Infinite Stratos – Tome 5

***

Chapitre 1 : L’Analgésique pour le cœur

Partie 1

« Hyah ! »

Un fracas avait retenti alors que les lames d’Ichika et de Ling s’affrontaient. C’était le 3 septembre. Les classes A et B s’étaient réunies pour les premiers exercices de tir réel du second semestre.

« Argh… »

« Tu ne t’échapperas pas, Ichika ! »

Ils avaient chacun pris la bannière de leur classe, et Ichika était sorti de la porte en force, mais Ling avait commencé à reprendre le dessus dans le combat. La raison en était claire et simple : Byakushiki, dans le deuxième quart de fonctionnement, était encore plus un consommateur de ressource.

« Tu as trop utilisé ton bouclier au début ! »

« Ce n’est pas encore fini ! » Ichika balança son katana en criant, mais la lueur de Reiraku Byakuya s’était déjà éteinte du Yukihira Nigata, ne laissant qu’une lame normale. Maintenant qu’il était en deuxième quart et qu’il avait le pack d’armes Setsura, il avait aussi un canon à particules dans sa main gauche, mais là aussi, il était presque complètement vidé de son énergie.

« Tu as déjà perdu ! Mon Shenlong est conçu pour être un combattant régulier, efficace et pratique… ! Canon d’impact ! » Alors que le grondement des canons résonnait, Ling s’éloigna. Saisissant l’occasion, elle avait ensuite activé le Souten Gagetsu relié.

« Argh ! »

Ichika avait réussi à parer, mais la force de l’impact lui avait retiré la vue de Ling. Un instant plus tard, son hypersenseur l’avait détectée, mais il était déjà trop tard.

« Argh ! »

Elle lui avait attrapé les chevilles par en dessous et l’avait jeté au sol. L’éblouissement du soleil remplissait la vision d’Ichika, mais il était bloqué par une ombre.

« Je t’ai eu ! »

« … !? »

Toujours en vol stationnaire, Ling avait ouvert le feu à nouveau avec son canon d’impact. Une douzaine de coups de feu lui étaient tombés dessus alors que la cloche sonnait pour mettre fin au match. Inutile de dire qu’Ichika avait perdu.

 

◇◇◇

« C’est deux victoires d’affilée pour moi. On dirait que tu me dois un déjeuner ! » déclara Rin.

« Franchement… »

J’avais perdu la première bataille et le match retour à l’entraînement aujourd’hui. Après avoir nettoyé, nous étions allés au réfectoire comme d’habitude. Rin jubilait de ses victoires et me tordit le couteau dans la plaie pendant que je mangeais. Oh, et le menu d’aujourd’hui était un maquereau dans une sauce miso. Le miso blanc et piquant était un excellent accompagnement pour le maquereau tendre. Hm, oui. Les dames du déjeuner avaient fait un excellent travail, comme d’habitude.

« Comment est ton repas, Laura ? Bien ? » demanda Charl.

« Oui, je ne m’attendais pas à manger une escalope aussi savoureuse en dehors de l’Allemagne, » répondit Laura.

Charl et Laura s’entendaient bien, comme d’habitude, et Laura avait découpé une bouchée de son escalope de veau dans une assiette remplie de plats allemands.

« Veux-tu l’essayer ? » demanda Laura.

« En es-tu sûre ? » demanda Charl.

« Mm. »

« Merci, alors ! Tu sais, j’ai toujours voulu essayer le schnitzel, » répondit Charl.

Après l’avoir pris et l’avoir porté à sa bouche, Charl s’était illuminée d’un sourire.

« Mmm ! C’est délicieux ! Les viandes sont si bonnes dans la cuisine allemande, » déclara Charl.

« Je suppose que oui. Nous sommes aussi bons en pommes de terre, » déclara Laura.

Laura, peut-être heureuse d’entendre son pays loué, rougissait légèrement. Le fait de voir cela avait suffi pour que les autres filles se mettent aussi à parler de cuisine.

« L’Allemagne n’a-t-elle pas aussi beaucoup de bons desserts ? Comme les baumkuchens. Je suis un peu jalouse, la Chine n’a rien de tout ça, » déclara Rin.

« Oh ? Je vais devoir demander à mon équipe d’envoyer des kranz de francfort, » déclara Laura.

Hmm, qu’est-ce que c’était ? Oh, c’est vrai. Un gâteau au beurre garni de noix caramélisées. Il est fait en forme d’anneau, presque comme une couronne. Le Baumkuchen est aussi en forme d’anneau. Je me demande pourquoi les chefs allemands aiment tant avoir le trou au milieu ?

« Savez-vous quel dessert allemand j’adore le plus ? Le Berliner pfannkuchen, » annonça Cécilia.

Charl avait été visiblement surprise par le dessert favori de Cécilia.

« Hein ? Veux-tu parler des beignets fourrés à la confiture ? Ce glaçage à la vanille doit être chargé de calories. Je suis surprise qu’ils soient ton truc, » déclara Charl.

« Je sais bien ! Je compte mes calories ! Oui, comme je mange un berlinois, j’accepte que rien d’autre ne passe par mes lèvres ce jour-là…, » déclara Cécilia.

Toute la résolution d’un guerrier qui se prépare à jeûner. Pourquoi ne pas simplement manger un dessert si tu en as envie ? Ouais… Si je leur demandais ça, elles seraient probablement toutes folles.

« Les beignets fourrés à la confiture sont savoureux. »

C’était Houki, comme prévu. Je me souvenais qu’elle mangeait toujours son beignet au déjeuner à l’école primaire, même quand les autres filles le sautaient. Oui, si je lui disais cela, elle serait certainement en colère.

« Aimes-tu les beignets, Cécilia ? Je devrais te faire du sésame jian dui, » déclara Rin.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Cécilia.

« Un dessert chinois. Tu enveloppes de la pâte de haricots rouges dans de la pâte de riz et tu l’enrobes ensuite de graines de sésame. Puis tu peux le faire frire, » expliqua Rin.

« Cela semble délicieux ! Mais les calories…, » déclara Cécilia.

« Si jamais tu veux essayer, il suffit de le demander, » déclara Rin.

« Tu es plus gentille que je ne le pensais, Ling, » déclara Cécilia.

« “Que tu le pensais” ? Que veux-tu dire par “que tu le pensais” ? » demanda Rin.

Rin et Cécilia formaient un duo toujours aussi dynamique.

« Personnellement, j’aime les desserts japonais. Ils sont si élégants, » déclara Laura.

Laura semblait adorer les gelées du café au thé vert que nous avions tous visité ensemble pendant les vacances d’été, et elle y était retournée encore et encore. Lorsqu’elle en avait parlé à ses amies chez elle, elles n’avaient pu étouffer leur jalousie que lorsqu’elles avaient réalisé que cela les empêchait de lui demander de renvoyer des yatsuhashi crus. Pour les soldats, elles étaient certainement très, ah, informelles parfois.

« Si le printemps est consacré aux sucreries et l’été aux gelées, l’automne est consacré au manju. »

« Oh ? Et puis quoi en hiver ? »

« Senbei. »

Houki avait vraiment compris la mentalité japonaise. Toute cette discussion sur le dessert me donnait faim. Je n’aurais pas dû rester assis à bavarder comme ça. J’avais besoin de penser à l’IS. Surtout à mon IS, Byakushiki.

« Bahh... Je viens de recevoir un power-up, alors comment ai-je pu perdre ? » murmurai-je.

« Je te l’ai dit, tu brûles trop de ressource. C’était déjà assez mauvais quand tu avais une arme qui brûlait l’énergie du bouclier, mais maintenant tu en as deux, » déclara Rin.

« Hmm… »

Même au-delà, l’agrandissement des propulseurs d’ailes avait augmenté leur consommation d’énergie. Mon temps passé avec mon Booster était réduit aux deux tiers, et être à nouveau à la moitié de ma vitesse n’était guère confortable. Non pas que cela mangeait l’énergie de mon bouclier, mais il puisait dans la même source que mon canon à particules, donc je devais améliorer le rationnement de son utilisation.

Je dois apprendre à me déplacer en douceur entre le combat en mêlée et le combat à distance. Je dois repenser ma tactique. Ensuite, je dois m’entraîner davantage au tir, acquérir plus d’expérience avec mon nouvel équipement, et… Gah ! Il y avait une montagne de choses sur lesquelles se concentrer ! Mais la priorité absolue, inchangée depuis la première équipe, devait être de maîtriser la consommation d’énergie. L’énergie… Hmm, l’énergie. Où puis-je en économiser un peu ? Soupir…

« Eh bien, tu sais ! Fais équipe avec moi et ce problème est résolu ! » Houki s’était soudainement interposée avec les bras croisés.

Son IS, Akatsubaki, avait la capacité unique Kenran Butou qui était essentiellement l’opposé du Reiraku Byakuya de Byakushiki — il amplifie toute énergie, même si elle est faible. Il était également capable de transférer de l’énergie à d’autres IS par simple contact, alors que la plupart des IS ne pouvaient pas du tout la transférer.

Chifuyu n’a-t-elle rien dit à ce sujet ? Par exemple, Byakushiki et Akatsubaki sont une paire assortie conçue pour être exploitée de concert. Ce qui en ferait aussi le partenaire naturel de l’autre. Byakushiki détruisant l’énergie, Akatsubaki l’amplifiant. Chacun était la clé de la défaite de l’autre…

« Pourquoi as-tu l’air si contradictoire ? Tu es mon épouse. Tu devrais faire équipe avec moi. »

Laura m’avait poussé sur la joue droite. Ces derniers temps, elle s’était beaucoup plus souvent illuminée et elle plaisantait comme ça, mais elle le faisait toujours avec un air morose et maussade.

« Ce n’est pas le cas. Je fais équipe avec Ichika. Nous sommes des amis d’enfance, et Shenlong est bon à courte et moyenne portée, donc c’est un bon parti pour Byakushiki. »

« Quel culot ! Dans ce cas, mes Larmes Bleues sont le support idéal à longue portée. Après tout, n’est-ce pas là la plus grande faiblesse de Byakushiki ? »

« J’étais son amie d’enfance avant toi ! Et en plus, Byakushiki et Akatsubaki ont juste… Ils ont l’air parfaits ensemble… »

Je n’avais pas pu comprendre la dernière partie de ce qu’elle avait dit, mais il était évident que Houki et les autres filles voulaient toutes faire équipe avec moi. Mais pourquoi ?

« Hmm. Vous savez, nous n’avons même pas fait de tournois par équipe ces derniers temps, » déclarai-je.

« On ne sait jamais quand ils pourraient en annoncer un. »

« Eh bien, si ça arrive… Je ferai équipe avec Charl. »

« Hein ? Moi ? » Charl s’arrêta avec sa carbonara à mi-chemin de sa bouche et devint soudainement le centre d’attention. Posant sa fourchette et sa cuillère, elle avait agité ses doigts l’un contre l’autre en me regardant avec curiosité.

« Mais pourquoi ? » demanda Charl.

« Nous l’avons fait avant, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oh, c’est vrai… » L’éclat de ses yeux s’était estompé quand elle avait regardé avec tristesse son assiette. Qu’est-ce qui s’est passé ?

« Soupir… Je savais que ce serait quelque chose comme ça…, » murmura Charl.

Son soupir avait été le signal pour que les autres filles se retournent contre moi.

« Tu es terrible. »

« Tu ne comprends pas du tout les femmes, n’est-ce pas ? »

« Parfois, tu es trop idiot. »

« C’est bon, Charlotte. Je vais te chercher un café au lait pour te remonter le moral, » déclara Laura.

« Merci, Laura. Tout le monde. » Les yeux de Charl s’illuminèrent quand elle leur sourit en signe de gratitude. Mais elle avait évité de me regarder dans les yeux.

« Je ne le disais pas seulement pour ton bien. » Rin avait rougi un peu en croisant les bras, comme si cela l’embarrassait de le dire à voix haute.

Charlotte avait gloussé. « Tu dis cela, mais je sais que tu essaies d’être gentille. »

« Hmph ! »

Charl était tellement douée pour s’occuper des filles et des gars. Cela devait être génial d’avoir ce genre de charisme.

« … Pourquoi me regardes-tu ? » demanda Houki.

« Tu dois imaginer des choses, Houki. »

« … Pourquoi me regardes-tu maintenant ? » demanda Laura.

« Tu dois imaginer des choses, Laura. »

Mon excuse n’avait pas suffi à m’épargner les coups de karaté simultanés des deux filles.

« Je ne sais pas ce que tu penses, mais il doit y avoir quelque chose de grossier. »

Bien sûr que non !

Une autre paire de frappes de la main.

« Argh… »

« Hmph. »

Les choses avaient continué comme ça jusqu’à la fin du déjeuner, et nous étions retournés à l’arène pour nous préparer aux exercices de l’après-midi.

***

Partie 2

« Cet endroit est tout simplement trop grand. »

Le silence du vestiaire vide qui était entièrement pour moi m’avait déconcerté. J’avais essayé de me le sortir de la tête en m’asseyant dans ma combinaison IS, en passant par la console de Byakushiki. Hmm… Setsura consomme beaucoup trop d’énergie. Je me demande si je peux la détendre un peu. Alors que je pensais cela, le monde était devenu noir autour de moi. Non… C’était littéralement devenu noir.

« … !? »

« Devinez qui c’est ! »

Hein ?

Hein ?

Ehh ?

Qui était-ce ?

La voix derrière moi était celle d’une femme, qui semblait trop vieille pour être une camarade de classe. Mais le sourire effronté que je pouvais imaginer depuis sa voix était celui d’un enfant qui faisait une farce. Les doigts qui me couvraient les yeux étaient lisses et un peu froids. Ils étaient merveilleux, si merveilleux que je ne pouvais pas répondre pendant quelques secondes.

« Le temps est écoulé ! »

Je m’étais retourné pour voir à qui appartenaient ces mains. « Qui… êtes-vous ? »

C’était une fille que je ne reconnaissais pas. Euh… Alors, comment aurais-je pu le deviner ?

« Fufufu… »

La fille devant moi — par la couleur de son ruban, elle devait être en deuxième année — avait souri face à ma confusion avant de soulever un éventail qu’elle avait sorti de quelque part vers son visage. C’était vraiment une fille étrange. Son attitude était détendue. D’une bonne manière, d’une manière apaisante. Mais le sourire grimaçant sur son visage avait effacé tout cela.

 

 

Cela me rendait nerveux, me demandant ce qu’elle avait prévu pour moi. Elle était mystérieuse. Presque séduisante — c’était peut-être une façon trop positive d’y penser.

« Et vous êtes… ? Ah — . »

Elle regardait devant moi. Je m’étais tourné pour voir sur quoi elle était concentrée, et — .

« Je vous ai piégé ! » Elle m’avait touché la joue avec son éventail.

« … »

« Quoi qu’il en soit. Si vous ne vous dépêchez pas, Mme Orimura sera furieuse, » déclara-t-elle.

« Hein ? »

Mon cœur bondissant, j’avais regardé l’horloge sur le mur. J’avais déjà trois minutes de retard.

« Quoi ? Oh merde ! Je suis dans la merde ! » m’écriai-je.

Je m’étais retourné pour regarder la personne qui m’avait mis en retard, mais elle était déjà partie.

 

◇◇◇

« Une explication supplémentaire de votre retard ? »

La maîtresse de l’enfer, Orimura Chifuyu, n’avait pas l’ombre d’une pitié dans son cœur.

« Allez ! Je vous l’ai dit ! Une fille que je n’ai pas reconnue était —, » déclarai-je.

« Bon, quel était son nom ? » demanda ma sœur.

« Je viens de vous le dire ! Je ne l’avais jamais rencontrée avant ! » répondis-je.

« Oh ? Alors vous êtes en retard parce que vous préférez bavarder avec de nouvelles filles plutôt que d’aller en classe ? » demanda ma sœur.

« Attendez ! Non, ce n’est pas —, » répliquai-je.

Elle n’avait aucun intérêt à ce que d’autres excuses lui soient présentées.

« Dunois, montrez à la classe votre Changement Rapide. Si vous avez besoin d’une cible, je ne vois pas d’inconvénient à ce que vous utilisiez cet idiot, » déclara ma sœur.

Mais ça me dérange !

« … »

Priant pour un sursis, je souriais faiblement à Charl. Elle avait souri en retour, comme un rayon d’espoir venu du ciel. Je savais que tu étais de mon côté, Charl ! Je savais que tu ne ferais pas une chose pareille !

« Compris, Mme Orimura, » déclara Charl.

« Allez-y. »

Bwah ! C’était peut-être le sourire d’un ange, mais c’était bien un ange de l’Ancien Testament. Elle s’était envolée dans les airs. Dans sa main, un faisceau de lumière s’était transformé en fusil.

« Euh… Charl… Charlotte ? » demandai-je.

« Qu’est-ce qu’il y a, Orimura ? »

Ahhh ! Je pouvais pratiquement voir ses veines se gonfler de colère. Pourquoi ? Pourquoi es-tu en colère contre moi, Charl ?

« C’est parti. Revive ! »

« A-Attends —, » m’exclamai-je.

Mes paroles avaient été noyées dans un rat-a-tat-tat de tirs. GAHH !

 

◇◇◇

« Alors, s’il vous plaît ! Fournissez-moi une arme non énergétique ! »

« Demande rejetée, Cécilia Alcott. Vos Larmes bleues continueront à recueillir des données sur l’armement BT. Les données sur les armes cinétiques ne sont pas nécessaires pour le moment. »

« Je le sais ! Je sais, juste… Argh, pourquoi n’écoutez-vous pas ? »

L’exercice de la sixième période était terminé, et deux classes de filles s’étaient entassées dans un vestiaire bourdonnant de conversations. À quelques pas de la foule, Cécilia avait son téléphone portable dans une main, lors d’un appel international à son chef d’équipe de maintenance IS en Angleterre.

« Pourquoi insistez-vous tant sur les armes cinétiques ? »

« Argh… »

La raison était claire, simple… et c’était quelque chose qu’elle ne voulait absolument pas dire. Un IS avec seulement des armes BT ne pourrait jamais battre le Byakushiki d’Ichika. Sans un moyen de percer son bouclier énergétique, je ne gagnerai jamais.

Lors de l’exercice de l’après-midi qui combinait les manœuvres aériennes et le combat, Cécilia était la seule à avoir perdu contre Ichika. Sa fierté était presque brisée par ses luttes contre le deuxième mode de fonctionnement de Byakushiki, même si elle était très énergique. Pourquoi seulement moi ? Un soupir avait traversé la ligne alors qu’elle fronçait les sourcils amèrement.

« Alcott. Votre mission est de rassembler des données de combat sur les armes BT. Compris ? Ne comprenez-vous pas la situation dans laquelle nous sommes après que vous ayez perdu votre nouvel équipement il y a deux mois ? »

« C’était juste — . »

« Je n’ai pas besoin d’entendre d’autres explications. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser. »

Clique. La tonalité s’accrocha dans l’air, presque tristement.

« Quel culot ! » s’exclama Cécilia.

Le bras de Cécilia s’était mis à fouetter comme pour lancer son téléphone contre le mur.

« Cécilia ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Ce n’est… rien, » répondit Cécilia.

C’était Charlotte qui s’était montrée inquiète. Elle avait déjà replacé son costume IS dans son uniforme et elle se séchait les cheveux. Charlotte est celle qui a le moins de problèmes avec le deuxième mode de fonctionnement de Byakushiki… C’était parce que presque toutes ses armes utilisaient des munitions traditionnelles, mais même au-delà de ça, elle était une ennemie difficile.

En termes de performances, c’est Laura, puis Charlotte, puis Ling, puis Houki, Ichika, et moi… Cécilia avait poussé un soupir. Elle avait l’habitude de consulter les données de son IS, mais son cœur s’était arrêté sur la ligne qui indiquait « Efficacité opérationnelle de l’armement BT : 37 %. » Ils disent qu’à 100 %, je pourrai les contrôler comme des extensions de mon propre corps, mais… Elle n’avait pas pu s’empêcher de ne pas y croire. Personne n’a jamais été capable d’y arriver. Tout est théorique. Et Cécilia elle-même était la seule cadette nationale avec une compatibilité de classe A avec les armes BT. C’est pourquoi elle avait été envoyée à l’Académie IS. C’est pourquoi elle a eu son propre IS. Mais si elle ne pouvait pas fournir les données qu’ils voulaient, qui savait combien de temps cela allait durer ?

« Soupir… »

« Allez, Cécilia. Allons prendre un café ou autre chose. Tu ne peux pas rester dans le marasme comme ça, » déclara Charlotte.

« Je sais, c’est juste que… »

Inquiète que même cela ne puisse pas remonter le moral de Cécilia, Charlotte avait poursuivi. « Hé, j’ai une idée. Je vais aussi inviter Ichika et les autres filles. C’est plus amusant ensemble, non ? »

« Si Ichika est là, alors je passe… »

Charlotte regretta de ne pas avoir réalisé que l’orgueil de Cécilia ne lui permettra jamais de voir son béguin après avoir perdu contre lui, mais il était trop tard pour le reprendre. Quelques secondes plus tard, elle essaya à nouveau. « Alors, juste nous les filles. Allez, Cécilia. »

« Hmm… Eh bien, j’apprécie certainement ton inquiétude. Je te remercie, » déclara Cécilia.

Cécilia s’était dirigée vers son casier, alors que son humeur s’était sensiblement améliorée. Son pas était aussi fier que jamais, tout comme elle.

 

◇◇◇

Le lendemain, la salle de classe et une partie de la première période avaient été remplacées par une assemblée. Il s’agissait, bien sûr, de la fête de l’école ce mois-là. Mais avec tant de filles ici… C’était bruyant. Un peu plus fort, et ça distrayait.

« Et maintenant, la présidente du conseil des élèves va vous expliquer les détails. »

La fille qui l’avait présentée devait être l’un des membres du conseil, car le bourdonnement de la conversation s’était évanoui comme la marée montante.

« Hé, les gars ! Qu’est-ce qu’il y a ? »

« … !? »

J’avais reconnu la fille sur scène. C’était celle de deuxième année qui était apparue devant moi dans le vestiaire la veille. J’avais réussi à retenir un cri de reconnaissance lorsque je l’avais revue.

« Fufufu. »

Nos regards s’étaient croisés pendant un instant, et un sourire s’était posé sur ses lèvres. Oh non. Je n’avais pas un bon pressentiment. Mon cœur battait la chamade. J’avais fait de mon mieux pour ne pas montrer ma panique pendant que nous l’écoutions parler.

« Vous savez, cette année a été tellement chargée que je n’ai jamais eu l’occasion de me présenter ! Je m’appelle Sarashiki Tatenashi. Votre présidente du conseil des élèves. Ravie de vous rencontrer ! »

Le sourire sur son visage était apparemment aussi charmant pour les filles que pour les garçons, car j’entendais des soupirs tout autour de moi.

« Quoi qu’il en soit, pour la fête de l’école de ce mois-ci, nous allons avoir une règle spéciale à respecter cette fois. Et c’est… » Elle avait habilement sorti son éventail et elle l’avait placé sur le côté, et comme pour répondre au mouvement, un écran holographique flottant s’était ouvert en plein vol. « La bataille du club pour Orimura Ichika ! »

Avec un déclic audible, elle avait déployé son éventail au loin. Au même moment, l’écran s’était transformé en une énorme photo de moi.

« Hein ? »

« EHHH !? » Un tonnerre d’applaudissements avait éclaté lorsque l’assemblée avait réalisé qu’elle ne plaisantait pas. J’avais senti une armée d’yeux tomber sur moi.

« Laissez-moi finir. Normalement, chaque club propose une manifestation quelconque, avec un vote pour déterminer celles qui sont financées par l’école. Mais j’ai pensé que ce ne serait pas aussi amusant —, » son éventail s’était déplacé pour pointer directement vers moi. « Orimura Ichika va être forcé à rejoindre le club le plus important ! »

Un autre rugissement d’applaudissements.

« Omigawd ! »

« Prez, tu es incroyable ! »

« Nous… On s’en occupe ! »

« Nous commençons aujourd’hui ! Qui s’intéresse au tournoi d’automne ? »

Je veux dire, vous devriez… Mais vraiment, pourquoi me voulez-vous dans votre club ? Je suis un mec, donc je serais dans d’autres groupes que vous aux réunions. Et je ferais un très mauvais manager.

« Vous n’avez même pas demandé si je voulais faire ça… »

Encore un peu confus, je regardai Tatenashi, et elle me répondit par un rire et un clin d’œil.

Je ne pensais pas qu’un clin d’œil suffirait pour excuser cela…

« Très bien ! J’ai hâte ! »

« Réunissons-nous tous après l’école et votons sur ce qu’il faut faire ? »

« Nous devons obtenir la première place ! À défaut, il n’y a pas d’échec ! »

Une fois qu’on les avait mis en route, on ne pouvait plus les arrêter.

Et ainsi, sans aucun préavis et sans aucun accord, la bataille pour moi avait commencé.

***

Partie 3

Le même jour, nous avions eu une séance supplémentaire en classe après les cours. C’était une discussion passionnée sur ce qu’il fallait faire pour le festival.

« Um… »

En tant que délégué de classe, c’était mon travail de recueillir des suggestions, mais… Il s’agit de trucs comme « Un club d’accueil avec Orimura Ichika », « Jouer au Twister avec Orimura Ichika », « Faire tourner la bouteille avec Orimura Ichika » et « Oser ou vérité avec Orimura Ichika ».

« Rejeté. »

La salle de classe résonnait de consternation.

« Qu’est-ce qui ne va pas chez vous ? Qui pourrait bien profiter de quelque chose comme ça ? »

« Je le ferais certainement ! » cria une fille.

« Ouais ! Faites votre travail et rendez-nous heureuses, les filles ! »

« L’Orimura Ichika nous appartient à toutes ! »

« Les autres classes nous ont donné des idées. Surtout dans mon club. »

« N’oubliez pas que vous nous aidez ! »

« Supportez-le pour nos péchés. »

Que dois-je faire à ce sujet ? La seule personne à qui je pouvais peut-être demander de l’aide était Chifuyu.

« Il semble que cela va vous prendre un certain temps. Je serai dans la salle des professeurs, dites-moi quand vous aurez fini, » déclara ma sœur.

Une sœur si gentille.

« Mme Yamada, nous ne pouvons pas vraiment faire ce genre de choses, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« P-Pourquoi me demandez-vous ? » demanda Yamada.

Oh, allez.

« Honnêtement, celui avec la bouteille a l’air sympa, » déclara Yamada.

Du rose avait surgi sur le visage de Mme Yamada. Lui demander était une erreur…

« Quelqu’un a-t-il des idées plus normales ? » demandai-je.

« Que diriez-vous d’un café de bonnes ? » Étonnamment, c’était Laura qui avait eu l’idée.

« Hein ? » Je n’avais pas été le seul surpris. Le reste de la classe l’était aussi.

« Il serait populaire. Nous pourrions gagner de l’argent pour la classe en vendant des snacks. Et les non-étudiants ne peuvent-ils pas aussi obtenir des billets ? Ils voudront probablement un endroit pour faire une pause, » déclara Laura.

Elle était toujours aussi brusque, mais cela ne sonnait toujours pas très bien venant d’elle, et il avait fallu quelques secondes pour que cela clique avec tout le monde.

« Hum… Qu’en pensez-vous ? » demanda Laura.

Laura avait espéré un accord majoritaire, mais nous étions tous trop stupéfaits pour dire quoi que ce soit.

« Cela me paraît bien. Ichika pourrait être le majordome ou le cuisinier, » déclara Charl, qui l’avait suivie, et le tir de couverture était juste ce qu’il fallait pour lancer un tir direct.

« Orimura comme majordome ? Ça a l’air génial ! »

« C’est parfait ! Vous l’avez ! »

« D’où viendront les tenues ? Je fais des costumes pour le club de théâtre, je peux les coudre ! »

La classe avait soudainement éclaté dans un tourbillon d’activité. Une fois qu’elles avaient commencé, il n’y avait aucun moyen de les arrêter. Ah bon. Je suppose que c’est bien si je pense que c’est juste un café avec des costumes.

« J’ai un contact qui peut m’obtenir des tenues de bonne. Je vais voir si elle peut me les prêter ainsi qu’un smoking, » déclara Laura.

Étonnamment, c’était encore Laura. Les yeux de tout le monde s’étaient ouverts en état de choc lorsqu’elles avaient compris qui disait qu’elles feraient quoi.

« Ahem — Je veux dire, Charlotte le fera, » déclara Laura.

Laura s’était raidie, rougissant de honte, sous les regards. Charl, pendant ce temps, semblait confuse d’être soudainement le centre de l’attention et répondit. « Euh, Laura ? Attends, tu veux dire… Du mois dernier ? »

« Mm. »

« Je vais demander, mais aucune garantie…, » déclara Charl.

La classe avait répondu à son ambivalence par un « C’est bon ! » à l’unisson. Et ainsi, la classe 1-A avait choisi une café de bonne — enfin, un « Café à Maid ».

 

◇◇◇

« Alors… La classe A a décidé de s’occuper d’un café. »

J’étais dans la salle des professeurs et je rendais compte à Chifuyu de ce que notre classe avait choisi.

« Un choix judicieux. Alors, quel est le piège ? » demanda ma sœur.

« Nous serons en costume. C’est ce qu’elles ont décidé, » répondis-je.

« Qui est à l’origine de cette initiative ? Tajima ? Liadh ? Ça devait être l’un de ces fauteurs de troubles, non ? » demanda ma sœur.

« Hum… » Le sourire de Chifuyu m’avait presque donné envie de ne pas lui dire la vérité. Mais j’avais dû aller jusqu’au bout. « En fait, c’était Laura. »

Son visage s’était figé et la pièce s’était tue alors qu’elle absorbait ces nouvelles informations. Argh, c’est de mauvais augure. Elle avait cligné des yeux une fois, puis deux fois… Puis elle avait éclaté de rire, « Ahahahahahah ! Bodewig ? Vraiment ? Je n’aurais jamais deviné cela en un million d’années. Vraiment ? Elle s’est décidée pour un café cosplay ? Hahahaha, elle a vraiment changé. »

« Vous ne vous attendiez pas à ce que ce soit elle ? » demandai-je.

« Bien sûr que non. Pas avec ce qu’elle était avant. Ahaha, Laura veut un café cosplay… » Chifuyu avait versé des larmes du coin des yeux en luttant pour retenir son rire. Était-ce vraiment si inattendu ? Même les autres professeurs regardaient Chifuyu comme s’ils ne l’avaient jamais vue faire quelque chose comme ça avant. « Mm-hmm. Bref, est-ce tout ? »

Remarquant les regards qu’elle recevait, elle s’était éclairci la gorge et avait retrouvé son calme.

« Oui. C’est tout, » avais-je répondu sans détour.

« Très bien, alors. Ce formulaire de demande concerne tout équipement ou nourriture dont vous aurez besoin. Il devra être retourné une semaine à l’avance. Compris ? » demanda ma sœur.

Cela semble être beaucoup de travail…

« Pas compris ? » Chifuyu avait insisté.

« Oui, madame. »

Son insistance m’avait fait redresser le dos inconsciemment pendant que je répondais. Elle avait toujours été un peu effrayante quand elle était comme ça. Mais je suppose qu’elle a changé. Je ne m’en souvenais pas vraiment, mais au collège, elle avait toujours l’air si effrayante. Comme un couteau prêt à couper tout ce qu’elle touchait, peu importe à quel point nous étions proches. Mais elle s’est beaucoup adoucie depuis que j’ai commencé le lycée. Hmm, elle traînait beaucoup avec Tabane à l’époque. L’inventeur génial Shinonono Tabane… Chifuyu était probablement la seule personne au monde à être de son niveau. Non, c’est sûr. Je le savais.

« Oh, et souvenez-vous. Le festival de l’école aura des hauts gradés militaires et des représentants de l’industrie des IS partout, donc les civils ne seront pas autorisés — à l’exception d’un compagnon pour chaque élève. Veillez à bien choisir le vôtre, » déclara ma sœur.

« Ah, oui. »

Ayant fini de me présenter à Chifuyu, j’avais pris congé et j’étais sorti de la salle des professeurs. Lorsque la porte s’était refermée derrière moi, j’avais poussé un soupir.

« Hé ! »

« … » Un visage que je n’oublierai jamais m’attendait dehors. La présidente du conseil des étudiants, Sarashiki Tatenashi. « … Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Pourquoi tant d’épines ? » demanda-t-elle.

« Faut-il le demander ? » demandai-je.

Elle me souriait comme si elle ne m’avait jamais mis en retard et que l’assemblée s’était déroulée parfaitement normalement.

« Oh, je suis désolée. Je pensais que si je ne faisais pas une grande première impression, vous m’oublieriez, » déclara-t-elle.

« Vous n’aviez pas besoin d’aller aussi loin, » répondis-je.

J’avais rompu la discussion et j’étais parti pour l’arène, et elle m’avait suivi. Il semblait qu’elle ne serait pas si facile à repousser. Elle n’avait pas l’air de quelqu’un qui prendrait un non comme réponse. Mais en même temps, il ne semblait pas qu’elle serait insistante — plutôt qu’elle manipulerait le flux des choses pour obtenir ce qu’elle voulait.

« Allez, ne soyez pas si distant. Ce n’est pas bon de se fermer au monde quand on est jeune, » déclara-t-elle.

« Et à qui la faute si je veux le faire ? » demandai-je.

« Hmm. Que pensez-vous de cela ? Je serai votre coach personnel en IS. Ça vous va ? » demanda-t-elle.

« J’ai déjà beaucoup d’entraîneuses, » répondis-je.

Houki, Rin, Charl et Laura. Honnêtement, j’en avais déjà plus qu’assez de coachs.

« Aww, allez. Je veux dire, je suis la présidente du conseil des étudiants, » déclara-t-elle.

« Et ? »

« Hein ? Vous ne le saviez pas ? Le conseil des étudiants de l’Académie IS choisit sa présidente en — . »

Sarashiki avait été interrompue alors qu’une autre fille arrivait en courant dans un nuage de poussière — non, en chargeant avec un shinai levé pour frapper.

« Préparez-vous ! » s’exclama la jeune fille.

« Attendez —, » je m’étais placé de manière réfléchie entre elles, mais Sarashiki était passée devant moi en sortant son éventail.

« Oh, aucune hésitation… Pas mal, » déclara Sarashiki.

Étonnamment, elle avait paré le shinai avec son éventail avant de répondre par un coup de karaté. L’autre fille était tombée par terre lorsqu’une fenêtre voisine s’était brisée.

« Et maintenant ? » m’exclamais-je par réflexe.

Une grêle de flèches plongea vers Sarashiki. Par la fenêtre brisée, je pouvais voir une fille dans le bâtiment d’à côté, vêtue d’un hakama d’archer, qui tirait de nouveau avec son arc. Que diable se passe-t-il ?

« Laissez-moi vous emprunter cela une minute, » déclara-t-elle.

Elle avait donné un coup de pied en l’air au shinai de la jeune fille effondrée, puis elle l’avait saisi et elle l’avait fait voler d’un seul coup. Il s’était envolé par la fenêtre et à travers la cour, avant de frapper l’archère directement entre ses yeux.

« Je vous ai eu ! » La porte du casier du concierge s’était ouverte avec fracas, et un troisième assassin en était sorti. Ses poings étaient enveloppés dans des gants de boxe, et elle se déplaçait avec le jeu de jambes d’un champion en jetant son poids dans chaque coup de poing.

« Hmm. Elles sont certainement enthousiastes aujourd’hui… Oh, au fait, Orimura Ichika, » déclara-t-elle.

« Euh, oui ? » demandai-je.

« Il semble que vous ne le saviez vraiment pas, alors laissez-moi vous expliquer. À l’Académie IS, le titre de présidente du conseil des élèves prouve une chose. » Sarashiki s’était couvert la bouche avec son éventail à moitié ouvert, mais son excitation était toujours audible. Pendant tout ce temps, elle avait continué à échapper à chaque coup d’assaut du boxeur.

« Le droit d’être présidente du conseil des étudiants — le chef de tous les étudiants —, » elle avait tourné autour d’un coup droit, puis avait soudainement sauté en l’air. « — appartient au plus fort. »

Et son pied avait pivoté derrière elle avant de plonger dans le ventre du boxeur comme une lance. Le boxeur avait replongé dans le casier comme si tout cela avait subi un rembobinage.

« Vous avez compris ? » demanda-t-elle.

L’éventail qu’elle avait lancé en l’air tout en donnant des coups de pied avait tourné une fois avant qu’elle ne l’attrape des airs et ne l’ouvre, en maintenant discrètement son ourlet à l’atterrissage.

« L’avez-vous vue ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr que non ! »

« Excellent, » dit-elle en riant en fermant son éventail.

« Alors… que se passe-t-il exactement ? »

« N’est-ce pas évident ? Une violette toute petite comme moi a simplement besoin d’un chevalier pour la protéger, » déclara-t-elle.

C’était un mensonge évident.

« N’avez-vous pas dit que vous étiez la plus forte ? » demandai-je.

« Oh, mon Dieu, j’ai été découverte, » avait-elle répondu avec un autre rire perplexe. Cela n’avait pas vraiment d’importance, mais ses rires étaient toujours si raffinés, et si naturels. Quel genre d’individu était-elle ? « Bref, pour faire simple. La présidente du conseil des élèves est la plus forte, mais c’est chasse gardée. Si elle est vaincue, la personne qui a réussi devient la nouvelle présidente. »

« Cela semble… chaotique, » déclarai-je.

« Eh bien, il n’y a pas vraiment eu beaucoup de tentatives depuis que je suis devenue présidente, jusqu’à présent. Je suppose que c’est dû —, » elle m’avait tiré vers elle, son visage se rapprochant. Si près ! Trop près ! « Est-ce de votre faute ? »

« P-Pourquoi ? » L’odeur des fleurs m’avait doucement rempli la tête. Mon cœur battait la chamade, soudainement incapable de se détendre.

« Hm ? Depuis que je vous ai annoncé comme le prix du festival scolaire de ce mois, les clubs de sport et d’arts martiaux qui ne pensent pas avoir de bonnes chances se sont tournés vers la force nue. Elles pensent que si elles peuvent me vaincre, elles pourront annuler la compétition et vous prendre pour elles. »

Je voulais lui répondre par « Le pensez-vous ? », mais il semblerait que ses suppositions étaient plutôt payantes. Elle avait l’impression d’être très douée pour lire les gens. Ce qui était terrifiant, parce que cela signifiait qu’elle pouvait probablement dire à quel point mon cœur battait fort.

« Très bien, alors. Voulez-vous vous joindre à moi dans la salle du conseil des étudiants pour prendre un verre ? » demanda-t-elle.

J’avais soupiré en réponse.

« Puis-je considérer cela comme un accord ? » demanda-t-elle.

Je… ne pouvais pas vraiment être en désaccord, alors j’avais dit. « Très bien, je vais y aller. »

« Excellent. J’aime quand vous êtes honnête, Orimura, » déclara-t-elle.

« Appelez-moi Ichika, » déclarai-je.

« D’accord. Alors, appelez-moi Tatenashi. Juste Tat pour faire court, » déclara-t-elle.

« Je vais bien de toute façon. » J’avais poussé un autre soupir en haussant les épaules. Il n’y avait pas eu de dispute avec elle. Son visage rayonnait de joie lorsqu’elle avait reconnu ma démission. C’était différent de son sourire mature d’avant. Presque enfantin — presque comme un enfant qui venait de réussir une farce.

***

Partie 4

« … Combien de temps vas-tu te relâcher comme ça ? » Une voix était venue de l’autre côté de la porte de la salle du conseil des étudiants.

« Troooppp tard… Mmmm, fatiguée… »

« Reprends-toi. »

« OK… »

Je n’avais pas pu mettre le doigt sur le pourquoi, mais entendre cette voix m’avait fait soupirer.

« Hm ? Qu’est-ce qui ne va pas, Ichika ? » demanda Tatenashi.

« J’ai l’impression de reconnaître cette voix de quelque part…, » répondis-je.

« Oh, c’est vrai. Elle doit être ici. » Tatenashi avait ouvert la porte. Elle se déplaça silencieusement sur ses charnières avec un poids qui suggérait la qualité. « Je suis de retour. »

« Bienvenue à nouveau. »

Nous avions été accueillis par une troisième année. Elle avait déjà l’air d’une travailleuse sérieuse avec ses cheveux tressés et ses lunettes, et le classeur qu’elle tenait à la main venait compléter le tableau. Derrière elle, cependant, se trouvait un visage auquel je ne m’attendais pas du tout.

« Ouah… C’est Orimu… »

C’était Miss Casual. Attends, quoi ? Vraiment ? Qu’est-ce qu’elle fait ici ?

« Asseyez-vous. Je vais préparer du thé dans une minute, » déclara Tatenashi.

« OK…, » répondis-je.

Miss Casual semblait encore plus somnolente que d’habitude, son visage s’étant à peine relevé de trois centimètres de la table avant de me voir et de redescendre.

« Nous avons un invité. Reprends-toi, » déclara Tatenashi.

« Je ne peux pas… Fatiguée… Je veux rentrer à la maison… »

« Eh bien, cela n’arrive pas, » déclara la troisième année.

Ses derniers espoirs avaient été anéantis par l’attitude de pierre de la troisième année. Pour adoucir le coup, j’avais décidé de saluer le seul visage familier que je connaissais, « Oh, hey, Miss Casual ! Encore fatiguée ? »

« Ouais… Je suis debout toute la nuit… Tous les jours cette semaine… Triage des papiers muraux… »

« Des papiers… muraux ? » demandai-je.

« Oh, wôw, vous avez même des surnoms l’un pour l’autre ? » Tatenashi, présidente malgré son jeune âge, avait laissé la préparation du thé à la troisième année alors qu’elle s’était élégamment assise, les bras croisés.

« En fait, je n’ai jamais appris son vrai nom, » déclarai-je.

« Quoi ? » Pour la toute première fois, j’avais entendu Miss Casual hausser la voix alors qu’elle se tenait debout. « C’est tellement méchant ! Je croyais que tu m’appelais comme ça parce que tu m’aimais bien ! »

« Euh… Désolé…, » déclarai-je.

Au moment où je penchais ma tête vers l’avant par culpabilité, la troisième année était revenue avec des tasses de thé et elle avait interjeté. « Arrête de lui mentir, Honne. »

« Tee-hee, tu m’as découverte. Bien, bien, sœurette, » déclara Miss Casual.

« Sœurette ? » demandai-je.

« Oui. Je m’appelle Nohotoke Utsuho. Ma petite sœur est Honne, » déclara la troisième année.

« Notre famille a servi les Sarashikis pendant très, très longtemps. Depuis des générations, » déclara Honne.

« Hein ? Alors, tout le conseil des étudiants est lié de la même manière ? » avais-je demandé.

« Oui. La présidente, bien sûr, est la plus forte, mais les autres sont librement choisis jusqu’à une certaine limite. J’ai donc choisi mes amies d’enfance. » Tatenashi avait expliqué la composition du conseil. Alors elles ont toutes grandi ensemble ? Je suppose que c’est parce que leurs familles étaient liées ?

« Servir la jeune maîtresse est mon devoir. » Utsuho, après avoir terminé le thé, le versa dans les tasses. Elle agissait avec toute la précision d’une secrétaire ou d’une chef de famille.

« Arrête de m’appeler “jeune maîtresse”, » déclara Tatenashi.

« Je suis désolée. Je suis trop habituée, » répondit Nohotoke.

Il semblerait que la famille Sarashiki ait une certaine réputation ? Je suppose que le comportement de Tatenashi le rendait évident.

« Voilà, Orimura, » déclara Utsuho.

« Merci. » La formalité d’Utsuho m’avait fait me raidir en réponse.

 

 

« Honne, peux-tu aller chercher le gâteau dans le réfrigérateur ? » demanda Tatenashi.

« C’est sûr ! Tu vois, je peux faire du bon travail tant que je suis éveillée ! » répliqua Honne.

Si vous le dites… Elle était toujours aussi lente, et elle trébuchait comme si elle était encore assoupie. Mais d’une certaine manière, elle était restée debout en récupérant le gâteau.

« Orimu, cette boulangerie… Les gâteaux de cette boulangerie sont super, super, super, super savoureux… » En parlant, elle s’était aussi servi un morceau.

« Arrête ça, Honne. Tu veux qu’il pense que nous avons été élevés dans une grange ? » demanda sa sœur.

« Oh, allez, c’est bon. En plus, c’est vraiment délicieux, » répliqua Honne.

Elle léchait gaiement la crème du film plastique, au grand désarroi de sa sœur. D’un bruit sourd, un poing l’avait interrompue et l’avait empêchée de continuer.

« Aie… Ça fait mal…, » s’exclama Honne.

« En veux-tu un autre ? Parce que ça vient si tu continues à parler, » déclara sa sœur.

« Je n’ai rien dit…, » déclara Honne.

Des larmes avaient jailli dans les yeux de Miss Casual.

« Oui, oui, nous savons à quel point vous êtes proches tous les deux. Mais pour l’instant, nous avons un invité, » Tatenashi les avait interrompues.

« Je te présente mes excuses. »

« Je suis désolée… »

Les deux filles s’étaient alors tournées vers moi et Tatenashi avait parlé en premier en disant. « De toute façon, laissez-moi vous expliquer. Nous avons reçu un certain nombre de plaintes selon lesquelles vous n’êtes dans aucun club. En tant que conseil des étudiants, nous avons donc décidé que vous deviez en rejoindre un. »

« Et c’est la raison du vote lors de la fête de l’école ? » demandai-je.

Ce serait une vraie galère. J’avais été très occupé par la formation aux IS. Je n’avais pas le temps de m’occuper des clubs. Je ne pense pas que je pourrais gérer un club plein de filles de toute façon. Juste mentalement, je ne pouvais pas le faire. Disons que j’avais rejoint une équipe. Où est-ce que je me changerais ? Où est-ce que je prendrais une douche ?

« Oui. En compensation, je vous donnerai également une formation spéciale jusqu’au festival. Tant en IS qu’à pied, » déclara Tatenashi.

« Merci pour l’offre, mais je vais devoir passer mon tour, » déclarai-je.

« Ne dites pas cela. Oh, et essayez le thé. Il est excellent, » déclara Tatenashi.

« Si vous insistez… » L’odeur des fleurs m’était montée au nez. Je buvais lentement, laissant l’arôme m’apaiser tout en profitant de sa parfaite chaleur. « C’est délicieux. »

« Utsuho fait le meilleur thé noir du monde. Essayez ensuite le gâteau, » déclara Tatenashi.

Cela me semblait être une bonne suggestion, et je m’étais servi en prenant une part du petit gâteau couvert de crème fouettée. La crème avait une saveur savoureuse plutôt qu’écrasante — attendez, depuis quand suis-je critique de restaurant ?

« Maintenant, allez-vous me laisser vous enseigner ? » demanda Tatenashi.

« Je n’en ai pas besoin. D’ailleurs, pourquoi vous en préoccupez-vous autant ? » demandai-je.

« Hein ? N’est-ce pas évident ? Parce que vous êtes faible, » déclara Tatenashi.

Les mots avaient quitté ses lèvres de façon si désinvolte et si directe que je n’avais pas réalisé ce qu’elle avait dit au début. Mais quand cela s’était enfoncé, j’étais… honnêtement un peu en colère.

« Je ne pense certainement pas être si faible que ça, » avais-je rétorqué.

« Mais vous êtes faible. Extrêmement faible. Et c’est pourquoi je veux vous faire vous améliorer, » déclara Tatenashi.

Je ne suis qu’un être humain. Je ne pourrais pas supporter d’entendre ça. Alors avant de m’en rendre compte, j’étais debout, je montrais Tatenashi du doigt et je disais. « Très bien, battons-nous alors ! Si je perds, j’accepterais. »

« Excellent. »

Le sourire sur son visage avait pratiquement crié. « Vous venez d’activer ma carte piège. » Dans quoi est-ce que je viens de m’embarquer ?

 

◇◇◇

« Euh, qu’est-ce que c’est ? »

« Hakama ? »

« Je le sais, je veux dire — »

C’était après la fin des cours, et Tatenashi et moi étions en face l’un de l’autre dans un dojo où les gens se pressaient. Chacun de nous était dans le gi blanc et le hakama bleu marine traditionnel des arts martiaux japonais. Oh, et nous étions les seuls là-bas. Les sœurs Nohotoke avaient apparemment un autre travail à faire. J’étais encore étonné que Miss Casual fasse partie du conseil des étudiants.

« Voici comment cela va fonctionner. Faites-moi tomber au sol, et vous gagnez. »

« Hein ? »

« Et si vous ne pouvez plus continuer à vous battre, je gagne. Est-ce que cela vous semble bien ? »

« Eh bien, euh…, » je voulais lui demander : « N’est-ce pas injuste pour vous ? », mais avant que je puisse le sortir de ma bouche, elle m’avait coupé.

« Cela n’a pas vraiment d’importance. Je vais gagner de toute façon. »

Je savais qu’elle essayait de me provoquer, mais cela ne veut pas dire que ça ne marchait pas. Quand j’avais étudié la lame au dojo de Houki, j’avais aussi appris les arts martiaux à mains nues au cas où mon épée se briserait. J’étais peut-être un peu rouillé, mais une fois qu’on apprend ce genre de compétence, elle reste avec soi pour toujours.

« Me voici », avais-je dit en me préparant.

« Vous pouvez y aller n’importe quand, » avait-elle répondu.

Le sourire était resté sur son visage. Son sang-froid lui donnait un air encore plus mystérieux que d’habitude. Quoi qu’il en soit, laissez-moi voir à quoi je suis confronté. Je m’étais accroupi et je m’étais approché d’elle, en lui tendant le bras, et — .

« … !? »

En un clin d’œil, j’avais été renversé et jeté par terre. Une sensation de pression avait éclaté dans mes poumons, me coupant le souffle. J’avais bafouillé, et instantanément, elle était à ma gorge, son doigt sondant ma jugulaire.

« Argh… »

« Cela fait un. »

Alors que je me rendais compte qu’elle aurait pu me tuer à volonté, elle avait reculé. Elle est forte ! J’avais réalisé que je n’arriverais jamais à gagner si je ne traitais pas ça comme un match avec Chifuyu. Mais cela signifiait que je ne pouvais pas non plus prendre de risques. J’étais dans une impasse.

« … »

« Hm ? Ne venez-vous pas ? Je suppose que je vais commencer. »

Aussitôt, elle était sur moi. Son jeu de jambes était incroyablement vif — non, c’était la technique traditionnelle du « pas de moment ».

Chaque personne vivante avait un rythme. Le pouls de leur cœur. Le rythme de sa respiration. Quand les gens étaient en parfaite synchronisation, ces deux mélodies battaient comme un seul. Quand ils ne l’étaient pas, on marchait au rythme d’un autre individu. Attaquer au rythme de son propre corps était le « moment marquant ». L’utiliser pour repousser les coups était un « moment de défense ». Et puis, au-delà de cela, cacher son propre rythme pour devenir complètement illisible… C’est « pas de moment ».

« Oh non — . »

Trois coups rapides, au coude, à l’épaule et à l’intestin. Puis, au moment où je me raidissais en réaction, un coup double, directement sur mes poumons. J’avais haleté pour respirer, alors que le monde tournait autour de moi. Et puis — .

« Attention à la marche ! »

Je m’étais effondré à l’envers sur le sol. En me jetant, elle avait enfoncé son doigt dans chaque point de pression, s’assurant que mon corps n’écouterait pas même si j’essayais de me relever.

« Ça fait deux. On continue ? » Tatenashi, sans une ride sur sa tenue, me sourit.

Je suis un homme, bon sang ! Je n’abandonnerai pas aussi facilement !

« Je n’ai pas encore fini ! » Mes mots étaient plus fermes que mes genoux, et je vacillais en expirant.

« Fufu. J’aime les garçons qui ont un peu de feu. »

« Je suppose que je dois dire merci. »

Dans mon cœur, j’avais crié à mes jambes d’arrêter de trembler. Face à Tatenashi, son sourire était le même que d’habitude, mais maintenant il me terrifiait. C’était comme un brouillard profond et dense dans une forêt, qui cachait la sortie. Les gens n’avaient plus peur à cause de la forêt. Ils avaient peur à cause des inconnues cachées dans le brouillard. Et son sourire cachait tout. C’était un mur de fer impénétrable. Mais ce n’était pas non plus un faux sourire. Elle ne le forçait pas. Je ne comprenais pas d’où cela venait.

Calme-toi. Franchement, calme-toi. Elle n’est pas un monstre. C’est un humain normal qui se tient sur ses deux pieds. Il doit y avoir un moyen de la surpasser. J’avais pris deux grandes respirations. Dans ma tête, j’avais formé l’image d’une flamme de bougie stable et inébranlable, et j’avais rassemblé mon attention.

***

Partie 5

« Hmm. On dirait que tu es maintenant sérieux. »

« … »

J’avais répondu par le silence, et elle avait répondu de la même manière. L’air était empli d’une forte tension alors que nous nous préparions tous les deux à agir. Je dois l’abattre d’un seul coup… C’est parti !

J’avais attaqué avec une intensité calculée pour rompre son silence. Je m’étais déplacé avec la technique secrète de l’école Shinonono du « moment zéro » — me déplaçant au rythme de mon ennemi, mais un instant plus tôt.

« … ! »

De la surprise était apparue sur son visage lorsqu’elle fit un demi-tour. Je la tiens ! Avant que son pied ne puisse toucher le sol, je l’avais saisie par le bras et j’avais mis toute ma force dans —

Slam !

« Argh ! »

J’avais moi-même plongé face contre terre. Ma vision s’était brouillée et j’avais toussé de façon incontrôlable. Mais à travers ça, j’avais recentré ma détermination et j’avais effectué une prise de sa cheville.

« Eh bien ! »

« Je vous tiens maintenant ! »

J’avais tiré son pied vers le haut depuis ma position sous elle aussi fort que je le pouvais, en enroulant mes bras autour d’elle alors qu’elle commençait à tomber.

« Penses-tu que ce serait aussi simple ? »

Alors même que je pensais avoir une bonne prise avec mes bras, elle posa sa main droite sur le sol et pivota proprement sur sa main. Et en même temps, elle donna un violent coup de pied de capoeira.

« Qu’est-ce que — »

« C’était un bon essai. »

Mélange d’arts martiaux traditionnels et de capoeiras !? Mais qu’est-ce qu’elle est ? Ce n’était pas une prétention, pas de l’autosatisfaction, qu’elle était la plus forte. C’était la pure vérité. Mais je n’allais toujours pas admettre ma défaite. Il était temps d’avoir du cran. Une détermination virile. Ma volonté est inflexible !

« HIYAH ! »

J’avais atterri à quatre pattes sous la force du coup de pied et j’avais de nouveau sauté. Elle avait repris pied, et un sourire lui était apparu. Au diable les techniques ! Je dois juste ne pas perdre ! Je m’étais précipité en avant et l’avais tirée vers moi tout en encaissant un coup de poing. Et —

« Ah… »

« Arg ! »

Son gi s’était ouvert en grand, révélant une poitrine ample sous son soutien-gorge. Les monticules gonflés, enveloppés de dentelle de soie, étaient d’une taille tout aussi impressionnante que celle de Houki — Non ! Je ne peux pas penser à ça pour l’instant !

« Ichika, espèce de pervers ! »

« Qu’est-ce que — »

Je n’avais aucune excuse. C’était à 100 % ma faute. Alors que mon hésitation me laissait grand ouvert, elle avait lentement écarté mon bras. Bon sang ! Dans l’instant qui avait suivi, j’avais fait l’expérience d’un combo de frappes pour la première fois. Combien de fois avais-je été touché ? J’avais arrêté de compter après le dix-septième parce que je m’étais évanoui.

« Il t’en coûtera de voir tout cela. »

Un rire. J’aurais juré que la dernière chose que j’avais entendue était un rire joyeux.

 

« Où diable est-il allé ? Une mariée si inutile… »

Le coach IS d’Ichika pour la journée était Laura. Au début du second semestre, Ichika avait fait remarquer que le fait de travailler avec les cinq filles en même temps était inefficace, alors elles avaient mis en place une rotation. Et pour le premier jour de son entraînement spécial, la chance de Laura lui avait permis de décrocher la place, ou plutôt, une bonne performance en rocher papier-ciseaux.

Il ne saisit presque jamais l’occasion de passer du temps avec moi. C’est impoli d’une manière inexcusable. Le rythme irrité de Laura avait ralenti, puis elle s’était arrêtée. Est-ce que… est-ce qu’il m’évite ? Elle frissonnait, comme pour se débarrasser du sentiment de terreur qui l’avait envahie. Non, ce n’est pas ça ! Ce n’est pas grave. C’est bien… Je pense… Mais une fois le doute installé, il lui était difficile de dissiper l’ombre qu’il faisait planer sur son cœur. Comme son anxiété grandissait à chaque instant, elle avait eu de plus en plus de mal à résister à l’envie d’enfreindre les règles de l’école et d’utiliser le canal privé de l’IS pour traquer sa position.

Personne ne regarde. Je ne me ferai pas prendre. Je démarre juste mon IS et je vérifie quelque chose, ce n’est pas grave. L’air un peu coupable, Laura scruta son environnement alors qu’elle n’était pour une fois pas sûre de bien saisir la situation. Très bien. J’ai juste besoin de mettre mon IS en veille limitée, et…

Elle avait essayé de calmer les battements de son cœur en se concentrant sur la naissance de son IS.

« Vous. »

Les battements de cœur de Laura résonnèrent. « Quoi ? »

Laura tourna en rond dans un état de rage, autant pour créer une distraction qu’autre chose. Mais derrière elle, il y avait Chifuyu.

« Et vous, que faites-vous ? »

« Lehrerin... »

Avec un claquement, le presse-papiers s’était mis en marche. « Appelez-moi “Mme Orimura”. »

« Compris, Mme Orimura… »

Même Laura ne pouvait pas, ni même ne voulait, tenir tête à Chifuyu.

« Écoutez. J’ai vu Ichika près du bureau de l’infirmière. »

« V-Vraiment ? Lequel ? »

« Reprenez-vous, c’est gênant. Celui du premier étage du bâtiment du club. »

« Premier étage du bâtiment du club… » Laura marmonnait tout cela comme si elle y réfléchissait, puis salua Chifuyu et se retourna pour partir. Mais avant qu’elle ne puisse partir, Chifuyu l’interrompit.

« Écoutez, Bodewig. Même si vous disposez de votre propre IS, il est contraire aux règles — et au traité — de déployer votre IS en dehors des zones désignées. »

« Je le sais ! » Laura voulait faire croire qu’elle n’avait jamais pensé autrement, mais un peu de culpabilité résiduelle avait fait vaciller sa voix. « Quoi qu’il en soit, si vous voulez bien m’excuser. »

« Allez-y. »

Laura avait à peine fait cinq mètres de Chifuyu avant que sa marche ne se transforme en course folle. Alors que Chifuyu regardait la fille s’éloigner, tout ce qu’elle pouvait murmurer était : « Les enfants aujourd’hui… »

 

Bruissement, bruissement. Les feuilles chantaient tandis que la brise soufflait sur les branches. Je courais dans la chaleur torride de juin.

Je dois me dépêcher. Je ne savais pas pourquoi, mais je savais que je le faisais. Alors que je courais, la chaleur étouffante avait sapé mon énergie. Mais je ne pouvais pas m’arrêter de courir. Non, je ne pouvais pas ralentir.

« Ah… »

J’avais vu une personne qui attendait près d’un puits. Une femme magnifique, les cheveux attachés en arrière en une queue de cheval haute, avec le blanc et le rouge d’une jeune fille du sanctuaire. Quelque chose s’était mis à germer dans mon cœur, et mon rythme s’était arrêté. Lentement, elle s’était tournée vers moi, son visage encore caché à ma vue. Je pouvais dire qu’elle était belle, mais je ne pouvais pas dire qui elle était. Mon cœur s’était tendu et — .

 

« Hmm-hmm ~ ♪ Hm-hmm-hm ~ ♪ »

Un bourdonnement m’avait rempli les oreilles alors que je reprenais lentement conscience. Je louchais alors que le soleil remplissait mes yeux. Ce faisant, elle avait remarqué que j’étais réveillé et s’était penchée vers moi comme pour bloquer la lumière avec son visage.

« Es-tu réveillé ? »

« Tate... nashi ? »

Le visage de Tatenashi était proche du mien. Attendez, Tatenashi n’est pas un nom de fille, n’est-ce pas ?

« Hm ? C’est le nom toujours donné au chef de la famille Sarashiki. Je suis le dix-septième. »

« Je vois… » J’avais répondu par un léger hochement de tête. J’étais trop groggy pour faire beaucoup plus que cela. Attendez… Ai-je demandé ça à haute voix ?

« Hé, attendez une minute ! » Quand j’avais réalisé ma position, je m’étais assis d’un coup. Je pensais que c’était juste un oreiller doux qui sentait très bon, mais en réalité… « Qu’est-ce que vous faites ? »

« Repose ta tête sur mes genoux. »

Argh. Je veux dire, bien sûr, c’est évident après coup, mais pourquoi a-t-elle dû me fixer comme si je posais une question bizarre ? Et pourquoi a-t-elle dû changer de vêtements ? Ça aurait probablement été très agréable si elle avait gardé ses collants à la place. Oh non. C’est mauvais. J’ai un très mauvais pressentiment. Si ça continue… Juste au moment où je m’éloignais d’elle, ses mains étaient tombées sur mes épaules.

« Qu’est-ce que — . »

J’avais été repoussé sur ses genoux. Allez, laissez-moi partir !

« Ichika ! » La porte s’était ouverte en claquant et Laura avait crié. En nous regardant, moi et Tatenashi, son visage s’était éteint. C’était fini. Ma courte vie était finie. Je n’avais même pas eu la volonté de la regarder défiler devant mes yeux.

« Cible acquise. » Laura activait déjà son AIC lorsque son IS s’était formé autour d’elle à partir du bout de ses doigts. Avant même qu’elle n’ait fini, elle s’était élancée vers nous, mais — .

« Attends ! » avais-je crié.

« Fufu. » Tatenashi ricana alors qu’elle lançait son éventail vers le front de Laura. Laura tressaillit un instant, car ça frappait une partie non blindée de son corps. Saisissant l’occasion, Tatenashi avait attrapé en plein vol son éventail, l’avait ouvert d’un coup sec et avait positionné le bord le long de la jugulaire de Laura.

« Ngh — »

Ni Laura ni moi n’avions pu cacher notre surprise face à ce mouvement rapide et gracieux. Il était déjà trop tard pour les défenses d’urgence de Laura — Tatenashi avait été assez rapide pour assurer la mise à mort avant qu’ils ne puissent intervenir. Laura avait grincé des dents, acceptant la défaite à contrecœur.

« C’est une bonne fille. » Tatenashi avait tapoté la tête de Laura avec son éventail, puis elle s’était tournée vers moi. « Maintenant qu’on a enlevé ça, allons-y. »

« Hein ? Aller où ? »

« La troisième arène. »

Son sourire semblait indomptable — ou du moins invaincu.

 

« Hein ? Que fais-tu ici, Ichika ? »

« Ichika ? J’avais entendu dire que tu t’entraînais dans la quatrième arène aujourd’hui. »

Je ne pensais pas non plus voir Charl ou Cécilia en ce moment. Elles faisaient une pause dans la pratique, avec leur IS dématérialisé, mais leurs costumes d’IS toujours en place. Quand elles m’avaient vu entrer avec Laura et Tatenashi, leurs sourcils s’étaient levés à l’unisson.

« Et qui cela peut-il être ? » Cécilia avait froncé les sourcils en posant des questions sur Tatenashi.

Qu’est-ce que c’est que ce regard ?

« Euh, Cécilia. C’est la présidente du conseil des étudiants. »

« Ah, je vois. J’étais sûre de reconnaître son visage de quelque part. » Charl essayait d’adoucir l’humeur de Cécilia, mais cela n’avait réussi qu’à amplifier ça. Elle avait vraiment fini par prendre le dessus sur les autres…

« Détendez-vous. Qu’est-ce qu’elle vous a fait ? De toute façon, je suis le coach personnel d’Ichika pour l’IS maintenant, donc on va probablement se voir souvent. » Tatenashi avait lâché l’information, mais Charl, Cécilia et Laura avaient été surprises.

« Hein ? Comment est-ce arrivé ? »

« Mais, Ichika ! »

« Ichika, tu… ! »

« Attendez ! Je peux vous expliquer ! C’est parce que j’ai perdu un combat ! C’est tout ce que c’est ! » J’avais sorti l’excuse aussi vite que je le pouvais.

« Il a perdu, et maintenant il doit faire tout ce que je lui dis. » Tatenashi ricanait en souriant. Eh bien, ça ne va pas améliorer les choses.

« Ichika. »

« Mais, Ichika ! »

« Ichika ! »

Comme prévu, chacune d’entre elles voulait avoir sa propre chance, et je manquais d’excuses. Qu’est-ce que je faisais ici ?

« Quoi qu’il en soit, commençons. Tout d’abord, je veux que vous suiviez avec quelqu’un de plus expérimenté. Charlotte. Cecilia. Montrez-lui le Shooter Flow en formation Circle Rondo. »

Shoo… Hein ? Quelque chose à propos de Rodéo ?

« Oh ? Mais c’est une position de combat à distance. »

« Si vous le dites… Mais êtes-vous sûre que ça aidera Ichika ? »

Il semble que j’étais le seul à être confus sur ce qui se passait.

« Parce que son deuxième équipement possède une attaque à longue portée — Une attaque à distance ? » intervint Laura avec prudence. Il semblait qu’elle était encore sur les nerfs en étant proche de Tatenashi.

« Vous êtes intelligente. Mais j’ai aussi une autre raison. » Tatenashi avait tapé son éventail dans la paume de sa main pendant qu’elle parlait. « Normalement, la partie la plus importante du combat à distance est le tir de suppression. Mais quelque chose comme un canon à particules à haut rendement ressemble plus à un fusil de sniper. Un coup, un mort. Cependant, je suis sûre que vous connaissez maintenant le talent de tireur d’Ichika et que vous réalisez que ce n’est pas son point fort. »

Franchement, fallait-il qu’elle soit si directe ?

« C’est pourquoi, au lieu de cela — . »

« Il doit s’approcher à distance de mêlée. »

« Correct. Vous êtes vive, Laura. » Tatenashi avait ouvert son éventail en félicitant Laura. Il y avait même écrit « Impressionnant » dessus.

Quand a-t-elle échangé d’éventail ?

« Laura… » Il y avait quelque chose avec Laura. Elle regardait fixement dans l’espace.

« Hé, Laura ? Vas-tu bien ? »

« Je vais parfaitement bien ! Ne me regarde pas ! » Elle avait glissé sous la main que j’avais tendue pour la mettre sur son épaule, l’avait attrapée et l’avait tordue en réponse. Aïe ! Ça fait mal !

« Maintenant, si vous, les deux tourtereaux, pouviez faire attention. Charlotte et Cécilia sont prêtes à faire la démonstration, alors regardez bien. » Tatenashi frappa son éventail contre sa paume.

J’avais enfin réussi à libérer mon bras de l’emprise de Laura, et j’essayais encore de faire disparaître la douleur en me tournant vers le terrain de l’arène.

« C’est parti. »

« Ichika. Regarde bien. »

Le Rafale Revive Custom II et les Larmes Bleues s’étaient affrontés à travers le terrain.

Mais lorsqu’ils avaient commencé à bouger, plutôt que de se précipiter les uns vers les autres, ils avaient chacun mitraillé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Leurs mouvements formaient un cercle, chaque IS gardant son arme pointée sur l’autre tout en gardant le dos au mur.

« J’arrive, Cécilia. »

« Prête quand tu l’es. »

En accélérant, chacune d’elles avait commencé à tirer. Elles avaient gardé leur mouvement circulaire, accélérant sporadiquement pour éviter les tirs de l’autre. En même temps, elles avaient continué à tirer, en spirale de plus en plus rapide autour de l’arène.

« Tu es douée, Cécilia — Ooh, ce n’est pas passé loin ! »

« Toi aussi, Charlotte. Je n’avais jamais réalisé qu’une deuxième génération d’IS pouvait aller aussi vite. »

Pendant qu’elles parlaient, leurs tirs n’avaient fait qu’augmenter en intensité.

« C’est… »

« Oui. Je pense que tu comprendras à quel point c’est impressionnant. Elles gardent un contrôle précis de leurs mouvements pendant le tir. Plus important encore, elles se concentrent à la fois sur l’évasion et sur le fait de toucher la cible. C’est presque impossible si tu ne maîtrises pas ton IS. »

Le système de manœuvre qui pilotait l’IS était réglé par défaut sur le contrôle automatique. Cependant, cela rendait difficile un mouvement précis. D’autre part, en le réglant sur manuel, vous devez diviser votre attention et prêter également attention au pilotage. Honnêtement, c’est quelque chose qui m’avait posé beaucoup de problèmes. Rester calme, ne pas se laisser prendre par mes émotions, faire attention à deux choses à la fois… Rien que d’y penser, j’avais mal à la tête.

« Il faut plus d’expérience, mais ce n’est pas tout ce dont tu as besoin. Tu as aussi besoin d’un contrôle manuel précis. Comprends-tu ? » Un murmure de respiration était entré dans mon oreille. Quand est-elle arrivée derrière moi ?

« I-Ichika !? »

« Que faites-vous ? »

Les voix du duo s’étaient élevées de façon incontrôlable alors qu’elles se tournaient vers moi.

« Ah — »

Peu après, une exclamation de consternation avait suivi, alors qu’elles se baignaient dans les tirs de l’autre. Comme elles utilisaient une commande manuelle, le choc avait été suffisant pour qu’elles s’écrasent contre le mur.

« Allez-vous bien ? »

« Nous sommes… »

« Certainement pas ! »

Elles s’étaient toutes les deux redressées et avaient volé droit vers moi.

« Nous prenions cela très au sérieux ! »

« Et tu étais là, à faire l’idiot ! »

« Je ne pense pas que j’étais en train — . »

« « Oh oui, tu le faisais ! » » Cécilia et Charl résonnaient à l’unisson.

« D’accord, d’accord… »

J’avais été piégé. Entre Charl et Cécilia enragées, Tatenashi souriait et riait, et Laura soupirait.

***

Chapitre 2 : Les signes que la présidente du Conseil des étudiants est un Felis

Partie 1

J’avais passé deux jours et deux nuits exténuants sous la tutelle de Tatenashi. Maintenant, c’était après l’école, et de nouveau j’étais dans la troisième arène à pratiquer le contrôle manuel.

« Tu ne peux pas te contrôler quand tu es proche de femmes plus âgées, n’est-ce pas ? »

J’avais repensé au rictus sur le visage de Houki. J’avais beau essayer de la convaincre que ce n’était pas vrai, je n’avais pas réussi à la convaincre mieux qu’avec Cécilia, Charl ou Laura. Mais bon sang, ce n’était pas comme ça !

« Tu ralentis, Ichika. Concentre-toi. »

« Compris. »

Je m’étais concentré sur le maintien du contrôle en tournant ma vision vers le ballon au centre de l’arène. Le pack Setsura sur mon bras gauche se tenait prêt en mode canon. En 20 secondes, sa recharge énergétique serait complète. Mon PIC était réglé sur le contrôle manuel. Cela signifiait que je devais compenser manuellement le recul.

 

C’est plus dur que ce que je pensais… Si j’avais mal calculé, je rebondissais sur le mur derrière moi la tête la première. C’est déjà assez dur de rester concentré sur le Shooter Flow… J’avais suivi les instructions de Charl dans ma tête en bougeant doucement mes jambes — et celles de Byakushiki.

« Je suppose que c’est comme le patinage sur glace, non ? Il faut s’accrocher à la surface tout en se laissant glisser. »

« Je ne comprends pas vraiment… »

« Tu te contrôles à l’aide de la force centrifuge. Est-ce que cela t’aide ? »

« Je ne comprends pas, enseignante. »

« Si seulement j’avais un meilleur élève. »

« Désolé… »

« Ah bon. Les étudiants qui sont un peu difficiles ne me dérangent pas. En fait, je… Je suis un peu… Comme… eux. »

« Oh, vraiment ? Merci. »

« Tu dois t’améliorer, Ichika… »

« … Hein ? Qu’est-ce que… »

« Oh, je viens de me souvenir, je dois aller faire des mesures pour mon nouvel équipement. À plus tard. »

 

Qu’est-ce qui l’avait mise en colère tout d’un coup ? Je n’arrivais toujours pas à le comprendre.

« Allez, Ichika, concentre-toi ! »

« O-Okay ! »

« Tu dois penser à une fille. Quel pervers ! »

« Non, ce n’est pas comme ça ! »

« Oh, alors c’est un garçon ? Ahhhhhh. »

« Ce n’est certainement pas comme ça ! »

C’était épuisant de traiter avec Tatenashi. La seule chose que j’avais apprise sur elle, c’est que je n’avais rien appris sur elle. Certaines choses à son sujet me semblaient si mûres, et d’autre part, certaines choses étaient juste enfantines. Elle était comme un chat qui se frottait à votre cou lorsque vous étiez assis sur le canapé, mais qui allait courir sous le lit lorsque vous leviez la main pour le caresser.

Ce n’est même pas que je ne la comprenais pas, c’est qu’elle ne voulait pas que je la comprenne. Elle ne voulait pas se montrer. Du moins, pas son vrai visage. Et comment suis-je censé gérer ça ? Comme tu veux. Pour l’instant, je devais me concentrer sur le pilotage. Je plaçai mon poids sur la pointe des pieds comme si je faisais du patin à glace, et je laissai mon élan me porter avec de petits ajustements. Mais c’est toujours pour les types de tir, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que c’est censé faire pour moi ?

« Toi, là. Ne réfléchis pas trop. Reste juste concentré. »

« Désolé, madame… »

Au moins, Tatenashi était en fait une très bonne entraîneuse. Charl et Laura n’étaient pas mal non plus, mais même les parties que je n’avais pas réussi à saisir quand je m’étais entraîné avec elles, je les comprends facilement avec Tatenashi. Quelque part, j’avais lu que « la personne la plus intelligente de la pièce est celle qui peut faire comprendre les autres », et elle semblait vraiment être ce genre d’individu.

« D’accord. Tu augmentes progressivement ta vitesse. Maintenant, essaie d’utiliser le Boost de Puissance. »

« Hein ? »

« Boost de Puissance. Passe du mouvement circulaire du Shooter Flow directement à la réalisation d’une boucle. Tu seras en mesure de percer les tirs de suppression de ton adversaire et de faire un tir rapproché avec ton canon à particules. »

« A-Attends ! Je ne suis pas prêt à me lancer là-dedans ! »

« Dépêche-toi ! »

« O-Oui, madame. » Je m’étais dépêché de me concentrer sur la préparation du Boost. Hm ? Oh. Crunch ! « Aïe… »

J’avais perdu la concentration dans le Shooter Flow, et j’avais été projeté à l’envers dans le mur.

« Allez, Ichika. Tu dois maintenir le Shooter Flow tout en chargeant le Boost de Puissance. »

« C’est difficile. »

« Cela n’a pas d’importance. Tu dois trouver une solution. Houki est la seule autre personne qui ne l’a pas fait. »

Je n’avais aucun moyen de contester cela.

« D’accord, alors lève-toi. Essaie une dernière fois. »

Ses explications étaient peut-être plus sensées que celles de n’importe quel autre entraîneur, mais elle était aussi plus stricte que n’importe lequel d’entre eux. Mon entraînement avec Sarashiki Tatenashi s’était poursuivi.

 

« Eh bien, bonjour. »

« Oh, salut, Nohotoke. »

En revenant de l’entraînement, j’étais tombé par hasard sur Miss Décontractée et sa sœur Nohotoke Utsuho dans le hall. Pendant que je réfléchissais à ce que je devais dire, elle avait parlé en premier.

« Appelle-moi Utsuho. Après tout, il y a deux Nohotokes ici, non ? »

« Oh, c’est vrai. Alors, Utsuho. »

« Parfait, » dit-elle d’un signe de tête.

C’était étrange. La seule façon dont elle ressemblait à Miss Décontractée, c’était par le visage. Je suppose qu’elle est un peu comme Takatsuki. J’avais fait un signe de tête en me remémorant de Takatsuki Shizune, le membre le plus sérieux de ma classe. Pendant que nous parlions, j’avais essayé de glisser une question qui m’avait intrigué.

« Puis-je te poser une question, Utsuho ? »

« Pas de problème, si c’est quelque chose à quoi je peux répondre. »

« Hum… Comment est Tatenashi en tant que personne ? »

« Que veux-tu dire ? »

« Eh bien, euh. Pourquoi m’a-t-elle choisi pour la formation ? »

« À cheval donné on ne regarde pas les dents. »

« Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Juste… »

« Je plaisantais, » avait déclaré Utsuho en riant, alors que je manquais de mots pour le dire. J’avais été surpris que quelqu’un comme elle plaisante comme ça. « La jeune maîtresse… Tatenashi s’intéresse à beaucoup de choses. Je ne connais pas personnellement chacune d’entre elles. »

« Je vois. »

Elles se connaissaient depuis longtemps, mais je suppose qu’elles ne se connaissaient pas encore parfaitement. Quand même. Les sœurs Nohotoke devraient au moins avoir un aperçu du côté de Tatenashi que moi et les autres étudiants de l’Académie IS n’avions jamais vu. C’était étrange. Ah bon. Ce n’est pas comme si ça ne marchait pas pour moi, alors je devrais suivre ce que dit Tatenashi.

J’avais demandé à Utsuho si elle était d’accord, et elle avait répondu. « Je vais t’avertir d’une chose. Elle va absolument te faire passer pour un idiot. Ne t’épuise pas avec ça. »

« Je… je vois… » J’avais peur de ça, mais je suppose que ça avait aidé d’être prévenu.

Et si même Utsuho, qui avait un an de plus que Tatenashi, l’avait dit, il fallait que ce soit vrai.

« Alors, me dis-tu donc que je devrais accepter ça autant que je le pourrais. »

« Exactement. Mais assure-toi que rien ne te reste en travers de la gorge. »

Cela semblait de mauvais augure. Tatenashi pourrait-elle vraiment manipuler les gens aussi bien ? Cela m’avait donné un frisson.

« À plus tard, donc. »

« Oui, à plus tard. »

J’avais dit au revoir aux sœurs et j’étais retourné dans ma chambre.

 

Clic. J’avais traîné mon corps épuisé jusqu’au seuil de ma chambre et j’avais ouvert la porte.

« Bienvenue à la maison. Veux-tu dîner ? Un bain ? Ou peut-être… Moi ? »

Blam. J’avais fermé la porte et j’avais fait le point sur la situation.

« Hmm… »

J’étais dans le dortoir des premières années. Devant ma chambre. Il y avait même écrit « Orimura » sur la plaque signalétique. Il n’y avait pas moyen que je me sois trompé d’endroit. Pas du tout. J’ai dû voir des choses. Il est absolument impossible que Tatenashi m’attende dans ma chambre, ne portant rien d’autre qu’un tablier. Je veux dire, se moque-t-on de moi ? Pour me rassurer, j’avais ouvert la porte.

« Bienvenue à la maison. Me souhaites-tu la bienvenue ? Moi ? Ou peut-être… Moi ? »

« Donne-moi au moins un choix ! »

« Mais je l’ai fait. C’est exactement un choix. »

Tatenashi m’attendait dans ma chambre, ne portant rien d’autre qu’un tablier. Mais à quoi pensait-elle ?

« J’ai décidé de m’installer ici. »

« Attends ! Qu’est-ce que… ? »

« Je vais pouvoir me montrer devant tout le monde. Seules deux autres filles ont déjà passé une nuit dans cette chambre. Je serai donc ta troisième femme. »

« Mais, euh, tu es en deuxième année. Comment peux-tu rester dans les dortoirs de première année ? »

Ce n’était pas mon vrai problème, mais c’est tout ce que j’avais pu trouver dans ma confusion.

« Privilège de l’exécutif. »

Oh non. Elle avait dû aller tout droit au sommet, n’est-ce pas ?

 

 

Qu’est-ce qu’elle a ? Est-ce que le conseil des étudiants fonctionne bien au moins ?

« Tes réactions sont tellement adorables. » Alors que Tatenashi souriait, elle avait ouvert son éventail. Il y était écrit « Sic transit gloria mundi ».

Hum, je suis presque sûr que c’est toi qui es malade.

« Quoi qu’il en soit ! Mets des vêtements ! »

Je ne voulais pas la regarder directement alors qu’elle était habillée comme ça, alors mes yeux avaient fait le tour de la pièce pendant que je parlais. Tatenashi avait ri pendant qu’elle tournait autour, révélant…

« Hein !? »

« Dommage ! Ce n’est qu’un maillot de bain ! »

« … »

« Tee-hee. Tu es déçu, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que non ! »

Je pense, au moins.

« C’est juste ma revanche pour ne pas avoir pu le montrer cet été. »

Se venger de qui exactement ? Et c’est peut-être un maillot de bain, mais wôw, ce n’en est pas un… Argh, non ! Je m’étais débarrassé de l’instinct d’analyser tout ça autant que possible.

« Oh, mon Dieu. Tu rougis ? »

« N-Non… »

Tatenashi, qui posait toujours avec ses fesses vers moi, avait levé son tablier pour montrer son maillot de bain, en souriant. Je savais qu’il fallait que je le fasse, entre le fait qu’elle m’appelle et le fait d’avoir une fille en maillot de bain devant moi, il n’y avait pas moyen que je ne le fasse pas. Mais elle n’a pas besoin de le dire… Mon visage était devenu plus rouge, et j’avais commencé à essayer sérieusement de trouver un moyen de la faire sortir de ma chambre.

Mais après quelques secondes, j’avais abandonné ça, réalisant que ses affaires étaient déjà là. Elle n’avait pas seulement quelques cartons empilés, elle avait déjà tout déballé. Il n’y avait pas moyen de contester cela.

« Haaaah... » J’avais poussé un profond soupir, comme si mon âme elle-même s’écoulait de moi.

***

Partie 2

« C’est ça ! » Houki se promenait dans les couloirs des dortoirs de première année. Dans ses mains se trouvait une boîte emballée, et en marchant, elle la regardait de temps en temps et souriait. « C’est le jour ! »

Le premier repas qu’elle avait préparé ce mois-ci s’était avéré excellent. Tellement bon, en fait, que la simple pensée quant à la réaction d’Ichika lorsqu’ils l’avaient partagé l’avait poussée à se mettre à en faire. Il aime toujours ça. C’était la recette d’inarizushi de sa mère. Les morceaux de tofu étaient juste un peu épais et cuits à feu doux et lentement jusqu’à ce qu’ils soient intensément savoureux, avec du riz parfaitement assaisonné. L’intensité de la riche sauce soja foncée et la luminosité du riz vinaigré faisaient que le petit Ichika ne pouvait pas résister à l’envie de s’en empiffrer après l’entraînement.

Mais il a changé… L’Ichika dans ses souvenirs était encore un garçonnet. Mais maintenant, alors qu’il en restait des nuances, il avait grandi pour devenir un adulte calme et fiable. En vérité, il se rapprochait de plus en plus de son type d’homme.

Hmm. Je devrais aussi essayer de devenir plus féminine. Je ne sais pas quel genre de femme il aime, mais ça ne peut pas faire de mal d’être un peu traditionnel. Alors que Houki se disait, elle avait embrassé son excitation.

Ichika s’est beaucoup dépensé à l’entraînement aujourd’hui, il a besoin de quelque chose pour le réconforter. Ouais. C’est ça ! C’était une raison parfaite pour être seule avec lui. Si parfaite que Houki avait oublié sa seule faiblesse potentielle : une autre fille qui pensait la même chose. Presque en courant, elle était arrivée à la porte d’Ichika en un rien de temps. J’ai juste besoin de me calmer… Après s’être éclairci la gorge, elle frappa à sa porte. Toc, toc.

« … »

Pourquoi ne répond-il pas ? Houki avait décidé qu’elle devait être trop silencieuse, alors elle avait commencé à frapper un peu plus fort.

« Qui est-ce ? »

« C’est moi. J’ai apporté des snacks. »

« Argh, Houki !? »

Argh ? Est-ce qu’il vient de dire argh !? Elle n’était pas vraiment satisfaite de la formulation. Mais il n’y avait pas de raison de gâcher tout le repas à cause de cela, alors elle avait continué, « Puis-je entrer ? »

« Euh… Désolé. Pas maintenant. »

C’était suffisant pour rendre Houki furax. En colère, elle poussa contre la porte. Mais elle ne voulait pas s’ouvrir. Ichika avait dû la tenir fermée de l’intérieur.

« Ichika… »

« Écoute, je suis désolé. Peut-être plus tard ? Mais s’il te plaît, pas maintenant. »

Au moment où Houki commençait vraiment à remarquer la tension dans la voix d’Ichika, elle entendit une fille avec lui. « Qu’est-ce que tu fais, Ichika ? Oh, je sais. Tu essaies de ne pas te faire prendre à tricher, n’est-ce pas ? »

« … ! » Houki n’avait pas reconnu la voix, mais cela n’avait pas d’importance. Si Ichika faisait cela, il était temps de matérialiser Akatsubaki et de trancher la porte avec un katana.

« Wôw ! »

« Ichika, tu… ! »

« Hé ! Je peux te l’expliquer ! Ce n’est pas ce que tu crois ! »

« Alors qu’est-ce que c’est ? Assois-toi là-bas ! »

Contrairement à la rage de Houki, Tatenashi était complètement calme. « Calme-toi. Je ne faisais que plaisanter. »

« … »

Le problème de Houki n’était pas la blague. C’était la tenue de Tatenashi. De face, on aurait dit qu’elle ne portait rien d’autre qu’un tablier, et Houki avait levé sa lame en réponse.

« ICHIKA ! »

« Pourquoi moi ? Pourquoi encore moi ? »

Ichika avait à peine réussi à esquiver les frappes tranchantes, et lentement mais sûrement, il avait été contraint de se rabattre sur le mur.

« Ramener une fille dans sa chambre et se livrer à je ne sais quelle obscénité… Tu devrais avoir honte de toi ! »

Son katana traversa l’air en avançant vers le bas. Ichika avait déjà accepté sa mort, mais Tatenashi s’était soudainement interposée entre eux.

« Oh, mon Dieu. Tu es plutôt impulsive. »

Clang ! La lame s’était arrêtée en plein vol, interceptée par une lance massive qui s’était matérialisée dans la main droite de Tatenashi.

« … !? »

« Désolée ! Mais ce serait un peu gênant pour moi en ce moment si Ichika se transformait en Ichicadavre. »

Aussi insouciante qu’elle puisse paraître, ses mouvements n’étaient absolument pas relâchés.

La lance tourna, parant le katana, puis glissa sur lui et le pressa vers le bas avant de le frapper à nouveau vers le haut.

« Qu — !? »

Houki ne savait plus quoi dire alors que Tatenashi lui tordit aussitôt son katana des mains. Il fila dans les airs avant de s’encastrer dans le mur.

« C’est donc ça. »

« Grr… »

Tout comme Laura, Houki avait dématérialisé son IS et s’était soumise. Le visage de Tatenashi arborait un sourire suffisant de supériorité, tant sur Houki que sur Ichika.

 

« Oh, je vois. Tu mets autant d’énergie dans tout le reste que dans les arts martiaux, n’est-ce pas ? Donc tu es aussi une bonne cuisinière. »

« Je ne pense pas être si bon que ça… »

« Il n’y a aucune raison d’être aussi humble à ce sujet. Ah… Les inarizushi sont vraiment géniaux. N’est-ce pas, Ichika ? »

« Oui. Ils sont délicieux. »

Après que Tatenashi ait fait savoir très clairement à Houki où elle se tenait, elle avait remis son uniforme et avait mangé avec nous. Les inarizushi étaient presque exactement comme ceux de sa mère dont je me souvenais quand j’étais enfant au dojo, mais ce n’était pas seulement la nostalgie qui parlait — ils avaient honnêtement très bon goût.

« … »

« … »

Mais le regard flétrissant de Houki rendait la nourriture difficile à manger. Elle s’était peut-être habituée à Tatenashi, mais elle retenait à peine sa colère contre moi. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ?

« Oh ? N’as-tu pas faim ? Je suppose que cela signifie plus pour moi. » Tatenashi avait vite fait disparaître les derniers inarizushi. « Hmm. C’était bien. »

Elle lécha le bout de ses doigts avant de joindre ses mains et de baisser la tête. Elle affichait suffisamment d’une aura de gravité inattendue pour que Houki et moi nous inclinions en réponse.

« Bref, Houki, puisque tu es là, laisse-moi t’expliquer quelque chose. »

« Pour… Moi ? »

« Oui, à toi. À propos d’Akatsubaki. » L’expression de Houki s’était instantanément figée, et naturellement Tatenashi avait continué sans hésiter. « J’ai entendu dire que tu ne pouvais pas activer sa capacité unique, Kenran Butou. »

« Eh bien… »

Houki m’avait regardé, comme pour crier « Le lui as-tu dit ? » avec ses yeux. Je secouais la tête d’un côté à l’autre. L’Akatsubaki de Houki n’avait pas pu être utilisé une deuxième fois depuis qu’elle avait réussi à apparaître. Pendant l’entraînement, elle avait essayé à plusieurs reprises de le faire fonctionner, mais il ne répondait pas du tout. Mais comme elle était apparue dans les données, nous n’avions aucune idée du problème.

« Pour dire les choses simplement, les capacités uniques ne s’activeront pas si l’état mental du pilote n’est pas complètement synchronisé avec l’IS. Te souviens-tu de la fois où tu as pu l’utiliser ? »

« Ouais… »

« Donc, si tu peux te sentir comme à l’époque, ton IS devrait répondre correctement. »

« Je… je vois… »

Pour une raison inconnue, Houki regardait en bas avec embarras. Hmm ? Qu’est-ce qui lui arrive ? Pourquoi est-ce qu’elle me regardait dans les yeux ?

« Soit dit en passant, la capacité de l’Akatsubaki à amplifier l’énergie est parallèle à celle du Byakushiki à l’annuler. Il peut même mettre en place une dérivation de l’énergie pour la transférer à d’autres. Il est clair que le professeur Tabane y a consacré beaucoup de travail. C’est un excellent IS. »

« Hmm… Peut-on l’utiliser avec autre chose que le Byakushiki d’Ichika ? »

« Je suppose que oui ? Ce n’est pas vraiment une chose sur laquelle je peux faire une supposition utile. Tu devrais juste essayer. »

« Je vois. »

Les yeux de Houki s’étaient à nouveau tournés vers moi. Hein ? Pourquoi ? A-t-elle peur de m’offenser ? Quand l’ampoule s’était allumée au-dessus de ma tête, j’avais posé ma main sur son épaule et j’avais dit. « Ne t’inquiète pas, Houki. C’est plus utile si tu peux l’utiliser sur n’importe qui, n’est-ce pas ? »

« Je suppose que oui… »

Pour une raison inconnue, elle avait l’air déçue. Qu’est-ce que j’ai fait maintenant ?

« J’ai également remarqué que tu as mis en place une dérivation avec Charlotte, Ichika. J’ai été choquée quand je l’ai vu. Normalement, la mise en place d’une telle dérivation nécessite un degré de synchronisation très difficile avec le noyau de l’IS. Je suis étonnée qu’elle ait réussi à faire cela en combat. »

« Oui. Charl est une très bonne pilote. En plus, elle est douée de ses mains, et elle s’entend avec tout le monde. »

« … »

Blam !

« Aïe ! Pourquoi as-tu fait ça, Houki ? »

« Hmph ! »

Pour une raison inconnue, Houki m’avait donné un coup de pied furieux aussi fort qu’elle le pouvait. Qu’est-ce qui lui était arrivé ?

« C’est donc compliqué entre vous deux, hein ? »

« Hein ? »

« Il n’y a rien de compliqué… Ichika n’est qu’un crétin. »

Crétin ? Comment ça, un crétin ? On se connaît peut-être depuis toujours, mais c’est quand même — aïe !

« Houki ! Ne me pince pas ! »

« Tais-toi. » Elle me regardait fixement, ses yeux brillaient. Argh, c’était effrayant.

« Oui, oui. Nous savons que vous êtes déjà proches tous les deux, alors passons à autre chose. Mais… peut-être un peu de thé d’abord ? »

« Bien sûr, je vais en faire. »

« Oh ? Merci, Ichika. »

Plus je restais coincé avec Houki, plus ses attaques devenaient vicieuses, alors je m’étais réfugié dans la cuisine pendant que je préparais le thé.

L’humeur de Houki est à la fête ces derniers temps. En faisant chauffer l’eau, j’avais pensé à la façon dont elle avait été ces derniers temps. Elle avait commencé à aller au club de kendo, et s’était fait de nouveaux amis. Elle s’entendait mieux avec Rin et Charl, ce qui était bien. Mais la raison pour laquelle elle était ici était d’apprendre à piloter un IS. Elle avait des problèmes et elle ne pouvait pas se résoudre à accepter de l’aide.

Oh, l’eau est prête. J’avais dispersé les feuilles dans la théière, et en attendant qu’elles se déploient, j’avais sorti deux tasses supplémentaires et les avais réchauffées. Une fois les deux tâches terminées, je les avais placées sur un plateau et je les avais ramenées avec précaution vers les autres.

« Oh, vraiment ? C’est, euh… Ahahah. C’est intéressant. »

« N’est-ce pas. Haha. »

Hmm ? Il semblait qu’elles s’entendaient déjà bien. Pendant mon absence, elles avaient entamé une conversation privée. Je ne comprenais vraiment pas comment les filles pouvaient faire ça.

« Qu’est-ce qui t’a pris si longtemps, Ichika ? »

« Oh, j’ai du manju à la feuille d’érable. Vous pouvez vous servir. »

Toutes deux étaient tout sourire pour une raison inconnue. Tatenashi est le genre de personne qui peut tordre n’importe qui, homme ou femme, autour de son doigt. L’expression « escroc » m’était venue à l’esprit. C’était un surnom pour Toyotomi Hideyoshi, parmi tous les gens, mais maintenant il semblait parfait pour Tatenashi. Ce n’est pas un surnom très mignon pour une fille… Mais si la chaussure lui va, je suppose qu’il faut la porter. C’est ça ou « chat du Cheshire » ou « femelle Tora-san ». Je suppose que ce n’est pas le dernier, il est peut-être charmant, mais il est trop sérieux pour son propre bien.

« Les hommes. Peux-tu croire qu’il est juste assis là à me regarder ? » Tatenashi avait tapé sur la boîte de manju pour insister.

« Euh, euh… »

« Hm ? Tu ne vas pas prétendre que tu ne le faisais pas, n’est-ce pas, Ichika ? »

« Est-ce que… tu reviens de vacances ? »

« Oh, tu essaies de changer de sujet ? Qu’est-ce que tu en penses, Houki ? »

« Je pense qu’il est bien un homme. »

***

Partie 3

Argh. Ce n’était pas juste de faire équipe comme ça. Elles pourraient me faire tomber en un clin d’œil.

« Quoi qu’il en soit ! Le thé est prêt ! »

« Hahaha. Il s’agite maintenant. »

« En effet, nous nous sommes bien amusées. Cela suffit pour l’instant. »

« Je suppose que oui. Tu es trop gentille avec lui, Houki. »

Les filles en riaient. Pendant ce temps, j’étais sur un lit d’aiguilles.

« Quoi qu’il en soit, pour répondre à ta question. Je ne suis allée nulle part. Une de mes connaissances au laboratoire m’a dit que les manjus à la feuille d’érable étaient un excellent souvenir, alors j’en ai fait des provisions. »

« Le laboratoire ? »

« L’équipe de développement de mon IS. »

« As-tu ton propre IS ? »

« Bien sûr. Je suis après tout la plus forte de l’Académie IS. »

Houki et moi nous étions un peu tendus. Tatenashi était l’élève la plus forte ici, même sans utiliser d’IS, donc sa tactique avec l’un d’eux devait être encore plus sauvage.

« Hmm. Il faudra que je vous montre un jour. Je suis en fait un bon professeur. »

« Vraiment ? »

Houki était enthousiaste à l’idée de cette perspective. Quant à moi… J’avais déjà accepté son coaching.

« Bien sûr. Il est de mon devoir de prendre soin de mes adorables petits élèves. »

« Je vois. Merci ! »

« Juste, un à la fois, d’accord ? Pas les deux à la fois. C’est trop difficile de se concentrer. »

« D’accord… » Houki était évidemment déçue, mais elle acquiesça. Leur petit affrontement plus tôt avait fait apparaître très clairement l’écart de leurs capacités. Mais apparemment, elle considérait toujours que c’était plus utile que de s’entraîner seule.

« Bref, il y a quelque chose que je me demande depuis un petit moment. » Houki prit une gorgée de thé pour calmer ses nerfs, puis fit un geste dans la pièce. « Ne serait-ce pas tes affaires ? »

« Oui. Je vais rester ici pendant un certain temps. »

« Quoi ? »

Houki s’était mise debout. Je n’avais rien pu dire pour améliorer la situation, alors j’étais resté silencieux, même si je regrettais mon propre manque de courage. Argh…

« Pourquoi ? »

« Eh bien. Puisque je vais entraîner Ichika, nous devons être sur la même longueur d’onde. Manger les mêmes repas. Dormir de la même façon. Et je dois être capable de le surveiller constamment. »

« Me surveiller… » Que suis-je, Tatenashi ? Ton animal de compagnie ?

« Alors, je vais aussi rester ici ! » Je m’attendais à ce que Houki dise cela.

« Hmm. Non, je ne peux pas. »

« Pourquoi pas ? »

« C’est une chambre pour deux personnes. »

« Argh… » Elle ne pouvait pas discuter de ça.

« Ne t’inquiète pas. Je ne le toucherai pas. »

« Si… Si tu le dis… »

« Mais je ne peux pas garantir qu’il ne me touchera pas ~. »

« Quoi ? Ichika, tu — . »

« Attends ! Attends ! Je n’ai rien dit ! Allez, Tatenashi ! Arrête de la provoquer ! Quand elle se met en colère, elle devient violente ! »

« Oh, tu l’as remarqué ? Je suis désolée, Houki. C’était un peu méchant de ma part. Tee-hee. »

« Je… D’accord… »

En voyant ce sourire innocent, Houki s’était détendue et s’était assise. Le coin de la bouche de Tatenashi s’était recroquevillé pendant qu’elle regardait. C’est vraiment une arnaqueuse… Et c’est ainsi qu’avait commencé notre vie tumultueuse ensemble.

 

Premier exemple.

« Heyyyy, Ichika ! »

« Wha — wôw ! »

Tatenashi m’avait rappelé dans la chambre alors que je me brossais les dents avant de me coucher. Quand j’étais revenu par la porte, elle était couchée sur son lit, les pieds en l’air. Ce n’est pas comme s’il y avait eu quelque chose de mal à cela. Le problème, c’est qu’elle ne portait rien d’autre qu’une chemise blanche et des sous-vêtements.

Attends, je la vois… Les courbes des hanches de Tatenashi avaient été accentuées par sa taille fine. Elles étaient couvertes — à peine — par une culotte violet clair, et quand j’avais réalisé à quel point je pouvais voir, je m’étais retiré dans la salle de bain.

« Hein ? Qu’est-ce qui ne va pas, Ichika ? »

« Tu sais quoi ? Mets des vêtements ! »

« Mais j’ai des vêtements. »

« Un pantalon aussi ! »

« Hein… »

Je pouvais entendre ses pas de l’autre côté de la porte. Oh non ! Elle se rapproche !

« C’est drôle, la porte ne s’ouvre pas. »

« Bien sûr que non. Je la tiens fermée. »

« Si tu n’ouvres pas, les charnières vont se fissurer. »

« Hein ? » Avec le son éclatant du claquement du métal, la porte s’était effondrée sur moi. Oomph !

« Pousse ! » La porte s’inclinait en diagonale vers l’intérieur, avec tout le poids de Tatenashi sur elle. Argh. « Tu vois ? Je ne suis pas si lourde. J’ai une bonne silhouette, et je m’entraîne tous les jours. »

« Écoute, si tu veux te vanter, au moins, sois prête — . »

« Coup de poing ! »

La base de sa paume avait frappé fermement contre le côté opposé de la porte qui était pressé contre mon visage. Le choc m’avait fait tomber par terre, et elle avait saisi l’occasion pour entrer dans la salle de bain. De bas en haut, c’était le sol, puis moi, puis la porte, puis elle. Ça craint.

 

 

« Pourquoi ne pas arrêter de discuter avec moi et me laisser essayer un de ces massages dont j’ai tant entendu parler ? »

« Eh !? »

« Je parie que tu veux savoir comment je le sais, n’est-ce pas ? Fufu. J’ai toujours l’oreille au sol. En plus, Cécilia ne voulait apparemment pas se taire à ce sujet. »

Bon sang, Cécilia ! Regarde dans quoi tu m’as mis ! Quoi qu’il en soit, j’étais là. Honnêtement, Tatenashi avait une bonne silhouette. Pas seulement une bonne. Une silhouette incroyable. On pouvait voir qu’elle était bien construite, même avec son uniforme. Pourtant, sa taille était bien serrée et svelte. Et ses fesses étaient parfaites. Argh, non ! Je ne peux pas la masser ! C’était moi le problème. Mon cerveau était tout retourné. Ce n’était pas bon. Ça ne pouvait pas être bon.

« Tu ne veux toujours pas, hein ? Très bien, que dis-tu de ça ? »

Tatenashi m’avait arraché la porte et s’était immédiatement jetée sur moi.

« Que fais-tu ? »

« Mwahahaha. Coochie-coochie-coo ! »

« Quoi — Non, attends, arrête ! Ahhh ! »

« As-tu déjà changé d’avis à propos de ce massage ? »

« Non ! Je te l’ai dit ! Je ne peux pas — . »

« Si tu peux encore te concentrer pour argumenter, peut-être que je devrais le faire plus intensément. »

« Ahhhhh ! Ahahahahah ! St-Sto — hahahahahahah ! »

« Alors, que dirais-tu de ce massage ? »

« O-Okay ! Je vais le faire ! Je vais le faire, ahahahahahaha ! Arrête… »

Satisfaite de cette réponse, Tatenashi avait finalement cessé de me chatouiller.

« Tu es un dur à cuire, n’est-ce pas ? »

« Qu’est-ce que cela veut dire ? »

« Quoi qu’il en soit, dépêche-toi avec le massage. Je suis tellement épuisée par le conseil des étudiants. »

« Mais !

« Oui, cela aussi. »

« … Étais-tu obligée de faire ça ? »

« Mm-hmm. J’ai juste pensé que ce serait amusant. De toute façon… »

« Mets quelque chose là-dessous, ou je ne le fais pas. »

« Là-bas ? Mais je porte déjà une culotte. »

« la culotte ne compte pas. »

« Ce n’est pas drôle. »

« Très bien, je ne le fais pas. »

« Bon, si tu le dis. Très bien, je vais aller mettre un pantalon. »

« Je t’en prie, fais-le. »

J’avais regardé Tatenashi quand elle avait quitté la pièce, et elle s’était arrêtée une seconde pour protester. « Ce n’est pas une culotte, donc ce n’est pas gênant — . »

« Oui, c’en est une. »

Je me fichais du nom que tu lui donnes. C’était évidemment une culotte. Et s’il te plaît, arrête de me faire la regarder. Ça me prenait tout ce que j’avais juste pour regarder ailleurs.

« Et celui-là ? »

Elle avait remonté l’ourlet de sa chemise pour révéler une paire de shorts de vélo moulants. Je pouvais voir les coutures de sa culotte à travers eux.

« … »

« Je te vois baver. »

« Je ne le fais pas ! »

Je ne pouvais pas m’en occuper à ce moment-là. Honnêtement. C’était tout ce que c’était.

« Maintenant, en tout cas. C’est l’heure de mon massage. »

« Oui, madame… » Tatenashi était étendue sur le lit, et je n’avais plus de volonté pour me disputer avec elle. « Bon, je vais commencer. »

« Hm. Merci. Rends-moi encore plus belle que je ne le suis déjà. »

Je ne pensais pas qu’un simple massage pouvait accomplir cela. Je veux dire, c’était une barre assez haute. Hmm. Ça sent bon ici. La pièce était remplie d’un parfum doux, mais frais, différent de celui du Houki ou du Charl. Quand mon cœur avait commencé à battre plus vite, j’avais senti ma main s’enrouler autour de quelque chose de doux. Smoosh.

C’est doux. C’est tellement doux, et je ne suis encore que sur ses jambes. Mais ce n’était pas seulement la douceur de la graisse. Il y avait du muscle bien tonique en dessous. Comment dois-je le décrire ? Je me sentais bien, c’est tout. Juste le toucher me faisait du bien.

« Dépêche-toi de me faire les fesses. J’ai été assise toute la journée. »

« OK… »

Il n’y avait qu’une seule issue. J’avais besoin de me vider l’esprit ! Accepter l’état de néant ! Je m’étais endurci et j’avais mis ma main sur sa jambe. Smoosh.

« ... »

C’était vraiment doux. Une belle taille, aussi.

« Ichika. »

« Oui ? »

« Tu saignes du nez. »

« Désolé… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire