Je suis le Seigneur maléfique d’un empire intergalactique ! – Tome 4

***

Prologue

Partie 1

Dans n’importe quel monde, les coutumes et les traditions dénuées de sens sont omniprésentes. Même celles qui étaient nécessaires pour une raison ou une autre dans le passé avaient tendance à perdre leur sens avec le temps. Les humains sont des créatures stupides, et même s’ils se rendent compte qu’ils suivent leurs coutumes idiotes sans raison, ils continueront pendant de longues années, incapables de les abandonner. Et même pour un seigneur maléfique comme moi, Liam Sera Banfield, il pouvait être difficile d’aller à contre-courant de la société.

« Passer un demi-siècle à s’entraîner est une véritable perte de temps », avais-je marmonné, fixant l’image holographique projetée devant moi.

J’avais déjà terminé l’école primaire, mais l’hologramme me représentait dans l’uniforme de l’académie militaire, l’étape suivante de ma scolarité. On pourrait penser que l’uniforme d’un cadet devrait comporter le moins d’ornements possible, mais avec la glorification de la noblesse par l’Empire, l’uniforme était très voyant.

Mon apparence sur l’image était conforme au code vestimentaire de l’académie militaire. Mes cheveux étaient coupés un peu plus court que d’habitude, mais il n’y avait pas vraiment d’autres changements dans ma personne. Avais-je grandi depuis mon entrée à l’école primaire ? J’avais déjà dépassé la soixantaine, mais je ressemblais encore à un collégien ou à un lycéen si l’on se réfère à ma vie antérieure. À mon âge actuel, j’étais techniquement un adulte dans ce monde, mais la société me traitait toujours comme un enfant. Je ne pouvais pas m’empêcher de conserver les sensibilités de ma vie passée, et je trouvais donc absurde de consacrer plus de cinquante ans à son éducation avant d’être considéré comme un adulte. Cependant, c’était tout simplement la norme dans ce monde. Après tout, même après cette période de formation prolongée, la vie des gens durait des centaines d’années.

Ma servante-robot la plus fidèle, Amagi, se tenait debout et belle à côté de moi, me réprimandant gentiment pour mes plaintes. « En tant que noble, tu dois au moins devenir qualifié en tant qu’officier militaire et fonctionnaire, Maître. Sans ces qualifications, tu ne seras pas considéré comme un membre à part entière de la noblesse. »

Les cheveux noirs brillants d’Amagi étaient rassemblés en une queue de cheval, et elle portait un uniforme de servante un peu trop provocant, laissant ses épaules exposées. Le reste de la tenue était assez élégant, il semblait donc peu naturel d’avoir les épaules nues comme ça, mais chaque servante robot portait une marque qui indiquait qu’elle n’était pas humaine. La loi stipulait que cette marque devait être visible, alors même si cela m’agaçait, je ne pouvais pas lui ordonner de couvrir ses épaules.

« Je ne fais que me défouler. »

« Tu ne souhaites pas entrer à l’académie militaire. »

« Je ne peux pas m’en sortir avec de l’argent. »

La pire partie de ma formation serait certainement le temps passé sous les drapeaux, où ma vie pourrait être en danger. Je serais coincé dans le service pendant six ans après avoir été diplômé de l’académie. Même la noblesse devait servir, ce qui signifiait la possibilité de mener des batailles et de perdre la vie. Une période difficile m’attendait, une période qui, apparemment, avait dominé les souvenirs de la plupart des nobles qui avaient suivi la formation. Certains avaient essayé de s’en sortir, mais comme l’avait dit Amagi, l’Empire n’accepterait pas que l’on devienne un noble légitime sans passer par l’entraînement militaire.

Pour moi, cependant, il était tout simplement stupide d’envoyer dans l’armée ceux qui ne devraient jamais se battre à l’avenir en raison de leur position noble. De plus, les vrais soldats de carrière devaient supporter des enfants nobles gâtés dans leurs rangs. Cependant, l’argent avait tendance à graisser les roues dans ce monde.

« Quoi qu’il en soit, que dirais-tu de faire quelques contributions caritatives avant mon passage dans l’armée ? Amagi, envoie à l’armée impériale un message de la part de la maison Banfield. Dis-leur de s’attendre à une généreuse donation cette année. De plus, s’ils ont du matériel dont ils veulent se débarrasser, nous l’achèterons. »

L’armée améliorait sans cesse son armement, remplaçant les anciens équipements par de nouveaux modèles. Ainsi, lorsqu’ils acquéraient une technologie de pointe, ils vendaient leur ancien matériel à la noblesse. L’armée dépensait sans cesse des tonnes d’argent. Cependant, il y avait souvent eu de nombreuses fois où leurs investissements n’avaient pas rapporté assez et où leurs budgets avaient été constamment réduits. C’est là qu’intervenaient les nobles aux poches bien garnies comme moi. L’armée impériale était toujours prête à recevoir des dons ou à vendre ses vieux équipements aux riches. Si je mentionnais ma formation militaire lorsque je leur proposais une aide financière, ils étaient sûrs de faire tout ce qu’ils pouvaient pour que je sois à l’aise pendant mon séjour chez eux. Normalement, les nobles étaient censés donner l’exemple à tous ceux qui les entouraient, et les manipulations de ce genre étaient mal vues. Mais j’étais un méchant, voyez-vous, et je n’hésitais donc pas à utiliser toutes les options et ressources à ma disposition. En fait, je préférais utiliser des méthodes sournoises comme celles-ci.

Amagi ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais elle se maîtrisa et s’empressa d’exécuter mon ordre. Elle me jeta seulement un regard un peu résigné. « Comme tu le souhaites, Maître. »

« L’argent est tout dans ce monde. Avec de l’argent, on peut plier la morale à sa volonté. Si j’en ai les moyens, pourquoi ne pas profiter de mon temps dans l’armée ? »

Juste au moment où je pensais me laisser aller à un rire bruyant et crapuleux, quelqu’un arriva à la porte de mon bureau, et Amagi lui donna la permission d’entrer. C’était mon manoir, ma planète, et personne ne pouvait m’empêcher de savourer mon moment de jubilation… mais Rosetta entra alors dans la pièce.

Elle demanda : « Chéri, est-ce que nos uniformes pour l’académie militaire sont arrivés ? Il faut que j’essaie aussi le mien ! »

À l’apparition de ma fiancée rayonnante, je finis par bafouiller au lieu de rire.

« R-Rosetta ? »

Elle s’appelle Rosetta Sereh Claudia. La première chose qui saute aux yeux, c’est sa longue chevelure d’un blond éclatant, coiffée en épais anneaux. Avec ces cheveux blonds, ses yeux bleus et une silhouette plutôt voluptueuse pour quelqu’un du même âge que moi, elle était pratiquement la femme idéale, comme si elle sortait tout droit d’un tableau.

Nous nous étions rencontrés à l’école primaire, et c’était la première femme humaine à laquelle je m’intéressais depuis ma réincarnation. Au début, elle avait une volonté d’acier et me traitait froidement, comme si je lui étais complètement indifférent. J’étais déterminé à briser cette volonté, mais lorsque j’avais réussi à me fiancer avec elle, elle était déjà tombée amoureuse de moi. Cela peut paraître étrange de dire cela, mais Rosetta était folle de moi et je n’avais aucune idée de la raison de cet engouement. Si Rosetta avait une queue, elle l’agiterait probablement comme une folle chaque fois qu’elle serait près de moi.

Une fois de plus, j’avais pensé à un collègue de travail de ma vie antérieure, Nitta, et je m’étais souvenu qu’il avait utilisé le terme de « course de vitesse relationnelle ». Il est vrai que mon objectif était qu’elle se soumette à moi, mais elle l’avait fait si rapidement que j’en étais resté perplexe. J’avais hâte d’écraser sa volonté, mais après qu’elle soit tombée amoureuse de moi si soudainement, je m’étais retrouvé plutôt… effrayé par elle. En fait, je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait faire quand elle était près de moi.

En ce moment, Rosetta avait son visage tout près du mien, les yeux pétillants d’impatience à l’idée d’inspecter son nouvel uniforme. Si je reculais, elle avançait pour réduire la distance. Ne sachant que faire, je m’étais tourné vers Amagi pour lui demander de l’aide. Je me sentais pathétique, mais ma servante robot était la seule personne sur laquelle je pouvais compter pour m’aider.

« C’est difficile à dire, Lady Rosetta, mais il n’y a pas d’uniforme de l’académie militaire pour vous. » Alors qu’Amagi énonçait clairement ce fait, j’étais tombé amoureux d’elle une fois de plus.

Au début, le visage de Rosetta était vide, comme si elle n’avait pas compris le sens des mots d’Amagi, mais quand ils avaient finalement été compris, elle avait commencé à paniquer. « Attendez. Je vais à l’académie militaire avec toi, n’est-ce pas, Chéri ? N’était-ce pas le plan ? »

Elle avait beau regarder entre mon visage et celui d’Amagi, la vérité était que les seuls de notre cercle à fréquenter l’académie militaire étaient moi et l’ancien prince impérial dont je m’occupais actuellement, Wallace Noah Albareto. Quelques nobles mineurs de la maison Banfield s’y rendraient également, mais Rosetta n’en faisait pas partie.

Amagi expliqua à Rosetta qu’elle n’avait pas besoin d’aller à l’académie militaire. « Le maître est le seul à être obligé de servir dans l’armée. Il y a bien sûr des couples qui servent tous les deux, mais ce n’est pas courant. »

« Mais je me sentirais mal si seul Chéri devait y assister. »

Quand je l’avais vue si humble, je n’avais pas pu m’empêcher de penser : Ce n’est pas bien ! Ne devrais-tu pas être plus sûre de toi ? En fait, je préférais qu’elle dise quelque chose comme : « Ça ne me dérangerait pas d’assister à ta place si tu dois être lâche ! » Tu es censée être plus arrogante, n’est-ce pas ? Qu’est-il arrivé à ce cheval de bataille que tu avais l’habitude de monter ? Je voulais dire tout cela à voix haute, mais je savais que ce serait inutile, alors je l’avais simplement informée de ma décision.

« L’affaire est déjà tranchée et je n’accepterai aucune plainte. »

Rosetta avait eu l’air surprise pendant un moment, mais elle avait rapidement baissé la tête et s’était excusée, « Je n’aurais pas dû parler à tort et à travers. »

C’était un peu satisfaisant, mais ce que je voulais vraiment, c’était la voir s’énerver, car je n’avais toujours pas abandonné mon désir de tourmenter la noble Rosetta. C’est là que mon attaque commença vraiment !

« Je n’ai pas d’uniforme de l’académie militaire pour toi, mais j’ai préparé un autre uniforme spécial… »

J’avais claqué des doigts et l’hologramme tridimensionnel s’était transformé en un mannequin portant un uniforme de femme de chambre. Il s’agissait manifestement de Rosetta. Tandis que j’appréciais sa réaction troublée, j’avais fait venir une certaine personne dans la pièce.

« Tu suivras ta propre formation ici même, au manoir. Serena ! »

Serena, qui se tenait prête à l’extérieur, entra dans mon bureau. Elle était la femme de chambre principale de la maison Banfield, et possédait autant de pouvoir que mon majordome, Brian, au sein du manoir. Bien qu’elle soit plus âgée, elle se tenait debout, fière et grande, et chacun de ses mouvements était gracieux et raffiné. Prenant place devant Rosetta, elle lui expliqua mes plans pour elle.

« Nous avons jugé votre éducation de base insuffisante, Lady Rosetta. Ainsi, pendant que Maître Liam se rendra à l’académie militaire, vous utiliserez une capsule éducative et suivrez des cours d’étiquette. Si possible, le maître aimerait également que vous suiviez une formation dans une autre maison noble. »

En dépit de son statut de noble, Rosetta avait mené une vie complètement démunie et n’avait pas été en mesure de suivre une éducation de base. Elle n’avait pas non plus suivi de formation dans une autre maison noble, si bien que selon les normes de ce monde, elle était à peine qualifiée pour être une noble. De toute façon, l’Empire n’exigeait pas que les femmes servent dans l’armée, pour une raison stupide et désuète comme « assurer la relève ». Cette tradition dépassée avait poussé certaines personnes à changer de sexe pour éviter le service militaire. Apparemment, de nombreuses personnes étaient sorties de l’académie militaire en découvrant que des amis à eux étaient devenus des femmes pendant la période où ils avaient été séparés. Personnellement, je n’avais pas envie d’aller aussi loin pour éviter le service.

De toute façon, le sujet actuel était Rosetta, pas l’académie militaire. J’avais ordonné à Serena d’un ton sévère : « Serena, je ne veux pas que tu sois indulgente avec Rosetta. En fait, j’aimerais que tu lui donnes une éducation stricte. »

Les sourcils de Serena se soulevèrent légèrement, comme si mon ordre l’avait surprise, mais elle retrouva rapidement son impassibilité et demanda : « Est-ce bien ainsi ? Cela ne me dérange pas de lui donner des conseils plus doux. »

À l’avenir, Rosetta occuperait une position plus élevée que Serena. Je soupçonnais Serena de vouloir lui faire de la lèche maintenant pour être mieux traitée plus tard, mais je n’allais pas laisser passer cela. Je savais que Serena était une servante en chef très compétente, qui était stricte avec les nobles dames dans son ancien poste au palais impérial. Si je voulais qu’elle soit ferme, elle ne se laisserait pas intimider par Rosetta.

« Ce ne sera pas nécessaire. Donne-lui une éducation complète. Apprends-lui ce que cela signifie d’être à mes côtés. »

J’essayai de prendre ma meilleure expression sévère en regardant Rosetta, dont les manières et les mouvements étaient gênés par la nervosité. C’est vrai, tu as intérêt à avoir peur ! N’oublie pas que tu es en territoire ennemi !

J’avais voulu moi-même briser sa volonté d’acier, mais le simple fait d’être en présence de Rosetta ces jours-ci m’avait tellement perturbé que j’avais pratiquement abandonné l’idée. La seule chose que je pouvais espérer maintenant était de la voir pleurer parce qu’elle ne pouvait pas supporter les brimades de Serena.

« Je veux que tu prennes ces leçons à cœur avant mon retour, Rosetta, » avais-je ordonné fermement. « Considère cela comme un ordre. »

Rosetta serra les poings et fit bonne figure. « Je le ferai. »

***

Partie 2

« Non ! Non ! Je ne veux pas aller à l’académie militaire ! »

C’était le jour de notre départ pour l’académie militaire, et l’ancien prince impérial Wallace était accroché à un pilier du spatioport de la maison Banfield. C’était un jeune homme à l’allure tapageuse, aux cheveux bleus, dont les traits suggéraient une certaine superficialité. Fidèle à son apparence, sa personnalité était tout aussi superficielle qu’on pouvait le soupçonner.

J’étais devenu son mécène et je m’occupais donc de lui, mais chaque fois que je lui donnais un peu d’argent de poche, il disparaissait en un instant. À la fin de chaque mois, il était toujours complètement fauché. Lorsqu’il était arrivé dans mon manoir, on l’avait respecté en tant qu’ancien prince impérial, mais à présent, tout le monde le traite de bon à rien, de sangsue, derrière son dos. En vérité, je n’attendais rien de lui, j’étais juste devenu son protecteur parce que j’aimais l’idée d’avoir un membre de la famille impériale comme laquais. Maintenant, quand je repense à cette décision, j’avais vraiment l’impression d’avoir brûlé les étapes.

Je ne pouvais pas le jeter dehors maintenant que je l’avais recueilli, alors j’avais attrapé Wallace par la peau du cou et j’avais marché vers le navire.

« Ferme-la et entre ! »

Même s’il avait l’air d’un lycéen, Wallace faisait une crise de colère comme un enfant gâté.

« Je ne survivrai pas à une journée dans l’armée ! Les belles personnes sensibles comme moi deviennent des punching-balls pour tous ceux qui ont un grade plus élevé, juste parce qu’ils en ont envie ! »

Wallace avait une opinion plutôt exagérée de lui-même. En le traînant derrière moi, je lui avais assuré qu’il n’y aurait pas de problème.

« Ne t’inquiète pas, j’ai déjà pris des mesures. J’ai veillé à ce que Tia et quelques autres de mes chevaliers soient déjà à l’intérieur. Si quelqu’un tente de poser la main sur l’un d’entre nous, il recevra une dure leçon. »

Vous ne pouviez pas attendre d’être inscrit pour mettre en place de telles mesures de protection. Si vous disposez des fonds nécessaires, il est préférable d’être bien préparé.

Pourtant, Wallace continua à résister.

« Que feras-tu si un instructeur vicieux nous prend pour cible ? »

« Nous n’avons pas non plus à nous inquiéter de cela. Ces dernières années, j’ai fait des dons importants à l’armée, tous accompagnés d’une note disant : “J’attends avec impatience mon passage à l’académie”. Quiconque est assez stupide pour m’importuner sera transféré en première ligne. »

À l’école primaire, un délinquant nommé Derrick s’était disputé avec moi, mais je savais que ma préparation à l’académie militaire était sans faille. Même si un instructeur décidait d’avoir un problème avec moi, les hauts gradés me soutiendraient.

En entendant tout cela, Wallace se détendit enfin.

« Tu es la seule personne que je connaisse qui aille aussi loin pour se préparer à l’académie militaire, Liam. Je suis soulagé de l’entendre, mais aussi un peu étonné. »

« C’est bien ça l’intérêt d’être riche. L’argent et l’autorité sont faits pour être utilisés, et je ne suis pas du genre à hésiter quand il s’agit d’exercer mon pouvoir pour mon propre bien. »

Il y a une minute, Wallace pleurait et se lamentait, mais maintenant son visage avait pris une expression sinistre alors qu’il me rappelait le dilemme actuel de la Maison Banfield.

« Même si tu peux utiliser ton argent et ton autorité à l’académie militaire, tu ne peux rien faire pour la famille Berkeley, n’est-ce pas ? Es-tu vraiment d’accord avec la façon dont les choses se passent sur ce front ? »

La famille Berkeley était la famille de Derrick, celui qui avait commencé à se battre avec moi à l’école primaire. Bien qu’ils ne soient qu’un simple groupe de barons, ils se préparaient à un conflit. Les tensions entre la maison Banfield et la maison Berkeley étaient vives.

« Et eux ? S’ils me tiennent tête, je les frapperais. »

« Comme toujours, je suis soulagé de ta confiance », soupira Wallace.

Je l’avais poussé vers l’avant avec agacement. « Si tu as fini de te plaindre, monte à bord. »

Je lui avais donné un coup de pied pour faire bonne mesure, puis je l’avais suivi sur le trottoir roulant qui nous mènerait à mon vaisseau. Le trottoir roulant menait au Vár, un superdreadnought de plusieurs milliers de mètres de long, qui servait de vaisseau amiral à mon armée. L’engin était beaucoup trop grand et ressemblait plus à un bâtiment qu’à un cuirassé. Le fait que cette monstruosité fonctionne comme un navire était l’une des choses qui rendaient ce monde si incroyable à mes yeux.

Au bout du trottoir roulant, un grand groupe de personnes avait fait la queue pour me voir partir, dont Amagi et mon majordome Brian. Rosetta était restée à la maison. Après tout, je ne pouvais pas la laisser salir ma dignité de seigneur du mal en m’appelant « Chéri » devant tous ces gens.

Amagi était toujours aussi calme et professionnelle, mais à côté d’elle, Brian essuyait ses larmes avec un mouchoir. Eh bien, je suppose que pleurer était « naturel » pour lui. Quelle douleur !

Quand il m’avait vu, Brian s’était écrié : « Vous allez enfin à l’académie militaire, Maître Liam. Je suis si fier, mais je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter pour vous ! »

J’étais peut-être noble, mais j’allais entrer dans l’armée, ce qui signifiait que je risquais d’être pris dans des conflits militaires. Un ennemi n’hésiterait pas à vous tirer dessus juste parce que vous êtes noble, et peu importe la noblesse de votre naissance, quand vous mourrez, vous mourrez, comme n’importe qui d’autre dans ce monde. Brian était fou d’inquiétude à ce sujet. Pour rendre les choses encore plus dramatiques, il tenait dans sa main libre une photo encadrée de mon arrière-grand-père. Je n’étais pas du tout heureux qu’un vieil homme aux cheveux gris pleure ainsi sur moi.

« Arrête ça maintenant. Et n’oublie pas de surveiller Rosetta pendant mon absence. »

« Bien sûr, j’ai l’intention de veiller sur elle, Maître Liam, mais qu’entendez-vous par “surveiller”, exactement ? »

Brian n’avait pas semblé comprendre ce que je voulais dire, alors je l’avais expliqué un peu plus en détail.

« J’ai chargé Rosetta de recevoir une éducation stricte. Alors, Brian, je veux que toi aussi, tu la surveilles. Tu comprends là où je veux en venir, n’est-ce pas ? »

Comme beaucoup de gens nous regardaient à ce moment-là, je ne pouvais pas vraiment lui dire : « Je veux que tu t’assures que Rosetta ne soit pas maltraitée ». Cependant, Brian avait toujours été à mes côtés depuis ma réincarnation. Il s’était redressé et avait hoché la tête, comprenant enfin ce que je voulais dire. « Bien sûr, monsieur. »

Il y avait quelques points à améliorer, mais Brian était un majordome assez compétent. Il avait tendance à se mêler de choses étranges parfois, mais j’aimais bien avoir des subordonnés sur lesquels je pouvais compter.

Enfin, je m’étais tourné vers Amagi. « Nous allons encore être séparés pendant un certain temps. Tu vas me manquer. »

J’avais pris sa main. Je n’aimais pas quitter mon territoire, mais la chose que je détestais le plus était de ne pas pouvoir voir Amagi.

Elle me fit un sourire un peu frustré. « Tu devrais réserver ce genre de répliques à ta fiancée, Maître. Je souhaite moi aussi que tu reviennes sain et sauf. Prends soin de toi. »

« Ne t’inquiète pas. Je suis sûr que certaines choses seront pénibles, mais un dieu de la bonne fortune veille toujours sur moi. »

Je devais m’assurer de remercier la présence invisible qui, j’en étais sûr, veillait toujours sur moi, même aujourd’hui.

Pendant que je parlais avec Amagi, Marie s’était approchée, sans doute pour m’informer qu’il était temps de partir.

Marie Marian, qui allait également fréquenter l’académie militaire avec Wallace et moi, s’était agenouillée et avait baissé la tête. C’était une femme chevalier aux cheveux lilas, et elle se distinguait, même à la maison Banfield, par son talent. Elle était probablement aussi coriace que Tia, qui avait quelques problèmes de personnalité, mais c’était l’apparence de Marie que j’appréciais le plus chez elle. Elle avait l’air d’une lame tranchante, et même si elle révélait de temps à autre des traits pathétiques, elle était dans l’ensemble une femme chevalier très séduisante. Je l’avais gardée à mes côtés parce qu’il était normal après tout qu’un seigneur maléfique soit servi par de belles femmes.

« C’est l’heure, Lord Liam. »

Malgré ma réticence, j’avais lâché la main d’Amagi.

« J’ai compris. Amagi, contacte-moi immédiatement s’il se passe quelque chose. »

Alors que la foule me quittait, j’étais monté à bord du Vár.

 

☆☆☆

 

En raison de l’immensité de l’Empire, il existait plusieurs écoles militaires, mais comme elle était la plus proche de la planète capitale impériale, celle qui était connue sous le nom d’Académie militaire impériale était réservée à l’élite. Seuls ceux qui avaient terminé l’école primaire avec les meilleures notes, ou les enfants de nobles qui porteraient l’avenir de l’Empire sur leur dos étaient autorisés à fréquenter cette institution particulière.

Cependant, même une telle école avait ses enfants à problèmes. Le premier jour de classe, les cadets aux antécédents douteux avaient été convoqués dans un centre d’entraînement intérieur. Parmi eux se trouvait Marie. Tous les cadets portaient des débardeurs noirs, des pantalons cargo et des bottes, et se tenaient en ligne. Les instructeurs costauds qui les précédaient avaient tous l’air suffisamment féroces pour qu’il soit peu probable qu’un chevalier non qualifié puisse les toucher. Ces instructeurs avaient été spécialement choisis pour s’occuper des cadets jugés légèrement problématiques. Le fait que Marie et ces autres élèves à problèmes aient été autorisés à fréquenter cette académie d’élite était la preuve de leurs talents.

Debout devant les cadets, la voix de l’un des instructeurs s’éleva à haute voix, sans mégaphone : « Vous, les enfants avec des taches sur vos dossiers, vous n’êtes pas comme les autres cadets. Votre entraînement sera particulièrement rigoureux, alors préparez-vous à travailler comme des fous si vous voulez mériter l’honneur de servir dans cette armée ! »

Les yeux de l’instructeur se tournèrent sur Marie. « On dirait que nous avons déjà quelqu’un qui se croit au-dessus des règles. Vous ! N’avez-vous pas lu le règlement avant de vous engager ? Il n’y a pas de cheveux longs à l’académie militaire ! »

Marie se raidit et se moqua de l’instructeur. « Ne m’aboyez pas dessus. Je suis juste ici pour devenir officiellement qualifiée en tant que soldate impériale. Il n’y a rien que vous puissiez m’apprendre. »

En réponse à la déclaration de Marie, les instructeurs enlèvent leur veste. Chaque année, quelques fortes têtes se révélaient dans cette salle et il est de coutume que les instructeurs mettent à terre ces cadets par la force.

« On dirait qu’il va falloir vous donner des instructions particulièrement strictes. »

Les instructeurs avaient ordonné aux autres cadets de former un grand cercle autour d’elle, dans lequel ils étaient entrés, en étirant leurs bras et en se détendant.

Les instructeurs entourèrent Marie.

« Je pense que tu peux t’attendre à aller à la caserne avec une ou deux blessures aujourd’hui, ma fille. »

L’un des instructeurs se précipita en avant, le poing pointé vers le visage de Marie. Si aucun d’entre eux n’avait l’intention de s’opposer à une femme comme elle, c’est parce qu’ils avaient déjà déterminé qu’elle possédait un certain niveau de compétence. Cependant, ils allaient bientôt découvrir à quel point ils s’étaient trompés en devinant à quel point elle était douée.

Le poing de l’instructeur passa juste au-dessus de Marie, qui se pencha rapidement en arrière pour l’esquiver.

« Ton aboiement est pire que ta morsure », dit-elle. « Ils laissent n’importe qui devenir soldat impérial de nos jours, n’est-ce pas ? Et si je vous instruisais ? »

Toujours penchée en arrière, Marie donna un coup de pied au menton de l’instructeur costaud, et la force de son coup le fit voler. Elle se redressa ensuite calmement, tandis que l’instructeur restait allongé face contre terre.

Marie tendit une main et se fit signe, provoquant les autres instructeurs par un ricanement. « Pourquoi ne venez-vous pas tous me voir en même temps ? Je vais vous apprendre, à vous les soi-disant soldats, ce qu’est la vraie violence. »

En regardant leur camarade tombé au combat, les autres instructeurs étaient devenus furieux.

« Nous allons effacer ce sourire narquois de ton visage ! » grogna l’un d’eux.

Comme elle l’avait suggéré, tous les instructeurs restants la chargèrent en même temps. Pendant tout ce temps, Marie gardait un sourire suffisant sur son visage. Son ancienne façade polie avait disparu, et elle affichait sa vraie nature.

Elle déclara : « Je vais vous frapper ! Je vais vous montrer qui est vraiment le chef ici ! »

***

Partie 3

Leur petit combat s’était terminé en moins d’une heure. Assise sur un tas d’instructeurs à demi inconscients, Marie rit bruyamment.

« Faible. Tellement faible ! Est-ce que des instructeurs comme ça peuvent même fournir un “entraînement rigoureux” ? Je devrais peut-être vous recycler tous ! Si vous le souhaitez, je pourrais vous proposer des exercices qui vous feraient pleurer et gémir comme des enfants ! »

 

 

Marie regarda avec mépris les instructeurs qui gémissaient sous elle. L’honneur, mon cul. Pour moi, ce qui serait un honneur, c’est de servir en tant que chevalier en chef de la maison Banfield — non, de Lord Liam. Je n’ai aucune loyauté envers l’Empire. Tout ce que j’ai pour l’Empire, c’est du mépris.

Marie méprisait l’Empire qui l’avait trahie il y a longtemps. Elle ne fréquentait l’Académie militaire impériale que pour protéger Liam et pour satisfaire son désir d’avoir des chevaliers impériaux comme vassaux. Il y a deux mille ans, Marie était un chevalier impérial, mais ses qualifications étaient obsolètes à l’époque actuelle. En fait, son identité même avait été effacée de l’histoire, et elle devait donc acquérir de nouvelles qualifications pour devenir un chevalier impérial. Puisque Marie ne fréquentait l’académie militaire que dans ce but, l’entraînement auquel elle pouvait s’attendre ne lui servirait qu’à s’amuser.

Elle regarda les instructeurs et leur déclara froidement : « Si vous voulez que je me coupe les cheveux, vous me direz de le faire quand vous serez en mesure d’étayer vos menaces. Si tous les instructeurs ici sont comme vous, cela montre à quel point on ne peut pas attendre grand-chose de l’ » honorable » armée impériale. »

Les instructeurs n’avaient rien pu dire en réponse. En temps normal, une telle chose aurait valu à un cadet d’être renvoyé de l’académie, mais Marie était liée à la maison Banfield. Personne parmi les hauts gradés de l’armée n’aurait voulu mettre en colère une famille noble qui avait fait des dons si généreux à leur cause. Les instructeurs avaient été battus, non seulement en termes de compétences, mais aussi en termes d’autorité. Tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était se désespérer devant l’incroyable enfant à problèmes qu’ils avaient maintenant sur les bras.

Soudain, un autre cadet — un autre chevalier de la maison Banfield, comme Marie — se précipita vers elle. Ce chevalier faisait partie de la faction féminine, et son visage était devenu pâle. Cependant, son inquiétude ne semblait pas provenir du fait que son supérieur venait de mettre une raclée à leurs instructeurs lors de leur premier jour à l’académie. Il semblait plutôt qu’elle était anxieuse à propos d’un autre sujet.

« Lady Marie, Lord Liam vous contacte. »

« Hein ? »

L’autre chevalier manipula sa tablette, qui afficha alors une image du visage de Liam. Effrayée par l’expression d’extrême agacement de Liam, Marie ajusta sa position sur les instructeurs de manière à s’asseoir bien droite au garde-à-vous.

« Seigneur Liam ! Y a-t-il une urgence ? »

Marie craignait qu’il ne soit arrivé quelque chose à son seigneur, et elle observa avec anxiété Liam lever un sourcil et expliquer la raison de son mécontentement.

« Non, la seule chose qui me dérange en ce moment, c’est toi, Marie. Tout à l’heure, les instructeurs m’ont demandé de faire quelque chose à ton sujet. Poses-tu vraiment des problèmes pour ton premier jour ? Est-ce une façon de se comporter pour un chevalier comme moi ? »

« N-non, je… Euh, ils m’ont dit de me couper les cheveux ! Mais les cheveux d’une femme, c’est sa vie ! Je ne peux pas les couper si facilement. »

La réponse de Liam aux excuses de Marie avait été un froid « Arrête ça ».

« Hein ? »

« Tu étais au courant du règlement avant ton arrivée, n’est-ce pas ? Vas-tu vraiment t’abaisser au niveau de Wallace ? Il a aussi eu des ennuis pour ses cheveux, et maintenant il est chauve. »

Marie ne se souciait pas particulièrement de Wallace, mais cela blessa sa fierté d’être comparée à lui. Au manoir, il était méprisé pour être un pique-assiette, un fainéant et un horrible play-boy. Franchement, il avait une attitude déplorable face à la vie, et Marie avait vu Serena le réprimander plus d’une fois.

Je ne suis pas si mal, n’est-ce pas ?

« L-Lord Liam — »

« Coupe tes cheveux. Et ne me cause plus d’ennuis. Ou bien dis-tu que je suis un idiot parce que j’ai respecté le règlement et que je me suis coupé les cheveux avant de venir ici ? Alors, Marie ? »

Sous le regard de Liam, Marie baissa la tête. « Je ne me moquerais jamais de vous, Lord Liam. »

Voyant Marie trembler de honte, Liam poussa un grognement satisfait et lui dit : « Alors, dépêche-toi de te couper les cheveux. La conversation est terminée. »

Il interrompit l’appel et Marie baissa les yeux, dépitée. Les larmes aux yeux, elle enroula sa belle chevelure autour de ses doigts et se décida. Elle détestait l’idée de couper ses cheveux lilas dont elle était si fière, mais si l’ordre venait de Lord Liam lui-même, elle n’avait d’autre choix que d’y obéir.

« Je vais aller me couper les cheveux tout de suite. »

Les instructeurs de Marie poussèrent tous des gémissements de fatigue.

Si c’était tout ce qu’il fallait, alors quel était le but de tout ce que nous venons de vivre ?

 

☆☆☆

 

Pendant que Liam et son équipe vivaient leur premier jour à l’académie militaire, au manoir de la maison Banfield, Rosetta apprenait directement de Serena. Une balle était posée en équilibre sur sa tête pour corriger sa posture, et elle marchait le long d’une ligne tracée à la craie sur le sol. Rosetta se déplaçait avec un soin extrême et une posture parfaite, de peur que la balle ne roule sur sa tête. Ses longues boucles blondes se détachaient sur l’uniforme chic de femme de chambre bleu marine qu’elle portait. L’expression dure qu’elle arborait autrefois avait été remplacée par une expression anxieuse, alors qu’elle se concentrait entièrement sur ses mouvements.

Serena frappa dans ses mains et pressa Rosetta, « Combien de temps allez-vous prendre pour marcher sur cette ligne ? Allez plus vite ! Vous devez être audacieuse ! »

Serena était sévère dans ses instructions. Rosetta aurait normalement été au-dessus d’elle dans la hiérarchie du manoir, mais Liam avait ordonné à la femme de chambre en chef d’être stricte, et elle honorait cet ordre.

Rosetta essaya de bouger plus rapidement, et la balle tomba rapidement de sa tête. En la regardant rebondir sur le sol, elle se mit à pleurer. « Je déteste ça ! »

Serena la regarda avec exaspération. « Combien de fois dois-je le répéter pour que vous compreniez ? Rosetta, vous devez suivre cet entraînement pour devenir une épouse digne de Lord Liam. En premier lieu — . »

Rosetta ne pleurait pas à cause de l’entraînement strict de Serena. Elle avait mené une vie extrêmement pénible jusqu’à présent, et pouvait donc facilement supporter la dureté de Serena. Ce qu’elle ne pouvait pas supporter, c’était d’être séparée de Liam.

« Je voulais aller à l’académie militaire avec Chéri ! »

Ce n’est pas tout. Rosetta n’avait même pas été autorisée à voir Liam partir. Ou, pour être plus précise, elle n’avait pas pu le voir partir du tout.

« Je n’arrive pas à croire que Chéri soit parti alors que j’étais encore dans la capsule éducative ! Je n’ai même pas pu lui dire au revoir ! »

Tandis que Rosetta sanglotait, Serena poussa un petit soupir et répondit froidement : « Il n’est pas nécessaire qu’une future duchesse serve dans l’armée. Ce qu’il vous faut pour l’instant, Rosetta, c’est la capacité de gérer un foyer. Pendant que Lord Liam s’occupe des affaires extérieures, quelqu’un doit gérer les choses ici, au manoir, dans son territoire d’origine. Vous n’avez pas besoin de manier une arme pour apprendre ce rôle. »

Si deux personnes devaient se marier à l’avenir, seule l’une d’entre elles devrait s’acquitter de l’obligation de servir dans l’armée. Il y a des femmes qui a changé de sexe pour s’engager dans l’armée, tout comme il y a des hommes qui ont fait de même et qui se sont formés aux responsabilités domestiques. Il y avait, bien sûr, beaucoup de femmes qui servaient dans l’armée telle qu’elles étaient, et l’armée impériale était donc composée d’environ trente pour cent de femmes. En fin de compte, Rosetta n’avait pas besoin de servir elle-même, mais elle souhaitait partager toutes les choses, bonnes et mauvaises, avec Liam.

« Je voulais être utile à Chéri… »

Même si elle était frustrée par les pleurs de Rosetta, Serena respectait aussi la jeune femme. Elle a au moins la bonne attitude.

À la fin de l’école primaire, les notes de Rosetta se situaient dans la moyenne inférieure. Ils s’attendaient à ce que son passage dans la capsule éducative lui permette d’atteindre la moyenne, et le fait qu’elle ait dépassé les attentes pouvait être mis sur le compte de ses propres efforts. En fait, Serena estimait Rosetta encore plus que cela, mais elle était toujours troublée par la personnalité peu raffinée de la jeune fille.

Elle n’est pas le genre de fille que l’on voit généralement dans les familles nobles.

Il y a beaucoup de femmes qui se dévouaient à leur mari, certes, mais peu d’entre elles voudraient suivre leur fiancé avec autant de ferveur, même à l’académie militaire.

Liam, quant à lui, s’était pratiquement enfui avec Wallace à l’académie lorsqu’il avait appris qu’elle voulait l’accompagner tandis que Rosetta était restée impuissante dans la capsule d’éducation.

Serena respira profondément pour se recentrer et revint aux instructions de Rosetta.

« Vous n’en aurez jamais fini avec ça si vous continuez à pleurer, Rosetta. Si vous voulez devenir une femme digne de Lord Liam, relevez-vous et ressaisissez-vous. »

En entendant cela, Rosetta cessa de gémir et se redressa, essuyant ses larmes. « Je comprends. Quand il reviendra, je montrerai à Chéri que je peux être une duchesse digne de ce nom à ses côtés. Six années passeront ainsi. »

« C’est merveilleux, mais Lord Liam ne reviendra pas avant un certain temps. »

« Hein ? Mais… il ne devrait falloir que six ans pour obtenir un diplôme de l’académie militaire ! »

« Après avoir obtenu son diplôme, Lord Liam entrera dans une période de formation pratique qui durera deux ans, » expliqua consciencieusement Serena. « Ensuite, il servira dans l’armée pendant au moins quatre ans. Selon l’endroit où il sera affecté, il ne reviendra peut-être pas à la maison Banfield avant un minimum de douze ans. »

« Il reviendra au moins une fois pendant cette période pour nous rendre visite, n’est-ce pas ? Bien sûr qu’il reviendra, n’est-ce pas ? »

« Lord Liam a l’intention de ne pas revenir avant un certain temps afin de pouvoir terminer son service militaire le plus rapidement possible. »

« Pas question ! » Rosetta éclata à nouveau en sanglots.

« Pendant cette période, vous devrez également compléter votre formation auprès d’une autre maison noble. »

« Donc, je ne pourrai plus voir Chéri pendant douze ans… ? »

Les sourcils de Serena se froncèrent. « Est-ce qu’au moins, vous m’écoutez ? »

« Oui, oui ! »

Normalement, à partir d’un certain âge, les jeunes nobles étaient envoyés dans d’autres maisons dans le cadre de leur éducation, mais comme aucune maison n’avait accepté d’accueillir quelqu’un de la maison Claudia, Rosetta n’avait pas terminé cette partie de sa formation. Les nobles qui n’avaient jamais suivi cette formation étaient mal vus. La situation de Rosetta devait donc être résolue au plus vite. Cependant, la maison Banfield avait un problème en ce moment… et c’était la famille Berkeley, le groupe de nobles pirates qui les contrariait en ce moment.

Serena s’était dit. Alors que nous nous disputons avec la famille Berkeley, nous devrons choisir avec soin l’endroit où nous enverrons Lady Rosetta…

S’ils faisaient le mauvais choix quant à l’endroit où l’envoyer pour sa formation, quelque chose de terrible pourrait se produire. S’ils la confiaient sans le savoir à une maison liée à la Maison Berkeley, elle pourrait être prise en otage.

Lord Liam a laissé Lady Rosetta au manoir pour qu’elle ne soit pas un fardeau pendant sa formation, mais la laisser ici pendant douze ans pose d’autres problèmes. Que faisons-nous à ce sujet ?

Serena avait beaucoup à réfléchir sur l’avenir immédiat de Rosetta.

***

Partie 4

Le manoir du baron Berkeley était un grand bâtiment à la conception extravagante. Pratiquement une ville en soi, elle s’étendait sur un vaste territoire.

Dans un grand bureau presque trop grand pour un baron, le patron de la famille Berkeley, Casimilo, était assis en train de fumer un cigare. Soufflant un panache de fumée de sa bouche, il regardait un homme recroquevillé sur le sol devant lui. Cet homme était un noble qui s’était opposé à la maison Berkeley.

Casimilo s’adressa au noble sur un ton de tristesse moqueuse. « Non seulement tu parles mal des autres, mais tu interfères directement avec la maison Berkeley… Ce n’est pas une bonne chose à faire. »

Les fils de Casimilo, qui assistaient à la scène, affichaient un sourire cruel. Chacun des fils qui entouraient l’homme au sol régnait sur sa propre planète, car la famille Berkeley était une organisation composée des baronnies de Casimilo et de ses fils. Bien sûr, ses fils n’avaient pu devenir barons que parce que Casimilo leur avait concédé son vaste territoire, afin qu’ils puissent apparaître comme des seigneurs indépendants. En réalité, Casimilo se trouvait toujours au sommet de leurs domaines collectifs. Dans sa totalité, leur territoire rivalisait avec celui d’un duc, et Casimilo régnait donc sur un grand nombre de planètes, avec plus de cent mille vaisseaux à son commandement.

En plus de tout cela, Casimilo contrôlait également une grande partie des pirates disséminés dans l’Empire. Les petites bandes de voyous et les pirates qui avaient pénétré le territoire de l’Empire depuis l’extérieur étaient restés indépendants, mais pour la plupart, la population pirate de l’Empire répondait à la famille Berkeley. D’où leur surnom de Nobles Pirates.

De nombreux nobles s’étaient ralliés à Casimilo, mais il y avait aussi ceux qui le défiaient, comme l’homme qui se trouvait devant lui. Le visage crispé par l’émotion, cet homme cria à Casimilo : « Va te faire foutre ! C’est toi qui as envoyé tous ces pirates sur mon territoire ! »

Casimilo continua de fumer son cigare en écoutant les accusations de l’homme. « Eh bien, tu n’avais qu’à me donner ce que je voulais et à t’en aller. Ne peux-tu pas comprendre les sentiments d’un homme qui veut donner de l’indépendance à l’un de ses fils ? »

Casimilo avait obtenu son vaste domaine en s’emparant des territoires et de la pairie d’autres nobles pour les distribuer à ses fils, et les méthodes qu’il utilisait pour y parvenir étaient toujours énergiques.

« Tu tueras ma famille juste pour ça ? Et même détruire ma maison ? Espèce de piraaate ! »

L’homme se leva d’un bond et se jeta sur Casimilo, mais plusieurs de ses fils sortirent des armes de poing et appuyèrent sur la gâchette. L’homme s’écroula sur le sol, une flaque de sang se répandant immédiatement autour de lui. Dans son dernier geste, il marmonna le nom d’un noble qui s’opposerait à la famille Berkeley.

« Salauds… J’espère que la maison Banfield vous éliminera tous. »

Le noble expira et Casimilo laissa tomber son cigare, le broyant sous son talon.

« Quel imbécile ! Il aurait pu rester en vie s’il avait fait ce qu’on lui avait dit. »

« Est-ce que cela signifie que je suis un baron maintenant, papa ? » demanda avec enthousiasme le fils en question.

« Hmm ? Bien sûr. Mais n’oublie pas que c’est moi qui gérerai ton territoire. »

Néanmoins, son fils était ravi de l’entendre. « Maintenant, je suis aussi au sommet de la famille ! »

Casimilo n’avait aucune idée du nom de ce fils extatique, ni de sa place parmi ses nombreux frères en termes d’âge. Il n’avait fait de ses fils des barons que parce qu’il pensait qu’il n’aurait pas à s’inquiéter autant d’être trahi, contrairement à ceux qui n’avaient aucun lien de parenté. Il n’avait jamais eu d’amour pour ses enfants, qu’il considérait comme de simples subordonnés.

Après s’être assuré de l’indépendance et de la loyauté de ce fils, Casimilo passa à l’ordre du jour. « Nous sommes à court d’élixirs. Il nous faut presser une planète pour nous réapprovisionner, mais où serait un bon endroit ? »

« Je connais un endroit », dit l’un de ses fils. « Il y a une fille que j’essai d’avoir, mais sa famille a dit qu’elle ne la donnerait pas à un noble pirate. Je voudrais me venger d’eux pour ça. »

Les élixirs étaient des solutions médicinales miraculeuses, capables de guérir pratiquement n’importe quelle maladie ou blessure. Il s’agissait d’objets extrêmement rares et coûteux, et donc difficiles à trouver. Cependant, la famille Berkeley possédait un moyen de produire de tels élixirs en masse : le dispositif de développement planétaire. Il s’agissait d’une technologie ancienne utilisée à l’origine pour revitaliser les planètes en ruine, mais qui, si elle était mal utilisée, pouvait transformer des planètes pleines de vie en coquilles vides. Dans ce scénario, les élixirs étaient le sous-produit du processus, synthétisé à partir des pertes massives de vie sur ces planètes détruites.

Alors que le fils longiligne qui avait fait cette demande se tenait là, tripotant ses longs cheveux, Casimilo prit facilement la décision de ruiner une planète entière, tuant ainsi tous ses habitants et sa faune, juste pour obtenir quelques élixirs.

« Si nous les éliminons tous, ce qu’ils pensent n’aura pas vraiment d’importance, n’est-ce pas ? Veille à le faire. »

« Je le ferai ! Mais je peux garder la fille, n’est-ce pas ? Je veux en faire ma maîtresse. »

« Fais ce que tu veux. »

Le grand avantage de la Maison Berkeley était qu’elle détenait plusieurs de ces dispositifs de développement planétaire issus d’une civilisation révolue. Casimilo avait donc fait fortune en tuant non seulement des gens, mais aussi des planètes entières.

Regardant le mort, il fronça les sourcils en se rappelant les mots que le noble avait prononcés dans son dernier souffle.

« Enfin et surtout, que se passe-t-il avec la maison Banfield en ce moment ? »

La famille Berkeley jouissait d’un grand pouvoir dans l’Empire, et pourtant quelqu’un était prêt à s’opposer à elle. Il s’agissait de Liam Sera Banfield.

Les fils de Casimilo échangèrent des regards, hésitant à communiquer les informations dont ils disposaient.

Voyant cela, Casimilo les poussa à parler. « Dites-le-moi. »

Enfin, l’un de ses fils âgés et barbus déclara : « Nous avons envoyé nos propres assassins et quelques grands noms que nous avons engagés pour l’éliminer, mais ils ont tous échoué. »

« Ce salaud est tenace. Eh bien, tant que nous continuerons à les envoyer, il finira par sentir la pression et nous laissera une ouverture. »

En apparence, Casimilo semblait prendre ce rapport avec calme, mais l’un de ses fils, plus perspicace, savait qu’il était en réalité plus qu’exaspéré par la nouvelle et s’avança pour suggérer un changement de plan.

« Papa, ce connard de Liam est à l’académie militaire maintenant. Je ne pense pas que l’armée impériale sera contente que nous envoyions des assassins à ses trousses. »

Casimilo le savait déjà, mais sa fierté avait été blessée et il sentait qu’il devait faire une démonstration de force pour cette raison.

« Et ? Voulez-vous que nous restions les bras croisés et que nous attendions des années qu’il termine sa formation ? Écoutez bien — la noblesse est un métier fondé sur la réputation. Il en a toujours été ainsi. Ce voyou nous prend à la légère, et vous voulez que nous ne fassions rien ? »

Un autre de ses fils suggéra un autre mode d’attaque. « Papa, la maison Banfield a des dettes. J’ai entendu dire que c’était un montant assez important. »

Avant la naissance de Liam, la maison Banfield n’était qu’un pauvre et minuscule territoire au fin fond de la campagne, au bord de l’effondrement, et c’était sans doute encore le cas. Même si Liam avait amélioré les choses, il est certain qu’ils auraient encore une énorme dette sur les épaules.

« La dette que ses prédécesseurs lui ont laissée ? Qu’en est-il ? »

« Il a emprunté à des entreprises où nous avons des gens dans les coulisses. Pourquoi ne pas faire des suggestions persuasives pour qu’ils recouvrent ces dettes immédiatement ? »

Casimilo n’était pas sûr de cette suggestion. Il se trouve qu’il savait que Liam remboursait régulièrement ses dettes. Si les entreprises avec lesquelles nous sommes en relation procèdent à des recouvrements agressifs auprès de ce gamin qui s’acquitte de ses paiements avec diligence, nous ne ferons que perdre la confiance des autres clients.

La maison Berkeley possédait des ramifications dans un certain nombre d’entreprises de prêt d’argent, à la fois pour le profit et pour obtenir des informations sur d’autres maisons. L’argent qu’ils en tiraient n’était pas négligeable, et si les entreprises perdaient des clients à cause d’une baisse de réputation, cela se traduirait par des pertes significatives pour leurs profits. D’un autre côté, s’ils continuaient à envoyer des assassins après Liam et que ces assassins continuaient à échouer, de plus en plus de maisons verraient la famille Berkeley d’un mauvais œil.

Il va falloir se préparer à quelques défaites si l’on veut écraser ce maudit gamin.

Contrairement à la maison Berkeley, Liam s’était fait un nom en détruisant des pirates à droite et à gauche. Casimilo savait qu’un jour il serait inévitablement confronté à ce noble à la réputation de chasseur de pirates.

Si je ne l’élimine pas maintenant, c’est moi qui aurai des problèmes à l’avenir s’il devient encore plus important.

Beaucoup de nobles en voulaient à la maison Berkeley, mais ne s’étaient pas opposés à lui jusqu’à présent. Cependant, s’ils s’alliaient à Liam une fois qu’il serait lui-même un noble à part entière, Casimilo aurait un énorme problème sur les bras. Oui, il voulait absolument que cela soit réglé avant que Liam ne termine ses études.

« Très bien. Faites courir le bruit que la maison Banfield est au bord de l’effondrement et qu’elle ne pourra pas rembourser le reste de ses dettes. En entendant cela, tous les autres prêteurs auprès desquels il a emprunté devraient se précipiter pour recouvrer leur dû. »

La maison Berkeley ne s’intéressait plus à Liam lui-même, mais à la maison Banfield dans son ensemble, et un véritable conflit entre de grandes maisons nobles commençait à se développer.

***

Chapitre 1 : L’Académie militaire

Partie 1

Une planète entière avait été réservée à l’entraînement de l’armée : l’Académie militaire impériale de l’Empire Algrand. Les zones urbaines, les forêts denses, les déserts et les plaines enneigées de la planète, elles avaient toutes été utilisées pour l’entraînement militaire. Des navires de guerre prêts à décoller à une station spatiale orbitale entière, toutes les ressources étaient utilisées pour l’éducation des soldats chargés de protéger l’Empire.

Moi, Liam Sera Banfield, je suivais actuellement les cours de cette académie, dans le département de stratégie où les élites étaient envoyées. Ici, tout le monde était destiné à devenir un officier d’un certain rang, nous démarquant des simples soldats. Tous ceux qui avaient pour objectif de commander à l’avenir devaient absolument suivre des cours dans ce département, et la concurrence était donc féroce.

On pourrait s’attendre à ne voir ici que des soldats d’élite, mais dans l’Empire, il y a toujours des exceptions, et ces exceptions sont de jeunes nobles. Pour les étudiants ordinaires de cette école, seuls les élèves brillants ayant de bonnes notes pouvaient accéder à ce département. Cependant, n’importe quel noble au long passé pouvait faire la même chose juste en vertu de son nom de famille. C’était une preuve supplémentaire du statut inaltérable de la noblesse dans l’Empire. J’étais l’un de ces nobles, inscrit dans ce département pour la seule raison que j’allais devenir duc à l’avenir. En d’autres termes, parmi l’élite méritante de ce département, il y avait aussi des incompétents désespérés inscrits uniquement en raison de leur statut de noble. Dans l’Empire, de tels outrages étaient malheureusement monnaie courante.

« Les circonstances de ta naissance ne sont pas classiques, mais ne penses-tu pas qu’elles influencent beaucoup ? »

J’avais abordé ce sujet avec Wallace alors que nous étions assis à la cafétéria de l’académie. Wallace, le crâne rasé, m’avait jeté un regard étrange en mâchant un morceau de pain dur. Comme à l’accoutumée, nous nous étions retrouvés à manger un repas qui mettait l’accent sur la nutrition plutôt que sur le goût.

« D’où cela vient-il ? Une observation plus importante est que ça craint ici. Juste parce que mes cheveux étaient un peu longs, je dois passer une année entière chauve ? C’est ridicule ! »

Il ne se remettait toujours pas de notre premier jour d’école. Wallace était arrivé avec des cheveux plus longs que ceux autorisés par le règlement, et sa punition avait été de passer l’année suivante complètement rasé. Les cheveux longs posaient un certain nombre de problèmes, comme celui de gêner la vue, et tout le monde ici, y compris les femmes, devait donc les porter courts. Eila Sera Berman, qui était assise avec nous, s’était auparavant vantée d’avoir des cheveux qui lui tombaient jusqu’au milieu du dos si elle les laissait tomber, mais à présent, ses cheveux étaient également tondus.

Tout en mâchant sa nourriture, Eila lança un regard de mépris non dissimulé à Wallace. « Wallace, ne peux-tu pas cesser de l’interrompre ? D’ailleurs, qu’est-ce que tu disais, Liam ? »

Wallace semblait maintenant habitué à l’attitude d’Eila, aussi ne sembla-t-il pas particulièrement gêné par sa remarque, si ce n’est pour dire : « Dure comme toujours ».

« Je t’ai dit de te taire, n’est-ce pas ? »

La froideur d’Eila à l’égard de Wallace était assez normale, mais il y avait quelque chose d’étrange qui m’intriguait. Pourquoi s’était-elle aussi inscrite à l’académie militaire ? J’avais supposé qu’elle irait à l’université avec notre ami Kurt, et j’avais donc été surpris de la trouver ici. Ils s’entendaient bien tous les deux, et je m’attendais même à ce qu’ils se mettent ensemble un jour ou l’autre. Je ne comprenais pas pourquoi Eila était venue ici. Je savais qu’elle devait avoir ses raisons, mais je ne voulais pas rendre les choses gênantes en me montrant indiscrète. Je décidai de garder la question pour un moment où nous serions dans un endroit un peu plus privé.

Je ramenai la conversation sur le sujet que Wallace avait fait dérailler. « Ce que je veux dire, c’est que je suis né noble. Pour cette seule raison, je peux suivre le programme d’élite ici. Je suis sûr que pour les étudiants ordinaires, cela fait de moi un objet de ressentiment. »

J’avais dit cela à un volume normal, mais l’agitation de la cafétéria s’était peu à peu calmée autour de moi. Mes camarades cadets du département de stratégie se trouvaient parmi nous, dont beaucoup de ces « étudiants normaux » dont je venais de parler. À entendre notre conversation, on aurait pu croire qu’un gagnant naturel comme moi se prélassait dans sa supériorité, regardant de haut ceux qui avaient travaillé dur pour arriver jusqu’ici.

Wallace jeta un coup d’œil nerveux, me mettant en garde contre ma remarque imprudente. « Ne peux-tu pas être un peu plus calme quand tu dis des choses comme ça, Liam ? Regarde autour de toi. »

J’avais jeté un coup d’œil et j’avais vu les regards des perdants naturels assis autour de moi, leurs sourcils froncés par la colère. Pendant ce temps, d’autres cadets me regardaient d’un air approbateur, mais je devinais qu’il s’agissait de mes camarades nobles. Ils ressentaient probablement la même chose que moi.

« C’est la vérité, n’est-ce pas ? S’ils ont un problème avec ça, ils peuvent m’en parler personnellement. S’ils en ont le courage. »

J’avais jeté un nouveau coup d’œil autour de moi, mais apparemment personne n’avait le courage de m’affronter. Chaque personne dont je croisais le regard détournait rapidement les yeux. Ils étaient probablement trop effrayés pour défier un comte et un futur duc. L’académie militaire était immense, il était donc impossible de se souvenir des noms ou même des visages de tous les cadets ici présents, mais j’étais certain que tous ceux qui m’avaient jeté un regard noir étaient des cadets ordinaires. Ces élèves ne pouvaient rien dire contre un noble, quel que soit le ressentiment qu’ils nourrissaient. Ils étaient peut-être des élites en termes de réalisations durement acquises, mais ils étaient impuissants face aux doctrines de l’Empire qui privilégient la noblesse.

C’était exactement ce que je recherchais dans mon existence réincarnée. En ce moment, j’étais le seigneur du mal par excellence.

Contrarié par ce que j’avais dit, un cadet supérieur s’était approché de moi et m’avait aboyé dessus : « Tu as une sacrée assurance. » Il avait posé sa main sur notre table et s’était penché en me regardant d’un air narquois.

« Dolph ? » s’exclama Wallace, surpris.

J’avais reconnu le nom de cet élève, ayant entendu dire qu’il était le chef de la classe des terminales. J’étais sûr que Dolph lui-même était un noble, mais avait-il la supériorité morale de m’en vouloir d’avoir manqué de respect aux élèves ordinaires ? C’était le genre de noble que je ne pouvais absolument pas supporter.

Dolph me regarda d’un air hautain et se moqua de moi : « J’ai entendu dire que tu avais de bonnes notes, mais je ne pense pas que cela justifie ton attitude. Tu es encore nouveau ici. Tu n’es pas aussi spécial que tu le penses, il y a plein de gens comme toi ici. Tu devrais reconsidérer un peu ton comportement. »

Dolph Sera Lawrence, les cheveux lissés avec une sorte de produit, semblait être un noble étrange, qui sympathisait avec les citoyens ordinaires. Il était mince, mais avait manifestement un physique de soldat entraîné. Il n’était pas mal non plus, et il ne faisait aucun doute qu’il était populaire et qu’il avait un bon nombre de fidèles, mais je ne pouvais tout simplement pas supporter cet air pompeux sur son visage. De plus, je ne supportais pas qu’il me fasse la morale. Après tout, les nobles de la maison Lawrence n’étaient que des vicomtes — et donc moins bien classés que moi.

J’avais répondu : « Le meilleur élève de l’école prend sur lui de me faire la leçon, hein ? Quelle arrogance ! »

« Ce n’est pas une attitude à adopter avec un étudiant. »

« À qui crois-tu parler ? Ne sois pas prétentieux juste parce que tu es dans une classe supérieure à la mienne. »

« Tu es dans l’armée maintenant. Il faut vraiment être ignorant pour évoquer la pairie ici. »

« C’est intéressant à dire. Allons-nous tester si la pairie est vraiment dénuée de sens dans l’armée ? »

Mon adversaire était un élève supérieur, mais un noble de rang inférieur au mien. Il n’y avait aucune raison pour que je recule et que je me comporte comme un inférieur face à lui. Étais-je dans l’armée maintenant ? Il n’avait aucune idée de tout ce que j’avais donné à l’académie et à l’armée impériale. Ils ne tiendraient aucun compte de mon comportement.

Néanmoins, Eila avait l’air inquiète. Wallace essayait de me faire reculer.

« Liam, arrête ça ! » s’inquiéta Eila.

« Choisis tes batailles, mec ! » déclara Wallace. « C’est à Dolph que tu parles ! »

Ni l’un ni l’autre ne voulait que je m’engage dans cette voie, mais je détestais les gens qui pensaient avoir la haute main sur la morale, car ils me rappelaient trop mon ancienne vie. J’avais été comme eux autrefois, croyant qu’il fallait être une bonne personne pour vivre sa vie. Regardez où cela m’a mené ! J’étais sûr que ce type était empli d’une juste colère parce que je rabaissais la population en général, et peut-être avait-il raison de se sentir ainsi — mais sa moralité me rendait malade.

« Alors, qu’est-ce que tu veux faire ? » avais-je demandé. « Veux-tu fuir ? »

S’il avait l’intention de se battre avec moi, j’avais l’intention de lui rendre la pareille. Dolph leva légèrement le menton, une veine se dessinant sur son front. Apparemment, il préférait un défi à un combat physique.

« Retrouve-moi dans la salle des simulateurs. Je t’apprendrai comment te comporter devant tes camarades de classe. »

« Une leçon divertissante. »

Je lui avais fait un sourire en coin et un bourdonnement s’était répandu dans la cafétéria. J’avais entendu des bribes de conversations furtives.

« Hey, Liam et Dolph vont s’affronter dans le simulateur ! »

« Ces deux-là ? »

« Ce sera un bon spectacle. »

L’excitation gagna toute la cafétéria, mais Wallace se contenta de se prendre la tête dans les mains. « Liam, pourquoi es-tu si — . »

D’un air résigné, Eila soupira : « Tu ne changes vraiment pas, n’est-ce pas ? »

Eila me connaissait depuis l’époque où nous nous entraînions dans une autre maison noble, elle n’avait donc pas été surprise de voir que je ne reculais pas.

« Bien sûr », lui avais-je dit. « C’est ce qui arrive quand on se dispute avec quelqu’un qui n’est pas de son rang. »

Lorsqu’il m’avait entendu dire cela, Dolph avait visiblement rougi de colère. « Attends un peu. »

Il devait sûrement bouillir de rage parce que j’avais introduit le statut de rang dans l’armée et que je parlais avec tant d’arrogance à un étudiant plus âgé.

***

Partie 2

La salle de simulateurs de l’académie militaire était utilisée pour la formation individuelle et pour les cours collectifs, et était donc une grande installation pouvant accueillir de nombreux étudiants à la fois.

Un nombre important de cadets s’étaient entassés dans une partie de la salle, tous venus assister à l’épreuve de force. Liam, qui avait déjà obtenu les meilleures notes de la classe de première année, et Dolph, le meilleur élève de la classe de sixième année, s’affrontaient aujourd’hui dans le simulateur en tant que commandants de leurs propres armées. Tous deux étaient sur le point de s’affronter dans le simulateur en tant que commandants de leur propre armée. Tous les autres étaient simplement là pour regarder.

Le public avait applaudi les deux parties du conflit. S’appuyant sur la rambarde qui le séparait de la zone de simulation, Wallace poussa un petit soupir, balayant du regard les cadets qui acclamaient Liam.

« Liam est si populaire auprès des roturiers. »

Beaucoup d’élèves ordinaires encourageaient Liam. Il avait aussi des nobles dans son camp, mais la majorité de son soutien venait des cadets ordinaires. De l’autre côté, de nombreux nobles qui n’aimaient pas Liam encourageaient Dolph.

Debout à côté de Wallace, Eila commenta comme si c’était totalement évident. « Dolph est un noble typique. Il pense que votre naissance signifie tout et que les roturiers ne sont que des outils à utiliser. Il n’y a aucune chance que Liam et lui s’entendent. »

Dolph était le deuxième fils de la maison Lawrence, un noble de naissance. Par conséquent, il estimait que la noblesse s’élevait toujours au-dessus du peuple et que ce dernier devait risquer sa vie pour soutenir la noblesse. Liam l’avait offensé en disant que les étudiants comme eux n’étaient dans l’élite que parce qu’ils étaient nés nobles, et non parce qu’ils avaient travaillé dur.

Wallace se souvint des rumeurs douteuses qu’il avait entendues au sujet de Dolph depuis son arrivée à l’académie militaire. C’est vrai que Dolph est talentueux, mais j’ai entendu dire qu’il utilisait aussi de sales tactiques. J’espère que ça ne va pas dégénérer.

Les compétences de Dolph étaient réelles, mais il n’avait apparemment pas peur d’utiliser tous les moyens à sa disposition. Wallace s’inquiétait donc pour Liam. Après tout, ils venaient tout juste de commencer l’école et il était confronté à un élève de terminale. Les cinq années d’expérience que Dolph avait sur Liam ne semblaient peut-être pas énormes, mais elles pouvaient faire toute la différence. Malgré les talents de Liam, son adversaire avait occupé la première place de sa classe pendant toute la durée de son séjour à l’académie militaire. Wallace ne pouvait pas imaginer que ce serait un combat facile pour son ami.

Bien que… son statut de « meilleur étudiant » ne soit pas exempt de tout soupçon.

Des rumeurs circulaient selon lesquelles Dolph n’était en tête de sa classe que parce qu’il s’employait à contrecarrer la concurrence. Certains disaient même qu’il faisait renvoyer des étudiants sous de fausses accusations s’ils semblaient être des rivaux potentiels, et qu’il s’associait à des personnes dangereuses et prenait en otage les familles de ses rivaux pour les forcer à abandonner l’école. Il aurait recueilli des informations sur des personnes et les aurait forcées à obtenir intentionnellement de moins bonnes notes aux épreuves écrites et pratiques.

« La fibre morale de Liam est impressionnante, même s’il se bat avec des gars qui ne se soucient pas de ce qu’ils doivent faire pour gagner », déclara Wallace. Même si Liam avait tendance à dire des choses désagréables, Wallace estimait que son ami avait un sens très aigu du bien et du mal, et qu’il avait les compétences nécessaires pour défendre ses principes.

« Pourquoi ne pas essayer d’apprendre un peu de lui ? » lui déclara froidement Eila. « Tu sais que tu n’es dans le département de stratégie que grâce à tous ses dons, n’est-ce pas ? »

« Argh ! Je sais cela. Mais qu’en est-il de toi ? As-tu été admis uniquement sur la base de tes compétences ? »

« Ne me mets pas dans le même panier que toi. Les instructeurs ont dit que j’avais à peine réussi. »

« À peine, hein ? »

« Eh bien, c’est mieux que toi ! »

Il était de notoriété publique à l’académie que Liam avait été admis au département de stratégie grâce à son mérite, alors que Wallace s’était entendu dire par les instructeurs que ses notes ne lui permettaient pas de se qualifier. On lui avait conseillé de suivre l’exemple de Liam, ce qui lui avait prouvé que Liam était entré par ses propres moyens.

En d’autres termes, les cadets ordinaires savaient que Liam était un noble, mais qu’il avait été accepté sur la base de ses propres mérites, et qu’en plus, il semblait se plaindre des autres nobles. À l’académie militaire, Liam était une lueur d’espoir pour les étudiants ordinaires et une nuisance pour les nobles.

Lorsque les simulateurs démarrèrent, tout ce qui était autour des personnes présentes était devenu sombre. Dans les airs, des flottes de vaisseaux spatiaux miniatures se faisaient face. Il s’agissait de projections holographiques en 3D. Les deux garçons manipulèrent leurs panneaux de contrôle respectifs et la flotte de Liam passa immédiatement à l’offensive.

« Tu charges tout de suite ? » cria Dolph en guise de critique. « On dirait que tu ne connais même pas les bases ! Ces tactiques fonctionnent peut-être contre les pirates, mais pas contre moi ! »

« Qu’est-ce que c’est que ça ? », répondit Liam avec colère.

Il augmenta son attaque, mais malheureusement, tout se passa comme Dolph l’avait dit. La flotte de Liam perdait lentement du terrain.

« Si tout ce que tu sais faire, c’est charger comme un sanglier, tu n’es pas de taille contre moi. tes formations aussi sont nulles ! Tu n’utilises pas ta flotte correctement. Si c’est tout ce dont tu es capable, tu as dû combattre des pirates vraiment faibles pour gagner tes médailles ! »

Dans le simulateur, les participants pouvaient personnaliser leur flotte. La flotte de l’adversaire n’était pas montrée avant le début du combat, c’est pourquoi on considérait que cela faisait partie de l’entraînement de prédire ce que l’adversaire allait inventer. Liam avait créé une flotte spécialisée dans l’attaque, domaine dans lequel il excellait, tandis que la flotte de Dolph était orientée vers la défense. La situation était désavantageuse pour Liam, et il semblerait que Dolph avait vu clair dans la stratégie de Liam depuis le début. C’était comme s’il avait su exactement quel type de flotte Liam organiserait et quelles formations il utiliserait pour attaquer.

« Dolph a fait quelque chose », avait réalisé Wallace.

Voyant Liam dans une position aussi précaire, Eila avait regardé le visage de Dolph qui s’affichait sur l’un des grands écrans de l’auditoire. « Il a un sourire mauvais sur le visage. Il a probablement planifié cela depuis le début. »

Alors que la flotte de Liam continuait de subir des pertes, les élèves nobles commencèrent tous à se moquer de lui.

« Le Chasseur de pirates est-il si inutile que cela ? » s’exclama quelqu’un.

Un autre s’était écrié : « Tu peux peut-être battre quelques pirates minables, mais n’oublie pas que tu ne vaux pas mieux que n’importe qui d’autre ici ! »

« Les paysans comme lui devraient vraiment savoir où ils en sont. »

Tout le monde semblait convaincu de la défaite de Liam. Bien que les élèves ordinaires aient eux aussi découvert la tricherie de Dolph, ils n’osaient pas protester. Sans preuve, leurs plaintes ne feraient qu’ajouter à la honte de Liam. Il était évident que Dolph ne jouait pas franc jeu, mais tout ce que Wallace et les autres élèves pouvaient faire, c’était de continuer à regarder ce qui se passait.

« À ce rythme, il va perdre », avait gémi Wallace.

Les forces de Liam avaient été considérablement réduites.

Eila était également persuadée qu’il allait perdre. « Il ne peut pas renverser la situation, n’est-ce pas ? »

La situation était si mauvaise pour Liam que même ses amis avaient réduit ses chances à néant, de même que tous les élèves ordinaires.

Pendant ce temps, une silhouette surveillait la bataille, debout à l’envers sur le plafond.

 

☆☆☆

 

L’homme qui se tenait à l’envers au plafond portait une queue de pie rayée et le bord de son chapeau haut de forme était rabattu pour cacher ses yeux. Seule sa bouche, courbée en un sourire, était visible.

« Je vois que les choses sont devenues intéressantes pendant que je faisais le plein d’énergie à Planète Capitale. »

Le Guide surveillait l’affrontement entre Liam et Dolph. Après avoir été torturé par Liam, il s’était reposé dans la capitale impériale, se nourrissant de désespoir pour reconstituer ses forces. Depuis, il avait retrouvé un peu de sa puissance, et il était venu prendre des nouvelles de Liam.

Mais lorsqu’il était aussi près de Liam, les sentiments de gratitude du garçon le faisaient souffrir. S’il restait trop longtemps à proximité, il finissait par se tordre de douleur.

Liam était désormais aimé de son peuple. Lorsque ses propres sentiments de gratitude se mêlaient à ceux de ses sujets, ils formaient un terrible pouvoir. Le Guide ne pouvait plus ignorer le pouvoir que gagnait Liam, mais il lui serait désormais difficile de le rendre malheureux par lui-même. C’était pour cette raison qu’il lui rendait visite en ce moment. Il voulait voir s’il pouvait trouver de nouvelles idées pour faire tomber Liam — et en observant Dolph, il en trouva une.

Le Guide descendit lentement du plafond, puis se dirigea vers Dolph. Aucun des élèves présents ne put percevoir le mystérieux personnage qui passa devant eux et se plaça à côté de Dolph, qui arborait un affreux sourire, sûr de sa victoire imminente.

« Ce garçon a plongé pas mal de gens dans le désespoir. Tout à fait mon genre. »

Dolph avait écrasé d’innombrables rivaux afin de conserver sa place au sommet de son grade. Beaucoup de gens lui en voulaient, dans beaucoup d’endroits, et pas seulement à l’académie militaire. Cette haine s’était accumulée en serpentins autour de lui, si bien que le Guide trouvait agréable de se tenir près de lui. Contrairement à Liam, Dolph était un noble séduisant, mais pourri jusqu’à la moelle. Le Guide appréciait particulièrement la façon dont il avait trafiqué le simulateur pour gagner contre Liam.

« J’ai une bonne idée ! » déclara le Guide en tendant la main pour toucher le panneau de contrôle du simulateur. La fumée noire qui sortait de sa main pénétra dans le simulateur par un joint et, instantanément, quelque chose d’étrange commença à se produire. La flotte de Dolph, qui avait jusqu’à présent maintenu sa position de supériorité, commença à perdre progressivement du terrain. La différence de nombre entre ses vaisseaux survivants et ceux de Liam commença à se réduire.

Dolph fut déconcerté par la tournure des événements. « Qu’est-ce que… ? »

Liam, lui, souriait. « Qu’est-ce qui ne va pas, premier de la classe ? N’allais-tu pas me montrer qui était le supérieur ? »

Voyant Liam prendre de l’assurance, le Guide fit un grand sourire en montrant ses dents. Il trouvait amusant que Liam ait l’air de croire qu’il renversait la situation par son propre pouvoir.

« Bien — soit arrogant. Cela te mènera à ta fin, Liam. »

Le Guide, malgré toute sa haine pour Liam, travaillait en effet pour l’aider à gagner. Mais il avait ses raisons.

« Merde ! » s’écria Dolph. « Merde ! Il n’y a aucune chance que cela se produise ! »

Dolph s’était empressé de repositionner ses vaisseaux, mais cela avait créé des brèches par lesquelles Liam avait attaqué, réduisant ainsi l’avantage du cadet. La flotte restante de Liam était structurée de manière à prendre l’offensive et à réduire progressivement le nombre de navires de Dolph. L’écart entre les deux joueurs s’était rapidement réduit. Soudainement, c’était Dolph qui perdait, et ses chances de remonter la pente étaient faibles.

« Pourquoi ? As-tu aussi… ? » Dolph paniquait, le visage pâle. Il avait été si sûr de sa victoire auparavant. Il soupçonnait aussi Liam d’avoir triché, mais il ne pouvait pas en parler, n’est-ce pas ? Si quelqu’un enquêtait sur le simulateur pour prouver que Liam avait triché, il découvrirait la même chose à propos de Dolph. Il était dans une position précaire, à cause de ses propres actions… et à cause de l’interférence du Guide.

Le Guide posa sa main sur l’épaule de Dolph, lui parlant près de l’oreille. « J’attends beaucoup de toi. Je pense que cette défaite te fera avancer, et que tu ne laisseras jamais Liam te faire perdre à nouveau… N’est-ce pas ? »

Dolph n’entendit pas les paroles du Guide, mais il fixa Liam, une veine apparaissant sur son front. Il avait toujours fait ce qu’il fallait pour rester au sommet, pour ne jamais perdre contre qui que ce soit. Il était humiliant de perdre maintenant contre Liam, contre un élève tellement plus jeune que lui.

« Tu ne t’en tireras pas comme ça… Je ne te laisserai pas t’en tirer comme ça, Liam ! »

Lorsque le simulateur déclara Liam vainqueur, les étudiants ordinaires présents dans la salle applaudirent tous. Les nobles, en revanche, se contentèrent de jeter des regards méprisants à Dolph vaincu, certains se moquant ouvertement de lui.

« C’est tout ce que peut faire le premier de la classe, hein ? »

« C’est tout ce dont un lâche comme lui est capable. »

« Même en trichant, il n’a pas pu battre Liam, hein ? »

C’était tellement humiliant, mais les mots qui l’avaient le plus piqué étaient venus de son adversaire, Liam. Victorieux, Liam s’était adressé à Dolph comme s’il était naturel qu’il ait triomphé.

« C’est ce qui arrive quand on ne connaît que le simulateur. Tu devrais faire l’expérience d’une vraie guerre de temps en temps. Je peux t’enseigner tout ce que tu veux, en tant qu’élève supérieur… Cadet Dolph. »

Le Guide hocha la tête de satisfaction en voyant Liam se réjouir sans pitié. Dolph, quant à lui, fixait Liam d’un air incroyablement renfrogné.

« Espèce de bâtaaaaard !!!, » grogna-t-il.

Le Guide s’esclaffa pour lui-même. « C’est ça, laisse grandir ta haine pour Liam. Tu finiras par l’abattre. Je préparerai moi-même le champ de bataille. »

 

 

Le Guide repensa aux précédentes tentatives à courte vue qu’il avait faites contre Liam, alors qu’il était préoccupé par la douleur que lui causait le garçon. Plutôt que de dépenser beaucoup d’énergie à essayer d’abattre Liam lui-même, le Guide décida d’orchestrer soigneusement sa disparition. Pour l’instant, il voulait laisser Liam prendre un peu la grosse tête, ce qui ne manquerait pas d’amener le garçon à baisser sa garde. Lorsque tout serait en place et que le moment serait venu, il se débarrasserait de Liam d’un seul coup.

« Laisse ta tête grossir, Liam. J’ai hâte de voir ta tête quand tu auras tout perdu. »

Et ainsi, le Guide s’était enfoncé dans le sol et avait disparu. Dolph resta en arrière, grinçant des dents et jetant un coup d’œil à Liam.

« Souviens-toi de ça, » avait-il grogné. « Parce que je ne vais pas oublier ce jour de sitôt. »

C’est à ce moment-là qu’une autre personne avait commencé à mépriser Liam de tout son cœur.

***

Partie 3

Le lendemain de sa victoire sur Dolph dans le simulateur, Liam était entouré de nobles dans l’amphithéâtre du département de stratégie. Ils l’avaient tous détesté jusqu’à la veille, mais ils avaient fait volte-face et essayaient maintenant de s’acoquiner avec lui.

« Liam, c’était vraiment impressionnant ! »

« Un senior, et pas moins que Dolph — le premier de la classe ! »

« Cela montre bien ce que peut faire quelqu’un qui a vu de vrais combats ! »

Les autres élèves avaient chanté les louanges de Liam, et Liam n’avait pas vraiment désapprouvé.

« Oh, je ne suis pas si bon que ça. C’est juste qu’il était faible. »

Même s’il essayait de paraître humble, les nobles qui entouraient Liam ne cessaient de le complimenter. C’était de la flatterie non dissimulée. Observant la scène de loin, Wallace en avait assez de ces nobles qui avaient si vite changé de discours.

« Ils veulent juste s’accrocher à celui qui est le plus fort. Oh, quel groupe fantastiquement honnête ! »

Eila, qui observait également de loin, était tout aussi exaspérée que Wallace, mais pour des raisons qui lui étaient propres, elle fixait les cadets les plus proches de Liam. L’un d’eux posa une main sur l’épaule de Liam, et les traits d’Eila se déformèrent en quelque chose de redoutable.

« Maudits adultères, essayant de se rapprocher de Liam… »

Wallace se détourna d’Eila, furieuse, et s’intéressa plutôt aux élèves ordinaires. Ils regardaient tous les nobles d’un air amer. Il s’était dit qu’ils étaient probablement aussi dégoûtés que lui par le changement d’attitude des nobles.

Hier encore, ils se moquaient de lui parce qu’il était originaire de la campagne, mais aujourd’hui, ils ont totalement changé d’avis.

Les nobles qui avaient ignoré Liam auparavant l’acclamaient maintenant après sa victoire sur Dolph.

Wallace soupira. « Cela me rappelle l’école primaire. »

Lorsqu’il murmura cela, Eila joignit les mains à côté de lui et se remémora à voix haute les souvenirs qui lui étaient chers.

« C’était si bien à l’école primaire ! Liam et Kurt s’entendaient si bien, et ils allaient partout ensemble. J’étais si heureuse de les voir. Je n’arrive pas à croire que Kurt ait dû partir à l’université en premier puisqu’il a décidé de devenir soldat. Ça craint qu’ils soient séparés maintenant. »

Wallace remarqua qu’il n’était pas question de lui dans toutes ses réminiscences. « Attends une seconde… Je traînais aussi avec eux. En fait, ils m’ont traîné partout et m’ont fait subir beaucoup de choses… »

« Désolé, je ne m’en souviens pas. Es-tu sûr d’avoir terminé l’école primaire, Wallace ? »

« Je l’ai fait ! J’étais là tout le temps avec vous, y compris pour la remise des diplômes ! »

Après l’école primaire, Kurt était allé à l’université parce qu’il était l’héritier du baron Exner. En tant que famille de militaires, ils avaient attendu la dernière étape de leur éducation avant d’entrer à l’académie militaire. Après l’école primaire, ils passaient à l’université pour devenir des fonctionnaires qualifiés, puis, après avoir obtenu leur diplôme de l’académie militaire, ils restaient simplement dans l’armée. C’était plus efficace et mieux adapté à leur avenir. C’était donc le cœur lourd que Kurt était parti pour suivre un chemin différent de celui de son compagnon.

Pauvre Kurt qui était si déprimé quand il a réalisé qu’il allait devoir se séparer de Liam, n’est-ce pas ?

Kurt avait vraiment été déprimé lorsqu’il avait appris que Liam avait l’intention d’aller d’abord à l’académie militaire.

Elle soupira : « Cela aurait été tellement amusant si Kurt avait été là aussi. Toi, je m’enfouis si tu es là, Wallace. »

« Hé, je ne veux pas être dans l’armée, tu sais. Je suis juste venu avec Liam parce que je n’avais pas d’autre choix, puisqu’il a dit qu’il voulait en finir. »

Ils se retournèrent tous les deux vers Liam, toujours en train de se faire adorer. Il avait l’air de s’amuser, mais ils se sentaient tous les deux un peu délaissés à cette vue.

« C’est dix ans trop tôt pour que quelqu’un qui n’a aucune expérience du combat me batte, » dit Liam aux nobles rassemblés autour de lui. « Dolph a choisi la mauvaise personne à affronter. »

Les jeunes nobles ne savaient pas trop quoi répondre à cela. La vie était longue dans ce monde, ainsi, l’idée que Dolph puisse rattraper Liam en seulement dix ans paraissait-elle surprenante.

« Hein ? Dix ans ? »

« Dix ans seulement ? »

« C’est assez rapide. »

Eila avait ri. « Il est arrogant, mais il garde des attentes réalistes quand il s’agit des capacités de ses ennemis. C’est bien approprié venant de Liam. »

Wallace haussa les épaules, mais sourit de soulagement en voyant que les choses étaient comme elles devaient l’être. « Je suppose que Liam reste Liam. »

Puis, dans l’amphithéâtre, Marie entra à grands pas, ses longs cheveux coupés court. L’apparition soudaine d’une si belle femme provoqua un émoi chez les garçons, mais la femme en question ne leur accorda aucune attention, se faufilant parmi les gens qui entouraient Liam comme s’ils n’étaient même pas là.

« Seigneur Liam, je viens de l’apprendre ! » s’exclama Marie de sa voix la plus douce, les yeux pétillants, les mains jointes devant lui.

« Marie », dit Liam avec raideur en la reconnaissant.

Ne remarquant pas son mécontentement évident, Marie commença à raconter avec passion ce qu’elle avait entendu au sujet de sa victoire. « Vaincre un aîné dans un combat en simulateur ! Bien sûr, je n’en attendais pas moins, Lord Liam. J’étais tellement dévastée de ne pas avoir pu assister moi-même à votre valeureux combat que j’ai fini par déverser un peu ma frustration sur les instructeurs. Si vous m’aviez appelé, je serais arrivé aussi vite que possible ! »

En entendant Marie avouer ses frasques, Wallace et Eila poussèrent un profond soupir.

« Liam a certainement des chevaliers excentriques », déclara Wallace. « Déverser ses frustrations sur les instructeurs ? Ça ne peut pas être bon. »

« C’est encore pire quand on sait à quel point ces chevaliers sont talentueux. »

Liam n’était pas amusé par l’apparition soudaine de Marie et par ses éloges. Il savait qu’elle devrait être dans une autre classe.

« Ah oui ? C’est dommage, Marie. Maintenant, pourquoi ne te dépêches-tu pas de retourner en classe ? »

« Non, s’il vous plaît, laissez-moi vanter vos vertus encore un peu, Lord Liam ! Je ne serai satisfaite que lorsque tout le monde autour de vous saura à quel point vous êtes merveilleux ! »

Les yeux de Marie présentaient un éclat fou et elle louait Liam avec une telle ferveur que même les personnes qui espéraient devenir ses laquais en étaient un peu décontenancées.

« Après tout, tout le monde devrait savoir que vous êtes incroyable, Lord Liam — c’est un fait ! »

En regardant Marie s’extasier de la sorte, Wallace murmura : « Yup, ça me rappelle l’époque où nous étions à l’école primaire… »

 

☆☆☆

 

J’aimais les bonnes personnes. Mon type de personne préféré était celui qui était comme un chien fidèle, qui chantait mes louanges quoique je fasse. Mais quand Marie m’avait félicité comme elle l’avait fait, je n’avais pas pu m’empêcher de penser que… non, ce n’était pas tout à fait ça.

Marie s’était mise dans un état de frénésie totale, ses yeux vitreux disant des choses comme : « Vous êtes un être parfait, Seigneur Liam ! »

Cela allait tellement loin que c’en était effrayant. Mon chevalier en chef, Tia, était tout aussi mauvais. Je pouvais trébucher et tomber à plat sur le visage, elle dirait probablement : « Une grâce exemplaire, Lord Liam ! » C’était devenu tellement ridicule que cela commençait à ressembler à de la moquerie.

Elles avaient beau me féliciter, cela ne servait à rien.

« Vous êtes une personne vraiment étonnante, Lord Liam ! »

« Eh bien, je suis heureux de l’entendre. Marie, retourne dans ta salle de classe. »

« Mais pourquoi, Lord Liam ? »

« Parce que le cours est sur le point de commencer. »

« Oh, ne vous inquiétez pas pour une petite chose comme — . »

« Retournes-y, c’est tout ! »

« Oui, monsieur ! »

Imaginez que je sois en retard en classe parce qu’elle était trop occupée à me complimenter ! Marie n’avait-elle aucune idée de la façon dont mes chevaliers devaient se comporter ? Comme elle était aussi mauvaise que Tia, je me disais que j’avais eu tort d’en faire mon deuxième chevalier le plus important. Il est vrai qu’elles étaient toutes les deux très talentueuses, mais elles avaient toutes les deux d’autres problèmes.

Lorsque Marie quitta la salle de classe, les épaules affaissées, les gens qui s’étaient pressés autour de moi s’étaient tous dispersés. Ils avaient probablement été découragés par le léchage de bottes extrême de Marie. J’étais sur le point de gagner quelques laquais, mais ils avaient tous été effrayés par Marie. Elle semblait vraiment poser plus de problèmes qu’elle n’en valait la peine. Elle n’avait pas su maintenir sa flagornerie à un niveau raisonnable et elle m’avait fait passer pour un idiot. Ma bonne humeur de tout à l’heure était totalement gâchée.

 

☆☆☆

 

L’un des cadets qui se pressaient autour de Liam sortit nerveusement de l’amphithéâtre, comme s’il fuyait. Il se dirigeait vers le couloir lorsque Marie, qui se cachait dans un coin, l’interpella.

« Le cours est sur le point de commencer, tu sais. Où penses-tu aller ? »

Les yeux du cadet s’écarquillèrent et il sortit un couteau de sa poche, s’élançant vers Marie. Celle-ci lui saisit le bras et le jeta rapidement au sol, le clouant au sol.

« Et que comptais-tu faire avec ce couteau, hmm ? Veux-tu me le dire ? Qui t’a ordonné de faire quoi, exactement ? Et bien ? Eh bien ? Crache le morceau !!! »

« Laissez-moi partir ! »

Le cadet se débattant contre elle, Marie avait saisi l’un de ses doigts et le plia en arrière, un sourire ensoleillé aux lèvres.

« Augh ! »

Marie fit claquer sa langue, peu impressionnée par la tentative de l’élève d’étouffer un cri.

« À peine plus qu’un amateur. Pourquoi t’es-tu rapproché de Lord Liam ? »

Elle lui brisa un autre doigt, mais le cadet ne répondit toujours pas. Il continuait à se débattre, essayant de s’enfuir, lorsqu’un homme en noir commença lentement à se lever du sol. Marie n’avait pas été surprise par l’apparition de ce nouveau venu, mais le cadet en était visiblement ébranlé.

L’homme qui avait émergé du sol était Kukuri, le chef d’une organisation qui s’occupait des affaires les moins recommandables de la maison Banfield. Son corps était enveloppé d’une cape noire et son visage était recouvert d’un masque. Son travail consistait à protéger Liam dans l’ombre, et il possédait une aura incroyablement inquiétante. Sa voix était grave et il gloussa en regardant Marie et le cadet.

« Je ne peux pas vous laisser agir seule comme ça, Mlle Marie. »

« Kukuri, qui l’a poussé à faire ça ? Il n’est pas assez compétent pour être un assassin des Berkeley. »

En ricanant, Kukuri dévoila le pot aux roses. « Ce n’est pas un tueur à gages… Il travaille pour la Maison Lawrence. »

En entendant cela, Marie fit craquer l’os d’un autre doigt du cadet. « Ah… Dolph, hein ? »

Le visage de l’étudiant déguisé se tordit d’agonie. En plus de la douleur, il n’avait pas pu cacher sa détresse lorsque le nom de son employeur avait été révélé. Amusé par les réactions du jeune homme, Kukuri partagea le reste des informations qu’il connaissait sur lui.

« Oui. Cette personne a été envoyée à l’académie sous une fausse identité… Tout son passé est inventé. C’est l’un des agents mis en place ici pour aider Dolph à maintenir sa position de meilleur élève. »

« Je vois. »

Le rôle principal du faux étudiant était de collecter des informations pour Dolph et de répandre des rumeurs à son profit. L’homme semblait également impliqué dans des affaires plus violentes, mais du point de vue de Marie et de Kukuri, ses capacités manquaient cruellement. Kukuri l’avait volontairement laissé libre jusqu’à présent, et l’homme était donc irrité que Marie ait pris sur elle de l’appréhender.

« Vous savez, je l’observais pour savoir quel genre d’informations il recueillait sur Maître Liam. »

« Il s’est approché de Lord Liam avec de mauvaises intentions. Rien que pour cela, il mérite la mort, n’est-ce pas ? »

Kukuri haussa les épaules. Il était en partie d’accord, mais désapprouvait toujours l’ingérence dans son travail.

« Je comprends ce que vous voulez dire, mais comme je l’ai dit, ce n’est pas un assassin professionnel, alors je le laissais tranquille pour le moment. Mais il n’y a plus de retour en arrière possible. Révélons son identité et remettons-le aux militaires. »

« Oh ? Vous ne voulez pas le tuer ? »

« Eh bien, nous pourrions, mais les méfaits de Dolph pourraient alors ne jamais être révélés. Nous aurons toujours la possibilité de le tuer plus tard. »

Marie lâcha l’homme et Kukuri l’avait saisi à la place, lui coinçant les bras dans le dos. Ensemble, ils commencèrent à s’enfoncer dans le sol. Terrifié par ce mystérieux processus, l’homme essaya de crier, mais Kukuri lui couvrit la bouche pour qu’il ne puisse pas appeler à l’aide. Marie les observa jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune trace d’eux, puis se dirigea finalement vers sa propre salle de classe.

« Lord Liam a beaucoup d’ennemis ici aussi, » dit-elle.

 

À l’académie militaire, Marie et Kukuri s’occupaient de tous les assassins qui osaient s’approcher de Liam.

 

☆☆☆

 

Quelques semaines plus tard, Dolph était en colère. Alors que Liam avait gagné des partisans, Dolph avait perdu les siens. Isolé à l’académie militaire, il était devenu un sujet de moquerie pour tous ceux qui l’entouraient.

« Bon sang ! Comment osent-ils me traiter de la sorte ! », fulmine-t-il. « C’est à cause de mes hommes incompétents ! »

À ce moment-là, tous les agents que Dolph avait fait entrer en douce dans l’académie avaient été attrapés. Ils avaient été immédiatement expulsés et, naturellement, des voix s’étaient élevées pour demander à Dolph d’assumer la responsabilité de leurs actes. Jusqu’à présent, il avait échappé à l’expulsion grâce à son statut de noble, mais en guise de punition, il n’obtiendrait plus le diplôme de premier de sa classe. Il était également très probable que sa place garantie dans l’armée à la fin de ses études ne soit plus d’actualité.

« Que dois-je faire ? Qu’est-ce que je suis censé faire ? »

De nombreux membres de la maison Lawrence avaient servi dans l’armée, et les actions de Dolph avaient donc également causé des problèmes à ses proches. Comme il avait également des problèmes à la maison, il ne pouvait espérer aucune aide de la part de sa famille.

« Tout cela à cause de Liam de la maison Banfield ! J’étais censé progresser dans l’armée et servir comme maréchal un jour ! »

Il avait fait tout ce qu’il fallait pour rester au sommet, mais maintenant tous ses efforts et ses machinations n’allaient pas être récompensés.

La haine de Dolph pour Liam n’avait fait que croître, car, de son point de vue, tout son travail acharné n’avait pas été récompensé.

« Je le jure… Je jure que je me vengerai. Tu ne t’en sortiras pas comme ça, Liam ! »

Dolph s’était juré d’utiliser toutes les méthodes à sa disposition pour se venger de son ennemi.

***

Chapitre 2 : La Maison Berkeley se met en mouvement

Partie 1

L’académie militaire disposait d’une salle de communication spéciale, que les nobles comme moi utilisaient pour contacter leurs territoires afin de gérer les affaires de la maison. En fait, c’était le seul moyen que l’académie approuvait pour communiquer avec l’extérieur.

Je ne pouvais pas l’utiliser tous les jours, mais j’étais heureux de pouvoir prendre des nouvelles d’Amagi de temps en temps. Malheureusement, elle venait de me faire part d’un rapport qui avait instantanément ruiné ma bonne humeur.

« Vous êtes assailli par des agents de recouvrement ? »

« Oui. Ils semblent croire que notre situation financière s’est aggravée et ils sont désireux de recouvrer rapidement les sommes dues. »

« Aggravé ? Les finances de la maison Banfield ? »

Je n’arrivais pas à comprendre ce qu’elle me disait. Notre situation financière était tout à fait correcte. Au contraire, elle s’améliorait. Si les agents de recouvrement affluaient sur ma planète, c’est qu’il s’y était passé quelque chose d’anormal.

« Y a-t-il un problème à la maison ? »

« Non, tout va bien. Nos fonds n’augmentent pas aussi rapidement qu’avant, mais la colonisation de la planète frontière est terminée, donc il ne devrait pas y avoir d’autres problèmes financiers. »

« Alors pourquoi les agents de recouvrement viennent-ils ainsi en masse ? »

Je ne pouvais pas imaginer que les agents de recouvrement puissent penser que notre situation financière s’aggravait.

Amagi tenta d’expliquer. « C’est une information non confirmée, mais… Nous soupçonnons la Maison Berkeley d’être à l’origine de cette situation. Il est fort probable que plusieurs institutions financières avec lesquelles nous traitons ont été fortement infiltrées par la famille Berkeley. »

« Cette satanée famille de Derrick. »

Derrick était le type qui s’était battu avec moi à l’école primaire. Dans un concours de chevaliers mobiles, il avait essayé de me tuer, mais je l’avais battu à son propre jeu. De mon point de vue, ce n’était rien de plus que d’écraser un insecte qui voulait me piquer, mais sa famille ne voulait pas rester silencieuse sur sa mort auto-infligée.

« La maison Berkeley est assez grande, donc tout conflit avec eux est voué aux problèmes. La servante en chef Serena est terriblement nerveuse à ce sujet. »

« Un problème ? En raison de leur appartenance à un groupe soudé de contacts ? »

« Ce sont tous des barons, mais comme ils sont nombreux, leur pouvoir combiné est considérable. »

« Ces barons pensent-ils qu’ils peuvent tenir tête à un comptage juste parce qu’ils sont nombreux ? Le menu fretin reste le menu fretin, quel que soit son nombre… Mais je comprends ton point de vue. »

On ne sait jamais où les nobles peuvent avoir des liens. J’avais tué un homme, Derrick, mais maintenant tous ses proches sortaient du bois pour se liguer contre moi. Il est vrai qu’un ensemble de petites puissances combinées pouvait causer de gros problèmes, mais à long terme, je ne pense pas que j’ai beaucoup à craindre de la part de gens comme la maison Berkeley.

« Eh bien, remboursons toutes nos dettes. Et si nous rassemblions les métaux rares que nous avons stockés et que nous les vendions à Thomas ? »

Si ces prêteurs voulaient désespérément récupérer leur argent, je n’avais qu’à les payer. Après tout, j’avais les moyens de le faire. Rembourser des dettes était tout à fait naturel, alors je ferais ce que j’avais à faire. Malgré tout, je ne pouvais pas laisser ces gens me prendre à la légère.

« C’est ce que j’ai proposé, Maître Liam, mais Thomas n’est pas en mesure d’acheter tout notre stock. Nous ne pouvons donc pas nous procurer les fonds nécessaires. Nous pourrions payer en matériel, mais les collecteurs de dettes n’achèteront nos métaux rares que pour moins de la moitié du prix du marché, j’ai donc pensé qu’il fallait que je te demande ton accord avant de prendre une telle décision. »

« Ces vautours veulent m’arnaquer pour mes métaux rares ? »

Il y a beaucoup de choses que je déteste, mais la principale d’entre elles, ce sont les agents de recouvrement. Ils avaient fait de ma vie passée un véritable enfer. Je n’oublierai jamais comment j’avais souffert de dettes dont je n’étais même pas responsable, et les terribles méthodes utilisées pour les recouvrer. De même, dans ce monde, mes grands-parents m’avaient chargé d’une énorme dette à laquelle je n’avais rien à voir. J’avais prévu de la rembourser correctement, en plusieurs fois, afin de ne pas subir un coup dur, mais s’ils devaient se montrer déraisonnables en matière de recouvrement, je ne leur faciliterais pas la tâche.

« Je ne veux pas qu’ils fassent une si bonne affaire. Si nous devons les vendre à bas prix de toute façon, alors vendons le métal à l’Empire. »

« Es-tu sûr ? L’Empire paiera encore moins que les collecteurs de dettes pour le matériel. »

« C’est mieux que de laisser ces satanés agents de recouvrement profiter de la situation. »

En réalité, je pouvais fabriquer autant de métaux rares que je le souhaitais, et j’étais donc pratiquement libéré de tout souci financier à ce stade. Après tout, je possédais l’incroyable boîte d’alchimie que le Guide m’avait donnée et qui pouvait convertir la ferraille en métaux rares. En fin de compte, cette situation n’était qu’une question de principe.

« Fais-leur comprendre avec qui ils se sont battus. Je veux que tu mettes la pression sur la maison Berkeley. »

« Tu veux parler d’une guerre économique, non ? »

Si la Maison Berkeley voulait une guerre, elle l’obtiendrait.

« Ce n’est pas vraiment une guerre si je suis assuré de la gagner. »

Ils ne pouvaient rien contre moi et ma boîte d’alchimie. Je me sentais presque un peu désolé pour eux.

« Très bien, nous ferons pression sans aller trop loin. Au fait, comment se passe ta vie à l’académie militaire ? Tu n’as pas été malade ou blessé, n’est-ce pas ? »

Comme nous avions fini de parler de la Maison Berkeley, Amagi m’avait fait part de ses inquiétudes pour moi.

« L’entraînement ici est bien trop laxiste par rapport à ce que je faisais avec Maître Yasushi. Mais je suppose que ce n’est pas si mal… Il n’y a pas vraiment de problèmes. En fait, le problème est qu’il n’y a rien à apprendre ici. »

« Que veux-tu dire ? »

Je m’étais souvenu de mon match contre Dolph. Si c’était ce dont le meilleur élève était capable, je n’avais probablement pas besoin de faire de gros efforts.

« Un élève de terminale s’est battu avec moi, mais je lui ai botté les fesses dans un combat sur simulateur. J’aurais aimé que tu puisses le voir, Amagi »

Amagi ne semblait pas partager ma fierté face à cette nouvelle, son visage habituellement inexpressif affichant même un léger froncement de sourcils lorsque je me vantais.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » avais-je demandé nerveusement, et elle m’avait grondé.

« Tu sembles être trop imbu de ta personne, Maître. »

« Il est normal qu’un seigneur du mal soit imbu de sa personne. Qu’est-ce que je peux dire ? J’ai vaincu un idiot qui pensait pouvoir me faire la morale. C’est une blague qu’il soit l’élève le mieux classé ici. »

Les yeux d’Amagi s’étaient rétrécis en m’écoutant me moquer de l’académie militaire, et elle avait enfoncé le clou.

« Je ne donnerais pas trop d’importance à une simple querelle entre élèves, Maître. Il y a des leçons importantes à apprendre dans cette école. »

Amagi avait été très dure aujourd’hui. Elle n’avait pas chanté mes louanges aveuglément comme l’auraient fait Tia et Marie. Cela m’avait rendu un peu triste, pour être honnête, et j’étais devenu maussade.

« Tu es la seule à pouvoir t’en sortir en adoptant cette attitude avec moi, tu sais. Si quelqu’un d’autre me parlait comme ça, j’aurais sa tête. »

« Je ne fais que donner ce que je juge être un conseil précieux. Tu peux m’enlever la tête quand tu le souhaites. »

Enlever la tête d’Amagi ? Jamais — elle ne devrait même pas plaisanter à ce sujet.

J’avais levé les mains en signe de reddition. « Je prendrai ton conseil à cœur, alors ne te fâche pas. »

« Je ne suis pas en colère. »

« À propos… Euh… Comment va Rosetta ? »

Est-ce que la fille gênante qui avait espéré aller à l’académie militaire avec moi s’occupait de son éducation à la maison ? J’étais curieux de savoir comment les choses se passaient avec elle, même si elle n’était qu’un pis-aller par rapport à Amagi.

« Comme tu le souhaitais, Lady Rosetta reçoit des leçons strictes d’étiquette de la part de Serena. Nous l’enverrons dans une autre maison pour la former à un moment donné, mais nous ne pouvons pas nous précipiter tant que nous sommes en conflit avec la maison Berkeley. »

« Argh. J’en ai marre d’entendre ce nom », avais-je dit.

J’avais l’impression que partout où j’allais, j’entendais le nom de Berkeley. Ce devait être un nom de famille aussi courant que celui de Tanaka dans l’Empire.

« Je ne suis pas vraiment inquiet pour Rosetta, mais cela nuirait à ma réputation si les Berkeley parvenaient à lui faire quelque chose. Alors oui, fais attention où tu l’envoies. Pas pour son bien, comme je l’ai dit — c’est juste parce que je dois protéger mon propre nom. »

J’avais pris soin d’insister sur ce point et Amagi avait incliné la tête devant moi.

« J’ai compris. Très bien, Maître — nous en reparlerons plus tard. »

L’appel s’était terminé et je m’étais levé de mon siège pour m’étirer.

« Eh bien, si Amagi insiste, je pense que je vais prendre mes études un peu plus au sérieux. »

***

Partie 2

Le lendemain, en classe, on nous avait enseigné les bases de la guerre entre flottes. C’était un sujet que j’avais déjà abordé lors de mon séjour dans une capsule éducative, mais c’était différent de l’entendre en personne de la part d’un instructeur. Le professeur n’avait cessé de parler de la guerre moderne depuis sa place derrière l’estrade.

« Dans une bataille de flottes, plus il y a de navires dans une formation, plus la période de manœuvre avant le contact réel sera longue. En effet, une simple charge directe peut s’avérer dangereuse. Le camp qui est déjà en place et qui attend l’arrivée de l’ennemi aura naturellement l’avantage. Une charge directe doit toujours être évitée. »

L’instructeur avait utilisé une animation holographique d’une bataille de flottes pour illustrer clairement son propos à ses élèves. Les navires à l’affût avaient éliminé l’avant-garde de la flotte qui chargeait, ce qui avait semé la panique dans l’arrière-garde et provoqué sa défaite rapide.

« Bien sûr, les résultats dépendront de la qualité de vos navires et de l’expérience de votre équipage, mais il est imprudent de foncer tête baissée sur un ennemi de même calibre. Si vous voulez réussir, vous devez planifier votre action avec soin. Les charges les plus directes ne devraient avoir lieu que lorsque vous poursuivez des navires en fuite. Je prie pour qu’il n’y ait pas d’imbéciles imprudents voulant jouer les héros ici. L’armée n’a pas besoin de héros… Ce dont elle a besoin, c’est d’officiers supérieurs. J’espère donc qu’aucun d’entre vous ne deviendra un héros. »

Les cadets avaient tous souri. Certains d’entre eux se chuchotèrent même des choses comme « On ne m’y reprendra pas » ou « Pas moi », en riant.

Mais je n’avais pas ri. Après tout, la charge incessante était le point fort de la maison Banfield, la stratégie qui nous avait garanti la victoire à chaque bataille. Si une telle approche était considérée comme défectueuse, cela signifiait-il que les pirates que j’avais combattus jusqu’à présent avaient tous été étonnamment faibles ?

J’avais pris la parole. « Instructeur, quel genre d’avantage est nécessaire pour qu’une charge soit efficace, d’après vous ? »

« Cadet Liam, hein ? Je ne pense pas avoir besoin de vous apprendre cela, mais… voyons voir. Je dirais qu’il faut être au moins quatre fois plus nombreux que son ennemi pour le dominer. »

Quatre fois plus de navires ? Si c’était le cas, la maison Banfield ne serait même pas capable d’affronter dix mille navires. J’avais basé toute mon approche sur une offensive directe et entraîné tous mes soldats en conséquence. Il semblerait que la Maison Banfield ait commis une grave erreur de stratégie.

« Quatre fois… Quatre fois, hein ? »

Alors que j’étais perdu dans mes pensées, Wallace avait demandé d’un ton insouciant : « Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je me disais que je devrais commencer à renforcer mon armée. »

« Pourquoi ? »

J’avais besoin d’orienter mes militaires vers une nouvelle stratégie autre que la charge, et j’avais besoin d’augmenter leur nombre. Comment pourrais-je me considérer comme un seigneur du mal si mon armée n’était pas à la hauteur ? Mon but n’était pas d’être un méchant de pacotille incapable de tenir tête aux ennemis les plus puissants, je voulais être en mesure d’écraser mes adversaires. Non, je ne pourrais pas me détendre tant que je n’aurais pas une confiance absolue en mon pouvoir.

« Préparatifs… Préparatifs militaires… »

Je devrais immédiatement contacter une usine d’armement et Amagi aussi. Cependant, même si je décidais de changer la façon de faire de mon armée, mes nouvelles stratégies n’atteindraient pas mes véritables commandants militaires avant au moins quelques années. Et il faudrait plus de temps pour former à nouveau tous mes officiers et toutes mes troupes. J’étais de nouveau en train de foncer sans réfléchir, même en ce qui concerne mes idées. Bon sang ! Je me suis planté. Les seigneurs du mal doivent être flexibles, alors je m’étais concentré sur la solution la plus rapide. Je dois me réjouir d’avoir compris cela relativement tôt.

« Pour l’instant, je vais tenter de doubler mes forces pour atteindre soixante mille vaisseaux. Ou peut-être devrais-je viser quatre-vingt-dix ? »

Lorsque je m’étais dit cela, Wallace avait été surpris. « Hein ? Tu veux autant de vaisseaux en plus ? »

Évidemment. Il ne fallait pas lésiner sur l’armée. Après tout, c’est grâce à ma puissance militaire que j’avais pu devenir un seigneur du mal. Avec une telle puissance, je pouvais faire taire n’importe qui. C’était le summum de la violence, alors je n’allais pas y renoncer.

C’est vrai. Je l’avais déjà oublié. C’était exactement ce qu’avait dit Amagi : Je ne pouvais pas me permettre d’être trop imbu de ma personne. J’avais appris quelque chose de nouveau à l’académie, après tout, et c’était que je n’avais pas la puissance militaire nécessaire pour considérer la maison Banfield comme sûre. Je ne devais pas laisser cette situation mener à un désastre.

« Tout d’un coup, je me sens plus motivé. »

Wallace avait eu l’air mystifié par mon intensité. « Tu l’es ? Eh bien, c’est bien, je suppose. Je vais t’encourager. »

Tu m’encourages ? Tu feras plus que ça. Tu es mon sous-fifre, ne l’oublies pas !

 

☆☆☆

 

Lorsque Casimilo, de la Maison Berkeley, avait reçu le rapport, le cigare était tombé de sa bouche. Incrédule, il demanda des précisions.

« Qu’est-ce que tu viens de dire ? Dis-le-moi encore une fois ! »

Le fils qui l’avait appelé ne pouvait pas non plus cacher sa panique. « La maison Banfield vient de vendre un stock de métaux rares. L’Empire les a achetés, et ce salaud de Liam a utilisé les fonds pour rembourser l’intégralité de son énorme dette. Dans le même temps, la réputation de nos amis prêteurs a été fortement entachée par leurs méthodes de recouvrement agressives. Tu devrais te préparer à ce que certains d’entre eux fassent faillite, papa. »

Leur tentative de vider la Maison Banfield de ses ressources n’avait abouti qu’à une perte de confiance dans les entreprises de prêt sur lesquelles ils avaient mis la main. Leurs propres bénéfices s’en ressentiront.

« Ne t’inquiète pas pour ça ! » aboya Casimilo. « Continue à attaquer ! Pense aux dommages causés au nom de la Maison Berkeley si nous laissons partir le gamin après tout ça ! »

« J’ai compris. »

L’appel terminé, Casimilo baissa la tête dans ses mains.

« Ce n’est pas possible ! N’était-il pas censé n’être qu’un pauvre noble ? »

Il ne pensait pas que la maison Banfield disposait d’une telle flexibilité financière.

Pourquoi était-il encore endetté alors qu’il avait accès à de telles ressources depuis le début ? Je pensais qu’il était financièrement à l’aise et qu’il investissait son argent dans le développement de planètes en pleine cambrousse. Ce gamin va poser plus de problèmes que je ne le pensais.

À ce stade, il s’agissait simplement de savoir qui céderait le premier. Si la maison Berkeley jetait l’éponge maintenant, les gens la mépriseraient pour sa faiblesse. Maintenant qu’ils avaient commencé ce combat, ils devaient le gagner, car le camp qui perdrait dans un conflit entre maisons nobles serait inévitablement ruiné. Casimilo avait entamé un combat qu’il ne pouvait se permettre d’abandonner.

« Eh bien, nous avons nos élixirs. S’il le faut, on peut les vendre pour se faire de l’argent rapidement. Je me fiche du nombre de métaux rares qu’ils ont stockés. C’est la maison Banfield qui pliera en premier. »

Ils devaient détruire des planètes entières pour produire des élixirs, mais il y avait une forte demande pour ces potions remarquables. Casimilo était sûr que Liam finirait par s’avouer vaincu.

« Je pense que nous n’aurions pas dû nous battre financièrement avec ce garçon. Maintenant, nous allons subir nous-mêmes des dommages considérables… »

Leur implication dans les activités de prêt d’argent avait été révélée et leur réputation en avait été affectée. S’il avait su que cela se produirait, il aurait abordé le problème sous un angle différent.

« Nous ne pouvons plus rien perdre face à ce garçon. »

Leur combat gagnait en intensité… pour l’un des deux camps, du moins.

 

☆☆☆

 

Dans son dortoir de l’académie militaire, un noble cadet de la maison Berkeley confirma le contenu d’un attaché-case qu’on lui avait apporté. Seules les personnes fidèles aux Berkeley étaient présentes, et un guetteur veillait dans le couloir.

L’objet qu’ils vérifiaient dans la salle obscure était extrêmement dangereux.

« Alors, c’est ça, le starbane ? » demanda Zargon.

À l’intérieur de la mallette se trouvait une capsule soigneusement protégée, remplie d’un liquide violet dont on avait assuré à Zargon qu’il était toxique.

« Fais vraiment attention avec ça », dit le laquais qui avait livré la valise. « Ce truc ressemble plus à une malédiction qu’à un poison très concentré. »

« Peut-on vraiment maudire quelqu’un avec ce truc ? »

« Si tu utilises ceci, tu pourras tuer ce Liam sans que personne ne se rende compte qu’il s’agit d’un poison », expliqua le laquais. « La malédiction contenue dans ce truc est une vraie affaire. Après tout, c’est la rancune distillée d’une planète entière qui a été réduite en cendres. »

Issu de la destruction d’une planète, le starbane était un liquide composé des énergies tourmentées de toutes les créatures éteintes de ce monde. Quiconque le consommait était maudit avant de mourir dans d’atroces souffrances. Le seul moyen d’éviter la mort était de contrer le starbane avec un élixir, et si vous n’en aviez pas déjà un sous la main, vous ne pourriez pas agir assez rapidement pour le traiter. Au bout d’un certain temps, même un élixir serait inefficace et le sort de la victime serait scellé.

Zargon, qui était aussi le petit-fils de Casimilo, ricana malicieusement. « Grand-père, mon père et mes oncles sont tous des lâches. Je vais tuer Liam avec ça et devenir un membre important de la famille. »

Le laquais lécha les bottes de Zargon, qui avait confiance en lui. « N’oublie pas ce que j’ai fait pour toi quand tu le feras. »

« Je ne l’oublierais pas. Et d’ailleurs, où as-tu eu ça ? »

Sourire en coin, le sous-fifre évoqua un nom inattendu. « As-tu entendu parler du Groupe de restauration planétaire ? »

« Oui. Mais c’est une organisation caritative, n’est-ce pas ? »

« En surface. Ils prétendent faire de la philanthropie, mais en fait, ils récoltent des matériaux comme celui-ci sur des planètes détruites. Ils ne restaurent pas grand-chose. »

Le groupe s’était engagé dans la restauration minimale de planètes endommagées par l’environnement lorsque c’était possible, mais il n’avait pas déployé d’efforts sérieux dans ce domaine. Au lieu de cela, ils avaient réalisé d’énormes profits en se lançant dans des activités plus néfastes.

« Eh bien, ce n’est pas comme si je m’en souciais vraiment. Alors, on fait juste consommer ça à Liam ? La malédiction ne se répandra pas à partir de lui, n’est-ce pas ? »

« Pas si tu sais comment l’administrer. Nous avons déjà soudoyé l’un des cuisiniers de la cafétéria. Liam mourra en se tordant de douleur, avec les malédictions de toute une planète qui pèsent sur lui. »

« Heh heh heh. Alors aujourd’hui, c’est son dernier jour dans ce monde. »

***

Partie 3

Une femme marchait dans un couloir de l’Académie militaire impériale.

Il s’agissait de Tia — Christiana Leta Rosebreia — une femme chevalier aux yeux verts et aux cheveux blonds coupés court selon les exigences de l’académie. Elle occupait le poste de chevalier en chef de Liam.

Tia était à l’académie militaire pour la même raison que Marie : obtenir les qualifications officielles nécessaires pour servir en tant que chevalier de l’Empire. Il était un peu étrange que ses deux meilleurs chevaliers fréquentent l’académie militaire en même temps, mais il y avait plusieurs raisons à cela.

D’une part, l’autorité de Liam étant la seule chose qui leur accordait le statut de chevalier, les deux femmes seraient considérées par le reste de l’Empire comme des vassales, inférieures à de véritables chevaliers impériaux. Cependant, si elles obtenaient les qualifications nécessaires pour être considérées comme des chevaliers impériaux, cela conférerait un prestige supplémentaire à Liam, en étant la preuve de la qualité des personnes qui le servaient.

Et puis, il y avait la raison la plus importante : Tia et Marie ne se faisaient pas confiance.

Alors qu’elle marchait dans le couloir avec d’autres candidats chevaliers de la maison Banfield, Tia s’était enquise de la situation actuelle.

« Comment se passe le repérage ? »

« Pas très bien », rapporta l’un des autres. « La plupart des cadets sont venus ici pour rejoindre l’armée impériale. »

Pendant qu’elle était ici, Tia avait continué à diriger les autres candidats chevaliers qui avaient été envoyés avec elle. Pour éviter qu’il n’arrive quoi que ce soit à Liam pendant qu’il était à l’académie, des élèves de la maison Banfield avaient été intégrés à chaque niveau. De plus, tout en gérant les personnes qui travaillaient déjà pour la maison Banfield, Tia était également à la recherche de nouveaux talents pour rejoindre leurs rangs.

« Je plains les imbéciles qui ne veulent même pas découvrir la joie de servir le Seigneur Liam. »

Tia prononça ces mots avec la plus grande dévotion, et les chevaliers candidats qui l’entouraient acquiescèrent. Cela montrait à quel point les chevaliers de la maison Banfield vénéraient Liam.

Le meilleur chevalier de la maison Banfield avait soudain reçu une communication urgente sur sa tablette.

« Lady Tia ! »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« La police militaire vient d’emmener Lord Liam ! »

« Hein ? » Tia resta un instant sans voix face à ce rapport inattendu, mais elle se reprit rapidement et demanda plus d’informations. « Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Un cadet est décédé à la cafétéria. C’était Zargon de la maison Berkeley. La police militaire a emmené Lord Liam pour l’interroger en tant que témoin. »

La lumière disparut des yeux de Tia qui grogna : « Et cette Marie fossile, qui était censée le garder ? »

« J’ai entendu dire qu’elle avait protesté, mais je n’ai pas plus d’informations que cela. »

Tia fit claquer sa langue et cracha un gros mot qui ne convenait pas à sa belle apparence.

« Merde ! »

 

☆☆☆

 

La mort suspecte d’un cadet s’était produite à l’académie militaire.

En face de moi, dans une salle d’entretien, se trouvait un général de brigade de la police militaire. Pourquoi étais-je assis dans cette pièce ? Parce qu’ils avaient examiné les relations du sujet décédé et il semblerait qu’ils s’étaient concentrés sur moi en tant que suspect.

« Vous avez un lien avec la maison Berkeley, n’est-ce pas, Comte ? »

Le fait qu’ils aient envoyé un général de brigade pour m’interroger, moi qui n’étais qu’un simple étudiant, montrait qu’ils m’accordaient au moins un peu de respect, mais ce respect ne suffisait pas à m’empêcher d’être furieux d’être traité comme un criminel alors que j’étais innocent du crime.

« M’accusez-vous de cela ? Où est la preuve que je l’ai tué, hmm ? »

« Le cadet décédé était membre de la Maison Berkeley. »

Il était vrai qu’il y avait des tensions entre moi et les Berkeley, mais je n’étais pas assez énervé pour tuer n’importe quelle personne associée à eux. J’étais frustré par cette insinuation, et je m’étais donc défoulé sur le général de brigade.

« Et alors ? Il y a des Berkeley dans tout l’Empire. Je ne sais même pas lequel c’était. Peu importe que sa stupide famille ait un problème avec moi. Je n’avais aucune idée de l’existence de ce type jusqu’à présent. » Je n’avais pas le moindre intérêt pour ce mort.

Alors que l’entretien se poursuivait, j’avais entendu des cris provenant de l’extérieur de la pièce.

« Vous pensez, bande de salauds, que vous pouvez enfermer Lord Liam sans aucune preuve ? Voulez-vous que je vous tue, hein ? Qui va prendre la responsabilité de ça !? »

J’avais reconnu les cris qui venaient de Marie. Plusieurs membres de la police militaire tentaient apparemment de la retenir.

« S’il vous plaît, calmez-vous ! »

« Nous avons l’autorisation de l’académie militaire. »

« Je vous l’ai dit, nous essayons juste de confirmer son alibi ! »

Les gars à l’extérieur essayaient de calmer Marie, mais ici, le général de brigade semblait déjà certain que j’étais le coupable.

Même de l’intérieur de la pièce, je pouvais entendre les rugissements de Marie. « Je vous tuerai jusqu’au dernier ! »

J’étais gêné, et alors que je regardais fixement le général de brigade, j’aurais aimé qu’elle se taise. J’avais dit : « Dehors, ils parlent comme s’il s’agissait d’une simple formalité, mais vous semblez penser que je suis coupable. Est-ce que c’est votre avis personnel ? »

Ce n’était sans doute pas la façon dont un cadet devait s’adresser à un général de brigade, mais j’étais un comte. Dans mon esprit, je n’avais rien à craindre du militaire en face de moi, car dans l’armée impériale, il était normal que les nobles bénéficient d’un traitement de faveur.

« N-Non, c’est juste que la situation exige… »

J’étais sûr que le général de brigade bègue me soupçonnait, et je comprenais pourquoi il le faisait, puisque j’avais un motif potentiel, mais je détestais les fausses accusations. Elles me rappelaient ma vie passée, lorsque j’avais été injustement désigné comme le méchant dans mon divorce.

Quelqu’un de nouveau avait rejoint le groupe devant la porte, ajoutant au chaos. Il semblait que mon chevalier en chef était également arrivé.

« Fossile pathétique ! » cria Tia à Marie. « Tu étais avec lui, et tu laisses encore Lord Liam se faire enfermer dans un endroit comme celui-ci ? Toi, l’antiquité ! Tu ne sers à rien ! »

« Redis-le encore une fois, salope de viande hachée ! Je vais déchirer ta bouche en lambeaux ! »

J’avais d’abord cru que Tia était là pour m’aider, mais apparemment, elle s’était pointée pour en découdre avec Marie. Le changement de bruit de l’autre côté de la porte m’avait indiqué que leur dispute était devenue physique. La pièce avait tremblé, la porte s’était déformée et de la poussière était tombée du plafond.

« Que quelqu’un arrête ces deux-là ! » s’exclama un homme à l’extérieur.

« Appelez les renforts ! »

« Faites venir des instructeurs de l’école par ici ! »

La police militaire à l’extérieur s’affola et le général de brigade poussa un soupir, une main sur le visage.

Ces deux-là ne se soucient-elles vraiment pas de me sauver ? L’estime que j’avais pour eux deux était en chute libre.

« Je te réduirai en poussière, fossile ! »

« Et je te transformerai à nouveau en viande hachée ! »

La bagarre s’intensifia de plus en plus. Sérieusement, qu’est-ce que ces deux-là essaient de faire ? Ont-elles oublié qu’elles sont mes deux chevaliers les plus gradés ? Quelle honte ! J’étais de plus en plus énervé à chaque instant.

« Si vous n’avez pas de preuves, vous ne pouvez pas me garder ici », avais-je déclaré. « Je ne jouerai plus le jeu. » Je m’étais levé et le général de brigade s’était précipité pour m’arrêter.

« Attendez ! »

« Taisez-vous. Revenez me voir quand vous aurez des preuves. »

L’intérieur de la salle d’interrogatoire devenant aussi bruyant que l’extérieur, un membre de la police militaire passa la tête dans la salle.

« Monsieur ! Nous avons trouvé des preuves ! »

Le général de brigade avait souri à cette nouvelle, pensant sans doute qu’il me tenait en joue.

« Quoi ? Bon travail ! Comte, vous ne pouvez plus vous en tirer comme ça ! »

L’officier secoua la tête. « Non, monsieur. Nous avons trouvé des preuves… dans la chambre du cadet décédé. Il était en possession de starbane, monsieur ! »

« Qu’est-ce que vous venez de dire ? Contactez immédiatement le quartier général de l’armée impériale et évacuez l’école immédiatement ! »

Le général de brigade était complètement paniqué maintenant, ayant complètement oublié ses tentatives de m’arrêter. Starbane, hein ? J’en ai entendu parler… Je crois que c’est une sorte de malédiction, concentrée dans une substance physique. On le boit et on devient maudit, ou quelque chose comme ça. Ces Berkeley sont-ils complètement idiots pour boire quelque chose comme ça ?

« Ah, vous ne voyez pas d’inconvénient à ce que je parte maintenant, n’est-ce pas ? » avais-je dit.

J’étais sorti de la pièce, accueilli par les expressions de stupeur sur les visages de la police militaire. Alors que je me demandais comment me plaindre de ces imbéciles plus tard, j’étais tombé sur Tia et Marie qui s’empoignaient les cheveux et se donnaient des coups de poing. C’était une bagarre à mort qui avait laissé les officiers de la police militaire stupéfaits et inertes.

« Tu es un fossile ! »

« Tu seras bientôt de la viande hachée ! »

J’avais regardé le combat froidement. Marie semblait l’emporter de peu sur Tia. Elles ne m’avaient même pas remarqué. Ces deux-là étaient vraiment des causes perdues.

« Combien de temps allez-vous continuer ? » dis-je durement. « Sortons d’ici ! »

Lorsque j’avais pris la parole et qu’elles m’avaient vu debout, elles avaient finalement cessé de se battre et s’étaient empressées de remettre leurs vêtements en ordre. Il est un peu tard pour cela, pensai-je avec lassitude, tout en reprenant le chemin de mon dortoir.

***

Chapitre 3 : La flotte de patrouille

Partie 1

Le corps de l’homme qui avait tenté d’assassiner Liam et qui avait fini par mourir dans d’atroces souffrances se trouvait maintenant à la morgue. Le Guide, qui venait d’arriver, regarda le corps avec dégoût.

« Maudire Liam à mort n’était cependant pas une mauvaise idée… »

Si le cadet avait réussi son assassinat, le Guide aurait été un peu déçu de ne pas y être pour quelque chose, mais il aurait tout de même été assez joyeux. Malheureusement, le plan avait échoué. Kukuri, toujours vigilant, avait découvert le plan d’empoisonnement de l’homme et avait empoisonné Zargon en premier, avant qu’il ne puisse le mettre à exécution.

« De toute façon, tu as cependant un lien avec Liam, alors heureusement je peux me nourrir de ta souffrance. »

Le Guide posa sa main sur le visage de l’homme, et l’expression tordue du cadavre devint beaucoup plus détendue et paisible. En raison de son lien étroit avec Liam, le Guide s’était rendu compte, à sa grande frustration, qu’il n’était plus capable d’extraire efficacement les émotions négatives de ceux qui n’avaient pas de lien avec Liam… mais il pouvait les absorber plus efficacement de ceux qui étaient liés à lui. Bien que Liam n’ait pas connu cet homme personnellement, le fort désir de Zargon de tuer Liam était suffisant pour permettre au Guide d’apprécier ses émotions résiduelles comme s’il s’agissait d’un bon vin.

« Comme c’est délectable ! Grâce à cette potion, il contient aussi les émotions négatives d’une planète entière détruite. Eh bien, mon enfant, tu étais un imbécile, mais tu m’as fourni une grande quantité de nourriture. »

La bouche du Guide s’étira en un sourire en forme de croissant de lune tandis que la force affluait en lui.

« Ah, oui… J’ai récupéré une bonne partie de mon pouvoir. Maintenant, il faut préparer un… non, deux ou trois coups supplémentaires qui précipiteront Liam dans le gouffre du désespoir. »

Liam était la première personne qui l’avait fait souffrir à ce point, ainsi le Guide s’était-il juré de ne pas lésiner sur les moyens pour se venger. Il avait juré en son âme et conscience de faire subir à Liam toutes les formes d’enfer que cette réalité pouvait offrir. Jusqu’à présent, il avait trop baissé sa garde et s’était fait surprendre à plusieurs reprises. Il était bien conscient que ses défaites et les souffrances qu’elles entraînaient étaient dues au fait qu’il avait sous-estimé Liam.

« Je rassemblerai soigneusement les ennemis de Liam… puis, lorsque toutes mes pièces seront en place, je les mettrai en mouvement ! »

Le Guide disparut de la morgue, des rires bruyants résonnant derrière lui.

 

☆☆☆

 

Au palais impérial, le Premier ministre avait lu le rapport de l’académie militaire avec colère. Tous ses subordonnés présents dans la salle étaient également sur les nerfs.

« Rappelez-moi quelle est la punition pour avoir manipulé du starbane sans autorisation ? » leur demanda-t-il.

En fait, le Premier ministre connaissait parfaitement la réponse à sa propre question. Le problème, c’est que le coupable était un membre de la famille Berkeley, et qu’il serait donc difficile de lui infliger la peine qu’il mérite. Inévitablement, il faudra trouver un compromis.

« Je dirais bien la dissolution de la famille, mais la maison Berkeley sacrifiera sans doute l’une de ses maisons mineures et ce sera la fin de l’histoire. »

La maison Berkeley se présentait comme une coalition de petites baronnies, mais en réalité, il s’agissait d’une grande maison à l’échelle d’un duché. Comme ils n’étaient en apparence qu’une bande de barons, ils pouvaient se soustraire à toute punition en mettant tout sur le dos d’un baron et en le coupant comme la queue d’un lézard. Rien n’impliquerait le véritable chef de la Maison Berkeley, Casimilo lui-même.

Comment la maison Berkeley avait-elle pu parvenir à cet arrangement avantageux ? Tout d’abord, elle fournissait un approvisionnement stable en élixirs à l’Empire. Ils avaient utilisé les élixirs pour gagner les faveurs de l’empereur précédent et avaient maintenu cette relation depuis lors en offrant leur aide chaque fois qu’elle était nécessaire. C’est pour cette raison que leurs crimes avaient été enterrés à plusieurs reprises par le passé. Le temps que les gens découvrent leur véritable nature, ils étaient devenus trop importants pour être traités, et c’est la raison pour laquelle ils étaient aujourd’hui l’un des plus grands maux de tête de l’actuel Premier ministre.

Si seulement Sa Majesté pouvait rompre le lien qui l’unit à eux.

À ce stade, couper les liens avec la maison Berkeley entraînerait des problèmes importants au sein de l’Empire, ce qui montrait à quel point leur influence est grande.

« La punition ne touchera même pas Casimilo », soupira-t-il.

« Non, monsieur. Et de toute façon, l’Empire dépend toujours de lui pour fournir des élixirs. »

« Quelle frustration ! »

L’une des raisons pour lesquelles le Premier ministre plaçait tant d’espoirs en Liam était que ce dernier avait le potentiel de renverser la situation à lui seul, sans que l’Empire ait à s’impliquer. Si l’Empire lui-même s’y mettait, le problème pourrait facilement être résolu, mais il était trop vaste et il ne pouvait agir que lentement. Il était également difficile d’arrêter l’Empire une fois qu’il avait commencé à bouger, mais en premier lieu, il était aussi difficile de le faire démarrer.

« Monsieur le Premier ministre, » l’un de ses collaborateurs avait pris la parole pour évoquer un autre sujet. « Maintenant que notre stock de métaux rares est reconstitué, certains militaires réclament des renforts pour nos flottes perdues. »

« Comme toujours, les militaires demandent l’impossible. »

L’Empire n’était pas la seule nation intergalactique. Malgré les distances incroyables, elle entretenait des relations commerciales et des conflits avec les nations voisines. Le territoire de l’Empire étant très vaste, les navires de l’armée impériale avaient fort à faire pour patrouiller le long de ses frontières. En outre, il leur arrivait de franchir ces frontières pour envahir et voler des territoires à d’autres nations. Quelle que soit la cause, ils étaient toujours en guerre quelque part. Pour cette raison, les militaires épuisaient leurs réserves dès qu’elles étaient réapprovisionnées.

Les métaux rares étaient souvent nécessaires pour les mécanismes cruciaux des navires et des armes. Des métaux plus courants pouvaient être utilisés comme substituts, mais avec une baisse notable des performances, de sorte que la demande était forte pour les matériaux appropriés. Ainsi, lorsque l’armée impériale avait appris que Liam avait vendu une grande quantité de métaux rares à l’Empire, elle s’était empressée d’obtenir ce dont elle avait besoin.

Le Premier ministre examina les rapports sur les récentes batailles qui s’étaient déroulées en divers points de la frontière. « Nous sommes repoussés à plusieurs endroits… »

Il y avait trop de batailles en cours pour qu’elles puissent toutes retenir son attention. La seule chose dont il pouvait se préoccuper, à tout moment, était de savoir s’ils gagnaient ou perdaient dans l’ensemble.

L’un des assistants avait mis en évidence un grave problème au sein de l’armée. « Il y a plusieurs raisons à leurs problèmes, mais l’une d’entre elles est que les ressources ne sont pas utilisées de manière efficace. Nous avons augmenté inutilement le nombre de nos flottes de patrouille. »

On ne pouvait nier l’importance des flottes de patrouille qui défendaient le territoire de l’Empire, mais un certain nombre d’entre elles avaient été confiées à des enfants gâtés de la noblesse. Certains de ces nobles, diplômés de l’académie militaire, ne voulaient pas servir sous les ordres de quelqu’un d’autre et avaient donc été nommés commandants de leurs propres flottes de patrouille. Du moins, les hauts responsables militaires avaient-ils délibérément confié à plusieurs de ces nobles des flottes composées d’équipements vétustes, afin de les mettre au pied du mur. Quoi qu’il en soit, en raison de cette indulgence, les flottes de patrouille étaient plus nombreuses que nécessaire. Certaines d’entre elles avaient même fait défection et étaient devenues des pirates, et l’armée demandait que l’on s’occupe de ces flottes, mais le manque de budget, de personnel et d’autres ressources empêchait de s’occuper correctement de ces hors-la-loi.

Le Premier ministre déclara : « Tous les problèmes sont frustrants et chacun d’entre eux nécessite de l’argent. Trop d’argent. »

Il ne suffisait pas de dissoudre les flottes inutiles. Les équipements et le personnel devaient être réaffectés. Les navires devaient être modernisés et, dans ces flottes inférieures aux normes, les équipages n’étaient pas suffisamment formés. Les soldats qui n’avaient pas bénéficié d’un entraînement régulier devaient être complètement rééduqués avant d’être déployés ailleurs. En théorie, le Premier ministre serait capable de s’attaquer à ce problème, mais dans une nation de cette taille, il y a tant d’autres sujets qui requièrent son attention au jour le jour et qui l’occupaient.

« Eh bien, que devons-nous faire ? », murmura-t-il.

Comme toujours, le Premier ministre avait des problèmes à résoudre sans fin.

***

Partie 2

J’en étais à ma troisième année à l’académie militaire. Les choses s’étaient un peu durcies, mais je menais toujours une vie assez facile. Les choses étaient nettement moins difficiles que lorsque je m’entraînais à la Voie du Flash, et en fait, ma plus grande plainte était que je n’avais pas le temps de m’entraîner correctement au maniement de l’épée. Je faisais ce que je pouvais pour ne pas me rouiller, mais ce n’était pas suffisant. Comme la plupart de notre temps, du réveil au coucher, était planifié pour nous, tout ce que je pouvais faire, c’était m’entraîner seul un peu le soir… mais même ça, c’était difficile.

En ce moment, j’étais en train de bavarder inutilement avec mon colocataire Wallace alors que nous attendions l’heure à laquelle nous devions dormir. Normalement, je faisais cela juste pour tuer le temps, mais ce soir, je trouvais le sujet plutôt intéressant. Wallace me parlait de son demi-frère, qui servait dans l’armée.

« Il commande une flotte de patrouille ? »

« C’est vrai. Tout comme moi, il a quitté le palais, mais il a décidé de vivre en tant que soldat. Il a donc été affecté à une flotte de patrouille. En un rien de temps, il a été nommé commandant de cette flotte, et il en est un peu stressé. »

Il me semblait étrange qu’une flotte régulière n’accepte pas un membre de la famille impériale, mais il y avait bien sûr différents rangs dans la noblesse, et donc beaucoup de gens comme Wallace qui n’avaient aucun espoir de succéder au trône. Wallace m’avait expliqué que ces membres de la famille impériale en manque d’occupation posaient souvent plus de problèmes qu’ils n’en valaient la peine et que la plupart des flottes régulières s’en abstenaient donc. Même s’ils n’avaient aucune autorité réelle, ces marginaux restaient des membres de la famille impériale et ne pouvaient donc pas être traités de manière impolie. Ainsi, quelles que soient leurs capacités réelles, ils étaient généralement considérés comme trop difficiles à gérer.

En écoutant Wallace décrire la situation, je n’avais pas l’impression d’être affecté à une patrouille. Bien sûr, servir dans une flotte militaire régulière pouvait mener à un rang plus élevé, mais il y avait toujours les risques de la guerre à prendre en compte. L’échelle de l’Empire Algrand était si grande qu’on n’en avait peut-être pas l’impression, mais en ce moment même, ils menaient une guerre quelque part dans l’univers. Lorsque des batailles se produisaient, les flottes régulières les combattaient, et la mort accompagnait toujours les batailles. Comparées aux tâches des flottes régulières, celles des flottes de patrouille paraissaient insouciantes. Bien sûr, il n’y avait pas de place pour la promotion dans une patrouille, mais Wallace disait que l’on pouvait faire ce que l’on voulait de sa patrouille, surtout dans le cas de quelqu’un comme son frère, un membre de la famille impériale.

« Cela ne semble pas être une mauvaise affaire de commander une flotte de patrouille », avais-je dit, mais Wallace m’avait jeté un coup d’œil.

« Le problème, c’est que certaines flottes sont composées de déchets. Mon frère Cédric s’est vu confier une flotte de trente vaisseaux anciens. Il dit que c’est assez misérable de patrouiller dans l’espace vide. »

« C’est parce qu’ils auront des ennuis s’il meurt, n’est-ce pas ? Il devrait se la couler douce. S’il n’a pas de travail à faire, il devrait s’amuser. »

Wallace secoua la tête et soupira après mon conseil. « Comment peut-on se détendre dans un vaisseau étroit et inconfortable ? Il est tout stressé de savoir pourquoi il est là, sans compter que tous ses soldats sont pourris jusqu’à la moelle. »

Il semblerait que les flottes de patrouille soient l’endroit où de nombreux soldats se retrouvaient lorsqu’ils étaient rétrogradés ou qu’ils avaient échoué ailleurs. Comme dans un bureau, je suppose que c’était comme un poste sans intérêt où des gens assez inutiles pouvaient se la couler douce jusqu’à la retraite. D’après ce que j’avais entendu, le frère de Wallace lui avait dit que de plus en plus de ces flottes de patrouille inutiles avaient été créées, et que l’Empire en était rempli. Cela me paraissait assez inefficace, mais l’échelle de cet empire intergalactique était gigantesque, et il y avait bien trop d’autres chats à fouetter pour se préoccuper de ce problème relativement insignifiant.

Pourtant, même si vous vouliez y remédier, que pourriez-vous faire avec des flottes de patrouille de mauvaise qualité ?

« Je suppose que je ne suis pas du genre à me plaindre des dépenses frivoles, mais je ne suis toujours pas sûr de comprendre pourquoi tant de flottes inutiles seraient déployées. »

Fixant le plafond, Wallace continua de m’expliquer la situation. « Il y a plusieurs raisons à cela. Il y a beaucoup de rivalité dans l’armée, n’est-ce pas ? Parfois, il s’agit pour les supérieurs de faire partir des concurrents potentiels avant qu’ils ne puissent prendre l’ascendant sur eux. Et lorsqu’il s’agit de rétrograder des personnes à problèmes, le but est de les placer dans un endroit où elles seront vraiment malheureuses. Et puis, bien sûr, il y a aussi les nobles gênants qu’il vaut mieux expédier très loin. »

« Nobles ? »

« Tu sais qu’il y a beaucoup de nobles qui profitent de leur position pour faire ce qu’ils veulent, n’est-ce pas ? Dans l’armée, cela peut entraîner de nombreux décès, alors on envoie ces nobles à la tête de flottes de patrouille. C’est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux. Réorganiser l’ensemble des flottes de patrouille serait un projet gigantesque, alors on laisse les choses en l’état. »

En fin de compte, le frère de Wallace avait été relégué dans une flotte de patrouille parce qu’il était considéré comme l’un de ces nobles gênants.

J’avais alors demandé : « L’entretien de ces flottes inutiles coûte de l’argent, n’est-ce pas ? »

« Eh bien, ils se contentent de les réapprovisionner de temps en temps et de les laisser à eux-mêmes. De plus, ce n’est pas comme s’ils ne servaient à rien. Ils sont utiles pour accroître la visibilité, comme moyen de dissuasion. Il ne serait pas bon que des bases de pirates soient établies dans des endroits où il n’y a pas de patrouille. »

J’avais constaté que plusieurs facteurs étaient responsables du maintien de cette situation de grand gaspillage. Je ne pouvais pas dire que j’aimais beaucoup ce genre de dépenses frivoles. Mais plus j’y réfléchissais, plus je me disais que la situation n’était peut-être pas si mauvaise.

« Intéressant », avais-je murmuré. « Je suis curieux maintenant. »

« Curieux ? Eh bien, je suis sûr que tu finiras dans le service régulier, alors je ne pense pas que tu en sauras beaucoup plus sur les patrouilles. »

« L’armée régulière ne m’intéresse pas. »

Comme Wallace l’avait supposé, j’avais déjà reçu secrètement plusieurs offres de la part de flottes de l’armée régulière. Il y avait aussi différents types de flottes régulières. On pouvait être stationné à la frontière ou en pleine nature. Il y avait toujours les trois flottes individuelles qui défendaient la planète capitale, c’est-à-dire l’élite de la Garde impériale. J’avais d’ailleurs reçu une offre de leur part, mais comme je l’avais avoué à Wallace, je n’étais pas intéressé.

Pourquoi recevais-je un traitement différent de celui de Cédric ? Eh bien, mon pouvoir financier, évidemment. L’armée régulière voulait des liens avec de nobles puissants. Les dons et les ressources fournis par les familles nobles ne manquaient pas. Ils me voulaient tellement qu’ils m’envoyaient des officiers de campagne en me promettant qu’ils me traiteraient bien si je venais rejoindre leurs flottes.

Mais je n’aime pas qu’on me donne des ordres. Ce qui me conviendrait parfaitement, c’est une flotte de patrouille avec laquelle je pourrais faire ce que je veux.

« J’ai pris ma décision, Wallace. Je vais me procurer une flotte de patrouille ! »

Alors que je me sentais motivé, Wallace avait tenté de refroidir mon enthousiasme. « Es-tu stupide ? »

« Pourquoi dis-tu cela ? »

« Ne m’as-tu pas écouté ? Mon frère se plaint à moi que son âme se meurt à son poste actuel ! Il faut être idiot pour se porter volontaire à un tel poste ! De plus, les flottes sont toutes constituées de technologies anciennes. Les conditions de vie sont horribles, et il faudrait passer au moins quatre ans dans une telle affectation ! »

Je savais très bien que la raison pour laquelle Wallace était si passionné était que j’étais son protecteur et que sa mission devait correspondre à la mienne. En d’autres termes, il était contre l’idée parce qu’il aurait à en souffrir.

Je m’occupe de ce type parce que je pensais pouvoir faire d’un membre de la famille impériale mon laquais, mais je n’arrive pas à me débarrasser du sentiment qu’il n’est rien d’autre qu’un poids mort.

« Tu ne veux pas faire ça, Liam ! »

« Oh, mais je le fais. J’ai pris ma décision. Et… »

Wallace n’avait aucun sens de la vision. Si un riche comme moi était affecté à une flotte de patrouille, il me suffirait d’investir dans ma position pour en faire une installation vraiment géniale.

« J’obtiendrais un nouveau navire, comme mon propre navire de luxe, pour que nous puissions profiter de notre travail inutile. »

« L’armée ne paierait jamais pour cela ! »

« C’est pourquoi je le ferai. »

« Hein ? »

« J’utiliserai mon propre argent pour acheter quelque chose de très moderne. »

« Mais… si tu es le seul à bord d’un tel vaisseau, le reste de ta flotte t’en voudra. Tu ne veux pas faire face à ce genre de réactions, n’est-ce pas ? »

Il est vrai que c’était un problème si vos propres troupes vous détestent. Vous pourriez vous retrouver avec des gens qui vous tirent dessus non seulement de l’avant, mais aussi de l’arrière. Il pouvait être dangereux d’agir comme un méchant à deux balles qui voulait être le seul à profiter de la vie. Ce n’était pas moi, j’étais un vrai seigneur du mal !

« Ce n’est pas un problème. Je vais juste remplir la flotte avec ce genre de navire. »

« Toute la flotte ? »

« En effet, personne ne se plaindra si toute la flotte est composée de navires de luxe ultramodernes, n’est-ce pas ? »

« Je veux dire, probablement pas. Mais avec des vaisseaux flambant neufs, toute la flotte ne serait-elle pas en mode entraînement dès le début de ta mission ? Comment cela se passe-t-il ? »

« C’est un problème… »

Il n’y a rien de plus effrayant que d’utiliser du matériel militaire que l’on ne connaît pas. Si nous étions entraînés dans une bataille sans y être préparés, nous ne pouvions pas utiliser cette méconnaissance comme excuse pour échouer. C’est pourquoi une période d’entraînement adéquate était nécessaire chaque fois qu’un nouvel équipement était acquis. Pendant un moment, j’avais pensé que je devais abandonner le plan, mais une idée m’était venue. S’il était trop tard pour commencer l’entraînement alors que j’avais déjà commencé ma mission, je pouvais tout préparer bien avant.

« Je vais commencer à mettre les choses en place dès maintenant. Je suis riche, après tout. Qu’est-ce qui m’empêche de le faire ? »

« Quoi ? Tu vas vraiment faire ça ? »

« Bien sûr que oui. Tia sera diplômée de l’académie l’année prochaine. Je ferai de la préparation de ma mission son premier travail. »

En tant que personne vraiment riche, je n’allais pas me contenter de donner de l’argent pour obtenir la mission que je voulais… J’allais créer tout un travail pour moi ! J’allais bientôt faire pression sur les militaires pour qu’ils acceptent mon poste de patrouilleur tout en préparant ma propre flotte. Quel seigneur maléfique ! Le fait que même les militaires soient impuissants face à la puissance de mon argent me donnait des ailes.

« Tu sais, » dit Wallace, « Il y a toutes sortes de nobles, Liam, mais tu es peut-être unique en ton genre. »

« Une première dans l’Empire, hein ? J’aime bien ça. Quoi qu’il en soit, je vais aller donner ses ordres à Tia. »

***

Partie 3

Dans la salle de communication, Tia s’était entretenue avec son ancien employeur, le Premier ministre.

« Le comte est vraiment unique », déclara le Premier ministre. « Il y a déjà eu des nobles qui ont préparé leurs propres flottes et chevaliers mobiles, mais personne n’a jamais dit qu’il préparerait sa propre mission. »

Sur l’écran du communicateur, le Premier ministre ne put cacher sa surprise, mais son expression était également amusée. Jugeant sa réaction positive, Tia avait été encouragée à poursuivre sa demande.

« Son offre n’est pas mauvaise, n’est-ce pas ? Voulez-vous accorder votre permission, Monsieur le Premier Ministre ? »

Le Premier ministre à l’écran acquiesça tout en soulignant les problèmes du plan.

« Eh bien, il y a le problème de la flotte de l’armée qui est sous le contrôle total du comte… Mais il y a les coûts de réapprovisionnement d’un nombre excessif de flottes de patrouille — êtes-vous sûre que la maison Banfield couvrira vraiment toutes ces dépenses pour la flotte du comte ? »

« Lord Liam m’a chargé de préparer une flotte adaptée à ses objectifs et d’établir un budget pour maintenir sa patrouille sur le terrain. Il n’y aura pas de problèmes dans ce domaine. »

Il était vrai que Liam lui avait ordonné de rassembler une flotte « convenable », mais comme Tia le vénérait pratiquement, son interprétation de « convenable » était du niveau d’une flotte de l’armée régulière ou plus. Elle pensait sincèrement que rien de moins ne serait assez bon pour Liam.

Cela ne peut pas être quelque chose que Lord Liam serait simplement prêt à accepter. Je dois vraiment le surprendre si je veux lui faire comprendre que je suis plus compétente que cette femme fossile.

Tia était très enthousiaste à propos de ce projet, surtout en raison de sa rivalité avec Marie. Son budget étant largement suffisant, elle prévoyait de faire rappeler les flottes de patrouille inutiles sur le terrain et de les fusionner en une force du niveau d’une flotte de l’armée régulière. C’est pour cela qu’elle demandait l’approbation du Premier ministre, car elle savait que les chefs militaires ne l’approuveraient probablement pas, même si elle expliquait les avantages financiers que l’Empire tirerait de la mise à disposition de ces navires à Liam. Espérant influencer le Premier ministre et profitant de sa familiarité avec elle et du fait qu’il essayait de régler ce même problème, Tia avait su qu’elle devait lui parler directement.

Il déclara : « J’ai quelques conditions. Si le comte devait quitter l’armée, il devrait permettre à l’Empire de prendre le contrôle de la flotte. De plus, nous devrions fournir un commandant de flotte nominal, pour le public. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? Vous ne pensez pas que Lord Liam est assez bon pour commander ? »

« Il est trop jeune, et vous aussi. Même s’il est officiellement nommé à ce poste, il n’a tout simplement pas l’expérience nécessaire pour être considéré comme un commandant. Cela n’aura pas de fin avec les discussions inutiles avec l’armée si nous imposions sa promotion. C’est pourquoi notre commandant sera public, mais le comte sera celui qui sera réellement responsable de la flotte. »

Ainsi, Liam fournirait la flotte, et même la dirigerait, mais toutes ses réalisations reviendraient à l’Empire. Tia n’était pas satisfaite de ces conditions, mais elle les accepta afin d’exécuter les ordres de Liam. En vérité, même elle savait que ce que Liam proposait était absurde et qu’elle ne pourrait pas négocier au-delà d’un certain point.

Nous avons beaucoup de coûts à supporter pour des récompenses insuffisantes, mais c’est probablement la meilleure offre que nous puissions obtenir.

« Compris, monsieur. J’en informerai Lord Liam. »

« C’était une excellente suggestion. Dites au comte qu’il contribuera à résoudre deux des grands problèmes de l’Empire. »

L’appel s’était terminé et Tia s’était préparée.

« Je dois constituer une flotte vraiment digne du seigneur Liam. Dans deux ans, je rassemblerai ces patrouilles inutiles, et leur personnel devra être recyclé. Je dois aussi préparer la nouvelle flotte — tout doit être prêt au moment où Lord Liam sera officiellement affecté à son poste. »

Tia était une personne qui n’hésitait pas à montrer ses défauts, mais ses points forts étaient tout de même très impressionnants et réels.

« Une flotte assez bonne pour Lord Liam… et je serai là, à ses côtés, pour le servir ! »

Tia avait pressé ses mains sur ses joues, le regard envoûté.

 

 

☆☆☆

 

Pendant ce temps, la famille Berkeley prenait ses propres mesures.

« Merde ! »

L’inquiétude de Casimilo ne faisait que croître au fil des rapports qu’il recevait. Aucune de ses stratégies n’avait porté ses fruits au cours de la bataille économique qui l’opposait depuis des années à Liam. La raison en est simple : aucune des deux parties n’avait plus d’argent à jeter à la figure de l’autre.

« Qu’est-ce qu’il est ? Qu’est-ce que c’est que ce sale gosse ? »

Casimilo disposait d’appareils de développement planétaire produisant de l’élixir, et pourtant Liam le suivait toujours financièrement. Il avait même entendu des rumeurs selon lesquelles Liam investissait de l’argent dans une sorte de projet militaire, ce qui prouvait qu’il avait beaucoup d’argent à distribuer, même en poursuivant sa querelle avec la Maison Berkeley.

« Combien d’élixirs devons-nous produire pour ne pas prendre de retard ? »

Les élixirs, source des finances de la Maison Berkeley, étaient produits à l’aide des dispositifs de développement planétaire, et la maison Berkeley avait donc déjà détruit d’innombrables planètes pour obtenir ces potions. La Maison Berkeley vendait les élixirs pour d’importantes sommes d’argent, mais les fournissait également à l’Empire en échange d’une influence politique. Si quelqu’un se mettait en travers du chemin de Casimilo, il l’éliminait par la force. Cela avait fait de la maison Berkeley l’une des maisons les plus puissantes de l’Empire.

Pourtant, il était là maintenant, luttant pour rester sur un pied d’égalité avec Liam.

« Comment ne pas pouvoir écraser un seul petit enfant ? Bon sang ! Si on continue comme ça, on finira par gagner… mais on aura tellement perdu pour y arriver ! »

Son intention était d’écraser financièrement la maison Banfield, mais comme Liam se révélait un ennemi bien plus tenace qu’il ne l’avait prévu, il avait décidé de changer de tactique.

« On a fini de jouer les gentils. Nous devons écraser ce gamin avant qu’il ne devienne plus vieux. »

Liam était encore jeune et, du point de vue de Casimilo, plein de potentiel. Casimilo et lui n’avaient pas la même espérance de vie, et si Liam pouvait acquérir l’expérience d’un adulte, Casimilo était sûr que Liam deviendrait son pire cauchemar. Pouvait-il compter sur ses jeunes fils pour suivre Liam et le battre ? Concluant rapidement que non, Casimilo les contacta immédiatement.

« Qu’est-ce que c’est, papa ? » demanda le premier fils qui apparut sur son écran.

« Contacte l’armée. Nous devons réunir des spécialistes pour élaborer un plan de bataille contre Liam. Nous partons en guerre. »

« La guerre !? Tu vas trop vite en besogne, papa ! »

« Ferme-la et fais-le ! Amène-moi des soldats capables de gagner contre la maison Banfield. Je me fiche de savoir qui ils sont — s’ils peuvent battre ce morveux, accepte n’importe qui. Qu’ils sachent que nous les payerons bien. »

À un moment donné, Casimilo avait commencé à craindre Liam, et cette émotion avait attiré quelqu’un pour veiller sur lui. Le Guide se tenait actuellement à côté de l’homme, hochant la tête en signe de satisfaction.

Venu jusqu’ici après avoir entendu parler de la querelle entre la maison Berkeley et Liam, le Guide avait applaudi Casimilo.

« Merveilleux. Tu as raison d’avoir jugé Liam comme une menace. »

Le Guide estimait que Casimilo était exactement le type de méchant qu’il recherchait… et il appréciait le fait qu’il disposait d’une puissance militaire supérieure à celle de Liam. En plus de ses cent mille navires, Casimilo était allié à des pirates et à d’autres nobles corrompus. Grâce à ces associations, il disposait de centaines de milliers de navires. Même si Liam augmentait ses forces, il n’avait même pas cinquante mille navires à sa disposition. Le Guide savait que Liam était satisfait de sa flotte actuelle de trente mille navires. C’était la preuve qu’il devenait arrogant après toutes ses victoires.

Le Guide eut un petit rire sinistre, imaginant la future défaite de Liam.

« Baisse ta garde, Liam. Oh, tu es certainement fort, mais tu n’es pas invincible. »

Casimilo disposait d’une grande puissance militaire et de nombreux alliés. En revanche, Liam ne disposait que d’un nombre de navires de qualité légèrement supérieure à la moyenne. Il avait quelques alliés, mais pas autant que ça, et il ne pouvait pas les rassembler aussi rapidement que Casimilo. Le Guide était persuadé que sa chance de ruiner Liam était devant ses yeux.

« Casimilo, tu peux le faire. Je te soutiendrai avec tout ce que j’ai. »

De la fumée noire sortit du Guide et vint s’enrouler autour du corps de Casimilo. Pendant qu’il regardait cela, le Guide écarta les bras.

« Toutes sortes de personnes désireuses d’abattre Liam se rassembleront bientôt autour de toi. Les méchants de l’Empire uniront leurs forces pour détruire Liam, et tu les dirigeras, tu en feras ton pouvoir ! »

Le Guide avait procédé à diverses manipulations pour que les nombreux ennemis de Liam soient attirés par Casimilo. Avec tous ces nouveaux alliés, l’écart entre sa puissance militaire et celle de Liam ne cessait de se creuser. Face à un nombre suffisant d’ennemis, même les troupes de qualité de Liam seraient submergées. Le Guide se laissa aller à imaginer la misère de Liam lors de sa terrible défaite.

« J’ai aussi d’autres graines qui attendent de germer. Je ne sais pas si Yasushi peut être poussé à se joindre à nous, mais qu’en est-il de cette femme ? »

Une femme avait juré de se venger de Liam : Eulisia Morisille. Ancienne lieutenante de la Troisième Fabrique d’Armement, elle était retournée dans l’armée pour se recycler dans les forces spéciales. Au fond d’elle-même, Eulisia en voulait à Liam.

« Je ferai en sorte qu’elle soit un jour aux côtés de Liam, comme elle le souhaite. Après tout, ce serait amusant de voir Liam se faire poignarder dans le dos par elle aussi. »

Une situation à laquelle Liam ne pourrait échapper, même s’il se débattait, se préparait lentement. En voyant tout cela se mettre en place, le Guide était absolument euphorique.

« Je le sens. Je le sens vraiment ! Je sens que tout se referme sur lui ! »

Une grande armée d’ennemis avait commencé à se rassembler face à Liam.

***

Chapitre 4 : La formation de Rosetta

Partie 1

Le palais impérial de la planète capitale s’étendait sur tout un continent. Le palais et son domaine abritaient les quartiers d’habitation de la famille royale et toutes les installations nécessaires, ce qui offrait un spectacle inhabituel. Le continent entier était couvert de bâtiments, d’un bout à l’autre. Des centaines de millions de personnes y vivaient et y travaillaient.

Rosetta, qui s’y était rendue pour son cours d’étiquette, contemplait le ciel depuis une fenêtre du couloir. Le ciel de la Planète Capitale était fabriqué, mais il n’en était pas moins beau à regarder. Enveloppée dans une coque métallique protectrice, la Planète Capitale bénéficiait d’un environnement parfaitement calibré pour la vie humaine. Il n’y avait pas de catastrophes naturelles, et comme le temps était artificiel, il était même planifié au jour le jour sur des calendriers. Sur la Planète Capitale de l’Empire, tout était parfait, et ceux qui n’y vivaient pas en rêvaient.

Mais sur cette planète parfaite, Rosetta ne pensait qu’à Liam.

« Oh, je me demande ce que fait Chéri en ce moment… »

Serena avait choisi son ancien lieu de travail pour l’entraînement de Rosetta. Si la jeune femme s’entraînait au palais impérial, personne ne pourrait douter de ses compétences. De nombreuses autres femmes de la noblesse venaient également ici pour apprendre l’étiquette, et même celles qui s’entraînaient comme servantes avaient souvent des antécédents de haut niveau. Il y avait eu de nombreuses histoires d’hommes flirtant avec des servantes pendant qu’elles faisaient le ménage, avant de découvrir qu’il s’agissait de filles issues de familles nobles et très réputées.

Le plan prévoyait que Rosetta passe au moins trois ans au palais, apprenant à devenir une bonne épouse pour Liam, avant de retourner dans le domaine de la maison Banfield une fois son éducation achevée.

Rosetta soupira. « Il y a quelque chose sur cette planète… Je ne m’y sens pas à l’aise. »

Elle se détourna de la fenêtre et venait de reprendre son travail lorsque des filles ayant récemment atteint l’âge adulte s’approchèrent d’elle. Elles arboraient toutes un sourire peu amical sur leur visage, par-dessus leur tenue de soubrette.

L’une d’entre elles fit une remarque : « Mon Dieu, que fait l’héritière de la maison Claudia dans un tel endroit ? »

La chef du groupe était la fille d’un marquis, et ses laquais étaient des filles de vicomtes. Toutes les filles du groupe étaient de sang noble. Alors qu’elles étaient de petites princesses chez elles, elles n’étaient ici que des servantes.

« Eh bien, je fais une pause en ce moment », avait-elle répondu.

Rosetta, qui avait terminé l’école primaire et ressemblait à une lycéenne, était entourée d’un groupe de filles qui semblaient n’être qu’au collège.

La fille du marquis s’adressa à Rosetta. « C’est un peu gênant d’être envoyé en formation à ton âge, n’est-ce pas ? Normalement, tu devrais en avoir fini depuis longtemps. N’as-tu pas honte d’être ici ? »

Les filles la taquinèrent et s’amusèrent de ses réactions. Les deux autres ricanaient, espérant manifestement que Rosetta se sente encore plus honteuse. La plupart des filles présentes pour l’apprentissage de l’étiquette venaient tout juste d’atteindre l’âge adulte, il était donc rare de voir des filles de l’âge de Rosetta faire de même.

« J’ai mes raisons. J’espère que vous les comprendrez. »

Rosetta essayait de répondre de manière civile, mais la fille du marquis croisa les bras, insatisfaite.

« C’est quoi cette attitude ? Et si tu te laissais humilier comme tu le faisais avant, au lieu de faire semblant d’être d’accord avec ça ? Tu sais que tu es une ordure, alors pourquoi n’agis-tu pas en conséquence ? »

La chef avait probablement vu Rosetta honteuse lors d’un rassemblement dans le passé. Elle la taquinait comme tout le monde avait l’habitude de le faire, mais Rosetta gardait son calme.

« Je suis une servante en formation d’étiquette en ce moment, mais je suis aussi la fiancée de Lord Liam. Je ne peux pas faire honte à mon futur mari. »

La réponse de Rosetta avait mis la jeune fille de tête d’humeur encore plus massacrante.

« Liam, hein ? Bien sûr, j’ai entendu son nom un peu partout ces derniers temps, mais il n’est qu’un noble de la cambrousse, n’est-ce pas ? Un mari convenable pour toi, je suppose. Je sais aussi quelque chose à son sujet. Ton fiancé se bat avec la maison Berkeley, n’est-ce pas ? »

Rosetta était bien sûr au courant du conflit avec ces dangereux nobles pirates, mais elle n’avait pas fait part de ses inquiétudes.

« Qu’en est-il ? »

« Penses-tu qu’il s’en sortira vivant ? Je ne sais pas non plus si tu seras en sécurité. »

Lorsque Rosetta avait commencé à s’éloigner des trois filles qui riaient, la chef la poursuivit.

« T’enfuis-tu ? Je savais que les femmes de la maison Claudia n’étaient duchesses que de nom. Si j’étais à ta place en ce moment, je me défendrais, parce que j’ai cette chose qu’on appelle la fierté. Mais si j’étais à ta place, ma vie n’aurait aucune valeur, alors je me coucherais et je mourrais. Les gens qui ne savent pas quand s’arrêter sont tout simplement horribles, n’est-ce pas ? »

Rosetta se mordit la lèvre en entendant qu’elle n’avait aucune fierté en tant que noble.

Je dois supporter cela. Je ne peux pas entraîner le nom de mon chéri dans ma chute.

Rosetta se remit à son travail avec découragement et, à ce moment-là, une femme aux cheveux argentés s’approcha. C’était Cattleya, l’une des petites-filles de Serena. Cattleya était elle-même une servante de rang supérieur et la supérieure de Rosetta. Elle était également l’instructrice de Rosetta en matière d’étiquette.

Au fond du couloir, Cattleya remarqua que les trois filles qui tourmentaient Rosetta n’avaient pas encore senti sa présence. « Pas encore ces filles. »

« Mlle Cattleya. » Rosetta fit une révérence lorsque Cattleya s’arrêta devant elle.

Cattleya regarda le trio bruyant de servantes d’un air agacé.

« On pourrait penser que nous n’avons pas appris à nos servantes à ne pas utiliser ici leur statut social de la sorte. »

Ces trois-là étaient habituées à être traitées comme des princesses chez elles et n’étaient pas encore habituées à ce nouvel environnement. Beaucoup de filles comme elles se comportaient ici comme elles l’avaient toujours fait, même si elles étaient censées à présent n’être que de simples servantes. Cependant, ici, la position de leur famille n’avait aucune importance.

Cattleya poursuivit : « Je pourrais les gronder et elles se reprendraient sans doute, mais… Rosetta, tu devrais essayer de résoudre ce genre de problèmes par toi-même. »

« Hein ? » Rosetta fut alarmée en entendant que Cattleya n’avait pas l’intention de discipliner les filles.

« Réfléchis à ce que tu dois faire et corrige-toi toute seule. Si tu ne sais pas gérer ce genre de situation, tu auras beaucoup d’ennuis à l’avenir. Je te soutiendrai, alors montre-moi ce que tu sais faire. »

Tout en regardant Cattleya s’éloigner, Rosetta se demanda ce qu’elle allait faire des trois filles.

Suis-je testée en ce moment ?

Il y avait plusieurs façons de faire taire les filles. La situation serait résolue en un instant si elle comptait sur l’influence de Liam, et elle pourrait même se venger d’elles de cette façon. Mais si elle devait aller chercher de l’aide comme ça, serait-elle une duchesse convenable pour Liam ?

Je ne peux pas exploiter le pouvoir de mon chéri. Si je faisais ça, je serais comme elles. Et vraiment, je ne peux pas me venger d’enfants qui n’ont même pas terminé l’école primaire.

Ce serait comme si un lycéen se vengeait d’un collégien. Même s’il y avait une raison à cela, elle savait ce que la société penserait et comment cela se répercuterait sur Liam. Elle ne pouvait pas nuire à la réputation de Liam.

Dans ce cas, je ferai comme mon chéri. Je les affronterai de face ! Je ferai du si bon travail ici que tout le monde devra me voir comme la femme de chambre parfaite !

Optimiste, Rosetta avait décidé d’être la meilleure servante possible.

***

Partie 2

Sans Liam ni Rosetta, Brian s’était senti seul au manoir de la maison Banfield. Pendant ses pauses, il n’arrêtait pas de soupirer, et Serena était de plus en plus agacée chaque fois qu’elle voyait cela.

« Arrête d’être si déprimant. »

« Même Lady Rosetta est maintenant partie. Elle égayait toujours les choses ici. Je me sens seul sans eux. Et Maître Liam est toujours à l’académie militaire… C’est comme s’il n’y avait plus de vie dans le manoir. »

« C’est agréable et tranquille maintenant. Quand il y aura de nouveau de l’activité, tu regretteras les jours comme celui-ci. »

Brian était inquiet pour Rosetta. Il s’inquiétait aussi pour Liam, mais il était persuadé que Liam pourrait se sortir de ses problèmes tout seul. Pour Rosetta, c’était une autre histoire.

« Lady Rosetta se porte-t-elle bien ? »

« Je l’ai confiée à ma petite-fille, Cattleya, et j’ai toute confiance en elle. Lady Rosetta s’en sortira. »

Cattleya avait reçu le sceau d’approbation de Serena en tant que personne avec laquelle Rosetta pouvait être laissée.

« J’ai peur qu’elle soit malmenée par les autres filles qui sont en formation. Tu sais que ça peut devenir un peu… méchant entre jeunes filles. »

Ayant servi la maison Banfield pendant de longues années, Brian avait été témoin de nombreux conflits entre femmes. C’est ce qui rendait ses inquiétudes si aiguës.

« Toujours le cœur fragile, n’est-ce pas ? » lui déclara Serena. « C’est justement ce que Lady Rosetta doit apprendre. Cela fait partie de sa formation. Il faut que tu le comprennes. »

Serena était bien consciente du type de situation que Brian craignait. Le palais étant son ancien lieu de travail, elle savait ce qui s’y passait et avait envoyé Rosetta en sachant pertinemment que certaines personnes l’approcheraient avec de mauvaises intentions. Mais si Rosetta devait devenir duchesse un jour, il fallait qu’elle soit capable de gérer ce genre de choses.

« Cattleya aura l’œil sur elle, ne t’inquiète pas. »

« Ce n’est pas la seule chose qui m’inquiète. Notre querelle avec la maison Berkeley s’est soudainement calmée. Cela me donne un mauvais pressentiment. »

Après plusieurs années au cours desquelles les deux familles s’étaient livrées une concurrence financière acharnée, la Maison Berkeley avait brusquement fait marche arrière sans crier gare. Ce manque soudain d’agressivité rendait Brian encore plus nerveux.

« Crois-tu qu’ils ont renoncé à nous battre ? » demanda Brian.

« Je suis sûre que ce n’est pas le cas », déclara Serena. « En fait, tout porte à croire que les Berkeley se préparent à une véritable guerre. Lord Liam développe également son armée. Je suis sûre qu’ils ont tous les deux l’intention de régler les choses une fois pour toutes. »

« Quoi ? Maître Liam agrandit son armée parce qu’il a vu une guerre arriver ? Je pensais que ce n’était qu’un caprice de sa part. »

Serena était complètement exaspérée par Brian. Le majordome était aux côtés de Liam depuis plus longtemps que quiconque, et aurait donc dû savoir qu’il ne fallait pas sous-estimer la prévoyance de Liam. « Es-tu sérieux en disant ça ? » Elle ne put s’empêcher de laisser transparaître ses véritables sentiments dans son ton.

A-t-il eu suffisamment d’instinct pour commencer à constituer son armée juste avant que la maison Berkeley ne devienne sérieuse ? Ou bien l’a-t-il vu venir depuis le début ? Quoi qu’il en soit, il est bien trop compétent, comme toujours. Quel enfant effrayant !

À l’avenir, Rosetta aura du mal à se tenir aux côtés d’une personne aussi imposante, songea Serena.

 

☆☆☆

 

Pendant ce temps, Tia, sortie major de sa promotion, était devenue lieutenante. Elle aurait dû passer ensuite à une période de formation pratique, mais elle en avait été exemptée dans des circonstances particulières afin de pouvoir travailler à la réorganisation des flottes de patrouille de l’Empire. À cette fin, elle avait reçu son propre navire, où elle s’affairait à mettre sur pied une flotte digne de Liam.

« Il y a une différence entre le nombre de navires et le personnel de la 4 989e flotte de patrouille… »

D’après les documents qu’elle étudiait actuellement, la flotte en question aurait dû être composée de trente navires, mais certains d’entre eux avaient dû faire défection, car il n’y en avait plus que dix. Par conséquent, le personnel était également moins nombreux qu’il ne devrait l’être.

« Ces dix derniers navires ne sont même pas en état d’être réutilisés. Ils n’ont pas été entretenus le moins du monde. Au moins, on peut retirer les systèmes d’armes, mais le moral des soldats et leur niveau d’entraînement sont si bas que je ne sais pas quoi en faire. »

Alors que Tia réfléchissait à ce problème, une femme chevalier diplômée de l’académie et ayant terminé sa formation pratique se tenait à ses côtés. Tia la considérait comme une camarade proche qui l’avait accompagnée dans les moments difficiles.

Tia poursuivit : « Je ne pense pas que nous puissions attendre grand-chose de tout cela. »

« Je vois… »

En enquêtant sur les flottes de patrouille, ils avaient constaté qu’environ soixante pour cent des soldats qui y étaient affectés voulaient quitter l’armée. Ces personnes recevraient probablement une formation professionnelle et seraient confiées à d’autres employeurs. Mais leur donner cette formation et leur trouver un emploi civil coûterait de l’argent.

L’adjointe de Tia plissa les yeux devant les chiffres. « C’est donc pour cela que l’Empire n’a pas voulu réorganiser ses forces. C’est comme si aucune somme d’argent n’était suffisante. »

Il était plus facile de préparer de nouvelles flottes que de réorganiser les anciennes, de sorte que les anciennes flottes et les anciens soldats avaient été pratiquement abandonnés. Malgré cela, Tia avait reçu des ordres de Liam.

« Notre mission est de rendre ces ressources utilisables. Lord Liam nous a donné un budget conséquent pour faire ce travail, alors nous nous débrouillerons. »

Si l’on voulait utiliser des soldats dont le moral était bas et l’entraînement insuffisant, la première chose à faire était de les laisser souffler. Ensuite, ils pourraient être recyclés et équipés d’un nouveau matériel. Liam leur avait donné un budget suffisant pour construire plusieurs flottes, mais le problème était qu’il ne leur avait pas donné beaucoup de temps pour agir. Tia souriait tout de même.

« C’est à nous que ces ordres ont été donnés, pas à cette femme fossile. Nous le ferons, quoi qu’il en coûte. »

Son adjudante garda la tête haute. « Oui, madame ! Je me demande ce que pense Lord Liam. Nous sommes en plein conflit avec la maison Berkeley. Préparer des flottes de patrouille qui ne contribueront pas à notre force de combat principale ne semble pas logique. »

Tia pensait la même chose, mais elle et les autres chevaliers qui vénéraient Liam se disaient toujours : « Si Liam le fait, c’est qu’il y a une bonne raison à cela ! »

« C’est étrange… », admit-elle.

Liam était probablement le seul noble à avoir investi autant d’argent dans une flotte qu’il n’utiliserait personnellement que pendant une courte période. Quelle signification cela pouvait-il avoir ? Tia s’était qu’ils étaient peut-être tous les deux en train d’y voir trop clair. Et ce à quoi Tia arriva finalement, et plutôt avec force, fut une conclusion qui leur convenait bien trop.

« Avec autant d’argent, il devrait vraiment augmenter les forces de la Maison Banfield… Non, attends. J’ai compris ! C’est donc ça ! Bien sûr, Lord Liam ! »

Tia se leva de sa chaise, souriante, et son adjudant demanda : « Qu’y a-t-il ? »

« Ce plan a une raison d’être ! »

« Hein ? »

Tia sentit qu’elle comprenait l’objectif de Liam. « Il s’agit d’un plan visant à réduire le pouvoir futur de la maison Berkeley et à favoriser l’influence de Lord Liam au sein de l’armée impériale ! »

« Comment cela pourrait-il être possible ? »

« Regarde ces données. Un grand nombre de flottes de patrouille ont abandonné leur mission et sont tombées dans la piraterie. Cela signifie qu’ils sont potentiellement de futurs alliés de la Maison Berkeley. »

Pour Tia, le plan de Liam consistait à réorganiser les flottes de patrouille de l’Empire et, ce faisant, à empêcher les défections qui risquaient de gonfler les rangs des pirates de la Maison Berkeley. En conséquence, les flottes constituées par Liam seraient inévitablement liées à la Maison Banfield. S’il posait les bons jalons maintenant, l’Empire l’aiderait probablement dans les futurs conflits qu’il aurait avec la Maison Berkeley.

« La maison Banfield ne dispose que de forces limitées pour faire face aux flottes plus importantes de Berkley, mais l’Empire soutiendra Lord Liam avec des renforts s’il fait cela pour eux. C’est un coup de génie ! »

L’adjudant de Tia s’étonna de la fantaisie de Tia. « Je n’aurais jamais imaginé qu’il pensait aussi loin. »

Arrivée à cette conclusion, Tia revérifia le budget dont elle disposait. « Avec cette somme, nous pouvons constituer une force vraiment solide. Et Lord Liam pourra conserver son influence dans l’armée à l’avenir. Nous devons nous donner à fond. »

Tia était encore plus motivée maintenant. Profondément impressionnée par les vastes projets de Liam, elle sentait sa dévotion à son égard atteindre des sommets encore plus élevés.

« Nous nous débarrasserons de ces nobles pirates et nous nettoierons même les déchets à l’intérieur de l’Empire. Oh, le Seigneur Liam est si hautain ! »

Son adjudante était tout à fait d’accord. « C’est vraiment un souverain incomparable et sage, n’est-ce pas ? »

Pendant quelques instants, toutes deux s’étaient laissées aller à leurs sentiments, les joues rougies, puis l’adjudante s’était souvenue d’une chose qu’elle pensait devoir faire connaître à Tia.

« Lady Tia… Je ne savais pas si je devais vous le signaler ou non… »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Une série de bandes dessinées sur Lord Liam est en ce moment en cours de production. »

« Oh ? Sur la Planète Capitale ? C’est formidable, il faudra que j’aille voir. C’est quand même étrange… J’aurais déjà dû en entendre parler, vu à quel point j’essaie de me tenir au courant des nouvelles concernant Lord Liam. »

« Eh bien, il semblerait qu’elle circule dans des cercles plutôt secrets. »

« Oh là là ! Cela me donne encore plus envie de le lire. »

Tia regarda son adjointe avec impatience, se doutant qu’elle possédait déjà une copie de cette bande dessinée. Ses yeux brillaient d’excitation.

« Je ne sais pas si vous allez aimer ce que vous allez voir… » Son adjointe s’était alors retournée et avait utilisé sa tablette pour projeter la bande dessinée sur un mur vierge du bureau de Tia.

Lorsqu’elle avait vu la bande dessinée, le sourire enfantin de Tia s’était évanoui.

***

Interlude : Tu peux le faire, Claus

Pendant que Liam était parti à l’académie militaire, la maison Banfield était confrontée à un problème croissant, sans bénéficier des conseils de Liam. Ses chevaliers se divisaient en factions.

« Qu’est-ce que tu en sais ? Tu viens d’arriver ! »

« Oh, tais-toi, gringalet ! »

Les deux factions, contrôlées par Tia et Marie, se disputaient constamment. Les sujets de leurs disputes pouvaient être très variés : quels navires de la faction embarqueraient en premier pour les manœuvres d’entraînement, quels navires utiliseraient quels ports, et ainsi de suite.

Aujourd’hui, une fois de plus, les chevaliers des deux factions se regardaient en chiens de faïence alors qu’ils partageaient un port sur une base militaire qui avait été établie sur une planète de ressources reconvertie. Pendant ce temps, un chevalier n’appartenant à aucune des deux factions se frayait un chemin à travers les groupes.

L’homme s’appelait Claus Sera Mont. Il avait l’air fatigué et semblait avoir une trentaine d’années, mais il était lui aussi un chevalier de la maison Banfield. Il était entré en service plusieurs années auparavant, mais avait gardé ses distances avec les deux factions pendant tout ce temps.

Tous mes collègues sont des têtes brûlées. C’est lassant… Il soupira de soulagement lorsqu’il fut enfin seul, loin des autres chevaliers querelleurs. Ils étaient un peu plus calmes quand le Seigneur Liam était là, et aucun des chefs de groupe n’est ici, donc il n’y a non plus personne pour les calmer… Mais si ces deux-là étaient là, ce serait sans doute encore pire…

Comme on pouvait s’y attendre, Liam exerçait une influence considérable sur la maison Banfield. Ses ordres étaient tout ce qu’il y avait de plus important, et une fois que ses hommes les avaient reçus, ils ne se souciaient plus que d’y obéir. Les deux factions étaient plus calmes lorsque Liam était présent, car elles étaient trop occupées à exécuter ses ordres. Bien sûr, les chevaliers continuaient à se jeter des regards furtifs et à se provoquer les uns les autres, restant toujours à l’écart de la violence, mais cela n’avait jamais été aussi extrême.

A ce stade, quelqu’un peut sortir son arme à tout moment. Lord Liam ne sera pas de retour avant un moment, alors je ne sais pas ce qui va se passer d’ici là…

Les épaules de Claus étaient lourdes alors qu’il pensait à l’avenir lorsqu’il entendit soudain des voix discordantes venant d’une autre direction. Apparemment, les factions se disputaient pour savoir quel groupe devait aller enquêter sur des vaisseaux suspects qui avaient été aperçus.

« Vous pouvez vous charger d’une simple mission comme celle-là, n’est-ce pas ? » déclara l’un des membres de l’équipage de Tia. « C’est parfait pour vous, les fossiles. »

« Vous voulez dire que c’est parfait pour vous, avec votre rancune contre les pirates », cracha l’un des chevaliers de Marie. « Ou bien vous avez trop peur d’y aller, car vous risquez de vous faire capturer à nouveau ? »

Devant cette scène tendue, Claus soupira une fois de plus. Les deux factions voulaient accumuler des succès sur le terrain pour marquer des points auprès de Liam, et elles essayaient donc d’imposer à l’autre groupe toutes les missions qui semblaient être de simples tâches administratives.

Claus s’était ressaisi et s’approcha des chevaliers en conflit. Il déclara : « Alors, je m’occupe de cette mission. »

Les regards aiguisés étant désormais dirigés vers Claus, les groupes opposés parvinrent à retrouver un peu de leur calme. L’homme veillant à rester neutre, il pouvait interagir avec les deux camps comme s’il s’agissait d’un simple collaborateur.

« Vous, Sir Claus ? Eh bien, si c’est le cas… »

« Il vient de sauver votre peau, bande de pirates. Nous vous laissons donc la tâche, Sire Claus, Chef de l’administration. »

En regardant les chevaliers des deux factions partir dans des directions opposées, Claus put se détendre un peu. Il poussa un dernier soupir.

« Chef de l’administration, hein ? Je suppose que ça tombe bien. » Claus sourit en signe d’autodérision. Tout le monde autour de lui le considérait comme un outil pratique pour s’occuper de tout le travail qu’ils ne voulaient pas faire. Grâce à cela, aucune faction ne le considérait comme un ennemi, mais cela signifiait aussi que tout le travail qu’il finissait par faire était ennuyeux et n’aidait pas sa réputation. Enquêter sur un trafic maritime suspect n’était généralement pas très intéressant, mais cela pouvait donner lieu à divers maux de tête. Comme il ne faisait que ce genre de travail, les gens n’avaient pas une très bonne opinion de lui. Pourtant, Claus n’était pas particulièrement gêné par cette situation, surtout lorsqu’il se souvenait de la maison qu’il servait.

« Faire un travail ennuyeux vous rapportera quand même quelques points à long terme et vous permettra éventuellement d’obtenir un meilleur salaire », se dit-il. « C’est le paradis comparé à avant, quand toutes mes réalisations étaient volées alors que ma réputation et mon salaire ne cessaient de chuter. Le fait d’être le chef de l’administration me convient parfaitement. »

Bien que ses collègues puissent se moquer de lui, Claus était finalement satisfait de sa situation actuelle. Il s’étira le dos, puis se prépara pour cette petite mission.

« Maintenant, allons enquêter. »

Les gens l’avaient également forcé à faire du travail dans son emploi d’attente, avant qu’il ne soit au service de la maison Banfield. Il savait qu’on profitait de lui, mais il n’avait pas beaucoup d’ambition au départ. Claus était le genre de chevalier qui se contentait des circonstances dans lesquelles il se trouvait.

***

Chapitre 5 : Formation pratique

Partie 1

L’armée impériale semblait bien occupée ces derniers temps. L’académie militaire avait mis en place des installations de rééducation et de recyclage sur une autre planète, qui fonctionnaient à plein régime depuis quelques années. L’activité ne se limitait pas à cette planète, car de nombreuses autres installations de l’Empire connaissaient la même activité. Une rumeur circulait à l’académie selon laquelle l’Empire préparait une opération d’envergure.

À l’heure actuelle, j’étais en sixième année à l’académie. Tia avait obtenu son diplôme avant moi, et je lui avais donc donné les fonds nécessaires pour mettre sur pied ma propre flotte de patrouille. J’étais curieux de suivre ses progrès. J’attendais avec impatience la grande révélation du type de flotte qu’elle avait constitué, mais franchement, j’étais presque sûr que je lui avais donné beaucoup trop d’argent pour le faire. Je ne me souvenais même plus de la somme que je lui avais donnée. Mais encore une fois, à quoi servent les richesses si on les laisse s’accumuler ? C’était du gâchis de laisser mes richesses s’accumuler sans rien faire, alors j’avais juste jeté tout ce qu’il fallait sur elle.

« Ça repart à la hausse maintenant… »

Une partie des recettes fiscales de mon domaine allait dans ma poche, mais le montant était tellement énorme que j’en avais le vertige. Le montant de mon compte augmentait bien plus vite que je ne pouvais l’utiliser, ce qui ne servait presque à rien. Je me disais que j’étais probablement un mauvais seigneur si je n’arrivais pas à trouver un moyen de dépenser mon argent !

Alors que j’étais perdu dans ces pensées, Wallace était apparu et s’était immédiatement lancé dans une demande d’argent.

« Liam, donne-moi de l’argent de poche ! »

« Je l’ai fait la semaine dernière, n’est-ce pas ? »

« Je l’ai déjà utilisé. J’ai dû sortir et payer des trucs à mes camarades de classe. »

Cela m’énervait que Wallace puisse se vanter si ouvertement de faire des gaffes. Il enfreignait régulièrement le couvre-feu, sortait boire des verres avec ses camarades de classe et rencontrait des filles. Et tout cela à mes frais !

« Pourquoi devrais-je te donner plus d’argent pour faire des folies ? »

« Parce que tu es mon mécène. Attends, s’il te plaît, ne me frappe pas ! N -non !!! »

Je m’étais levé d’un air menaçant et Wallace s’était couvert la tête de ses deux bras.

« Tu n’as pas besoin de t’énerver comme ça ! »

« Ça m’énerve que tu sois le seul à t’amuser ici. »

« Eh bien, pourquoi ne pas faire une gaffe toi aussi, Liam ? »

« Si je pouvais, je le ferais, bon sang ! »

Bien sûr, je voulais aussi sortir et faire la fête, mais je ne pouvais pas oublier ce qui était arrivé à Peter Sera Petack lorsque nous avions tous les deux été formés à la maison Razel. Quel genre d’IST peut bien faire exploser cette chose de toute façon ? Les virus de ce monde sont bien trop effrayants ! Même pour un seigneur du mal, ce genre de choses était terrifiant. Je savais qu’en tant que noble, je pouvais me permettre de me faire soigner avec un élixir en cas de maladie grave, mais qui voudrait risquer de voir sa chose exploser ?

« Comment pourrais-je m’amuser comme toi sans avoir peur de perdre la tête ? » J’avais lâché cette phrase avant d’avoir pu maîtriser mes vrais sentiments.

Wallace rit. « Kurt et toi étiez tous les deux comme ça pendant toute l’école primaire ! Vous n’avez jamais joué à l’époque. Allez, ils pourront te tester pour les IST quand tu reviendras ici. Et si tu n’as pas de chance, le pire qui puisse arriver, c’est que tu puisses utiliser un élixir si tu es positif et perdre ton junior pour un temps. »

« Mais il me manquera toujours mon membre ! A moins que la possibilité soit nulle, je ne fais pas la fête, d’accord !? »

D’ailleurs, j’avais entendu parler de deux cadets qui avaient souffert comme Peter pendant mes six années de service. D’autres pourraient plaisanter comme si ce n’était pas grave, mais tant qu’il y avait la moindre chance de perdre mon petit mais puissant, je donnerais la priorité à ma sécurité et sauterais ce genre d’amusement. Mais bon, j’étais un seigneur du mal et je voulais aussi m’amuser, bon sang !

« Ce n’est pas comme si tu devais aller jusqu’au bout », déclara Wallace. « On peut toujours s’amuser en buvant avec des femmes, n’est-ce pas ? »

« Eh bien… Je suppose que oui. »

Je ne pouvais pas imaginer que sortir boire était si amusant que cela, mais il était peut-être temps pour ce seigneur maléfique de se faire plaisir davantage et de gaspiller de l’argent. S’offrir l’opulence avec l’argent que mes concitoyens ont gagné avec leur sang, leur sueur et leurs larmes, hein ? Voilà ce que devrait faire un seigneur du mal ! Mais… honnêtement, cela ne m’intéressait pas du tout.

Pendant que je réfléchissais à tout cela, Wallace m’avait demandé quels étaient mes projets après l’obtention de mon diplôme.

« Au fait, Liam, y a-t-il des changements dans ton plan quand tu seras diplômé de l’académie ? »

« Je vais toujours à la Planète Capitale. Les grands nobles comme moi doivent y faire leur travail. »

Lorsque l’on naît dans une maison importante, on était naturellement amené à se former dans un endroit important, et aucun endroit n’est plus important que la Planète Capitale. Il en allait de même pour Wallace, en raison de sa lignée.

« Alors je serai là avec toi. De toute façon, je suis de la famille impériale, c’est normal. Kurt sera là aussi, au moins, alors nous pourrons traîner ensemble pour la première fois depuis un moment. »

Je ne pensais pas que nous allions beaucoup traîner tous les trois. Il y avait plusieurs raisons à cela. Kurt serait diplômé de l’université et aurait sa propre période de formation à gérer. De plus, la Planète Capitale était ridiculement immense, si bien que nous risquions de ne pas nous croiser souvent, voire pas du tout. Le palais lui-même était très grand. Je veux dire, utiliser un continent entier comme palais ? Il y a la démesure, et puis il y a ça ! Je ne pensais pas qu’il nous serait aussi facile de le rencontrer.

J’avais dit : « Ne penses-tu pas qu’il sera trop occupé ? »

Je communiquais avec Kurt de temps en temps, mais il semblait terriblement occupé à chaque fois. Pourtant, Wallace insistait.

« Kurt viendra à coup sûr si tu l’invites à se joindre à nous quelque part, Liam ! Il ne faut pas le laisser de côté, non ? Sur la Planète Capitale, on pourra se retrouver comme à l’école primaire ! »

« Je ne veux pas le déranger en l’invitant quelque part alors qu’il est occupé. »

« Tu ne te souviens pas, Liam ? A la remise des diplômes, quand tu as décidé d’aller à l’académie militaire, Kurt était triste de l’apprendre, n’est-ce pas ? Même si vous vous parlez encore de temps en temps, ce n’est pas comme si vous vous voyiez en personne. Si vous voulez rester proches à l’avenir, il faut vraiment que vous vous mettiez ensemble. »

En repensant à notre remise de diplômes à l’école primaire, je m’étais souvenu que Kurt pleurait, n’est-ce pas ? Ce n’était pas comme si c’était notre dernier adieu ou quoi que ce soit d’autre. Ce type était tout simplement trop dramatique.

« Je suppose que je lui tendrai la main le moment venu. »

« Tu devrais. Kurt sera vraiment triste si tu ne le fais pas ! Ah oui, et Rosetta sera aussi sur la Planète Capitale, n’est-ce pas ? »

Mon cœur s’était serré lorsqu’il avait parlé de Rosetta. Je savais qu’elle se trouvait également sur la Planète Capitale, mais je ne pensais pas que nous nous reverrions aussi vite… Je pensais que j’aurais pu m’en sortir en ne la voyant pas pendant encore six ans.

« Quoi, dois-je aussi lui tendre la main ? »

« Comment ça, quoi ? Pourquoi ne le ferais-tu pas ? C’est ta fiancée, n’est-ce pas ? »

Après ma discussion avec Wallace, j’avais commencé à me sentir un peu anxieux à propos de ma future vie sur la planète capitale.

 

☆☆☆

 

Après sa conversation avec Liam, Wallace s’était éclipsé de l’académie pour un rendez-vous secret avec une certaine fille. Pourtant, il ne s’agissait pas d’un rendez-vous romantique, et le visage de Wallace était tendu par l’anxiété.

La jeune fille qui l’attendait sur un banc sous les lampadaires était Eila, qui affichait une expression mécontente sur son visage. Elle faisait mine de regarder l’heure et critiqua Wallace de façon exagérée.

« Je n’en reviens pas ! Quinze minutes de retard ? »

« Que veux-tu de moi ? J’ai ma propre vie ! »

« Je me fiche de ta vie ! Mais tu as tenu ta promesse, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que je l’ai fait ! » Wallace se gonfla la poitrine et raconta à Eila ce qu’il avait accompli. « J’ai poussé Liam à inviter Kurt à sortir quand il sera à la Planète Capitale. J’ai eu du mal à le faire accepter parce qu’il s’inquiétait de l’emploi du temps de Kurt. » Wallace secoua la tête, comme pour souligner la difficulté de l’effort.

Eila détourna le regard et sourit largement, les yeux pétillants. « Ils vont donc pouvoir se retrouver tous les deux. Ah… LiaKur est vraiment le couple ultime, suprême. Je savais qu’ils devaient se séparer, mais je ne supportais pas que Wallace éloigne Liam de Kurt. »

Eila exprima ses sentiments avec audace, sans se soucier de la présence de Wallace devant elle. Cela ne valait pas la peine pour elle de sauver les apparences devant lui.

Pendant ce temps, Wallace regarda la scène avec dégoût. « Ces deux-là ne sont pas vraiment comme ça, tu sais. »

« Je le sais bien ! Mais… Mais…, rester fidèle à son seul et unique binôme, c’est ce que fait un fan ! Quoi qu’il arrive ! »

« Quelle horrible fan ! Je suis désolé pour Liam et Kurt. »

Ignorant l’expression exaspérée de Wallace, Eila raconta combien elle avait souffert à l’académie militaire.

« Je suis sûr que tu ne comprendras pas. Sais-tu à quel point j’ai failli me casser à l’académie ? Ce n’est pas parce que ces deux-là sont allés dans des écoles différentes qu’il y a une bande dessinée qui doit faire que Liam est volé à Kurt ! Et je déteste l’admettre, mais c’est chaud ! »

L’intrigue de la bande dessinée était que Liam et Kurt avaient suivi des chemins différents et que, même s’ils continuaient à penser l’un à l’autre, ils s’étaient engagés dans des relations avec des hommes différents. La bande dessinée avait excité Eila, mais elle avait ensuite sombré dans le dégoût de soi à cause de sa culpabilité.

« Je ne comprends pas comment quelqu’un peut se salir les mains avec une telle hérésie alors qu’il est si doué pour l’art ! »

Wallace ne savait même pas comment réagir aux paroles passionnées d’Eila. « Uh-huh… »

« S’ils dessinaient une histoire d’amour pure entre Liam et Kurt… J’ai dit que je leur donnerais trois fois la récompense ! Je l’ai vraiment dit ! »

« L’as-tu fait ? »

« Oui, c’est vrai ! Mais tu sais ce qu’ils ont dit ? Ils ne dessinent que ce en quoi ils croient ! Je dois admettre que leur fierté m’a impressionnée, mais je les aurais encouragés pour toujours s’ils ne s’étaient pas taché les mains avec cette horrible intrigue ! C’est écœurant pour moi de prendre mon pied avec un autre binôme… » Eila gémit de dégoût. « Être infidèle à mon propre OTP… Je suis une fan ratée ! »

« Est-ce que vous, les “fans”, vous vous rendez compte à quel point vous manquez de respect envers ces personnes réelles ? »

Les paroles de Wallace ne touchèrent pas du tout Eila. Elle était préoccupée, réfléchissant seule à l’avenir de LiaKur.

Wallace se racla bruyamment la gorge. « Quoi qu’il en soit, Eila, tu n’as pas oublié la promesse que tu m’as faite, n’est-ce pas ? »

Dégoûtée par le sourire en coin de Wallace, Eila répondit avec irritation : « Ouais, ouais. Une soirée avec des filles, c’est ça ? Je n’arrive pas à te croire. »

« Eh bien, duh. Mon protecteur est Liam, tu sais. Je dois tirer le meilleur parti de la présence d’un homme riche à mes côtés. »

Certes, ils étaient en conflit avec la Maison Berkeley en ce moment, mais comme la Maison Banfield était dans une position avantageuse, Wallace pouvait se montrer plutôt arrogant. La seule raison pour laquelle il avait accepté cet arrangement avec Eila était qu’elle lui avait proposé d’organiser ce rendez-vous.

« Promets-moi juste que tu ne te rapprocheras pas de Liam pour des raisons impures. »

« Comme si ce que tu faisais était un tant soit peu juste… »

***

Partie 2

Après s’être séparée de Wallace, Eila retourna à son dortoir avec un moral d’acier.

« Si Liam et Kurt redeviennent proches, je suis sûre que les couples hérétiques Liallace et LlaceLia disparaîtront ! Je n’accepterai jamais ces terribles rebondissements. »

Ayant atteint son objectif, Eila était de si bonne humeur qu’elle ne remarqua pas la silhouette qui s’approchait d’elle par derrière. Lorsqu’elle sentit enfin cette présence, elle se retourna et se retrouva plaquée contre un mur.

« Hein ? »

Cela n’avait pris qu’une seconde, si bien qu’Eila ne comprit d’abord pas ce qui s’était passé. Lorsqu’elle réalisa qui la coinçait, elle ne put que s’exclamer de surprise. Devant elle se tenaient Tia et Marie, et dans leurs mains se trouvaient des exemplaires de la bande dessinée qu’Eila avait publiée.

Tia raffermit sa prise sur Eila et se pencha plus près d’elle avec un sourire effrayant. « Eila Sera Berman, vous êtes peut-être une amie de Lord Liam, mais je vais devoir vous demander quelques informations sur cette publication. Si vous pouviez me dire exactement qui a produit cette bande dessinée mettant en scène Lord Liam, et dans quel but, je vous en serais très reconnaissante. »

À côté de Tia, Marie était tellement énervée que ses yeux étaient injectés de sang. Elle avait déjà dégainé son épée de sa main libre, et la lame tremblait légèrement dans l’air. Il était clair pour tout le monde qu’elle était pratiquement folle de rage.

« Selon votre réponse, » dit Marie, « Vous pourriez vous retrouver soudainement en morceaux beaucoup plus petits. »

Les deux chevaliers avaient manifestement l’impression que leur Liam vénéré était ridiculisé. Eila fut surprise de les voir travailler ensemble alors qu’elles étaient habituellement à couteaux tirés.

Ce n’est pas bon. C’est vraiment mauvais ! Si je suis honnête avec elles, je mourrai, mais si je mens, elles me tueront probablement aussi ! Est-ce la fin pour moi ?

Eila avait l’impression que, quoi qu’elle dise, elles l’assommeraient sur-le-champ. Maintenant qu’elle y pensait, elle n’avait croisé personne d’autre en rentrant au dortoir. Elles s’étaient sans doute préparées à l’accueillir et avaient bloqué la zone d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’elle s’en rendit compte, Eila abandonna l’idée d’appeler à l’aide.

Il n’y a qu’un seul chemin qui s’offre à moi si je veux vivre !

Eila était têtue.

« J’ai un fichier sur ma tablette. Ouvrez-le. »

Tandis que Tia maintenait la jeune femme immobilisée, Marie prit la tablette d’Eila et ouvrit un fichier caché vers lequel Eila les guida. Plusieurs images s’affichèrent alors devant elles trois.

« Qu’est-ce que… ? »

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

 

 

Tia et Marie étaient restées bouche bée devant les images projetées. Tia était tellement choquée qu’elle avait lâché Eila. Les images représentaient Liam pendant son entraînement à la maison Razel et à l’école primaire. Les images le montraient en compagnie de Kurt, le torse nu, et dans d’autres états que les deux chevaliers n’avaient jamais vus. Les chevaliers rougirent, fascinés par le sourire éblouissant que Liam ne montrait jamais à ses subordonnés.

Libérée de l’emprise de Tia, Eila s’effondra sur le sol. Elle proposa un marché aux deux femmes. « Si je meurs, toutes ces données disparaissent. De plus, j’ai des dossiers plus… extrêmes stockés ailleurs de manière plus sécurisée. »

Les yeux des deux féroces chevaliers étaient remplis de soif de sang, mais Eila n’avait plus peur, persuadée qu’elles allaient mordre à l’hameçon.

« Si vous me laissez partir, je promets de vous vendre toutes les données que j’obtiendrai sur Liam. »

Les deux femmes frémirent à la proposition d’Eila, mais elles feignirent rapidement le calme. Eila, cependant, voyait clair dans leur jeu. La colère avait disparu de leurs yeux, qui se tournaient avec ferveur vers les images holographiques de Liam.

Tia avait refusé l’offre d’Eila, afin d’obtenir une position de négociation supérieure. « Vous pensez que nous allons écouter de telles bêtises ? Vous n’avez pas une très haute opinion de nous, n’est-ce pas ? »

Eila jeta un coup d’œil à Marie, qui s’était ralliée à la position de Tia.

« En effet. Vous pensez vraiment que nous ferions quelque chose pour trahir Lord Liam ? »

Eila savait que son marché était tentant, mais il semblait que leur loyauté envers Liam l’avait emporté à la fin. Malgré tout, elle resta calme et continua à négocier.

« Pensez-vous vraiment qu’il est acceptable de m’appréhender ? »

Les sourcils de Tia se haussèrent devant l’attitude confiante d’Eila. « Les menaces ne marcheront pas. Nous savons très bien que la maison Berman n’a pas le pouvoir de menacer la maison Banfield. »

Eila haussa les épaules. « Ce n’est pas une menace, j’essaie juste de faire un marché. Je vous dis qu’il vaut mieux que vous me laissiez partir si vous voulez protéger Liam. »

Marie resserra son poing autour de la poignée de son épée et la leva plus haut. « Je ne suis pas d’accord. En quoi le fait de vous laisser partir profiterait-il à Lord Liam ? »

« C’est vrai », insista Eila en les regardant froidement.

Tia et Marie semblaient se rendre compte que l’assurance d’Eila signifiait qu’elle ne bluffait pas. Elles s’étaient tues pour qu’elle puisse s’expliquer.

« C’est vrai que j’ai participé à la bande dessinée qui circule en ce moment. »

À ce moment-là, les regards des deux chevaliers se durcirent.

Eila n’en tint pas compte et poursuivit. « Et c’est vrai que la bande dessinée s’est révélée assez extrême. Mais si on me retire du tableau, des œuvres encore plus extrêmes commenceront à circuler. »

L’épée de Marie frémit à nouveau. « E-Extrême ? »

Eila leur expliqua qu’elle dirigeait le plus grand nombre de personnes créant ces œuvres, et qu’elles étaient généralement placées sous sa direction. « Il serait mauvais pour la Maison Banfield que ces œuvres circulent sans aucune régulation, n’est-ce pas ? Si vous me laissez partir, je vous jure que j’exigerai de ces créateurs qu’ils respectent des normes plus strictes. »

Tia resta un moment silencieuse, indécise, puis fixa son regard glacial sur Eila. « Tout ce que nous avons à faire, c’est de rassembler tout votre groupe une fois que nous vous aurons recueillie. »

« Je ne le recommande pas. Mes camarades sont disséminés dans tout l’Empire. Je pense que vous aurez du mal à les attraper tous. Un bon nombre d’entre eux opèrent dans la clandestinité, de toute façon. »

Marie fit claquer sa langue, imaginant la difficulté de retrouver ces individus, alors qu’une guerre semblait se préparer. À contrecœur, elle déclara : « Je suppose qu’il y aurait plus d’ennuis si ces gens n’étaient pas réglementés. »

« Est-ce d’accord ? Et si vous me laissez partir, je ne verrai pas d’inconvénient à vous vendre toutes les données que j’ai accumulées jusqu’à présent. Les fichiers originaux, bien sûr. »

En entendant cela, Marie remit son épée dans son fourreau. « Argh ! Quelle arrogance ! Mais… si nous vous tuons, vos alliés risquent de se déchaîner. Empêcher cela est notre devoir en tant que serviteurs du seigneur Liam. Oui, c’est vrai, c’est notre devoir ! »

Eila avait l’impression que Marie essayait de s’en convaincre, aussi profita-t-elle de l’indécision du chevalier. « C’est vrai. Pour l’instant, il n’y a rien d’autre à faire. Et vous, Mlle Tia ? Ne pensez-vous pas qu’il est préférable de me laisser partir moi aussi ? »

Tia passa devant Marie et commença à négocier avec Eila. « Vendez-moi toutes vos données ! Je m’assurerai que tout va bien ! Je vous donnerai assez d’argent pour que vous puissiez passer le reste de votre vie dans le confort ! Faites-moi confiance, je le récupérerai auprès des chevaliers de ma faction, nous pouvons vous donner plus que ce dont vous avez besoin ! »

Les deux chevaliers avaient les yeux vitreux à l’idée d’obtenir les fichiers images secrets d’Eila. L’autre femme ricana pour elle-même. J’ai gagné ! Je vais pouvoir vivre !

« Quoi ? » dit-elle. « Oh, je ne peux pas faire ça… Je veux que nous nous entendions bien à l’avenir, alors je vous les vendrai à un prix raisonnable. De toute façon, vous me laisserez partir, n’est-ce pas ? Et… vous me laisserez collecter toutes sortes de nouvelles données à partir de maintenant, n’est-ce pas ? »

Tia hocha la tête à plusieurs reprises. « Je suppose que nous devons le faire. Vous êtes l’amie de Lord Liam, après tout, et il est normal de prendre des photos et des vidéos de ses amis. C’est normal ! »

Marie pressa ardemment ses paumes l’une contre l’autre. « J’espère que vous continuerez à être une bonne amie de Lord Liam à partir de maintenant. »

Eila sourit. « Et j’espère aussi que nous serons amis ! »

 

☆☆☆

 

À peu près à la même époque, Rosetta accueillait les nouvelles jeunes filles venues s’entraîner au palais impérial de la planète capitale en tant qu’aînées. Elle leur expliquait comment elles devaient désormais se comporter.

« Vous êtes ici pour apprendre l’étiquette, vous devez donc rester humble. Prendre le statut de votre famille et le brandir au-dessus des autres serviteurs ne sera pas tolérée. »

Rosetta était beaucoup plus confiante qu’elle l’était à son arrivée.

« Oui, madame », répondirent nerveusement les nouvelles filles.

Rosetta sourit, pour les aider à se détendre. « Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider, afin que vous puissiez apprendre tout ce que vous pouvez ici. Travaillons tous ensemble pour nous améliorer, d’accord ? »

Il était impératif qu’une étudiante senior obtienne de bonnes notes en tant qu’éducatrice lorsqu’elle s’occupait de ses juniors pour les former. Dans le cas contraire, elle ne pourrait jamais passer au rôle de véritable professeur.

Les filles qui s’étaient moquées de Rosetta par le passé regardaient de loin, frustrées. Aucune d’entre elles n’avait été choisie pour enseigner aux nouveaux élèves.

Lorsque Rosetta renvoya les nouvelles filles, le groupe frustré prit congé à son tour. Cattleya s’approcha de Rosetta en lui souriant. Elle était heureuse que la femme peu sûre d’elle qu’elle avait formée se soit révélée si responsable.

« Je suis soulagée de voir que tu fais du bon travail. Tu as presque l’air d’une personne différente que lorsque tu as commencé ici. »

Rosetta s’inclina et remercia Cattleya pour ses compliments. « C’est grâce à vos conseils, Mlle Cattleya. »

« C’est en partie le cas, mais c’est aussi grâce à tes propres capacités. Soit fière de toi. »

Après avoir travaillé beaucoup plus dur que les autres pendant sa formation, Rosetta était maintenant reconnue par tout le monde comme quelqu’un avec de bonnes compétences. Son succès était en partie dû au fait qu’elle avait grandi dans un environnement aussi difficile que celui de la maison Claudia. Sa formation était loin d’être assez cruelle pour la briser.

En pensant aux filles qui venaient de s’enfuir, Cattleya secoua la tête en signe de déception. « J’espérais que ces idiotes auraient appris de votre exemple, mais à ce rythme, elles ne vont pas obtenir de très bonnes notes. N’est-ce pas, Rosetta ? »

« Je n’ai pas de commentaire particulier à faire sur leurs capacités. »

Bien qu’ils soient des camarades de formation, Rosetta n’avait rien à dire à leur sujet.

Voyant que Rosetta refusait de se plaindre, Cattleya sourit. Elle avait dit à Rosetta que les bavardages et les railleries sur les collègues n’avaient pas leur place au palais. « Tu ne laisses pas filtrer tes vrais sentiments… comme je te l’ai appris. Tu as beaucoup appris. Tu n’es là que pour un an, Rosetta, et pendant ce temps, je vais laisser ces nouvelles filles entre tes mains. Montre-moi que tu peux t’en occuper. »

« Oui, madame. »

« Au fait, j’ai un message pour toi de la part de ma grand-mère. Il semblerait que le Comte Banfield sera stationné sur la Planète Capitale pour sa prochaine formation l’année prochaine. »

« Chéri sera là !? Oh, umm… Pardonnez mon emportement. »

Plutôt que de désapprouver, Cattleya gloussa en voyant Rosetta exprimer ses sentiments et bafouiller d’embarras. « Vous êtes très proches, n’est-ce pas ? Oui, il va rester ici pendant deux ans, mais les hommes de son âge ont tendance à s’adonner à des divertissements peu recommandables avec leurs aînés. Tu devras être prudente, Rosetta. »

« Lord Liam ne s’amuserait jamais de la sorte. »

« Les hommes qui ne se détendent pas ont tendance à s’énerver, et les gens sérieux ont tendance à prendre leurs échecs beaucoup plus au sérieux. Il va falloir tenir fermement ses rênes, Rosetta, mais ne pas trop l’étouffer. »

***

Partie 3

Il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’un jour, dans la position de Liam, il ait plusieurs concubines. En fait, la maison Banfield pourrait même être en difficulté s’il ne le faisait pas, car à l’heure actuelle, il n’y a pas de ligne de succession directe. Si quelque chose arrivait à Liam, l’un de ses parents éloignés ou même son prédécesseur pourrait finir par devoir prendre sa place. Amagi, Brian et même Serena étaient particulièrement préoccupés par cette question. L’opinion générale parmi ses serviteurs était que Liam devait s’amuser, même si cela signifiait ignorer les sentiments de Rosetta à son égard. La maison Banfield avait besoin d’un héritier, et il n’était pas nécessaire que cet héritier vienne de Rosetta.

En fait, Rosetta avait été discrètement informée de cette situation par Brian et Serena, donc même si cela lui faisait mal, elle comprenait la situation telle qu’elle se présentait.

« Je comprends », dit Rosetta à Cattleya d’un air morose.

« Mais tu ne sembles pas l’accepter. Ce n’est pas que je ne comprenne pas ce que tu ressentes. Tu sais, si tu peux fournir un héritier toi-même, tu peux faire ce que tu veux après ça. »

De nombreuses femmes de la noblesse recherchaient librement des relations amoureuses après avoir donné naissance à un héritier. La grand-mère et la mère de Liam avaient toutes deux fondé des familles avec les autres hommes qu’elles aimaient vraiment après avoir rempli leur devoir de donner un héritier à leur mari. Pour Rosetta, cependant, ce concept n’avait aucun attrait.

« Lord Liam est le seul pour moi. »

« J’envie que tu puisses dire cela », remarqua Cattleya, avant de retourner à son travail.

 

☆☆☆

 

Sur la Planète Capitale, un hôtel de luxe à la longue histoire était en train d’être rénové à la hâte. Thomas Henfrey, venu superviser les travaux, observait les murs apparents et les ouvriers utilisant des machines, aux côtés du directeur de l’hôtel.

Le directeur avait fait le point avec Thomas. « Nous travaillons aussi vite que possible, mais je ne pense toujours pas que nous y arriverons l’année prochaine. »

L’hôtel avait beau avoir été un établissement de grande classe, il était tombé dans un état déplorable ces dernières années et n’avait pratiquement plus d’activité. Pendant cette période, il avait attiré l’attention du marchand personnel de Liam. Thomas était à la tête de la société Henfrey, un marchand qui parcourait les étoiles.

Avec son corps dodu, l’homme semblait doux au premier abord, mais son regard était acéré. « Dans le pire des cas, je veux bien que les parties du bâtiment que Lord Liam ne verra pas prennent un peu plus de temps. Comment se passe la formation du personnel ? »

Lorsque Thomas avait découvert l’hôtel, celui-ci fonctionnait à peine en tant qu’entreprise.

« Nous avons essayé de réembaucher certaines personnes qui travaillaient ici, mais nous n’avons pas pu toutes les embaucher. Nous formons les nouvelles recrues du mieux que nous pouvons, mais elles n’ont pas d’expérience sur le terrain… »

« Préparez-les le plus vite possible. Une fois que Lord Liam sera diplômé de l’académie militaire, ce sera sa base pour un certain temps. »

« Oui, monsieur. » Les yeux du directeur étaient d’un sérieux mortel et sa réponse était ferme, montrant qu’il était déterminé à mener à bien ce projet.

En réalité, ce n’était pas la faute de l’hôtel si les clients avaient été chassés, ce qui avait fait chuter ses finances. Les problèmes provenaient en fait d’un seul client. Ce dernier s’était mis à boire, dérangeant les autres visiteurs, et l’hôtel n’avait eu d’autre recours que de mettre le belligérant à la porte. Ce n’est que plus tard que l’on avait appris qu’il s’agissait d’un noble. Ce qui s’était passé ensuite était l’histoire typique de vengeance d’un noble qui se sentait dans son droit. Le harcèlement de ce noble avait rapidement entraîné la chute de la popularité de l’hôtel. Même un hôtel de luxe respecté était voué à la faillite s’il devenait l’objet de l’ire de l’élite. À l’inverse, si l’hôtel pouvait s’allier à un autre noble, il serait en mesure de redresser la barre.

« D’ailleurs, » demanda le directeur à Thomas, « Êtes-vous sûr que je dois choisir les personnes qui serviront Lord Liam uniquement sur la base de leurs compétences ? Leur apparence ne devrait-elle pas également être prise en considération ? »

Le directeur était soucieux de donner à Liam la possibilité de s’amuser avec le personnel, s’il en avait envie.

Thomas sourit et secoua la tête. « Lord Liam ne s’intéresse même pas aux domestiques de son propre manoir. Cela n’a rien à voir avec ses préférences, il est simplement très strict avec lui-même. Il vous estimera davantage si vous ne mettez à ses côtés que des travailleurs compétents, plutôt que des gens plus photogéniques auxquels vous pensez. »

Dans l’esprit de Thomas, Liam était un noble extrêmement vertueux.

Le directeur fut impressionné par les propos de Thomas. « J’ai vu beaucoup de nobles ici sur la Planète Capitale, mais le Seigneur Liam semble vraiment admirable. »

De bonne humeur, Thomas parla plus longuement de Liam. « Il a un peu la gueule d’un ruffian, mais l’homme est vraiment compatissant. Il n’a aucune pitié pour ses ennemis, mais il est très généreux avec ses alliés. Je ne pense pas que vous ayez à vous inquiéter. Si vous et votre personnel vous contentez de bien faire votre travail, le seigneur Liam vous témoignera sa reconnaissance. »

Le directeur s’était redressé et avait levé la tête. « Vous pouvez compter sur nous. »

Sur la Planète Capitale, tout était en place pour préparer l’arrivée de Liam à la fin de ses études. Thomas contemplait tous ces préparatifs avec un sentiment de satisfaction lorsqu’un de ses employés arriva en courant vers lui.

« Monsieur Henfrey, monsieur ! »

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Eh bien, des marchands de la Planète Capitale souhaitent vous rencontrer ! »

« Qui sont ces personnes ? Qui sont-ils ? »

Il était inhabituel que les marchands de la Planète Capitale veuillent rencontrer un marchand de l’arrière-pays comme Thomas. Normalement, c’était lui qui essayait d’organiser des rencontres avec de telles personnes.

« Monsieur Elliot, de la société Clave, et Mme Patrice, de la société Newlands. Ils souhaitent tous deux vous rencontrer. »

Les yeux de Thomas s’écarquillèrent. « Ce sont de grands noms. »

La société Clave était l’une des principales sociétés marchandes de la planète capitale et était un marchand personnel de l’Empire. Et si la société Newlands avait son magasin principal sur ce monde, elle faisait également des affaires dans tout le domaine. Ces deux sociétés opéraient à une échelle complètement différente de celle de la Henfrey Company de Thomas. C’était comme si les PDG de deux entreprises d’envergure nationale voulaient rencontrer le propriétaire d’un magasin qui n’avait que quelques emplacements au milieu de nulle part. Le directeur avait également entendu parler de ces célèbres marchands et ne pouvait cacher sa surprise. Il s’agissait de deux noms connus, et ils voulaient le rencontrer.

« Je ne vois qu’une chose dont ils voudraient parler… », songea Thomas.

Comme il ne pouvait pas refuser, Thomas prépara une réunion.

 

☆☆☆

 

Pour la phase suivante de ma formation, j’avais été affecté à un département logistique sur la planète capitale. Nous nous occupions non seulement de la distribution du personnel et des fournitures, mais aussi de toutes sortes d’autres tâches de gestion. Franchement, le travail était plutôt ennuyeux. Je ne pensais pas que c’était un poste approprié pour quelqu’un qui avait obtenu des notes exemplaires et le grade de lieutenant.

Bien sûr, mes « notes exemplaires » étaient en partie fabriquées, car j’avais entendu dire que les nobles obtenaient des points supplémentaires simplement parce qu’ils étaient nobles. La seule raison pour laquelle j’avais été nommé lieutenant, c’était aussi mon ascendance.

Alors pourquoi travaillais-je dans la logistique ? Parce que si j’escaladais suffisamment de montagnes de paperasse ici, je serais automatiquement promu capitaine dans un an. Dans deux ans, je devais être major. Les nobles gravissaient les échelons en restant bien assis à l’arrière à faire du travail de bureau. Quel monde merveilleux que le nôtre !

Ensuite, lorsque j’aurais pris mon poste officiel, je pourrais passer quatre ans à paresser avec la flotte de patrouille que Tia avait préparée pour moi, et ce serait tout. J’en aurais fini avec ma formation militaire, et il ne me resterait plus qu’à passer un peu de temps à l’université, puis à m’occuper encore un peu plus de mon travail de fonctionnaire.

Les nobles jouissaient d’une vie rapide sans avoir à fournir beaucoup d’efforts, tout en regardant les autres se débattre. Rester assis et vivre cette vie ? J’étais l’image même du seigneur du mal.

À mon nouveau poste, je résidais toujours à la caserne, puisque j’étais en formation, mais les jours de congé, je pouvais m’échapper dans un hôtel de la planète capitale. Je travaillais tous les jours à des heures normales, je profitais de mes soirées et je rentrais à la caserne pour me reposer. C’était vraiment agréable de se moquer des militaires d’élite qui travaillaient à leur poste.

Mon lieu de travail était un bâtiment terne qui ne recevait pas de lumière naturelle. Comme les fenêtres ne donnaient que sur les immeubles voisins, des images de nature étaient projetées sur les vitres au lieu d’un paysage réel. C’était une structure impopulaire et bon marché, mais mon espace de travail personnel était suffisamment spacieux et confortable. Il ressemblait à l’environnement de bureau typique de ma vie antérieure, sauf que tous les employés portaient des uniformes militaires.

À côté de moi, je voyais Wallace travailler d’un air mécontent, et au-delà de lui, j’apercevais Eila se faire instruire d’une tâche par l’un de nos aînés. C’est aussi parce que nous étions des nobles que nous avions été affectés tous les trois au même poste.

Pendant que je continuais mon travail et que je réfléchissais un peu, Wallace se leva et quitta son poste. Il m’avait dit qu’il allait aux toilettes. Mais avant de s’éloigner, il me déclara : « Hé, j’ai entendu dire qu’il y avait quelqu’un ici qui voulait nous engueuler. »

« Hein ? On a foiré quelque chose ? »

Qui aurait pu se tromper ? Le travail que nous avions supervisé ici avait été en grande partie confié à l’intelligence artificielle. Bien sûr, il y avait aussi des tâches confiées à des êtres humains, et l’erreur avait donc dû être commise.

« Eh bien, ils veulent se plaindre d’une commande de fournitures qui t’a été attribuée, Liam. »

« Quoi ? »

***

Partie 4

De nombreux militaires méprisaient les départements logistiques, car leur personnel n’allait jamais en première ligne, sans parler de leur utilisation intensive de l’intelligence artificielle. La quasi-totalité de l’Empire, des militaires aux citoyens, n’appréciait guère l’intelligence artificielle. Néanmoins, si le travail devait être entièrement effectué par des humains, l’efficacité diminuerait considérablement, ce qui les obligeait à recourir à l’assistance de l’IA. Néanmoins, il restait des soldats qui ne comprenaient pas cette nécessité. Par exemple, l’un d’entre eux était le soldat qui était venu se plaindre au département de Liam.

« Comment osez-vous, bande d’imbéciles dépendant de l’IA, refuser ma demande ? »

Un colonel à la bedaine prononcée était passé après le déjeuner pour se plaindre. Un général de brigade s’occupa alors de lui et, bien que cet homme soit d’un rang plus élevé, le colonel était un noble.

« Je suis désolé, colonel, » déclara le général de brigade. « Nous obtiendrons tout ce dont vous avez besoin immédiatement, alors pardonnez ce malentendu… »

En raison de l’attitude prédominante à l’égard de l’IA et du département logistique, les nobles qui débarquaient ici pour faire des demandes hautaines étaient pratiquement des événements quotidiens.

Le colonel n’avait pas été rassuré par les paroles du général de brigade. « Amenez-moi l’idiot qui a organisé le ravitaillement de mes navires ! Je l’éduquerai moi-même ! » Le colonel souriait, le fouet à la main.

« Vous ne pouvez pas faire ça, colonel. » Le général de brigade s’avança d’un pas inquiet. « Je ne le recommande pas. »

« Je vais juste donner une leçon gratuite à un lâche qui ne verra jamais les lignes de front. Vous devriez pleurer de gratitude pour ma générosité. »

Le colonel avait apparemment l’habitude de tourmenter les plus faibles que lui. Il était absolument certain d’être dans son bon droit.

Le général de brigade renonça à le convaincre et affaissa les épaules. « Je vous ai prévenu », soupira-t-il. Il demanda à l’un de ses collaborateurs : « Allez chercher le lieutenant. »

Le colonel frappa sa main avec le fouet, ce qui produisit un son aigu. « Héhé. Alors c’est un nouveau, hein ? Un gamin encore en formation ? Il faut que je lui apprenne ce qu’est un soldat impérial. »

Alors que le colonel parlait des « jeunes d’aujourd’hui », le général de brigade détourna les yeux et murmura : « Une leçon que certains ont désespérément besoin d’apprendre. »

« Qu’est-ce que vous dites ? »

« Rien. »

Quelques instants plus tard, on frappa à la porte du général de brigade et le colonel aboya : « Entrez ! »

Liam entra dans le bureau de son supérieur avec un air mécontent, plutôt qu’avec une once d’anxiété visible. Cela suffit à aggraver l’irritation du colonel.

« Est-ce toi qui es chargé d’approvisionner mes navires ? Comprends-tu ce que tu as fait, imbécile ? »

Liam renifla de manière effrontée. « Bon sang, qui êtes-vous ? »

« Qu’est-ce que c’était ? Tu ne comprends pas les insignes de grade, mon garçon ? »

« Ne vous énervez pas contre moi. Vous n’êtes rien de plus qu’un noble à qui l’on a remis un grade et une flotte de patrouille. Brigadier général, monsieur, j’ai beaucoup de travail — je préférerais que vous ne m’appeliez pas pour des questions triviales comme celle-ci. »

« Je m’excuse », répondit le général de brigade. « Vous voyez, le colonel a insisté pour vous éduquer. »

En entendant cela, le regard de Liam s’assombrit. « M’éduquer, vous dites ? »

« Oui, toi ! » grogna le colonel. « Qu’est-ce qu’on vous apprend, à vous les gosses, à l’académie militaire, de nos jours ? C’est ça, tu ne rentreras pas chez toi ce soir ! »

Alors que le colonel imaginait les façons dont il comptait faire souffrir Liam, il ressentit soudain une vive douleur. « Ack ! » Il heurta le mur derrière lui et, avant de comprendre ce qui s’était passé, il entendit la voix de Liam.

« Général de brigade, monsieur, pourriez-vous contacter le supérieur de cet homme ? »

« Eh bien, je… »

« Il a demandé toutes sortes d’équipements et de personnel inutiles pour un cuirassé, voyez-vous. Je voudrais juste poser quelques questions à son supérieur sur cette flotte de patrouille qui ne sert à rien. »

Le général de brigade commença à avoir mal à la tête, mais il demanda tout de même à Liam quel type d’équipement et de personnel le colonel demandait. « Pouvez-vous me donner les détails ? »

« Il a demandé l’installation d’un casino sur son cuirassé et d’une centaine de femmes pour le “divertissement”. Vous voyez, je ne sais pas exactement à quoi de telles choses peuvent servir sur le plan militaire. J’ai fait quelques recherches, et sa flotte de patrouille semble n’être qu’un ramassis d’incompétents qui n’ont rien fait de bien. En fait, il est inutile de leur donner le moindre réapprovisionnement. »

« Je vois… »

« Je veux juste savoir quel genre d’officier impérial serait assez stupide pour demander officiellement que son vaisseau soit approvisionné en femmes et en alcool. Maintenant, pourriez-vous gentiment contacter le supérieur de cet imbécile ? »

Devant le sourire de Liam, le général de brigade répondit d’une voix tremblante : « Je suppose que oui. » Sur le champ, il utilisa sa tablette pour appeler le supérieur du colonel, un major général qui commandait une flotte de patrouille dans le secteur de la Planète Capitale.

L’appel se connecta et l’image holographique du visage d’un homme irrité apparut dans l’air devant eux. « Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Hey, Major Général. » Liam s’adressa à l’homme avec désinvolture. « L’un de vos hommes a décidé de se battre avec moi. En tant que supérieur, j’espérais que vous prendriez vos responsabilités. »

Le visage du major général devint d’abord rouge de colère, mais lorsqu’il réalisa que c’était Liam qui lui parlait, son visage blanchit. « C-Comte Banfield ! » Le major général était lui aussi un noble, mais en tant que chef actuel de la maison Banfield, le « rang » de noblesse de Liam dépassait de loin le sien. De plus, Liam avait acquis une certaine notoriété en raison de sa querelle avec la famille Berkeley. Le major général était manifestement paniqué à l’idée de lui parler.

« Je suis terriblement désolé de l’impolitesse de mon subordonné, monseigneur. Je vous prie de me le renvoyer immédiatement. »

Liam envoya le colonel voler d’un coup de pied. Le bruit épouvantable qu’il produisit intimida encore plus le major général. « Le renvoyer ? Vous venez le chercher vous-même ! Vous me donnez vraiment un ordre ? Pour qui vous prenez-vous ? Pensez-vous que vous pouvez me regarder de haut juste à cause de nos grades militaires ? »

Normalement, dans l’armée, l’attitude de Liam aurait été impensable. C’était une autre histoire lorsqu’il s’agissait de nobles qui faisaient étalage de leur statut. Cela signifiait que même si quelqu’un était d’un rang militaire inférieur, s’il s’agissait d’un noble de rang supérieur, la personne de rang inférieur n’avait pas d’autre choix que de lui obéir.

« Bien sûr, monseigneur. J’arrive tout de suite, aussi vite que possible. »

« Dépêchez-vous. Autre chose : les commandes de fournitures que vos gens m’envoient sont pleines d’absurdités. Dites-leur de ne pas mettre sur leurs commandes des éléments qui me feraient perdre du temps, compris ? Je veux rentrer chez moi à l’heure tous les jours. Vous comprenez ? »

Le major général ne savait pas trop quoi répondre à cela. Au fond, Liam privait ses hommes de divertissements et de tout autre luxe. « B-bien, je… »

« Si vous avez une plainte à formuler, je vous écouterai. Allez, qu’est-ce que c’est ? »

Bien qu’il ait dit qu’il écouterait, Liam refuserait probablement tout ce que le général de division demanderait. Peu importe les raisons qu’il invoquerait, il devait savoir que Liam était dans son bon droit et qu’il ne se laisserait pas influencer, aussi le major général abandonna-t-il simplement. « Rien, monseigneur. »

Accorder un traitement spécial aux flottes en dehors des règles habituelles demandait du temps et des efforts supplémentaires. Liam n’aimait pas cela.

« J’aime les gens qui savent où est leur place. Maintenant, venez chercher votre subordonné incompétent. »

« Oui, monseigneur. »

Le major général mit fin à l’appel. Ayant appris que Liam était un comte dirigeant doté d’un pouvoir important, le colonel tremblait de terreur.

« Eh bien, tu as une leçon à me donner maintenant, n’est-ce pas ? » lui dit Liam. « C’est une chance, parce que je craignais de perdre la main avec tout ce travail de bureau. Ça devrait être un bon exercice, non ? »

Le colonel se leva précipitamment et salua Liam. « Je suis vraiment désolé de mon comportement, monseigneur ! »

Il avait fini par reconnaître que Liam occupait une position plus élevée que la sienne, mais un peu trop tard. Liam posa sa main sur l’épaule de l’homme et le colonel tressaillit.

« J’applaudis ton volte-face, mais je ne suis pas assez indulgent pour te laisser t’en tirer aussi facilement. Alors, jusqu’à ce que ton patron vienne vous chercher, que dirais-tu si je t’éduquais ? C’est une bonne affaire, non ? C’est bon, tu peux pleurer de bonheur. »

Liam entraîna le colonel tremblant hors de la pièce en le tirant par le revers de sa veste. Le général de brigade les regarda partir, souriant du soulagement que lui procurait ce spectacle.

« Heh… C’était le bon choix de recruter le Seigneur Liam. »

Il était heureux que le travail de son département se déroule plus facilement depuis qu’ils avaient le jeune homme. Beaucoup trop de militaires méprisaient la logistique et leur demandaient des fournitures déraisonnables. C’est pour cette raison que le général de brigade avait voulu avoir un noble influent à ses côtés. S’il s’était agi d’un noble corrompu ou moins puissant, comme un membre de la maison Berkeley, il n’aurait probablement pas voulu du poste ou aurait même espéré l’exploiter à son avantage. En revanche, un noble diligent comme Liam ne permettrait pas que le système soit utilisé à mauvais escient.

Le général de brigade avait proposé le poste à Liam avant le début de sa formation sur la planète capitale, pensant que cela ne pouvait pas faire de mal d’essayer. À sa grande surprise, le comte avait accepté. Non seulement cela, mais Liam faisait encore plus d’efforts que ce que le général de brigade attendait de lui.

« Ce sera bien si nous avons moins d’exigences déraisonnables à partir de maintenant, avec Liam dans notre coin. Je n’arrive toujours pas à croire que nous nous sommes retrouvés avec un noble aussi travailleur… »

Même si le général de brigade était reconnaissant de l’éthique de travail du comte, il ne comprenait pas pourquoi.

***

Partie 5

En ce qui concerne la formation de Marie, elle était devenue une soldate de première ligne.

« Maudite soit cette femme viande hachée ! »

Équipée d’une combinaison motorisée, elle sauta d’un vaisseau de transport en maudissant Tia. La combinaison n’avait pas de parachute, mais elle avait déployé une barrière juste avant l’atterrissage, ce qui avait absorbé l’impact. Se retrouvant dans une jungle dense, Marie examina prudemment son environnement.

« Ça va, Marie ? Je t’ai entendue crier quelque chose », déclara une voix à l’intérieur de son casque.

« Tout va bien », avait-elle répondu sèchement, et le commandant avec lequel elle a communiqué n’avait pas cherché à en savoir plus.

« J’ai compris. Alors, infiltre la cachette de l’ennemi et sauve les otages. Ce sera une mission difficile, mais j’ai confiance en tes capacités. »

Après s’être vu confier une mission complètement démesurée consistant à attaquer une base ennemie et à sauver des otages, Marie s’était dit : « Comment Tia a-t-elle osé m’assigner à cette tâche ? Quand je reviendrai, je séparerai la tête de ses épaules de cette femme de viande hachée.

Si elle avait été affectée à cette unité d’opérations spéciales, c’est parce que Tia avait secrètement tiré quelques ficelles. La femme avait eu l’audace de lui dire : « Tu n’as pas ta place aux côtés de Lord Liam. »

Marie se déplaça avec agilité dans la jungle, éliminant les guetteurs à l’aide de son couteau lorsqu’elle les trouvait. En observant son travail rapide à distance, son commandant loua ses capacités.

« Un travail incroyable. Tu me rappelles un de mes anciens subordonnés. »

Marie conversa avec l’officier tout en continuant, sa curiosité piquée. « Avais-tu quelqu’un d’aussi compétent que moi ? Qui était-ce ? »

L’idée qu’il existe quelqu’un d’aussi fort qu’elle l’intéressait.

« Elle a porté plusieurs noms. C’était aussi une espionne. Elle était certainement forte au combat, mais elle menait à bien n’importe quelle mission avec aisance. »

« J’aimerais la rencontrer. »

« Je ne peux pas divulguer son nom, mais je t’assure qu’elle était aussi douée que toi. »

Lorsque la base ennemie avait été en vue, Marie coupa les communications et commença à s’infiltrer.

« Bon, si je veux retourner auprès de Lord Liam, il va falloir que je me dépêche de finir mon travail ici. Je ne me suis pas amusée ces derniers temps, j’ai besoin d’une occasion de me défouler. »

Ce jour-là, grâce à Marie, un syndicat du crime avait cessé d’exister.

 

☆☆☆

 

Faire un peu d’exercice me faisait du bien. Après avoir un peu giflé le colonel, j’étais de bien meilleure humeur.

« Et je rentre quand même chez moi à l’heure aujourd’hui. »

Alors que je me félicitais d’un nouveau travail bien fait, Wallace s’était approché de moi d’un air fatigué.

« Tu tiens beaucoup à rentrer à l’heure, n’est-ce pas, Liam ? Penses-tu que c’est bien ? Il y a un tas de gens qui doivent rester tard. »

Les officiers supérieurs qui avaient encore du travail à faire nous regardaient alors que nous nous apprêtions à partir. Aux côtés de Wallace et de moi, Eila avait l’air de se sentir mal à l’aise elle aussi.

« Nous nous démarquons un peu, n’est-ce pas ? », dit-elle.

Je m’en moquais éperdument. Mon propre travail était terminé, et c’était tout.

« Les heures supplémentaires sont surestimées », avais-je déclaré.

L’un des autres employés quitta son bureau pour s’approcher de moi. « Vous n’allez pas nous aider ? », avait-il demandé. « Nous aurions fini en un rien de temps si vous le faisiez, vous savez. »

Je lui avais dit de faire son propre travail et je l’avais mis de côté. Quel intérêt y avait-il à aider mes collègues ? Favoriser l’esprit de coopération ? Chacun aidant à soutenir le poids des autres ? Inutile.

« Quel est l’intérêt de la chose ? »

Dans ma vie passée, j’avais travaillé dur pour le bien de mon entreprise, pour le bien de mes collègues, et cela ne m’avait rien apporté. Le travail était censé être terminé à temps, afin que vous puissiez rentrer chez vous et avoir le temps de vous reposer. Tant que vous faisiez votre travail, votre salaire était payé, et cela devait suffire. Bien sûr, on vous en demandait toujours plus, mais si cela ne servait à rien, ce n’était pas la peine de faire des efforts supplémentaires. Oh, ils peuvent vous remercier d’avoir travaillé dur, mais il est très rare que vos efforts soient récompensés. C’est pourquoi, dans cette vie, j’avais veillé à ne faire que ce pour quoi j’étais payé, et rien de plus.

« Quoi qu’on en dise, j’ai dit que je n’en ferai pas plus que nécessaire. Si quelqu’un veut que je fasse des heures supplémentaires, il ferait mieux d’empiler des lingots d’or et de s’incliner devant moi lorsqu’il me le demandera ! »

J’avais dit ce que j’avais à dire et Eila avait haussé les épaules.

« Yeesh, c’est encore l’amour de l’or de Liam. »

« Oui, je ne le nie pas. Maintenant, venez, sortons d’ici. »

Je les avais conduits tous les deux hors de notre lieu de travail et, à l’extérieur du bâtiment, nous avions trouvé une grande limousine qui attendait.

« Eh bien, c’est chic », avais-je dit. « Est-ce que quelqu’un d’important va sortir, ou quelque chose comme ça ? »

L’élégante limousine m’avait troublé. Il n’y avait pas beaucoup de nobles qui travaillaient dans ce bâtiment impopulaire, la voiture devait donc appartenir à un visiteur. Mais je ne voyais pas pourquoi une personne riche viendrait sur notre lieu de travail. S’agissait-il d’un noble important venu se plaindre ? Alors que je me posais toutes ces questions, Wallace remarqua quelque chose.

« N’est-il pas là pour toi, Liam ? »

« Quoi ? »

Je m’étais approché du véhicule et une porte s’était immédiatement ouverte. Rosetta était sortie de la voiture, habillée de façon décontractée. C’était la première fois que je la voyais depuis longtemps, et elle avait l’air un peu plus mature.

« Chéri ! » s’exclama-t-elle.

« Rosetta !? »

J’avais eu envie de l’esquiver lorsqu’elle s’était jetée sur moi, mais elle serait probablement tombée au sol si je l’avais fait, alors je n’avais pu que l’attraper dans mes bras.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? », avais-je balbutié.

« Tu as terminé ton travail pour la journée, n’est-ce pas ? Mon entraînement est aussi terminé, alors je reste à l’hôtel maintenant. Je suis venue te chercher pour que nous puissions passer du temps ensemble ! »

Lorsque Wallace et Eila l’avaient appris, ils s’étaient glissés dans la limousine.

« C’est gentil de votre part, » dit Wallace. « Alors, nous allons vous emmener faire un tour. Hé Liam, c’est la folie ici ! Il y a de l’alcool et des snacks ! Et c’est tout ce qu’il y a de bon ! »

Eila s’extasia : « La tapisserie et l’ameublement sont incroyables ! »

Je m’étais précipité pour essayer de les arrêter, mais il était trop tard, car ils avaient déjà sauté à l’intérieur.

« H-hey ! On ne sortait pas aujourd’hui ? »

Wallace était déjà en train de grignoter. « On peut faire ça à l’hôtel, non ? Je suis fauché de toute façon, alors un endroit en vaut un autre tant que je n’ai pas à payer. »

Bon sang de bonsoir ! Je savais que Wallace n’allait pas m’aider, alors j’avais regardé Eila. Elle avait les yeux rivés sur les amuse-gueule de la limousine.

« Est-ce que je peux les manger, Rosetta ? »

Debout avec moi à l’extérieur de la limousine, Rosetta sourit à Eila. « Bien sûr. »

« Super ! Allez, Liam, monte ! J’étais curieuse de savoir où tu vivais de toute façon. Je veux le voir ! »

Ne vas-tu pas nous aider ?

Rosetta leva les yeux vers moi, les yeux emplis de tristesse. « Tu étais sur le point de sortir, chéri ? Tu dois passer du temps avec tes collègues… C’est logique, je comprends. Alors, je n’insisterai pas. »

Pourquoi me sentais-je coupable de regarder Rosetta tout d’un coup ? Et j’allais juste faire la tournée des bars avec Wallace et Eila. Ce n’était pas pour le travail.

« N-Non, j’allais juste boire un verre avec ces deux-là. Ce n’est pas important. »

Pour une raison que j’ignore, j’avais répondu par l’affirmative et j’avais fermé ma propre porte de sortie.

« Vraiment ? Alors, allons à l’hôtel ! Il y a tellement de restaurants différents que je n’en ai jamais assez. Oh, et j’ai entendu dire qu’ils avaient déjà toutes sortes d’alcools en stock juste pour toi, Chéri. »

 

 

« A-Ah oui ? »

Lorsque je l’avais rencontrée pour la première fois, j’avais vu en Rosetta une femme pondérée avec une volonté d’acier inflexible, mais dès qu’elle s’était fiancée à moi, elle était devenue comme ça. Je m’attendais à ce qu’elle soit contrariée par les fiançailles que j’avais moi-même recherchées, alors c’était une déception que je ne puisse pas m’amuser à la tourmenter avec ça. Devenir son « Chéri » était une surprise désagréable.

Pour tenter de faire la conversation, j’avais interrogé Rosetta sur sa vie à l’hôtel et sur ce qu’elle y faisait.

« J’étudie la culture de Planète Capitale avec d’autres filles nobles qui sont ici en ce moment. C’est très amusant. »

Est-ce que c’est comme si une jeune femme suivait des cours de cuisine ? Je suppose que cela avait l’air amusant… non pas que ses études ou ses cours de cuisine m’intéressent le moins du monde.

L’expression de Rosetta s’assombrit. « Aussi, mon chéri… Tu as de la visite. »

« De la visite ? »

Encore des visiteurs, hein ? J’espère seulement que ce n’est pas comme le colonel de tout à l’heure…

 

☆☆☆

 

Après le départ de Liam, deux de ses collègues s’étaient rapprochés avec leur chaise pour parler de lui. Ils étaient tous deux des vétérans du département, y travaillant depuis des décennies. Pendant cette période, de nombreux nobles étaient venus travailler à la logistique pendant leurs périodes de formation, et ces deux-là pouvaient donc comparer Liam à un grand nombre d’entre eux.

« Pourquoi vient-il travailler normalement et fait-il tout ce qu’on attend de lui ? »

Ils avaient été surpris de voir que Liam travaillait avec autant d’assiduité.

« Cela n’a aucun sens. On attend d’un noble qu’il arrive en retard et qu’il parte en avance. La plupart d’entre eux ne viennent même pas travailler, et ils ne font rien d’autre que de glander lorsqu’ils se présentent. »

De nombreux nobles étaient venus et repartis de la logistique pour leurs périodes d’entraînement. Le fait est que la plupart d’entre eux ne se présentaient pas à leur poste et se contentaient de faire ce qu’ils voulaient. Le fait que Liam et ses amis soient en train de travailler était tout à fait inhabituel.

« Hé, vous avez vu le général de brigade ? Il rentre chez lui à l’heure, en fredonnant. »

« Combien de décennies se sont écoulées depuis que ce type n’a pas eu besoin de faire des heures supplémentaires ? »

Les deux logisticiens étaient en admiration devant Liam, après avoir vécu l’enfer du comportement déraisonnable des nobles jusqu’à présent.

« De nos jours, les flottes de patrouille ne se plaignent même plus. »

« L’éducation qu’il leur donne semble vraiment les aider. Le comte Banfield est vraiment aussi diligent qu’on le dit, n’est-ce pas ? »

« Diligent, travailleur, il ne jette pas son dévolu avec sa position ou son influence… Je suppose que les nobles comme lui existent vraiment. »

Oh, Liam pouvait être violent avec certains, comme le colonel de la flotte de patrouille qui les avait rendus visite aujourd’hui, mais il ne levait jamais la main sur les personnes avec lesquelles il travaillait régulièrement. C’est pourquoi la plupart de ses collègues le considèrent comme un noble exemplaire.

« Je pensais que ce n’était qu’une rumeur, mais c’est vraiment un souverain sage, n’est-ce pas ? »

« Je suis jaloux des gens qui vivent sous la maison Banfield. »

***

Chapitre 6 : Les marchands de l’Empire

Partie 1

Mon luxueux salon, situé à l’un des niveaux supérieurs de l’hôtel, était agréable et tranquille. Bien sûr, j’aimais aussi les endroits plus tape-à-l’œil, mais c’était en fait le genre d’environnement dans lequel je préférais vivre. J’avais bien fait de laisser Thomas s’occuper de mon logement sur la Planète Capitale. La somme d’argent investie dans la rénovation de cet endroit était digne d’un seigneur du mal comme moi.

Satisfait de ma base d’opérations, je m’étais assis sur un canapé avec, en face de moi, les deux personnes que Thomas m’avait fait rencontrer.

L’un d’eux avait été présenté comme Elliot, le jeune président de la société Clave. C’était un homme blond aux cheveux séparés sur le côté et il portait un costume. En apparence, il ressemblait à quelqu’un d’une vingtaine d’années, et son âge réel était assez jeune pour ce monde. Il arborait un sourire bon enfant.

« Merci beaucoup d’être venus nous rencontrer aujourd’hui », avait-il déclaré.

À côté de lui se trouvait un membre du conseil d’administration de la compagnie Newlands, nommé Patrice. C’était une belle femme aux cheveux roux et aux yeux verts, vêtue d’un tailleur qui mettait en valeur sa poitrine généreuse. S’agissait-il d’une tentative de séduction ? Il ne faisait aucun doute dans mon esprit que beaucoup d’hommes se laisseraient facilement séduire par cette vue.

La femme séduisante avait essayé de m’amadouer. « Nous sommes ravis d’avoir pu rencontrer un futur duc comme vous, Lord Liam. Vous êtes bien connu, même ici sur la planète capitale. »

Malgré ses flatteries, je n’aimais pas particulièrement ce type de femme. Elle me rappelait trop ma femme dans ma vie précédente. Les femmes tape-à-l’œil comme elle ne me plaisaient pas.

J’avais jeté un coup d’œil à Thomas, qui avait l’air humble, assis à côté des deux puissants marchands.

« Lord Liam, vos invités souhaitaient vous rencontrer dans l’espoir de devenir des marchands personnels de la maison Banfield. »

Ces deux grands noms de la Planète Capitale avaient fait tout ce chemin pour me voir, juste pour me demander s’ils pouvaient rejoindre mon équipe de marchands personnels. Chacun d’entre eux possédait une entreprise plus importante que celle de Thomas, ils seraient donc probablement tous les deux utiles.

« Mes marchands personnels, hein ? »

« Oui, » dit Elliot en souriant. « Nous serions ravis de pouvoir vous être utiles, Lord Liam. La société Clave est au service de la maison impériale. Notre entreprise a une longue histoire, avec de nombreuses réalisations à son actif. Je suis sûr que nous vous serions très utiles. »

À côté de lui, Patrice bombait le torse, ne voulant pas se laisser éclipser. « Il est vrai que la firme Clave se distingue parmi les marchands de la planète capitale, mais la compagnie Newlands fait des affaires dans tout l’Empire. Nous soutenons de nombreux autres seigneurs au pouvoir, alors nous pourrions sûrement également vous soutenir, Lord Liam. »

J’aimais les gens qui me flattaient, mais je savais qu’il y avait toujours un piège. Je ne faisais jamais confiance à quelqu’un qui prétendait « vouloir simplement m’aider ». De la bonne volonté pure ? Cela n’avait aucun sens lorsqu’il s’agissait du tout-puissant dollar.

« Thomas est déjà mon commerçant personnel. Vous comprenez que sa société est importante pour moi ? »

Thomas était visiblement troublé quand j’avais prononcé son nom. Allez, si tu es un marchand maléfique, sois un peu plus sûr de toi, Thomas !

« Bien sûr que si », dit Elliot, en faisant un geste d’animation. « Nous n’essaierions jamais d’évincer la société Henfrey. Nous vous encourageons seulement à utiliser également les services de la société Clave. »

Patrice avait exprimé la même position. « La société Newlands ne souhaite pas non plus l’exclusivité. Nous serions heureux que vous continuiez à utiliser la société Henfrey. »

Tous deux avaient souri en discutant de leurs projets avec moi. Elliot et Patrice étaient venus armés d’incitations financières.

Elliot poursuivit : « La firme Clave souhaite faire un don à la Maison Banfield en signe de bonne foi. Nous sommes heureux de vous fournir gratuitement tout ce dont vous pourriez avoir besoin ici sur la Planète Capitale pendant votre formation. »

Patrice avait ajouté : « Si vous faites appel à la société Newlands, nous fournirons à la maison Banfield toutes les ressources que vous souhaitez à des prix très raisonnables, et vous pouvez vous attendre à de nombreux cadeaux annuels en plus de cela. »

Ils semblaient tous deux avoir une haute opinion de la maison Banfield, mais comment pouvais-je faire confiance à quelqu’un qui me disait qu’il me donnerait quelque chose ?

« Ça a l’air bien. Alors, qu’est-ce qui se passe en fin de compte… ? Qu’est-ce que vous cherchez tous les deux ? »

Les sourires d’Elliot et de Patrice s’étaient crispés.

« Qu’est-ce qu’on cherche ? » répondit Elliot. « Nous sommes des marchands, bien sûr. Naturellement, nous sommes là pour faire du profit. Nous espérons que la maison Banfield sera un gros client. »

Patrice répondit : « Nous avons assisté à votre ascension fulgurante et nous attendons beaucoup plus de vous au fil du temps. Nous pensons qu’une bonne relation avec vous pourrait nous être très bénéfique à l’avenir. »

J’avais déjà vu ce type de sourire plaqué sur un visage. C’était le sourire de mon ex-femme. Je n’arrivais toujours pas à oublier le visage de cette femme qui m’avait si terriblement trompé.

J’avais plissé les yeux et j’avais parlé froidement. « Effacez ces faux sourires de vos visages. »

Le visage d’Elliot se figea immédiatement. « La rumeur disait que vous étiez un dirigeant chaleureux et sage, mais je suppose qu’il y a des choses que l’on ne peut pas savoir avant de se rencontrer face à face. »

Patrice souriait toujours, mais son sourire était différent. C’était presque un prédateur, comme si elle me jaugeait. « Alors, ce sont vos vraies couleurs ? Eh bien, je dois dire que j’aime ça. »

Vous voyez ? Je savais qu’il y avait un piège.

« Alors, encore une fois… Qu’est-ce que vous attendez vraiment de moi ? »

L’air de bonne volonté factice dissipé, Thomas expliqua les choses clairement.

« Lord Liam, ce qu’ils veulent tous les deux, c’est la puissance militaire de la maison Banfield. »

« Je comprends. Cependant, il semble un peu étrange que des marchands aussi accomplis veuillent s’en remettre à moi en particulier. Je suis sûr que vous avez beaucoup d’autres options. »

De nombreux marchands mineurs rêvaient d’une alliance avec la maison Banfield, mais ces deux entreprises pouvaient déjà compter sur de nombreux autres nobles. Sans cela, elles ne seraient pas aussi importantes. L’entreprise Clave servait directement la maison impériale, ce qui signifiait qu’elle pouvait compter sur l’armée impériale elle-même pour la soutenir. Le nom de la maison Banfield ne devrait pas avoir d’importance pour eux.

Elliot joignit les mains devant son visage et inspira profondément avant d’expliquer sa situation. « Il y a quelques années, alors que je venais de prendre la tête de l’entreprise familiale, j’ai eu quelques accrochages avec les autres membres de la hiérarchie. En ce moment, nos liens avec une certaine famille noble sont plus étroits que je ne le souhaite, et c’est pourquoi j’essaie d’être prudent. J’aimerais couper ces liens, mais les autres membres du conseil d’administration ne sont pas d’accord avec moi. »

J’imagine qu’il serait difficile pour une entreprise de rompre ses relations avec un noble puissant si ce dernier ne le souhaitait pas… et encore plus si les autres dirigeants de l’entreprise s’y opposaient.

« C’est très frustrant quand les gens pensent que vous êtes facile à manipuler parce que vous n’avez pas d’expérience. La vérité, c’est que mon père souhaitait lui aussi couper les ponts avec ces nobles, mais ils l’ont découvert et l’ont assassiné. Comme vous pouvez le voir, je suis moi-même dans une position dangereuse en ce moment. »

Quelle histoire ! Je suppose que même les entreprises prospères ont des problèmes sérieux.

« Pourquoi n’allez-vous pas demander de l’aide à l’Empire ? »

« Ce dont l’Empire a besoin, c’est de l’entreprise Clave, pas de moi personnellement. En un sens, je suis remplaçable. L’autre chose, c’est que beaucoup de gens qui travaillent pour les assassins de mon père sont aussi liés à l’Empire. »

Ainsi, plutôt que de continuer à être à la merci des membres de son conseil d’administration, Elliot avait décidé de chercher un noble qui le soutiendrait personnellement.

J’avais jeté un coup d’œil à Patrice, qui m’avait alors raconté sa propre situation. Elle était tout simplement ambitieuse.

« Contrairement à Monsieur Elliot et à son histoire à dormir debout, je veux juste la compagnie Newlands pour moi. »

Maintenant que les masques de la bienséance avaient disparu, Elliot fit une grimace à ses paroles. J’étais curieux d’entendre ce qu’elle avait à dire.

« Continuez. »

« Plusieurs membres de ma famille font partie du conseil d’administration de la compagnie Newlands, et la succession est toujours une affaire assez compliquée. » Patrice croisa les bras sous ses gros seins pour les faire remonter davantage. « Je veux que vous tiriez quelques ficelles et que vous fassiez de moi le prochain président de la société. Il y aurait une belle récompense à la clé pour vous, bien sûr. »

Thomas expliqua les avantages et les inconvénients d’unir leurs forces. « La maison Banfield ferait sans doute de grands progrès avec leur aide, Lord Liam, mais dans un cas comme dans l’autre, cela signifierait aussi accepter quelques ennuis. »

« J’imagine que c’est vrai. »

C’est précisément en raison de la puissance de ces sociétés marchandes que ces deux-là avaient besoin de l’appui d’un étranger pour les affronter. C’était assez facile à comprendre : ils voulaient tous les deux que je puisse utiliser la force violente.

Mes invités avaient attendu ma réponse.

« Ça me paraît bien. Je vais vous aider tous les deux. »

Elliot et Patrice avaient l’air méfiants. Ma réponse rapide les avait probablement rendus méfiants.

« Vous comprenez ce que vous promettez, n’est-ce pas ? » me demanda Elliot.

« Bien sûr que oui. »

Ces deux-là devaient être bien méchants pour vouloir s’associer à un type comme moi. Ils avaient sans doute entendu parler de mes méfaits par Thomas. Le noble avec lequel Elliot voulait « couper les ponts » devait être un de ces types droits qui essayaient d’imposer la morale aux efforts d’enrichissement. Je détestais les nobles moralisateurs, alors ça ne me dérangeait pas de l’aider.

Moins méfiant, Patrice m’avait souri, mais ce n’était pas une expression que je qualifierais de belle. En fait, c’était plutôt le sourire affamé d’un méchant. C’était étrangement effrayant de voir une femme éblouissante sourire de cette façon. Elle semblait excitée à l’idée d’affronter ses concurrents.

« Alors, vous m’aiderez aussi ? Vous soutiendrez mon ascension au poste de président par rapport à tous les autres membres de ma famille ? »

Patrice semblait tout à fait excité à l’idée de sa petite querelle de famille.

« Faites ce que vous voulez. Quoi qu’il en soit, je vous soutiendrai tous les deux, mais je dirai d’abord ceci. Votre part du marché est de me faire profiter. Je veux que vous profitiez également de notre association. Le meilleur accord, c’est quand on en tire tous les deux quelque chose, n’est-ce pas ? »

Loyauté ? Devoir ? Gratitude ? Je ne pouvais pas croire en de tels idéaux. La relation que je proposais était beaucoup plus honnête.

Patrice porta une main à sa bouche et ses joues rougirent. « Vous n’êtes pas du tout comme je vous imaginais, Lord Liam. Je veux dire cela dans le bon sens du terme, bien sûr. Je pensais que vous feriez passer l’honneur avant le profit. »

L’honneur ? Moi ? Je suis un seigneur du mal. Pense-t-elle que je suis un de ces méchants au cœur d’or dans un film de mafieux ou quelque chose comme ça ? J’avais pu aimer ce genre de personnages à l’époque, mais je n’en avais plus rien à faire aujourd’hui.

« Vous préférez l’honneur au profit ? Vous ne pouvez pas diriger une entreprise comme ça, n’est-ce pas ? N’est-ce pas, Thomas ? »

Thomas s’agita nerveusement à ma question. « Je ne sais pas trop quoi répondre à cela… »

« Si tu veux être mon marchand de malheur personnel, Thomas, il faut que tu te ressaisisses, mec. En tout cas, si vous me faites gagner de l’argent, je vous aiderai autant que vous voudrez. Un marché simple et agréable, n’est-ce pas ? »

Elliot souriait, mais ce n’était pas le sourire du jeune homme bon enfant qu’il était au départ. « Bien sûr. Il est bien plus facile de faire confiance aux termes d’un simple contrat qu’à des concepts abstraits comme le devoir et l’obligation. »

Les joues de Patrice étaient encore rouges d’excitation. « Alors, rédigeons cet accord, n’est-ce pas ? Un accord entre vous et moi, Lord Liam. »

C’est une bonne chose. Je les aime bien mieux maintenant que lorsqu’ils prétendaient être bienveillants. Je suis moi-même devenu beaucoup plus un seigneur du mal, n’est-ce pas ?

***

Partie 2

Après avoir signé les contrats avec Liam, Elliot et Patrice s’étaient retrouvés seuls dans un ascenseur qui les ramenait au rez-de-chaussée. Les parois de l’ascenseur étaient en verre, ce qui leur permettait d’admirer la vue nocturne de la Planète Capitale.

Elliot desserra sa cravate et déclara à Patrice : « Il a été plus facile à aborder que je ne l’espérais. »

Patrice croisa les bras, mettant son dos au mur plutôt que vers lui, comme si elle n’avait pas encore baissé sa garde. « Ne faites pas comme si nous étions amis, Elliot. Nous sommes toujours dans des camps différents. »

« Je pense qu’il serait bénéfique pour nous deux de travailler ensemble. »

« Quel intérêt y aurait-il à s’allier avec un président impuissant ? »

« C’est intelligent ça, de la part d’un simple membre du conseil d’administration comme vous. »

« Au moins, je ne suis pas un petit garçon qui est venu pleurer à la Maison Banfield parce qu’il a peur de la Maison Berkeley. »

Les nobles qu’Elliot craignait étaient en effet la Maison Berkeley. Les membres du conseil d’administration de la firme Clave soutenaient la Maison Berkeley, car pour eux, un client qui paie est un client qui paie, même s’il s’agit d’un noble pirate. Mais les choses n’étaient pas aussi simples. La crainte d’Elliot était que si les pirates prenaient trop d’emprise sur l’entreprise, celle-ci finirait par en pâtir, voire par tomber complètement sous leur contrôle. Elliot ne voulait pas que cela arrive, il avait donc décidé de travailler avec Liam puisqu’il était déjà en conflit direct avec la Maison Berkeley. Il était un peu inquiet lorsqu’il avait entendu parler de la droiture de Liam, mais le garçon s’était avéré beaucoup plus intéressant qu’il ne l’avait imaginé.

« Je pensais que vous étiez dans la même situation que moi », déclara Elliot. « J’ai entendu dire que beaucoup de membres de votre conseil d’administration étaient également proches de la maison Berkeley. Les principes que vous défendez ne sont pas vraiment à la mode en ce moment. »

Elliot savait que Patrice était une personne bien plus honorable qu’elle ne le laissait paraître.

Patrice détourna le regard et feignit l’innocence. « Je ne sais pas de quoi vous parlez. »

« Je sais que la société Newlands est proche de la maison Berkeley depuis longtemps. Vous voulez changer cela, n’est-ce pas ? »

La maison Berkeley était également un problème pour la compagnie Newlands. Il était difficile d’ignorer les nobles pirates intimidants, et le président actuel avait donc choisi de coexister avec eux. La compagnie Newlands soutenait la maison Berkeley afin d’éviter les attaques de pirates, mais cet arrangement ne convenait pas à Patrice.

« Je ne peux pas me contenter de faire comme les autres », déclara Patrice. « Cela ne sert à rien de suivre le mouvement. S’ils veulent parier sur la maison Berkeley, je parierai sur la maison Banfield en espérant que la maison Banfield l’emporte. »

Elliot souriait quand Patrice disait qu’elle n’utilisait Liam que pour prendre le contrôle de son entreprise. « Êtes-vous sûre que c’est la seule raison pour laquelle vous voulez travailler avec le comte ? » demanda-t-il d’un ton suggestif.

« Bien sûr, c’est la seule raison ! En tout cas, comme vous l’avez dit, il a été plus facile de parler au chef de la maison Banfield que je ne l’espérais. »

« Mais nous ne pouvons pas encore baisser la garde. »

Patrice avait prévu d’essayer de convaincre Liam en faisant appel à la nature vertueuse dont elle avait entendu parler, mais elle avait souri en pensant à la personnalité surprenante qu’il s’était révélée être.

« Je pense que ce sera plus amusant de travailler avec lui que ce à quoi je m’attendais. J’aime le fait qu’il ne soit pas simplement un bon à rien. »

La plupart des nobles donnaient la priorité à leurs propres profits, mais Liam n’avait pas confiance en ce genre de relations.

« Nous devons simplement faire tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’il soit victorieux contre la maison Berkeley », déclara Elliot.

Patrice acquiesça. « Bien sûr. Je vais avoir des ennuis s’il ne le fait pas. »

 

☆☆☆

 

Lorsque Liam avait commencé à s’entraîner sur la Planète Capitale, de nombreux soldats avaient vu leur situation se dégrader. Ces mécontents s’étaient avérés être des soldats délinquants qui menaient une vie extravagante.

« Bon sang ! Ce morveux arrogant ! » se plaignit l’un de ces hommes à l’autre.

Les soldats qui menaient jusqu’à présent une vie aisée, y compris les nobles affectés aux flottes de patrouille, étaient furieux contre Liam. Ces individus avaient commis des malversations, versé des pots-de-vin et fait toutes sortes d’autres choses peu recommandables.

« Comme tu l’as dit », dit un autre de ces soldats mécontents. « L’alcool qu’ils nous rationnent est vraiment bon marché, et maintenant il n’y a plus de budget pour les divertissements ? Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« À quoi servent ces logisticiens s’ils ne peuvent pas nous fournir le confort dont nous avons besoin ? »

« Et en plus, cela touche nos flottes ! Ma flotte vient de recevoir l’ordre de réduire ses effectifs ! »

Ils étaient tous d’accord : ces changements étaient dus à Liam de la maison Banfield. Aucun de ces soldats n’aurait osé le défier en face, mais il était courant qu’ils se réunissent et le dénigrent pour exprimer leurs frustrations.

« Quelqu’un doit éduquer ce morveux ! »

« Oui, tu le fais. Je ne le ferais pas. »

« Il est trop fort pour qu’on l’affronte. Quel gamin ennuyeux ! »

« Il n’accepte même pas les pots-de-vin ! J’ai essayé de trouver une faiblesse ou une vulnérabilité à exploiter, mais il n’y a rien. »

Ils essayaient tous de résoudre leur problème de Liam d’une manière ou d’une autre, mais personne n’y parvenait. Pendant ce temps, le Guide veillait sur ces soldats délinquants et grognons. Assis sur une chaise apparemment vide à proximité, il faisait rebondir ses jambes et applaudissait joyeusement.

« C’est tellement bien que Liam se fasse régulièrement des ennemis. Je suis sûr que je peux aussi trouver une utilité à ces personnes rancunières ! »

Le Guide claqua des doigts et une fumée noire commença à sortir de son corps. Elle emplit la pièce, et les hommes ne la remarquèrent même pas alors qu’ils la respiraient. Puis, l’un d’entre eux sembla soudain avoir une idée.

« N’y avait-il pas une rumeur selon laquelle la Maison Berkeley allait régler les choses une fois pour toutes avec la Maison Banfield ? »

Tous les autres soldats rassemblés étaient très intéressés par l’histoire de cet homme.

« Est-ce vrai ? »

« J’ai entendu dire qu’ils recrutaient des soldats. Qu’en pensez-vous ? Nous devrions joindre nos forces à celles de la maison Berkeley pour que l’armée redevienne ce qu’elle était avant. Si nous nous engageons maintenant, nous pourrons probablement obtenir des tonnes de récompenses de la part de la Maison Berkeley. »

Les soldats délinquants échangèrent de vilains sourires. Le Guide, quant à lui, se réjouissait d’avoir recruté encore plus d’ennemis de Liam.

« Ce n’est toujours pas assez… Je ne peux pas m’arrêter là si je veux faire tomber Liam. »

Le Guide avait été négligent par le passé, mais il ne sous-estimerait plus Liam. Il se leva, ajusta son chapeau et quitta la pièce.

Bien sûr, il ne remarqua pas qu’une petite lumière le suivait pendant qu’il partait. Cette lumière avait pris la forme d’un chien qui l’observait depuis le coin de la pièce.

 

☆☆☆

 

Pour la première fois depuis longtemps, je passais un de mes jours de congé avec Kurt. Normalement, j’aurais invité Wallace et Eila, et probablement Rosetta aussi, mais comme ils étaient tous occupés, il n’y avait que moi et Kurt.

Nous étions assis l’un en face de l’autre à une table ronde sur la terrasse d’un café, discutant de nos vies récentes.

« Comment vas-tu, Liam ? Ton travail se passe-t-il bien ? »

« Assez pour que je m’ennuie tellement que je bâille tout le temps. »

D’habitude, je passais mes journées paresseusement à mon poste d’entraînement. Je laissais l’IA s’occuper de la plupart des tâches, et j’avais déjà fini de tout vérifier avant midi. Je déjeunais ensuite tranquillement et me détendais jusqu’à la fin de ma pause. Après cela, je terminais mon travail, je me préparais à rentrer chez moi à temps et je me détendais jusqu’à la fin de mon service. Si quelqu’un se plaignait, je profitais de ma position pour le chasser, et de temps en temps, je donnais un pot-de-vin à certains commandants de l’armée régulière — je veux dire, un salut saisonnier. En d’autres termes, Tia m’avait dit que si j’envoyais beaucoup de matériel au front, tout le monde « comprendrait à quel point je suis merveilleux ». Je m’étais dit que ça ne pouvait pas faire de mal.

Pour diverses raisons, de nombreuses fournitures n’avaient pas été acheminées vers les lignes de front jusqu’à présent. D’une part, il n’y avait pas assez de budgets pour répondre aux demandes, d’autre part, les livraisons étaient détournées avant d’atteindre leur destination. Une autre opération logistique acheminait les fournitures là où elles ne devaient pas aller, et je la dénonçais dès que j’en avais eu connaissance. J’avais demandé au brigadier général de la police militaire qui m’avait injustement interrogé de se racheter en enquêtant sur cet autre groupe logistique. Désormais, les marchandises arrivaient au front là où elles étaient censées aller.

Nos budgets s’étaient considérablement redressés depuis que nous avions cessé d’envoyer autant de fournitures inutiles aux flottes de patrouille, et en conséquence, toutes les flottes régulières de l’armée impériale qui protégeaient les frontières de l’Empire m’étaient redevables d’une dette. Je n’avais fait que le travail que l’on attendait de moi, et à mon avantage personnel, j’avais accumulé un certain nombre de personnes qui m’étaient désormais redevables. C’était une bonne affaire. J’étais sûr qu’un jour ou l’autre, je pourrais demander une faveur à un commandant de l’armée régulière.

J’avais demandé à Kurt comment il allait.

« Et toi ? Tu as obtenu ton diplôme à l’université et maintenant tu suis ta formation de fonctionnaire, hein ? »

Kurt leva les yeux de son déjeuner, un air troublé sur le visage. « En fait, il y a un petit problème en ce moment. Mon travail se passe bien, mais… J’ai beaucoup de prétendantes, vois-tu…, »

depuis qu’il était sorti de l’école primaire, Kurt avait grandi de toutes les manières possibles et imaginables. Il était passé du statut de joli garçon à celui de bel homme. Il m’avait dit qu’il y avait de plus en plus de femmes qui le draguaient au travail, et qu’il vivait mal cette situation.

« Je suis jaloux ! »

« Ce n’est pas que du plaisir et des jeux, tu sais. Quoi, tu n’as pas d’histoires comme ça, Liam ? »

« Non. Il y a plus d’hommes que de femmes là où je travaille, et quand je sors, je n’ai que Wallace et Eila avec moi. Enfin, parfois Rosetta vient aussi. »

Maintenant que je parlais de ma situation, je me sentais plutôt pathétique. Un seigneur maléfique comme moi devrait avoir des femmes qui l’attendent de pied ferme. Pourquoi y avait-il si peu de femmes autour de moi ? Eila était certes jolie, mais ce n’était qu’une amie. Tia était occupée en ce moment, et Marie s’entraînait ailleurs… De toute façon, je ne considérais pas ces deux chevaliers de la même façon… Elles avaient des compétences impressionnantes, mais elles ne me plaisaient pas en tant qu’amantes potentielles.

***

Partie 3

J’avais soupiré, et Kurt avait eu l’air content pour une raison que j’ignore.

« Ah oui ? », dit-il.

« Qu’est-ce qui te fait sourire ? »

« Rien. Je n’en suis pas heureux, ou quoi que ce soit d’autre. U-umm… Oh, c’est vrai ! Tu vas bientôt recevoir ton affectation officielle, hein ? Qui sera ton adjudant ? »

« Adjudant ? »

Kurt m’avait décontenancé en changeant de sujet aussi rapidement, mais c’était un sujet moins embarrassant qu’avant, alors j’avais commencé à réfléchir à sa question. La plupart des grands nobles comme moi finissaient par devenir des officiers de terrain lorsqu’ils étaient nommés à leur poste officiel. Dans ce cas, l’armée leur fournissait un adjudant.

« Je n’y avais pas vraiment pensé. »

À vrai dire, j’étais d’accord avec à peu près n’importe qui. Si l’armée l’envoyait, c’était forcément quelqu’un de talentueux et de beau. Peu importe qui ils fournissaient, ce serait probablement quelqu’un de bien.

Kurt semblait particulièrement curieux de savoir de qui il s’agissait. « J’ai entendu dire que c’était un vrai sujet de discussion dans l’armée en ce moment. Apparemment, beaucoup de gens se sont déjà portés volontaires, alors l’armée a du mal à faire un choix. »

Qui pourrait leur reprocher de vouloir être l’adjudant du futur duc ?

« Je suis d’accord avec n’importe qui, du moment que c’est une belle femme. »

Lorsque j’avais dit cela, Kurt m’avait mis en garde.

« Tu dois être prudent. Quelqu’un comme ça va vouloir une relation personnelle avec toi. Certains de ces candidats seraient probablement un vrai casse-tête. Mon père m’a aussi dit de faire attention. Comme je l’ai dit, même là où je travaille maintenant, il y a toutes ces femmes qui veulent être ma maîtresse. »

Kurt soupira alors d’un air fatigué, manifestement décontenancé par mon attitude.

« Mais, tu n’es pas populaire », avais-je dit.

« Il n’y a pas que moi. Il y a beaucoup de gens qui essaient de devenir l’adjudant ou le secrétaire personnel d’un noble héritier. »

« Ah oui ? »

« Les adjudants dans l’armée et les secrétaires pour les fonctionnaires. Elles savent que si elles font bonne impression à ce poste, leur patron est susceptible de les emmener avec lui lorsqu’ils partiront. Tout le monde veut être la maîtresse d’un noble. C’est la belle vie, dit-on. »

C’était comme se marier sans la partie mariage, je suppose. Les gens ordinaires devaient travailler dur pour obtenir le genre de position dont les nobles jouissaient à la naissance. J’avais écouté Kurt avec intérêt, puis j’avais eu une idée.

« Alors, je demanderai une beauté absolue comme adjudante. Ce n’est pas comme si je détestais que les femmes me fassent de la lèche, après tout. Elle me sera utile. »

Kurt souriait, mal à l’aise, face à ma formulation. « Tu n’as pas changé, Liam. Mais si tu demandes une “beauté absolue”, je suis sûr que tu en auras une. L’apparence entre en ligne de compte dans ces décisions, après tout. »

« J’ai hâte d’y être », dis-je en retournant à mon repas.

Kurt semblait vouloir dire quelque chose de plus, mais finalement, il changea simplement de sujet de conversation.

 

☆☆☆

 

Dans une vaste salle, un grand nombre d’officiers militaires féminins étaient alignés, toutes très belles. On aurait dit que quelqu’un avait rassemblé des mannequins et les avait habillées en uniformes militaires.

Tia traversa la pièce d’un pas assuré, son insigne militaire la désignant comme colonel. Le travail acharné qu’elle avait accompli pour réorganiser les flottes de patrouille n’était pas passé inaperçu, et elle était montée en grade grâce à cela.

Au départ, Tia n’avait été chargée que de préparer une flotte de patrouille que Liam pourrait commander, mais l’ampleur de cette nouvelle flotte avait même fini par éclipser certaines flottes de l’armée régulière. Par inadvertance, elle avait créé une flotte dont tout le monde pouvait dire qu’elle était extraordinairement puissante. À l’origine, elle devait simplement réorganiser certaines des flottes de patrouille superflues de l’Empire et créer un endroit où Liam pourrait confortablement terminer son service militaire. Cependant, Liam lui avait donné un peu trop d’argent de poche et Tia, trop zélée, avait mis sur pied une flotte de patrouille de trente mille vaisseaux, rivalisant avec certaines flottes de l’armée régulière. En fin de compte, elle s’était débarrassée de plusieurs flottes de patrouille inutiles et en avait créé une deux fois plus grande qu’une flotte de l’armée régulière. Il était clair que Tia était extrêmement talentueuse.

En ce moment même, le nouveau colonel s’adressa aux officiers féminins rassemblés, en faisant des gestes.

« Il est enfin temps pour Lord Liam de prendre sa mission officielle. »

Les officières rassemblées étaient toutes des femmes diplômées de l’académie militaire et servant maintenant officiellement dans l’armée. Elles appartenaient toutes au domaine de la maison Banfield.

« Vous êtes des élites, triées sur le volet dans le domaine de Lord Liam. Par conséquent, Lord Liam choisira son adjudant parmi vous. Non… il doit choisir l’une d’entre vous ! »

Lorsque Liam occuperait son poste officiel, l’armée lui attribuerait un adjudant. De nombreuses personnes dans l’armée étaient déjà en lice pour ce poste, mais Tia n’accepterait pas qu’un étranger soit aux côtés de Liam. Elle savait que si Liam aimait son adjointe, il l’emmènerait avec lui lorsqu’il quitterait l’armée. Naturellement, une étrangère soutiendrait Liam dans la plupart des cas, mais si elle donnait la priorité à l’armée impériale plutôt qu’à Liam, il y aurait un problème. La conclusion de Tia était qu’elle rassemblerait simplement des adjudants potentiels dans le domaine de la maison Banfield. Il y avait aussi la possibilité que Liam s’intéresse amoureusement à celle qui occuperait ce poste, auquel cas Tia ne voulait qu’un soldat très accompli pour s’approcher de lui de si près. Quoi qu’il en soit, elle ne voulait pas d’un étranger à ce poste.

« Quelle que soit l’élue, vous vous consacrerez pleinement au Seigneur Liam. Vous devrez lui offrir votre corps et votre âme ! »

« Oui, madame ! » répondirent les femmes à l’unisson, en faisant un salut appuyé. Tia avait été satisfaite de leur réponse.

Aucune candidate ne pourrait être plus talentueuse que ces femmes, tout en étant aussi belle. N’importe laquelle d’entre elles satisferait sûrement Lord Liam. Reste à savoir s’il choisira ou non l’une d’entre elles…

Tia avait travaillé avec diligence pour réunir ces belles candidates, mais elle n’était toujours pas sûre que Liam ferait finalement son choix parmi elles. Elle pourrait lui expliquer son raisonnement pour ne choisir que dans le domaine de la maison Banfield, mais elle savait que Liam n’aimait pas l’injustice, et ce n’était pas à elle d’insister. Elle ne voulait pas l’ennuyer en se montrant trop insistante.

Ces femmes sont des élites parmi les élites. Lord Liam sera certainement satisfait de ce groupe !

 

☆☆☆

 

Les hauts gradés de l’armée ne savaient plus où donner de la tête.

« Que faisons-nous ? »

« Nous avons besoin de quelqu’un qui puisse servir d’intermédiaire entre nous et le comte… C’est-à-dire le futur duc. »

« C’est pourquoi je demande si nous avons quelqu’un qui peut le faire. »

Pendant que Liam se faisait un nom dans le département logistique, son chevalier en chef mettait sur pied une flotte militaire de pointe. En transférant les ressources des flottes de patrouille vers les flottes régulières, Liam avait résolu l’un des problèmes les plus ennuyeux de l’armée. De plus, il disposait d’un énorme stock de métaux rares. Les hauts gradés voulaient à tout prix entretenir des liens étroits avec lui, et l’aider à choisir un adjudant semblait être l’occasion rêvée… mais ses hommes empêchaient quiconque de s’approcher trop près de lui à cet égard. La maison Banfield avait déjà préparé une collection d’élites pour sa sélection, et l’armée avait du mal à trouver des candidats qui rivalisaient avec eux en termes d’aptitudes, d’apparence et de personnalité.

L’un des officiers rassemblés leva les yeux. « Elle pourrait peut-être le faire… »

« Son apparence ? »

« Il n’y a pas de problème, de plus elle connaît déjà le comte. »

« De qui parlez-vous ? »

Les données de la femme avaient été affichées à l’intention de toutes les personnes présentes.

« Major Eulisia Morisille. Elle travaillait à l’origine dans une usine d’armement, mais elle a récemment terminé sa reconversion et a rejoint une unité des forces spéciales. »

Eulisia était certainement qualifiée et elle avait également un certain nombre d’autres réalisations à son actif. Les militaires ne voulaient pas la laisser partir, mais avec son talent et son physique, ils avaient décidé qu’elle avait les meilleures chances de satisfaire aux exigences de Liam.

« Quelle est sa position sur le sujet ? Cela va changer sa carrière… L’accepterait-elle ? »

Il est possible que la personne choisie devienne la maîtresse ou la concubine d’un noble. Certaines se porteraient volontiers volontaires pour un tel avenir, mais beaucoup de femmes rejetteraient également l’idée. Si le major était l’une de ces dernières, ils devraient renoncer à la recruter. Les hauts gradés préféraient ne pas prendre le risque de l’obliger à occuper ce poste si cela signifiait qu’elle échouerait.

« Ne vous inquiétez pas pour cela — nous a-t-elle spontanément déclaré. Pourtant, il serait difficile de la laisser partir… »

« Ce sont des réalisations incroyables que je vois ici. Je n’hésiterais pas à la faire travailler pour moi. »

Les hauts gradés avaient une haute opinion d’Eulisia.

« Si ça ne marche pas, j’aurai au moins la satisfaction d’avoir fait de mon mieux. »

Ainsi, avec l’aide des manipulations du Guide dans l’ombre, Eulisia s’était glissée parmi les candidats adjudants de Liam.

 

☆☆☆

 

Au travail, je feuilletais une pile de documents qui ressemblaient à une liste de candidats à un mariage arrangé, avec photos glamour à l’appui. Mes collègues semblaient curieux, mais personne ne s’était plaint.

Wallace avait été surpris lorsqu’il prit l’un des dossiers et regarda à l’intérieur. « Quel bébé ! Wow… Je me demande si elle serait mon adjointe ? »

Techniquement, Wallace était un membre de la famille impériale et, à la fin de sa formation, il serait promu lieutenant, mais il n’était pas prévu qu’il reçoive son propre adjudant. Après tout, il ne serait pas dans une position où il en aurait vraiment besoin.

Eila prit un dossier, l’ouvrit et regarda à l’intérieur. « Tu n’en as pas besoin, Wallace. Par contre, tu pourrais demander à ce qu’un sergent instructeur effrayant te surveille. Dois-je faire une demande ? »

« Très drôle. Hé, qu’est-ce que tu fais avec ce formulaire de demande ? Arrête ! »

Les deux n’arrêtaient pas de se chamailler. Peut-être qu’un sergent instructeur effrayant ferait du bien à Wallace…

J’avais pris un autre dossier et je l’avais ouvert. J’avais été surpris par le visage qui m’avait regardé.

« Que fait-elle ici ? »

Je m’étais retrouvé devant une photo d’Eulisia. En parcourant son histoire, j’avais lu qu’après avoir quitté la troisième usine d’armement, elle avait suivi une formation militaire dans un centre de recyclage, puis avait rejoint une unité des forces spéciales. Ensuite, elle était entrée dans un autre centre de formation pour étudier la collecte d’informations. Apparemment, elle était en train de devenir une sorte d’espionne. J’avais déjà pensé qu’elle était assez douée, mais maintenant, elle avait l’air d’une femme tout à fait capable.

« Pourquoi a-t-elle rejoint une unité de forces spéciales ? »

Wallace avait hoché la tête devant ma confusion. « Quelqu’un que tu connais ? »

Eila regarda le document que j’avais entre les mains et reconnut Eulisia. « Oh, c’est celle de l’époque ? »

« Oui, elle était vendeuse pour une usine d’armes. Ils l’envoyaient toujours négocier avec moi. »

Wallace l’avait regardée. « Ce doit être agréable. Quand on est comte, les beautés affluent sans qu’on ait besoin de les appeler, hein ? » Il avait l’air envieux.

***

Partie 4

Sa jalousie m’amusait, mais pour l’instant, je devais faire quelque chose pour cette montagne de dossiers. Si je les parcourais tous, je n’arriverais jamais à rentrer chez moi à temps. Je les avais feuilletés au hasard, mais je n’avais pas encore trouvé de femme qui me paraissait être la bonne.

Bon sang… Amagi me manque. Je devrais peut-être l’emmener sur la Planète Capitale. Mais Amagi s’occupait de tout mon travail à la maison, et je ne me sentais pas à l’aise avec elle alors que ces Berkeley représentaient un danger permanent pour moi.

J’en ai assez de me battre avec ces Berkeley. Je devrais peut-être déjà mettre un terme à ce conflit. En pensant à cela, le choix de mon adjudant ne m’avait soudain plus semblé si important.

« Je suppose qu’Eulisia est bien dans ce cas. Je la connais déjà, et je suis sûr qu’elle n’est pas un mauvais choix. »

Eila s’étonna que je ne prenne pas ma décision plus au sérieux. « Peux-tu vraiment te décider aussi vite ? N’est-ce pas comme choisir une maîtresse ? »

Tant que j’étais dans l’armée, mon adjudant m’assistait dans les affaires officielles et personnelles. Les relations physiques étant souvent incluses dans ces affaires personnelles, la plupart des gens choisissaient soigneusement quelqu’un qui correspondait à leurs goûts. Cependant, je ne me souciais pas de cet aspect.

« Haha ! Je peux réunir autant de belles femmes que je veux. Je n’ai pas besoin de m’inquiéter autant pour mon adjudante en particulier. »

Il n’est pas nécessaire d’y réfléchir trop longuement. Je vais choisir Eulisia. Je me souviens qu’elle a quelques bizarreries dans sa personnalité, mais elles ne devraient pas poser de problème.

Wallace me jeta un regard frustré. « Je veux arriver à un stade de ma vie où je pourrai dire ça… »

Une fois que j’avais eu fini de choisir mon adjudante, Eila changea de sujet.

« Eh bien, nous aurons bientôt terminé notre formation et nous recevrons nos affectations officielles. Je voudrais te demander, Liam… Est-ce que ça te dérange si je rejoins aussi ta flotte de patrouille ? »

Eila avait eu l’intelligence de vouloir rester avec moi. Si elle restait à mes côtés, elle était sûre d’avoir une vie tranquille. Malheureusement, les flottes de patrouille comportaient des dangers, aussi minimes soient-ils.

« Ce ne sera pas le cas. J’ai déjà pris des dispositions avec l’armée pour que tu sois officiellement affectée ici à la logistique, dans le même rôle que celui pour lequel tu t’es entraînée. »

« Hein ? Pourquoi ? »

J’avais soupiré et je lui avais expliqué d’un ton doux. « Parce que dès que je partirai, ces idiots recommenceront à faire des bêtises et à détruire tout notre travail. Tu seras ma représentante ici, alors si tu as le moindre problème, tu me contacteras. C’est compris ? »

À contrecœur, Eila accepta. « Eh bien, je suppose que lorsque tu le dis de cette façon, c’est logique. »

En entendant cela, Wallace m’avait jeté un regard plein d’attente et m’avait demandé : « Mais tu veux que je me joigne à toi, n’est-ce pas, Liam ? »

« Oh oui ! Je vais te faire travailler jusqu’à l’os ! »

« Pourquoi es-tu si méchant avec moi ? »

 

☆☆☆

 

Dès le lendemain de mon choix, Eulisia était venue me voir.

« Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vus, Lord Liam. »

Eulisia m’avait salué en souriant. J’avais remarqué que son corps était plus tonique que la dernière fois que je l’avais vue, mais sa poitrine et ses fesses étaient encore bien présentes. En fait, sa silhouette était encore plus impressionnante qu’auparavant. Tout ce qui aurait dû être taillé l’était, ce qui mettait encore plus en valeur ses seins et ses fesses.

Lorsque je l’avais vue s’approcher de mon bureau, j’avais cessé de tripoter les documents électroniques qui se trouvaient devant moi. Qu’est-ce qu’elle fait là ?

« N’étais-tu pas censée être affectée à moi dans six mois ? »

« J’ai reçu l’autorisation de venir plus tôt », me déclara Eulisia. « J’ai pensé que vous auriez encore beaucoup de travail à faire avant votre affectation officielle, alors je suis ici pour vous aider. Permettez-moi de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider dans vos démarches officielles et officieuses. »

N’est-ce pas gentil de sa part ? Elle n’est pratiquement plus la même qu’à l’époque où elle travaillait pour la Troisième usine d’armement.

Quand Eulisia avait dit « affaires officielles et officieuses », j’avais eu droit à des regards jaloux de la part des hommes assis autour de moi. On dirait que tout le monde m’envie. Eh, ce n’est pas si mal.

Pour une raison ou une autre, même Wallace m’avait jeté un regard désagréable, et j’avais pris note de lui poser quelques problèmes en réponse plus tard.

« Ainsi soit-il. Alors, tu peux être mon assistante. »

« Oui, monsieur ! » Eulisia me salua à nouveau vivement, en me souriant chaleureusement.

Pourquoi est-elle plus mignonne qu’avant ?

 

☆☆☆

 

Devant Liam, Eulisia avait réussi à lui cacher ses sombres émotions.

Enfin, le moment est venu.

Pendant des décennies, Eulisia n’avait pensé qu’à cet homme qui avait repoussé ses avances et brisé sa fierté. Pendant toutes ces années, elle s’était préparée à prendre sa revanche sur lui.

« Allons-y tout de suite, Lord Liam ? »

J’apprendrai toutes vos faiblesses à vos côtés !

Elle avait déjà franchi la première étape de son plan de vengeance et se réjouissait de sa satisfaction quand soudain, quelqu’un fit irruption en larmes sur le lieu de travail de Liam. Il s’agissait de Nias Carlin, la capitaine ingénieur de la Septième usine d’armement, qui posait problème. À première vue, elle avait l’air d’une beauté studieuse avec ses cheveux noirs et ses lunettes, mais Liam trouvait que sa personnalité laissait à désirer.

« Seigneur Liaaam ! »

Nias claqua la porte et s’effondra à genoux juste devant le bureau de Liam. Liam était désormais capitaine dans l’armée, et de surcroît une personne de la noblesse, son comportement était donc plus qu’inacceptable.

Qu’est-ce que tu fais ?

Nias connaissait Eulisia, mais elle ne l’avait pas saluée.

Liam avait été exaspéré. « Qu’est-ce que tu veux ? »

Normalement, Liam aurait été en droit de la mettre à la porte, mais il était curieux d’entendre ce qu’elle avait à dire.

Eulisia était exaspérée. Argh ! Elle est incroyablement grossière ! Débarrassez-vous d’elle, non ? Il est toujours aussi indulgent.

Du point de vue d’Eulisia, Liam était tout simplement trop gentil avec ses connaissances. Il pouvait parfois se montrer ferme, mais selon les critères typiques de la noblesse impériale, il était pratiquement un saint. Même si elle comprenait cela, elle était toujours frustrée de le voir traiter Nias aussi bien.

« Écoutez ça, Seigneur Liam ! » s’écria Nias. « J’ai pris les métaux rares que vous m’avez fournis et je les ai utilisés pour construire un prototype de vaisseau ! Mais il a fallu que tout le monde s’en mêle et… »

« J’ai déjà entendu cette histoire. »

Nias menait diverses expériences d’ingénierie, mais plusieurs autres ingénieurs de la Septième usine d’armement avaient forcé le groupe à se concentrer sur d’autres nouvelles technologies.

« N’est-ce pas injuste ? J’avais tellement de tests à faire ! »

« Ah oui ? »

En conséquence, Nias n’avait apparemment pas été en mesure de mener à bien ses propres projets.

Eulisia gloussa intérieurement. C’est bien fait pour toi. Maintenant, si tu as fini de te plaindre, dépêche-toi de sortir d’ici.

Eulisia était impatiente de commencer à planter ses crocs dans Liam, mais la présence de Nias l’empêchait de mordre.

Ensuite, Nias avait dit quelque chose de vraiment scandaleux. « S’il vous plaît, j’ai besoin de plus de métaux rares et d’argent ! Je veux créer un tout nouveau type de cuirassé ! »

« Quoi ? » Eulisia ne put s’empêcher de s’exclamer de surprise devant cette demande éhontée. Il était impensable que Nias exige autant de Liam d’une manière aussi inconvenante. Malheureusement, elle vit que Liam s’intéressait à ce que l’autre femme venait de dire.

« Un nouveau type de navire, hein ? »

« Je vais fabriquer un cuirassé spécial juste pour vous, Lord Liam ! Alors s’il vous plaît, vous devez me donner le budget et les métaux rares pour son développement ! »

Même Liam n’était pas prêt à conclure un tel accord sans en savoir plus, mais lorsque Nias se leva de sa position sur le sol, sa jupe se releva. C’était tout à fait involontaire de sa part. Après tout, les sous-vêtements qu’elle portait n’étaient qu’un simple short de garçon, simple et pratique. La plupart des hommes seraient probablement déçus à cette vue. Cependant, lorsque Liam les vit, ses yeux s’écarquillèrent.

Merde ! Comme Eulisia pensait toujours à Liam, elle s’était renseignée sur ses goûts et savait qu’il préférait un look sportif à des sous-vêtements trop voyants sur les femmes.

Remarquant le regard de Liam, Nias s’empressa d’ajuster sa jupe. Embarrassée, elle commença à s’excuser. « Désolée pour ça. J’ai été tellement occupée ces derniers temps que j’ai pris l’habitude de prendre les sous-vêtements les plus proches. D’habitude, j’en porte de meilleurs, vraiment ! »

Eulisia était sûre que c’était un mensonge. Liam essayait de cacher sa réaction en se raclant la gorge, mais elle ne manqua pas l’éclat agréable de son visage.

« Vraiment ? Bien sûr, c’est compréhensible. Euh… Bon, le budget. Je te donnerai quelque chose pour le faire. »

Eulisia se cacha le visage dans les mains. Espèce d’idiot ! Pourquoi es-tu si naïf avec des conneries pareilles ?

Nias n’avait pas manqué l’occasion lorsque les cordons de la bourse de Liam avaient commencé à se délier. « Les métaux rares aussi, s’il vous plaît ! De plus, pourriez-vous acheter quelques-uns de nos vaisseaux ? Je n’en reviens pas ! Il n’y a pas un seul de nos vaisseaux dans la nouvelle flotte que vous êtes en train de constituer ! Je veux dire que toute la flotte est un développement conjoint de la Troisième et de la Sixième ? Je croyais que nous étions amis ! »

« Oh, vraiment ? J’ai laissé Tia s’occuper de tout, alors je ne savais pas. »

C’était sa propre flotte, et pourtant Liam en parlait comme s’il ne s’y intéressait pas vraiment. Eulisia avait entendu parler du projet grâce à ses relations avec la Troisième Fabrique d’Armement. J’ai entendu dire que la neuvième était également impliquée, mais la septième a été complètement laissée de côté.

Plusieurs usines avaient contribué à la construction de la nouvelle flotte, mais lors de la commande des travaux, Tia avait complètement ignoré la Septième. En entendant cela maintenant, Liam avait une idée de la raison.

« Vous avez encore construit un tas de vaisseaux sans tenir compte de leur apparence, n’est-ce pas ? »

Nias enleva ses lunettes et s’essuya les yeux. « Nous avons fait de notre mieux pour leur apparence, mais lorsque nous les avons proposés à Tia, elle a dit qu’ils ne lui convenaient pas et les a tous refusés ! Maintenant, nous avons huit cents vaisseaux neufs invendus en stock ! Il faut que quelqu’un nous les achète ! »

Je vois que leurs méthodes n’ont pas changé, pensa Eulisia. Et pourquoi prendre le risque de fabriquer huit cents navires alors qu’ils n’ont été commandés par personne ? Êtes-vous stupides ?

Liam semblait tout aussi exaspéré, mais il avait l’air d’avoir une idée.

« Très bien… J’achèterai ces huit cents vaisseaux. »

« Vraiment ? »

Mais avant que Nias ne s’emballe, Liam ajouta une condition. « Permets-moi de passer une commande supplémentaire. On dirait que les autres usines d’armement sont occupées, mais tu n’as pas grand-chose à faire. Voyons… As-tu de vieux vaisseaux et de vieilles armes qui partent à la casse, n’est-ce pas ? Je les veux aussi. »

« Bien sûr ! Et c’est tant mieux ! Maintenant, je peux continuer mes recherches sur les technologies de nouvelle génération ! »

« Et en plus, je veux que tu construises un navire pour moi. »

« Un navire ? Un cuirassé ? »

« Oui, ce sera un cuirassé, mais c’est quelque chose que je veux faire juste pour m’amuser. »

« H-huh ? »

Liam commença alors à expliquer à Nias les détails de cette demande. Eulisia n’avait aucune idée de ce à quoi pensait l’homme.

***

Chapitre 7 : La flotte de Berkeley

Partie 1

Sur la planète d’origine de la maison Berkeley, Casimilo s’entretenait avec un soldat venu le voir dans son bureau.

« J’ai jeté un coup d’œil à votre stratégie. C’est un travail remarquable, même s’il faudra la réorganiser si nous voulons l’utiliser contre ce sale type de Banfield. »

Il s’agissait de Dolph, qui avait atteint le grade de major. Après avoir perdu contre Liam lors de leur match à l’école militaire, sa vie avait été bouleversée et, malgré son grade, il s’était retrouvé dans une position sans intérêt au sein de l’armée. Lorsqu’il avait entendu les rumeurs selon lesquelles la Maison Berkeley se préparait à combattre Liam de front, il s’était empressé de rencontrer Casimilo. Désireux d’avoir une nouvelle chance d’affronter Liam, Dolph était prêt à mettre tout ce qu’il avait dans cette stratégie pour le vaincre.

« Si vous me permettez de le dire, » répondit Dolph, « Je ne suis même pas sûr que ce soit suffisant. C’est le moins que je puisse faire, en tenant compte d’un budget et d’un calendrier réalistes. »

Casimilo s’étonna que Dolph juge son plan insuffisant. « Il ne suffira pas de remplacer toute ma flotte et de changer nos stratégies de combat ? Je n’ai jamais entendu parler d’une formation spécialisée dans le combat à moyenne et courte portée. »

Dolph projeta un hologramme devant Casimilo. Il s’agissait d’une image volée de la flotte régulière de la maison Banfield.

« La qualité de la flotte de la maison Banfield est du même niveau que celle de l’armée impériale. Quant à sa taille, des sources indiquent qu’elle a récemment doublé, passant de trente mille à soixante mille navires. »

« Bien sûr, c’est beaucoup pour un comte, mais ils ne sont toujours pas une menace pour la Maison Berkeley. »

« Le problème, c’est qu’ils n’ont pas que des chiffres de leur côté. »

Ensuite, Dolph projeta une vidéo de la flotte de la Maison Berkeley massacrant des pirates. Leur puissance militaire était évidente.

« La force de la maison Banfield réside dans son haut niveau d’organisation et dans la qualité du matériel mis à sa disposition. »

« Pourquoi ne pouvons-nous pas les écraser par le nombre ? Tout ce qu’ils peuvent rassembler, c’est soixante mille vaisseaux au maximum, n’est-ce pas ? »

« Même si nous leur opposons cent mille navires, s’ils parviennent à percer notre formation, les deux camps subiront de gros dégâts. Si nous n’avons pas de chance, nous perdrons le commandant de notre flotte, et nous serons comme perdus dans le chaos. »

Fort de son expérience lors de leur précédent face-à-face, Dolph avait imaginé cette stratégie spécialement pour affronter la maison Banfield.

« Par conséquent, nous anticipons le mode d’attaque de Liam et nous sommes prêts à le recevoir. Essentiellement, nous les ferons tomber dans un piège qui les rendra vulnérables. C’est pourquoi notre flotte doit concentrer ses efforts sur le combat à moyenne et courte portée. »

Dolph avait dit à Casimilo que pour battre la flotte de la maison Banfield, il devait préparer une flotte de plus de cent mille navires et jeter par-dessus bord les tactiques traditionnelles à longue portée. Casimilo l’estimait pour ce conseil, même s’il allait à l’encontre des tactiques de combat établies. En fait, il avait été impressionné parce que cela allait à l’encontre des tactiques attendues.

Tous les autres pensent sous estime totalement ce gamin. Ils disent qu’il suffit d’être plus nombreux pour le battre… mais pas lui. Personne ne m’a conseillé de prendre le danger que représente ce garçon aussi sérieusement que lui.

« Que comptez-vous faire de notre formation si l’ennemi décide de rester à distance et de s’en tenir à des attaques de longue portée ? » demanda Casimilo, testant Dolph.

« Ce serait dangereux, je l’admets, mais je connais le style de Liam. La maison Banfield a toujours assuré ses victoires par des charges offensives. On ne se débarrasse pas d’une stratégie utilisée depuis des décennies quand elle n’a jamais failli. Plus ils remporteront de victoires avec cette stratégie, plus il leur sera difficile de changer de tactique au milieu d’une bataille. »

Dans ses conflits avec les bandes de pirates, la maison Banfield avait passé les dernières décennies à charger en avant dans les combats, et en était toujours sortie victorieuse. Elle avait fait de la charge agressive un art, ses navires étaient toujours parfaitement coordonnés et ses vaillants soldats ne connaissaient pas la peur. Lors d’un affrontement avec la Maison Berkeley, ils ne manqueraient pas de s’appuyer sur la même technique qui ne leur avait jamais fait défaut auparavant.

Casimilo était convaincu que Dolph avait compris et anticipé les méthodes de la maison Banfield. C’est lui. C’est lui qui doit assurer notre victoire.

Dolph parlait avec passion pour rallier Casimilo à ses idées, sans se rendre compte que ce dernier était déjà convaincu. « Certes, il faudra du temps et de l’argent pour mettre les choses en place, mais ce sont des dépenses nécessaires si nous voulons vaincre la maison Banfield ! Il vous faudra préparer une flotte entièrement nouvelle et moderne, et former vos officiers à la stratégie que je propose pour la mener à bien. Mais votre adversaire mérite cet effort, il ne faut pas sous-estimer la Maison Banfield ! »

La flotte de la Maison Berkeley devrait être entièrement reconfigurée pour lutter contre ce seul adversaire. La nouvelle flotte serait prête à répondre à la charge de l’ennemi, mais aurait des problèmes lors d’une bataille à longue distance. Tous les autres soldats que Casimilo avait consultés lui avaient simplement dit que tant qu’il avait le nombre, il pouvait se battre normalement et triompher, mais Casimilo s’était toujours douté que cela ne suffirait pas.

« Serons-nous prêts à temps ? La maison Banfield a pris une longueur d’avance dans la construction d’une nouvelle flotte. »

« Nous ne pouvons qu’essayer. Non, j’y veillerai ! Nous allons commencer immédiatement, afin de préparer autant de navires que possible dans les temps ! »

La passion de Dolph avait renforcé la détermination de Casimilo.

« Alors, très bien. Considérez-vous comme engagé. »

Dolph ne put s’empêcher de sourire aux paroles de Casimilo, mais il se reprit rapidement et répondit solennellement : « Merci beaucoup, monsieur ! J’aimerais que vous commenciez par rassembler des pirates. »

« Quoi ? On va les utiliser aussi ? »

« La flotte de la maison Berkeley sera celle qui affrontera la maison Banfield, mais j’aimerais que vous fassiez pression ailleurs avec des forces pirates pour empêcher les autres maisons d’apporter leur soutien à la maison Banfield. »

« Bien vu. Le morveux n’a pas beaucoup d’alliés, mais il en a quelques-uns. Très bien. »

Une partie du plan de Dolph consistait à faire pression sur ceux qui s’étaient alliés à Liam afin qu’il ne soit pas en mesure d’appeler des renforts.

« Le fait est, » poursuit Dolph, « que j’ai entendu une rumeur selon laquelle Liam serait en train de mettre sur pied une flotte d’armée régulière… D’après mes investigations, c’est vrai. Il pourrait avoir l’intention de s’en servir comme arme secrète. »

Une flotte régulière se composait de dizaines de milliers de navires. Lorsque Casimilo entendit cela, sa confiance vacilla. Si c’était vrai, même le fait de rassembler des pirates pour augmenter leurs propres forces risquait de ne pas suffire. « Eh bien, ce n’est pas bon ! » dit-il.

« Cependant, il y a beaucoup de gens dans l’armée qui n’ont pas une bonne opinion du petit Banfield. Ce ne serait pas une mauvaise idée de les rassembler. »

« Ce serait fantastique ! », s’enthousiasmait Casimilo. S’ils pouvaient rassembler toutes les flottes de patrouille restantes et les soldats nobles, cela ferait des dizaines de milliers de navires supplémentaires. De plus, les soldats mécontents ne seraient pas les seuls à s’allier à Casimilo. Il avait déjà été approché en secret par des marchands et des représentants des Première et Seconde Fabriques d’armement, amers que Liam n’utilise pas leurs services.

« Dolph, pouvez-vous constituer une flotte avec les soldats que nous pouvons rassembler ? »

« Je peux essayer, mais je ne sais pas si ce sera utile. Il pourrait peut-être servir de leurre. »

Ni Dolph ni Casimilo n’accordaient beaucoup d’importance aux personnes qui se portaient volontaires pour aider.

Casimilo déclara : « Vous rassemblez ces patrouilles en une seule flotte, et je vais contacter quelques usines d’armement pour qu’elles les remettent en état. »

« En êtes-vous sûr ? Cela augmentera considérablement votre budget. De plus, ce genre de soldats se plaindra et désertera au premier signe d’un traitement un tant soit peu médiocre. »

Dolph avait des doutes sur le fait de dépenser autant d’argent pour une flotte qui risquait de devenir un pion sacrifié, mais Casimilo lui avait dit de ne pas s’inquiéter de cette dépense.

« Je m’en fiche ! Si nous devons le faire, nous allons y aller à fond ! Quoi qu’il en coûte, si cette flotte inadaptée est capable de faire le moindre dégât contre lui, ça en vaut la peine ! »

Casimilo avait encore un autre stratagème en tête.

« De plus, les pirates serviront également d’appât pour la maison Banfield. »

« Appât ? »

« C’est bien cela. Nous commencerons par demander à nos alliés pirates d’engager le combat avec les forces de la maison Banfield, mais ils se battront de manière conventionnelle, à longue distance, pour que Banfield reste bloqué dans sa stratégie habituelle de charge frontale. Ainsi, lorsque nous lui rendrons la pareille au corps à corps, la surprise sera plus grande. »

En entendant que Casimilo était déterminé à réussir même au prix du sacrifice de ses alliés pirates, Dolph eut des sueurs froides. Pourtant, il souriait. « C’est une bonne idée. Je me sens déjà plus proche de la victoire. »

Invisible, le Guide regardait ces plans prendre forme et applaudissait. Savoir que des pirates, des usines d’armement et des soldats rancuniers allaient s’allier à la maison Berkeley le réjouissait.

« Merveilleux ! Faites tout ce que vous pouvez pour faire tomber Liam, vous deux. Je serai là, dans l’ombre, pour vous soutenir jusqu’au bout. »

Dolph avait un dernier plan en poche, par souci d’assurance. « Seigneur Casimilo, puis-je vous suggérer une dernière chose ? »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« J’ai entendu dire que Liam allait avoir sa propre flotte de patrouille. Nous devrions essayer de la saboter. Parce qu’il est jeune et inexpérimenté, je doute sérieusement que l’armée laisse une flotte sous son seul commandement. Nous devrions essayer de recruter le commandant de sa flotte de patrouille dans notre camp. »

« Vous êtes plein de bonnes idées ! »

Le sourire du Guide s’élargit encore en écoutant les deux se délecter de leurs plans diaboliques.

***

Partie 2

« Qu’est-ce que c’est ? »

J’étais censé être affecté à une flotte de patrouille, et j’avais demandé à Tia de m’en constituer une, mais ce que je voyais maintenant devant moi, c’était une flotte militaire complète, plusieurs fois plus grande que la norme. Depuis le pont d’un nouveau superdreadnought de plus de trois mille mètres de long, je contemplais une ligne de navires apparemment sans fin. La vue des cuirassés remplissant entièrement mon champ de vision était stupéfiante, mais comment les choses en étaient-elles arrivées là ?

Dans le cadre de la cérémonie célébrant ma nomination, un message holographique de félicitations avait été projeté dans l’espace au-dessus des vaisseaux. À mes côtés se tenaient mon adjointe, Eulisia, et mon chevalier Marie, de retour de sa mission dans les forces spéciales. Wallace était également là, en tant que sous-fifre. Et puis…

« Officier d’état-major spécial, monsieur, merci beaucoup de m’avoir nommé capitaine ! Vraiment, merci ! »

Un grand homme aux cheveux courts et hérissés tenait mes deux mains dans les siennes et les secouait vigoureusement de haut en bas.

Il s’agissait du général de brigade Cedric Noah Albareto, récemment promu. En tant que demi-frère de Wallace, il était techniquement un prince impérial, mais il n’avait pas plus de droit au trône que Wallace. En d’autres termes, c’était un autre prince impérial sans valeur comme Wallace. Il sera le capitaine de mon superdreadnought, le vaisseau amiral de la flotte.

Bien que j’aie été promu lieutenant-colonel, j’avais reçu pour cette nomination le titre unique d’« officier d’état-major spécial ». C’était un poste qui avait été spécialement créé pour moi.

Wallace était exaspéré par l’enthousiasme de son frère. « Vas-tu vraiment te mettre à pleurer de bonheur ? »

« Bien sûr que oui ! As-tu la moindre idée de ce que c’est que de passer d’innombrables jours à patrouiller inutilement dans le vide ? Et comment as-tu fait pour obtenir un patron aussi exceptionnel ? »

Cédric avait attrapé Wallace et lui avait fait frotter les oreilles par jalousie.

« Assez ! » s’écria le jeune frère.

Tia finit par faire venir le commandant nominal de la flotte sur la passerelle.

« Lord Liam, permettez-moi de vous présenter le commandant. »

Cet homme semblait avoir une quarantaine d’années, mais il était difficile de déterminer son âge réel en raison de la popularité de la technologie anti-âge. Dans ce monde, avoir l’air d’être d’âge moyen était la preuve d’une vie très longue.

« Je compte sur vous, commandant », lui avais-je dit.

L’homme avait souri d’une manière affable. « Je n’aurais jamais cru devoir m’occuper du comte, qui est un tel sujet de conversation ces derniers temps. Eh bien, tout ce qu’il y a à faire, c’est d’accomplir mon devoir. »

Il n’était pas vraiment en train de me lécher les bottes, mais pour arriver à la position qu’il occupait, il était probablement tout à fait capable. J’étais déterminé à ne pas me frotter à ce type, car avec tout ce que j’avais à faire avec la maison Berkeley, je n’avais pas besoin de nouveaux maux de tête. La maison Berkeley… Ils étaient si persistants.

Nos salutations terminées, Tia m’avait informé de nos projets immédiats.

« Lord Liam, nous commencerons à surveiller nos bases sur la frontière demain. »

« Les bases de l’arpentage ? »

« Oui. En partie pour nous présenter à eux, et en partie pour nous assurer que nos itinéraires sont sûrs. »

Normalement, une telle activité serait menée avec beaucoup moins de vaisseaux. Mais avec autant de vaisseaux dans ma flotte de patrouille, ce serait un énorme gaspillage de ressources. Quoi qu’il en soit, nous étions là, alors j’avais pensé que nous pourrions au moins rendre les choses plus amusantes.

« Pourquoi ne pas diviser la flotte et faire une course jusqu’à notre destination ? Le premier groupe à arriver et à s’occuper des problèmes, comme les pirates qui repèrent la base, recevra une belle prime de ma part. »

Lorsque j’avais suggéré de faire de cette excursion un jeu au lieu de la prendre au sérieux, Tia avait affiché un rare froncement de sourcils. « Cette flotte sert aussi à afficher votre autorité, Seigneur Liam. Je ne conseillerais pas de l’utiliser de cette façon. »

« Ah oui ? »

Je commençais à me dire qu’il serait amusant d’avoir une flotte aussi importante, quand Marie était intervenue pour exprimer son désaccord avec Tia.

« Oh ? Tu refuseras quelque chose au Lord Liam ? Je te conseille de le laisser faire ce qu’il veut. C’est un gaspillage de ressources que de déplacer une telle flotte en bloc. »

Le regard de Tia se porta sur Marie, qui souriait comme pour la provoquer. « C’est une expérience d’apprentissage pour Lord Liam que de contrôler une flotte aussi importante, mais je suppose que tu ne peux pas le comprendre. »

« Pourquoi la flotte devrait-elle rester groupée tout le temps ? Nous nous retrouverons tous au but. Ne soit pas si inflexible, chevalier en chef. »

Voyant les deux chevaliers se disputer, Cédric et Wallace se rapprochèrent et parlèrent à voix basse.

« Les chevaliers de votre patron ne s’entendent pas, Wallace ? »

« Bien sûr que non. Cela arrive tout le temps, il faut s’y habituer. »

Wallace souriait, mais mes deux meilleurs chevaliers qui se battaient ainsi devant tout le monde n’avaient rien de drôle. De toute évidence, Eulisia ne supportait pas non plus de regarder, et elle prit la parole.

« Lieutenant-colonel, est-ce que ce sera une course jusqu’à notre destination ? »

Elle ignorait le commandant et essayait de régler le problème directement avec moi. J’avais jeté un coup d’œil au commandant, qui s’était contenté de hausser les épaules.

« Cela ne me dérange pas dans les deux cas », avait-il déclaré. « Nous n’avons pas d’affaires urgentes à régler pour le moment. »

Il semblait penser que je pouvais en faire ce que je voulais. Même à cette taille, ce n’était qu’une flotte de patrouille après tout.

« Alors, nous ferons la course. Je sais — je donnerai des points pour battre les pirates que nous rencontrerons. Par exemple, dix points pour un grand groupe. Le nombre de points déterminera la récompense du groupe. »

Plus tard, j’avais appris qu’il y avait eu une réunion entre certains hauts responsables et qu’ils s’étaient enflammés à propos de mon petit jeu. Quant à moi, j’étais trop occupé à profiter des avantages d’être un seigneur du mal, alors je n’ai pas pu m’en préoccuper.

 

☆☆☆

 

Avec trois mille vaisseaux dans mon groupe, j’avais atteint la planète qui nous servait d’objectif. La base qui s’y trouvait était encore en développement et sous le contrôle direct de l’Empire. Je me demandais quand mes concurrents avides de récompenses arriveraient ici.

Assis sur le pont dans un fauteuil confortable, je faisais tourner la boisson dans mon verre. « Divertis-moi, Wallace. »

« Hé, veux-tu un autre spectacle de ma part ? Eh bien, désolé, mais je suis à court d’idées. »

J’avais déjà fait tourner Wallace en bourrique des dizaines de fois pour m’amuser. Je n’avais pas été surpris qu’il n’ait rien trouvé de nouveau à partager. Cela faisait des jours que nous étions là, sans rien faire, et j’en avais assez.

« Je m’ennuie tellement… »

J’avais pensé qu’il serait agréable de se prélasser sur mon paquebot de luxe personnel, et les installations du navire étaient en effet impressionnantes. Il possédait même son propre petit centre commercial et quelques chaînes de magasins, dont le personnel était composé de civils. Lorsque l’équipage était en pause ou avait un jour de congé, il y avait beaucoup à faire. Le navire était comme sa propre colonie mobile.

J’avais envie de profiter moi-même de ces commodités, mais de quoi aurait l’air un seigneur du mal qui se promènerait en public comme une personne ordinaire ? Et pourtant, je n’avais rien à faire dans mes quartiers. J’avais l’impression de n’avoir rien fait d’autre ces derniers temps que de pratiquer le style d’épée connu sous le nom de Voie du Flash.

« Fais une imitation, Cédric », dis-je au frère de Wallace.

« Héhé… J’ai fait le tour de ce que je pouvais faire, monsieur le comte. »

Même Cédric était à court d’idées. J’avais l’impression de ne plus avoir d’options, jusqu’à ce que Marie propose une idée.

« Pourquoi ne pas construire un port spatial ? Vous pouvez faire faire le travail par les soldats, et cela vous fera gagner du temps. De plus, un spatioport vous facilitera la tâche à l’avenir. »

« Un port spatial, hein ? »

La planète en développement que nous visitions n’avait pas de port spatial fonctionnel. Il y avait bien quelques structures bricolées, mais un véritable port spatial faciliterait grandement les choses.

En regardant un moniteur, sous nos nombreux vaisseaux stationnaires, j’avais vu une planète riche en ressources. Même depuis la passerelle, je pouvais voir que le développement de la terre venait à peine de commencer. Pour cette raison, et parce qu’il n’y avait pas de véritable port spatial, ce n’était pas un endroit qui pouvait supporter une flotte de grande envergure. Si ma flotte de patrouille était venue jusqu’ici, c’est parce que l’Empire ne pouvait pas se permettre de faire des voyages réguliers.

L’Empire m’avait ordonné de vérifier si la région n’était pas infestée de pirates ou d’autres dangers. En d’autres termes, « allez au milieu de nulle part et tuez tous les fauteurs de troubles que vous trouverez ». En plus de nous demander d’être des chiens de garde, ils ne nous avaient pas donné d’autres instructions sur ce que nous devions faire une fois arrivés ici. Je ne voyais pas pourquoi l’Empire s’opposerait à ce que je construise un port spatial, ou une autre installation.

« Bonne idée », avais-je dit à Marie. « Mais un port spatial ne suffira pas. Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas finir de développer toute cette planète pour gagner encore plus de temps ? »

L’équipage de la passerelle s’était mis à hurler lorsque j’avais dit cela, mais un regard noir de Marie avait fait taire tout le monde.

« Pensez-vous que c’est bien ? » me demanda-t-elle. « Cette planète est sous le contrôle direct de l’Empire, Lord Liam. Je ne vois pas en quoi le fait de la développer vous serait bénéfique. »

Peu importe la quantité de travail que je mettrais dans cette planète, elle ne deviendrait toujours pas la mienne, et pourtant je ne m’en souciais pas.

« C’est juste pour le plaisir… Comme je l’ai dit, c’est juste pour faire quelque chose. Allez, on commence tout de suite. »

Voyant ma motivation, Eulisia fit une suggestion. « Lieutenant Colonel, la planète est déjà partiellement colonisée. Si vous soutenez également les colons, je pense qu’ils vous rendront la pareille lorsque nous utiliserons cette planète comme station de relais dans le futur. »

Pour être honnête, je me fichais complètement des habitants de la planète, mais tant qu’à faire, autant être minutieux. Dans mon propre domaine, je laissais la plupart des questions pratiques à Amagi parce que je préférais me concentrer sur l’argent, mais ici, ce serait plus amusant de superviser tout cela moi-même. Cela commençait à ressembler à un jeu de simulation de la vie réelle. Si mes efforts n’étaient pas couronnés de succès, eh bien, c’était la planète de l’Empire et cela ne me ferait pas de mal.

« Bien sûr, nous pouvons soutenir les colons. Nous commencerons par installer notre quartier général sur la planète, et Wallace, je te nommerai chef de chantier. »

« Qu’est-ce que tu dis ? »

J’avais chargé le réticent Wallace de se rendre sur la planète et de préparer un immeuble de bureaux pour le gouvernement. Toutes les autres installations que je pensais devoir construire m’étaient venues à l’esprit l’une après l’autre. Et puis… un souvenir de ma vie passée m’était revenu.

« Je sais… Construisons aussi un tas d’équipements publics. »

Je voulais que la colonie soit l’incarnation de l’excès, après tout, avec un design agréable comme objectif principal.

Tia joignit les mains et me regarda débiter mes idées, les yeux pétillants. « Incroyable comme toujours, Lord Liam. Tendre la main pour aider personnellement au développement d’une planète frontalière… C’est vraiment digne d’un souverain sage et vertueux tel que vous. »

Elle se fait vraiment une fausse idée de moi. Je joue avec la vie des habitants de cette planète comme s’il s’agissait d’un jeu, et elle m’en félicite ! Eh bien, contrôler la vie des autres, c’est ce que fait un seigneur du mal, et je développerai cette planète comme je l’entends.

***

Partie 3

La flotte de Liam avait progressivement éliminé tous les pirates qui opéraient dans cette région. Il fallut environ six mois après le début de sa mission pour que cette information parvienne au Premier ministre de la planète capitale. Celui-ci écarquilla les yeux à la lecture du rapport.

« C’est incroyable. »

Le Premier ministre avait placé quelques informateurs au sein de l’équipage de Liam, afin d’apprendre à quel point la flotte spéciale de Liam s’avérait puissante et efficace. Les rapports de ses agents ne contenaient que des éloges à l’égard du noble.

Debout à côté du Premier ministre, l’un de ses assistants semblait soulagé. « Il semble qu’il ait fait en sorte que sa flotte se déploie et fasse la course pour éliminer les pirates de la région. Mais ce qui est particulièrement surprenant, c’est qu’il a remis en état la planète qui sert de point de rencontre à sa flotte. Nous l’avions presque abandonnée, n’ayant pas les fonds nécessaires pour achever son développement. »

Liam était arrivé le premier sur la planète cible et, en attendant les autres, il s’était attelé au développement de la planète frontière. Son équipe avait rapidement construit un véritable port spatial, ce qui avait facilité le développement futur de la planète. En fait, après avoir entendu parler de la nouvelle construction, les marchands commençaient déjà à se rendre sur place pour faire des affaires avec Liam. Il avait également supervisé des projets de développement à la surface de la planète. Le Premier ministre ne put s’empêcher de sourire en lisant les rapports.

« Hmm, je vois qu’il a construit quelques installations pour les colons. Tout est très fonctionnel et bien pensé. »

En fait, il n’y avait jamais eu d’installations adéquates sur la planète avant cela, et les habitants se seraient contentés d’à peu près n’importe quoi. Cependant, les nouveaux bâtiments avaient été construits dans un souci de beauté et, en regardant les photos, le Premier ministre avait trouvé qu’ils étaient très bien faits.

Si je devais évaluer ce projet, je lui donnerais 80 points. Avec un peu plus d’expérience, je suis sûr qu’il pourrait faire encore mieux. Ce sont ses exploits militaires que les gens ont tendance à voir en premier, mais le comte s’est d’abord fait connaître pour ses talents politiques.

Ces dernières années, Liam s’était surtout distingué par son succès dans l’élimination des pirates, mais lorsqu’il avait été reconnu, c’était pour son habileté à gouverner son domaine. Maintenant qu’il était stationné au milieu de nulle part, il développait seul une nouvelle base planétaire. Le Premier ministre ne pouvait s’empêcher de sourire en pensant à la façon dont la planète allait pouvoir s’améliorer d’elle-même, grâce à l’aide de Liam.

Cependant, le Premier ministre n’était pas du genre à faire aveuglément confiance aux motivations de qui que ce soit. Il ne pouvait imaginer que Liam ait fait tout ce travail sans penser à la récompense de ses efforts.

« Dites aux militaires que je souhaite que le comte soit promu colonel et qu’il reçoive également une médaille pour ses exploits. »

« Vous pensez qu’ils seront d’accord avec ça ? »

« C’est une récompense dérisoire pour ce qu’il a fait pour nous. L’année prochaine, il deviendra peut-être général de brigade. En fait, avant qu’il ne quitte l’armée, je veux qu’il devienne général de corps d’armée. »

Si cela ne le satisfait pas, je devrai trouver autre chose à lui proposer…

 

☆☆☆

 

« Votre statut de naissance est vraiment tout, n’est-ce pas, Commandant ? »

Les épaulettes étincelantes de mon uniforme me désignaient désormais comme général de corps d’armée. Je trouvais amusant d’être devenu général de corps d’armée en quelques années seulement, simplement en jouant à un jeu de simulation de vie réelle. Dans le temps qu’il fallait à un soldat ordinaire se battant sur des champs de bataille sanglants pour monter d’un rang, je pouvais monter de quatre rangs simplement en m’amusant. Voilà ce que signifiait être un noble — être un seigneur maléfique.

En discutant avec le commandant de mon navire pendant que nous jouions à un jeu de type mah-jong, j’avais jeté une tuile en toute confiance.

« Oh, comptez. Juste là. J’ai aussi l’ura dora maintenant. »

Mais le commandant, qui attendait ma tuile, m’avait frappé de plein fouet.

« Pas question ! »

Lorsque je m’étais levé de mon siège, le commandant avait révélé sa main. Bien sûr, il avait atteint yaku et avait aussi ura dora. Le commandant était bien trop doué à ce jeu, et j’avais perdu plus de fois que je n’avais gagné contre lui.

« Ai-je encore perdu ? »

« Ha ha, désolé ! »

Ce commandant était un joueur chevronné. Il était si habile qu’il avait déjà éliminé Wallace et Cédric, qui étaient venus me voir en pleurant pour me dire qu’ils n’avaient plus un sou pour le reste du mois. Tia et Marie, qui partageaient la table avec nous, lançaient des regards assassins au commandant qui continuait à gagner.

« Comment le Seigneur Liam perd-il encore avec moi et ce fossile qui travaillons ensemble ? »

« Hé ! Vous n’avez pas intérêt à tricher ! » déclara le commandant en souriant.

Même en trichant et en faisant équipe à trois contre le commandant, je continuais à perdre. Normalement, on aurait pu penser que je ne pouvais pas perdre, mais je n’avais rien fait d’autre.

J’avais lancé au commandant un bâton de score. « Même avec tout ça, je perds encore ? Vous avez un tour dans votre sac, commandant ? »

« J’ai de la chance, c’est tout. C’est pour cela que je gagne de l’argent avec des jeux comme celui-ci, et je suppose que c’est aussi pour cela que je commande un si beau navire. Il n’y a pas que la chance, bien sûr… Il faut savoir lire le flux des choses. »

« Le flux ? »

« C’est vrai. On ne peut pas tout forcer. Quoi qu’il en soit, un autre tour ? »

Le flux, hein… C’est vrai qu’il semble y avoir un flux dans la vie contre lequel on ne peut pas toujours lutter. Je devrais peut-être demander au commandant de m’en apprendre davantage à ce sujet.

J’avais perdu encore et encore. L’argent n’avait aucune importance pour moi. Mon portefeuille ne se viderait jamais, quel que soit le montant de mes paris. J’avais décidé de dépenser tout ce qu’il fallait pour en apprendre davantage sur le flux du commandant.

« Bien sûr, » répondis-je. « Laissez-moi étudier vos méthodes, commandant. »

« Je ferai ce que je peux. »

Lorsqu’un nouveau jeu commença, Tia et Marie étaient toutes deux enthousiastes.

« Cette fois, nous prendrons tout ce qu’il a. »

« Confirmons nos signaux, Seigneur Liam. »

Le commandant continuait à gagner, même si nous trichions effrontément. J’avais l’étrange sentiment qu’il se passait quelque chose d’inhabituel ici. C’était la même impression que celle que me donnait mon instructeur de sabre, Yasushi.

Maître… Allez-vous bien ces derniers temps ? Comme toujours, je n’avais aucune idée de l’endroit où il se trouvait, mais c’était un maître des arts martiaux, donc je n’avais aucune raison de m’inquiéter pour lui.

 

☆☆☆

 

Pendant qu’ils jouaient, le commandant pensait : « Pourquoi continuent-ils à tomber dans le panneau alors qu’ils trichent eux aussi ?

Liam trichait ouvertement, et pourtant le commandant continuait à le battre à plate couture. C’est le commandant qui avait préparé le plateau de jeu pour leur partie de mah-jong, et il s’était naturellement arrangé pour que ce soit toujours lui qui gagne. Il avait apporté le jeu ici au cas où il aurait l’occasion de dépouiller quelques riches nobles de leur argent, mais Liam et ses amis en étaient devenus accros.

Le commandant était le même genre d’individu que Yasushi, le maître d’épée de Liam : un imposteur.

C’était censé être un travail facile !

Après avoir mené une vie de noble, le commandant n’était dans cette position que grâce aux circonstances de sa famille, aux circonstances de l’Empire et à toute une série de circonstances interdépendantes. Ses notes à l’académie militaire étaient médiocres, mais il avait pu aller aussi loin grâce à l’influence de sa famille.

Il se passe quelque chose de bizarre ici ! Qu’est-ce qui se passe avec ces nobles ? Ils font ce qu’ils veulent et montent en grade grâce à cela. Il a fallu que je soudoie pour arriver jusqu’ici !

Même les nobles n’étaient pas promus bon gré mal gré dans l’armée. Normalement, même les membres des grandes maisons n’étaient pas promus aussi rapidement que Liam. Cela ne faisait que montrer à quel point il était un cas particulier.

Qu’est-ce qui lui arrive ? Pourquoi développe-t-il une planète alors qu’il n’en tirera aucun bénéfice ? Je ne le comprends pas du tout.

Commençant un nouveau jeu, le commandant grommela pour lui-même, perplexe devant les différences entre lui et Liam.

Pendant qu’ils jouaient, Eulisia les observait. Soudain, elle reçut un message sur sa tablette.

« Lieutenant Général, » dit-elle, « il y a une demande de renforts de la part du seigneur local. »

« Encore ? Pour quoi faire ? Et combien ? »

« Il s’agit d’une demande d’aide pour lutter contre les pirates venant d’une autre région. Il demande mille navires. »

« Dispatcher ceux qui ne font rien. Et ramasser tous les déchets que nous accumulons. »

« Je les envoie tout de suite. Quant aux pirates… »

Eulisia s’apprêtait à demander s’ils devaient capturer l’un ou l’autre des pirates, mais Tia lui coupa la parole.

« Tuez-les tous. Les pirates ne valent rien vivants. N’est-ce pas, Lord Liam ? »

Son ton avait été extrêmement froid et ferme, mais lorsqu’elle cherchait à obtenir l’accord de Liam, elle ressemblait davantage à un chat gâté qui demandait de l’attention.

Marie fit claquer sa langue, mais Liam se contenta d’un petit hochement de tête en étudiant sa main.

« Il faut les anéantir. »

Le commandant frémit devant la manière glaciale dont Liam traitait ses adversaires.

Il n’a pas besoin d’aider ce seigneur local, et pourtant il envoie ses alliés juste pour éliminer quelques pirates. La rumeur selon laquelle il les méprise absolument doit être vraie. La maison Berkeley veut que je le trahisse, mais… si le comte découvre ma trahison, qui sait ce qu’il me fera !

Liam était déjà assez intimidant à lui tout seul, mais avec Tia et Marie en plus, le commandant avait une peur bleue.

Eulisia confirma les ordres de Liam, exaspérée par la façon dont les autres ne cessaient de se concentrer sur leur jeu. « Alors je vais envoyer mille navires, et nous ferons comme d’habitude avec les pirates. »

Comme s’il ne l’avait pas entendue, Liam baissa les yeux sur sa main et marmonna : « Maintenant, qu’est-ce que je jette ? »

Le commandant observa Liam avec curiosité. Il n’a rien à gagner à aider un petit seigneur comme celui-ci. Personne ne se serait plaint s’il avait laissé cette planète frontalière sans aide. Oh, comme je déteste les moralisateurs !

Du point de vue du commandant, Liam était un noble diligent qui travaillait bien plus que nécessaire. Il aidait les petits seigneurs chaque fois qu’on le lui demandait et répondait volontiers aux appels à l’aide de ses alliés personnels. Il avait une bouche un peu méchante, mais pour le reste, il représentait tout ce qu’un noble devait être. Pour quelqu’un comme le commandant, qui se considérait comme un pragmatique, Liam brillait presque trop pour être regardé.

Il ne fait pas grand-chose personnellement, donc je n’ai pas grand-chose à faire non plus, ce qui me convient parfaitement.

« Compte, Ron », dit le commandant.

« Qu’est-ce que c’est ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire