum... »

« Tout va bien, » avant qu’elle ne puisse rien dire, il l’avait doucement arrêtée. « Je ne peux pas le faire. »

De plus, Iska avait répondu à la princesse qui se tenait au sommet de la colline de glace.

« Ça n’a rien à voir avec mon accueil, mais je ne peux pas aller au côté de Nébulis, » répondit Iska.

« ... Pourquoi donc ? » Les paupières de la fille aux cheveux blonds se plissèrent. Cela n’était pas par colère, mais une manifestation de son malaise.

Aah ! Finalement, c’est comme ça que vous me répondez, ─ son ton faisait penser qu’elle avait de telles angoisses en elle.

« Laissez-moi entendre votre raison, » demanda Alice.

« J’ai deux raisons, » répondit Iska. « D’abord, même moi j’ai des amis et de la famille dans l’Empire. Mes camarades dans mon unité sont une chose, mais j’ai aussi des supérieurs envers qui je suis redevable. C’est exactement la même chose que vous, Alice, qui avait de la famille au sein de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. »

« Et l’autre raison ? » demanda Alice.

« Parce qu’il est impossible d’aborder les pourparlers de paix du côté de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis, » répondit Iska. « Même si nos positions étaient inversées, si vous arriviez à prendre l’un des huit Grands-Apôtres en otage afin d’essayer de les amener à des pourparlers de paix, l’Empire ferait la sourde oreille. Au contraire, ils seraient même amenés à penser que le nombre de rivaux a tout simplement diminué. Contrairement à vous, Alice, qui êtes liée par le sang à la famille royale, ils ne sont que des étrangers les uns envers les autres. »

Pour mettre fin aux combats qui duraient depuis cent ans sans que cela se termine par la ruine d’un pays, il n’y avait pas d’autre moyen que de les amener avec force à des pourparlers de paix. Et ces pourparlers de paix étaient quelque chose qui n’était possible que si la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis était d’accord avec eux.

« C’est vrai, » déclara Alice. « C’est exactement l’Empire que je connais. Peu importe qui c’est, une fois qu’ils ont servi leur but, ils sont rejetés. Un rassemblement d’humains que l’on ne considère même pas comme des humains... »

Alice mordit sa lèvre inférieure. Le magazine qu’elle tenait dans sa main était légèrement gelé et la glace recouvrait la surface du papier.

« Cependant, comprenez-vous la signification de votre réponse ? » demanda Alice.

« ... Je la comprends, » répondit Iska.

En reculant ─ tout en immobilisant Mismis avec sa main gauche, la main droite d’Iska se plaça vers son dos. Une sensation dure. Ses doigts avaient alors rencontré la poignée de son Épée d’Étoile.

« Je ne peux pas marcher à vos côtés, Alice, » déclara Iska.

« ... Je vois. Après tout, vous et moi sommes des ennemis ! » annonça Alice.

Le magazine se brisa en morceaux à ce moment-là. Il était devenu des fragments de glace et avait disparu comme s’ils étaient les fragments des souvenirs de leur passé. C’était, l’instant où le lien entre eux deux avait été rompu.

« Si vous voulez me capturer, alors montrez-moi que vous le pouvez, » déclara Alice.

Alors que Rin commençait à bouger, Alice la retint. Et elle avait couvert son visage avec la coiffure qu’elle avait utilisée dans la forêt de Nelka.

« Si par hasard vous êtes capable de le faire, même si c’est juste une chance sur un million, si ma mère négocie avec l’Empire, alors votre rêve pourrait vous être accordé, » déclara Alice.

« De même, vous devriez m’éliminer comme bon vous semble. Alors cela deviendra un progrès dans l’unification du monde que vous souhaitez, Alice, » répondit Iska.

« ... »

« ... »

Avec une coiffe couvrant son visage et ses émotions, une sorcière se tenait là.

Tenant une Épée d’Étoile dans chaque main, un soldat de l’Empire se tenait en face.

Derrière chacun d’eux, Rin et Mismis reculaient toutes les deux, oubliant même de respirer, veillant sur eux.

« « Vous, idiot obstiné ! » » Un rugissement de colère arrivé en même temps du garçon et de la fille.

Comme si leur angoisse mutuelle était révélée à la face des terres désolées.

Un futur incontournable. Dans ce tourbillon du destin qu’ils auraient dû connaître, leur colère et leur chagrin se fusionnaient ensemble et retentissaient en un cri.

Et en même temps, l’Esprit des Étoiles d’Alice, et les Épées d’Étoile d’Iska, comme s’ils résonnaient l’un avec l’autre, la terre tremblait.

─La rage provoquée par les étoiles.

« Quoi !? » s’exclama tout le monde.

Il arrêta sa charge à cet instant. Le froid qui traversait sa main traversa le corps d’Iska comme de l’électricité.

Quoi ? Tout à l’heure... Un froid impensable !

Il ne l’avait jamais expérimenté auparavant. Peu importe les batailles dans lesquelles il avait participé, peu importe, à quel point, il avait été proche de la mort, il n’avait jamais ressenti une telle soif de sang. Il pouvait sentir avec sa peau ce qui remplissait l’atmosphère.

« Rin, qu’est-ce qui se passe en ce moment ? » demanda Alice.

« ... Je ne sais pas. Mais mon Esprit des Étoiles est également effrayé. Je ne peux pas le contrôler ! » répondit Rin.

« Attends, je peux entendre quelque chose, » déclara Alice.

Alice avait alors enlevé la coiffe qu’elle venait de mettre. La jeune femme connue comme la plus forte Mage des Étoiles de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avait parlé dans un souffle étouffé.

« Il y a quelque chose dans le ciel... Rin, va-t’en le plus loin d’ici ! » cria Alice.

« Capitaine Mismis, pars d’ici ! » cria Iska.

Une faille s’était alors formée dans le ciel bleu. Au moment où ils pensaient avoir vu un fil noir traverser le ciel, le ciel s’ouvrit et un violent coup de vent en sortit.

« Kya...! »

Alors qu’elle était incapable de résister à la tempête, la petite capitaine était tombée sur le sol. Et pendant ce temps, Iska était certain de ce qu’il voyait apparaître dans les airs.

« ... Épée d’Étoile. La lame, qui a trahi les étoiles... »

Il s’agissait d’une fille avec de longs cheveux gris perle. Sous sa grande cape ondulée et irrégulière, son corps était bronzé. Et elle était apparue beaucoup trop jeune que ce à quoi ils s’attendaient. En raison de son apparence, elle semblait seulement avoir douze ou treize ans. Cependant, précisément à cause de cela...

« La Fondatrice ? » cria Alice.

Iska doutait du mot qu’il avait entendu de la part d’Alice.

« Pourquoi, la très estimée Fondatrice qui était supposée dormir sous terre est ici... ? » demanda Alice. « Pourquoi s’était-elle réveillée... ? »

Il s’agissait de quelqu’un qu’une descendante directement de Nébulis, Alice, respectait en tant que Fondatrice. Il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait venir à l’esprit d’Iska.

« L’Empire... Ceux qui... Ruinés... Cette étoile... Ce récipient de l’Esprit des Étoiles... » Ce qui sortait de sa charmante petite bouche était l’incarnation pure de la rancune.

« ... »

« Tout devrait tout simplement disparaître, » La Grande Sorcière agita sa main en l’air. Au moment où ils s’en rendirent compte, Iska et Alice sautèrent tous deux à couvert en emmenant celles qui étaient derrière eux.

─Une faille invisible.

Comme si la main d’un dieu invisible était balancée dans l’air, l’atmosphère se condensa et, immédiatement après, une onde de choc violente explosa et se dispersa dans la zone.

« Qu-quoi !? Qu’est-ce qui vient de se passer !? »

« Je ne sais pas. C’est juste..., »

Dans le nuage de poussière qui s’élevait lentement, Iska lâcha Mismis. Il était pleinement conscient que la sueur froide coulait dans son dos.

« Capitaine, partez de la zone. Contre cet adversaire, je n’ai aucune confiance quant à ma victoire, » annonça Iska.

L’ombre d’une personne suspendue dans le ciel bleu clair était toujours visible.

La Grande Sorcière Nébulis─

Il y a cent ans, la plus vieille Mage des Étoiles qui avait changé la Capitale Impériale en une mer de feu se manifestait maintenant dans le ciel au-dessus d’eux.

***

Chapitre 5 : La Fondatrice

Partie 1

Un petit moment avant les événements précédant, quelque part ailleurs.

Un grondement et une vibration sans précédent traversèrent les murs du palais royal de Nébulis. Ces grondements qui pourraient être associés à la fin du monde avaient fissuré le sol et avaient brisé les fenêtres du palais royal l’une après l’autre.

« Chaque Esprit des Étoiles de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis résonne-t-il ? Que se passe-t-il ? »

Mirabelle Lou Nébulis VIII, la Reine de Nébulis descendait le passage secret pendant que le grondement se produisait. Au bout de la caverne naturelle, éclairée par un feu de camp, deux soldats à genoux s’étaient levés devant elle.

« Que se passe-t-il pour que vous m’ayez fait venir ici dans une telle situation ? » demanda la Reine.

« Ah ! C’est... ! » Les deux soldats qui avaient levé la tête avaient pointé du doigt un endroit derrière eux.

Ils désignaient le pilier noir et massif au centre de la caverne. Et crucifiée dessus, la Fondatrice endormie, Nébulis, était...

« Les entraves de la Fondatrice ont été défaites !? » s’écria alors la Reine, stupéfaite devant ce spectacle inattendu.

Les chaînes qui avaient lié ses mains et ses pieds, étaient brisées et étaient maintenant en morceaux sur le sol.

« Que se passe-t-il ? » demanda la reine aux deux soldats présents sur les lieux.

« Nous ne le savons pas non plus... mais, il y a peu, la Fondatrice a soudainement déplacé ses bras..., » répondit l’un des deux gardes tout en mimant le geste.

« Êtes-vous en train de dire qu’elle a arraché les chaînes toute seule ? » demanda la reine. « Et, qu’alors qu’elle faisait ça, ce grondement est alors apparu ? J'ai compris, c’est donc pour ça que vous m’avez appelée ici. »

Alors qu’elle flottait dans les airs, la fille à la peau sombre n’avait pas fait le moindre mouvement. Sa tête pendait vers l’avant et ses deux yeux à peine visibles étaient fermés. En la regardant ainsi, on dirait qu’elle était en train de dormir en ce moment.

« ... »

À ce moment-là, la fille à la peau sombre avait lentement relevé la tête.

« Je sens l’Épée d’Étoile... et la longueur d’onde d’un très puissant Esprit des Étoiles... Se battent-ils... ? » Elle avait parlé comme si elle se parlait à elle-même, et immédiatement après cela, son corps avait commencé à pivoter sur elle-même dans les airs, et le Symbole d’Étoile présent sur son dos tel un tatouage avait commencé à libérer un jet de brume noire...

« Est-ce un Esprit des Étoiles !? L’Esprit des Étoiles dans son corps est... ! » s’exclama la Reine, n’ayant jamais vu cela jusqu’à maintenant.

L’Esprit des Étoiles de la Fondatrice se manifestait sous la forme d’ailes de jais noires attachées à son dos. Et tandis que ces ailes battaient lentement, les yeux de la fille restaient clos.

« Est-ce la défense automatique induite par l’Esprit des Étoiles !? L’Esprit des Étoiles semble protéger la Fondatrice !? » s’exclama la Reine.

La Reine ne savait pas à quoi se référaient ces mots « Épée d’Étoile » dont parlait la Fondatrice, mais elle avait parfaitement compris que l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice agissait pour la protéger.

« Fondatrice !? » cria la Reine.

« ... Épée d’Étoile... Revenez auprès de moi..., » murmura la Fondatrice.

Les ailes noires de jais couvraient le corps de la fille, et immédiatement après cela, le corps de la plus vieille Mage des Étoiles avait disparu comme s’il s’était dispersé dans l’air.

« A-t-elle disparu ? » s’exclamèrent les gardes qui affichaient des expressions de stupéfaction.

Après avoir jeté un coup d’œil vers l’arrière, la reine regarda le pilier noir devant elle et s’approcha de lui. Elle avait ensuite touché avec le doigt la surface de la pierre qui servait de lit pour la Fondatrice Nébulis.

« ... La raison est inconnue..., » murmura-t-elle. « Mais nous ne pouvons rien souhaiter de plus que de voir notre très honorable Fondatrice qui s’éveille. Tant que nous avons son honorable pouvoir, alors... »

Sans être vue par personne, la Reine avait fait un sourire glacial avant de poursuivre. « Je pourrais voir l’Empire être détruit dans une mer de flammes ! »

***

Partie 2

Le sable avait été envoyé au loin comme de fines particules s’infiltrant partout.

Après que le vent avait chassé le nuage de sable qui était suffisamment dense pour obstruer la vision de tout ce qui se trouvait à un mètre de distance, ce dont Iska avait été témoin était une énorme cicatrice dans la terre, formant une massive crevasse.

La colline de faible hauteur avait été complètement détruite et il y avait à la place un large trou béant dans le sol. Iska avait déjà vu auparavant des canons impériaux faisant feu sur des terrains dégagés et inhabités qu’ils avaient utilisés comme terrain d’entraînement, et la force destructrice exposée ici était comparable à celle de telle arme. Cependant, la différence décisive ici était...

L’attaque qui avait causé une telle destruction était invisible, et l’on ne savait pas ce qui s’était passé. Celle qui avait créé cette cicatrice était une petite fille toute seule.

« La Fondatrice Nébulis... !! » s’exclama Iska alors qu’il regardait haut dans le ciel.

Il s’agissait d’une petite fille à la peau foncée et aux cheveux gris perle. Sur son dos, ce qui semblait être des ailes noires de jais était présent, et elle flottait haut dans le ciel vide.

« I-Iska-kun ? Hmmm... Par Fondatrice, veux-tu parler de..., »

« Oui, c’est probablement ce que tu penses aussi. La Grande Sorcière Nébulis est toujours en vie après que cent ans se soient écoulés depuis qu’elle a causé cet incident dans l’Empire, » répondit Iska.

L’énergie non analytique des étoiles, les « Esprits des Étoiles ».

Tout avait commencé quand des scientifiques de l’Empire l’avaient découvert sous terre. L’énergie non analytique possédait une partie des humains, et accordait à son hôte des pouvoirs inhabituels. Ce fut l’origine des Mages des Étoiles — ceux appelés par l’Empire, sorcières et sorciers.

Et parmi eux, la fille qui a été baignée dans l’énergie la plus puissante.

C’est véritablement celle que l’Empire de l’époque redoutait le plus en tant que sorcière.

Alors qu’elle était celle qui avait eu une persécution beaucoup plus cruelle que toutes les autres, elle était la Mage des Étoiles qui avait en elle la rancune la plus profonde contre l’Empire. Et cette fille était connue sous le nom de « La Grande Sorcière ».

« C’est injuste ! Alors même qu’il n’y a que moi et Iska-kun... ! » La petite capitaine rassembla ses forces et cria une plainte alors qu’elle pointait du doigt les deux Mages des Étoiles se trouvant devant ses yeux.

« La Fondatrice Nébulis... pour avoir une telle sorcière légendaire puissante qui vient jusqu’ici... Êtes-vous en train de dire que c’est correct de votre part de faire ce que vous voulez simplement parce que les négociations ont échoué ? Est-ce ainsi que vous faites les choses à Nébulis ! » s’écria Iska.

« A -Attendez ! » cria Alice.

Ses yeux rencontrèrent ceux d’Alice. Et avec un regard frénétique, elle avait répondu tandis que ses cheveux blonds étaient soufflés dans le désordre. « Vous vous trompez ! Je n’ai rien fait ! »

« ... Hein !? » s’exclama Iska.

« Rin, ça ne peut pas être toi ? » demanda Alice.

« J-Je n’ai rien fait, » répondit Rin. « La dernière fois que j’ai vu la très estimée Fondatrice était dans le passage souterrain avec vous, Mademoiselle Alice. Je n’ai pas non plus été informée d’une telle chose par la Reine ! » La servante hurlait au point où sa voix était enrouée.

Et au-dessus d’elle, les ailes noires de la Fondatrice scintillaient.

« Cela interfère avec la mémoire des étoiles..., » déclara la Fondatrice. « Connexion avec la “volonté” en utilisant le troisième niveau. Appel de la surface de l’étoile. »

Avec un fort bruit de craquement, une fissure s’était formée dans l’air aux pieds de la Grande Sorcière. À travers cette fissure présente dans le ciel bleu, on pouvait voir quelque chose de rouge.

Qu’est-ce que c’est ? Quelque chose sort de cet espace comme déclaré Nébulis.

Rouge. L’appel ? Ça ne pouvait pas être, c’est...

C’était vraiment mauvais. Tout en croyant à son intuition, Iska laissa échapper un cri d’où il se tenait. « Plongez dans le cratère ! »

Puis, saisissant avec force la main de Mismis, il l’avait tirée dans le cratère.

« Couchez-vous, Alice ! » cria Iska.

« Hein !? » s’exclama Alice.

« Vous seriez englouties par les flammes si vous restez là ! » cria Iska.

En compagnie de Mismis, Iska glissa le long du cratère. Et alors que Alice et Rin avaient également dégringolé le long de la crevasse après avoir entendu ce qu’Iska leur avait dit, ce qui avait surgi de l’espace fissuré dans le ciel avait une vive lueur rouge.

Un Esprit des Étoiles du Feu... Non... cela avait déjà dépassé le concept d’un Esprit des Étoiles. C’était plutôt une éruption d’énergie non analytique qui avait surpassé l’intelligence humaine.

« Fauche-les, » déclara la Fondatrice.

Une énorme détonation put être entendue.

L’atmosphère brûlée par l’Esprit des Étoiles du Feu s’était transformée en une onde de choc à la vitesse des vagues qui faisaient rage, et lorsque les flammes avaient été liées à l’oxygène, elles avaient déclenché une violente réaction en chaîne d’explosions dans toute la zone. Il n’y avait probablement pas d’autre moyen d’échapper à ces explosions que de se cacher dans le cratère. Toutefois...

« Brûlant !? » Mismis avait crié alors qu’elle avait placé ses mains sur ses oreilles. « C’est mauvais, Iska-kun. La vague de chaleur va atteindre le fond de la... »

« Scelle tout, » à la suite de l’ordre d’Alice, l’air froid avait commencé à émerger.

Telles des gemmes blanches, un mur de givre était né, et était devenu un rideau permettant de sceller la vague de chaleur.

« Mademoiselle Alice. Allez-vous même protéger ces personnes-là ? » demanda Rin.

« Ce n’est pas le moment de penser à ça ! » s’exclama Alice.

Rin fit un regard montrant sa vigilance vers Alice. D’un autre côté, Alice concentra son regard vers le mur de glace se trouvant en l’air et ne bougea pas d’un pouce. La Fondatrice aurait dû être le renfort ultime pour elle, mais en regardant son profil, il était clair qu’elle était aussi désorientée.

« Avec sa première attaque, et avec les flammes explosives qui sont apparues après ça, la très estimée Fondatrice nous a également attaqués, » déclara Alice.

« N’est-ce... pas parce que seuls les soldats impériaux sont entrés dans sa vision ? » demanda Rin.

« Il est inexcusable de nous attaquer même pour ce genre de raison, » répondit Alice. « Même maintenant, si Iska n’avait rien dit, nous ne serions pas partis à temps. N’est-ce pas le cas ? »

« ... C’est très certainement vrai, » déclara Rin.

Tout en serrant les poings, Rin avait accepté la réalité des faits. « C’est vrai... que nous avons été sauvés par un épéiste impérial. Peut-être qu’aux yeux de la Fondatrice, nous voit-elle comme ses compagnons ? »

« Attendez là. La Fondatrice n’est-elle pas censée être votre alliée ? » demanda Iska.

Iska interrompit la servante qui était tombée à genoux en répondant. Mis à part le fait qu’ils étaient attaqués par la Grande Sorcière Nébulis, Iska et Mismis ne savaient pratiquement rien des circonstances de ceux du côté de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

« En premier lieu, on ne sait même pas si c’est vraiment Nébulis elle-même, » déclara Iska.

« Après avoir montré un tel pouvoir, doutez-vous encore qu’elle ne soit pas la véritable Fondatrice ? » répliqua Rin alors qu’elle fusillait du regard Iska.

« La Mage des Étoiles que l’Empire appelle la Grande Sorcière. En tant que la fondatrice de notre pays, les habitants de Nébulis l’appellent la Fondatrice, » déclara Rin.

« Alors, pourquoi cette Fondatrice attaque-t-elle sa descendante directe qu’est Alice ? » demanda Iska.

« ... »

La Mage des Étoiles était devenue silencieuse après avoir dégluti. La réponse serait une fuite d’informations confidentielles, et comme elle restait silencieuse, l’autre Mage des Étoiles présente en avait parlé avec éloquence, son regard baissé vers le sol. « Il s’agit probablement que de la défense automatique de l’Esprit des Étoiles. »

« ... Mademoiselle Alice, » cria Rin.

« Cela ne sert à rien de le cacher devant quelqu’un qui sait que la Fondatrice est vivante, » la princesse de Nébulis se tourna vers Iska. « Il y a cent ans, lorsque la Fondatrice était épuisée par la bataille contre l’Empire, on dit qu’elle s’est endormie afin de guérir son corps. La véritable nature de l’Esprit des Étoiles se trouvant dans le corps de la Fondatrice est inconnue de tous. Nous l’appelons “l’Esprit des Étoiles de l’espace et du temps”, mais ce n’est qu’un surnom. »

« Un Esprit des Étoiles inconnu de tous..., » murmura Iska.

« Cet Esprit des Étoiles de l’espace et du temps protège la Fondatrice endormie, » Alice en parlait comme si c’était naturel.

Parmi les Esprits des Étoiles, il y avait des Esprits des Étoiles qui protégeaient leurs hôtes humains. Iska avait déjà entendu dire que plus l’Esprit des Étoiles était puissant, plus il était remarquable, mais dans l’Empire, tout était encore au niveau de l’hypothèse.

« Nébulis dort-elle encore ? » demanda Iska.

« Elle est probablement encore endormie, » répondit Alice. « Mis à part vis-à-vis de ce qui l’a fait réagir, l’attaque de l’Esprit des Étoiles de l’espace et du temps est beaucoup trop incontrôlable, c’est probablement parce que la Fondatrice qui contrôle cet Esprit des Étoiles dort. Je peux comprendre si c’est le cas, mais... »

La princesse de Nébulis s’était arrêtée un moment là. Et puis, avec une voix fatiguée... « Comme c’est frustrant... »

« Frustrant ? » demanda Iska.

« ... »

Depuis qu’elle avait commencé à regarder la fille dans le ciel, elle s’était tournée vers Iska pour la première fois. Comme des lunes rouges, ses yeux rubis s’ouvraient largement, et sans cligner ni plisser des yeux, elle regardait silencieusement Iska. « Je... Pour cette question, je voulais juste la régler entre vous et moi. »

Alice se mordit la lèvre inférieure. Comme si elle endurait quelque chose, elle avait l’air de pleurer en souriant.

« Depuis que je vous ai rencontré dans la Cité Neutre, une étrange brume s’est accumulée en moi... il s’agit là d’un échec pour moi en tant que princesse..., » continua-t-elle. « Aujourd’hui, je suis venue avec l’intention de trancher dans tout ça. Je pensais mettre un terme au combat interrompu dans la forêt de Nelka. Voilà pourquoi je suis venue en portant le même uniforme qu’à ce moment-là. Les mêmes vêtements que lorsque nous nous étions battus. »

Elle parlait des vêtements royaux de Nébulis. Et tout en agrippant l’ourlet froissé de sa jupe...

« ... J’y ai vraiment mis mon esprit là-dedans, » continua la princesse. « Je ne l’ai pas rapporté à ma mère, et j’ai même veillé à ce que Rin n’intervienne pas dans tout cela. Après tout, je pensais que je serais capable de le régler juste entre nous deux sans que personne n’interfère. Et pourtant, de toutes les choses, ce genre de salope qui agit inconsidérément, est vraiment une énorme nuisance ! »

« C-C-Ce genre de salope !? Mademoiselle Alice, comment pouvez parler ainsi de la Fondatrice..., » répliqua Rin.

« C’est assez. Dans tous les cas, nous ne pouvons pas rester ici immobiles. Nous devons sortir, » déclara Alice.

Alice avait fait claquer ses doigts. Le rideau de glace avait éclaté et s’était envolé vers le ciel alors qu’il entrait en collision avec le courant de flammes qui soufflait encore violemment au-dessus de leurs têtes. Et comme s’ils se dévoraient l’un et l’autre, la vague de chaleur et la vague de froid s’annulèrent.

« Capitaine, courez ! » cria Iska.

Ils avaient couru le long de la pente du cratère. Ce qui les attendait dans le ciel rempli d’un nombre incalculable de braises était la Grande Sorcière, faisant toujours le même visage sans expression comme si rien ne s’était passé tout en ayant ses yeux étroitement fermés.

C’est vrai que je ne peux pas sentir sa conscience.

La description d’Alice concernant le fait qu’elle est encore endormie est probablement vraie.

Ayant détecté la présence d’un soldat impérial, elle contre-attaqua automatiquement depuis le haut. Il était prudent de supposer qu’étant donné cet ordre avant que Nébulis ne s’endorme, même après une centaine d’années, l’Esprit des Étoiles de l’espace et du temps avait fidèlement continué à la protéger.

« Notre très estimée Fondatrice, je vous remercie de me fournir votre aide dans la lutte entre ce soldat impérial et moi. Cependant, je souhaite régler ce conflit avec celui-ci dans un combat qu’entre nous deux ! » Alice avait rassemblé sa voix et avait crié vers le ciel. « S’il vous plaît, retournez au palais royal ! »

« ... » La plus vieille Mage des Étoiles était restée silencieuse.

Même inconsciente comme elle l’était, alors qu’elle continuait à flotter là, la tête baissée, elle avait l’air d’entendre les paroles d’Alice qui atteignaient ses oreilles. Cependant...

« C’est sans espoir ! Vous ne pouvez pas, Mademoiselle Alice ! » déclara Rin.

Rin attrapa la main de sa maîtresse en la tirant en arrière. En tant que Mage des Étoiles de première classe, ainsi que celle qui avait poli ses compétences afin de servir de garde à Alice depuis son enfance, il lui était possible de prédire ce qui se passerait à l’instant où la Fondatrice commencerait à bouger en utilisant sa capacité à détecter le danger.

« Une Mage des Étoiles me gênerait-elle ? Si vous frayez avec l’Empire..., » pour la plus vieille Mage des Étoiles, même si c’était les mots d’une autre Mage des Étoiles, elles n’étaient rien d’autre que des gouttelettes d’eau devant les flammes enragées que représentait sa haine. Alice ne le savait pas. En d’autres termes, tout ce qui entraverait sa vengeance était ses ennemis.

« Disparais par cette étoile, » déclara la Fondatrice.

Une épée massive de flamme apparut alors.

Plus haut dans le ciel bleu que là où flottait Nébulis, une tache rouge était née. Et à partir de cette fissure dans l’espace, une flamme s’était modelée pour devenir une lame qui était venue s’écraser vers la terre. En coupant l’atmosphère, il s’agissait d’une lame à très haute température qui pouvait faire fondre la terre elle-même. Et alors que la lame qui mesurait plus d’une centaine de mètres de long...

« Mademoiselle Alice, attention ! » cria Rin.

Un golem surgit depuis la terre se trouvant aux pieds de Rin. Malgré son dévouement envers celle qui était connue comme la Fondatrice, et précisément parce qu’elle avait pris des précautions contre elle au plus profond de son cœur, elle avait secrètement préparé une contre-mesure bien en avance.

« Rin !? » s’exclama Alice.

Le golem poussa Alice hors de portée de la lame de flammes. Ce que Mismis pouvait voir en étant portée par Iska, c’était ce qui arriva jusque là.

L’épée enflammée s’était alors enfoncée dans la terre.

La terre frappée par l’épée avait fondu et s’était transformée en magma, et la terre plus loin sur la trajectoire de l’attaque avait éclaté, crachant une vague de chaleur massive ainsi que des étincelles. Les étincelles avaient jailli dans l’air et avaient propagé des flammes sur une zone encore plus large.

« Iska-kun ! Les flammes vont même affecter la ville... ! » cria Mismis. Voyant les cieux au-dessus de la Cité Neutre être teints en rouge, le capitaine de l’équipe de l’Empire avait fait une expression pleine de chagrin.

« Nous devons les sauver ! » cria Mismis.

« Capitaine, calme-toi, » déclara Iska. « Cela a l’air impressionnant et voyant, mais il n’y a que des étincelles qui tombent là-bas. La plupart d’entre elles disparaîtront quand elles toucheront le sol, et si nous nous en occupons calmement, cela ne dégénérera pas en une conflagration... Au lieu de cela, nous devons nous concentrer sur l’ennemi se trouvant dans le ciel. »

Comment pourraient-ils affronter la pire ennemie imaginable, la Fondatrice Nébulis ? Même s’ils demandaient des renforts de la Capitale Impériale, ils étaient trop loin pour ça. Ils ne pouvaient même pas obtenir le soutien de Jhin ou Néné. Alors qu’Iska était sur le point de le dire, ce qui apparut dans son champ de vision fut...

« Rin !? Rin, réponds-moi ! » cria Alice.

La jeune servant qui s’était effondrée sur la terre horriblement brûlée.

La silhouette d’Alice qui la tenait dans ses bras avec une expression affolée alors qu’elle criait son nom.

Devant eux, le golem s’était écroulé et il retournait à des amas de terre posée sur la surface des terres désolées.

Elle avait réussi à sortir Alice de la portée de l’énorme épée flamboyante, mais Rin elle-même n’avait pas réussi à s’enfuir à temps. Elle avait elle-même réussi à échapper à un coup direct des flammes en utilisant le golem, mais elle ne pouvait rien faire à propos de la vague de chaleur présente dans les airs.

« Rin, je t’en supplie, ouvre tes..., » pleurait Alice.

« Ne la bougez pas trop, » saisissant son Épée de l’Étoile Noire, Iska ordonna à Alice d’arrêter de secouer les épaules de sa servante, et sauta devant les deux filles.

... Et une unique frappe...

Alors que la deuxième vague de flammes tombait sur une Alice sans défense, la lame noire la coupa. Et ainsi, comme si elles s’étaient dissoutes dans l’air, les flammes avaient totalement disparu.

« C’est à ça que sert votre Esprit des Étoiles, n’est-ce pas ? » demanda Iska.

« Hein !? » s’exclama Alice.

« Gelez le corps de Rin avec de la glace. Traitez ces brûlures pendant que vous le pouvez encore, » déclara Iska.

« ... ! »

La princesse de Nébulis releva le visage en raison de son étonnement. Et en même temps qu’elle faisait ça, l’air froid s’était rassemblé au bout de son doigt, et elle avait lentement enveloppé le corps de Rin.

« Capitaine Mismis, emmène-la à l’hôpital ! Si tu le peux, montre-la à un spécialiste des cas liés aux Esprits des Étoiles, » ordonna Iska. Iska pointa de la tête la Cité Ville d’Ayin, la ville qui avait encore des étincelles qui continuaient à pleuvoir sur elle. « Et demande aux citoyens de la ville de rester là où ils sont. Il faut absolument ne pas les laisser quitter les murs de la ville. Ces terres désolées sont sur le point de devenir un champ de bataille extrêmement dangereux. »

« ... Hein ? Hmm..., » répondit Mismis.

« Dépêche-toi ! » cria Iska.

« D-D’accord ! Iska-kun, fais attention ! » répondit Mismis.

La détermination de la capitaine était rapidement apparue. Tout en portant sur son dos la Mage des Étoiles qui était censée être son ennemie, elle courut vers la ville que l’on pouvait voir au loin. Sans la regarder, Iska dirigea son regard vers l’ennemi se trouvant dans le ciel.

La Fondatrice Nébulis.

La Mage des Étoiles ultime qui était devenue obsédée par l’idée défectueuse de la vengeance.

« Nébulis, » cria Iska.

Une Épée de l’Étoile Noire dans sa main droite, une Épée de l’Étoile blanche dans sa main gauche. Tout en brandissant les seules Épées d’Étoile dans le monde qui lui avaient été confiées par son maître...

« Il y a cent ans, vous avez peut-être été l’espoir qui a guidé tous les Mages des Étoiles, » continua Iska. « Cependant, vous avez tort. Je peux le dire en regardant vos actions. Vous êtes... »

« Vous n’êtes plus nécessaire à cette époque ! » Une voix qui ressemblait à une cloche de glace avait fini la phrase. Forte, claire, et sans un seul soupçon d’hésitation. Elle avait pu être entendue à travers les terres désolées.

« Quel genre de Fondatrice êtes-vous ? Vous devriez avoir honte. Cette époque ne vous souhaite pas ! » Celle qui avait fait cette déclaration était la fille debout à côté d’Iska. « Vous m’avez empêchée de régler les choses avec Iska, vous endommagez la Cité Netre, et avez même blessé Rin, une autre Mage des Étoiles... ! Nébulis, vous êtes vraiment une sorcière dans tous les sens du terme... ! »

Aliceliese Lou Nébulis IX.

Celle qui portait le fardeau d’être la princesse actuelle de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis avait pointé son doigt vers la Fondatrice de cette même Théocratie de la Maison Impériale Nébulis.

« Rien ne peut naître avec votre pouvoir, » déclara Iska. « Cela ne rendra personne heureux. »

« Je suis d’accord. Ce n’est plus l’âge que vous connaissez, » déclara Alice.

Un pas, les deux combattants s’étaient déplacés vers l’avant.

« Soldat impérial. Mage des Étoiles. Sales Bâtards... ! » cria la Fondatrice.

« « Silence ! » » Coupant les paroles de la Fondatrice, debout devant la sorcière qui était prise dans son rêve sans fin, leurs voix crièrent en parfaite harmonie.

« Vos actions ne sont rien d’autre que de vains efforts. L’avenir que je cherche n’existe pas là, » déclara Iska.

« Ni le monde que je désire, » déclara Alice.

Les deux se comprenaient parfaitement bien qu’ils soient ennemis. Le jour où ils entreraient en collision viendrait. Cependant, cette conclusion était quelque chose que les deux ne feraient qu’entre eux. Des interventions non désirées n’étaient pas nécessaires.

« C’est pourquoi..., » cria Iska.

« « Vous devriez encore une fois aller dormir pendant cent ans de plus ! » » Le Successeur de l’Acier Noir Iska et la Sorcière de la Glace de la Calamité Alice agirent de concert. Se confiant le dos l’un à l’autre, les deux rugirent à l’unisson face à la Grande Sorcière.

***

Chapitre 6 : Le Successeur de l’Acier Noir Iska et la Sorcière de la Glace de la Calamité Alice

Partie 1

La Capitale Impériale, dans le secteur 3.

Regardant le soleil qui s’étendait dans le ciel à travers une vitre, Néné effleura avec son doigt sa frange couverte de sueur présente sur son front.

« Pfff. Il fait trop chauuudd. Il est déjà midi ~, » déclara Néné.

La sueur coulait du bout de ses cheveux comme des gouttes d’eau. Portant des vêtements d’entraînement constitués d’un fin tissu, avec un ensemble de machines qu’elle utilisait pour l’entraînement musculaire qui était aligné derrière elle.

« Hé, Jhin-nii-chan, Iska-nii et la capitaine Mismis ne sont toujours pas de retour ? » demanda Néné. « Néné est déjà fatiguée de l’éternel entraînement en salle. »

« Il s’agit d’un entraînement afin de soit même se protéger. Il n’y a rien à se fatiguer de tout ça, » celui qui lui avait répondu était le tireur d’élite aux cheveux argent assis sur un banc de métal.

Ayant terminé sa formation personnelle en avance sur elle, il effectuait maintenant l’entretien de son fusil préféré.

« Cela peut être le cas, mais ce n’est pas ce que je veux dire. Ce n’est pas ce que Néné veut dire ~, » répliqua Néné.

« Que nous devrions tous le faire ensemble ? » demanda Jhin.

« Tout à fait ! Comme c’est toi, Jhin-nii-chan. Je savais que tu le saurais ! » répondit Néné.

« C’est ainsi juste pour aujourd’hui, n’est-ce pas ? Après tout, nous savons qu’ils sont allés dans la Cité Neutre, » répondit Jhin.

« Oui, mais pour quelle raison ? » demanda Néné.

La veille, ils avaient été contactés par leur capitaine. Normalement, ce capitaine ne dissimulait rien lorsqu’on lui demandait « Pour quoi faire ? » ou « Vous allez où ? », mais juste pour cette fois, elle était inhabituellement silencieuse. Lorsqu’ils lui avaient à nouveau demandé, il semblait que le capitaine elle-même ne le savait pas.

« Si c’est quelque chose qui concerne l’équipe, il la rencontrerait dans la Capitale Impériale, » déclara Jhin. « Puisque ce n’est pas le cas, ce n’est probablement pas une affaire que nous devons nous en inquiéter. »

« Mais il va avec la capitaine Mismis, tu sais ? » déclara Néné.

« ... » Tout en serrant fermement le dispositif de visée qu’il avait retiré de son fusil, Jhin resta silencieux pendant un moment. « ... C’est un fait que l’esprit d’Iska est un tantinet ailleurs. » Après un moment, comme s’il sélectionnait soigneusement ses mots, il avait parlé d’un ton calme.

« Un tantinet ailleurs ? Est-ce une bonne ou mauvaise chose ? » demanda Néné.

« C’est comme s’il n’était pas correctement engagé sur sa voie, » déclara Iska. « Comme si les engrenages de son esprit et de son corps étaient légèrement désynchronisés. Ce type a dit qu’il ne dort pas bien dernièrement, n’est-ce pas ? »

« Tout à fait. Cela a commencé depuis qu’il est rentré de la forêt de Nelka, » répondit Néné.

« C’est là qu’il a rencontré la Sorcière de la Glace de la Calamité, » déclara Iska.

Le tireur d’élite s’était assis sur le banc avec un genou replié. Et en tenant bloqué son bras avec son propre genou...

« Et après ça, il est allé à la Cité Neutre sans pause, non ? » demanda Jhin. « Si c’est dans cette ville, personne ne saura si quelqu’un de l’Empire rencontrait quelqu’un de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Iska y est allé deux fois, et la troisième fois, la capitaine est aussi allée avec lui... »

« Hein !? Quoi ? Quoi ? Jhin-nii-chan, à quoi penses-tu !? » demanda Néné.

« ... Eh bien, à rien de particulier, » répondit Jhin.

« Menteur !? Jhin-nii-chan, tu as regardé ailleurs, loin de Néné quand tu as dit ça ! » cria Néné.

« Aah, bon sang, tais-toi. Regards ! Les gars autour de nous nous regardent tous comme si nous étions un problème..., » répliqua Jhin.

Un clic mécanique pourrait être entendu en provenance des genoux de Jhin. Le dispositif de communication qu’il avait placé sur le banc avait soudainement commencé à scintiller en produisant une lumière rouge.

« Hein, un appel d’urgence. Pas seulement ça... Quand on parle du loup, » déclara Jhin.

« La Capitaine Mismis ? » demanda Néné.

« Si tu fais confiance au nom affiché, alors oui, » répondit Jhin après avoir regardé l’écran à cristaux liquide présent sur le dessus. Il posa le récepteur contre son oreille avant d’activer la communication.

« C’est moi. Je suis avec Néné, et nous sommes en train de nous entraîner. Bien sûr, nous sommes prêts à agir au cas où quelque chose se passerait, » déclara Jhin.

Néné observait de proche Jhin alors que les yeux intelligents de Jhin s’écarquillèrent.

« ... La Fondatrice Nébulis ? Attends ! Capitaine, calme-toi ! Que veux-tu dire par là ? » demanda Jhin.

Jhin se leva brusquement. Et tout en saisissant le dispositif de visée dans sa main...

« ... Compris. Non, je ne comprends pas du tout comment cela a pu arriver. Mais je peux au moins comprendre ce qui se passe et où, » déclara Jhin.

Jhin jeta un coup d’œil à Néné. Juste à cause de la tension présente dans son regard, elle pouvait dire que quelque chose d’inhabituel était arrivé.

« La Cité Neutre d’Ayin, » commença Jhin. « Même si Néné et moi nous nous précipitons, c’est bien trop loin. Qui est celui qui est en train de l’affronter... Iska ? A-t-il dit qu’il est en train de le faire tout seul ? »

Un silence put être entendu. Et après que ce moment se soit écoulé, le tireur d’élite qui avait connu cet homme mieux que quiconque avait fait une déclaration emplie de résolution. « Alors Néné et moi ne serons pas nécessaires. Capitaine, ça ira si tu te trouves un abri... Ah ? La légendaire Grande Sorcière ? Je le sais... mais cela n’a pas d’importance. »

« M-Mais Jhin-kun ? » murmura Néné à côté de lui.

« Si son adversaire est une Mage des Étoiles, Iska ne perdra jamais. Et si ce type ne le fait pas, qui va arrêter cette guerre inutile ? » demanda Jhin.

Et donc, Jhin avait fait une déclaration à son capitaine qui se trouvait de l’autre côté de la ligne avec une confiance absolue dans sa voix.

« Il est le “Successeur de l’Acier Noir” précisément pour cette raison. »

***

Partie 2

Une terre désolée totalement carbonisée.

Avec la Cité Neutre d’Ayin sous une pluie d’étincelles en toile de fond, il avait couru sur une colline alors que des flammes et des nuages ​​de sable volaient autour de lui.

« Soldat impérial... »

La Fondatrice Nébulis flottait encore à dix mètres dans les airs. Ses yeux étaient étroitement fermés, et elle était pratiquement sans expression. Et cette fille à la peau foncée complètement sans émotion avait déplacé ses minces mains comme si elle dirigeait un orchestre.

« Chien de compagnie de l’Empire. À quel point avez-vous tyrannisé les Mages des Étoiles ? »

Les ailes présentes sur le dos de la fille brillaient d’une vive lumière. La lumière de ces ailes de jais noires était cramoisie.

« Disparaissez ! »

Le son de l’air soudainement brûlant avait pu être entendu. Au moment où Iska avait senti de la chaleur sur son dos, il avait fait un coup de pied dans la terre et avait sauté dans les airs.

« ... Donc vous l’avez évité ainsi, » déclara la Grande Sorcière.

« Je ne l’évite pas, » murmura Iska

La Grande Sorcière fronça les sourcils en voyant ses flammes détectées lors de l’activation de son attaque. Cependant, Iska avait immédiatement nié ses marmonnements.

« C’est pour que je puisse vous atteindre, » continua-t-il.

L’onde de choc des flammes explosa dans le dos d’Iska. En utilisant la force de ses propres jambes en plus de la puissance explosive du courant d’air né des flammes, il avait été propulsé dans le ciel. C’était beaucoup plus proche du vol que d’un saut.

« Utiliser la force des flammes pour sauter, c’est d’une absurdité fort habile. »

Dans le ciel où attendait la Fondatrice Nébulis...

Des ailes d’un noir de jais.

En ce moment, quand la puissance de l’Esprit des Étoiles s’est activée, ces ailes ont brillé.

Ces ailes étaient de la même couleur que son Épée de l’Étoile Noire. Ils détenaient le secret du pouvoir de Nébulis. S’appuyant sur son instinct, Iska leva son épée avec l’intention de couper les ailes présentes sur le dos de la Grande Sorcière.

« Si vous pensez que votre épée va m’atteindre, alors gèle avec ton éphémère espérance, » rugit la Grande Sorcière.

Il pouvait entendre le bruit de quelque chose qui craquait. C’était le bruit de l’humidité dans l’air entre Iska et Nébulis qui gelait en raison de puissance de l’Esprit des Étoiles.

« De la glace, impossible !? » s’exclama Iska.

Le nombre d’Esprit des Étoiles qu’un humain pouvait contenir dans son corps était limité à un. Il y a un instant, n’avait-elle pas lâché les flammes de l’enfer ?

Elle ne manipule pas le feu ?

C’est étrange. Un Esprit des Étoiles ne devrait pouvoir interférer qu’avec un seul phénomène.

Quel était le type d’Esprit des Étoiles présent dans la Grande Sorcière ? Alors que le mur de glace se refermait sur Iska et qu’il commençait à tomber comme un bloc de glace dans le but d’écraser Iska pendant qu’il était en l’air, Iska ne put s’empêcher de voir l’étrange phénomène qui se présentait face à lui.

« Iska ! » Un cri avait soufflé au loin ses pensées oisives. Celle qui avait déclenché cette réaction, n’était autre que Alice qui le regardait depuis le sol.

« Ha ! » Tenant à l’envers son Épée de l’Étoile Noire dans sa main, Iska planta son épée dans le mur de glace.

En utilisant cela comme un axe, il avait posé ses pieds contre le mur. Et en utilisant la moindre dépression sur sa surface, Iska avait frappé le mur afin d’éviter d’être enfoncé dans le sol par le mur tombant. Le mur de glace s’était fracturé avant de se briser en d’innombrables fragments. Cependant, Nébulis n’observait pas les fragments brisés de glace, mais l’épéiste impérial qui avait réussi à éviter l’écrasement.

« Alors vous avez une seconde fois esquivé mon attaque, » déclara-t-elle.

« Cela interfère avec la mémoire des étoiles... »

« Connexion avec la “volonté” en utilisant le troisième niveau. Appel de la surface de l’étoile. »

La Grande Sorcière claqua ses doigts, et l’air devant elle s’était séparé verticalement. Puis, comme si un tentacule s’en échappait, du sable ocre s’était étiré hors de la fissure.

La dernière fois, les flammes s’étaient échappées de la faille.

Cela ne pouvait-il pas être également le cas cette fois-ci encore ?

En se baissant, Iska croisa ses deux épées devant lui et prit position. Est-ce que ce serait le feu qui allait exploser et qui allait encore une fois incendier les terres désolées ? Ou serait-ce un bloc de glace ultra-lourd ? Ou peut-être les deux ? En anticipant l’attaque imminente, Iska avait commencé à concevoir des contre-mesures dans son esprit.

Cependant, le pouvoir de la plus vieille Mage des Étoiles avait facilement surpassé ses hypothèses.

Un rugissement se fit entendre... et la terre s’était fendue en deux.

Et s’extirpant hors de la terre, un lion constitué avec assez de terre pour former une colline était apparu devant lui.

« Un golem, même un Esprit des Étoiles de la terre est là ! » cria Iska.

« Malheureusement, je n’ai pas le temps de m’occuper d’une compagnie de marionnettes, » s’agenouillant au sol, Alice avait touché la terre endommagée avec son doigt.

« Vol ! » Sans attendre de réponses, Alice murmura un seul mot.

La Grande Calamité de Glace.

Il s’agissait du sortilège qu’elle avait utilisé afin de geler la forêt de Nelka. Telle une vague d’eau qui coulait sur la surface d’un lac tranquille, l’air froid était venu de la Mage des Étoiles crainte comme étant la Sorcière de la Glace de la Calamité. Cela avait gelé les terres désolées brûlantes en un bleu uniforme. Le sol était à perte de vue gelé dans de la glace.

« Comme prévu, » murmura Alice.

Dérapant sur une pente de glace, le golem ayant la forme d’un lion laissa échapper un rugissement alors que sa silhouette devint une partie figée du paysage.

« Alice, quel genre d’Esprit des Étoiles est dans la Fondatrice ? » demanda Iska.

« ... Même moi, je me pose cette question, » répondit Alice.

Même après avoir submergé le golem, la voix de la Sorcière de la Glace de la Calamité était rauque alors qu’elle regardait la Grande Sorcière qui les regardait calmement.

« Même ma mère la Reine ne connaissait pas la véritable identité de l’Esprit des Étoiles de la Fondatrice, » continua Alice. « Je pensais que je le comprendrais en le voyant par moi-même, mais... »

La princesse de Nébulis était incapable d’arriver à une conclusion à tout ce qui était arrivé à Iska. Et même pour lui, c’était différent de n’importe quel Mage des Étoiles qu’il avait combattu auparavant. Les Sortilèges d’Étoile que l’on pouvait utiliser étaient supposés être limités au phénomène lié à l’Esprit des Étoiles qui l’habitait.

« Quelle est la possibilité qu’elle ait plusieurs Esprits des Étoiles en elle ? » demanda Iska.

« C’est à peu près impensable, », mais Alice déclina cette possibilité. « Une marque de naissance apparaît sur les humains qui se sont liés à un Esprit des Étoiles, vous devez bien le savoir ? »

« Le Symbole d’Étoile, n’est-ce pas ? » demanda Iska.

C’était l’une des raisons pour lesquelles les Mages des Étoiles étaient persécutés. Selon l’Esprit des Étoiles dans leur corps, la forme de la marque de naissance serait différente, et plus l’Esprit des Étoiles était puissant, plus la marque de naissance était grande. C’était comme si quelqu’un était possédé par le mal — les premiers à voir ces Symboles d’Étoile les craignaient et enfermèrent les Mages des Étoiles.

« Quand elle est apparue dans le ciel, je l’ai vue sur son dos, » déclara Alice. « Ses ailes ont transpercé et ont déchiré ses vêtements, et j’ai vu un grand Symbole d’Étoile noir sur elle. Il s’agit de la marque qu’un Esprit des Étoiles est présent dans son corps. Toutefois... »

Plissant les yeux, la Sorcière de la Glace de la Calamité avait fusillé du regard la Fondatrice.

« Quand je l’ai vue dans le palais royal, elle n’avait pas ces ailes, » continua-t-elle. « Si elles se manifestent lorsque l’Esprit des Étoiles de l’espace et du temps déclenche ses défenses automatiques, alors ce ne sont pas de vraies ailes, mais peuvent en fait être l’Esprit des Étoiles en lui-même. »

« Tant que nous savons cela, c’est plus que suffisant, » répondit Iska.

Si ces ailes noires de jais étaient l’incarnation du pouvoir de la Grande Sorcière Nébulis, alors s’il coupait ces ailes, il était possible qu’il puisse temporairement séparer l’Esprit des Étoiles de Nébulis.

« Si nous rompons celles-ci, » déclara Iska.

« Penses-tu hahahaha... pouvoir... hahahaha... le faire ? »

« Hein !? » s’exclama Iska.

« Haha... Penses-tu pouvoir le faire ? » La Grande Sorcière riait. C’était trop soudain. Les paupières de la fille à la peau foncée s’étaient lentement ouvert.

« ... Je me souviens... de cet endroit. Les terres désolées de Vuishada n’est-ce pas ? » déclara Nébulis.

« Nébulis !? » s’exclama Iska.

« Ça ne peut pas être le cas, Mage des Étoiles, m’avez-vous réveillée pour faire face à un simple soldat impérial ? » demanda Nébulis. « Même si c’est un réveil encore incomplet, je ne pense pas qu’il y avait une raison de se presser. »

Son regard était rempli de la lumière de son ego, et ses yeux semblaient afficher une couleur forte donnant un aperçu de sa conscience en cours de réveil.

« ... Cependant, je vois... Tu as là entre tes mains des épées qui me rendent nostalgique, » déclara Nébulis.

La Fondatrice regarda les Épées d’Étoile se trouvant dans les mains d’Iska.

« Connaissez-vous ces épées ? » demanda Iska.

« ... » Un silence lui répondit.

Ce n’était pas qu’elle gardait délibérément des informations pour elle, mais la Grande Sorcière Nébulis avait simplement oublié ses mots alors qu’elle observait silencieusement les Épées d’Étoile et Iska.

« Eh bien. Je ne sais pas comment vous avez fini par obtenir les Épées d’Étoile, mais il n’y a pas d’homme autre que Crosswell qui puisse les utiliser, » déclara Nébulis.

« Crosswell !? » s’exclama Iska, surpris d’entendre le nom de son maître.

« Qui est-ce ? » demanda Alice.

« ... Le nom que vous avez prononcé tout à l’heure est le nom de mon maître, » répondit Iska.

L’épéiste le plus fort de tous les temps dans l’Empire. Il était le maître d’Iska, et l’ancien propriétaire des Épées d’Étoile.

Mais pourquoi ?

Pourquoi la Grande Sorcière d’il y a cent ans connaît-elle le Maître ?

« Un bâtard comme toi est avec cet homme ? » s’exclama Nébulis.

Avec un regard perplexe, la Grande Sorcière écarquilla seulement l’un de ses yeux. Cependant, immédiatement après cela, sa petite bouche avait formé un sinistre sourire.

« Ahh. Je souffre à essayer de comprendre cet homme. Avoir confié les Épées d’Étoile à du menu fretin totalement inconnu, » déclara Nébulis.

« Vous ne saurez pas une telle chose sans m’avoir combattu, » déclara Iska.

« C’est une évidence pour moi. Il n’existe aucun avenir dans lequel tu arrives à me vaincre, » déclara Nébulis.

Brisant le sol qu’Alice avait gelé, une éclaboussure cramoisie bouillante s’était projetée vers le haut. Elle était composée de lave. C’était l’une des énergies les plus puissantes de cette planète. Formé dans le noyau de la planète, il s’agissait d’une roche fondue extrêmement chaude. Sa température devait dépasser le millier de degrés. Que ce soit les murs de la ville ou les maisons, tous fondraient et brûleraient à son contact.

« Pouvez-vous traverser une mer flamboyante ? » demanda Nébulis.

« Je me le demande, » répondit Iska.

Comme si cela le menaçait, un jet de lave attaqua Iska. Bien que la chaleur intense et la vapeur s’approchaient de lui, Iska se jeta sans hésitation vers le jet de roches incandescent. Gardant son regard sur la masse de lave qui tombait, il anticipait sa trajectoire.

Il ne reculait nullement, mais avançait vers la menace. Puis, en faisant un pas de plus, il se baissa et, telle une toupie, il pivota et évita la pluie incessante de rochers de la largeur d’un cheveu. De plus, les rochers qu’il ne pouvait pas éviter étaient tous coupés en utilisant seulement son épée.

« Malgré une telle chaleur, tu n’as pas peur et tu fais face à ça ? » La fille à la peau sombre exhalait avec un « Hooo » silencieux. « Cependant, ce choix était une erreur. »

La lave dans l’air s’était rétrécie et elle se transforma en un serpent entièrement fait de lave. Le golem de la flamme qui était assez grand pour devoir lever la tête pour pouvoir le voir se mit à bouger d’une manière étrange. Les flancs gauche et droit d’Iska étaient scellés par des murs de lave et, devant lui, le serpent de feu se dressait sur son passage. De plus, une masse de lave était tombée derrière lui. Et il était maintenant complètement encerclé par la lave des quatre côtés.

« Tu as été pris au piège, soldat impérial ! » déclara la Grande Sorcière.

« N’est-il pas temps que vous arrêtiez de m’ignorer ? » La lave bouillante avait gelé à la suite de ses mots. « Peu importe la puissance des flammes que vous manipulez, elles sont faibles face à ma glace. » La jeune femme aux cheveux blonds avait un froid d’un bleu intense qui l’entourait.

Iska avait ouvert la voie et Alice avait percé au travers.

Ils ne s’étaient jamais parlé de ça, mais ils avaient tout naturellement choisi d’adopter un tel plan sans même se concerter.

« ... Un froid raffiné. Tu portes un bon Esprit des Étoiles, et tu le contrôles bien, » déclara Nébulis.

« Je suis honorée par vos éloges, » déclara Alice.

La terre gelée avait rapidement progressé, et cela avait continué à enfermer en entier le golem fait de flammes et de lave dans un carcan de glace. Voyant cette scène en dessous d’elle, la Grande Sorcière fit claquer sa langue en réalisant la compétence d’Alice.

« Enfant. Ton tour a déjà été décidé après en avoir fini avec soldat impérial, » déclara Nébulis.

« Oh moi ? Êtes-vous gentille avec une Mage des Étoiles ? » demanda Alice.

« C’est l’opposé, » déclara Nébulis.

La Fondatrice avait regardé sa camarade. Son regard contenait une cruauté indescriptible en elle.

« Une Mage des Étoiles qui fornique avec l’Empire... Sache qu’une telle offense ne sera pas pardonnée même si tu supplies et pleures, » déclara Nébulis.

« C’est à peu près ce que j’allais vous dire... Je ne peux pas non plus vous pardonner, » répliqua Alice.

La princesse de Nébulis retourna le regard glacial de la Fondatrice.

« En dépit d’être une Mage des Étoiles, vous avez délibérément fait du mal à l’une de vos camarades. Même Rin est d’accord avec moi, » déclara Alice. « Vous n’êtes plus un héros ou quoi que ce soit d’autre dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis ! »

« Un héros ? Un si joli mot ne peut pas sauver ce monde, » répondit la Fondatrice.

Les épaules de la jeune fille à la peau foncée avaient commencé à trembler. Et elle avait fait un sourire plein de pitié, comme si elle leur disait qu’elle trouvait ça trop humoristique.

« Je sais cela depuis cent ans, » continua-t-elle. « Il n’y a pas de héros ou de sauveurs dans ce monde plein de douleur. Voilà pourquoi je suis devenue une sorcière afin d’anéantir l’Empire. C’est tout ce qu’on peut en dire me concernant. »

Un ricanement creux se fit entendre avec un désespoir sans fond à l’intérieur.

Une confession contenant un deuil indéniable venait d’être déclarée devant les deux combattants.

« Je suis une sorcière et vous êtes mes ennemis. Rien de plus ne compte, » déclara Nébulis.

Un coup de vent se fit sentir après ça.

Un tourbillon s’était formé entre Iska et Alice avec assez de force pour envoyer un humain dans les airs. En outre, même la terre gelée à leurs pieds avait commencé à être arrachée lorsque le coup de vent avait atteint sa force maximale. C’était comme si le sol s’épluchait telle une orange.

« Mon Esprit des Étoiles est le plus ancien esprit né au sein de cette étoile. Il se souvient de tous les phénomènes de l’étoile, et l’appelle de l’au-delà de l’horizon de l’espace et du temps. ─ Vous êtes tous deux des déchets, et vous disparaissez à la fin des temps. »

« Ah..., » alors qu’un violent coup de vent la frappait, Alice laissa échapper un petit cri.

« Alice ! » cria Iska.

Une tempête qui pourrait considérer un humain comme un simple bout de papier se fit sentir.

Alors que le corps d’Alice était sur le point d’être emporté par les vents qui faisait rage, Iska lui attrapa la main. Et avec sa main gauche, il planta son épée dans le sol telle une ancre. Creusant profondément dans la terre afin que son épée soit stable, il avait tiré le corps d’Alice vers lui afin de la protéger tout en étant lui-même exposé face à la tempête.

Des gouttelettes rouge vif furent rapidement visibles alors qu’elles étaient projetées un peu partout.

S’écoulant depuis le bras droit d’Iska qui tenait la main d’Alice, du sang frais l’éclaboussa à ce moment-là.

« Ahhh !? » s’écria Iska.

« Iska ! » dit Alice.

« ... Elle semble aimer utiliser des lames de vent, » déclara Iska.

Ce phénomène était connu sous le nom de lame de vent. La vérité derrière cette attaque était l’utilisation de petits cailloux accélérés par le terrifiant vent au point où ils pouvaient nuire au corps humain. C’était bien entendu un phénomène surnaturel.

« Lâchez ma main ! » Bien que poussé elle aussi par le vent, la Sorcière de la Glace de la Calamité avait crié. Le bras d’Iska avait été lacéré par les lames du vent, et la blessure s’était agrandie en se prolongeant jusqu’à l’épaule. « Qu’est-ce que vous faites ? Lâchez maintenant ma main sinon votre bras sera arraché ! »

La Mage des Étoiles avait essayé de libérer sa main de cette prise.

Cependant, le jeune homme n’avait pas permis que cela se réalise. « ... Je ne peux rien entendre ! »

« Quoi !? » s’exclama Alice.

« À cause de tout ce vent, je dis que je ne peux pas entendre ce que vous dites, Alice ! » déclara Iska. « Je ne peux rien entendre du fait que vous voulez que je vous lâche ! »

« Hein !? » Le visage de la jeune femme s’était déformé en comprenant ce que cela sous-entendait. « ... Pourquoi ? »

Ses yeux brillaient comme si des gemmes les recouvraient.

« ... Je suis une sorcière. Je ne suis pas quelqu’un pour qui vous devriez tendre la main au point où cela vous blesse ainsi, » tout en mordant ses lèvres, Alice avait prononcé des mots d’autodépréciation. Même si elle s’appelait elle-même « Mage des Étoiles », elle était appelée sorcière par des personnes qu’elle ne connaissait pas, et elle était crainte et évitée... Elle ne pouvait donc pas éviter que tout cela soit douloureux pour elle. Il s’agissait des véritables sentiments d’Alice, celle qu’on appelait la Sorcière de la Glace de la Calamité. Et en regardant dans ses yeux...

« Alice. » Le jeune épéiste impérial avait alors parlé d’une manière décontractée. « Ne pensez-vous pas que nous nous entendons plutôt bien ? »

« ... Hein !? » s’exclama Alice.

« Vous vous êtes mise en colère contre cette personne. Rin a été blessée en vous protégeant, Alice. Et même moi, en voyant la tyrannie d’une telle Mage des Étoiles, je ne peux même pas penser à des pourparlers de paix, » déclara Iska.

« Alors qu’en est-il !? » demanda Alice.

« Où nous nous trouvons maintenant n’est ni l’Empire, ni la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. Il s’agit de la Cité Neutre. Nos objectifs sont les mêmes, et c’est tout ce qui compte, » déclara Iska.

Et ce fut l’interrupteur qui avait tout déclenché... le fait d’aller voir l’opéra dans la Cité Neutre d’Ayin. Il y avait aussi le fait d’avoir commandé le même repas dans le même restaurant. Il y avait également eu le fait de s’être excité à parler de leurs passe-temps lors de l’exposition d’un artiste.

« Je pense la même chose que vous. Je ne veux pas perdre contre elle. C’est pourquoi je ne lâcherai pas cette main, » annonça Iska.

« ... » Alice ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose. Mais alors qu’elle changea d’avis, elle détourna le regard... puis, embarrassée, elle se mordit plusieurs fois les lèvres.

« ... Puis-je vous croire ? Vous, quelqu’un de l’Empire ? » La Sorcière de la Glace de la Calamité parlait d’une voix inquiète alors que ses yeux oscillaient partout, mais jamais directement dans la direction du jeune épéiste. Au milieu de la tempête, quelque chose s’accumulait dans la main d’Aliceliese Lou Nébulis IX. « Calamité Glacielle, les Lumières infinies de Glace ! »

Des cristaux de glace avaient commencé à briller. Une lumière s’étala aux pieds d’Alice, et toutes les terres désolées se transformèrent en une scène de neige et de glace. La Véritable Infinité ─ en d’autres termes, « un nombre incalculable et impossible à comprendre » de cristaux de glace les entourait après avoir été créé par puissance de l’Esprit des Étoiles de la Glace de la Calamité.

« Esprit des Étoiles de Glace, abattez-la ! »

Un éclair bleu fut à ce moment-là visible. Au moment où les cristaux de glace s’étaient élevés depuis le sol, ils avaient étincelé dans l’air et avaient laissé derrière eux une image rémanente comme s’ils avaient jailli telles des lumières alors qu’ils s’envolaient dans le ciel. Les météores de glace avaient tracé une trajectoire dans l’air, et avaient réussi à traverser le vent afin d’attendre Nébulis.

« Des Lumières de Glace ? De m’imaginer qu’elles peuvent traverser cette tempête... Enfant, est-ce ton art maudit secret ? » demanda Nébulis.

La voix de la Fondatrice était devenue excitée. Alors qu’elle avait bougé ses bras, l’atmosphère dans l’air s’était condensée et était devenue un bouclier. La barrière qui s’enorgueillissait d’une force incomparable dépassant celle d’un mur d’acier tout en étant souple avait rencontré les éclairs de lumière s’élevant vers le ciel.

« Uu! » Elle s’était mise à reculer. La petite fille crainte comme étant la Grande Sorcière avait jeté sa défense et avait effectué une action d’évasion. Il y a cent ans, il s’agissait d’une scène que les soldats impériaux n’avaient jamais vue une seule fois.

« De toutes les choses... »

Une gouttelette rouge s’était alors écoulée le long de sa joue sombre. L’un des météores de glace qui avaient traversé le bouclier d’air de Nébulis avait à peine effleuré sa joue.

« Imaginer qu’il a même franchi le rempart de l’air, » déclara la Grande Sorcière.

« Ce n’est pas encore fini, parce que ces Lumières de Glace continueront jusqu’à ce que toute la glace cristallisée dans l’air ait disparu ! » déclara Alice.

« ... »

La fille à la peau foncée avait pivoté dans les airs. Tout comme si elle semblait voler plus haut, elle se tourna sur place. Après une autre rotation, elle était descendue vers la terre, et s’était brusquement arrêtée. Tout en utilisant une trajectoire de vol compliqué, elle évita les Lumières de Glace d’Alice.

Cependant, ce n’était que quelques centaines au plus qui avaient été ainsi évités. Acculé par le déluge qui s’approchait avec un nombre infini de projectiles, Nébulis arrêta de nouveau ses mouvements en plein air. Et comme pour répondre à cela, le coup de vent qui avait assailli Iska et Alice s’était calmé comme si cela n’avait été qu’un mensonge.

« Je vous ai coincé, Fondatrice ! » Elle avait gagné. Alice était confiante quant à ça, et elle l’annonçait.

« Tombez-en..., » commença-t-elle.

« Viens à moi, Bâton Céleste ! » cria Nébulis

« Cela interfère avec la mémoire des étoiles... »

« Se connecte avec son moi. Appelez-le au-delà de l’espace et du temps. »

La Grande Sorcière avait regardé dans les cieux. Et au-dessus d’elle, il faisait noir comme si le ciel était nuageux. Un tourbillon noir inquiétant avait bloqué la lumière du soleil.

« ... Mon Sortilège d’Étoile !? » cria Alice.

Le tourbillon noir s’était déplacé avant de fonctionner comme un bouclier devant Nébulis. Les Lumières de Glace d’Alice se précipitèrent dedans — mais, la glace qui avait réussi à percer le rempart d’air, en rentrant dans ce tourbillon noir, ne laissa derrière elle qu’un faible éclat bleu.

« Quoi !? Qu’est-ce que c’est ? Quel est ce tourbillon noir !? » demanda Alice.

Alice avait hurlé d’une voix rauque alors qu’elle regardait dans le ciel. Le tourbillon noir s’était rétréci et avait formé un long poteau dans la main de la plus vieille Mage des Étoiles avant de se réduire pour être quelque chose d’approprié pour elle.

« Hmm... Il a fallu du temps pour le former. Moi-même et mon Mage des Étoiles devrions encore nous éveiller pleinement afin d’avoir notre pleine puissance, » déclara Nébulis pour elle-même.

Un bâton noir et sinueux se trouvait désormais dans sa main.

La Grande Sorcière — elle l’avait brandi exactement comme une sorcière brandirait un bâton magique.

« Venez afin de connaître la mort, » déclara Nébulis.

Elle avait alors frappé de loin avec son bâton. Et en témoigne de cela, Iska avait soudainement été agressé par d’intenses vertiges.

C’est comme si l’espace lui-même se torsadait !?

... C’est... C’est quoi ce bâton si effrayant !?

Le Bâton Céleste.

Alors que cela s’approchait de la terre, Iska pouvait sentir avec sa peau que c’était quelque chose de terriblement dangereux.

***

Partie 3

« Ku... Oh étoile, bâton, frappe-les ! »

Un unique bâton tombait du ciel.

Depuis le sol, une quantité infinie de glace avait surgi depuis l’Esprit des Étoiles de Glace. Et les deux puissances entrèrent alors en collision dans le ciel. Et avant qu’Iska puisse le percevoir, la pointe du bâton céleste lancé par Nébulis scintilla.

─ Destruction de l’Espace.

L’atmosphère semblait crier. Et avec un rugissement, la terre se fendit, et les lumières glacées qui pouvaient être dites infinies s’évanouirent dans l’horizon du néant sans en laisser la moindre trace.

Au moment où il avait réalisé ce qui se passait... Iska avait été soufflé haut dans le ciel par une onde de choc invisible.

« ... Uu... kaa, ha... ? » s’exclama-t-il.

La terre gelée s’était effondrée, et il s’était mis après ça à dégringoler le long d’une colline.

Il pouvait sentir le goût du sang dans sa bouche. Il avait probablement été coupé à l’intérieur de sa bouche quand il avait touché le sol, mais il ne pouvait pas dire exactement quand cela s’était produit. Il ne pouvait même pas percevoir quand l’onde de choc l’avait frappé.

« ... Al... ice...!? » cria-t-il.

« ... » Mais aucune réponse ne lui vint.

Couchée face contre terre, la princesse de Nébulis n’avait même pas levé la tête. Il pouvait dire qu’elle respirait encore en raison des légers mouvements de son dos, mais en plus d’avoir été frappée par l’onde de choc, son corps avait dû être coincé par la terre gelée. Même si elle était encore consciente, elle n’était probablement pas dans un état où elle pouvait se déplacer.

« Même le Bâton Céleste n’a-t-il que cette force destructrice ? Comme je le pensais, mon pouvoir n’est toujours pas revenu, » déclara la Fondatrice.

Le bâton noir était resté en l’air. Toutes les lumières glaciales qu’Alice avait allumées avaient été annihilées, et cela avait même eu avec assez d’énergie pour briser la terre. La Grande Sorcière se moquait en affichant une expression insatisfaite.

« ... Qu’est-ce que vous voulez dire par seulement cette force destructrice... ? » demanda Iska.

« C’est la différence entre vous et moi. Ne pouvez-vous même pas faire la différence entre le ciel et la terre ? » demanda la Fondatrice.

C’était naturel qu’elle les ait accablés.

Dès le début, ils ne l’avaient pas du tout menacée, c’était ce que son regard lui avait dit. Mais en réalité, la seule blessure qu’ils avaient été capables de lui infliger était l’égratignure sur sa joue provenant de l’attaque d’Alice. À part ça, pas même un grain de poussière n’était tombé sur elle.

Il s’agissait de la Fondatrice. La façon dont elle avait provoqué un cataclysme en brandissant son bâton noir pourrait être considérée comme l’image parfaite de la puissance de celle qu’on craignait comme la Grande Sorcière.

Toutefois...

« ... »

« Quoi ? Qu’avez-vous avec votre regard ? » demanda-t-elle.

S’appuyant sur son Épée d’Étoile, Iska se leva.

Le regardant de haut, la jeune Fondatrice haussa la voix en signe de mécontentement. « Vous ne fuyez pas, vous ne mendiez pas pour votre vie, et vous ne tremblez pas de peur... Je n’aime vraiment pas ça. Et cette manière impudente de me fixer du regard. Voulez-vous me frapper avec ça ? »

« Non, » répondit Iska.

Iska avait utilisé l’Épée d’Étoile se trouvant dans sa main gauche pour soutenir son corps comme une canne. Et la pointe de l’Épée d’Étoile dans sa main droite était dirigée vers la Grande Sorcière.

« Je vais riposter, à partir d’ici, » dit-il.

« Êtes-vous sain d’esprit ? » Nébulis laissa échapper un soupir comme si elle disait qu’elle ne pouvait pas comprendre ce qu’il faisait. « La raison pour laquelle vous avez pu résister au Bâton Céleste était à cause de l’Esprit des Étoiles de cette enfant. Cependant, jetez un œil. Elle est tombée au sol, et elle ne peut même pas rester debout. Vous n’avez plus aucun moyen de résister à ce bâton. »

« C’est vrai, » déclara Iska.

Laissant échapper une respiration mêlée avec du sang, Iska donna un coup de pied dans la terre gelée.

« C’est justement parce qu’Alice ne pouvait le retenir qu’une seule fois que je ne laisserai pas cela être gaspillé ici, » déclara-t-il.

Iska avait goûté au pouvoir du Bâton Céleste avec son propre corps. Cependant, même ainsi, son corps pouvait encore bouger. Comme s’il suivait l’énorme cicatrice présente sur la surface de la Terre, Iska avait couru. Il alla se placer à l’avant de la Fondatrice avec le soleil dans le dos.

« Un bâtard qui ne sait rien, mais qui va de l’avant, » la fille à la peau sombre avait attiré le bâton jusqu’à sa main. « Rampez sur le sol comme un ver. »

Et après avoir dit ça, elle avait frappé avec le Bâton Céleste. L’espace rugissait comme s’il s’étouffait, l’atmosphère se tordait et une puissante lame d’espace et de temps prenait forme. Une lame invisible plus tranchante que l’acier. Et puis...

Iska frappa avec son Épée d’Étoile vers le bas et coupa la lame de l’espace et du temps arrivant vers lui.

« Quoi !? » s’exclama la Fondatrice.

« Même si c’est invisible, je peux parfaitement sentir que c’était là, » déclara Iska.

Il pouvait sentir avec sa peau la vague tordant l’espace, et entendre la lame invisible couper dans l’air. Même si c’était la première fois qu’il voyait cette attaque, tant que c’était un Sortilège d’Étoile, l’Épée de l’Étoile Noire pouvait l’isoler.

Et cette formation a été gravée en moi.

Peu importe quel Mage des Étoiles se trouve face à moi, je me suis entraîné à ne jamais hésiter.

« Quel genre de blague est-ce ? » s’exclama Nébulis

« Une blague ? Je suis toujours sérieux ! » répondit Iska.

Des lames d’espace comprimé étaient venues de toutes les directions.

Et en réponse, Iska avait choisi de ne pas reculer ni de rester immobile, il avait simplement encore plus accéléré. Face aux larmes qui hurlaient dans l’atmosphère, il repoussait les ondes de choc des lames invisibles avec son Épée d’Étoile.

Esquivant les lames qui se refermaient sur lui depuis derrière, glissant à travers les lames qui venait sur les côtés, et alors même que les frottements de l’air frôlaient ses joues, subissant des lacérations sur ses épaules... Iska ne s’arrêtait pas. Et alors...

« ... Vous continuez... à courir comme ça ! » La princesse de Nébulis se releva, tremblant à genoux. « Élevez-vous ! »

La terre gelée avait jailli dans les airs. Une masse de glace était apparue comme un mur s’élevant dans les cieux, puis elle avait changé de forme, et avec une splendide capacité artistique, elle avait été taillée, polie et transformée en un escalier glacé juste devant Iska. Et celui-ci le conduisait dans les cieux...

Directement dans la direction de la Fondatrice Nébulis, un passage de glace avait ainsi été créé.

« Maintenant, j’arrive ! » cria Iska.

« Je vous ai déjà dit que c’était bien trop imprudent !! » cria la Grande Sorcière alors qu’elle agrippait son bâton avec force. « Vous qui ne connaissez pas le karma entre moi et l’Empire... »

« N’avez-vous pas encore remarqué ? » demanda Iska alors qu’il se déplaçait sur l’escalier de glace. « Parce que vous êtes si prise dans cet antagonisme, ce combat inutile ne prendra jamais fin ! »

« ... Silence !! » cria Nébulis.

Le Bâton Céleste avait alors été activé.

« Même si vous avez entre vos mains l’Épée d’Étoile, vous ne pouvez pas résister à cette attaque !! » cria Nébulis.

Une intense distorsion de l’atmosphère et un rugissement du vent qui accompagnait la destruction de l’espace et du temps ne pouvaient même pas être repoussés en utilisant l’Épée d’Étoile qui pouvait couper tous les Sortilèges d’Étoile.

Au moment où le bout de son épée avait touché la pointe du bâton, la destruction de l’espace et du temps avait commencé juste à ce moment-là. Même s’il réussissait à isoler et à séparer le Bâton Céleste, il serait sûrement pris dans la destruction elle-même.

« J’ai compris. Je l’ai vu quand il a frappé les lumières glacées d’Alice, » déclara-t-il.

La lâchant afin qu’elle fasse un arc de cercle parfaitement visible, l’Épée de l’Étoile Noire était tombée au sol. C’était quelque chose qu’Iska lui-même avait libéré de sa main.

« Salaud, qu’est-ce que vous êtes !? » s’écria la Fondatrice.

« Je sais que c’est le bouclier le plus fort du monde, » déclara-t-il.

Iska avait serré sa main droite. Et dans sa paume, il avait saisi la « Graine de Glace ».

« C’est un bouclier invincible. Il peut même encaisser les armes de destruction impériales à grande échelle. »

Elle avait dit que c’était invincible. Dans ce cas, il y croirait. Il avait confiance que le bouclier qui lui avait été confié puisse résister au Bâton Céleste.

« Alice ! » cria-t-il.

En entendant l’appel du jeune homme, la Sorcière de la Glace de la Calamité avait obéi à ce seul mot. Bien qu’elle se soit étendue sur le sol, elle avait une confiance absolue.

« ... Épanouissement !! » cria-t-elle.

Des fragments de glace éclatèrent et un son parfaitement clair retentit dans l’air. La « Graine de Glace » qu’Iska tenait dans sa main s’était mise à germer, et ce qui s’y était formé était un très beau bouclier ayant l’apparence d’un miroir.

La Fleur de Glace.

Il s’agissait de la seule exception au monde qui pouvait résister à l’Épée de l’Étoile Noire qui pouvait rompre n’importe quel sort d’étoile.

L’Esprit des Étoiles d’Aliceliese Lou Nébulis IX, « l’Esprit des Étoiles de la Fleur Glacée », avait manifesté sa véritable nature sous la forme d’une très belle fleur de glace.

« ... Puis-je vous croire ? Vous qui venez de l’Empire ? »

Dans cette tempête meurtrière, Iska n’avait pas lâché ce qu’il tenait dans sa main. Et comme si cette main saisissait la sienne, Alice elle-même lui confia la graine de son ultime talent secret, la « Fleur de Glace ».

─Le Grand Bouclier de la Fleur.

Servant en tant que bouclier pour Iska, la plus belle fleur de glace du monde, avait bloqué le Bâton Céleste.

« Ridicule !? » s’exclama Nébulis.

Le Bâton Céleste et la Fleur de Glace, se brisèrent tous deux en fragment en produisant un son parfaitement clair dans l’air.

La fille à la peau sombre qui était maintenant sans défense n’avait pas bougé. Même si son pouvoir venait juste de se réveiller, elle fut ébranlée que son attaque absolue fût complètement repoussée.

Avec une expression de stupéfaction montrant qu’elle était incapable d’accepter la réalité devant elle... « ... Comment... ? »

« Ne pouvez-vous pas le dire ? » demanda-t-il.

Iska avait soulevé l’Épée de l’Étoile Blanche. « Il y a cent ans, même s’il y avait des épéistes qui se tenaient face à vous, il n’y avait jamais eu “un épéiste et une Mage des Étoiles”. »

Nébulis était l’espoir de tous les Mages des Étoiles. Si elle avait continué à être l’espoir pour tous les Mages des Étoiles, alors le résultat aurait probablement été différent, et Alice n’aurait pas confié à Iska la Fleur de Glace.

─ Mais les Esprits des Étoiles avaient décidé.

La Mage des Étoiles qui porterait le fardeau de la nouvelle ère n’était pas la Grande Sorcière.

« Dormez encore une fois, Nébulis, » déclara Iska.

Iska frappa avec son épée, visant vers l’endroit où ces ailes de jais noires jaillissaient du manteau de la fille.

« Quand vous ouvrirez à nouveau les yeux, alors sûrement que ce monde sera un peu meilleur qu’il ne l’était auparavant, » dit-il.

Un petit cri.

Après avoir vu la source de son pouvoir, l’Esprit des Étoiles, se faire séparer de son corps, la fille à la peau sombre avait perdu conscience.

Alors que la Grande Sorcière fermait les yeux, elle s’était effondrée comme si elle s’était endormie une fois de plus, puis elle avait disparu comme si elle avait été aspirée par une fissure dans l’espace.

***

Entracte

Dans la Capitale Impériale Yunmerungen.

Pendant le coucher du soleil.

Alors que la ville était teintée d’une forte lumière rouge, le bruit de plusieurs applaudissements résonnait dans la salle de réunion qui existait à cinq mille mètres sous terre.

« Magnifique !! »

« Le fait que le signal de l’Esprit des Étoiles de la Grande Sorcière Nébulis ait disparu signifie qu’elle a été vaincue, n’est-ce pas ? »

« Il est regrettable que nous n’ayons pas d’images du combat. L’Esprit des Étoiles de la Grande Sorcière Nébulis est l’Esprit des Étoiles né dans les profondeurs de la planète. Si nous pouvions obtenir des images, nos recherches sur les Esprits des Étoiles se seraient grandement accélérées... »

« Non. La signification de l’arrêt de l’éveil de la Grande Sorcière est plus importante... »

« Comme on pourrait s’y attendre du successeur de cet homme. Mon Dieu, c’est juste la réalisation que nous espérions... »

Une pièce sans une seule source normale d’éclairage.

Au sein des huit moniteurs qui formaient un cercle se faisant face se trouvaient les silhouettes de huit hommes et de femmes. Leurs silhouettes étaient toujours indistinctes, et on était à la limite extrême de simplement pouvoir distinguer leurs formes physiques rugueuses. Le plus haut organe de décision de l’Empire, les « Huit Grands-Apôtres ».

« La Grande Sorcière a une fois de plus été réduite au silence. À l’heure actuelle, la Sorcière de la Glace de la Calamité est un peu inquiétante, cependant... »

« Il est du devoir du Successeur de l’Acier Noir de faire tomber les sorcières. Si c’est lui, ce n’est rien et il va probablement le faire. Qu’il le désire ou non ne change rien. »

« Très certainement. »

« Le cinquième siège des Saints-Apôtres... L’expérience de Lisha Ein Empire progresse en douceur. Maintenant que la Grande Sorcière est endormie, la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis tombera. »

« Cet homme, l’homme de Crosswell de l’Acier Noir, continue de cacher les secrets des étoiles, même de nous. C’était un peu dommage que son successeur n’ait pas eu d’information sur quoi que ce soit à ce sujet, mais peu importe. La prophétie des citoyens des étoiles approche... Ce ne sera pas long. »

Un sourire pouvait être ressenti en raison de la voix de cette femme séduisante. C’était une voix qui était envoûtante, intellectuelle et... froide au point que cela ferait peur dans le cœur de tous ceux qui l’entendraient.

« Le Successeur de l’Acier Noir Iska. Tous vos désirs vous seront accordés. »

« Tout à fait. Nous vous accorderons tout. Si vous désirez la paix, alors dans un avenir proche, nous vous promettons que nous apporterons définitivement la paix perpétuelle au monde... »

« ... En exterminant de la surface de ce monde toutes les sorcières et sorciers. »

« Parce que cette étoile le désire. »

Et après avoir dit cela, tous les moniteurs s’étaient éteints en même temps. Alors que le rideau de silence retombait sur le régime impérial, seul le faible écho des applaudissements pouvait encore être entendu.

***

Épilogue

Sous ce beau ciel étoilé

La poussière présente dans ces terres désolées dansait dans l’air.

Après que la glace qui avait surélevé le sol sableux avait fondu, la terre ouverte par le Bâton Céleste était restée dans son état pitoyable. Et au sein de cette fissure noire...

Peu à peu, le vent transportait le sable. Et même si c’était seulement à raison d’une faible quantité à la fois, le spectacle de la Terre qui transportait du sable dans la cavité présente dans le sol pouvait être vu. C’était comme si la planète elle-même avait l’intention de remplir la cicatrice avec du sable. Comme si la planète elle-même avait une volonté.

« ... »

En mettant de côté ce paysage, Iska remonta lentement la dune. « ... C’est déjà si tard, hein... »

Avec le vent de la nuit mêlé à du sable qui lui frôlait le cou, Iska frissonna légèrement. Il était arrivé à la Cité Neutre d’Ayin vers midi, mais quand il s’en était rendu compte, le soleil s’était déjà complètement enfoncé sous l’horizon.

Il avait marché à travers le désert.

Marché, encore et encore.

Sans même tenir une lumière dans sa main, il continua de marcher à travers les terres désolées inhabitées.

« Désolé de vous avoir fait attendre, » dit-il.

Au sommet de la dune qu’il avait escaladée, une belle jeune femme aux cheveux blonds était assise en se tenant les genoux. Ayant fini de récupérer un peu avant lui, toute seule, elle attendait au sommet de cette dune.

« Je pense que vous le savez déjà, mais les brûlures de Rin iront bien. Pour l’instant, les brûlures resteront pendant un certain temps, mais avec le temps, il semble qu’elles vont naturellement guérir, » continua-t-il.

« Je vois, » répondit Alice.

« La capitaine Mismis a dit que Jhin et Néné attendaient, alors elle est rapidement partie pour la Capitale Impériale dans le bus du soir. Est-ce correct qu’elle parle de la Fondatrice ? » demanda-t-il.

« Cela ne me dérange pas, » répondit Alice. « À cause de cette Grande Sorcière, nous avons même causé des problèmes à la Cité Neutre, donc ce n’est pas quelque chose que nous devons cacher. C’est après tout la responsabilité de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis. »

La princesse de Nébulis hocha la tête en tenant toujours ses genoux.

« J’ai encore une chose à dire de mon côté. J’y ai réfléchi un peu, et à la fin, je pense que la Grande Sorcière est retournée au sanctuaire souterrain, » continua Alice.

« Dans la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis ? » demanda-t-il.

« Oui, » répondit-elle. « Comme vous pouvez vous y attendre, je ne peux pas vraiment vous l’expliquer en détail. Mais je vais prendre le sanctuaire sous ma responsabilité et le mettre sous ma supervision directe. Je vais demander à ma mère de remettre la clé à l’entrée... pour qu’elle ne se réveille plus jamais d’elle-même. »

Tout en balayant le sable de ses vêtements, Alice se leva. Même si son corps avait été frappé dans la lutte contre la Fondatrice, sa silhouette debout était toujours noble et belle. Tout comme à l’époque dans la forêt de Nelka, quand il la rencontra pour la première fois.

« Avec ça, il n’y a rien d’autre à nous dire, n’est-ce pas ? » demanda Alice.

« Tout à fait, » répondit Iska.

« ... Je vois. Alors, commençons. La bataille finale entre vous et moi, » déclara Alice.

Un lieu et un temps où personne n’interviendrait.

Toutes les conditions étaient en place.

Le Successeur de l’Acier Noir Iska, et la Sorcière de la Glace de la Calamité Alice, ce fut le moment où les héros nés de l’Empire et de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis s’étaient rencontrés, et le moment qu’ils avaient afin de mettre fin à tout.

« Ne vous retenez surtout pas, d’accord ? » déclara-t-elle.

« Je suis d’accord, » dit-il.

Un seul pas, Alice avait avancé. Et comme s’il était en parfaite harmonie avec elle, Iska s’avança aussi d’un pas.

« ... »

« ... »

Ils avaient chacun regardé en silence leur adversaire, et s’étaient rapproché un pas après l’autre.

Les cinq mètres entre eux étaient devenus trois.

Trois mètres étaient devenus un.

Et au moment où ils l’avaient réalisé, Iska et Alice étaient assez proches pour se toucher.

« J’ai quelque chose à dire, » dit-il.

« Quelle coïncidence ! » dit-elle.

En entendant cette demande de l’épéiste impérial, la fille de la Théocratie de la Maison Impériale Nébulis y avait consenti. Et alors...

« ... En vérité, aujourd’hui... je suis un peu trop fatigué..., » déclara Iska.

« ... Aucune objection, » répondit-elle.

Avec un bruit sourd, Iska et Alice s’étaient effondrés en même temps sur le sol des terres désolées.

« ... C’est juste pour aujourd’hui, vous le savez ? » demanda Alice.

« Je le sais bien, » répondit-il.

« Nous, à partir de demain, nous serons de nouveau des ennemis, est-ce que vous m’entendrez bien ? » demanda Alice.

« Vous avez tout à fait raison, » répondit Iska.

« ... »

« ... »

Alors qu’ils étaient tous deux couchés sur le sol, ils avaient tous deux regardé le ciel étoilé.

« Quel magnifique ciel ! » s’exclama Iska.

« Je suis d’accord, » répondit Alice.

Le garçon et la fille étaient allongés sur le sol sans bouger un muscle. S’ils avaient été vus depuis le ciel nocturne par un oiseau, ils pourraient être apparus comme des amants vraiment intimes, ou peut-être proches comme des frères et sœurs.

« Le “Siège du berceau” est joli aujourd’hui n’est-ce pas ? Il ne peut normalement pas être vu à ce moment-là, donc cela peut déjà être la dernière fois que nous pourrons le voir avant longtemps, » déclara Alice.

« Laquelle est-ce ? » demanda Iska.

« Celui-là. Ne pouvez-vous pas le situer d’un simple coup d’œil ? » demanda Alice.

Alors que le garçon se dirigeait vers elle, la jeune fille pointa son doigt vers le ciel étoilé.

« Les lumières de la ville brillent dans la Capitale Impériale même la nuit, il est donc rare de voir ce genre de ciel étoilé. Cette étoile bleue scintille-t-elle directement au-dessus de celle-là ? » demanda Iska.

« Non, pas celle-là. Celle qui est à côté... Cette fois, vous êtes allé trop loin, » répondit Alice.

« ... Hmm, c’est difficile, » dit-il.

« Bon sang ! Idiot ! » dit-elle.

Même s’ils étaient ennemis.

Même s’ils devaient se battre à nouveau dès le lendemain.

... Juste pour cette fois.

Avec des rires s’élevant dans les airs, le Successeur de l’Acier Noir Iska et la Sorcière de la Glace de la Calamité Alice, continuèrent à regarder le même ciel étoilé. C’était...

L’histoire de la bataille, entre lui et moi.

Est-ce que la prochaine fois que nous nous rencontrerons sera notre dernier champ de bataille ? Ou serait-ce le début de la Guerre Sainte ?

Cette histoire ne fait que commencer...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires




  1. 0



    0

    rien que parce qu’il est déjà en tome entier je donne (non pas sans réticence ) un cookie a tout le monde 😀




    • 0



      0

      C’est juste un chapitre qui représente 1/4 du tome total. On verra quand la traduction anglaise sortira pour la suite. Mais là, cela sera de petites sorties réparties sur plusieurs jours.




  2. 0



    0

    Merci pour ce chap entier.mais vu que la team semble traduire en entier sa vas leur prendre 1 mois a chaque chapitre. Veux la suite moi!!!




    • 0



      0

      Cela dépend. Car certaine équipe de traduction font par partie pour avoir du contenu plus souvent (ce qui est le cas de NdG). Mais pour le chapitre 1, il est venu d’un coup. Donc dès que le chapitre 2 sera là, on fera des sorties régulières, mais on ne sortira pas tout d’un coup pour que cela soit + régulier et si on n’a pas fini le chapitre 2 quand le 3 sort, on accéléra pour avoir un chapitre (partiel) de retard maximum

Laisser un commentaire